Publication – Carole Christen et Caroline Fayolle (dir.), « Les écoles du peuple à l’ère des révolutions (1815-1880) »

  1. Introduction : Les écoles du peuple, écoles des pauvres ? (Carole Christen et Caroline Fayolle
  2. Vers une « éducation universelle ». La Société pour l’instruction élémentaire, un pôle de la circulation transnationale des savoirs pédagogiques (1815-1833) (Caroline Fayolle)
  3. Écoles du peuple et scolarisation post-élémentaire. Les débuts de l’école primaire supérieure fondée par la ville de Paris (1839-1852) (Renaud d’Enfert)
  4. De l’éducation attrayante à l’instruction pour tous. Les fouriéristes et l’enseignement du peuple, des années 1830 aux années 1890 (Bernard Desmars)
  5. 1848, un éphémère printemps de l’école du peuple ? La République, l’instruction publique et les instituteurs (février 1848-mars 1850) (Jean-François Condette)
  6. Congrégations féminines et « éducation populaire » : l’exemple des soeurs de Saint-Vincent de Paul avant les lois Ferry (Matthieu Brejon de Lavergnée)
  7. Quelles écoles professionnelles pour les jeunes filles pauvres ? Débats et réalisations en Algérie et en France métropolitaine dans les années 1860 (Rebecca Rogers)
  8. Les peuples à l’école. Expositions universelles et circulations des idées pédagogiques en Europe (1867-1878) (Damiano Matasci)

Conférence – De la régénération à la moralisation : histoire des écoles pour filles (1789-1830) (Caroline Fayolle, Montpellier)

Contrairement aux idées reçues, c’est sous la Révolution française que les premières écoles publiques de filles voient le jour. Objet de débats, ces dernières constituent un espace de régénération visant à faire advenir un modèle de féminité républicaine.

Plus d’information sur le site de France Culture.

AàC – Le moment 68 à Lyon en milieu scolaire, universitaire et éducatif : contestations, mutations, résistances, trajectoires (Lyon, 30 et 31 oct. 2018)

Le colloque « Le moment 68 à Lyon en milieu scolaire, universitaire et éducatif : contestations, mutations, résistances, trajectoires » vise à étudier l’attitude des milieux éducatifs lyonnais pendant le moment Mai 1968 (donc en ayant en perspective l’amont et l’aval des événements de mai-juin). Il s’intéressera bien entendu aux mouvements lycéens et étudiants. Mais il vise à étendre à l’analyse à des secteurs de l’enseignement souvent négligés (enseignement technique, écoles normales d’instituteurs et d’institutrices, IUT, etc.), en s’ouvrant même à d’autres secteurs que l’Éducation nationale : conservatoires, écoles des beaux-arts, milieux de l’éducation populaire…

Délai de soumission : 15 février 2018.

Appel à communications complet : http://calenda.org/426887

AàC – « Des Miroirs aux Princes aux princes dans le miroir » De l’éducation religieuse des monarques à la laïcisation du pouvoir en Europe du Moyen-âge à nos jours (Cergy-Pontoise, 27-28 sept. 2018)

Les « Miroirs aux princes » (Specula Principum) qui se développent en Europe au IXe siècle sont des traités destinés aux monarques ou futurs monarques. Ils contiennent des principes moraux et décrivent les vertus nécessaires au bon gouvernement selon Dieu. Parmi les plus connus, ceux de Jonas d’Orléans (Le métier de roi, 831), Les enseignements de saint Louis à son fils (v. 1267-1270), Le chemin de longue étude de Christine de Pizan (1403), jalonnent le Moyen Âge, idéalisant un Prince parfait.

Au moment de la Renaissance en Europe occidentale, un basculement de la morale religieuse à la morale politique s’est traduit par une laïcisation du pouvoir. Le prince (1513) de Machiavel vante la raison d’Etat et la conservation du pouvoir au mépris – s’il le faut – des préceptes moraux et religieux. Celui d’Erasme, dans L’éducation du prince ou l’art de gouverner (1516), est, à l’inverse, un conseil à Charles Quint de gouverner dans l’intérêt de tous. La question des qualités requises par le bon roi s’est effacée au profit des règles d’organisation, voire de limitations, du pouvoir.

Les périodes suivantes – des Lumières en passant par les Révolutions – n’ont fait que confirmer ces changements. En transformant les monarchies traditionnelles par des régimes démocratiques, la partie vertueuse du métier de roi a été occultée au profit des urnes et de la réglementation institutionnelle dans le rapport gouvernant / gouvernés. Pourtant, les monarchies constitutionnelles maintenues en Europe occidentale se fondent toujours sur des principes moraux mis en scène (Bagehot, 1867), des vertus religieuses, voire, pour certaines encore, sur le sacre, ce qui renvoie à la question de la sacralisation / désacralisation du prince dans un régime séculier et du rapport au religieux dans le bon gouvernement.

Le genre littéraire des Miroirs aux Princes couvre une variété diversifiée de textes (Jonsson, 2006) destinés à l’éducation des princes en vue de leur gouvernement. La longue histoire des monarchies européennes et la place politique qu’elles occupent toujours, invitent à se pencher sur cette éducation des monarques qui est l’objet de ce colloque pluridisciplinaire (ouvert aux historiens, aux historiens du droit, aux juristes, aux civilisationnistes et aux littéraires). Il a pour objet de considérer les Miroirs aux Princes en Europe à partir de leur développement sous les Carolingiens jusqu’à nos jours afin de réfléchir tant au contenu des Miroirs, leurs évolutions dans le temps et au gré des courants idéologiques, que leur impact sur l’exercice du pouvoir politique par les princes. Ces œuvres, variées, sont-elles une image idéalisée du monarque vers lequel celui-ci doit tendre ; un traité politique, rationnel, de bon gouvernement ; ou encore un reflet – presque narcissique – du prince, sorte de panégyrique ?

Se posent alors des questions sur la place de la morale, de la raison, du religieux et du politique dans ces œuvres, sur la laïcisation des Miroirs et avec elle sur la laïcisation du pouvoir. Cette laïcisation suppose-t-elle la disparition ou le recul des vertus religieuses et de la morale des princes ?

Une autre problématique est celle de l’éducation des futurs monarques : dans quelle mesure ces derniers se revendiquent-ils – où se libèrent-ils – des Miroirs de leur jeunesse ? Cette éducation engendre-t-elle la déférence due aux princes vertueux et/ou oblige-t-elle les princes à mener une politique vertueuse ? Les monarques vertueux peuvent-t-ils aussi devenir le miroir vers lequel des gouvernants tendent ou dans lesquels ils se mirent ?

Ce colloque se propose d’aborder ces divers axes à l’occasion de trois demi-journées d’études prévues par tranches chronologiques et thématiques :

  1. La première thématique s’intéressera au Moyen Âge pour examiner les divers contenus des Miroirs, la place qu’y tiennent la morale tirée de l’histoire, la morale religieuse et/ou la morale politique. Il s’agira aussi de confronter le miroir à la réalité en examinant les actions des monarques par le biais de la législation, par exemple.
  2. La seconde thématique vise à identifier les impacts de la Renaissance, de l’Humanisme et des Lumières sur les Miroirs aux princes. Comment ces périodes ont-elles modifié l’éducation des monarques et leur compréhension du « métier de roi » ? Est-ce que le pouvoir se laïcise sous l’influence de l’évolution des Miroirs ? Quelle part reste-t-il à la morale et à la religion ?
  3. La troisième thématique concerne les Révolutions et la mise en place des régimes démocratiques. Ces changements n’aboutissent-ils pas à la perte complète des vertus morales, voire religieuses, des monarques contemporains ? Ou au contraire à une nouvelle revendication d’une éthique en politique ? Les Miroirs aux Princes – ou ce qu’ils sont devenus – ont-ils / doivent-ils avoir toujours un sens de nos jours dans l’éducation des monarques ?  

 

Les propositions de communication, de 250 mots maximum (pour une communication de 25 minutes) sont à envoyer avant le 8 janvier 2018 aux deux courriels suivants : valerie.menes@u-cergy.fr & catherine.marshall@u-cergy.fr

Journée d’étude – Le conseiller principal d’éducation, 50 ans après Mai 68 (Paris, 29 jan. 2018)

Argumentaire, programme et présentation des intervenant.e.s [.pdf]

 

  • 8h45 – Accueil café
  • 9h-10h – Christine FOCQUENOY, Docteure en histoire contemporaine, Laboratoire CREHS (EA 4027) Université d’Artois ; chercheure associée en Sciences de l’éducation au CIREL (EA 4354) Université de Lille 3. Du surveillant général au conseiller principal d’éducation (CPE), une histoire qui condense l’évolution du système éducatif français. ;
  • 10h-11h – Céline CHAUVIGNÉ, MCU de Sciences de l’éducation, Nantes, CREN (EA 2661). Le conseiller principal d’éducation et l’éducation à la citoyenneté : des schèmes éducatifs à l’image de l’évolution du métier.
  • 11h-11h15 – Pause
  • 11h15-12h15 – Dominique BRET, MCU de Sociologie, Paris Descartes, CIAMS – SPOTS (EA4532). S’interroger sur la professionnalité du métier au travers du mémoire professionnel.
  • 13h45-14h45 – Didier MOREAU, PU de Philosophie, Paris 8 Saint-Denis, LLCP (EA 4008). Une éthique professionnelle des CPE est-elle possible ?
  • 14h45-15h45 – Xavier RIONDET, MCU de Sciences de l’éducation, Nancy, LISEC (EA 2310). Retour sur les réflexions novatrices sur la vie scolaire dans les années 1950 et 1960. L’histoire de la pédagogie au service d’une anamnèse du CPE contemporain ?
  • 15h45-16h – Pause
  • 16h-17h – Jean-François DUPEYRON, MCU HDR de Philosophie, Bordeaux, SPH (EA 4574). Cartographie de la fabrique des nouveaux surgés

Publication – Sébastian-Akira Alix, L’éducation progressiste aux États-Unis. Histoire, philosophie et pratiques (1876-1919)

Présentation de l’éditeur :  Comment réformer l’école pour en faire un lieu de formation du citoyen ? Cette question a animé les réflexions de nombreux pédagogues comme John Dewey, Célestin Freinet, Ovide Decroly, ou Maria Montessori.  

Cet ouvrage propose une approche historique et philosophique d’un mouvement de réformes pédagogiques fondateur de l’éducation dans l’Amérique du début du XXe siècle : l’éducation progressiste nouvelle, ou comment mettre la pédagogie au service de la démocratie.

Adaptation de l’enseignement à l’enfant, respect du rythme de développement, apprendre en faisant, etc., l’auteur explore les réalisations institutionnelles et les pratiques éducatives qui en ont découlé à travers de nombreux exemples pris dans la période allant de 1876 à 1919, qui marque un tournant dans l’évolution de l’éducation aux États-Unis.

Plus d’informations sur le site des Presses universitaires de Grenoble.

Exposition – Il était une fois l’IUT… (Besançon et Vesoul, sept. 2017 à avr. 2018)

À l’occasion de ses 50 ans, l’IUT Besançon-Vesoul propose une exposition retraçant la vie de l’IUT depuis 1967.

 Affiche : Alice Amineau

 

La construction du site de Besançon, la rénovation de celui de Vesoul, l’anniversaire des 20 ans, la découverte des premières salles de classe… Ce sont autant de moments marquants qui ont marqué la vie de l’IUT depuis sa création. À travers des archives photos et vidéos, l’IUT vous propose de faire un bond dans le passé et de découvrir son histoire.

L’exposition se tiendra sur le site de Besançon jusqu’à fin 2017, puis sur le site de Vesoul jusqu’au printemps 2018.

Plus d’informations sur le site de l’IUT.

Bienvenue sur le Pupitre !

Le Pupitre fait la veille des recherches qui s’intéressent à l’éducation dans une perspective historique. Vous y trouverez les derniers travaux réalisés sur les ordres et degrés d’enseignement scolaire et universitaire, l’éducation non-scolaires et plus généralement l’enfance et de la jeunesse…

Écolier parisien, 1912.

 

AàC – L’université et le politique. Professeurs, étudiants et pouvoirs publics en Europe (1848-1945) (Francfort, 7-8 juin)

Cette journée d’études souhaite, sur la période d’un siècle allant des révolutions de 1848 à la fin de la Seconde Guerre mondiale, interroger la relation entre l’université et le politique. Il s’agira de réfléchir aux liens multiples entre acteurs du champ universitaire, qu’ils enseignent, étudient ou administrent, et acteurs du champ politique, dans l’espace européen. Une problématique centrale que cette journée d’études propose de questionner est celle de l’autonomie du champ universitaire, de sa constitution et de son éventuelle limitation, par rapport au champ politique, dans une période où l’institution universitaire est en pleine expansion et transformée par la formation de nouvelles disciplines, liée professionnalisation et la spécialisation des métiers scientifiques et intellectuels.

Délai de soumission : 15 janvier 2018.

Appel à communications complet : http://calenda.org/422445

Atelier de l’historien.ne de l’éducation : expériences, pratiques, épistémologies (Paris, 10 fév. 2018)

La première journée nationale d’études des jeunes chercheur.e.s en histoire de l’éducation

« L’atelier de l’historien.ne de l’éducation : expériences, pratiques, épistémologies« 

aura lieu le 10 février 2018 à  l’Université Paris V (la salle sera précisée ultérieurement).

Soutenue par l’Association Transdisciplinaire de Recherches en Histoire de l’Education (ATRHE), cette journée est conçue comme un espace de discussion des recherches en cours en histoire de l’éducation. Elle est ouverte à l’ensemble des jeunes chercheur.e.s en histoire de l’éducation ainsi qu’aux chercheur.e.s abordant la thématique de l’éducation dans une perspective historique.