Archives par étiquette : Afrique

AAC: Gouverner l’école aux Suds

Le colloque final de l’ANR MOPRACS (« Modèles, pratiques et cultures scolaires en Afrique de l’Ouest » 2012-2015) organisé à Bordeaux du 5 au 7 février 2015, propose d’interroger les profondes mutations que les secteurs éducatifs des pays du Sud ont connu au cours des quinze dernières années, autour du thème « Gouverner l’école aux Suds: Politiques, acteurs et pratiques« . L’adoption d’un agenda international centré sur l’accès universel à une éducation primaire de qualité dans le cadre des Objectifs du Millénaire pour le Développement a significativement modifié les formes et la nature du gouvernement de l’école.

L’enchâssement des politiques publiques d’éducation dans les programmes internationaux de développement détermine un nouveau paradigme éducatif qui demande à être interrogé. Les programmes décennaux sectoriels, fixant les orientations et les priorités nationales, découlent des documents stratégiques de réduction de la pauvreté qui conditionnent l’accès à l’aide internationale des pays les plus pauvres. La définition d’objectifs chiffrés, qui ont valeur de conditionnalités, englobe à la fois l’agenda éducatif (ses priorités et orientations), la nature des relations entre les différents acteurs impliqués et enfin les formes de régulation et de pilotage caractérisées par l’hégémonie des procédures bureaucratiques et des normes quantifiables. Ceci a pour conséquence une homogénéisation apparente des espaces éducatifs dans les Suds ainsi que leur déploiement en dehors et au-delà du seul cadre étatique. L’Etat et son administration sont des acteurs privilégiés de l’éducation mais ils agissent et interagissent désormais avec une grande diversité d’acteurs (bailleurs internationaux, ONG, acteurs religieux, collectivités locales, etc.) tant au niveau de l’énonciation que de la mise en œuvre des politiques publiques d’éducation.

Au-delà des injonctions définies par les priorités de l’aide internationale, ou de façon plus prosaïque par des cadres de procédures, que se passe-t-il à l’échelle de l’école d’un village ou d’une municipalité ? Et à l’autre bout de la chaîne, comment sont prises les décisions qui donnent aux systèmes éducatifs leurs grandes orientations réformatrices (curricula, redoublements, scolarisation des filles, recrutement des enseignants) ? Comment enfin s’articulent ces deux extrémités et les différents niveaux intermédiaires ?

C’est précisément la question de la direction de l’école au sens large – à laquelle renvoie le verbe « gouverner » – que ce colloque soulève. Il s’agit de se demander comment « marche » l’école dans les pays des Suds ; dans quelle(s) et sous quelles(s) directions ? Cette interrogation renvoie à la fois aux orientations et aux buts des institutions scolaires qui varient suivant les acteurs concernés et qu’il s’agira de clarifier. Elle porte aussi sur le jeu des différents acteurs et forces qui structurent et organisent les espaces d’éducation aux niveaux local, national et international. Comment les impulsions du gouvernail se transmettent et se répercutent à tous les niveaux, jusque dans les salles de classe ; comment cheminent-elles à travers les canaux administratifs ; quelles en sont les chaînes de traduction ? Quels processus, acteurs et mécanismes gouvernent au final l’école dans les pays des Suds ?

ACC en français

CFP in english

JE: Politique africaine

Lors de la prochaine journée d’étude de la revue Politique africaine, deux interventions porteront sur des questions éducatives.

Vendredi 14 mars 2014, CERI, Sciences Po, salle de conférence
Entrée : 56 Rue Jacob, 75006 Paris

9h30 : Introduction à la journée
Politiques de la nostalgie. Futurs passés et autres expériences affectives du temps en Afrique, Guillaume LACHENAL (Univ. Paris Diderot) et Aïssatou MBODJ (CNRS, IMAF)

10h00–12h00 : Nostalgie et traces urbaines de la modernité
Modérateur : Didier Péclard (Swisspeace, Bern)

  • « Pour les écoles : tant mieux qu’ils sont là ». Writing a biography of Kinshasa’s colonial/postcolonial educational landscape, Johan LAGAE, Kim de RAEDT (Université de Gand), Jacob Sabakinu KIVILU (UNIKIN)
  • Au bon temps des SICAP : traces mémorielles et matérielles d’un programme de cité idéale à Dakar, Séverine AWENENGO DALBERTO (CNRS, IMAF)

12h00–12h30 : Présentation du nouveau blog/site web de Politique africaine, Fabrice Melka et Léa Barreau-Tran

14h30–17h00 : Au-delà de la nostalgie : évitements et utopies
Modérateur : Vincent Bonnecase (CNRS, LAM Bordeaux)

  • Infrastructures of Utopia: The École William Ponty and the University of the African Future, Brian QUINN (Ucla) & Ferdinand DE JONG (University of East Anglia)
  • Entre nostalgie et mobilisation : des pasteurs dans l’Etat au Niger, région de Zinder, Yolaine Ferrier (EHESS)
  • Les années écroulées. Vestiges, développement et autonomie à Faya-Largeau, Tchad, Julien BRACHET (IRD, Université de Paris 1) et Judith SCHEELE (Université d’Oxford)

Séminaire Gehfa: S’organiser et se faire entendre

Le Gehfa (Groupe d’étude – Histoire de la formation des adultes) poursuit son cycle de conférence sur le thème “La formation d’adultes dans des contextes de décolonisation“, coordonné par Jacques Denantes.

La seconde conférence aura lieu le mardi 3 décembre 2013 de 15h30 à 18h00 à l’ETSUP, 8 villa du Parc Montsouris, Paris 14e.

Troisième séance: “S’organiser et se faire entendre”

Après des décennies de domination étrangère, les peuples voyaient dans la décolonisation la perspective de vivre et travailler pour une amélioration de leurs conditions d’existence.
Mais les problèmes du sous-développement ne disparaissent pas du seul fait de l’indépendance ; il n’était possible d’en sortir – c’était évident – qu’avec la participation éclairée du maximum d’habitants, surtout ruraux étant donnée leur prédominance dans la démographie et l’économie de cette époque, de l’ordre de 80%.
Parfois, ce sont les nouvelles autorités nationales qui ont adopté des politiques visant à donner aux populations les possibilités de s’impliquer et de se former pour la solution de leurs problèmes de développement : c’est le cas des diverses initiatives d’ «Animation rurale» dont parlera Roland COLIN qui en a été l’acteur dans plusieurs pays. Continuer la lecture

Parution: Transformation of Mass Schooling

La dernière livraison du European Educational Research Journal (vol. 12, 2/2013) est consacrée au thème « Transformation of Mass Schooling« , sous la direction de Rita Hofstetter & Bernard Schneuwly.

Sommaire:

  • Introduction. Changes in Mass Schooling: ‘school form’ and ‘grammar of schooling’ as reagents
  • Inés Dussel, « The Assembling of Schooling: discussing concepts and models for understanding the historical production of modern schooling »
  • André D. Robert, « The French School System and the Universalist Metanarrative (1880-2000s): some reflections about so-called explanatory historical notions such as ‘la forme scolaire’ »
  • Marc Depaepe & Karen Hulstaert, « Creating Cultural Hybridity by Exporting Metropolitan Structures and Cultures of Schooling and Educationalisation? The Emergence of a Congolese ‘Elite’ in the 1950s as a Starting Point for Further Research »
  • Rita Hofstetter & Bernard Schneuwly, « The International Bureau of Education (1925-1968): a platform for designing a ‘chart of world aspirations for education’ »
  • Martin Lawn », A Systemless System: designing the disarticulation of English state education »

 

AAC: Elites et savoirs au Nord et au Sud

Les Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs publient un appel à communication pour un numéro sur le thème « Elites et savoirs au Nord et au Sud« .

Présentation:

Le dossier de ce numéro des Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs portera sur les liens entre savoirs et élites au Nord et au Sud et, plus précisément, sur les logiques et conditions sociales de la mobilisation des savoirs dans l’accès au statut d’ « élite » et dans la constitution de réseaux élitaires.

Étymologiquement, le terme d’élite désigne ceux qui sont élus, choisis, distingués. L’élite se définit donc d’emblée relationnellement, en opposition à la masse. Il n’est pas possible de définir « une » élite selon un critère unique : les sociétés comportent autant d’élites que de domaines de compétences, de concurrence et de légitimation. De plus, les groupes qui peuvent prétendre au rang d’élites (dans les domaines économique, politique, académique, par exemple) ne peuvent être définis a priori, indépendamment des contextes historiques et nationaux. Ainsi, les universitaires font partie des élites et sont étroitement imbriqués au champ du pouvoir dans bon nombre de pays du Sud, alors qu’ils sont plus proches des classes moyennes supérieures dans un pays comme la France.

Le concept d’élites (qui ne se confond pas avec les notions de classe dominante, dirigeante, possédante, etc.) suppose donc des formes, variables selon les contextes, de consécration et d’auto-consécration, et — c’est notre hypothèse —, des types de savoirs assurant la légitimation des élites. La question centrale de ce numéro est ainsi celle du rôle des savoirs dans ce processus de distinction, en se penchant plus spécifiquement sur trois types d’élites : académiques, politiques et économiques. Continuer la lecture

Femmes, genre et éducation en contexte colonial

Le très riche colloque consacré à « Femmes et genre en contexte colonial » qui s’est tenu à Paris en janvier 2012 est désormais en ligne. Il propose en particulier une session dédiée à l’éducation.

Soutenance de thèse: Les CEMEA et leur action en Europe et en Afrique de 1937 à la fin du XXe siècle

Geneviève Vannini soutiendra sa thèse « Les CEMEA et leur action en Europe et en Afrique de 1937 à la fin du XXe siècle. Une contribution originale à la diffusion de l’éducation nouvelle« , sous la direction de Jean-Noël Luc (université Paris-Sorbonne) le mercredi 22 mai 2013 à 15h (RDC – au fond à gauche – escalier C).

Jury:
Rainer Hudemann, professeur d’histoire contemporaine, Université Paris-Sorbonne
Ivan Jablonka, maître de conférences HDR à l’Université du Maine
Jean-Noël Luc, professeur d’histoire contemporaine, Université Paris-Sorbonne
Rebecca Rogers, professeure d’histoire de l’éducation, Université Paris V
Antoine Savoye, professeur d’histoire de l’éducation, Université Paris VIII

Sommaire:
Chapitre I – La naissance des CEMEA
Chapitre II – Le rayonnement au-delà des frontières
Chapitre III – La poursuite de l’expansion des CEMEA en Europe
Chapitre IV – Les CEMEA et les échanges franco-allemands
Chapitre V – La recherche de nouveaux partenaires européens
Chapitre VI – Le renouvellement de la pédagogie
Chapitre VII – L’ouverture à une Europe élargie
Chapitre VIII – L’Afrique : la découverte d’un continent, 1944-1980
Chapitre IX – La diffusion de l’éducation nouvelle en Afrique et dans l’Océan indien, 1975-1990
Chapitre X – L’éducation en Afrique, un enjeu majeur pour les CEMEA

Parution: Enfances déplacées en situation coloniale

Le dernier numéro de la Revue d’histoire de l’enfance irrégulière (14/2013) est consacré aux « Enfances déplacées. I. en situation coloniale« .

Ce numéro considère la portée du projet colonial du XIXe et XXe siècle en Rhodésie du Sud, au Ruanda-Urundi, l’ex-Indochine, Australie, Québec et en URSS. Il analyse la manière dont le pouvoir colonial s’est appliqué à façonner les sociétés indigènes, organisant la migration de dizaines de milliers d’enfants contre leur gré, sans égards pour les racines culturelles des jeunes ainsi (dé)placés. Ce volume témoigne de la souffrance et des résistances de ces enfants.

Thèse en cours: L’exportation du modèle universitaire français en Afrique noire (1945-2010)

Aimé Frédéric Hounzandji travaille à une thèse sous la direction de Rebecca Rogers (Université Paris Descartes) et Armelle Enders (Université Paris IV) sur le thème: « L’exportation du modèle universitaire français en Afrique noire: enjeux et résultats de la coopération franco-dahoméenne dans l’enseignement supérieur du Bénin 1945-2010″

Continuer la lecture