Archives mensuelles : mars 2015

Sem. : L’éclatement de l’Université de Paris en 1970 : état des lieux de la recherche historique

Une séance sur l’histoire des universités parisiennes se déroulera au séminaire Histoire des sciences, histoire de l’innovation (Université Paris Sorbonne, UPMC, LabEx EHNE), le jeudi 26 mars de 17 à 19h00 à l’Institut des sciences de la communication (ISCC) salle de conférence RDC, 20 rue Berbier-du-Mets à Paris (Métro Gobelins).

Loïc Vadelorge, interviendra sur « L’éclatement de l’Université de Paris en 1970 :
 état des lieux de la recherche historique« .

Résumé : La reconfiguration institutionnelle de l’Université de Paris est réalisée par le décret Guichard du 21 mars 1970 qui créée treize universités autonomes, désignées par un simple numéro en chiffre romain, accolé à la formule « université de Paris- ». Continuer la lecture

En ligne: L’école et la Nation

Le livre L’école et la Nation, dirigé par Charles Heimberg, Benoit Falaize et Olivier Loubes [ENS éditions, 2013 ] est disponible pour une lecture en ligne sur Open Book.

Présentation: Une vieille question, si nationale. « Et d’abord, l’école n’est pour rien dans la création de la nation française », affirme d’emblée Antoine Prost. Pourtant, en France, dès lors que la société et le pouvoir politique s’interrogent sur la nation et ses troubles, c’est à l’école qu’ils posent la question de l’identité collective et de sa construction, c’est vers elle qu’ils se tournent pour rechercher les responsabilités, imaginer les solutions. Ainsi, ce livre interroge, en s’en détachant, le débat français sur l’identité nationale, classique, ambivalent et propice aux instrumentalisations.
Une réponse internationale, neuve. Dès lors, pour dépasser ces singulières ambiguïtés franco-françaises, et parce que l’école et la nation est un champ scientifique commun par-delà les frontières, cet ouvrage choisit de répondre à la (dé-)raison nationale par la comparaison internationale. Grâce à la mobilisation exceptionnelle du réseau de chercheurs de l’Institut national de recherche pédagogique (devenu Institut français de l’Éducation), de nombreux auteurs s’attachent à dépayser le cas d’école français en le confrontant à bien d’autres situations nationales, et s’efforcent de déconstruire, loin des idées reçues, ce rapport de l’école à la nation.

Prix Robert Mallet 2015

Le premier prix d’Histoire de l’éducation Robert Mallet a été remis le 16 mars 2015 à Amiens à Mme Thuy Phuong NGUYEN pour sa thèse: « L’école française au Vietnam de 1945 à 1975« . Le jury était présidé par Antoine Prost, sous le haut patronage du recteur de l’académie Valérie Cabuil. Le prix consiste en la publication de la thèse.

Reparution: Principes de géographie humaine

Mise en ligne dans le cadre de la « Bibliothèque idéale des Sciences sociales » (dirigée par Pierre Mercklé, ENS Editions) de la réédition des Principes de géographie humaine (1922) de Paul Vidal de La Blache (1845-1918).

Cette réédition – uniquement en ligne et gratuite d’accès – est augmentée d’une préface inédite d’Isabelle Lefort (Lyon 2). Elle remet en perspective cet ouvrage majeur dans la construction de l’école française de géographie du début du XXe siècle, et dans la redéfinition du paysage intellectuel de l’époque. Cette réédition intéressera donc non seulement les géographes, mais aussi les historiens des sciences humaines et sociales.

Parution: Histoire de l’éducation n° 139 – Varia

 

Le numéro 139 de la revue Histoire de l’éducation est en ligne sur Revue.org (sommaire et compte rendus en texte intégral) et sur Cairn.

Sommaire:

Notes critiques:

 

AAC: Les acteurs face aux changements institutionnels

Vous trouverez ici un appel à communication pour une journée d’étude coorganisée par l’IRISSO et l’IREDU le 11 Juin 2015 sur le thème « Les acteurs face aux changements institutionnels : résistances, contournements et appropriations stratégiques dans les institutions scolaires et universitaires ». Il ne s’agit pas à proprement parler d’un appel pour les historiens, mais ceux-ci ont certainement leur mot à dire sur cette question

Ressources : Les agrégés de l’enseignement secondaire. Répertoire 1809-1960

Vingt-deux ans après la publication par l’INRP de la petite brochure sur Les Lauréats des concours d’agrégation (1993), quinze ans après la première mise en ligne sous forme de liste, le LARHRA met en ligne une version considérablement améliorée et augmentée du répertoire des agrégés de l’enseignement secondaire, lequel couvre désormais la période de 1809 à 1960. Elle est due, comme la précédente, à la collaboration de deux ingénieurs, Henri Chamoux et Vincent Alamercery.

Les agrégés de l’Université sont, comme l’Université elle-même (qui n’est pas autre chose qu’un grand système d’instruction publique), une création de Napoléon (1809), qui s’est inspiré de l’agrégation que l’université de Paris de l’Ancien Régime avait mise en place (1766-1791) après l’expulsion des jésuites (1762). Le premier Empire crée des agrégés sans organiser de concours de recrutement et, de 1809 à 1821, 306 agrégés sont nommés par le Grand Maître de l’Université. Les premiers concours d’agrégation sont ouverts en 1821 à l’échelon académique, à l’initiative des recteurs : 204 agrégés « académiques » sont recrutés par concours jusqu’en 1829. Mais dès 1830 seule l’académie de Paris est autorisée à organiser des concours, auxquels sont admis les candidats venant de toute la France. Ainsi débutent les concours nationaux, pour la philosophie, les lettres, la grammaire et les sciences. Quatre au début, ils seront douze en 1882, dix-neuf en 1950 et vingt-quatre en 1960. Le principal événement de leur histoire, c’est la mise en place en 1883 des concours féminins, ainsi que l’autorisation pour les jeunes filles de présenter leur candidature à certains concours masculins.
Le nombre total des agrégés de l’Université qui ont été nommés entre 1809 et 1821, ou qui ont été lauréats des différents concours de l’agrégation, entre 1821 et 1960, s’élève à 21843, dont 5913 femmes agrégées. Il est légitime d’espérer, de souhaiter en tout cas, que d’autres chercheurs (la Société des agrégés ?) prolongent jusqu’à nos jours le présent répertoire.

André Chervel

http://rhe.ish-lyon.cnrs.fr/?q=agregsecondaire

History of Education 44/3, Mai 2015

History of Education, Volume 44, Issue 3, May 2015 est en ligne.
Sommaire

  • History, nation and school inspections: the introduction of citizenship education in elementary schools in late nineteenth-century Sweden, Jakob Evertsson
  • Forging Habsburg Muslim girls: gender, education and empire in Bosnia and Herzegovina (1878–1918), Fabio Giomi
  • ‘Listen to the voice of reason’: the New Orleans Tribune as advocate for public, integrated education, Kristi Richard Melancon & Petra Munro Hendry
  • Mexican Americans and the push for culturally relevant education: the bilingual education movement in Tucson, 1958–1969, Maritza De La Trinidad
  • Activism, identity and service: the influence of the Asian American Movement on the educational experiences of college students, Thai-Huy Nguyen & Marybeth Gasman
  • A foreign model of teacher education and its local appropriation: the English teachers’ centres in Spain, Tamar Groves
    Continuity and change in disaster education in Japan, Kaori Kitagawa

Postes en histoire de l’éducation [France]

Deux postes de maître de conférences sont profilés « histoire de l’éducation » en 22e section:

et trois postes en 70e section:

et un poste de PU en 70e section

 

Coll.: Penser la transformation

Le colloque annuel du séminaire « Penser la transformation » sera consacré en 2015 aux rapports entre École et société dans une perspective de transformation sociale. Une fois la société comprise comme processus rassemblant des parties différentes, la composition ou recomposition de la totalité sociale doit être envisagée à partir de chacune des parties, du social par exemple, et non plus seulement du politique. L’institution éducative, au cœur de ces articulations, sera abordée tant du point de vue historique (rapport entre lois et mœurs au XVIIIe, principes philosophiques des pédagogies novatrices, engagement politique de l’École républicaine) que du point de vue philosophique (fondements moraux ou politiques de ces approches, statut de l’enfance, limites de l’École) ou d’une synthèse de ces points de vue, dans la formation des acteurs sociaux. Continuer la lecture