Coll.: Condition(s) enseignante(s), conditions pour enseigner

Le laboratoire ECP (Education, Culture, Politiques) organise les 8, 9, et 10 janvier 2015 un colloque intitulé « Condition(s) enseignante(s), conditions pour enseigner« . Il se déroulera sur le campus Berges du Rhône de l’université Lyon2.
L’enjeu du colloque est de concentrer sur la condition enseignante, considérées dans sa diversité et dans ses rapports à notre société, l’ensemble des regards, des questionnements et des apports issus de différents horizons disciplinaires. De nombreuses communications ont une dimension historique.
Les informations sur l’organisation du colloque et le contenu des communications sont disponibles sur le site dédié.

Parution: Les Ultras-marins, ici et là-bas

La revue Diversité publie dans son dernier numéro un dossier consacré aux « Ultra-marins, ici et là-bas » [n° 178, 2014], dont un certain nombre d’articles intéressent l’histoire de l’éducation.

« Les territoires d’Outre-mer font partie intrinsèque de l’histoire de France. De quatre siècles d’histoire commune, on peut relever les stigmates d’une histoire complexe et douloureuse, portant les traces d’un passé colonial et de l’esclavagisme. Ainsi, ces territoires, au-delà de leurs différences et spécificités (historiques, géographiques, culturelles, etc.) interrogent parfaitement notre capacité y compris en termes de droit, de « mise à égalité » à vivre ensemble et à constituer un corps social pluriel, capable d’assumer la diversité, ici et là-bas. »

Ce numéro 178 de Diversité propose de dresser un panorama de ces espaces, en insistant sur trois dimensions : la diversité, entre identité et créolisation, comme un composant intrinsèque de ces territoires, la mobilité des Ultramarins et les liens qui unissent leurs divers espaces; la place et les parcours des jeunes des Outre-mers.

Enquête: les thèses en histoire de l’éducation depuis 1990

La constitution d’une base de données visant à recenser les thèses en histoire de l’éducation soutenues depuis une vingtaine d’année est actuellement en cours. Elle souhaite permettre d’étudier l’évolution de cette discipline.

Cette étude s’inscrit dans un projet plus large, soutenu par un Standing Working Group de l’ISCHE, Mapping the Discipline « History of Education ».

Les thèses retenues doivent satisfaire à trois critères :

  • La thèse doit avoir été soutenue à partir de 1990 (les thèses en cours sont comprises) ;
  • Le sujet de thèse doit comporter une dimension historique ;
  • Le sujet de thèse doit aborder un thème éducatif.

Ce recensement se veut collaboratif et demande à être constamment mis à jour. Si vous constatez un oubli, souhaitez modifier ou ajouter une information, n’hésitez pas à contacter les auteurs de la base (these-he[at]ens-lyon.fr).

Sém.: L’enseignement technique en France au XIXe siècle

Le séminaire 2014-2015 « État, travail et société (France et Angleterre, XVIIIe-XIXe siècles)», université Paris 8, EHESS et ENS accueille le vendredi 12 décembre 2014 : Stéphane Lembré (Université d’Artois):

« L’enseignement technique en France au XIXe siècle : industrialisation et besoins de formation »
16 h-18 h à l’IHMC (escalier D, 3e étage), ENS, 45 rue d’Ulm 75005 Paris

Parution: Jeunesse irrégulière et école (XIXe-XXe siècles)

Le dernier numéro de la Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » – N° 16/2014, est consacré à « La part scolaire : jeunesse irrégulière et école (XIXe-XXe siècles)« . Ce dossier est  dirigé par Laurent Besse.

Ce dossier est consacré aux jeunes éloignés de l’école ordinaire ou régulière : jeunes mendiants parisiens à la fin du XIXe siècle, enfants roms en Italie du Risorgimento jusqu’à nos jours et mineurs de justice québécois qui bénéficient d’une méthode d’instruction avant-gardiste dans l’institution de Boscoville. Une analyse biographique croisée et un témoignage évoquent l’histoire de la prise en charge des enfants déficients par l’Éducation nationale. Ces recherches interrogent l’histoire de l’instruction là où elle ne va pas de soi, là où la dimension éducative (ou réputée telle) prime, dessinant un envers de l’école ordinaire où l’exposition aux savoirs est considérée comme prioritaire.

Parution: La formation des maîtres

A. Prost (dir.), La formation des maîtres de 1940 à 2010, PUR, 2014.

Comment la formation des maîtres est-elle devenue une question centrale du débat sur l’école ? À partir d’une abondante documentation de première main : archives, textes et rapports officiels, revues spécialisées etc. et du témoignage des principaux acteurs pour la période la plus récente, une équipe d’historiens propose ici une vue d’ensemble de la formation des maîtres dans sa diversité depuis 1940, dont la première histoire objective des IUFM.

AAC: Le retour de la nature à l’école ? Essentialisation et naturalisation des inégalités scolaires

Le Réseau de travail « Sociologie de l’éducation et de la formation » de l’AFS (RT4) lance un appel à communications pour le prochain congrès de l’association française de sociologie (29 juin-2 juillet 2015) sur le thème: « Le retour de la nature à l’école ? Essentialisation et naturalisation des inégalités scolaires« .

Le Réseau de travail Sociologie de l’éducation et de la formation de l’AFS (RT4) cherche à favoriser le dialogue entre différents courants théoriques et méthodologiques pour permettre une plus grande cumulation des données et des interprétations en sociologie de l’éducation et de la formation. Les séances de travail du RT4 lors de ce congrès, comme lors des précédents, seront l’occasion de faire connaître et de discuter des travaux récents des membres du réseau mais aussi de tous ceux qui mènent des recherches relatives aux questions d’éducation et de formation, scolaires, universitaires et non scolaires. Les communications retenues porteront sur le thème du congrès tout en l’élargissant à l’ensemble des perceptions essentialisées en matière d’éducation et de scolarité, quel que soit le pays étudié.
En effet, dès son renouveau dans les années soixante, la sociologie de l’éducation et de la formation s’est attachée à déconstruire les « explications » naturalisées telles que les « dons » (Bourdieu & Passeron, 1964). Malgré ces efforts de déconstruction, les argumentaires « biologisés » n’ont pas disparu et ont même réapparu, sous une forme renouvelée, dans la période récente. Ainsi, à travers l’émergence de la notion d’élèves « à besoins particuliers » (Rochex et Frandji, 2011) et l’élargissement de la notion de handicap à divers troubles des apprentissages (Garcia, 2013) et du comportement (Dupont, 2013), on voit resurgir avec force un processus de re-médicalisation de l’échec scolaire (Morel, 2014). De plus, d’autres « explications » se sont développées, qui n’évoquent pas un état de nature, mais essentialisent autrement les constats des différences entre élèves ou encore entre enfants : l’analyse critique de ces postures et prises de position sera également au cœur de nos échanges. Ces différentes formes d’essentialisation ont en commun de considérer les difficultés scolaires comme largement indépendantes de l’École, qui est de ce fait jugée impuissante à y remédier ou doit se contenter de s’adapter à ces « états naturels » des enfants. C’est oublier encore que le système scolaire et le curriculum qui lui est attaché sont des constructions sociales. C’est enfin considérer que les inégalités scolaires (inégalités d’accès, d’apprentissage, de réussite, d’orientation, de parcours, etc.) ne sont finalement que marginalement d’ordre social mais liées aux caractéristiques intrinsèques des individus.

Texte complet de l’AAC

Parution: Éduquer au patriotisme par l’illustration

CouvertureLaurent Gutierrez (dir.), Éduquer au patriotisme par l’illustration. L’apport de Lucien Métivet. Recueil de dessins commentés parus dans la revue scolaire L’Ecole et la Vie entre le 15 septembre 1917 et le 19 octobre 1918, Préface de Jean-François Chanet, Paris : Art Négatif, 2014.

 

Le 15 septembre 1917, date à laquelle paraît le premier numéro de L’Ecole et la Vie, les dernières tentatives de paix sont mal engagées entre les pays belligérants. La guerre semble donc devoir se poursuivre et la seule issue favorable au conflit reste la victoire sur l’ennemi. C’est dans ce contexte que naît le souhait de Paul Crouzet de commenter et d’illustrer le quotidien de l’école. Le directeur de ce nouveau périodique scolaire ne se doutait certainement pas qu’en faisant appel à Lucien Métivet, celui-ci lui fournirait près de 200 dessins qui allaient faire autant de « une » de son hebdomadaire pendant quatre ans et demi.

Les analyses proposées, ici, par des historiens de l’éducation reviennent sur l’actualité et le sens des symboles convoqués par l’illustrateur qui inlassablement chercha à inscrire son travail dans une double dialectique consistant, d’une part, à conférer une autorité morale aux maîtres et, d’autre part, à incarner l’exemplarité au centre de la vie des écoliers. « Eduquer au patriotisme par l’illustration », telle est bien l’ambition de Lucien Métivet à travers les 26 dessins que nous avons sélectionnés pour cet ouvrage entre le 15 septembre 1917 et le 19 octobre 1918. Gageons que cette modeste contribution à l’histoire de l’école en temps de guerre trouve son lectorat et nous incite à en poursuivre l’entreprise.

Illustrations commentées par Michaël Attali, Annie Bruter, Anne-Marie Châtelet, Jean-Pierre Chevalier, Jean-François Condette, Mathias Gardet, Bruno Garnier, Laurent Gutierrez, Jérôme Krop, Patricia Legris, Stéphane Lembré, Olivier Loubes, Mathieur Marly, Frédéric Mole, Emmanuel Saint-Fuscien, Jean Saint-Martin, Vincent Troger et Marie Vergnon.

Soutenance de thèse: L’institutionnalisation et la transformation de la politique d’enseignement des langues étrangères en France, en Allemagne et au Luxembourg

Nuria Garcia soutiendra, le lundi 8 décembre 2014, sa thèse de doctorat en science politique intitulée « Gouverner les langues : l’institutionnalisation et la transformation de la politique d’enseignement des langues étrangères en France, en Allemagne et au Luxembourg« .

Jury :

  • Mme Linda Cardinal, Professeure titulaire, Chaire de recherche Francophonie et politiques publiques, Université d’Ottawa, École d’études politiques. Rapporteure.
  • M. Yves Déloye, Professeur des universités en science politique à l’IEP de Bordeaux, Centre Émile Durkheim. Rapporteur.
  • M. Peter A. Kraus, Professeur de science politique, Universität Augsburg, Institut d’études canadiennes.
  • Mme Pascale Laborier, Professeure de science politique, Université Paris Ouest – Nanterre La Défense, Institut des Sciences sociales du Politique.
  • M. Pierre Muller, Directeur de recherche au CNRS, IEP de Paris, Centre d’études européennes. Directeur de thèse.
  • Mme Agnès Van Zanten, Directrice de recherche au CNRS, IEP de Paris, Observatoire sociologique du changement.

Résumé :
Cette thèse analyse l’action publique dans le domaine du gouvernement des langues à travers l’étude de la transformation de la politique d’enseignement des langues étrangères en France, en Allemagne et au Luxembourg. L’analyse vise à expliquer comment des politiques d’enseignement des langues relativement similaires en termes d’objectifs et de moyens mis en œuvre produisent des résultats significativement différents dans deux cas a priori très proches que sont la France et l’Allemagne. Retraçant le processus d’institutionnalisation de ces politiques sur le temps long, la démonstration montre que ces différences ne s’expliquent que partiellement par des dynamiques infra-sectorielles. L’explication des variations d’output et d’outcome de la politique d’enseignement des langues étrangères nécessite de prendre en compte la configuration politique et sociétale dans son ensemble à travers une perspective systémique : le découpage sectoriel ou intersectoriel de l’objectif du multilinguisme et les effets d’interaction entre la politique d’enseignement des langues et d’autres secteurs de politique publique expliquent des variations dans la perception d’utilité des langues par les individus et leur motivation de s’investir dans l’apprentissage de ces dernières, et partant les différences de résultat de cette politique. L’absence de lien direct entre inputs, outputs et outcomes de la politique d’enseignement des langues soulève la question des limites de l’action publique en matière de gouvernement des langues, limites qui sont liées à la réactivité de l’État à des préférences contradictoires des citoyens et au lien entre langue et citoyenneté dans les sociétés monolingues.
La soutenance de thèse aura lieu le lundi 8 décembre 2014 à 14h30 à l’École doctorale de Sciences Po (salle de réunion, 3ème étage, 199, boulevard Saint-Germain, 75007 Paris).

Soutenance de thèse: L’écriture et l’enseignement de l’histoire de l’Europe en France et en Allemagne

Morgane Le Boulay soutiendra sa thèse intitulée « Au croisement des mondes scientifique et politique. L’écriture et l’enseignement de l’histoire de l’Europe en France et en Allemagne (1976-2007)« .

Jury :

  • Dominique Dammame , Professeur à l’Université Paris-Dauphine (codirecteur de thèse)
  • Etienne François, Professeur émérite à la Freie Universität Berlin
  • Brigitte Gaïti, Professeur à l’Université Paris I Panthéon Sorbonne
  • Hartmut Kaelble, Professeur émérite à la Humboldt-Universität zu Berlin (codirecteur de thèse)
  • Antoine Vauchez, Directeur de recherche au CNRS, CESSP (rapporteur)
  • Jakob Vogel, Professeur à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris (rapporteur)

Résumé :
Cette thèse est consacrée à la sociologie historique d’un domaine scientifique : l’histoire de l’Europe. A travers une étude des projets collectifs relatifs à l’écriture ou à l’enseignement de cette histoire impliquant des historiens ou des experts de l’enseignement secondaire de l’histoire français et/ou allemands, elle montre l’importance de leurs interactions avec les institutions promouvant l’histoire européenne. De 1976 à la fin des années 1980, un petit nombre d’historiens fondent un domaine de recherche, l’histoire de l’intégration communautaire, en coopération avec la Commission Européenne. De la fin des années 1980 à la fin des années 1990, nombre d’historiens et d’acteurs politiques, scientifiques et économiques s’entendent autour d’une ambition : repenser l’histoire et son enseignement pour fonder une identité européenne. Mais à partir de 2000, cette ambition se délite et les coopérations reposant sur celle-ci cèdent la place à des financements institutionnalisés.
Le vendredi 12 décembre 2014 à 12h30 à l’Université Paris-Dauphine (Place du Maréchal de Lattre de Tassigny, 75016 Paris) en salle A701.

Soutenance de thèse: Le centre universitaire experimental de Vincennes

Christelle Dormoy-Rajramanan soutiendra sa thèse pour le doctorat de science politique, sous la direction de Bernard Pudal, intitulée « Sociogenèse d’une invention institutionnelle : le centre universitaire experimental de Vincennes », le jeudi 4 décembre à partir de 14h en salle des actes du bâtiment F à l’université de Nanterre.

Jury :

  • Mme Gaïti Brigitte, Professeure de Science Politique à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne
  • M. Jeanpierre Laurent, Professeur de Science Politique à l’Université Paris 8 Vincennes-St-Denis (rapporteur)
  • M. Pudal  Bernard, Professeur de Science Politique à l’Université Paris Ouest Nanterre la Défense (directeur de thèse)
  • M. Robert André, Professeur de Sciences de l’Education à l’Université Lyon 2 (rapporteur)
  • M. Soulié Charles, Maître de Conférences de sociologie à l’Université Paris 8 Vincennes-St-Denis

Résumé :

Relevant de l’intérêt renouvelé de l’histoire sociale pour la période des « années 1968 », ce travail cherche à comprendre à la fois les conditions de possibilité de la création d’une institution telle que le « Centre universitaire expérimental de Vincennes » et comment celle-ci a été initialement façonnée par les investissements pratiques et les projections de ses concepteurs, fondateurs et premiers acteurs. A la croisée de la sociologie des politiques publiques éducatives et de l´histoire sociale des champs intellectuels, la socio-histoire de cette expérience universitaire participe de la connaissance des effets de la crise symbolique sans précédent de Mai 68, et offre une voie d´entrée à l´histoire des idées qui prend en compte simultanément les acteurs mobilisés et mobilisables que sont les étudiants et les enseignants, et leurs négociations avec le pouvoir politique.
A l’échelle macro-sociologique, cette recherche s’attache à éclairer les logiques qui président au développement morphologique et symbolique de l´Université depuis les années 50 et participe de la connaissance du fonctionnement de l’Etat et du pouvoir politique en conjoncture de crise. A l’échelle micro-sociologique, elle se veut attentive aux logiques d’action des acteurs sociaux et aspire à comprendre comment et pourquoi, suivant quels représentations, dispositions et intérêts, les acteurs (individuels et collectifs) investissent leurs rôles et « métiers » (de hauts fonctionnaires, responsables politiques, « intellectuels », enseignants-chercheurs, étudiant), sans sous-estimer les contraintes qui pèsent sur eux.
Ce travail s’appuie sur des matériaux complémentaires (archives, entretiens, biographies, statistiques) qui permettent de mettre en perspective « données quantitatives » et « données qualitatives », et de renseigner les deux échelles d’analyse.

Archives orales des écoles normales

Une enquête a été réalisée auprès d’anciens élèves des écoles normales de garçons et de filles de l’académie de Nantes (période : 1925-1975), pendant les deux années scolaires 1999-2001, et conduite dans le cadre du Service d’histoire de l’éducation par Marcel Grandière et un groupe de professeurs de l’IUFM des Pays-de-la-Loire.

Les Archives départementales Maine-et-Loire ont recueilli les documents écrits et sonores de cette enquête, et entièrement numérisé les cassettes audio. Les documents papiers, dont des fiches présentant les repères chronologiques d’une partie des entretiens, sont en 264 J 7 ; les documents sonores des 118 témoins représentant 161 heures d’entretiens sont en 49 AV, accessibles uniquement sur autorisation pour respecter la promesse d’anonymat des anciens normaliens.