Appel à communications – ISCHE Berlin – Éducation et nature

L’International Standing Conference on History of Education (ISCHE) organise sa prochaine confère à Berlin, du 29 août au 1er septembre 2018, autour du thème « Éducation et nature »

Date limite de soumission: 31 janvier 2018

Depuis l’ère moderne, l’éducation a été étroitement associée à la distinction marquée
entre, d’une part, une ‘nature’ prétendument immuable et, d’autre part, une société
changeante, conçue historiquement. L’histoire de l’éducation révèle que cette distinction
théorique a constamment été bousculée et mise à mal par des phénomènes et des
réseaux hybrides entre ces deux domaines. Si la nature a classiquement été une notion
controversée dans la pensée éducative, elle n’en demeure pas moins un point de référence
pour les idées, les théories aussi bien que les pratiques éducatives. Les Lumières
européennes ont redéfini la notion de nature comme le lieu déterminant et la toile de
fond des pratiques éducatives. Depuis lors, la nature est devenue un élément central de référence pour la pensée et les pratiques éducatives selon différentes formes et dimensions.

Les thèmes suivants ont été retenus pour la conférence : Continuer la lecture

Journée d’études sur le plan Langevin Wallon et AG de l’ATRHE – 25 novembre 2017

L’ATRHE vous convie à son Assemblée Générale qui aura lieu le samedi 25 novembre à partir de 14h au collège néerlandais de la Cité Universitaire 61 bd Jourdan Paris 14e (métro Cité universitaire ou Porte d’Orléans : se diriger à gauche à partir de Porte d’Orléans, à droite à partir de Cité universitaire). Si vous ne pouvez vous rendre à l’AG, je vous joins un modèle de procuration (à remplir en blanc SVP), que vous m’adresserez en retour.

L’AG sera précédée d’une matinée d’études consacrée à la réception du plan Langevin Wallon (dont on fête en 2017 le 70e anniversaire), dont le programme est disponible ici.

Soutenance de thèse – Côme Simien, Des maîtres d’école aux instituteurs : une histoire de communautés rurales, de République et d’éducation, entre Lumières et Révolution (années 1760-1802).

Côme Simien soutiendra sa thèse de doctorat intitulée Des maîtres d’école aux instituteurs : une histoire de communautés rurales, de République et d’éducation, entre Lumières et Révolution (années 1760-1802) le samedi 9 décembre 2017, à 14h00, à la Maison des Sciences de l’Homme, 4 rue Ledru, à Clermont-Ferrand (2e étage, amphi 220).

Le jury sera composé de :
M. Michel Biard, professeur d’Histoire de la Révolution française et du monde moderne, Université Rouen-Normandie
M. Philippe Bourdin (directeur de la thèse), professeur d’Histoire moderne, Université Clermont-Auvergne
M. Jean-François Chanet, professeur d’Histoire contemporaine à Sciences-Po Paris, recteur de l’Académie de Besançon.
Mme Dominique Godineau, professeure d’Histoire moderne, Université Rennes II.
M. Stéphane Gomis, professeur d’Histoire moderne, Université Clermont-Auvergne.

Appel à candidatures – 9th History of Education Doctoral Summer School

[date limite de candidature: 31 décembre 2017]

This conference takes place at the University of Latvia, Riga, Latvia, 7–10 June 2018, and invites applications from postgraduate students in the history of Education with an interest in the histories of educational spaces and discourses and new ways of working with images, artefacts, and archives. Leading international historians of education will give lectures and workshops, and offer advice concerning the research process. There will be opportunities for students to discuss their dissertation projects with fellow doctoral candidates and receive comments from prominent scholars in the field.

The summer school started as an initiative of EERA’s Network 17, “Histories of Education,” and is the ninth conference in a series of successful events that started in Ghent in 2010. The conference is supported by:

  • Stichting Paedagogica Historica
  • History of Education Society, UK
  • European Educational Research Association (EERA)
  • International Standing Conference for the History of Education (ISCHE)
  • University of Latvia, Riga

The number of participants is limited to 30 students. The conference language is English. Participation in the conference is free of charge. Accommodation and meals will be provided, but delegates will have to cover the cost for their travel to Riga (venue: Library of the University of Latvia, Kalpaka bulvāris 4, Riga, LV-1050). Travel bursaries are available to students from low-GDP countries. For more information please check the application form.

Tutors: Marc Depaepe (KU Leuven, Campus Kortrijk, Belgium), Jonathan Doney (University of Exeter, UK), Ian Grosvenor (University of Birmingham, UK), Ulrike Mietzner (Technical University Dortmund, Germany), Frank Simon (Ghent University, Belgium), Natalia Tsvetkova (St. Petersburg State University, Russia) and Angelo Van Gorp (University of Koblenz-Landau, Campus Landau, Germany).

Local organisers: Iveta Kestere (chair), Zanda Rubene, Kitija Valeina, Arnis Strazdins.

Application form: can be retrieved from http://www.eera-ecer.de/season-schools/histories-of-education-summer-school/ and should be sent to summerschool-riga@eera-ecer.de.

Closing date for applications is 31 December 2017. Successful applicants will be notified in February 2018.

Contact Info:

Contact Angelo Van Gorp (vangorp [at] uni-landau.de) for queries regarding application, eligibility and selection criteria; Iveta Kestere (iveta.kestere [at] lu.lv) for queries on practical issues, e.g. regarding travel, accommodation and venue.
URL:
http://www.eera-ecer.de/season-schools/histories-of-education-summer-school/

 

Appel à communications – Pédagogies émancipatrices

Ci-dessous un appel pour le colloque « Pratiquer, (se) former (aux), (re)penser et questionner les pédagogies émancipatrices – Actualités & débats », qui se tiendra à Paris les 8 et 9 juin 2018

Date limite de soumission: 31 janvier 2018

Alors que l’œuvre du Brésilien Paulo Freire est une référence majeure dans le monde, notamment en Amérique du Nord (l’un des plus cités aux USA), en Amérique du Sud, en Afrique du Sud, que des Instituts Paulo Freire ont été créés partout dans le monde (Brésil, Grande-Bretagne, Portugal, Afrique du Sud…), que sa pensée est à la racine des pédagogies critiques, force est de constater une vivacité moindre dans l’aire francophone (Pereira 2017a). Cela est particulièrement vrai en France en dépit des efforts d’un collectif créé après sa mort, le cercle des pédagogies émancipatrices (Garibay, Séguier et al., 2009/2013), qui a permis la réédition en français en 2001 de Pédagogie des opprimés (alors épuisé, et de nouveau épuisé). Il est possible de noter quelques trop rares travaux qui s’inspirent de la pédagogie de la conscientisation dans l’aire francophone, parmi lesquels, au Québec (Solar 1992, Thésée et Carr 2014, Potvin 2014), en Suisse (Mottier Lopez 2015, Collet 2016) et dans une moindre mesure en France (Eneau 2003, Jeziorski 2017, Pereira 2017b), et récemment dans quelques thèses (Devieilhe 2013, Weksler 2015, Dor 2017, Magar-Braeuner 2017).

L’un des objectifs de ce Colloque est de faire connaître et diffuser en France et en français ces courants de pédagogies, générés par la pensée et la pratique de Paulo Freire, d’autant plus qu’on observe un foisonnement sur le plan des développements théoriques et pratiques, depuis les pédagogies anti-oppressives, antiracistes, féministes jusqu’aux pédagogies queer, décoloniales et aujourd’hui intersectionnelles. Sa pensée inspire également l’enseignement pour la justice sociale.

Continuer la lecture

Appel à contributions – Éducation populaire et animation à l’épreuve des discriminations

Vous trouverez ci dessous l’appel à contribution en cours du dossier en préparation Education populaire et animation à l’épreuve des discriminations pour Les cahiers de la lutte contre les discriminations (“jeune” revue de recherche à comité de lecture) :

http://www.lescahiersdelalcd.com/2017/10/12/appel-a-articles-n-8/

Date limite de soumission: 8 décembre 2017.

Parution – Abandon d’enfants et parents abandonneurs XIXe-XXIe siècles

Le numéro 19 de la Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » est paru sous la direction d’Antoine Rivière et a pour thème « Abandon d’enfants et parents abandonneurs XIXe-XXIe siècles »

Ce numéro est consacré à l’abandon d’enfants du XIXe siècle à nos jours. Sans exclure du champ d’investigation ni le sort des enfants abandonnés ni les structures qui les prennent en charge, il s’intéresse en particulier aux parents qui abandonnent. Fille-mère d’hier ou mère adolescente d’aujourd’hui, la mère célibataire y tient une place importante, tant elle apparaît comme la figure emblématique de l’abandonneuse. Néanmoins, derrière l’apparente permanence des deux grands ressorts du délaissement d’enfants – pauvreté d’une part, dissimulation des naissances hors-mariage et stigmatisation de cette maternité solitaire qui inquiète et qui choque d’autre part –, il convient de scruter également les variations, selon les lieux et les époques, des itinéraires sociaux qui conduisent à la séparation. Il s’agit aussi de souligner dans l’histoire de l’abandon le poids de l’événement, guerre ou crise économique notamment. Quant à l’effacement des familles d’origine après que l’abandon a eu lieu, il apparaît qu’il n’est ni systématique ni irréversible. Qu’ils soient empêchés par la misère ou la réprobation morale, certains parents se refusent en effet à disparaître définitivement, et tentent de négocier avec les structures d’accueil ou de contourner leurs règles afin de maintenir un lien que l’abandon est censé avoir dissout. D’autres essaient, lorsque leur situation s’est rétablie ou normalisée, d’obtenir la restitution de leur enfant. Tous doivent faire face aux réticences d’institutions profondément attachées à leurs principes éducatifs et convaincues de faire mieux pour leurs jeunes protégés que des parents considérés bien souvent comme incapables ou indignes.

Sommaire

Continuer la lecture

Journée d’études du PAJEP – L’Action catholique spécialisée au travers des expériences de ses militants. 1945-1965

L’Action catholique spécialisée au travers des expériences de ses militants. 1945-1965.

 Le PAJEP, les Archives départementales du Val-de-Marne et l’ADAJEP organisent une journée d’étude consacrée aux mouvements de l‘Action catholique spécialisée, à Créteil le 7 décembre prochain.

Cette journée à pour ambition de confronter le modèle de l’Action catholique spécialisée à ses mises en pratiques sur la période 1945-1965.
Pour cela, seront réunis des chercheurs spécialistes de la question, des militants mais aussi des archivistes. Au delà des problématiques scientifiques qui seront abordées, c’est l’occasion pour le PAJEP de donner la parole aux militants de ces mouvements, de valoriser des fonds parfois peu connus et de créer des liens forts avec les associations et les services d’archives conservant des fonds en lien avec l’Action catholique.

Vous trouverez le programme ici davantage d’informations .

Attention : inscription préalable auprès de contact [at] pajep.fr ou au 06 80 48 07 29

Séminaire – Enfants modèles. Les jeunes du XIXe siècle à nos jours: catégories, expériences, récits

Programme du séminaire « Enfants modèles. Les jeunes du XIXe siècle à nos jours : catégories, expériences, récits »

Axe Histoire des éducations de l’université Paris 8 et l’IRTS de Paris Ile de France

Il se tiendra dans les locaux de l’IRTS, 145, avenue Parmentier Paris, 75010 (affichage à l’entrée), tous les 15 jours les jeudi de 15h à 18h.

Calendrier des séances :

  1. 5 octobre 2017 : séance introductive
  2. 19 octobre 2017 : Gladys Chicharro (docteure en ethnologie de l’université Paris X-Nanterre et diplômée en Chinois de l’INALCO) sur l’enfant unique chinois
  3. 2 novembre 2017 : Jean-François Mignot (docteur en sociologie de l’Institut d’études politiques et chargé de recherche CNRS au Groupe d’études des méthodes de l’analyse sociologique de la Sorbonne) sur l’enfant adopté
  4. 16 novembre 2017 : Ning de Coninck-Smith (professeure à la Danish School of Education, Aarhus University) sur « Se mettre à l’échelle de l’enfant » quiproquos et incompréhensions dans la traduction matérielle (équipements et architectures scolaires) de ce concept dans un contexte (post)colonial
  5. 30 novembre 2017 : Mej Hilbold (maître de conférence en sciences de l’éducation à l’université de Paris 8) sur le jeune enfant
  6. 14 décembre 2017 : Antoine Rivière (maître de conférence en sciences de l’éducation à l’université de Paris 8) sur l’enfant juif de l’Assistance Publique
  7. 11 janvier 2018 : Manon Pignot (maîtresse de Conférences en Histoire contemporaine au Centre d’histoire des sociétés, des sciences et des conflits de l’université de Picardie à Amiens) sur le site Enfance-violence-Exil (EVE)
  8. 1er février 2018 : Jean-François Laé (professeur en sociologie à l’université de Paris 8) sur son ouvrage en cours Cette fille qui vole contre le vent
  9. 15 février 2018 : Marta Craveri (directrice du Pôle International de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme) et Anne-Marie Losonczy (Directrice d’études à l’EPHE) sur l’enfant du Goulag
  10. 8 mars 2018 : Romain Robinet (maître de conférences en histoire à l’université d’Angers) sur la jeunesse indigène des années 1940-50 au Mexique
  11. 22 mars 2018 : Stéphanie Rubi (socio-anthropologue à l’université de Bordeaux) sur comment capter le point de vue des jeunes et le concept de reconnaissance sociale
  12. 5 avril 2018 : Sébastien Alix (docteur en Sciences de l’éducation et chercheur associé au laboratoire CERLIS) sur l’enfant éducation nouvelle
  13. 3 mai 2018 : Bertrand Geay (professeur de sciences de l’éducation à l’Université d’Amiens) sur l’Etude longitudinale française depuis l’enfance menée par l’INED

Appel à communications – Education, College Women and Suffrage : International Perspectives

Une conférence interdisciplinaire se tiendra autour de la thématique « Education, College Women and Suffrage : International Perspectives » les 13-14 juin 2018 à l’Université de Londres.

Les propositions de communications peuvent être envoyées jusqu’au 13 novembre 2017.

Résumé:

This international, conference will provide a forum for those involved in teaching and researching suffrage and the history of women’s education (in schools, HE and heritage institutions) to discuss new directions. We invite submissions in a range of formats by archivists, public historians, researchers, curators and teachers to explore and discuss the under researched links between education and suffrage. Presentations may draw on a range of sources as they relate to the intersection of education and suffrage, including the use and interpretation of digital archives and material sources for research or educational purposes.

L’appel complet est disponible Education College Women & suffrage CFP.

Colloque – L’académie de Paris pendant la Grande Guerre

Vous trouverez ci-dessous le programme du colloque organisé par le Centre d’histoire du XIXe siècle (universités Paris 1 Panthéon-Sorbonne et Paris-Sorbonne) – Chancellerie des universités de Paris, sous la direction du Pr. Christophe Charle, du Pr. Jean-Noël Luc, et de  Stéphanie Méchine.

[L’inscription est obligatoire et se fait à cette adresse: ce.archives [at] ac-paris.fr]

L’académie de Paris pendant la Grande Guerre

Jeudi 9 novembre 2017 – Amphithéâtre Louis Liard

– 14h00 : Ouverture par Gilles Pécout (recteur de la région académique Ȋle-de-France, recteur de l’académie de Paris, chancelier des universités de Paris)

– 14h20 : Introduction par Jean-Noël Luc (professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris- Sorbonne, centre d’histoire du XIXe siècle)

Enseignement primaire : aller à l’école pendant la guerre

Présidence : Florence Bourillon, professeur d’histoire à l’Université de Paris-Est-Créteil, Centre de recherche en histoire européenne comparée (EA 4392)

– 14h40 : Les écoles normales primaires dans l’académie de Paris pendant la Grande Guerre : un défi administratif et pédagogique (Stéphanie Dauphin, maîtresse de conférences, université d’Artois-ESPE)

– 15h00 : Le rôle de la première génération des instituteurs parisiens dans la vie des écoles et la mobilisation de l’arrière (Jérôme Krop, maître de conférences, université d’Artois-ESPE)

– 15h20 : L’école primaire dans l’Oise entre 1914 et 1918 : une école du front et de l’arrière-front (Julien Cahon, maître de conférences, université de Picardie-Jules-Verne-ESPE)

– 15h40 : Accueillir, nourrir et former les jeunes enfants en période de guerre : les écoles maternelles parisiennes de 1914 à 1918 (Patricia Legris, maîtresse de conférences, université de Rennes 2)

– 16h00 : Liens renforcés, liens entravés : les relations scolaires et universitaires entre le Nord-Pas de Calais et Paris (Jean-François Condette, professeur d’histoire contemporaine, université d’Artois)

Enseignantes et enseignants face à la guerre

Présidence : Jean-François Chanet, recteur de la région académique Bourgogne-Franche-Comté, recteur de l’académie de Besançon, chancelier des universités de Franche-Comté

– 16h45 : L’Université héroïque : les professeurs de l’enseignement secondaire de l’académie de Paris tués ou blessés pendant la Grande Guerre (Matthieu Devigne, docteur, université Paris-Sorbonne, centre d’histoire du XIXe siècle)

– 17h05 : « Et si le père ne revenait pas ? ». Vie quotidienne et condition féminine au lycée Jules-Ferry pendant et après la Première Guerre mondiale (Pierre Porcher, doctorant, centre d’histoire du XIXe siècle et centre de recherche et d’études histoire et sociétés)

17h25 : Affectations, nouveautés et engagements : les personnels des lycées de jeunes filles de la Seine durant la Grande Guerre (Isabelle Arasa, chargée de mission histoire et mémoire à la délégation académique aux arts et à la culture, rectorat de Paris)

Vendredi 10 novembre 2017 – Amphithéâtre Louis Liard

Anciennes et nouvelles fonctions de l’Université de Paris en guerre

Présidence : François Weil, conseiller d’État, ancien recteur de l’académie de Paris

– 09h30 : La Sorbonne pendant la guerre, la Sorbonne en guerre (Lucile Natali, université Paris-Sorbonne, centre d’histoire du XIXe siècle)

– 09h50 : La Sorbonne et sa diplomatie universitaire en temps de guerre : flottements, adaptations et redéploiements, 1914-1919 (Guillaume Tronchet, agrégé, docteur en histoire, ENS)

– 10h10 : La Faculté de droit de Paris dans la Grande Guerre : l’identification à la figure martyre du soldat du droit (Catherine Fillon, professeure, université de Lyon 3)

– 10h30 : La mobilisation de la faculté des sciences et des scientifiques (Pierre Verschueren, doctorant, université Paris 1 PanthéonSorbonne)

Universitaires et étudiants

Présidence : Tristan Lecoq, inspecteur général de l’Éducation nationale, professeur associé à l’université Paris-Sorbonne

– 11h15 : Ferdinand Lot, un professeur d’histoire face à la guerre  (Agnès Graceffa, Sociamm-Université de Bruxelles)

– 11h35 : Les facultés de droit de Paris et de Berlin face-à-face de 1914 à 1918 (Jean-Louis Halpérin, directeur de l’UMR 7074 « centre de théorie et analyse du droit », ENS)

– 11h55 : L’École normale supérieure, les normaliens et archicubes combattants et non combattants pendant la guerre (Nicolas Mariot, directeur de recherche, CNRS)

– 12h30 : Conclusion générale par Christophe Charle (professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, centre d’histoire du XIXe siècle-IHMC)

– 14h30 : Visite-conférence par Marc le Cœur (historien de l’art, École spéciale d’architecture)des monuments aux morts des lycées Louis-Le-Grand et Henri-IV et facultés dans le Quartier latin

L’historiographie très riche sur le premier conflit mondial est passée progressivement de l’étude du front, de la stratégie des puissances et des souffrances des combattants à l’étude de l’arrière, l’autre front. Dans cette guerre de longue durée et de plus en plus totale, le moral des familles et des citoyens non mobilisés, l’engagement des groupes professionnels les plus divers, la capacité des élites politiques et intellectuelles (espace en trop) à donner du sens aux sacrifices de plus en plus lourds à accepter puis à endurer, furent essentiels. Dans cette liaison capitale et décisive entre l’avant et l’arrière, le système scolaire a joué un rôle fondamental, même si son histoire a été moins explorée jusqu’ici.

L’académie de Paris est, à l’époque, la plus grande académie de France : elle s’étend des confins de la ligne de front, et d’une partie des lieux des combats, au centre du pays. Elle concentre la plus grande masse des effectifs scolarisés à tous les niveaux et elle forme comme une image en réduction de l’institution éducative du pays tout entier, depuis les petites écoles rurales jusqu’aux établissements les plus prestigieux internationalement. Cette académie fournit donc un cadre complet pour comparer et comprendre les multiples facettes du système scolaire et du monde universitaire dans un moment où la France et la République jouaient leur survie et leur avenir.

Ce colloque souhaite rééquilibrer l’approche ancienne des chercheurs, qui ont mis en avant, soit les hécatombes consenties par les diverses catégories d’enseignants, soit l’utilisation de l’école, du collège, du lycée ou des universités comme relais pour la propagande de guerre ou le maintien du moral collectif. Il s’agit ici d’œuvrer au plus près des acteurs dans les écoles, les établissements secondaires et les facultés pour analyser comment se déclinent ou non des missions nouvelles liées à une situation exceptionnelle, alors que tout se désorganise sous l’effet de la mobilisation. L’ordre des savoirs, la fonction pédagogique, la mission de recherche, ne peuvent évidemment être mis en œuvre sans modification dans ce contexte sans précédent et sur une durée aussi longue.

Pour que les objectifs scientifiques de ce colloque soient atteints et que les communications puissent faire écho à une histoire plus générale de la Première Guerre mondiale, les organisateurs ont favorisé l’accès à de nouvelles sources – ministérielles, rectorales, scolaires et facultaires – afin de mettre en valeur les fonds de l’académie et de l’Université de Paris, dont les archives relatives aux deux guerres mondiales ont été recensées pour cette occasion.

Séminaire – Travailler ensemble dans l’éducation et la formation (Lyon)

Vous trouverez ci-dessous le programme du séminaire transversal « Normes et normativités » du laboratoire Education, Cultures, Politiques (ECP) pour l’année 2017-2018.

La thématique centrale porte sur « Travailler ensemble dans l’éducation et la formation« . Les séances auront lieu à Lyon2 et le séminaire est coordonné par Stanislas Morel.

Séance 1 : jeudi 25 janvier 2018 de 14h à 17h

Disciplines naturelles et interdisciplinarité volontariste : structures et tensions autour du pilotage interdisciplinaire de l’enseignement supérieur et de la recherche. Emmanuelle Picard, maîtresse de conférences à Lyon 2 (LARHRA)

Genèse et enjeux de l’organisation « pluridisciplinaire » de la politique en faveur de l’« enfance inadaptée » au sortir de la Seconde Guerre Mondiale. Stanislas Morel, maître de conférences à l’université de Saint-Etienne (ECP)

Séance 2 : vendredi 2 mars 2018 de 14h à 17h

Travailler ensemble à partir de points de vue différents : la fonction psychosociale des disputes de métiers au sein de l’organisation du travail. Pascal Simonet, maître de conférences à l’université Aix-Marseille (ADEF)

La pratique à plusieurs en institution d’éducation spécialisée, Marc Derycke, professeur émérite, université de Saint-Etienne (ECP) et Patrick Brasseur, responsable pédagogique, Service Résidentiel pour Jeunes (SRJ) « Les Tilleuls », Genval; Belgique.

Séance 3 : vendredi 27 avril 2018 de 14h à 17h

Questions sur les reconfigurations des frontières de l’action publique éducative dans les développements de sa territorialisation en France. Daniel Frandji, maître de conférences ESPE / Lyon 1 (Triangle)

Un travail à plusieurs enseignants, levier d’une nouvelle division du travail ? Quentin Magogeat, docteur, ATER université de Lyon 2 (ECP)

Séance 4 : lundi 14 mai 2018 de 14h à 17h

Division du travail et inégalités à l’école primaire. Julien Netter, maître de conférences à l’UPEC (CIRCEFT/ESCOL)

Le mouvement Freinet et la coopération (1945-1962). Maryline Gachet, Doctorante, université de Saint-Etienne (ECP)

Séance 5 : mardi 12 juin 2018 14h à 17h

Coopération et rapports sociaux de pouvoir dans les dispositifs de « réussite éducative ». Sandrine Nicourd, maîtresse de conférences à l’université de Versailles-Saint-Quentin (Printemps)

Le “partenariat”: un incontournable de l’action éducative métropolitaine, Manon Pesle, maîtresse de conférences à l’université de Saint-Etienne (ECP)

Contact : stanislas.morel [at] univ-st-etienne.fr

Appel à communications – Décolonisation et enjeux post-coloniaux de l’enfance et de la jeunesse (1945-1980)

Se tiendra à l’Université d’Angers les 27-28 juin 2018 un colloque international autour du thème « Décolonisation et enjeux post-coloniaux de l’enfance et de la jeunesse ». Les propositions sont à envoyer avant le 31 janvier 2018 à yves.denechere [at] univ-angers.fr et blandine.charrier [at] univ-angers.fr

Résumé : Si la jeunesse a joué un rôle important dans la construction des empires coloniaux, elle est également un enjeu essentiel de la décolonisation. Les processus d’émancipation des peuples colonisés au second XXe siècle posent en effet avec force la question sociale et politique de l’enfance et de la jeunesse en contexte colonial et post-colonial, dans les pays devenus indépendants comme chez les anciens colonisateurs. Dans un ensemble complexe de questions politiques et diplomatiques, économiques et sociales, démographiques et populationnistes, philosophiques et religieuses, les enjeux coloniaux et post-coloniaux de l’enfance et de la jeunesse ont produit des biopolitiques spécifiques.

L’appel à communication complet est disponible ici.