Archives mensuelles : juillet 2014

AAC: Histoire de l’éducation populaire (1815-1945)

Carole Christen (Université Lille 3, IRHiS – Institut universitaire de France) et Laurent Besse (Université de Tours – IUT –, CETHIS) organisent un colloque  sur le thème « Histoire de l’éducation populaire. 1815-1945« , qui se déroulera les 18 et 19 juin 2015 à Lille. L’appel à communication se trouve ci-dessous ou peut être téléchargé.

Présentation:
De la création de la Société pour l’instruction élémentaire en 1815 à la fondation de Peuple et Culture en 1945, en passant par la Ligue de l’Enseignement fondée en 1866 à l’ouverture du premier Ceméa (Centre d’entrainement aux méthodes d’éducation active) en 1937, les objectifs et les acteurs de l’éducation populaire en France ont fortement évolué. Pendant cette période, cette dernière a été définie de différentes manières et, de plus, n’a pas signifié la même chose au cours d’une même période. Héritée des Lumières et de la Révolution française, la question de l’éducation, de l’instruction et de l’enseignement des « pauvres » est centrale au XIXe siècle tant pour les philanthropes et que pour les réformateurs sociaux. Au cours de ce siècle, son histoire tend à se confondre avec celle de la mise en œuvre de la scolarisation primaire pour les enfants du peuple et des premières expériences de formation « morale », professionnelle et citoyenne des travailleurs – les ouvriers en particulier – par la création de cours du soir. Après l’instauration des lois dues à Jules Ferry, l’éducation populaire doit prolonger l’école et prendre en charge les jeunes sortis de l’école primaire et également les adultes. Mais l’histoire de l’éducation populaire n’est pas seulement une petite « annexe » de l’histoire de l’école. L’installation de « l’école républicaine » dans les années 1880 accentue la concurrence acharnée entre organisations laïques et confessionnelles – catholiques en particulier –, apparue dès les premières réalisations sous la Restauration, pour l’encadrement des activités post-scolaires destinées à la jeunesse populaire et aux ouvriers. Par ailleurs, sous la Troisième République, les initiatives privées des élites visant à « élever » le peuple tendent à être progressivement remplacées par des actions portées par des catégories intermédiaires et par des initiatives publiques dans une société qui se veut plus démocratique. Continuer la lecture

PAJEP: Film des Guides de France

La PAJEP propose, dans sa catégorie le « film du mois » visionable en ligne, un film des Guides de France « Hé ! Ho ! » de 1953.

Présentation du film par Jean-Jacques Gauthé, historien du scoutisme, membre du comité scientifique du PAJEP

« Hé Ho » est un film 29 minutes tourné durant l’été 1953, produit par Georges Rosetti et réalisé par Guy Jorré pour les Guides de France, mouvement catholique féminin de scoutisme, afin de faire connaître leur association. Celle-ci compte à l’époque 42 000 adhérentes de 8 à 19 ans et constitue l’une des plus importantes associations féminines de France. Il raconte comment Sophie, adolescente de 12 ans, découvre le scoutisme.

Coll: Manuels scolaires, genre et égalité

Le Centre Hubertine Auclert, Centre francilien de ressources pour l’égalité femmes-hommes, en partenariat avec Délégation aux droits des femmes et à l’égalité des chances entre les femmes et les hommes du sénat et le Ministère des Droits des femmes, a organiséle 2 juillet 2014 un colloque Manuels scolaires, genre et égalité.

AAC: L’enseignement Technique en contexte colonial

La revue en ligne Artefact. Techniques, histoire et sciences humaines lance un appel à contributions sur le thème « L’enseignement Technique en contexte colonial« . Ce dossier sera coordonné par Cédric Perrin (IDHES, Université d’Evry-Val d’Essonne)
et François Wassouni (Département d’Histoire, Université de Maroua).

Présentation:
La dynamique de l’industrialisation en Europe occidentale a fait naître, dans les entreprises, des besoins en main d’oeuvre qualifiée et donc formée. La mise en place,  dans cet espace, de systèmes d’enseignement technique et professionnel à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle répond à cet enjeu fondamental. En France, par exemple, la loi Astier de 1917 consacre l’intervention de l’Etat en la matière avec la création du Certificat d’aptitude professionnel (CAP)[1] . Or, c’est dans ce même temps que des Etats européens se sont engagés dans la conquête coloniale. L’élaboration de l’enseignement professionnel dans les métropoles européennes a-t-il trouvé un prolongement dans les empires coloniaux ? Les colonisateurs européens ont-ils emmenés avec eux leurs systèmes d’enseignement professionnel pour les diffuser dans les espaces colonisés ? La rhétorique auto-justificatrice d’une colonisation porteuse de progrès pourrait laisser le croire. Mais, il est désormais acquis que les réalisations furent en réalité bien limitées. En matière scolaire, l’empire colonial français, par exemple, ne comptait en tout et pour tout que trois universités, à Hanoï, à Alger et à Dakar, encore cette dernière ne fut-elle fondée (1957) que très tardivement (L’Afrique occidentale française – AOF – est indépendante en 1960). La colonisation a bien davantage contribué à figer qu’à progresser, quand elle n’a pas détruit ce qui existait avant elle. L’entreprise de domination culturelle qu’est la colonisation[2] s’avère ainsi peu compatible avec une politique de scolarisation ambitieuse. Cependant, les considérations économiques sont aussi l’une des motivations fortes de la colonisation. L’exploitation économique des colonies appelle une main d’œuvre qu’il a bien fallu former. En outre, il convient de ne pas penser les économies des pays colonisés seulement au regard de la colonisation. D’origine coloniale ou pas, les entreprises de ces pays ont également besoin de salariés qualifiés et formés. La formation de ces derniers se révèle là aussi être un enjeu majeur. Dans quelle mesure, les empires coloniaux en ont pris la mesure ? L’absence de réalisation en matière d’enseignement professionnel ne serait-elle pas un des facteurs qui a freiné, voire bloqué, le développement économique des pays placés sous domination coloniale ? Continuer la lecture