Archives de catégorie : Thèse

Cette catégorie regroupe des billets sur les thèses en cours ainsi que les positions de thèses soutenues.

Prix Robert Mallet 2015

Le premier prix d’Histoire de l’éducation Robert Mallet a été remis le 16 mars 2015 à Amiens à Mme Thuy Phuong NGUYEN pour sa thèse: « L’école française au Vietnam de 1945 à 1975« . Le jury était présidé par Antoine Prost, sous le haut patronage du recteur de l’académie Valérie Cabuil. Le prix consiste en la publication de la thèse.

Séminaire des doctorants en histoire de l’éducation – 20 mai 2015 [Paris]

Le séminaire/atelier des doctorant-e-s en histoire de l’éducation propose aux doctorant-e-s de toutes les disciplines ayant l’éducation et/ou l’enseignement comme objet central ou partiel de leur thèse avec un perspective historique (même réduite), un espace de discussion et de confrontation scientifique. L’objectif de ce séminaire est de permettre la mise en place d’un espace de travail scientifique partagé entre doctorant-e-s, post-doctorant-e-s et chercheur-e-s plus avancés, autour du thème de l’éducation et dans une perspective pluridisciplinaire.

Il est ouvert à tous sans inscription préalable.

La séance du 20 mai 2015 (17h-20h) sera consacrée aux projets de réforme de l’enseignement supérieur, et particulièrement à la question de « l’autonomie des universités » entre la fin du XIXe siècle et 1984. Elle s’organisera autour :

•  de la présentation d’Arnaud Desvignes qui prépare une thèse intitulée « Vers l’autonomie des universités en France. Les acteurs universitaires, politiques et syndicaux face à la réforme (1968-1984) ». (Paris IV Sorbonne. Direction : Jean-Noël Luc et Emmanuelle Picard).

•  de la présentation de Dalila Bahmed qui travaille sur « les transformations des politiques universitaires : contribution à l’étude du changement sémantique de la distinction politique entre l’interne et l’international (1896-1984) ».

•  des commentaires de Patrick Fridenson, directeur d’études (EHESS-CRH).

Les trois projets de réforme étudiés lors de cette séance seront les lois Poincaré du 10 juillet 1896, Edgar Faure du 12 novembre  1968 et Savary du 26 janvier 1984.  Les acteurs de la réforme, durant cette période, placent « l’autonomie » au cœur de leurs projets mais ne définissent pas tous ce terme de la même manière. La mise en valeur de la diversité de ces définitions selon les acteurs et la période envisagée constituera un premier axe d’étude. L’analyse de l’application d’un projet de loi consacré à l’autonomie des universités formera le second axe de réflexion. Dans ce cadre, les résultats d’une étude menée à partir des sources relatives à l’histoire des universités Paris VII, Rennes I et Amiens entre 1968 et 1976 seront évoqués.

Cette séance aura lieu à la Maison de la recherche, salle S 001 (rez-de-chaussée gauche), 28 rue Serpente, 75006, métro Odéon, Cluny, Saint-Michel.

Enquête: les thèses en histoire de l’éducation depuis 1990

La constitution d’une base de données visant à recenser les thèses en histoire de l’éducation soutenues depuis une vingtaine d’année est actuellement en cours. Elle souhaite permettre d’étudier l’évolution de cette discipline.

Cette étude s’inscrit dans un projet plus large, soutenu par un Standing Working Group de l’ISCHE, Mapping the Discipline « History of Education ».

Les thèses retenues doivent satisfaire à trois critères :

  • La thèse doit avoir été soutenue à partir de 1990 (les thèses en cours sont comprises) ;
  • Le sujet de thèse doit comporter une dimension historique ;
  • Le sujet de thèse doit aborder un thème éducatif.

Ce recensement se veut collaboratif et demande à être constamment mis à jour. Si vous constatez un oubli, souhaitez modifier ou ajouter une information, n’hésitez pas à contacter les auteurs de la base (these-he[at]ens-lyon.fr).

Soutenance de thèse: L’institutionnalisation et la transformation de la politique d’enseignement des langues étrangères en France, en Allemagne et au Luxembourg

Nuria Garcia soutiendra, le lundi 8 décembre 2014, sa thèse de doctorat en science politique intitulée « Gouverner les langues : l’institutionnalisation et la transformation de la politique d’enseignement des langues étrangères en France, en Allemagne et au Luxembourg« .

Jury :

  • Mme Linda Cardinal, Professeure titulaire, Chaire de recherche Francophonie et politiques publiques, Université d’Ottawa, École d’études politiques. Rapporteure.
  • M. Yves Déloye, Professeur des universités en science politique à l’IEP de Bordeaux, Centre Émile Durkheim. Rapporteur.
  • M. Peter A. Kraus, Professeur de science politique, Universität Augsburg, Institut d’études canadiennes.
  • Mme Pascale Laborier, Professeure de science politique, Université Paris Ouest – Nanterre La Défense, Institut des Sciences sociales du Politique.
  • M. Pierre Muller, Directeur de recherche au CNRS, IEP de Paris, Centre d’études européennes. Directeur de thèse.
  • Mme Agnès Van Zanten, Directrice de recherche au CNRS, IEP de Paris, Observatoire sociologique du changement.

Résumé :
Cette thèse analyse l’action publique dans le domaine du gouvernement des langues à travers l’étude de la transformation de la politique d’enseignement des langues étrangères en France, en Allemagne et au Luxembourg. L’analyse vise à expliquer comment des politiques d’enseignement des langues relativement similaires en termes d’objectifs et de moyens mis en œuvre produisent des résultats significativement différents dans deux cas a priori très proches que sont la France et l’Allemagne. Retraçant le processus d’institutionnalisation de ces politiques sur le temps long, la démonstration montre que ces différences ne s’expliquent que partiellement par des dynamiques infra-sectorielles. L’explication des variations d’output et d’outcome de la politique d’enseignement des langues étrangères nécessite de prendre en compte la configuration politique et sociétale dans son ensemble à travers une perspective systémique : le découpage sectoriel ou intersectoriel de l’objectif du multilinguisme et les effets d’interaction entre la politique d’enseignement des langues et d’autres secteurs de politique publique expliquent des variations dans la perception d’utilité des langues par les individus et leur motivation de s’investir dans l’apprentissage de ces dernières, et partant les différences de résultat de cette politique. L’absence de lien direct entre inputs, outputs et outcomes de la politique d’enseignement des langues soulève la question des limites de l’action publique en matière de gouvernement des langues, limites qui sont liées à la réactivité de l’État à des préférences contradictoires des citoyens et au lien entre langue et citoyenneté dans les sociétés monolingues.
La soutenance de thèse aura lieu le lundi 8 décembre 2014 à 14h30 à l’École doctorale de Sciences Po (salle de réunion, 3ème étage, 199, boulevard Saint-Germain, 75007 Paris).

Soutenance de thèse: L’écriture et l’enseignement de l’histoire de l’Europe en France et en Allemagne

Morgane Le Boulay soutiendra sa thèse intitulée « Au croisement des mondes scientifique et politique. L’écriture et l’enseignement de l’histoire de l’Europe en France et en Allemagne (1976-2007)« .

Jury :

  • Dominique Dammame , Professeur à l’Université Paris-Dauphine (codirecteur de thèse)
  • Etienne François, Professeur émérite à la Freie Universität Berlin
  • Brigitte Gaïti, Professeur à l’Université Paris I Panthéon Sorbonne
  • Hartmut Kaelble, Professeur émérite à la Humboldt-Universität zu Berlin (codirecteur de thèse)
  • Antoine Vauchez, Directeur de recherche au CNRS, CESSP (rapporteur)
  • Jakob Vogel, Professeur à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris (rapporteur)

Résumé :
Cette thèse est consacrée à la sociologie historique d’un domaine scientifique : l’histoire de l’Europe. A travers une étude des projets collectifs relatifs à l’écriture ou à l’enseignement de cette histoire impliquant des historiens ou des experts de l’enseignement secondaire de l’histoire français et/ou allemands, elle montre l’importance de leurs interactions avec les institutions promouvant l’histoire européenne. De 1976 à la fin des années 1980, un petit nombre d’historiens fondent un domaine de recherche, l’histoire de l’intégration communautaire, en coopération avec la Commission Européenne. De la fin des années 1980 à la fin des années 1990, nombre d’historiens et d’acteurs politiques, scientifiques et économiques s’entendent autour d’une ambition : repenser l’histoire et son enseignement pour fonder une identité européenne. Mais à partir de 2000, cette ambition se délite et les coopérations reposant sur celle-ci cèdent la place à des financements institutionnalisés.
Le vendredi 12 décembre 2014 à 12h30 à l’Université Paris-Dauphine (Place du Maréchal de Lattre de Tassigny, 75016 Paris) en salle A701.

Soutenance de thèse: Le centre universitaire experimental de Vincennes

Christelle Dormoy-Rajramanan soutiendra sa thèse pour le doctorat de science politique, sous la direction de Bernard Pudal, intitulée « Sociogenèse d’une invention institutionnelle : le centre universitaire experimental de Vincennes », le jeudi 4 décembre à partir de 14h en salle des actes du bâtiment F à l’université de Nanterre.

Jury :

  • Mme Gaïti Brigitte, Professeure de Science Politique à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne
  • M. Jeanpierre Laurent, Professeur de Science Politique à l’Université Paris 8 Vincennes-St-Denis (rapporteur)
  • M. Pudal  Bernard, Professeur de Science Politique à l’Université Paris Ouest Nanterre la Défense (directeur de thèse)
  • M. Robert André, Professeur de Sciences de l’Education à l’Université Lyon 2 (rapporteur)
  • M. Soulié Charles, Maître de Conférences de sociologie à l’Université Paris 8 Vincennes-St-Denis

Résumé :

Relevant de l’intérêt renouvelé de l’histoire sociale pour la période des « années 1968 », ce travail cherche à comprendre à la fois les conditions de possibilité de la création d’une institution telle que le « Centre universitaire expérimental de Vincennes » et comment celle-ci a été initialement façonnée par les investissements pratiques et les projections de ses concepteurs, fondateurs et premiers acteurs. A la croisée de la sociologie des politiques publiques éducatives et de l´histoire sociale des champs intellectuels, la socio-histoire de cette expérience universitaire participe de la connaissance des effets de la crise symbolique sans précédent de Mai 68, et offre une voie d´entrée à l´histoire des idées qui prend en compte simultanément les acteurs mobilisés et mobilisables que sont les étudiants et les enseignants, et leurs négociations avec le pouvoir politique.
A l’échelle macro-sociologique, cette recherche s’attache à éclairer les logiques qui président au développement morphologique et symbolique de l´Université depuis les années 50 et participe de la connaissance du fonctionnement de l’Etat et du pouvoir politique en conjoncture de crise. A l’échelle micro-sociologique, elle se veut attentive aux logiques d’action des acteurs sociaux et aspire à comprendre comment et pourquoi, suivant quels représentations, dispositions et intérêts, les acteurs (individuels et collectifs) investissent leurs rôles et « métiers » (de hauts fonctionnaires, responsables politiques, « intellectuels », enseignants-chercheurs, étudiant), sans sous-estimer les contraintes qui pèsent sur eux.
Ce travail s’appuie sur des matériaux complémentaires (archives, entretiens, biographies, statistiques) qui permettent de mettre en perspective « données quantitatives » et « données qualitatives », et de renseigner les deux échelles d’analyse.

Soutenance de thèse: Savoirs en diplomatie

​Guillaume Tronchet soutiendra le vendredi 5 décembre 2014 sa thèse consacrée à « Savoirs en diplomatie. Une histoire sociale et transnationale de la politique universitaire internationale de la France (années 1870 – années 1930)« .

Devant un jury composé de :

  • M. Christophe Charle, professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • M. Nicolas Guilhot, directeur de recherche au CNRS, deputy director of the CIRHUS (New York University-CNRS)
  • M. Stanislas Jeannesson, professeur d’histoire contemporaine à​​ l’université de Nantes
  • Mme Anne Simonin, directrice de recherche au CNRS, directrice de la Maison française d’Oxford
  • M. Ludovic Tournès, professeur associé d’histoire internationale à l’université de Genève
  • M. Patrick Weil, directeur de recherche au CNRS (directeur de thèse)​

​​Fondation Abreu​​ de Grancher (Grand Salon)
Cité internationale universitaire de Paris
57​ boulevard Jourdan
75014 Paris​

Soutenance de thèse: Les lettrés vietnamiens et le confucianisme à l’épreuve de l’agression occidentale

Lê Phuôc Hông a soutenu sa thèse (sous la direction de Jean-Yves Mollier):  « Les lettrés vietnamiens et le confucianisme à l’épreuve de l’agression occidentale : crises, changements et permanences (1858-1945)« , le lundi 3 novembre 2014, à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Membres du jury :

  • Pierre BROCHEUX, Professeur Emérite, à l’Université Paris Diderot Paris VII – Rapporteur
  • Trinh VAN THAO, Professeur Emérite, à l’Université d’Aix Marseille – Rapporteur
  • Jean-Yves MOLLIER, Professeur des Universités, à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines – Directeur de thèse
  • Jean-Claude YON, Professeur des Universités, à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines – Examinateur

Résumé :
Le Confucianisme fait partie intégrante de la culture vietnamienne. En fait, importées au Vietnam dès les premiers jours de la domination chinoise il y a plus de 2000 ans, les doctrines confucéennes commencèrent à obtenir une place dominante dans l’éducation et la politique nationales au XVe siècle. La dernière monarchie du Vietnam, celle des Nguyễn, fut fondée au XIXe siècle. Elle choisit le Confucianisme comme base idéologique de son régime. Les concours confucéens, servant à recruter les fonctionnaires d’Etat, furent alors rétablis. La société fonctionnait alors sous le signe du Confucianisme. La colonisation française devait interrompre ce processus. Les Français importèrent en effet leur système éducatif et imposèrent leur domination politique. Comment réagirent les lettrés confucéens vietnamiens ? Ils n’avaient pas une même attitude face au nouveau contexte historique, divisés entre l’ancien et le nouveau, entre la résistance et la collaboration, entre la sauvegarde ou l’abandon du système confucéen. Au début du XXe siècle, en 1919, les derniers concours confucéens se déroulèrent au Vietnam. Après cette date, les lettrés vietnamiens continuèrent à se diviser sur la voie du salut national, et l’un d’entre eux, Hồ Chí Minh a réussi dans sa voie révolutionaire avec le marxisme-léninisme qui gouverne encore le Vietnam de nos jours. Continuer la lecture

Prix Robert Mallet d’histoire de l’éducation

Le rectorat de l’académie d’Amiens lance le Prix Robert Mallet d’histoire de l’éducation, qui récompense, sous forme de publication chez Encrage, une thèse de doctorat.

La thèse porte sur un sujet d’histoire de l’éducation quelle que soit la période et  l’aire géographique considérées. Cette thèse devra avoir été soutenue dans une université française. Ce prix remis tous les deux ans le sera  pour la première fois en mars 2015. Les thèses devront avoir été soutenues avant le 31 décembre de l’année précédant la remise du prix (thèses 2013 et 2014 pour le prix 2015).

Les candidats adressent un résumé de la thèse pour le 1er décembre 2014 au plus tard (même si la thèse n’est pas encore soutenue) au cabinet du recteur en indiquant la liste des membres du jury, la mention et un résumé (ce.recteur@ac-amiens.fr). Le président, le vice-président et le secrétaire examinent la recevabilité de la candidature pour le prix. Les candidats adressent ensuite un exemplaire de la thèse à chacun des rapporteurs qui seront désignés par le rectorat. Il est demandé aux candidats d’adresser aux rapporteurs de préférence une thèse imprimé en recto-verso. Quel que soit le résultat du prix, le tapuscrit ne sera pas retourné aux candidats.

Thèses soutenues récemment

Mounier Al Ahmad, « La politique linguistique de la France en Syrie durant le mandat (1920-1946) », sous la direction de Jérôme Grévy.
Thèse soutenue le 12 juin 2013 à l’Université de Poitiers
Jury : Bernard Lachaise, PR Bordeaux 3, Yves Denéchère, PR Angers, Jérôme Bocquet, PR Orléans, Jérôme Grévy, PR Poitiers

Résumé : Entre 1920 et 1946, la Syrie fut placée sous mandat français. La charte du mandat a fait du français la langue officielle du pays. Ces recherches analysent la manière dont la France a organisé le Haut-commissariat, et en particulier le service de l’instruction publique, qui, à son tour, a organisé l’enseignement dans le but de faciliter la propagation de la langue française. La politique linguistique appliquée fut différente selon la nature des école. Dans l’Etat de la Syrie, le français occupait une place variant entre langue étrangère et langue des sciences dans l’enseignement officiel. Dans les autres états, spécialement celui des Alaouites, le français était la langue de l’enseignement ; ainsi la France espérait-elle se créer en Syrie une clientèle qui dépende d’elle, comme c’était le cas des Maronites au Liban. La France comptait sur les écoles privées, principalement sur les écoles privées françaises, pour enseigner le français : elle les a placées sous son propre contrôle, les a soutenues financièrement, leur a fourni du matériel pédagogique ; elle les a dotées de professeurs français, leur a accordé des bourses, et enfin elle a rendu les diplômes de ces écoles plus prestigieux que ceux des écoles officielles. À la fin du mandat, la Syrie a remanié l’organisation française, refaisant du français une langue étrangère et réduisant l’enseignement dans les écoles privées.

———————————–

Soutenance de thèse: Femmes d’action ». Parcours d’enseignantes d’EPS en France

Loïc Szerdahelyi soutiendra, le 11 juin 2014, sa thèse consacrée à «Femmes d’action ». Parcours d’enseignantes d’EPS en France, des recrutements séparés à la mixité des concours (1941-1989) »

Jury :
  • Monsieur Philippe Liotard, Maître de Conférences Université Claude Bernard Lyon 1
  • Madame Christine Mennesson, Professeur des Universités Université Toulouse 3
  • Monsieur Luc Robene, Professeur des Universités Université de Bordeaux 2
  • Madame Rebecca Rogers, Professeur des Universités Université Paris Descartes
  • Madame Michelle Zancarini-Fournel, Professeur des Universités Emérite Université Claude Bernard Lyon 1

Le 11 juin 2014 à 9 heures, Salle Elise Rivet, Institut des Sciences de l’Homme 14, Avenue Berthelot, Lyon 7ème

Soutenance de thèse: L’école, exception médiatique

Yann Forestier, soutiendra le 19 juin 2014, sa thèse consacrée à « L’École, exception médiatique. La presse face aux enjeux des changements pédagogiques, 1959-2008« , sous la direction de Jean-Noël Luc et Bruno Poucet.

Jury:

  • Christian Delporte, Professeur d’Histoire à l’Université de Versailles-Saint-Quentin en Yvelines
  • Jean-Noël Luc, Professeur d’Histoire à l’Université Paris-Sorbonne
  • Pascal Ory, Professeur d’Histoire à l’Université Panthéon-Sorbonne, rapporteur
  • Bruno Poucet, Professeur de Sciences de l’éducation à l’Université de Picardie-Jules Verne
  • André Robert, Professeur de Sciences de l’éducation à l’Université Lumière-Lyon 2, rapporteur

Jeudi 19 juin 2014 – 14h30, Université Paris-Sorbonne, 1, rue Victor Cousin – 54 rue Saint-Jacques – M° 10 Cluny-La Sorbonne – RER B Luxembourg
Salle J 636

Poste: Assistant-e en Histoire de l’éducation (U. de Genève)

Le poste d’assistant mis au concours s’insérera dans l’Equipe de Recherche en HIstoire Sociale de l’Education (ERHISE), placée sous la responsabilité de Rita Hofstetter (PO) et de Joëlle Droux (MER), à la Faculté de psychologie et des sciences de l’éducation de l’Université de Genève.

La personne retenue réalisera une thèse de doctorat et assumera les charges incombant à tout assistant de l’Université de Genève. Les recherches conduites pour la thèse et dans le cadre de ce poste privilégieront les domaines d’études d’ERHISE (cf. http://blogs.unige.ch/fapse/SSE/erhise/): évquons notamment les phénomènes de circulations de savoirs, de transferts culturels, de dynamiques transnationales et les débats historiographiques qui en découlent (histoire croisée, globale, mondiale, connectée, partagée) en histoire de l’éducation. Un accent particulier peut être placé sur l’histoire des organisations internationales (par ex. le Bureau international de l’éducation).

Fiche de poste

Thèse en cours: La langue, l’école et la nation. Histoire sociale et politique comparée des professeurs de lettres de l’enseignement secondaire public en Belgique et en Italie au XIXe s.

Mara Donato Di Paola prépare une thèse sous la direction de Cécile Vanderpelen-Diagre (Université Libre de Bruxelle) sur le thème: « La langue, l’école et la nation. Histoire sociale et politique comparée des professeurs de lettres de l’enseignement secondaire public en Belgique et en Italie au XIXe siècle (1850-1914)« .

Présentation:

Ce projet a pour ambition d’éclairer un aspect encore largement méconnu de l’histoire politique et sociale des bourgeoisies éduquées en Europe au XIXe siècle : le rôle joué par l’enseignement des lettres dans les écoles secondaires publiques dans le processus de construction de l’identité nationale, par le biais de l’enseignement des langues nationales et de la promotion de la culture humaniste par les professeurs. Cette recherche prendra la forme d’une étude comparée de cette problématique en Belgique et en Italie durant la période (1850-1914), au cours de laquelle les deux pays se trouvent dans des situations très comparables. Il s’agit en effet de deux États jeunes confrontés aux réalités du multilinguisme. Mené en s’appuyant sur une série de travaux sur l’histoire belge et italienne, l’histoire de l’enseignement dans les deux pays et l’histoire des bourgeoisies éduquées en Europe, le projet s’articule autour de trois axes de recherche. Le premier concerne le contexte politique et institutionnel : le développement progressif d’un enseignement étatique, la professionnalisation de la carrière professorale, l’évolution des programmes d’enseignement dans le domaine des lettres. Le deuxième axe concerne le rôle de l’enseignement des langues nationales dans le processus de construction de l’identité nationale dans les deux pays. Le troisième axe porte sur la fonction et la figure des professeurs de lettres en tant qu’intelligentsia promotrice de la culture humaniste.