Archives mensuelles : mars 2014

séminaire: L’histoire de l’État (armée et école)

La prochaine séance du séminaire sur « L’histoire de l’Etat » organisé au Centre d’Histoire de Sciences Po aura lieu lundi prochain, le 31 mars, à 14h30:

Emmanuel Saint-Fuscien (EHESS): »Changer de rang : les pratiques d’encadrement à l’armée et à l’école, 1919-1939« . La discussion sera introduite par Quentin Deluermoz (Paris XIII / IUF).

Le séminaire a lieu au 56 rue Jacob, salle Jean Monnet, rez-de-chaussée.

L’histoire de l’éducation : gros plan sur le recrutement des enseignants-chercheurs 2014

Le nombre et le profil des postes ouverts aux concours entretiennent des liens complexes avec le dynamisme et la visibilité des différents champs de recherche, qu’on voie dans ces profils de poste une photographie des dynamiques émergentes, une incitation à développer des thématiques négligées, ou encore la pérennisation des découpages et des thématiques traditionnels.

Quelle que soit l’interprétation qu’il faille donner à ce phénomène, le profil des postes mis au concours cette année témoigne en tout cas que le choix de l’histoire de l’éducation comme champ de recherche ne mène pas à une impasse. À la session de 2014, quatre postes de maîtres de conférences et trois postes de professeurs des universités se rattachent plus ou moins exclusivement à cette thématique, avec des ancrages, mono ou bi-disciplinaires, variables, en histoire, en sciences de l’éducation ou en STAPS.

Sur le plan thématique, l’histoire et l’épistémologie des disciplines, à laquelle on associera ici l’histoire des savoirs, se taille la part du lion avec quatre postes sur sept.

Quant aux affectations, les ESPE figurent en bonne place avec trois postes en tout : l’universitarisation de la formation des maîtres continue de profiter à l’histoire de l’éducation en général et à l’histoire des disciplines en particulier. Si l’on peut s’interroger sur les effets d’un ancrage quasi exclusif de ce champ de recherche – en section 22 du moins  – du côté des ESPE, l’on se réjouira de ces opportunités pour leurs futurs bénéficiaires.

Comme depuis deux ans, un wiki des postes (comités, listes des candidats auditionnés, dates des auditions, classement) est mis en place: pour la 22e section, pour la 72e section et pour la 70e section.

Université Aix-Marseille, MCF en épistémologie et didactique de l’histoire et de la géographie (22e et 23e sections)

Université d’Amiens (IUFM), MCF en histoire de l’éducation et histoire générale (22e section)

Université de Lille III, MCF en didactique et histoire des disciplines (70e section)

Université de Besançon, MCF en histoire de l’éducation physique et du sport (74e section)

Université de Bordeaux IV (IUFM), PR d’histoire de l’éducation (22e section)

Université de Paris VII, PR en Histoire des savoirs, Europe Moderne (XVIe-début XIXe siècle) (22e section)

Université de Paris VIII, PR en Socio-histoire de l’Éducation contemporaine (70e section)

Parution: L’Ecole des mines de Nancy (ENSMN) 1919-2012

Couverture-Ecole-des-mines-.pdf
Françoise Birck, L’Ecole des mines de Nancy (ENSMN) 1919-2012 : entre université, grand corps d’Etat et industrie, Nancy, Presses Universitaires de Lorraine, 2014.

« L’un des objectifs des réformateurs républicains à l’origine de la loi de 1896 qui entraîne la création d’universités dans tous les anciens centres académiques, était de combattre le déséquilibre entre le centre parisien et la province.
La marge d’autonomie laissée aux universités réparties sur l’ensemble du territoire leur ouvrait un champ suffisamment large pour qu’elles puissent innover, définir par elles-mêmes ce qu’elles voulaient enseigner en relation avec leur environnement économique, social et politique, et devenir ainsi de véritables universités régionales.
À Nancy, la faculté des sciences met en place en l’espace de quelques décennies (1889-1919), avec l’appui des milieux politiques et économiques locaux, un ensemble d’enseignements de sciences appliquées couvrant un large éventail de disciplines. Elle n’est pas la seule à innover dans ce domaine pendant la même période mais elle a réellement initié le mouvement de création des instituts techniques qui deviendront plus tard des écoles nationales supérieures d’ingénieurs (ENSI).
La création de l’École des Mines de Nancy, en 1919, sous le nom d’Institut métallurgique et minier, apparaît comme la dernière manifestation de cet élan créateur. Elle est liée aux circonstances exceptionnelles de la Première Guerre mondiale. À la suite de la défaite de l’Allemagne, le retour à la France des anciens territoires annexés pose le problème du remplacement des ingénieurs allemands employés jusque-là dans les industries métallurgiques et minières de la région. Les industriels locaux sollicitent l’université pour former les ingénieurs français dont ils ont besoin, en collaboration avec un nouveau partenaire, le corps des Mines qui règne déjà sur les écoles des Mines de Paris et Saint-Étienne. Cette association inédite donne à l’École des Mines de Nancy un statut tout à fait original, entre université, grand corps d’État et industrie.
Le récit monographique montre comment un institut créé par l’université pour donner une culture scientifique à des spécialistes destinés à l’industrie s’est inscrit progressivement dans le « système des grandes écoles ». La dernière partie de l’ouvrage évoque ce que doit à cette histoire l’évolution d’un dossier né près d’un siècle plus tard, celui du projet ARTEM (Arts, Technologie, Management) et la manière dont l’école fait encore aujourd’hui usage de son histoire pour préserver sa spécificité. »

L’ouvrage est publié dans la collection « Histoire des institutions scientifiques ». Sa publication a été rendue possible grâce à l’aide précieuse de la Maison des Sciences de l’Homme Lorraine.
Pour information, voici les précédents titres parus dans cette collection :

  • Laurent Rollet & Philippe Nabonnand (Dir), Les uns et les autres : biographies et prosopographies en histoire des sciences et des techniques, 2012.
  • Fabien Knittel, Agronomie et innovation, le cas Mathieu de Dombasle (1777-1843), 2009.
  • Yamina Bettahar & Françoise Birck (Dir.), Etudiants étrangers en France : l’émergence de nouveaux pôles d’attraction au début du 20° siècle, 2009.
  • Pierre-Antoine Gérard (Dir.), Les collections scientifiques des universités, 2008.
  • Marie-Jeanne Choffel-Mailfert & Laurent Rollet (Dir.), Mémoire et culture matérielle de l’Université : sauvegarde, valorisation et recherche, 2008.
  • Françoise Birck & André Grelon (Dir.), Des ingénieurs pour la Lorraine, 19°-20° siècles, 2007 (réédition de l’ouvrage paru en 1999 aux Presses Serpenoise).
  • Laurent Rollet & Marie-Jeanne Choffel Mailfert (Dir.), Aux origines d’un pôle scientifique: faculté des sciences et écoles d’ingénieurs à Nancy du Second Empire aux années 1960, 2007.

État, université, territoire. Trajectoire d’une relation à trois

Débat autour de l’ouvrage Bâtir l’université. Gouverner les implantations universitaires à Lyon (1958-2004), de Jérôme Aust (édition l’Harmattan). Les collectivités locales sont aujourd’hui des partenaires incontournables de l’État dans le financement des politiques universitaires. La qualité des établissements d’enseignement supérieur, le dynamisme de la population étudiante et l’agrément des campus universitaires font partie des éléments incontournables de l’attractivité d’une métropole. Il n’en a pas toujours été ainsi. « Bâtir l’université » étudie cette relation à trois depuis les années 1960 à Lyon et éclaire les conséquences de l’intervention locale sur le gouvernement des universités et sur l’action de l’État.

Le petit déjeuner reviendra sur les conclusions de l’ouvrage et les confrontera aux points de vue d’experts et d’acteurs du domaine.

  • Khaled Bouabdallah, Président de l’université de Saint-Etienne et de la communauté d’universités et établissements (COMUE) de l’Université de Lyon, et vice-président de la CPU (Conférence des Présidents d’Université),
  • Marion Glatron, Responsable du Service Enseignement Supérieur, Recherche, Innovation à la Métropole de Rennes
  • Stéphanie Mignot-Gérard, Maître de conférences en sociologie à l’Université Paris Est Créteil Val de Marne et responsable pédagogique du master « Développement et management des universités »
  • Isabelle Rey-Lefebvre, Journaliste du Monde.

Rendez-vous le Jeudi 20 mars 2014, de 8h30 à 10h00, au Centre de Sociologie des Organisations. Accès : Métro La Tour-Maubourg ou Invalides

Inscription obligatoire dans la limite des places disponibles : accueil@cso.cnrs.fr

Thèse en cours: La langue, l’école et la nation. Histoire sociale et politique comparée des professeurs de lettres de l’enseignement secondaire public en Belgique et en Italie au XIXe s.

Mara Donato Di Paola prépare une thèse sous la direction de Cécile Vanderpelen-Diagre (Université Libre de Bruxelle) sur le thème: « La langue, l’école et la nation. Histoire sociale et politique comparée des professeurs de lettres de l’enseignement secondaire public en Belgique et en Italie au XIXe siècle (1850-1914)« .

Présentation:

Ce projet a pour ambition d’éclairer un aspect encore largement méconnu de l’histoire politique et sociale des bourgeoisies éduquées en Europe au XIXe siècle : le rôle joué par l’enseignement des lettres dans les écoles secondaires publiques dans le processus de construction de l’identité nationale, par le biais de l’enseignement des langues nationales et de la promotion de la culture humaniste par les professeurs. Cette recherche prendra la forme d’une étude comparée de cette problématique en Belgique et en Italie durant la période (1850-1914), au cours de laquelle les deux pays se trouvent dans des situations très comparables. Il s’agit en effet de deux États jeunes confrontés aux réalités du multilinguisme. Mené en s’appuyant sur une série de travaux sur l’histoire belge et italienne, l’histoire de l’enseignement dans les deux pays et l’histoire des bourgeoisies éduquées en Europe, le projet s’articule autour de trois axes de recherche. Le premier concerne le contexte politique et institutionnel : le développement progressif d’un enseignement étatique, la professionnalisation de la carrière professorale, l’évolution des programmes d’enseignement dans le domaine des lettres. Le deuxième axe concerne le rôle de l’enseignement des langues nationales dans le processus de construction de l’identité nationale dans les deux pays. Le troisième axe porte sur la fonction et la figure des professeurs de lettres en tant qu’intelligentsia promotrice de la culture humaniste.

 

BHEF : mise en ligne de l’édition 2013 (publications de 2010)

L’édition 2013 de la Bibliographie d’histoire de l’éducation française est en ligne !

Elle comprend 1197 notices dont 647 inédites et 550 relues et mises à jour correspondant aux publications de l’année 2010 et aux suppléments des années antérieures.

Avec ce nouveau versement, la bibliographie est riche de plus de 19000 références qui couvrent l’histoire de l’éducation au sens large : enfance, éducation et formation à tous les âges de la vie, personnel scolaire et administratif, bâtiments scolaires… dans les frontières actuelles et historiques de la France (y compris donc les colonies et territoires occupés), de l’Antiquité à nos jours.

Pour vos faciliter vos recherches, vous disposez de deux formulaires :
– le formulaire simple, ne contenant que les champs « titre », « auteur » et « année »
– le formulaire avancé vous permettant de combiner jusqu’à 13 champs différents

http://bhef.ish-lyon.cnrs.fr/

Congrès de la Société française d’histoire des sciences et des techniques

Le prochain congrès de la SFHST aura lieu à Lyon les 28, 29 et 30 avril 2014.

Certaines des sessions concernent des questions relatives à l’histoire de l’éducation, comme par exemple:

  • Session 1: « Les enseignements d’épistémologie et d’histoire des sciences et des techniques : contextualisation, extension et perspectives. »
  • Session 7: « Mathématiques et enseignement au Moyen Age arabe et latin, et à la Renaissance »
  • Session 8: « Formations technologiques et démocratie technique : quelle pertinence ? »

Programme détaillé en ligne.

 

Thèses soutenues 2012 et 2013 (histoire contemporaine)

  • Patricia Ducret (Uzenat), Les professeurs de l’université de Paris au XIXe siècle et le droit romain – Université de La Rochelle, soutenue le 16 novembre 2012
  • Romain Faure, Les réseaux de la diplomatie culturelle. La révision internationale des manuels scolaires en Europe 1945-1989 – Université de Paris 1, soutenue le 25 juin 2013
  • Ismaïl Ferhat, Socialistes et enseignants : le Parti socialiste et la Fédération de l’Education nationale de 1971 à 1992 – Sciences Po, Paris, soutenue le 12 novembres 2013
  • David Mastin, Ecoles de musique en Grande Guerre – Université de Paris X, soutenue le 19 décembre 2012
  • Marie Siniscalco, Les bibliothèques militaires dans la formation académique des officiers français au XIX siècle (1789-1914) -Université du Maine, Le Mans,  soutenue le 10 décembre 2012

AAC: (Se) Former pour enseigner le français à qui ne le parle pas nativement

La SIHFLES organise son prochain colloque sur le thème « (Se) Former pour enseigner le français à qui ne le parle pas nativement. Réseaux religieux et réseaux laïques, réseaux privés et réseaux publics (1850-1950)« .

Archives nationales: versements 2013

Voici la liste des versements aux Archives nationales (Pierrefitte et Fontainebleau), effectués au cours de l’année 2013 par la mission des archives et du patrimoine culturel des ministères de l’Education nationale et de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Ces versements représentent un volume d’environ 376 mètres linéaires. Pour rappel : le site de Fontainebleau des Archives nationales accueille désormais les fonds d’archives sériels (dossiers individuels de carrière par exemple) ainsi que les archives audiovisuelles et les archives électroniques.

Parmi ces fonds, il convient de signaler particulièrement les archives du cabinet Pécresse, qui complètent celles envoyées en 2012 aux Archives nationales (archives des directeurs du cabinet, directeurs-adjoints et conseillers), et les archives du cabinet Wauquiez, qui éclairent les actions menées dans l’enseignement supérieur et la recherche entre 2007 et 2012. Quelques fonds de conseillers d’autres cabinet (Xavier Darcos et Luc Chatel) sont également présents dans la liste. La majeure partie des archives du cabinet Chatel sera transférée aux Archives nationales en 2014.
Il faut également mentionner les archives (sous format électronique) du Porte-parolat du gouvernement, versées par Luc Chatel en 2010 et transférées aux Archives nationales, site de Fontainebleau en 2013.
Pour la première fois, l’Académie des technologies a versé ses archives, papier et numériques. Il faut également mentionner les fonds très intéressants relatifs aux relations internationales dans la seconde moitié du 20e siècle (archives du SUREOM, qui complètent le fonds 20090008), les archives du Haut conseil de l’éducation et les dossiers de gestion des Chantiers de la Jeunesse française (qui complètent le fonds 20110001, contenant les dossiers individuels).

Les inventaires détaillés sont disponibles à la mission des archives et du patrimoine culturel. N’hésitez pas à prendre rendez-vous pour venir les consulter (01 55 55 00 52).

Séminaire: Actualité, enjeux et problèmes de la conservation des archives : Les archives de l’éducation populaire et de la formation des adultes

Le prochain séminaire du GEHFA aura lieu le mardi 25 mars 2014 de 15h30 à 17h30
à l’ETSUP, 8 villa du Parc Montsouris, Paris 14e.

Il portera sur le thème « Actualité, enjeux et problèmes de la conservation des archives : les archives de l’éducation populaire et de la formation des adultes »
avec :

  • Gaëtan Sourice, Pôle de conservation des archives des associations de jeunesse et d’éducation populaire (Pajep)
  • Guillaume Nahon, directeur des Archives départementales et Pascal Carreau, responsable des archives privées, Centre départemental d’archives de la Seine Saint-Denis.