Parution: L’enseignement mathématique à l’école primaire

L’enseignement mathématique à l’école primaire, de la Révolution à nos jours. Tome 2 : 1915-2000. Textes officiels réunis et présentés par Renaud d’Enfert, avec la collaboration de Josiane Hélayel, 695 p.

Cet ouvrage fait suite à un premier, publié en 2003 par le Service d’histoire de l’éducation (INRP).

Parutions et recensions – août 2015

Parutions:
HOTTIN Christian, Les Sorbonne. Figures de l’architecture universitaire à Paris, Publications de la Sorbonne, 2015.

MILBACH Sylvain, Les Chaires ennemies L’Église, l’État et la liberté d’enseignement secondaire  dans la France des notables (1830-1850), Honoré Champion, 2015.

SIRINELLI Jean-François (et al), Les historiens français en mouvement, Paris, PUF, 2015.

Recensions:
Frédéric Attal, Histoire des intellectuels italiens au XXe siècle. Prophètes, philosophes et experts, Paris, Les Belles Lettres, 2013, 772 p.
Recension réalisée par Roberto Colozza pour Histoire@politique, juillet 2015.

Tomás Irish, The University at War, 1914-25. Britain, France, and the United States, Palgrave Macmillan, 2015.
Recension réalisée par Julie Patarin Jossec pour Lectures, juillet 2015.

Régis Revenin, Une histoire des garçons et des filles. Amour, genre et sexualité dans la France d’après-guerre, Vendemière, 2015.
Recension réalisée par Cécile Thomé pour Lectures, juin 2015.

Gisèle Sapiro, dir., Traduire la littérature et les sciences humaines. Conditions et obstacles. Paris : Ministère de la Culture et de la Communication, 2012.
Recension réalisée par Susana Cruces Colado, juin 2015.

Françoise Waquet, L’ordre matériel du savoir. Comment les savants travaillent XVIe-XXIe siècles, Paris, CNRS Éditions, coll. « CNRS philosophie », 2015.
Recension réalisée par Boris Urbas pour Lectures, juillet 2015.

Coll.: Démocratie et citoyenneté étudiante depuis 1968

La Cité des mémoires étudiantes organise, en partenariat avec le Centre d’histoire sociale du XXe siècle, le colloque “Démocratie et citoyennetés étudiantes depuis 1968 : jeux d’échelles“. Il aura lieu du 1er au 3 juillet 2015 au Conseil régional d’Ile-de-France et à l’Université Paris VIII-Vincennes-Saint-Denis.

Pour vous inscrire, veuillez envoyer un mail à l’adresse : info[at]citedesmemoiresetudiantes.org .

Parution: L’enseignement de l’italien en France 1880-1940

Jérémie Dubois, L’enseignement de l’italien en France 1880-1940. Une discipline au cœur des relations franco-italiennes, ELLUG, 2015.

« Pourquoi ont-ils choisi l’italien ? » À la fin du XIXe siècle, un universitaire refuse sèchement de soutenir les rares maîtres d’italien en France. L’italien est alors une langue « suspecte », jugée trop facile pour former les esprits. Elle suscite aussi une hostilité politique car l’Italie est alliée à l’Allemagne, qui vient de remporter la guerre de 1870. Quelques pédagogues, pourtant, rêvent que les cours d’italien préparent la Revanche, en rapprochant Rome et Paris. Ils initient une large mobilisation franco-italienne et créent, à partir de Grenoble, un italianisme universitaire, puis un enseignement secondaire de l’italien. L’immigration italienne, elle, est écartée et parfois même stigmatisée par ce mouvement de réveil de l’italien en France.

Quand l’Italie rejoint les Alliés, en 1915, des professeurs d’italien jouent un rôle clé dans la propagande de guerre italo-française. Certains d’entre eux saluent ensuite l’arrivée de Mussolini au pouvoir et, en 1930, le Duce est même érigé en auteur d’agrégation. Néanmoins, des enseignants d’italien ont combattu la politique d’influence par la langue menée par le régime fasciste à travers la Société Dante Alighieri et l’envoi de lecteurs d’italien prosélytes dans les universités françaises. Croisant les perspectives diplomatiques et éducatives, cette histoire socioculturelle des études italiennes et des italianisants du premier XXe siècle éclaire les rapports entre l’école républicaine française et les langues et cultures étrangères.

AAC: Les paroles d’élèves dans l’Europe moderne (XVe-XVIIe siècle)

Le LIXe Colloque international d’études humanistes du CESR sera consacré en 2016 aux actions d’enseignement dans les collèges et les petites écoles de l’Europe moderne, en se penchant plus particulièrement sur les élèves et leurs manifestations vocales. Cette approche particulière répond d’une part au développement récent de l’intérêt des historiens pour ce paramètre de l’activité humaine (sound studies, performance practice studies). Elle permet en outre de s’interroger sur l’acquisition des savoir-faire (déchiffrement, lecture, maîtrise de son allure verbale…) indispensables à l’insertion dans une société irriguée par le flux de l’information oralisée. De plus, cette interrogation de la dimension sonore de l’enseignement scolaire incite à délaisser les abstractions (l’enfant, le maître) pour tenter d’en souligner les contingences linguistiques, culturelles ou sociales.

L’appel à communication complet peut être consulté sur Calenda.

AAC: Les « associations » d’écoliers, d’élèves et d’étudiants, de l’Antiquité à nos jours

Dans le cadre du laboratoire FRAMESPA (Toulouse), un appel à communications sur le thème “Les « associations » d’écoliers, d’élèves et d’étudiants, de l’Antiquité à nos jours : apprendre en marge de l’institution scolaire et agir dans la cité ?“.

La postérité du terme « association » a sans nul doute connu un essor significatif depuis la loi du 1er juillet 1901 qui la définit sous une forme juridique et à des fins non lucratives : « L’association est la convention par laquelle deux ou plusieurs personnes mettent en commun, d’une façon permanente, leurs connaissances ou leur activité ». L’idée de « former une association », avec comme exemple l’ « Association amicale d’anciens élèves d’un lycée » se composant de « membres », n’est formulée que dans le dictionnaire de l’Académie française de 1932-1935, sans que pour autant une mention particulière ne soit faite aux associations cultuelles nées des modalités d’application de la loi de séparation des Églises et de l’État en 1905.
En réalité, les sources attestent du développement d’organisations juvéniles, à proximité d’institutions scolaires, dès l’Antiquité : qu’il s’agisse d’un « collegium » (terme générique), d’un « corpus », d’une « sodalitas » (mot latin que les jésuites reprennent à l’époque moderne), ou plus simplement d’une « societas ». Au cours de la période médiévale, le mot « association » s’entend comme synonyme de société ou commerce pour Godefroy, et s’applique aux confréries, lignages et corporations… voire aux universités naissantes. Ce même terme devient aussi synonyme, au XVIe siècle, de « traité de société par lequel plusieurs personnes s’associent ensemble », dans le domaine de la diplomatie,  pour La Curne de Sainte-Palaye. Lire la suite

JE: Leçon d’éducation physique, lendits et sport scolaire en images dans les Basses Pyrénées

Une journée d’étude se tiendra le 20 mai à l’Université de Bordeaux sur le thème : “Leçon d’éducation physique, lendits et sport scolaire en images dans les Basses Pyrénées autour des années 1950“.

JE: Comment faire l’histoire des sciences sociales ?

Le 10 mai 2015, aux Archives nationales (site de Pierrefitte sur Seine) aura lieu une journée consacrée à “Comment faire l’histoire des sciences sociales ? Atelier et débats“.

Tirant parti de la publication toute récente en France de cinq ouvrages importants d’histoire des sciences sociales, la journée a pour objet de débattre sur les manières de faire l’histoire de ces disciplines, en insistant sur l’importance cruciale des archives dans le renouvellement des points de vue. Il ne s’agira pas tant de discuter de thèses sur les fondements matériels du travail savant, l’école durkheimienne, l’anthropologie du religieux, les sociologues de Chicago ou encore la jeunesse et les classes sociales que d’examiner de façon critique la manière dont chaque chercheur a défini les problèmes qu’il voulait poser à l’aide de l’enquête historique et les façons de conduire celle-ci.

10 h-11 h: Comment les savants travaillent : une approche sur la longue durée
Françoise Waquet, L’ordre matériel du savoir (XVIe-XXe siècle), CNRS éditions, 360 pages.
Discutants : Jean-Luc Chappey (Université Paris I, IHMC, Institut d’histoire de la Révolution française, IHRF) et Julien Vincent (Université Paris I, Institut d’histoire moderne et contemporaine, IHMC)

11 h-12 h: Relocaliser les savants et les savoirs
Christian Topalov, Histoires d’enquêtes. Londres, Paris, Chicago (1880-1930), Classiques Garnier (collection « Sciences sociales »), 493 pages.
Discutants : Wolf Feuerhahn (CNRS, Centre Alexandre Koyré) et Marie-Claire Robic (CNRS, Epistémologie et histoire de la géographie) Lire la suite