Archives mensuelles : juillet 2012

Thèse soutenue: Histoire scolaire, impérialisme(s) et décolonisation(s)

Une thèse récemment soutenue (mai 2012):
Iris Seri-Hersch1, Histoire scolaire, impérialisme(s) et décolonisation(s) : le cas du Soudan anglo-égyptien (1945-1958)
sous la direction de Ghislaine Alleaume, Aix-Marseille Université

 

Jury
Ghislaine ALLEAUME Directrice de recherches CNRS-IREMAM, Aix-en-Provence
Pierre-Philippe BUGNARD Professeur, Université de Fribourg, Suisse
Marc DEPAEPE Professeur, Université Catholique de Louvain, Belgique
Haggai ERLICH Professeur émérite, Tel Aviv University, Israël
Odile GOERG Professeur, Université Denis Diderot – Paris 7
Robert ILBERT Professeur, Aix-Marseille Université, Aix-en-Provence
Catherine MILLER Directrice de recherches CNRS-IREMAM, Aix-en-Provence
Justin WILLIS Professeur, Durham University, Royaume-Uni

 

Réinscrivant le Soudan anglo-égyptien dans l’histoire impériale britannique, cette thèse explore l’histoire scolaire soudanaise à l’ère de l’”ébranlement colonial” qui succéda à la Seconde Guerre mondiale. Les matériaux didactiques, les contenus prescrits et les pratiques pédagogiques sont analysés à la lumière de cinq développements majeurs des années 1945-1953 : le virage “paterno-progressiste” des politiques coloniales britanniques en Afrique, dont l’objectif était désormais de préparer les peuples colonisés à l’autogouvernance ; la polarisation des positions britannique et égyptienne sur la question du Soudan ; la concurrence accrue entre les deux courants du nationalisme soudanais (indépendantiste et unioniste) ; l’unification hâtive du Nord et du Sud-Soudan après plus d’un demi-siècle de gestion séparée ; et la tentative des élites nord-soudanaises de construire un État-nation arabo-musulman. Le second volet de la thèse est consacré à une mise en perspective diachronique et synchronique de l’histoire scolaire soudanaise de fin d’Empire : celle-ci marqua-t-elle une véritable rupture par rapport à l’histoire scolaire pratiquée au Soudan jusqu’en 1945 ? Quelles étaient les convergences et les divergences entre l’histoire scolaire du Soudan et celle d’autres territoires de l’(ex-)Empire britannique (Ouganda, Rhodésie du Nord, Nigeria, Égypte, Inde, Grande-Bretagne) ? Ma réflexion s’achève sur deux problèmes cruciaux de l’ère postcoloniale : la décolonisation – ou non – des récits historiques scolaires après l’indépendance (1956) et le rôle catalyseur de l’histoire scolaire dans la guerre civile entre le Nord et le Sud-Soudan.