Archives par étiquette : architecture

JE: L’enseignement de l’architecture au XXe siècle. Quelles sources ? Quelle histoire ?

Sous une apparente immobilité, l’enseignement de l’architecture a été profondément transformé en France depuis 1900, bousculé par sa démocratisation, sa décentralisation et sa professionnalisation, mis en cause par l’essor du Mouvement moderne, renouvelé après mai 68 dans ses structures comme dans ses pédagogies, confronté aux échanges européens et à la féminisation…
Des premiers bilans historiques ont été dressés aux Etats-Unis ou en Allemagne, par exemple, mais il n’existe aucune synthèse équivalente en France. Aussi, des enseignants ont-ils lancé un programme de recherche accompagné d’une collecte d’archives, qui se déroulera de 2016 à 2020.

Un colloque de lancement de ce projet de recherche sur l’histoire de l’enseignement de l’architecture aura lieu les 19 et 20 février 2016 à la Cité de l’architecture et du patrimoine et à l’École nationale supérieure des Beaux-Arts et l’École nationale supérieure d’architecture de Paris-Malaquais.
Vous trouverez ici le programme de ces 2 journées.

Pour prendre connaissance de l’ensemble du projet, merci de cliquer sur le lien suivant.

Pour vous inscrire, merci de remplir le formulaire disponible sur le site de la Cité de l’architecture et du patrimoine.

AAC: Inégalités éducatives et espaces de vie

Un appel à communication pour un colloque qui n’est pas à proprement parler dans une perspective historique, mais qui peut cependant intéresser les historiens par l’éclairage qu’ils sont à même de donner sur cette question: « Inégalités éducatives et espaces de vie« .

Coll.: Des lieux pour l’éducation populaire

3,4 et 5 décembre 2014. colloque co-organisé par le PAJEP
« Des lieux pour l’éducation populaire : conceptions, architecture et usages des équipements depuis les années 1930« 

Colloque coordonné par Laurent Besse, maître de conférences en histoire, IUT de Tours laboratoire CETHIS), et Catherine Clarisse, architecte, École nationale supérieure ’architecture Paris-Malaquais (département AAP), chercheure au LACTH (ENSAPL), et organisé conjointement par le Pôle de conservation des archives des associations de jeunesse et d’éducation populaire (PAJEP) et par l’École nationale supérieure d’architecture Paris-Malaquais.

Les courants se réclamant de l’éducation populaire se sont progressivement dotés, à partir des années 1930, de bâtiments spécialisés : « foyers », « maisons », « centres », « auberges », etc. Ces édifices se sont vu regrouper, au cours des années 1950, sous la catégorie « équipements socioculturels », avant que leur implantation ne soit généralisée pendant la décennie suivante, dans le cadre de la planification et dans le contexte de la professionnalisation de l’éducation populaire devenue animation socioculturelle. Ils constituent aujourd’hui un élément du paysage, peu visible et peu valorisé, mais rarement absent.

Ce colloque vise à éclairer le présent des équipements socioculturels par leur histoire. C’est le sens du double pilotage dont il fait l’objet, par une architecte et un historien. Les publics visés sont les chercheurs spécialisés en histoire, et plus largement en éducation, ainsi que les chercheurs en architecture. Mais les archivistes, qui oeuvrent à la conservation et à la valorisation du patrimoine de l’éducation populaire tout comme de l’architecture, de même que les acteurs passés et présents de l’éducation populaire constituent également une cible privilégiée des réflexions soulevées.

Ces trois journées s’articuleront autour de communications scientifiques et de témoignages de militants et d’architectes, de débats et de travail autour de maquettes, de films et de visites d’équipements socioculturels à Paris, à Pierrefitte-sur-Seine et à Créteil.

Bulletin d’inscription

AAC: Espaces scolaires et éducatifs

La revue Espace et Société lance un appel à article pour un numéro thématique  coordonné par Benjamin Moignard et Thomas Sauvadet sur le thème « Espaces Scolaires et éducatifs« .

Ce numéro s’intéresse aux modalités de recompositions des espaces scolaires et éducatifs en rapport avec la prise en charge des problématiques sociales et scolaires qui marquent l’école contemporaine. Dans un contexte concurrentiel où les espaces urbains et scolaires sont de plus en plus hiérarchisés, où les frontières intérieures à l’école se renforcent, où les frontières extérieures évoluent, nous interrogeons les liens entre les ségrégations, les parcours scolaires et les formes de prises en charge des nouvelles problématiques éducatives. Trois entrées sont proposées pour aborder cette question. On s’interrogera d’abord sur les modalités de construction et les caractéristiques des politiques de lutte contre les inégalités sociales de réussite à l’école. Un deuxième axe de développement est proposé autour des enjeux de recomposition des espaces scolaires et éducatifs à l’échelle des établissements.Enfin, un troisième axe de contribution portera sur les formes de prise en charge des problématiques scolaires en dehors de l’école ordinaire.
Le calendrier :
15 décembre 2014: date limite de remise des articles
15 janvier 2015: information des auteurs

Les articles peuvent être soumis en français, en anglais, en espagnol ou en portugais.

Coll.: Des lieux pour l’éducation populaire

Le PAJEP et l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris-Malaquais organise un colloque sur le thème « Des lieux pour l’éducation populaire. Conceptions, architectures et usages des équipements depuis les années 1930« . Il aura lieu les  3, 4 et 5 décembre 2014.

 

JE: Les espaces de l’enseignement techniques, XVIIIe-XXIe siècles

En lien avec l’exposition, aura lieu une journée consacrée aux « Espaces de l’enseignement technique, XVIIIe-XXIe siècles. Architecture, histoire et patrimoine » qui se tiendra le vendredi 10 octobre prochain à l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville, 60, boulevard de la Villette – 75019 Paris.

Expo: L’architecture de l’enseignement technique.

Une exposition consacrée à « Une ambition pour les métiers. Paul Guadet & André Boucton, l’architecture de l’enseignement technique » aura lieu à l’École nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville du du 15 septembre 2014 au 17 octobre 2014

60 boulevard de la Villette, Paris 19ème. M° Belleville | entrée libre | lundi au vendredi : 9h – 20h | samedi : 9h – 16h.

En 1933, à quelques semaines d’intervalle, sont inaugurées la nouvelle École nationale d’horlogerie de Besançon et la nouvelle École nationale d’optique de Morez. Emblématiques des dynamiques industrielles locales mais aussi des politiques engagées dans l’entre-deux-guerres pour développer l’enseignement technique, elles figurent parmi les premières réalisations qui expriment de manière tangible les ambitions de ce programme.
La construction de ces deux écoles, abritant aujourd’hui le lycée Jules Haag et le lycée polyvalent Victor Bérard, associe deux architectes. Elles reflètent les convictions de Paul Guadet (1873-1931), architecte-conseil de l’Enseignement technique, en matière d’édifices publics et leur chantier est supervisé par André Boucton (1891-1977), son jeune collaborateur bisontin, qui achève les bâtiments après la mort prématurée de son aîné. La relation que nouent ainsi les deux hommes invite ici à mettre en lumière leurs personnalités et leur production respectives. Ce portrait « en miroir » constitue aussi la première rétrospective monographique qui leur soit consacrée.

JE: L’inscription spatiale des sciences et ses enjeux: expositions, dispositifs, architectures

Un atelier International coordonné par Andrée Bergeron (Centre Alexandre Koyré, Paris), Charlotte Bigg (Centre Alexandre Koyré, Paris), Jochen Hennig (Humboldt Universität, Berlin) et Renaud Huynh (Musée Curie, Paris) se déroulera au Musée Curie, Paris, les 26-27 mai 2014 sur le thème: « L’inscription spatiale des sciences et ses enjeux: expositions, dispositifs, architectures« .

Les espaces scientifiques (universités, laboratoires, mais encore musées et lieux temporaires de monstration des sciences), ont beaucoup à nous apprendre. Leur architecture, leur inscription matérielle et symbolique dans le tissu urbain, leur déclinaison au cours du temps et dans des environnements géographiques et culturels variés nous renseignent sur l’évolution des rapports entre sciences, politique de la science et vulgarisation.
C’est l’hypothèse qui sous-tend cet atelier, rassemblant historiens des sciences, du musée, de la ville, conservateurs d’expositions et historiens de l’art autour de quelques cas concrets de trois types d’espaces (l’université, l’exposition scientifique et technique, le dôme) et du contexte scientifique, social et politique de leur genèse.
L’atelier vise à contribuer aux renouvellements historiographiques récents qui ont permis de développer de nouvelles approches en histoire des sciences, de la muséographie scientifique et de la vulgarisation, notamment le corpus consacré aux cultures visuelles et matérielles qui caractérisent le travail et la communication scientifiques, ainsi que celui consacré aux lieux de science. Il a aussi l’ambition de créer un dialogue entre la dimension historique (19e et 20 siècles) et des questionnements très contemporains autour de la place des sciences dans nos sociétés actuelles. Continuer la lecture

Séminaire du GERME

La prochaine séance du séminaire du GERME, le 26 février 2014, donnera la parole à Jean-Louis Violeau et Lucia Tenconi sur « Ecoles d’architecture, Milan, Paris, années 68« .

De 17h00 à 19h00, au Centre d’histoire de Sciences Po (56 rue Jacob 75006 Paris), salle Jean Monnet au rez-de-chaussée.

Parution: Des Beaux-Arts à l’université. Enseigner l’architecture à Strasbourg

Parution sous la direction d’Anne-Marie Chatelet et Franck Storne, Des Beaux-Arts à l’université. Enseigner l’architecture à Strasbourg, Éditions Recherches/École nationale supérieure des Beaux-Arts de Strasbourg, 2013.

Présentation: L’École d’architecture de Strasbourg a une histoire singulière. Comme ses semblables, elle est née école régionale, a vécu dans le giron de l’École des Beaux-arts jusqu’aux années 1968 puis a connu une effervescence qui l’a menée vers l’autonomie.
 Seule de sa sorte, c’est une « école d’extrême frontière », imposée à une ville qui possédait une école technique fondée par les Allemands, par un ministère soucieux d’étendre l’influence française. 
Sa vie, qui commence en 1921, est assez jeune
 pour que nous ayons pu retrouver certains de ceux
 qui l’ont connue. Le premier volume offre ainsi un florilège de leurs souvenirs et le second, un choix de leurs dessins en couleurs. Son histoire est retracée à travers une vingtaine d’articles signés de différents auteurs, éclairant non seulement l’évolution de l’École, mais aussi celle de l’enseignement de l’architecture 
au XXe siècle.