Archives mensuelles : février 2014

AAC: Atelier de recherche franco-allemand sur l’histoire des universités

Un atelier de recherche franco-allemand sur l’histoire des universités aura lieu à l’Institut historique allemand de Paris, du 22 au 27 juin 2014, sur le thème : « Liberté académique ou insolence estudiantine ? Identité étudiante, contestation universitaire et disciplinarisation par les autorités du Moyen Âge à nos jours ».

Organisé par Marian Füssel (université de Göttingen), Johann Lange (IHA Paris) et Jean-Luc Le Cam (université de Brest), il est ouvert aux jeunes chercheurs, du master aux post-doctorants.
Il se déroulera à l’Institut historique allemand, 25 rue du Parc Royal, 75003 Paris.
Les frais éventuels des participants sélectionnés seront pris en charge.

Voir le détail de la problématique et des formalités de candidature, à soumettre d’ici le 15 avril, sur le site de l’IHA.

Sources : les textes officiels de l’Éducation nationale à la bibliothèque du CAPHÉS (Paris)

La riche collection des textes officiels de l’Éducation nationale de l’ancien Service d’histoire de l’éducation a été déposée au CAPHÉS (UMS 3610 CNRS-ENS), situé dans les anciens locaux parisiens de l’INRP.

L’ensemble est composé des recueils suivants :

  • Bulletin universitaire, 1828-1849
  • Bulletin administratif de l’Instruction publique, 1850-1863
  • Circulaires et instructions officielles relatives à l’Instruction publique, 1863-1902 (12 volumes couvrant la période 1802-1900)
  • Bulletin administratif du ministère de l’Instruction publique, 1864-1932
  • Recueil des lois et actes de l’Instruction publique, 1848-1891
  • Bulletin officiel de l’Éducation nationale, 1945-1974

Ces documents sont consultables à la bibliothèque du CAPHÉS, 29 rue d’Ulm, 75005 Paris, au rez-de-chaussée à droite après l’accueil.
Horaires de consultation : du lundi au vendredi : 9h-12h30 ; 13h30-18h (le vendredi 17h).

Débat: la FEN et son courant unitaire sous la IVe République

L’Institut FSU organise un débat autour du livre de Laurent Frajerman : Les frères ennemis. La Fédération de l’Education Nationale et son courant « unitaire » sous la IVe République.

Le débat aura lieu le mercredi 5 mars 2014, de 17 h 30 à 21 h, au SNESup-FSU, 78, rue du Faubourg Saint-Denis 75010 PARIS , métro : Gare de l’Est.

Séminaire: Historiographie en Chine

La prochaine séance du séminaire doctoral Chine du CERI sera l’occasion d’écouter Damien Morier-Genoud, post-doctorant, attaché de recherche au Collège de France (Chaire d’histoire intellectuelle de la Chine), présenter son projet de recherche:
« Conceptions et pratiques concurrentes de l’histoire dans la Chine républicaine (1912-1949) : Naissance et développements de l’historiographie chinoise moderne et contemporaine« .
Discutant : Romain Bertrand, directeur de recherche, Sciences Po-CERI.

Jeudi 6 mars 2014, de 17 à 19h00 au CERI : 56, rue Jacob, 75006 Paris, salle du conseil, 4ème étage.

Continuer la lecture

Séminaire des doctorants en histoire de l’éducation – 12 mars 2014 [Lyon]

Le prochain atelier des doctorant-e-s travaillant sur l’éducation aura lieu le 12 mars prochain, de 13h30 à 17h, à l’ENS de Lyon, site Descartes, salle F101, autour du thème « Guerre et éducation« .

L’atelier des doctorant-e-s propose un espace de discussion et de confrontation scientifique aux doctorant-e-s de toutes les disciplines pour lesquels l’éducation et/ou l’enseignement constitue un objet central ou partiel de recherche dans une perspective historique (même réduite). L’objectif de ce séminaire est de permettre la mise en place d’un espace de travail scientifique partagé entre doctorant-e-s, post-doctorant-e-s et chercheur-e-s plus avancés, autour du thème de l’éducation et dans une perspective pluridisciplinaire. Il est ouvert à tous sans inscription préalable.

La formule du séminaire est annuelle: les journées sont réparties entre Paris et Lyon. Elles permettent à la fois de discuter les thèses en cours (objets, méthodologie, problématique, sources… sans exclusive), à partir des présentations faites par les doctorant-e-s; et de débattre avec les chercheur-e-s présent-e-s et invité-e-s sur un ou deux thèmes préalablement choisis.

La séance du 12 mars s’organisera autour:

  • De la présentation de Juliette Fontaine qui prépare une thèse sur « L’école sous Vichy. L’action publique éducative à l’épreuve du quotidien (1940-1944) »;
  • D’une discussion avec Laurent Douzou (LARHRA/IEP de Lyon) et Christophe Capuano (LARHRA/Lyon2), sur leurs travaux de recherche et sur la thématique guerre et éducation.

Enfin, cet atelier sera l’occasion de réunir les doctorant-e-s travaillant sur la guerre d’un côté et sur l’éducation de l’autre. Il est ainsi organisé en lien avec l’équipe animant l’atelier des doctorant-e-s sur la guerre.

Contacts:

– emmanuelle.picard [at] ens-lyon.fr

– solenn.huitric [at] ens-lyon.fr

Parution: War, Schooling and Education

Le dernier numéro de la revue War & Society consacre son dossier à « War, Schooling and Education » (33/1, 2014).

Sommaire:

  • « War Pedagogy in the German Primary School Classroom During the First World War », Carolyn Kay
  • « Teacher Education in Finland during the War Years, 1939–45 », Merja Paksuniemi, Satu Uusiautti and Kaarina Määttä
  • « Education in Turmoil: Developments in Belgian Catholic Education in the Face of National Socialism in the 1940 », Sarah Van Ruyskensvelde
  • « Imagining a Democratic Future, Forgetting a Worrisome Past: Educational Policy, School Textbooks, and Teachers under the Franco Regime », Tamar Groves and Cecilia Milito Barone

Séminaire du GERME

La prochaine séance du séminaire du GERME, le 26 février 2014, donnera la parole à Jean-Louis Violeau et Lucia Tenconi sur « Ecoles d’architecture, Milan, Paris, années 68« .

De 17h00 à 19h00, au Centre d’histoire de Sciences Po (56 rue Jacob 75006 Paris), salle Jean Monnet au rez-de-chaussée.

AAC: La fabrication des élites en France et en Chine (XVIIe-XXIe siècles)

Voici un appel à communication pour un colloque consacré à « La fabrication des élites en France et en Chine, XVIIe-XXIe siècle« , qui se tiendra à l’ENS de Lyon-IFE, du 25 au 27 septembre 2014. Le colloque s’inscrit dans le cadre d’un projet soutenu par le programme JoRISS “La formation des élites du XIXe siècle à nos jours. Construction d’un cadre de comparaison franco chinois”. Une des caractéristiques de ce projet est de croiserdes approches historiques et des approches sociologiques.

Après une série d’échanges et de visites d’établissements, le but du colloque est de réaliser un premier état de la question et de mobiliser un milieu scientifique pour développer des études plus précises dans les années à venir. Les échanges s’organisent autour de quatre questions :

 • La définition des élites et la justification des enseignements d’élite: Mise en perspective de la tension entre élitisme et scolarisation de masse. Des enseignements réservés aux enfants des classes dominantes à la compétition scolaire généralisée, comment a évolué la notion d’enseignement d’élite ? Quels compromis ont permis de concilier l’existence d’enseignements d’élite avec le mouvement général de démocratisation des études ? Analyse des glissements, dans la longue durée, de la définition des élites et des tensions actuelles entre définitions concurrentes : la permanence de la référence à la culture classique nationale, l’émergence de nouvelles conceptions fondées, notamment, sur l’inscription dans des réseaux internationaux. Y a-t-il place pour des enseignements professionnels d’élite ? Continuer la lecture

JE: L’offre locale d’enseignement scientifique et technique, 19e-20e siècle

Le Groupe d’histoire et diffusion de sciences d’Orsay (EST-EA 1610), avec le soutien du projet ISIS Paris-Saclay, organise le 27 mars 2014 une journée d’études consacrée à « L’offre locale d’enseignement scientifique et technique, 19e-20e siècle. Approches disciplinaires« , à l’université Paris-Sud, faculté des sciences d’Orsay.

 

Lectures en février

Quelques parutions ou compte rendus:

Valérie Capdevielle-Mougnibas, Prisca Kergoat (dir.), « Les formations par apprentissage », Revue française de pédagogie, n° 183, 2013. Et un compte rendu en ligne.

Un compte rendu de Michèle Coquet, Claude Macherel (dir.), Enfances. Pratiques, croyances et inventions, CNRS Éditions, 2013, 355 p.

Un compte rendu de Hourya Bentouhami, Marc Lenormand (dir.), « Éducation : émacipation ? », Tracés, n° 25, 2013, 256 p.

Un compte rendu de Maria Vasconcellos, Philippe Bongrand, Le système éducatif, Paris, La Découverte, coll. « Repères Sociologie », 2013, 126 p., 1ère éd. 1993.

Un compte rendu de Philippe Savoie, La construction de l’enseignement secondaire (1802-1914). Aux origines d’un service public, Lyon, ENS Editions, 2013, 501 p.

Un compte rendu de Isabelle Gouarné, L’introduction du marxisme en France. Philosoviétisme et sciences humaines (1920-1939), Rennes, PU Rennes, coll. « Histoire », 2013, 288 p.

Un compte rendu de Popkewitz Thomas S. (dir.), « La raison éducative comme question sociale », Education et sociétés, n° 31, 2013, De Boeck/IFE/ENS de Lyon.

Un compte rendu de Peter Boomgaard (dir.), Empire and Science in the Making. Dutch Colonial Scholarship in Comparative Global Perspective, 1760-1830, Palgrave Macmillan, coll. « Palgrave Studies in the History of Science and Technology », 2013, 320 p.

Un compte rendu de Georges Felouzis, Christian Maroy, Agnès van Zanten, Les marchés scolaires. Sociologie d’une politique publique d’éducation, Paris, PUF, coll. « Education et société », 2013, 217 p.

Un compte rendu de Philippe Artières, La police de l’écriture. L’invention de la délinquance graphique (1852-1945), Paris, La Découverte, coll. « Sciences humaines », 2013, 184 p.

AAC: L’idéal d’éducation chez les noblesses européennes (XVIIe-XIXe siècles)

Un colloque consacré à « L’idéal d’éducation chez les noblesses européennes (XVIIe– début du XIXe siècle) » aura lieu les 26 et 27 septembre 2014 au Deutsches Historisches Institut Moskau (Nakhimovski prospekt, 51/21)

Appel à communication: Du XVIIe au début du XIXe siècle, l’éducation des jeunes nobles en Europe fut soumise à de fortes transformations, sous l’effet, à la fois, des mouvements de société, de l’évolution des idées et de l’action des autorités politiques et religieuses. Ces transformations, dont la plupart excédèrent le seul cadre de la noblesse pour toucher l’ensemble des élites, se traduisirent, sur le plan concret, par l’invention de nouvelles formes institutionnelles (extension des collèges catholiques et protestants, multiplication des écoles militaires, puis des écoles d’ingénieurs, création des écoles de filles, nouvelles créations  d’universités et évolution du système universitaire…) et la systématisation de nouvelles pratiques (extension puis mise en cause de l’internat, montée de l’éducation individuelle et domestique, Grand Tour éducatif, recul du latin et des enseignements traditionnels au profit de nouvelles matières, y compris le français….). Mais ces formes matérielles s’accompagnaient aussi d’une évolution des idées qui pouvaient aussi les avoir provoquées. Toute la période fut en effet très riche en projets éducatifs, qui allèrent crescendo, à l’échelle des États et des élites comme à celle des familles. Qui plus est, et cette coïncidence ne doit probablement rien au hasard, l’époque considérée fut aussi celle où les élites, et en particulier la noblesse, furent soumises, à des degrés divers, à un fort mouvement d’autodéfinition, de redéfinition, de mise en question. Enfin la période, particulièrement depuis le milieu du XVIIIe siècle, fut caractérisée par une intense circulation de modèles éducatifs, souvent à vocation universelle, d’un bout à l’autre de l’Europe, ce qui n’empêchait pas certains d’entre eux d’être revêtus, soit par leurs partisans, soit par leurs détracteurs, de couleurs nationales. Ainsi en alla-t-il, par exemple, des modèles universitaires allemands, de l’éducation britannique ou encore de ce qu’on pourrait appeler post factum, en reprenant les discours de ses adversaires, un « modèle français ». Bien évidemment, les exigences que les élites européennes formulaient à l’égard de l’éducation furent marquées par toutes ces évolutions des institutions, des pratiques et des projets étatiques, dont il faut tenir le plus grand compte si l’on veut lire correctement les divers et nombreux discours dont l’éducation fit l’objet.

Le but de ce colloque sera d’étudier les idées sur l’éducation des noblesses, afin de mieux comprendre les idéaux éducatifs, politiques, culturels, sociétaux, qui s’en dégageaient et les fondaient. La période choisie est celle qui suivit les grandes crises religieuses du XVIe siècle, et jusqu’aux crises politiques et aux guerres de la fin du XVIIIe et du début du XIXe siècle. Continuer la lecture

Séminaire: Enfance, jeunesse, éducation, genre, XIXe-XXe siècles

Voici le programme du séminaire de Jean-Noël Luc (U. Paris IV), « Enfance, jeunesse, éducation, genre, XIXe-XXIe siècles » pour le second semestre 2013-2014.

Mercredi, 14h-16h  – 28 rue Serpente, 75006 Paris, Salle D 116

Conférences en complément des séances consacrées à l’historiographie, aux sources, à la méthodologie et à la présentation des travaux en cours (mercredis 5 février, 18 février, 12 mars, 2 avril, 30 avril, 7 et 14 mai)

 Programme:

  • Mercredi 12 février – Œuvres universitaires et mouvements étudiants (atelier Groupe d’étude et de recherche des mouvements étudiants, GERME –Paris Sorbonne); voir le détail.
  • Mercredi 5 mars – L’édition, un acteur trop négligé des débats pédagogiques: Tribunes éditoriales et échos sociaux des utopies et des expériences éducatives dans les années 1960 et 1970 en Europe (Julien Hage, docteur de l’université de Versailles Saint Quentin en Yvelines, CHCSC -UVSQ)
  • Mercredi 19 mars – L’internationalisation de la question de l’enseignement féminin: L’éducation dans les expositions universelles : l’enseignement professionnel des filles (Pr. Rebecca Rogers) – Université Paris V, 45 rue des Saints-Pères,10h45 – 12h45.
  • Mercredi 26 mars – Un observatoire original du quotidien scolaire: Maintenir la discipline dans les écoles primaires publiques en milieu urbain de 1870 à 1914 : l’exemple de la Seine (Jérôme Krop, docteur de l’Université Paris-Sorbonne, Centre d’histoire du XIXe siècle)
  • Mercredi 9 avril – Revisiter les classiques…: Lire et écrire. L’alphabétisation des Français, de Calvin à Jules Ferry (François Furet, Jacques Ozouf), trente-cinq ans après (Pierre Caspard, directeur de recherche honoraire, ancien directeur du Service d’histoire de l’éducation).
  • Mercredi 23 avril – Dans les coulisses de la recherche: L’imagerie pour enfant au XIXe siècle : sauvegarde et exploitation d’un trésor archivistique et iconographique (Dominique Lerch, docteur d’État en histoire contemporaine, Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines, UVSQ)