Archives mensuelles : mai 2015

AAC: Les « associations » d’écoliers, d’élèves et d’étudiants, de l’Antiquité à nos jours

Dans le cadre du laboratoire FRAMESPA (Toulouse), un appel à communications sur le thème « Les « associations » d’écoliers, d’élèves et d’étudiants, de l’Antiquité à nos jours : apprendre en marge de l’institution scolaire et agir dans la cité ?« .

La postérité du terme « association » a sans nul doute connu un essor significatif depuis la loi du 1er juillet 1901 qui la définit sous une forme juridique et à des fins non lucratives : « L’association est la convention par laquelle deux ou plusieurs personnes mettent en commun, d’une façon permanente, leurs connaissances ou leur activité ». L’idée de « former une association », avec comme exemple l’ « Association amicale d’anciens élèves d’un lycée » se composant de « membres », n’est formulée que dans le dictionnaire de l’Académie française de 1932-1935, sans que pour autant une mention particulière ne soit faite aux associations cultuelles nées des modalités d’application de la loi de séparation des Églises et de l’État en 1905.
En réalité, les sources attestent du développement d’organisations juvéniles, à proximité d’institutions scolaires, dès l’Antiquité : qu’il s’agisse d’un « collegium » (terme générique), d’un « corpus », d’une « sodalitas » (mot latin que les jésuites reprennent à l’époque moderne), ou plus simplement d’une « societas ». Au cours de la période médiévale, le mot « association » s’entend comme synonyme de société ou commerce pour Godefroy, et s’applique aux confréries, lignages et corporations… voire aux universités naissantes. Ce même terme devient aussi synonyme, au XVIe siècle, de « traité de société par lequel plusieurs personnes s’associent ensemble », dans le domaine de la diplomatie,  pour La Curne de Sainte-Palaye. Continuer la lecture

JE: Leçon d’éducation physique, lendits et sport scolaire en images dans les Basses Pyrénées

Une journée d’étude se tiendra le 20 mai à l’Université de Bordeaux sur le thème : « Leçon d’éducation physique, lendits et sport scolaire en images dans les Basses Pyrénées autour des années 1950« .

JE: Comment faire l’histoire des sciences sociales ?

Le 10 mai 2015, aux Archives nationales (site de Pierrefitte sur Seine) aura lieu une journée consacrée à « Comment faire l’histoire des sciences sociales ? Atelier et débats« .

Tirant parti de la publication toute récente en France de cinq ouvrages importants d’histoire des sciences sociales, la journée a pour objet de débattre sur les manières de faire l’histoire de ces disciplines, en insistant sur l’importance cruciale des archives dans le renouvellement des points de vue. Il ne s’agira pas tant de discuter de thèses sur les fondements matériels du travail savant, l’école durkheimienne, l’anthropologie du religieux, les sociologues de Chicago ou encore la jeunesse et les classes sociales que d’examiner de façon critique la manière dont chaque chercheur a défini les problèmes qu’il voulait poser à l’aide de l’enquête historique et les façons de conduire celle-ci.

10 h-11 h: Comment les savants travaillent : une approche sur la longue durée
Françoise Waquet, L’ordre matériel du savoir (XVIe-XXe siècle), CNRS éditions, 360 pages.
Discutants : Jean-Luc Chappey (Université Paris I, IHMC, Institut d’histoire de la Révolution française, IHRF) et Julien Vincent (Université Paris I, Institut d’histoire moderne et contemporaine, IHMC)

11 h-12 h: Relocaliser les savants et les savoirs
Christian Topalov, Histoires d’enquêtes. Londres, Paris, Chicago (1880-1930), Classiques Garnier (collection « Sciences sociales »), 493 pages.
Discutants : Wolf Feuerhahn (CNRS, Centre Alexandre Koyré) et Marie-Claire Robic (CNRS, Epistémologie et histoire de la géographie) Continuer la lecture