Archives mensuelles : mai 2014

AAC: L’accès aux documents et données de l’enseignement et de la recherche

La section des archivistes des universités, rectorats, organismes de recherche et – mouvements – étudiants (AURORE) de l’association des archivistes français (AAF) organise chaque année une journée d’étude ouverte à tous (archivistes, chercheurs, responsables de service ou d’établissement, curieux…) et centrée sur un thème de réflexions.

Après avoir consacré ses précédentes journées d’étude aux questions de la professionnalisation de la fonction archives (2008), de la conservation des archives électroniques (2009), de la valorisation (2010), des espaces de conservation (2011) et des pratiques de collecte et de classement d’archives (2012), AURORE propose cette année de poursuivre, à l’université libre de Bruxelles, l’exploration des pratiques archivistiques en choisissant le thème de l’accès aux documents et données de l’enseignement et de la recherche.

 Ce thème s’attache à une mission essentielle de tout service d’archives touchée par de nombreuses transformations. Sans remonter à  loi du 7 messidor an II qui définissait une pratique très libérale de la communicabilité, ou à l’instauration du premier service éducatif dans un centre d’archives en 1950, cela fait déjà plus de 25 ans que, dans ce domaine, les lois de 1978 sur l’informatique et les libertés (loi CNIL du 6 janvier 1978) et sur l’accès aux documents administratifs (loi CADA du 17 juillet 1978) marquent des évolutions fortes, plaçant les questions d’accès des citoyens aux documents et données au centre des préoccupations. S’inscrivant dans ce mouvement, la loi du 15 juillet 2008 a modifié le Code du Patrimoine en définissant les archives publiques comme immédiatement communicables de plein droit, sauf exceptions, et réduit les délais de communicabilité. Ce texte fait toutefois toujours débat car il instaure notamment une incommunicabilité permanente pour certains documents d’archives. Continuer la lecture

Parution: Les formations commerciales pour les filles et les garçons

Le dernier numéro de la revue Histoire de l’éducation (n° 136), sous la direction de Gérard Bodé et Marianne Thivend porte sur « Les formations commerciales pour les filles et les garçons, XIXe-XXe siècles ».

En voici le sommaire:

Ce numéro sera très prochainement accessible en ligne sur Cairn.

AAC: Gouverner l’école aux Suds

Le colloque final de l’ANR MOPRACS (« Modèles, pratiques et cultures scolaires en Afrique de l’Ouest » 2012-2015) organisé à Bordeaux du 5 au 7 février 2015, propose d’interroger les profondes mutations que les secteurs éducatifs des pays du Sud ont connu au cours des quinze dernières années, autour du thème « Gouverner l’école aux Suds: Politiques, acteurs et pratiques« . L’adoption d’un agenda international centré sur l’accès universel à une éducation primaire de qualité dans le cadre des Objectifs du Millénaire pour le Développement a significativement modifié les formes et la nature du gouvernement de l’école.

L’enchâssement des politiques publiques d’éducation dans les programmes internationaux de développement détermine un nouveau paradigme éducatif qui demande à être interrogé. Les programmes décennaux sectoriels, fixant les orientations et les priorités nationales, découlent des documents stratégiques de réduction de la pauvreté qui conditionnent l’accès à l’aide internationale des pays les plus pauvres. La définition d’objectifs chiffrés, qui ont valeur de conditionnalités, englobe à la fois l’agenda éducatif (ses priorités et orientations), la nature des relations entre les différents acteurs impliqués et enfin les formes de régulation et de pilotage caractérisées par l’hégémonie des procédures bureaucratiques et des normes quantifiables. Ceci a pour conséquence une homogénéisation apparente des espaces éducatifs dans les Suds ainsi que leur déploiement en dehors et au-delà du seul cadre étatique. L’Etat et son administration sont des acteurs privilégiés de l’éducation mais ils agissent et interagissent désormais avec une grande diversité d’acteurs (bailleurs internationaux, ONG, acteurs religieux, collectivités locales, etc.) tant au niveau de l’énonciation que de la mise en œuvre des politiques publiques d’éducation.

Au-delà des injonctions définies par les priorités de l’aide internationale, ou de façon plus prosaïque par des cadres de procédures, que se passe-t-il à l’échelle de l’école d’un village ou d’une municipalité ? Et à l’autre bout de la chaîne, comment sont prises les décisions qui donnent aux systèmes éducatifs leurs grandes orientations réformatrices (curricula, redoublements, scolarisation des filles, recrutement des enseignants) ? Comment enfin s’articulent ces deux extrémités et les différents niveaux intermédiaires ?

C’est précisément la question de la direction de l’école au sens large – à laquelle renvoie le verbe « gouverner » – que ce colloque soulève. Il s’agit de se demander comment « marche » l’école dans les pays des Suds ; dans quelle(s) et sous quelles(s) directions ? Cette interrogation renvoie à la fois aux orientations et aux buts des institutions scolaires qui varient suivant les acteurs concernés et qu’il s’agira de clarifier. Elle porte aussi sur le jeu des différents acteurs et forces qui structurent et organisent les espaces d’éducation aux niveaux local, national et international. Comment les impulsions du gouvernail se transmettent et se répercutent à tous les niveaux, jusque dans les salles de classe ; comment cheminent-elles à travers les canaux administratifs ; quelles en sont les chaînes de traduction ? Quels processus, acteurs et mécanismes gouvernent au final l’école dans les pays des Suds ?

ACC en français

CFP in english

Vous voulez faire un master en histoire de l’éducation?

L’ENS de Lyon recrute sur dossier des étudiants en master 1 et master 2 d’histoire moderne et contemporaine. Au sein du corps enseignant, se trouvent plusieurs spécialistes d’histoire de l’éducation, du XVIIIe à nos jours, ainsi que des séminaires dédiés (la plupart sont présentés sur Le Pupitre) au sein d’un laboratoire de recherches historiques (le Larhra) comprenant une équipe « Histoire de l’éducation« .

Les candidatures sont à faire en ligne, sur le site de l’ENSL, du 5 mai au 23 juin 2014.

Coll: North american studies in France and Europe: state of art and future prospects

Les 4, 5 et 6 juin 2014 aura lieu un colloque sur le thème « North american studies in France and Europe: state of art and future prospects« .

In 1980, François Furet established the first visiting chair in North American studies at the École des Hautes Études en Sciences Sociales in partnership with the French-American Foundation. Yet, it was not until 1984 and the election of Jean Heffer as permanent full professor that the Center for North American Studies (CENA) came into being. Despite pioneering efforts in some English departments and the creation of the first university chair in North American history at the Sorbonne in 1967, there was significant disparity between the importance of the USA in the contemporary world and the weakness of North American studies in France. Over the last thirty years and under the supervision of Jean Heffer and François Weil, the CENA has become one of the leading institutions for North American scholarship in France and Europe. Its professors, researchers, and graduate students wish to mark this 30-year anniversary with an international conference that both takes stock of past research and look into new heuristic and interdisciplinary approaches in history, anthropology, sociology, geography, and political science. The goal is to further promote North American studies, which have remained marginal in the French academic world, and to participate in transatlantic dialogue with scholars of the United States and Canada.

Sem: Légitimations du savoir: le rôle des techniques dans la construction des savoirs légitimes

Le programme de recherche HASTEC/Cnam « Légitimations du savoir: le rôle des techniques dans la construction des savoirs légitimes » organise une série de séminaires de mars à novembre 2014.

« Légitimations du savoir » est un programme de recherche pluridisciplinaire qui vise à réfléchir aux instruments et opérations techniques supportant les processus de construction des savoirs et en lien avec l’adéquation aux croyances, valeurs et règles des sociétés depuis l’époque moderne : autour des savoirs scientifiques, organisationnels ou plus informels, présentés dans une perspective comparative, le groupe de travail (ouvert à participation) se focalise sur le rôle socio-constructiviste des techniques matérielles et intellectuelles, les modes et régimes de la pensée opératoire. Ce programme de recherche est piloté par le laboratoire HT2S (Cnam) en partenariat avec les laboratoires DICEN-IDF (Cnam), CHT2S (Paris 1), et l’ESCP Europe. Il fait partie des projets labellisés par le LabEx HASTEC pour l’année 2014.

AAC: La contribution d’Henri Piéron à l’édification de la psychologie scientifique et de l’orientation professionnelle

Voici un appel à communication pour un colloque organisé par l’INETOP sur le thème: « La contribution d’Henri Piéron à l’édification de la psychologie scientifique et de l’orientation professionnelle » le 27 et 28 novembre (2014) à Paris.

Version anglaise

Version portugaise

JE: « Passage de disciplines »: Financement et archives

Dans le cadre du programme « Passage des disciplines » du Collège de France, une journée d’étude est organisée le mercredi 6 juin sur le thème « Financement et archives« .

  • 09h45 Introduction, Antoine Compagnon, Collège de France
  • 10h00 « Prendre le bastion du Collège de France ? La problématique institutionnalisation de l’histoire coloniale dans le champ universitaire français (années 1920-1930) », Sophie Dulucq, Université de Toulouse Le Mirail
  • 11h00 Pause
  • 11h15 « La philanthropie américaine et le financement de l’enseignement supérieur dans l’entre-deux-guerres », Ludovic Tournès, Université de Genève
  • 12h15 Pause
  • 14h00 « Témoignages d’administrateurs : premiers éléments pour comprendre le caractère d’une institution », Anne Collinot, Centre Alexandre Koyré
  • 15h00 Archives du Collège de France, « Archives et bibliothèques du Collège de France, un outil au service des chercheurs », Anne Chatellier, Collège de France et Laure Leveille, Collège de France
  • 16h00 Pause
  • 16h15 Discussion générale sur « Passage des disciplines »; Base de données : travaux en cours
  • 18h00 Fin

11, place Marcelin-Berthelot, 75005 Paris

Conf.: l’histoire de l’animation scientifique et technique en direction de la jeunesse

Conférences sur l’histoire de l’animation scientifique et technique en direction de la jeunesse, lundi 19 mai à 16h au CNAJEP 12 rue Tolain, 75020 Paris (Salle René Durand, 4ème étage) – Métro Maraichers ou Buzenval Ligne 9

A la suite de son assemblée générale, l’Association des déposants aux archives de la jeunesse et de l’éducation populaire (ADAJEP) organise deux conférences :
  • « Histoire de l’éducation scientifique au sein du mouvement des MJC » par Claude Bourquard, chargé de mission à la Fédération régionale des MJC en Ile-de-France.
  • « Les moments forts de collaboration entre les associations « d’éducation populaire spécialisées en sciences et technique » et les mouvements d’éducation populaire généralistes » (1960-2010), par Jean-Claude Guiraudon, président du CIRASTI (Collectif Interassociatif pour la Réalisation d’Activités Scientifiques et Techniques Internationales).
Entrée libre mais s’inscrire auprès d’Evelyne Coggiola-Tamzali, présidente de l’ADAJEP : e.coggiola@jpa.asso.fr « .

AAC: Circulation des savoirs et institutions d’enseignement dans l’espace arabo-méditerranéen

Un appel à communication pour un colloque sur le thème « Circulation des savoirs et institutions d’enseignement dans l’espace arabo-méditerranéen »

Présentation:

Il ne fait aucun doute que la diffusion des savoirs, à travers l’espace arabo-méditerranéen, l’enseignement et ses institutions sont étroitement liés à l’apparition des six alphabets sémitiques (le phénicien, le libyque, le grec, le latin, l’hébreu et l’arabe). Mais on ne peut, en réalité, parler conceptuellement de savoirs au cours de cette période relativement ancienne sans définir les moyens et les vecteurs de leur diffusion, comme l’enseignement et ses différentes institutions, notamment depuis la création de Carthage (9ème siècle av. J.-C.). La circulation des savoirs a généré, à partir de cette citadelle punique, un enrichissement civilisationnel qui a été répandu en symbiose, à travers le temps, non seulement tout au long du littoral sud de la Méditerranée, mais aussi entre ses deux bassins oriental et occidental.

Ce projet de diffusion des savoirs a continué, durant plusieurs siècles encore, avec l’essor de la civilisation arabo-musulmane et a vu la mise en place d’institutions culturelles nouvelles, telles que les mosquées et les Kouttabs puis les Cercles scientifiques (Majalis El ‘Ilm), les Méderças et les Zaouias. Ce mouvement a connu davantage de rayonnement grâce aux Grandes Mosquées de Kairouan, la Zeytouna, Qaraouïne, et Al Azhar et à d’autres institutions de diffusion de savoirs implantées dans les principaux centres urbains, aussi bien du Machrek que du Maghreb. L’activité intellectuelle (notamment pédagogique) a été fortement influencée par des acteurs singuliers et collectifs ainsi que par des penseurs de renommée qui ont laissé, jusqu’à nos jours, leurs empruntes dans la pensée universelle. Continuer la lecture

JE: L’inscription spatiale des sciences et ses enjeux: expositions, dispositifs, architectures

Un atelier International coordonné par Andrée Bergeron (Centre Alexandre Koyré, Paris), Charlotte Bigg (Centre Alexandre Koyré, Paris), Jochen Hennig (Humboldt Universität, Berlin) et Renaud Huynh (Musée Curie, Paris) se déroulera au Musée Curie, Paris, les 26-27 mai 2014 sur le thème: « L’inscription spatiale des sciences et ses enjeux: expositions, dispositifs, architectures« .

Les espaces scientifiques (universités, laboratoires, mais encore musées et lieux temporaires de monstration des sciences), ont beaucoup à nous apprendre. Leur architecture, leur inscription matérielle et symbolique dans le tissu urbain, leur déclinaison au cours du temps et dans des environnements géographiques et culturels variés nous renseignent sur l’évolution des rapports entre sciences, politique de la science et vulgarisation.
C’est l’hypothèse qui sous-tend cet atelier, rassemblant historiens des sciences, du musée, de la ville, conservateurs d’expositions et historiens de l’art autour de quelques cas concrets de trois types d’espaces (l’université, l’exposition scientifique et technique, le dôme) et du contexte scientifique, social et politique de leur genèse.
L’atelier vise à contribuer aux renouvellements historiographiques récents qui ont permis de développer de nouvelles approches en histoire des sciences, de la muséographie scientifique et de la vulgarisation, notamment le corpus consacré aux cultures visuelles et matérielles qui caractérisent le travail et la communication scientifiques, ainsi que celui consacré aux lieux de science. Il a aussi l’ambition de créer un dialogue entre la dimension historique (19e et 20 siècles) et des questionnements très contemporains autour de la place des sciences dans nos sociétés actuelles. Continuer la lecture