AAC: Histoire de l’éducation populaire (1815-1945)

Carole Christen (Université Lille 3, IRHiS – Institut universitaire de France) et Laurent Besse (Université de Tours – IUT –, CETHIS) organisent un colloque  sur le thème “Histoire de l’éducation populaire. 1815-1945“, qui se déroulera les 18 et 19 juin 2015 à Lille. L’appel à communication se trouve ci-dessous ou peut être téléchargé.

Présentation:
De la création de la Société pour l’instruction élémentaire en 1815 à la fondation de Peuple et Culture en 1945, en passant par la Ligue de l’Enseignement fondée en 1866 à l’ouverture du premier Ceméa (Centre d’entrainement aux méthodes d’éducation active) en 1937, les objectifs et les acteurs de l’éducation populaire en France ont fortement évolué. Pendant cette période, cette dernière a été définie de différentes manières et, de plus, n’a pas signifié la même chose au cours d’une même période. Héritée des Lumières et de la Révolution française, la question de l’éducation, de l’instruction et de l’enseignement des « pauvres » est centrale au XIXe siècle tant pour les philanthropes et que pour les réformateurs sociaux. Au cours de ce siècle, son histoire tend à se confondre avec celle de la mise en œuvre de la scolarisation primaire pour les enfants du peuple et des premières expériences de formation « morale », professionnelle et citoyenne des travailleurs – les ouvriers en particulier – par la création de cours du soir. Après l’instauration des lois dues à Jules Ferry, l’éducation populaire doit prolonger l’école et prendre en charge les jeunes sortis de l’école primaire et également les adultes. Mais l’histoire de l’éducation populaire n’est pas seulement une petite « annexe » de l’histoire de l’école. L’installation de « l’école républicaine » dans les années 1880 accentue la concurrence acharnée entre organisations laïques et confessionnelles – catholiques en particulier –, apparue dès les premières réalisations sous la Restauration, pour l’encadrement des activités post-scolaires destinées à la jeunesse populaire et aux ouvriers. Par ailleurs, sous la Troisième République, les initiatives privées des élites visant à « élever » le peuple tendent à être progressivement remplacées par des actions portées par des catégories intermédiaires et par des initiatives publiques dans une société qui se veut plus démocratique. Continue la lecture

PAJEP: Film des Guides de France

La PAJEP propose, dans sa catégorie le “film du mois” visionable en ligne, un film des Guides de France “Hé ! Ho !” de 1953.

Présentation du film par Jean-Jacques Gauthé, historien du scoutisme, membre du comité scientifique du PAJEP

“Hé Ho” est un film 29 minutes tourné durant l’été 1953, produit par Georges Rosetti et réalisé par Guy Jorré pour les Guides de France, mouvement catholique féminin de scoutisme, afin de faire connaître leur association. Celle-ci compte à l’époque 42 000 adhérentes de 8 à 19 ans et constitue l’une des plus importantes associations féminines de France. Il raconte comment Sophie, adolescente de 12 ans, découvre le scoutisme.

AAC: L’enseignement Technique en contexte colonial

La revue en ligne Artefact. Techniques, histoire et sciences humaines lance un appel à contributions sur le thème “L’enseignement Technique en contexte colonial“. Ce dossier sera coordonné par Cédric Perrin (IDHES, Université d’Evry-Val d’Essonne)
et François Wassouni (Département d’Histoire, Université de Maroua).

Présentation:
La dynamique de l’industrialisation en Europe occidentale a fait naître, dans les entreprises, des besoins en main d’oeuvre qualifiée et donc formée. La mise en place,  dans cet espace, de systèmes d’enseignement technique et professionnel à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle répond à cet enjeu fondamental. En France, par exemple, la loi Astier de 1917 consacre l’intervention de l’Etat en la matière avec la création du Certificat d’aptitude professionnel (CAP)[1] . Or, c’est dans ce même temps que des Etats européens se sont engagés dans la conquête coloniale. L’élaboration de l’enseignement professionnel dans les métropoles européennes a-t-il trouvé un prolongement dans les empires coloniaux ? Les colonisateurs européens ont-ils emmenés avec eux leurs systèmes d’enseignement professionnel pour les diffuser dans les espaces colonisés ? La rhétorique auto-justificatrice d’une colonisation porteuse de progrès pourrait laisser le croire. Mais, il est désormais acquis que les réalisations furent en réalité bien limitées. En matière scolaire, l’empire colonial français, par exemple, ne comptait en tout et pour tout que trois universités, à Hanoï, à Alger et à Dakar, encore cette dernière ne fut-elle fondée (1957) que très tardivement (L’Afrique occidentale française – AOF – est indépendante en 1960). La colonisation a bien davantage contribué à figer qu’à progresser, quand elle n’a pas détruit ce qui existait avant elle. L’entreprise de domination culturelle qu’est la colonisation[2] s’avère ainsi peu compatible avec une politique de scolarisation ambitieuse. Cependant, les considérations économiques sont aussi l’une des motivations fortes de la colonisation. L’exploitation économique des colonies appelle une main d’œuvre qu’il a bien fallu former. En outre, il convient de ne pas penser les économies des pays colonisés seulement au regard de la colonisation. D’origine coloniale ou pas, les entreprises de ces pays ont également besoin de salariés qualifiés et formés. La formation de ces derniers se révèle là aussi être un enjeu majeur. Dans quelle mesure, les empires coloniaux en ont pris la mesure ? L’absence de réalisation en matière d’enseignement professionnel ne serait-elle pas un des facteurs qui a freiné, voire bloqué, le développement économique des pays placés sous domination coloniale ? Continue la lecture

Ressources: Bibliothèque numérique patrimoniale de l’école des Mines

La bibliothèque de Mines Paris Tech  vient d’ouvrir sa bibliothèque numérique patrimoniale.

On y trouve :
Des écrits rédigés par les enseignants, les chercheurs ou les élèves de l’école
-       Journaux de voyage des élèves au XIXe
-       Cours de professeurs du XIXe (3 cours ont été numérisés)
-       Archives de chercheurs

Des documents produits par le Corps des mines
-       Journal et annales des mines jusqu’en 1914 (depuis 1794, 526 documents numériques)
-       Statistiques de l’industrie minérale jusqu’en 1977 (depuis 1833, 123 numéros)
-       Cartes départementales géologiques du XIXe siècle (360 feuilles,  soit 120 « ensembles » de descriptions géologiques départementales)

Des livres anciens datant des XVe et XVIe siècles dont le contenu concerne l’Ecole
-       Ouvrages sur l’art des mines
-       Ouvrages présentant un intérêt géologique

La solution technique choisie permet de parcourir ces documents de façon conviviale  et facilite la recherche participative.

L’ensemble des fichiers libres de droits ont été placés sous Licence libre/Open licence afin d’en favoriser la réutilisation la plus large et la plus libre possible.

Archives de Jean-Marie et Françoise Mayeur

Les archives de Jean-Marie Mayeur et de Françoise Mayeur ont été déposées dans des institutions publiques, autorisant leur communication aux chercheurs intéressées.

Les archives de Françoise Mayeur se trouvent, depuis 2007, au sein de la collection des Manuscrits de la BNF, sous la cote NAF 28495; les archives de Jean-Marie Mayeur ont été versées, au printemps 2014, aux Archives nationales. Dans l’attente d’un classement et d’un inventaire définitifs, Catherine Mayeur-Jaouen a eu l’amabilité de mettre à disposition la liste qu’elle a réalisée en préalable à ce versement.

Ressources numériques en histoire de l’éducation

l’équipe Histoire de l’éducation et le Pôle histoire numérique sont heureux de vous annoncer la mise en ligne du tout dernier site du LARHRA : Ressources numériques en histoire de l’éducation.

Ces pages reprennent et mettent à jour l’ensemble des ressources de l’ex Service d’histoire de l’éducation : bases de données, ressources iconographiques, exposés, publications de sources, etc.

Quelques exemples :
Répertoire des professeurs et principaux de la faculté des arts de Paris aux XVIIe et XVIIIe siècles
Le cours magistral : modalités et usages (XVIe-XXe siècles). Ressources documentaires
Les historiens français : la construction d’une discipline académique (1800-2005)
L’Éducation prioritaire à travers les textes institutionnels de 1981 à 2000

Le site accueillera très prochainement de nouvelles ressources et autres contributions de chercheurs.

Soutenance de thèse: Femmes d’action ». Parcours d’enseignantes d’EPS en France

Loïc Szerdahelyi soutiendra, le 11 juin 2014, sa thèse consacrée à «Femmes d’action ». Parcours d’enseignantes d’EPS en France, des recrutements séparés à la mixité des concours (1941-1989)

Jury :
  • Monsieur Philippe Liotard, Maître de Conférences Université Claude Bernard Lyon 1
  • Madame Christine Mennesson, Professeur des Universités Université Toulouse 3
  • Monsieur Luc Robene, Professeur des Universités Université de Bordeaux 2
  • Madame Rebecca Rogers, Professeur des Universités Université Paris Descartes
  • Madame Michelle Zancarini-Fournel, Professeur des Universités Emérite Université Claude Bernard Lyon 1

Le 11 juin 2014 à 9 heures, Salle Elise Rivet, Institut des Sciences de l’Homme 14, Avenue Berthelot, Lyon 7ème

Soutenance de thèse: L’école, exception médiatique

Yann Forestier, soutiendra le 19 juin 2014, sa thèse consacrée à “L’École, exception médiatique. La presse face aux enjeux des changements pédagogiques, 1959-2008“, sous la direction de Jean-Noël Luc et Bruno Poucet.

Jury:

  • Christian Delporte, Professeur d’Histoire à l’Université de Versailles-Saint-Quentin en Yvelines
  • Jean-Noël Luc, Professeur d’Histoire à l’Université Paris-Sorbonne
  • Pascal Ory, Professeur d’Histoire à l’Université Panthéon-Sorbonne, rapporteur
  • Bruno Poucet, Professeur de Sciences de l’éducation à l’Université de Picardie-Jules Verne
  • André Robert, Professeur de Sciences de l’éducation à l’Université Lumière-Lyon 2, rapporteur

Jeudi 19 juin 2014 – 14h30, Université Paris-Sorbonne, 1, rue Victor Cousin – 54 rue Saint-Jacques – M° 10 Cluny-La Sorbonne – RER B Luxembourg
Salle J 636

Parution: Paedagogica Historica 50/3 (May 2014)

Voici le sommaire de la dernière livraison de Paedagogica Historica [50/3, May 2014]

  • “Each word shows how you love me”: The social literacy practice of children’s letter writing (1780–1860), Emily C. Bruce
  • The beginnings of modern education in Korea, 1883–1910, Klaus Dittrich
  • Medico-science and school hygiene: a contribution to a history of the senses in schooling, Patrice Milewski
  • The new model school of education: Thomson, Moray House and Teachers College, Columbia, Martin Lawn & Ian Deary
  • Pedagogical innovation and music education in Spain: Introducing the Dalcroze method in Catalonia, Francesca Comas Rubí, Xavier Motilla-Salas & Bernat Sureda-Garcia
  • A match between university professors and school inspectors? Innovation and stagnation in the physical education curriculum, Hans Vangrunderbeek & Pascal Delheye
  • Monuments to the Republic: School as a nationalising discourse in Turkey, Sabiha Bilgi
  • “All methods—and wedded to none”1: The deaf education methods debate and progressive educational reform in Toronto, Canada, 1922–1945, Jason A. Ellis
  • The impact of foreign policy on educational exchange: the Swedish state scholarship programme 1938–1990, Andreas Åkerlund

 

Conf.: Madame Luce et son école (R. Rogers)

L’équipe de PRESAGE organise une conférence, le mercredi 4 juin, à 17h45, dédiée à l’histoire de l’éducation. Rebecca Rogers présentera son livre Madame Luce et son école pour jeunes filles musulmanes en Algérie : retour sur la biographie d’une institutrice exceptionnelle (1804-1881) [A Frenchwoman's Imperial Strory. Madame Luce in Nineteenth-Century Algeria, Stanford University Press, 2013].

Sciences Po, 56 rue des St Pères 75007 Paris – Salle Goguel

Présentation:
En 1845 Mme Véronique Eugénie Allix fait irruption dans les archives coloniales en réclamant le soutien des autorités pour l’ouverture d’une école de jeunes filles musulmanes à Alger. Selon elle, les femmes sont destinées à jouer un rôle clé dans la pacification de l’Algérie. Son plaidoyer en faveur de l’instruction féminine rencontre une écoute favorable auprès des militaires et administrateurs saint-simoniens présents à Alger dans ces premières années de la colonisation. Entre 1845 et 1861, plus de mille jeunes filles musulmanes reçoivent des leçons de lecture, d’écriture et de grammaire en langue française et elles apprennent aussi des techniques de broderie orientale censées leur procurer un talent utile et lucratif. Le changement de politique coloniale avec le projet de Royaume Arabe au début des années 1860 n’est cependant pas favorable aux femmes musulmanes.
Accusée par les notables musulmans de former des concubines pour les Européens plutôt que des femmes modestes pour les élites locales, l’école de Mme Luce est fermée en 1861 ; seul son « ouvroir », atelier de production, est maintenu. Il continuera à fonctionner, sous sa direction puis sous celle de sa petite fille, Henriette Benaben, jusqu’en 1915. Les broderies que l’une et l’autre fabriquent et collectionnent font aujourd’hui partie de la collection du Musée des Antiquités et d’Art musulman d’Alger. De cette initiative en faveur de l’instruction des jeunes filles musulmanes restent quelques beaux objets, mais guère plus, puisque l’histoire de l’Algérie coloniale s’écrit encore très largement au masculin.
Il s’agira dans la présentation de revenir sur les étapes d’écriture de la biographie consacrée à Madame Luce et d’insister sur ces enjeux pour une histoire sexuée de la colonisation en Algérie.

Carnets d'histoire de l'éducation


Carnets de recherche