Ressources numériques en Histoire de l’éducation

Plusieurs chercheurs ou équipes ont développé de riches sites en histoire de l’éducation, parmi eux, à signaler:

AAC: Le genre des apprentissages : contraintes et contournements

La revue Genre & Histoire lance un appel à contribution pour son n° 20 (2017) sur le thème « Manières d’apprendre. Le genre des apprentissages : contraintes et contournements
(Antiquité – époque contemporaine) », coordonné par Ulrike Krampl (Tours), Dominique Picco (Bordeaux-Montaigne) et Marianne Thivend (Lyon 2).

L’éducation constitue pour l’histoire du genre un objet d’étude stratégique puisque l’accès aux savoirs formalisés et leur validation institutionnelle agissent comme des facteurs majeurs de différenciation sociale et de genre ; tenter d’y introduire davantage d’égalité inspire jusqu’à nos jours des réticences très vives. Cependant, l’école proprement dite n’a concerné, jusqu’au XIXe siècle, qu’une minorité essentiellement masculine de la population européenne, et les inégalités d’accès à l’éducation scolaire, notamment secondaire, technique et supérieure, sont restées fortes pendant une bonne partie du XXe siècle ; en témoignent la composition des effectifs d’élèves et d’enseignant.es, les programmes ou encore les politiques éducatives qui constituent des objets privilégiés de la recherche récente en histoire de l’éducation. Si l’école joue aujourd’hui un rôle crucial, l’éducation ne se réduit guère au cadre scolaire mais comprend, au sein d’un même parcours de vie, différents modes et lieux d’apprentissage qui peuvent alterner ou se mêler, qu’ils soient mixtes ou non, publics ou domestiques, institutionnalisés ou informels, intégrés ou, au contraire, distincts de la socialisation et de l’initiation professionnelle. Tenir compte de cette dimension composite de l’éducation invite non seulement à étudier au même titre garçons et filles, y compris lorsque la socialisation et l’organisation scolaire les séparent, mais aussi à appréhender un ensemble plus large de facteurs qui façonnent le genre des apprentissages. Lire la suite

JE: L’enseignement des langues et des lettres en Europe, 1848-1914

Le 25 mai 2016 aura lieu, à l’Université libre de Bruxelles, une journée d’études sur le thème: « La « fabrique des citoyens ». L’enseignement des langues et des lettres en Europe, 1848-1914« .

Cette journée d’étude propose d’examiner l’évolution et les métamorphoses de l’enseignement des lettres et des langues dans les écoles secondaires en Europe entre 1848 et 1914. Au cours de cette période, la place à accorder aux disciplines littéraires dans les cursus et l’équilibre idéal à trouver entre les langues classiques et vivantes font l’objet de débats nourris dans de nombreux pays. Les polémiques portent notamment sur l’utilité de ces études face à de nouveaux besoins socio-économiques ainsi que sur leur fonction dans la formation des élites et la construction des identités nationales. En effet, au moment où se côtoient les modèles de l’État-nation et des grands empires (russe et austro-hongrois), la fabrication du sentiment national s’opère en large mesure grâce à l’apprentissage d’une langue commune et la transmission d’un héritage collectif. L’école est censée jouer un rôle central dans ce processus, l’étude des langues anciennes, de l’histoire ainsi que la valorisation d’auteurs nationaux devant notamment permettre de forger un « imaginaire » symbolique partagé. Lire la suite

Numérisation des bulletins des anciens élèves des ENS Fontenay et Saint-Cloud

La Bibliothèque Diderot de Lyon a entamé la numérisation et la mise en ligne des bulletins des associations des ancien.ne.s élèves des ENS de Fontenay et de Saint-Cloud. Ils sont consultables aux adresses suivantes:

La collection sera progressivement enrichie.

Pour mémoire, le monument aux morts virtuel des Normaliens de Saint-Cloud morts pour la France durant la Première Guerre mondiale, réalisé par les élèves historiens de la promotion 2013.

Atelier-séminaire des doctorants

Le prochain atelier des doctorant-e-s travaillant sur l’éducation aura lieu le 19 avril prochain, de 13h30 à 17h, à l’ENS de Lyon, site Descartes, salle F 17, autour du thème « L’implication universitaire hors les murs ». Il pourra également être suivi en visioconférence à Paris, sur le site de l’UPS Pouchet en salle 124.

La séance s’organisera autour:

• De la présentation de Camille Vergnaud, doctorante en Géographie à l’université de Paris Ouest Nanterre La Défense, sur « L’implication universitaire hors les murs : géopolitique des partenariats entre université, universitaires, et acteurs territoriaux »

Dans une approche comparative entre Etats-Unis et France, son travail porte sur les différents modes d’implication universitaire « hors les murs » à différents échelons, et leurs interactions : les politiques d’établissement universitaire, les projets de recherche-formation collaborative, et les pratiques individuelles d’enseignants-chercheurs.

En analysant les partenariats entre universités/universitaires et acteurs territoriaux, ce sont les définitions des missions universitaires et le fonctionnement des universités, les postures épistémologiques et les conceptions du métier d’enseignant-chercheur qui sont interrogés.

Son intervention portera sur le positionnement et les politiques de l’université de Paris Ouest Nanterre La Défense à l’égard des territoires et ses acteurs, dans un contexte d’évolution législative de la gouvernance des universités.

• D’une discussion avec Jérôme Aust (Sciences Po Paris, CSO).

Lire la suite

Nouveaux versements d’archives du ministère de l’Education nationale

Voici la liste des versements d’archives effectués par la mission des archives et du patrimoine culturel du MENESR aux Archives nationales en 2015. Ces archives émanent soit de l’administration centrale, soit des établissements publics, administrations ou organismes sous tutelle du MENESR, et classés par les services d’archives de ces institutions. L’ensemble représente 455 mètres linéaires.

Il convient de signaler particulièrement les fonds suivants :

  • archives de cabinets ministériels, en particulier ceux des cabinets de Luc Chatel et Vincent Peillon. Le reste des archives du cabinet de Vincent Peillon ainsi que les archives des cabinets George Pau-Langevin et Geneviève Fioraso seront transférés aux Archives nationales en 2016-2017.
  • archives photos de la Ligue de l’enseignement, qui complètent l’important fonds déposé en 2014 par la Ligue aux Archives nationales.
  • archives du CEREQ (Centre d’études et de recherches sur les emplois et les qualifications), depuis sa création.
  • archives du CRAP (Cercle de recherches et d’action pédagogique), éditeur notamment des Cahiers pédagogiques.
  • archives des vice-chanceliers des universités de Paris.
  • archives d’Henri-Paul Nénot, architecte de la Sorbonne.
  • archives de l’organisation du baccalauréat en outre-mer et à l’étranger, depuis les années 1870.
  • archives de la présidence de l’université Paris-Dauphine.

Les instruments de recherche détaillés de ces archives sont consultables en ligne sur la salle des inventaires virtuelle des Archives nationales, en salle de lecture des Archives nationales ou à la mission des archives du MENESR.

La mission des archives et du patrimoine culturel a en outre participé à la célébration du cinquantenaire de l’Inspection générale de l’administration de l’éducation nationale et de la recherche, en octobre 2015, en réalisant plusieurs panneaux d’exposition rappelant l’histoire et l’action de ce corps. Elle a également co-piloté l’organisation des cérémonies en Sorbonne rendant hommage à Pierre Brossolette, Germaine Tillion, Geneviève de Gaulle-Anthonioz et Jean Zay, entrés au Panthéon en mai 2015.

AAC: La fabrique des programmes dans le supérieur

Les 24 et 25 novembre 2016 auront lieu, à l’ENS de Lyon, des journées d’étude du Réseau d’Etudes sur l’Enseignement Supérieur consacrées à « La fabrique des programmes d’enseignement dans le supérieur : Institutions, pratiques enseignantes et recnnfigurations curriculaires ».

Appel à communication

Bourse jeune chercheur/jeune chercheure ATRHE

L’Association ATRHE dispose de 800€ pour le financement de deux bourses de mobilité pour un ou une jeune chercheur-e (doctorant·e ou docteur·e ayant soutenu depuis 2014) qui est membre adhérent de l’ATRHE.  La bourse doit  aider au déplacement pour une communication dans un colloque national ou, de préférence, international (notamment le colloque d’ISCHE).

Dossier de candidature

  • Un CV de 3 pages maximum
  • Une lettre de motivation expliquant l’importance du colloque pour le développement professionnel ainsi que le soutien financier dont la personne bénéficie déjà.
  • Attestation que la communication a été retenue

Dossier à transmettre à Patricia Legris : patricia.legris /a/ gmail.com; date limite de candidature : avant le 30 avril 2016

Parution: Histoire de la culture scientifique en France

Philippe Poirrier (dir.), Histoire de la culture scientifique en France. Institutions et acteurs, Dijon, Editions universitaires de Dijon, 2016, 156 pages.

Présentation :
Cet ouvrage collectif vise, dans une perspective historienne, à analyser comment la « culture scientifique » a fait l’objet de politiques publiques en France, depuis une trentaine d’années. Les contributions portent sur le rôle des ministères chargés de la culture scientifique (ministère de la recherche & ministère de la culture), des principales institutions (musées et centres de culture scientifique, technique et industrielle) et acteurs concernés (scientifiques et médiateurs, chercheurs et militants de l’éducation populaire). Les analyses menées confirment la rupture des années 1980 : l’hybridation militante des années 1970, perceptible aussi bien chez quelques chercheurs qui souhaitent faire descendre la science dans la rue que chez les militants de l’éducation populaire qui défendent l’idée de loisirs scientifiques, laisse la place à un processus d’institutionnalisation et de professionnalisation, fortement soutenu par les pouvoirs publics. La culture scientifique, technique et industrielle (CSTI) devient un instrument des politiques publiques ; fait l’objet de programmes portés par différents ministères ; s’incarne dans des institutions spécifiques. Mettre les sciences en culture s’affiche comme une priorité.

Table des matières :

  • Introduction : Philippe Poirrier (UBFC)
  • Daniel Raichvarg (UBFC) : Vulgarisation versus culture scientifique
  • Dominique Ferriot (CNAM) : Le Ministère chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche : une politique publique de la culture scientifique, technique et industrielle.
  • Andrée Bergeron (Centre Alexandre Koyré) : Pour une histoire des Centres  de culture scientifique, technique et industrielle.
  • Marina Gasnier  (UBFC) : Patrimoine industriel et technique. Entre héritage culturel et institutionnalisation
  • Michel Van Praët (Museum national d’histoire naturelle): Contexte et acteurs de la rénovation des musées de l’Education nationale.

JE: L’enseignement de l’architecture au XXe siècle. Quelles sources ? Quelle histoire ?

Sous une apparente immobilité, l’enseignement de l’architecture a été profondément transformé en France depuis 1900, bousculé par sa démocratisation, sa décentralisation et sa professionnalisation, mis en cause par l’essor du Mouvement moderne, renouvelé après mai 68 dans ses structures comme dans ses pédagogies, confronté aux échanges européens et à la féminisation…
Des premiers bilans historiques ont été dressés aux Etats-Unis ou en Allemagne, par exemple, mais il n’existe aucune synthèse équivalente en France. Aussi, des enseignants ont-ils lancé un programme de recherche accompagné d’une collecte d’archives, qui se déroulera de 2016 à 2020.

Un colloque de lancement de ce projet de recherche sur l’histoire de l’enseignement de l’architecture aura lieu les 19 et 20 février 2016 à la Cité de l’architecture et du patrimoine et à l’École nationale supérieure des Beaux-Arts et l’École nationale supérieure d’architecture de Paris-Malaquais.
Vous trouverez ici le programme de ces 2 journées.

Pour prendre connaissance de l’ensemble du projet, merci de cliquer sur le lien suivant.

Pour vous inscrire, merci de remplir le formulaire disponible sur le site de la Cité de l’architecture et du patrimoine.