Soutenance de thèse – Olivia Chambard

La fabrique de l’homo entreprenans.
Sociologie d’une politique éducative aux frontières du monde académique et du monde économique
 
Olivia Chambard
La soutenance aura lieu le vendredi 30 juin 2017, à 14 heures, à l’École Normale Supérieure en salle des Actes (45, rue d’Ulm, 75005 Paris)
 
 
Jury :
 
M. Jean-Michel EYMERI-DOUZANS, professeur de science politique, Sciences Po Toulouse
M. Jean-François GIRET, professeur de sciences de l’éducation, université de Bourgogne
M. Mathias MILLET, professeur de sociologie, université François-Rabelais de Tours (rapporteur)
M. Michel OFFERLÉ, professeur de science politique émérite, École normale supérieure (directeur de la thèse)
Mme Sabine ROZIER, maîtresse de conférences en science politique, université Paris-Dauphine
M. Pierre-Paul ZALIO, professeur de sociologie, École normale supérieure Paris-Saclay (rapporteur)
 
Résumé de la thèse :
 
Cette thèse prend pour objet la diffusion dans les grandes écoles et les universités de modules de sensibilisation et de formation à « l’entrepreneuriat » ou à l’ « esprit d’entreprendre » destinés aux étudiants. Articulant science politique, sociologie de l’éducation et sociologie économique, ce travail retrace la genèse d’un problème public, sa mise en politique publique, et sa traduction en curriculum pour produire des conduites économiques d’un type particulier. 
Basé sur une enquête combinant méthodes qualitatives (entretiens, observations, archives) et quantitatives (passage et traitement de questionnaires), cette recherche montre, d’une part, comment certains espaces de l’enseignement supérieur se transforment sous l’effet de l’appropriation de cette nouvelle mission éducative et, d’autre part, comment le projet d’éduquer à l’entreprise se voit à son tour transformé par sa mise en forme scolaire et académique. Par ailleurs, ce travail établit que, si l’acclimatation de l’entrepreneuriat dans l’enseignement supérieur est rendue possible par la variété des usages dont il fait l’objet dans cet espace, ceux-ci ne sont toutefois jamais en mesure de modifier radicalement la signification d’un projet d’ « éducation au libéralisme » dont le cadre sémantique s’est cristallisé de longue date. 
En proposant une sociologie historique et politique de l’éducation à l’entrepreneuriat, cette thèse entend renouveler la connaissance de l’enseignement supérieur de deux façons : d’abord, en en donnant à voir des espaces et des acteurs jusqu’ici mal connus ; ensuite, en étudiant conjointement des dimensions rarement appréhendées ensemble (politiques universitaires et contenus d’enseignement). Ce faisant, ce travail contribue à la compréhension des mécanismes sociaux de production, de circulation et de légitimation de croyances et de pratiques économiques propres au capitalisme contemporain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *