Publication – Carole Christen et Caroline Fayolle (dir.), « Les écoles du peuple à l’ère des révolutions (1815-1880) »

  1. Introduction : Les écoles du peuple, écoles des pauvres ? (Carole Christen et Caroline Fayolle
  2. Vers une « éducation universelle ». La Société pour l’instruction élémentaire, un pôle de la circulation transnationale des savoirs pédagogiques (1815-1833) (Caroline Fayolle)
  3. Écoles du peuple et scolarisation post-élémentaire. Les débuts de l’école primaire supérieure fondée par la ville de Paris (1839-1852) (Renaud d’Enfert)
  4. De l’éducation attrayante à l’instruction pour tous. Les fouriéristes et l’enseignement du peuple, des années 1830 aux années 1890 (Bernard Desmars)
  5. 1848, un éphémère printemps de l’école du peuple ? La République, l’instruction publique et les instituteurs (février 1848-mars 1850) (Jean-François Condette)
  6. Congrégations féminines et « éducation populaire » : l’exemple des soeurs de Saint-Vincent de Paul avant les lois Ferry (Matthieu Brejon de Lavergnée)
  7. Quelles écoles professionnelles pour les jeunes filles pauvres ? Débats et réalisations en Algérie et en France métropolitaine dans les années 1860 (Rebecca Rogers)
  8. Les peuples à l’école. Expositions universelles et circulations des idées pédagogiques en Europe (1867-1878) (Damiano Matasci)

Publication – Sébastian-Akira Alix, L’éducation progressiste aux États-Unis. Histoire, philosophie et pratiques (1876-1919)

Présentation de l’éditeur :  Comment réformer l’école pour en faire un lieu de formation du citoyen ? Cette question a animé les réflexions de nombreux pédagogues comme John Dewey, Célestin Freinet, Ovide Decroly, ou Maria Montessori.  

Cet ouvrage propose une approche historique et philosophique d’un mouvement de réformes pédagogiques fondateur de l’éducation dans l’Amérique du début du XXe siècle : l’éducation progressiste nouvelle, ou comment mettre la pédagogie au service de la démocratie.

Adaptation de l’enseignement à l’enfant, respect du rythme de développement, apprendre en faisant, etc., l’auteur explore les réalisations institutionnelles et les pratiques éducatives qui en ont découlé à travers de nombreux exemples pris dans la période allant de 1876 à 1919, qui marque un tournant dans l’évolution de l’éducation aux États-Unis.

Plus d’informations sur le site des Presses universitaires de Grenoble.

Publication – Antoine Rivière, Abandon d’enfants et parents abandonneurs (XIXe-XXIe s.)

Le numéro 19 de la Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » est paru sous la direction d’Antoine Rivière et a pour thème « Abandon d’enfants et parents abandonneurs XIXe-XXIe siècles »

Ce numéro est consacré à l’abandon d’enfants du XIXe siècle à nos jours. Sans exclure du champ d’investigation ni le sort des enfants abandonnés ni les structures qui les prennent en charge, il s’intéresse en particulier aux parents qui abandonnent. Fille-mère d’hier ou mère adolescente d’aujourd’hui, la mère célibataire y tient une place importante, tant elle apparaît comme la figure emblématique de l’abandonneuse. Néanmoins, derrière l’apparente permanence des deux grands ressorts du délaissement d’enfants – pauvreté d’une part, dissimulation des naissances hors-mariage et stigmatisation de cette maternité solitaire qui inquiète et qui choque d’autre part –, il convient de scruter également les variations, selon les lieux et les époques, des itinéraires sociaux qui conduisent à la séparation. Il s’agit aussi de souligner dans l’histoire de l’abandon le poids de l’événement, guerre ou crise économique notamment. Quant à l’effacement des familles d’origine après que l’abandon a eu lieu, il apparaît qu’il n’est ni systématique ni irréversible. Qu’ils soient empêchés par la misère ou la réprobation morale, certains parents se refusent en effet à disparaître définitivement, et tentent de négocier avec les structures d’accueil ou de contourner leurs règles afin de maintenir un lien que l’abandon est censé avoir dissout. D’autres essaient, lorsque leur situation s’est rétablie ou normalisée, d’obtenir la restitution de leur enfant. Tous doivent faire face aux réticences d’institutions profondément attachées à leurs principes éducatifs et convaincues de faire mieux pour leurs jeunes protégés que des parents considérés bien souvent comme incapables ou indignes.

Sommaire

Continuer la lecture de « Publication – Antoine Rivière, Abandon d’enfants et parents abandonneurs (XIXe-XXIe s.) »

Publication – Caroline Fayolle, La Femme nouvelle. Genre, éducation, révolution (1789-1830)

Nous vous indiquons la parution du livre issu de la thèse de Caroline Fayolle:

La Femme nouvelle. Genre, éducation, révolution (1789-1830), Paris, Éditions du CTHS, 2017, 480 p. Avec une préface de Michèle Riot-Sarcey et une postface de Bernard Gainot. Prix de thèse du Comité des travaux historiques et scientifiques.

Vous trouverez ici le quatrième de couverture.

Publication – Jean-François Condette (dir.), Les personnels d’inspection. Contrôler, évaluer, conseiller les enseignants. Retour sur une histoire, France-Europe (XVIIe-XXe s0)

Les personnels d’inspection

2017
Jean-François Condette (dir.)

À la lumière de nombreuses études de cas, cet ouvrage retrace l’histoire des personnels d’inspection et apporte beaucoup à une meilleure connaissance de l’évolution des procédures d’évaluation des enseignants. Le choix d’une durée d’étude longue permet d’appréhender avec finesse les continuités et les ruptures qui marquent l’histoire de cette profession et replace dans la perspective de l’histoire la « crise » de l’inspection des années 1990-2000. Cet ouvrage compare également la situation! fran&cc edil;aise à celle de plusieurs pays d’Europe, ce qui permet de saisir mais aussi de relativiser « l’exception française ». Avec le soutien du CREHS de l’université d’Artois.

 

Publication – Carole Christen et Laurent Besse (dir.), Histoire de l’éducation populaire, 1815-1945. Perspectives françaises et internationales

Nous vous indiquons la parution de l’ouvrage Histoire de l’éducation populaire, 1815-1945. Perspectives françaises et internationales, dirigé par Carole Christen et Laurent Besse.

Il sortira en libraire le 16 mars, il est disponible dès à présent sur le site internet des Presses universitaires du Septentrion à partir du lien suivant :
http://www.septentrion.com/fr/livre/?GCOI=27574100446150

Voici le sommaire:

Continuer la lecture de « Publication – Carole Christen et Laurent Besse (dir.), Histoire de l’éducation populaire, 1815-1945. Perspectives françaises et internationales »

Publication – « Le psychiatre, l’enfant et l’État », RHEI

Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » – N° 18, « Le psychiatre, l’enfant et l’État. Enjeux d’une spécialité en construction, 1900-1950 », Samuel Boussion et Jean-Christophe Coffin (dir.)

Ce volume est consacré au Congrès international de psychiatrie infantile qui s’est tenu à Paris en 1937 au cours de l’exposition internationale. Premier du genre, il est organisé notamment par Georges Heuyer dont l’importance dans le domaine de l’enfance pendant l’entre deux guerres est désormais un fait admis. Ce sera l’occasion de faire le point sur ce personnage aux multiples activités et d’évoquer la documentation qu’il a laissée. Qui dit congrès international dit aussi circulations, échanges entre les participants, enjeux de connaissance et rapports de pouvoir. C’est tout cela que s’efforce d’aborder ce numéro en faisant une large place à différents représentants de plusieurs des pays présents. C’est ainsi que la psychiatrie de l’enfant et son institutionnalisation sera explorée à partir des situations allemande, belge, britannique, italienne, française et suisse… Enfin, ce sera aussi l’occasion d’appréhender les savoirs psychiatriques sur l’enfant en amont comme en aval afin de mieux saisir l’importance de ce congrès, au-delà du fait d’avoir été le premier du genre.

Ressources : La formation des maîtres en France, 1792-1990. Textes officiels

À la suite du succès rencontré par la base de données sur la formation des maîtres en France, depuis 1914 jusqu’à 1990, Marcel Grandière nous propose, en collaboration avec Rémi Paris, la mise en ligne de son premier répertoire publié il y a quelques années (disponible gratuitement en pdf).

Cet ajout vient augmenter la base de données dynamique en la complétant de plus de 1000 textes produits par la puissance publique (ministères, chambres parlementaires…), depuis 1792 jusqu’à 1914.

http://rhe.ish-lyon.cnrs.fr/?q=toformation

La base donne l’intitulé de chacun d’eux. Les plus importants, ceux qui témoignent d’une inflexion, qui ouvrent une ère nouvelle, sont donnés en extraits ou in extenso.

Parution: Histoire de la culture scientifique en France

Philippe Poirrier (dir.), Histoire de la culture scientifique en France. Institutions et acteurs, Dijon, Editions universitaires de Dijon, 2016, 156 pages.

Présentation :
Cet ouvrage collectif vise, dans une perspective historienne, à analyser comment la « culture scientifique » a fait l’objet de politiques publiques en France, depuis une trentaine d’années. Les contributions portent sur le rôle des ministères chargés de la culture scientifique (ministère de la recherche & ministère de la culture), des principales institutions (musées et centres de culture scientifique, technique et industrielle) et acteurs concernés (scientifiques et médiateurs, chercheurs et militants de l’éducation populaire). Les analyses menées confirment la rupture des années 1980 : l’hybridation militante des années 1970, perceptible aussi bien chez quelques chercheurs qui souhaitent faire descendre la science dans la rue que chez les militants de l’éducation populaire qui défendent l’idée de loisirs scientifiques, laisse la place à un processus d’institutionnalisation et de professionnalisation, fortement soutenu par les pouvoirs publics. La culture scientifique, technique et industrielle (CSTI) devient un instrument des politiques publiques ; fait l’objet de programmes portés par différents ministères ; s’incarne dans des institutions spécifiques. Mettre les sciences en culture s’affiche comme une priorité.

Table des matières :

  • Introduction : Philippe Poirrier (UBFC)
  • Daniel Raichvarg (UBFC) : Vulgarisation versus culture scientifique
  • Dominique Ferriot (CNAM) : Le Ministère chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche : une politique publique de la culture scientifique, technique et industrielle.
  • Andrée Bergeron (Centre Alexandre Koyré) : Pour une histoire des Centres  de culture scientifique, technique et industrielle.
  • Marina Gasnier  (UBFC) : Patrimoine industriel et technique. Entre héritage culturel et institutionnalisation
  • Michel Van Praët (Museum national d’histoire naturelle): Contexte et acteurs de la rénovation des musées de l’Education nationale.

Parution: Histoire de l’Université de Strasbourg de 1919 à 1939

F. Olivier-Utard, Une université idéale? Histoire de l’Université de Strasbourg de 1919 à 1939, Presses universitaires de Strasbourg, 2016.

Comment fonde-t-on une université au XXe siècle ? À Strasbourg, en 1919, au lendemain d’une guerre qui a bouleversé le monde, un projet s’élabore et se met en place, prenant appui sur les évolutions de la science et les besoins nouveaux des sociétés. La dynamique est double : s’appuyer sur les expériences allemande et française, afin d’allier recherche, enseignement et service de la Cité. Le défi sera relevé grâce à des équipes, des laboratoires, des enseignants d’avant-garde et à l’afflux d’étudiants. Dans le même temps apparaissent des freins qui contraignent à restreindre les ambitions, tels le terrain politique local, la crise financière, la mobilité sociale.
Cet ouvrage examine les aléas d’une université en cours de fondation au fil des années de l’entre-deux-guerres, sous les angles divers de l’institution, de la science et des hommes qui les ont produites.