Parution: Artefact. Techniques, histoire et sciences humaines / 2

Le numéro 2 de la revue Artefact.Techniques, histoire et sciences humaines (CNRS Ed.) vient de paraître. Il comporte deux dossiers thématiques, l’un, consacré à « Art et Industrie », porte sur les enjeux de la formation du XVIIIe au XXe siècle ; le second traite de la question des outils simples.

Le volume peut être acheté aux adresses suivantes :

http://www.cnrseditions.fr/317__Artefact

http://vitrine.edenlivres.fr/publications/38348-artefact

La version numérique téléchargeable est en cours de réalisation.

Sommaire :
“Art et industrie: les enjeux de la formation”, dossier coordonné par Stéphane Lembré et Audrey Millet

  • Introduction, Stéphane Lembré et Audrey Millet
  • Le « trompe-l’œil » des beaux-arts : la formation des dessinateurs au XVIIIe siècle, Frédéric Morvan Becker
  • Les écoles de dessin linéaire de la Restauration. Les cas des départements du Lot et de l’Yonne, 1817-1831, Gérard Bodé
  • Former les jeunes au dessin sur support céramique : capitalisation des connaissances et action sociale au sein de la fabrique Collinot & Cie, Sabine Pasdelou
  • « Un bon horloger est à la fois un savant et un artiste ». La formation des horlogers à Paris (1750-1850), Marie-Agnès Dequidt
  • Du dessin de fabrique à la formation des dessinateurs : des techniciens entre art et industrie XVIIIe-XIXe siècles, Audrey Millet
  • La fabrique de Paris au XIXe siècle : qualités de produits et formations des fabricants, Nadège Sougy
  • Économie des honneurs techniques et production de la qualité sous la Troisième République. L’action de la Société d’encouragement à l’art et à l’industrie, Stéphane Lembré
  • Pour l’art et pour la technique. Former à la céramique (France, 1840- 1940), Florent Le Bot

“Qu’est-ce qu’un outil simple?”, dossier coordonné par Sophie A. de Beaune

  • Appréhender les outils simples en contexte préhistorique, Sophie A. de Beaune
  • Des outils simples ou rudimentaires aux pratiques sociales : étude d’un cas à Chypre au Néolithique pré-céramique, Laurence Astruc
  • Définir un outil simple : notion universelle ou contextuelle ? L’exemple des outils en os et en roches tenaces du Néolithique de Suisse occidentale, François-Xavier Chauvière, Catherine Joye
  • Des outils simples en émeri dans le monde égéen. Une approche ethnoarchéologique, Athina Boleti

 

Lectures: quelques compte rendu récents

Sur le site de Lectures, quelques compte rendu qui concerne l’histoire de l’éducation:

Loïc Le Bars, Les professeurs de silence. Maîtres d’études, maîtres répétiteurs et répétiteurs au XIXe siècle, Paris, L’Harmattan, coll. « Série XIXe siècle/Histoire de l’éducation », 2014.

Yves Gingras (dir.), Controverses. Accords et désaccords en sciences humaines et sociales, Paris, CNRS, coll. « Culture et société », 2014.

 

Expo: L’Ecole polytechnique et la Grande Guerre

Dans le cadre de la commémoration nationale de la Grande Guerre, l’École polytechnique présente une exposition sur le thème: “Le general Pellé : « La guerre ne tardera pas ». Regards de polytechniciens” du 15 septembre au 15 décembre 2014.

Cette exposition est organisée autour de nouvelles sources récemment versées aux archives de l’Ecole polytechnique, notamment une collection très riche de photographies et de dessins mise à disposition par la famille de  Maurice Pellé (1863-1924) et une importante correspondance  manuscrite acquise par la SABIX.
Ces sources jettent un éclairage original sur différents aspects de la Première guerre mondiale, parmi lesquels le Berlin d’avant-guerre où Pellé était attaché militaire, les tensions dans les colonies avec la fortification de Diego-Suarez à Madagascar, le Grand quartier général de 1914 à 1916, le front de 1916 à 1918, ou encore la politique européenne de la France d’après-guerre.
La trajectoire de Maurice Pellé est croisée avec de nombreux autres témoignages issus des collections de l’Ecole polytechnique, comme les dessins d’élèves inspirés par la Grande guerre, et mise en contexte par plusieurs entrées thématiques (histoire de l’enseignement du dessin à l’X, évolutions de l’Ecole après la défaite de 1870,  etc.)

JE: Les espaces de l’enseignement techniques, XVIIIe-XXIe siècles

En lien avec l’exposition, aura lieu une journée consacrée aux “Espaces de l’enseignement technique, XVIIIe-XXIe siècles. Architecture, histoire et patrimoine” qui se tiendra le vendredi 10 octobre prochain à l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville, 60, boulevard de la Villette – 75019 Paris.

Coll: L’idéal d’éducation chez les noblesses européennes

En suivant ce lien vous trouverez le programme du colloque international ”L’Idéal d’éducation chez les noblesses européennes” qui se tiendra à Moscou les 26-27 septembre 2014.

La conférence plénière sera donnée par M. Jean Boutier, directeur d’études à l’EHESS. Le colloque sera retransmis en direct sur ce site.

Expo: L’architecture de l’enseignement technique.

Une exposition consacrée à “Une ambition pour les métiers. Paul Guadet & André Boucton, l’architecture de l’enseignement technique” aura lieu à l’École nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville du du 15 septembre 2014 au 17 octobre 2014

60 boulevard de la Villette, Paris 19ème. M° Belleville | entrée libre | lundi au vendredi : 9h – 20h | samedi : 9h – 16h.

En 1933, à quelques semaines d’intervalle, sont inaugurées la nouvelle École nationale d’horlogerie de Besançon et la nouvelle École nationale d’optique de Morez. Emblématiques des dynamiques industrielles locales mais aussi des politiques engagées dans l’entre-deux-guerres pour développer l’enseignement technique, elles figurent parmi les premières réalisations qui expriment de manière tangible les ambitions de ce programme.
La construction de ces deux écoles, abritant aujourd’hui le lycée Jules Haag et le lycée polyvalent Victor Bérard, associe deux architectes. Elles reflètent les convictions de Paul Guadet (1873-1931), architecte-conseil de l’Enseignement technique, en matière d’édifices publics et leur chantier est supervisé par André Boucton (1891-1977), son jeune collaborateur bisontin, qui achève les bâtiments après la mort prématurée de son aîné. La relation que nouent ainsi les deux hommes invite ici à mettre en lumière leurs personnalités et leur production respectives. Ce portrait « en miroir » constitue aussi la première rétrospective monographique qui leur soit consacrée.

Parution: Les universités au risque de l’histoire

 Yamina Bettahar et Marie-Jeanne Choffel-Mailfert, Les universités au risque de l’Histoire. Principes, configurations, modèles, PUN, 2014.

Au cours de ces dernières décennies, les universités ont été confrontées à un mouvement continu de réorganisation institutionnelle. Sollicitées de toutes parts, elles sont aujourd’hui sommées de relever de nombreux défis.
Cet ouvrage collectif prend le risque de l’Histoire pour tenter d’apporter des points de vue distanciés susceptibles d’éclairer les mutations actuelles. Il propose des contributions pour la plupart issues de recherches en cours, relevant de disciplines différentes (histoire, sociologie, philosophie, sciences de l’information et de la communication).
Les universités sont approchées dans leur complexité, en des temps et des lieux très divers. Leurs trajectoires singulières ne peuvent se lire sans évoquer la prégnance des modèles antérieurs, ni même indépendamment du poids du contexte, celui des guerres ou des révolutions, ou encore des environnements sociaux et économiques.
Le poids de l’histoire est aussi confirmé dans le cadre de comparaisons internationales qui confrontent le cas de la France, à ceux du Portugal, de la République tchèque, du Luxembourg, de la Suisse, du Royaume-Uni, du Chili, des États-Unis et du Japon. Quelles que soient les orientations retenues, les traces du passé résistent en dépit du credo qui tend à présenter comme inéluctable la marche vers une uniformisation mondialisée des systèmes d’enseignement supérieur.
Cet ouvrage montre finalement que, quels que soient les principes et les discours affichés par les organismes internationaux, les États ou les universités elles-mêmes, les réalités produites dans chaque pays, par chaque institution, n’ont pas toujours été celles qui étaient attendues. Même si les mutations actuelles paraissent dans une large mesure dictées par l’économie, elles sont aussi le résultat de l’intervention et de l’action des hommes qui réagissent aux opportunités qu’offre l’Histoire, pour en faire des ressources créatrices ou des contraintes qui obèrent l’avenir.

Pour celles et ceux qui se trouveraient à Nancy le Vendredi 12 septembre, Yamina Bettahar présentera l’ouvrage entre 14h et 18h, dans le cadre du Livre sur la Place (place de la Carrière), au stand “Sciences sur la Place”.

Thèses soutenues récemment

Mounier Al Ahmad, “La politique linguistique de la France en Syrie durant le mandat (1920-1946)”, sous la direction de Jérôme Grévy.
Thèse soutenue le 12 juin 2013 à l’Université de Poitiers
Jury : Bernard Lachaise, PR Bordeaux 3, Yves Denéchère, PR Angers, Jérôme Bocquet, PR Orléans, Jérôme Grévy, PR Poitiers

Résumé : Entre 1920 et 1946, la Syrie fut placée sous mandat français. La charte du mandat a fait du français la langue officielle du pays. Ces recherches analysent la manière dont la France a organisé le Haut-commissariat, et en particulier le service de l’instruction publique, qui, à son tour, a organisé l’enseignement dans le but de faciliter la propagation de la langue française. La politique linguistique appliquée fut différente selon la nature des école. Dans l’Etat de la Syrie, le français occupait une place variant entre langue étrangère et langue des sciences dans l’enseignement officiel. Dans les autres états, spécialement celui des Alaouites, le français était la langue de l’enseignement ; ainsi la France espérait-elle se créer en Syrie une clientèle qui dépende d’elle, comme c’était le cas des Maronites au Liban. La France comptait sur les écoles privées, principalement sur les écoles privées françaises, pour enseigner le français : elle les a placées sous son propre contrôle, les a soutenues financièrement, leur a fourni du matériel pédagogique ; elle les a dotées de professeurs français, leur a accordé des bourses, et enfin elle a rendu les diplômes de ces écoles plus prestigieux que ceux des écoles officielles. À la fin du mandat, la Syrie a remanié l’organisation française, refaisant du français une langue étrangère et réduisant l’enseignement dans les écoles privées.

———————————–

AAC: Académies et Mécénats : puissance des réseaux et poids normatif

Le CPER 10 LLSHS (Axe 1 – Atelier 1) organise une journée d’étude sur le thème “Académies et Mécénats : puissance des réseaux et poids normatif”, plus précisément consacrée au “goût académique”.
Elle aura lieu le 14 novembre à l’Université du Maine.

Elle pourra s’intéresser aux genres académiques, aux discours académiques (notamment l’éloge et l’éloge paradoxal), au style académique, non seulement littéraire, mais artistique (comme on a pu commencer à le voir lors de la deuxième journée avec l’intervention d’Hélène Rousteau-Chambon qui portait sur l’Académie royale d’architecture). Nous encouragerons la présentation des discours normatifs sur la création artistique, en France, mais aussi à l’étranger. Cette journée sera l’occasion d’envisager la critique académique, la question des « récompenses académiques » qui passe, par exemple, par la pratique des prix, et la question de la valeur et du poids normatif.
En contrepoint, la question du goût glissera vers l’analyse des résistances, des tensions entre le « bon » et le « mauvais » goût, les « bons » et les « mauvais » genres… Cela amènera à considérer aussi le regard posé sur l’Académie, regard souvent critique, parodique, ainsi que Pauline Bruley (CERIEC, Université d’Angers) l’a déjà souligné en évoquant la « racaille académique » (Goncourt). L’étude de ce glissement pourrait passer, par exemple, par la présentation d’un personnage né du « phénomène académique », à savoir l’Académicien, dont on pourrait brosser un portrait dans la littérature. L’Académie-modèle vire parfois au contre-modèle et des voix s’élèvent contre l’Académie, voire en haine de l’Académie…
Sans délaisser l’histoire littéraire, qui a guidé les travaux des deux précédentes journées d’études, nous souhaiterions interroger ici des textes précis pris à titre d’exemples pour mettre en lumière les représentations en miroirs que la littérature donne du phénomène académique: miroirs fidèles – miroirs déformants…

Les propositions de communication ne devront pas dépasser 2500 signes. Elles devront parvenir avant le 01 octobre 2014 aux adresses suivantes : anne.dufief [at] univ-angers.fr, elisabeth.gaucher [at] univ-nantes.fr, franck.laurent [at] univ-lemans.fr et nathalie.prince [at] univ-lemans.fr.

Coll: L’université dans la ville: les espaces universitaires et leurs usages en Europe du XIIIe au XXIe siècle

Le programme du colloque international “L’université dans la ville: les espaces universitaires et leurs usages en Europe du XIIIe au XXIe siècle » est en ligne.

Ce colloque est coorganisé par l’Université Paris-Est Créteil (CRHEC), l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée (ACP) avec la participation de l’Université Lyon 2 (LARHRA), et se déroulera les 25 et 26 septembre 2014.

Coll: Universités, académies littéraires et bibliothèques dans les mondes ibérique, ibéro-américain et méditerranéen du XVIIIe siècle à nos jours

Un colloque international est organisé à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense les 16 et 17 octobre 2014, en hommage au professeur Thomas Gomez, autour du thème « Universités, académies littéraires et bibliothèques dans les mondes ibérique, ibéro-américain et méditerranéen du XVIIIe siècle à nos jours ». Il s’agit de poursuivre les activités du GRECUN (Groupe école, culture et nation dans les mondes ibériques, ibéro-américain et méditerranéen), créé par le professeur Gomez en 2001.

AAC: Academic entrepreneurship in history

The Departments of History of Universiteit Gent, Université Libre de Bruxelles, Université Lille 3 and Università di Bologna are jointly organizing the international conference “Academic entrepreneurship in history” on 12-13 March 2015 at the STAM city museum in Ghent, Belgium.

The aim of the meeting is to bring together an international group of scholars engaged in research on the notion and practice of academic entrepreneurship from the mid-nineteenth century to the end of the twentieth century. The focus will be on the range of actions, behaviors and qualities of academic scientists and their employing institutions which can be seen as entrepreneurial in at least one of the many senses in which the entrepreneurship term has been used in the economics and business history literatures.

CFP en ligne