Publication – Carole Christen et Caroline Fayolle (dir.), « Les écoles du peuple à l’ère des révolutions (1815-1880) »

  1. Introduction : Les écoles du peuple, écoles des pauvres ? (Carole Christen et Caroline Fayolle
  2. Vers une « éducation universelle ». La Société pour l’instruction élémentaire, un pôle de la circulation transnationale des savoirs pédagogiques (1815-1833) (Caroline Fayolle)
  3. Écoles du peuple et scolarisation post-élémentaire. Les débuts de l’école primaire supérieure fondée par la ville de Paris (1839-1852) (Renaud d’Enfert)
  4. De l’éducation attrayante à l’instruction pour tous. Les fouriéristes et l’enseignement du peuple, des années 1830 aux années 1890 (Bernard Desmars)
  5. 1848, un éphémère printemps de l’école du peuple ? La République, l’instruction publique et les instituteurs (février 1848-mars 1850) (Jean-François Condette)
  6. Congrégations féminines et « éducation populaire » : l’exemple des soeurs de Saint-Vincent de Paul avant les lois Ferry (Matthieu Brejon de Lavergnée)
  7. Quelles écoles professionnelles pour les jeunes filles pauvres ? Débats et réalisations en Algérie et en France métropolitaine dans les années 1860 (Rebecca Rogers)
  8. Les peuples à l’école. Expositions universelles et circulations des idées pédagogiques en Europe (1867-1878) (Damiano Matasci)

Coll.: Les empires périphériques et l’Europe des Lumières

Le CIFEHUS (Université d’Evora) organise du 15 au 17 octobre 2014 un colloque sur le thème: « Les empires périphériques et l’Europe des Lumières : circulation des savoirs et dynamiques parallèles (XVIIe-XVIIIe siècles)« .

Présentation:

La construction des régimes techniques des grands empires aux noyaux situés en marge de l’Europe, comme la Russie, le Portugal et l’Espagne, a fait l’objet de nombreuses études durant les dernières décennies. La mise en comparaison des politiques technoscientifiques d’enseignement et de recherche développées à ces fins par les gouvernements concernés a révélé d’étonnants parallélismes dans les logiques de leur lancement et/ou développement durant le « grand XVIIIe siècle ». Ainsi, les trois pays ont alors procédé à la (ré-)organisation des enseignements techniques menée sous la bannière de la modernisation, souvent perçue en terme de rattrapage vis à vis de leurs voisins européens plus avancés. Tous, ils ont visé d’entrée la promotion des domaines utiles et prestigieux (avec leurs institutions, experts et savoirs respectifs), les premiers devant assurer la meilleure emprise du territoire et sa défense face à l’ennemi extérieur (génie militaire et artillerie, cartographie et construction navale), les seconds devant fournir au pouvoir impérial les attributs symboliques de ses splendeurs et puissance (architecture et science académique). Tous, ils ont privilégié les structures d’Etat et mis du temps à promouvoir les domaines se développant en dehors de son contrôle direct (industrie privée). Enfin, pour atteindre ces objectifs, les trois pays ont eu recours aux politiques de transfert et de circulation des savoirs en mobilisant à leurs profit la somme des filières accessibles (hommes et objets ; textes et images ; recettes et technologies ; prototypes et modèles  de référence…).

En revanche, cette comparaison a soulevé pas mal de questions qui concernent à la fois les dimensions spatiale et temporelle de l’étude mais aussi ses dimensions locale et globale. On observe, notamment, des différences dans l’organisation géographique de ces systèmes de formation et de recherche, et d’importants décalages dans le temps de leur lancement que seule une analyse rapprochée des conditions locales et du contexte international peut aider à élucider.

C’est cette dernière approche que nous souhaitons tester dans le cadre du présent colloque. Organisé en une série de séquences thématiques consacrées, chacune, à un à deux domaines d’activité technique et  regroupant les contributeurs portugais, russes et espagnols, il se propose de tenter une comparaison systématique de la mise en pratique des politiques de transfert et de circulation développés par les pays concernés et d’en mesurer l’impact sur la construction des régimes techniques impériaux. Il souhaite également explorer plus à fonds le phénomène des dynamiques parallèles dans la mise en route des régimes techniques impériaux et interroger leurs temporalités parfois différées. Enfin, il souhaite offrir un cadre propice à la mise à l’épreuve du potentiel euristique des approches comparatistes.