Thèse soutenue: Lycées en ville, villes au lycée. Les lycées innovants des villes nouvelles de la région parisienne au cours des années 1970

Sylvie Zenouda a soutenu, le jeudi 27 juin 2013, sa thèse consacrée aux « Lycées en ville, villes au lycée. Les lycées innovants des villes nouvelles de la région parisienne au cours des années 1970 » sous la direction de Jean-Noël Luc (Université Paris-Sorbonne).

Jury:
Anne-Marie Châtelet, professeure d’histoire et de culture architecturales, École nationale supérieure d’architecture de Strasbourg
Jean-François Condette, professeur d’histoire contemporaine, Université d’Artois
Tristan Lecoq, Inspecteur général de l’Éducation nationale d’histoire et géographie
Jean-Noël Luc, professeur d’histoire contemporaine, Université Paris-Sorbonne
Loïc Vadelorge, professeur d’histoire contemporaine, Université Paris-Est

 
Résumé:
Après une période de construction scolaire massive et industrialisée, depuis le début des années 1960, la monotonie architecturale et la qualité insuffisante des bâtis sont mises en cause, vers 1970, tandis que, dans les villes nouvelles, les aménageurs recherchent des constructions différentes, voire exemplaires, dans le cadre contraignant du VIe Plan (1971-1975) mais grâce aux recherches architecturales liées aux efforts de rénovation pédagogique. Le sujet a été étudié à partir des fonds des Archives nationales et départementales, des travaux officiels sur l’évaluation des villes nouvelles et des témoignages de plusieurs acteurs et témoins. Les trois premiers lycées construits en villes nouvelles (1973, les Sept Mares à Saint-Quentin-en-Yvelines ; 1975, Parc des Loges à Évry ; 1978, Alfred Kastler à Cergy-Pontoise) représentent des avancées décisives dans une conception renouvelée des espaces scolaires et de la liaison ville-lycée.

AAC: Jeunesse irrégulière et école XIXe-XXe siècles

La Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » publie un appel à communication pour un numéro sur le thème “Jeunesse irrégulière et école“ sous la direction de Laurent Besse.

Présentation du numéro :

La Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » est une publication consacrée au champ de l’histoire de l’enfance et de la jeunesse marginales ou marginalisées. Elle consacre son prochain numéro à la scolarité des jeunes « irréguliers », en France et hors de France, champ qui a été peu abordé. Seule certitude : la part du scolaire a toujours été marginale dans la prise en charge de ces enfants. Il s’agit donc de comprendre pourquoi dans une France qui prétendait faire l’éducation de ses futurs citoyens par l’instruction, les mineurs dépendant le plus étroitement de l’État (mineurs de justice, orphelins) se sont vus majoritairement refuser l’instruction au profit d’une simple éducation / rééduction.

Voir l’annonce sur le site Calenda.

AAC: Changements dans les curricula et reconfigurations des disciplines scolaires

Voici un appel à communication dans le cadre des Journées scientifiques 2013 Cclépodi (Curricula Compétences Langage Evaluation Polyvalence Didactiques des Disciplines Interdisciplinarité) sur le thème « Changements dans les curricula et reconfigurations des disciplines scolaires« .

Les curricula connaissent actuellement des changements marqués qui interagissent avec des processus de reconfiguration des disciplines scolaires. L’organisation des enseignements héritée est en effet profondément remise en cause par la prise en compte de nouvelles attentes sociales : développement d’un enseignement par compétences, multiplication des objectifs transversaux (par exemple : éducation à la santé, au développement durable, aux média ; histoire des arts), modification des modes d’évaluation et des épreuves d’examen, création de certifications (comme le B2i), introduction de nouveaux savoirs dans les disciplines existantes ou par de nouvelles matières, etc. La diversité et l’importance de ces transformations sont une donnée nouvelle dans l’histoire de l’enseignement primaire et secondaire. Depuis que l’organisation curriculaire et les périmètres des disciplines scolaires ont été fixés au tournant du XIXe et du XXe siècle, aucune période d’évolution n’a été aussi rapide, ni aussi généralisée à tous les niveaux d’enseignement. C’est la raison pour laquelle les transformations en cours posent questions aux enseignants qui ont à les mettre en œuvre, aux formateurs d’enseignants qui s’efforcent de les y préparer et, plus largement aux parents d’élèves et à la société toute entière. Continuer la lecture de « AAC: Changements dans les curricula et reconfigurations des disciplines scolaires »

AAC: Elites et savoirs au Nord et au Sud

Les Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs publient un appel à communication pour un numéro sur le thème « Elites et savoirs au Nord et au Sud« .

Présentation:

Le dossier de ce numéro des Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs portera sur les liens entre savoirs et élites au Nord et au Sud et, plus précisément, sur les logiques et conditions sociales de la mobilisation des savoirs dans l’accès au statut d’ « élite » et dans la constitution de réseaux élitaires.

Étymologiquement, le terme d’élite désigne ceux qui sont élus, choisis, distingués. L’élite se définit donc d’emblée relationnellement, en opposition à la masse. Il n’est pas possible de définir « une » élite selon un critère unique : les sociétés comportent autant d’élites que de domaines de compétences, de concurrence et de légitimation. De plus, les groupes qui peuvent prétendre au rang d’élites (dans les domaines économique, politique, académique, par exemple) ne peuvent être définis a priori, indépendamment des contextes historiques et nationaux. Ainsi, les universitaires font partie des élites et sont étroitement imbriqués au champ du pouvoir dans bon nombre de pays du Sud, alors qu’ils sont plus proches des classes moyennes supérieures dans un pays comme la France.

Le concept d’élites (qui ne se confond pas avec les notions de classe dominante, dirigeante, possédante, etc.) suppose donc des formes, variables selon les contextes, de consécration et d’auto-consécration, et — c’est notre hypothèse —, des types de savoirs assurant la légitimation des élites. La question centrale de ce numéro est ainsi celle du rôle des savoirs dans ce processus de distinction, en se penchant plus spécifiquement sur trois types d’élites : académiques, politiques et économiques. Continuer la lecture de « AAC: Elites et savoirs au Nord et au Sud »

AAC: Université et histoire de l’art, objets de mémoire (1870-1970)

Un appel à communication pour deux journées d’études consacrées à l »Université et histoire de l’art, objets de mémoire (1870-1970)« , organisées à Bordeaux, les 12 et 13 décembre 2013.

Ces journées d’études s’inscrivent dans le cadre d’un programme de recherches sélectionné en 2010 par la Région Aquitaine. Celui-ci repose en particulier sur la localisation, l’identification, l’inventaire et la documentation du patrimoine de nature artistique, immobilier et mobilier, de l’université bordelaise, depuis les facultés construites à Bordeaux dans la seconde moitié du XIXe siècle jusqu’à l’implantation du campus universitaire à Pessac au tournant des années 1960. Le programme de recherches entend couvrir trois domaines : l’architecture, la décoration et les collections (moulages et photographies pour l’essentiel) liées à l’enseignement de l’histoire de l’art.

Voir l’appel à communication sur le site de Calenda.

ACC: Archives des savoirs : problèmes et enjeux

Un appel à communication sur le thème: « Archives des savoirs : problèmes et enjeux« .

Présentation:

Depuis quelques années, les archives sont au centre de débats, de controverses et de préoccupations diverses qui ont largement débordé les milieux patrimoniaux et historiques. Signe paradoxal de cette centralité : la singularisation du mot. On parle plus volontiers aujourd’hui de l’archive que des archives. Manière de contourner ou de conjurer l’institution, le lieu et le dépôt, au profit d’une extension sémantique qui vise des supports, des contenus et des usages qui se sont diversifiés. Tout devient archive et l’archive paraît ainsi retrouver son sens matériel et ontologique pour désigner l’origine, le commencement, le primitif, le matériau brut.

Dans un moment de conversion numérique irréversible, l’archive se confronte à la fragilité des supports. Parce que l’archive est incertaine, archiver devient une obsession de notre temps. Enjeu d’un avenir problématique, l’archive n’est plus seulement une trace, un vestige, une relique, mais l’expression d’une consignation, d’une conservation et d’une préservation de notre présent.

Du Moyen Âge au XXIe siècle, qu’en est-il des archives des savoirs et plus particulièrement des archives de la recherche scientifique toutes disciplines confondues ? La mise en forme du savoir ne contribue-t-elle pas précisément à une mise à l’écart, à un effacement systématique des traces ? L’archive serait ici le brouillon, la rature, ou alors le reste, la scorie qui a échappé ou résisté à la mise au propre, à l’écriture, à la réduction à la formule. Pourtant les traces du processus même de la recherche constituent une manière de déconstruire des certitudes, de comprendre comment une idée s’est esquissée, comment des connaissances nouvelles se sont élaborées.

Par ailleurs, la marginalisation de l’archive n’a pas nécessairement entravé la mise en forme mémorielle des savoirs. L’archive peut ainsi devenir en soi un trésor, une relique, ou plus prosaïquement une ressource supplémentaire, le prolongement d’une leçon, d’une transmission, ou encore un lieu de mémoire. Lire la suite sur Calenda…

 

Parution: Les enjeux contemporains de la formation juridique

Vient de paraître, sous la direction de  Myriam Aït-Aoudia, Liora Israël et Rachel Vanneuville un numéro de la revue Droit et Société sur « Les enjeux contemporains de la formation juridique » [83, 2013].

Sommaire:

  • « Le droit saisi par son enseignement. Présentation du dossier », Myriam Aït-Aoudia, Rachel Vanneuville
  • « Quel droit pour quel magistrat? Evolution de la place du droit dans la formation des magistrats français, 1958-2005 », Anne Boigeol
  • « De l’honnête homme au manager? La contribution des enseignements juridiques de l’Ecole Centrale à la définition d’un ingénieur d’élite depuis 1829 », Antoine Derouet
  • « Quand les managers mettent la robe. Les grandes écoles de commerce sur le marché de la formation juridique », Emilie Biland
  • « La formation contemporaine des avocats : aiguillon d’une recomposition de l’enseignement du droit en France? » Rachel Vanneuville
  • « Un bon juriste est un juriste qui ne s’arrête pas au droit. Controverses autour de la réforme de la licence de droit de mars 1954 », Cédric Moreau de Bellaing
  • « Le droit dans la concurrence. Mobilisations universitaires contre la création des diplômes de droit à Sciences Po Paris », Myriam Aït-Aoudia
  • « L’apprentissage du droit. Une approche ethnographique », Liora Israël

 

CFA: Machines and Mechanization in the History of Education: Devices, Myths, and Processes

La revue Jahrbuch für Historische Bildungsforschung, Vol. 20 (2014) (Yearbook for History of Education) lance un appel à contribution sur le thème « Machines and Mechanization in the History of Education: Devices, Myths, and Processes« , sous la direction de Christian Kassung et Marcelo Caruso

Présentation:
Machines have a life of their own: They have power units, and they are programmed to perform certain tasks. The more autonomously they act, the more radically they question the line between nature and culture. This is why they are so ambivalent: both fascinating and disturbing. The fascination of machines is closely connected to their growing sophistication and the extension and transformation of their applications. At the same time, however,  this also poses a threat to human autonomy,  for the existence  of machines  always defines man in technical terms as well. Continuer la lecture de « CFA: Machines and Mechanization in the History of Education: Devices, Myths, and Processes »

Colloque: Droit et sociologie (1860-1939). Moment juridique de la sociologie ou moment sociologique du droit ?

L’Institut Michel Villey de l’Université Paris 2 Panthéon-Assas et l’École de droit de Sciences Po organisent, avec le soutien de Philosophies contemporaines / NoSoPhi de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, un colloque international intitulé : « Droit et sociologie (1860-1939). Moment juridique de la sociologie ou moment sociologique du droit ? ». Le colloque se tiendra le jeudi 20 juin et le vendredi 21 juin 2013 à Paris.

Ce colloque se propose d’interroger l’histoire des rapports et déterminations réciproques entre science juridique et science sociale sur une période s’étendant des premières entreprises d’institutionnalisation de la sociologie dans les années 1860 jusqu’aux prémices de constitution de la sociologie juridique comme discipline autonome dans l’entre-deux-guerres. Il s’agira également de contribuer à une comparaison de ces histoires selon les différents contextes nationaux et les différentes traditions disciplinaires nationales. Le programme est en ligne sur Calenda.

Parution: Science et révolutions politiques

Le dernier numéro de la revue Parlement[s] est consacré à l’histoire des sciences, sous le titre « Science et révolutions politiques« .
Le dossier ci-joint détaille son contenu, en donnant les résumés des articles et en présentant la partie « Sources » consacrée aux documents inédits commentés dans ce numéro, ainsi que les modalités pour y accéder, en format papier ou sur la base Cairn. Certains des articles sont susceptibles d’intéresser directement les historiens de l’éducation.

JE: Etudier l’architecture aux Beaux-Arts. Rencontres autour de la mise en ligne du « Dictionnaire des élèves architectes de l’école des Beaux-Arts (1800-1968)

L’INHA organise organise le 18 juin 2013 une journée d’études consacrée à « Etudier l’architecture aux Beaux-Arts. Rencontres autour de la mise en ligne du « Dictionnaire des élèves architectes de l’école des Beaux-Arts (1800-1968) » ».

Présentation:

Héritière de l’enseignement de l’Académie royale d’architecture, l’École des Beaux-arts a exercé un quasi monopole sur l’enseignement de l’architecture en France des toutes premières années du XIXe siècle à son éclatement en 1968.

Plus de 18 000 élèves en architecture y ont été officiellement inscrits. Probablement le double, ou plus encore, a fréquenté un des ateliers d’architecture officiels ou extérieurs. Certains se sont même déclarés indûment avoir été élève de l’École. Son influence a largement débordé les frontières de la France, notamment sur certaines groupes d’élèves étrangers, comme les Suisses, les Roumains et surtout les Américains, marquant durablement les réalisations architecturales et urbaines dans ces pays, jusque dans les années 1920.

Le recensement et le dépouillement systématiques des registres matricules de l’École ont permis de dresser une liste exhaustive des élèves qui y ont effectué une scolarité, même partielle. Les informations sur les étapes de cette scolarité tirées des feuilles de valeurs ont formé le socle d’un dictionnaire, qui constitue en même temps une liste d’autorité.

Les 5 300 premières notices des élèves admis sur toute la durée du xixe siècle ont été mises en ligne sur le site de l’INHA. Chacune est accompagnée des images numérisées du dossier de l’élève (conservé aux Archives nationales de France) et d’une notice biographique contenant des informations sur la carrière de chacun, issues d’autres sources documentaires. Continuer la lecture de « JE: Etudier l’architecture aux Beaux-Arts. Rencontres autour de la mise en ligne du « Dictionnaire des élèves architectes de l’école des Beaux-Arts (1800-1968) »