Archives par étiquette : colonies

AAC: Enseignement supérieur et Universités dans les anciens Empires coloniaux

Appel à contributions pour un dossier thématique, Outre-Mers. Revue d’histoire
« Enseignement supérieur et Universitésdans les anciens Empires coloniaux
Histoire, comparaisons (du XIXe siècle aux indépendances) »
Les contributions concerneront les espaces « francophone » et « anglophone » des anciens empires coloniaux en Afrique, mais elles pourront concerner également les iles (Caraïbes, Réunion, Pacifique) et, à titre de comparaison, l’Asie (Inde, Indochine, Indonésie, Philippines). Les sujets abordés pourront porter sur la création des institutions d’enseignement supérieur, le monde universitaire (personnels et étudiants), les relations avec les Pouvoirs (politiques, religieux…), les disciplines enseignées, la place dans la recherche savante (en particulier en ce qui concerne les sciences humaines ou la médecine), l’économie universitaire (financement, bourses…), les campus (bâtiments d’enseignement, bibliothèques, cités universitaires, architectes et architecture…).

Continuer la lecture

Prix Robert Mallet 2015

Le premier prix d’Histoire de l’éducation Robert Mallet a été remis le 16 mars 2015 à Amiens à Mme Thuy Phuong NGUYEN pour sa thèse: « L’école française au Vietnam de 1945 à 1975« . Le jury était présidé par Antoine Prost, sous le haut patronage du recteur de l’académie Valérie Cabuil. Le prix consiste en la publication de la thèse.

Sém.: Transferts culturels/Histoire universitaire

Le séminaire « Transferts culturels » s’efforce de suivre l’évolution des recherches sur les 
transferts culturels, notamment mais pas exclusivement ceux qui impliquent
 l’espace germanophone.
Les thèmes abordés sont délibérément variés, de manière à favoriser les contacts entre disciplines et les discussions méthodologiques. L’histoire des sciences humaines constituera toutefois un axe fédérateur : sera ainsi abordée dans une perspective transnationale l’histoire des sciences de l’Antiquité, de la romanistique, de l’histoire de l’art, de
 l’africanisme, de l’anthropologie préhistorique, de l’orientalisme
 ou encore des études yiddish. Les aspects politiques (construction des identités nationales) et institutionnels (histoire des musée, des chaires…) viendront étayer l’histoire intellectuelle.

Le séminaire est ouvert aux étudiants de tout niveau, ainsi qu’aux chercheurs et enseignants-chercheurs intéressés.
Les séances ont lieu en salle INFO 1 de l’Ecole normale supérieure, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris, le vendredi matin de 9h30 à 12h30. La salle se trouve dans le bâtiment Rataud, au 2e sous-sol.
Contact : UMR 8547 Pays germaniques-Transferts culturels
michel.espagne@ens.fr, pascale.rabault@ens.fr, anne-marie.thiesse@ens.fr

La séance du 09 Janvier sera consacrée à l’histoire universitaire

Ng Thuy Phong (Paris) : « La vietnamisation de l’enseignement supérieur dans le Sud-Vietnam
(1955-1975) »

Il s’agit du débat entre Sud-vietnamiens, Français et Américains autour de
la volonté de vietnamiser l’enseignement supérieur. Nous assistons au
conflit entre « l’école française » et « l’école américaine ». Les professeurs
 vietnamiens formés par l’enseignement français résistent à cette volonté de
 vietnamisation.

Anne Saada (CNRS/ENS, Paris) : « Le réseau académique de Göttingen au XVIIIe siècle dans l’espace des
 circulations internationales savantes »

L’inscription de la ville de Göttingen dans l’espace des circulations 
internationales savantes ne va pas de soi. De fait, avant la fondation de 
son université en 1734, cette bourgade située dans l’Électorat du Hanovre
 était inexistante tant à l’échelle de l’Europe qu’à celle du Saint-Empire 
Romain Germanique. Vingt ans plus tard déjà, elle était parvenue à se faire
 une place sur la carte de la République des Lettres. Comment et par quels
 moyens cette petite ville allemande a-t-elle pu devenir en si peu de temps 
un pôle savant européen?

Parution: Les Ultras-marins, ici et là-bas

La revue Diversité publie dans son dernier numéro un dossier consacré aux « Ultra-marins, ici et là-bas » [n° 178, 2014], dont un certain nombre d’articles intéressent l’histoire de l’éducation.

« Les territoires d’Outre-mer font partie intrinsèque de l’histoire de France. De quatre siècles d’histoire commune, on peut relever les stigmates d’une histoire complexe et douloureuse, portant les traces d’un passé colonial et de l’esclavagisme. Ainsi, ces territoires, au-delà de leurs différences et spécificités (historiques, géographiques, culturelles, etc.) interrogent parfaitement notre capacité y compris en termes de droit, de « mise à égalité » à vivre ensemble et à constituer un corps social pluriel, capable d’assumer la diversité, ici et là-bas. »

Ce numéro 178 de Diversité propose de dresser un panorama de ces espaces, en insistant sur trois dimensions : la diversité, entre identité et créolisation, comme un composant intrinsèque de ces territoires, la mobilité des Ultramarins et les liens qui unissent leurs divers espaces; la place et les parcours des jeunes des Outre-mers.

Soutenance de thèse: Les lettrés vietnamiens et le confucianisme à l’épreuve de l’agression occidentale

Lê Phuôc Hông a soutenu sa thèse (sous la direction de Jean-Yves Mollier):  « Les lettrés vietnamiens et le confucianisme à l’épreuve de l’agression occidentale : crises, changements et permanences (1858-1945)« , le lundi 3 novembre 2014, à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Membres du jury :

  • Pierre BROCHEUX, Professeur Emérite, à l’Université Paris Diderot Paris VII – Rapporteur
  • Trinh VAN THAO, Professeur Emérite, à l’Université d’Aix Marseille – Rapporteur
  • Jean-Yves MOLLIER, Professeur des Universités, à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines – Directeur de thèse
  • Jean-Claude YON, Professeur des Universités, à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines – Examinateur

Résumé :
Le Confucianisme fait partie intégrante de la culture vietnamienne. En fait, importées au Vietnam dès les premiers jours de la domination chinoise il y a plus de 2000 ans, les doctrines confucéennes commencèrent à obtenir une place dominante dans l’éducation et la politique nationales au XVe siècle. La dernière monarchie du Vietnam, celle des Nguyễn, fut fondée au XIXe siècle. Elle choisit le Confucianisme comme base idéologique de son régime. Les concours confucéens, servant à recruter les fonctionnaires d’Etat, furent alors rétablis. La société fonctionnait alors sous le signe du Confucianisme. La colonisation française devait interrompre ce processus. Les Français importèrent en effet leur système éducatif et imposèrent leur domination politique. Comment réagirent les lettrés confucéens vietnamiens ? Ils n’avaient pas une même attitude face au nouveau contexte historique, divisés entre l’ancien et le nouveau, entre la résistance et la collaboration, entre la sauvegarde ou l’abandon du système confucéen. Au début du XXe siècle, en 1919, les derniers concours confucéens se déroulèrent au Vietnam. Après cette date, les lettrés vietnamiens continuèrent à se diviser sur la voie du salut national, et l’un d’entre eux, Hồ Chí Minh a réussi dans sa voie révolutionaire avec le marxisme-léninisme qui gouverne encore le Vietnam de nos jours. Continuer la lecture

AAC: L’enseignement Technique en contexte colonial

La revue en ligne Artefact. Techniques, histoire et sciences humaines lance un appel à contributions sur le thème « L’enseignement Technique en contexte colonial« . Ce dossier sera coordonné par Cédric Perrin (IDHES, Université d’Evry-Val d’Essonne)
et François Wassouni (Département d’Histoire, Université de Maroua).

Présentation:
La dynamique de l’industrialisation en Europe occidentale a fait naître, dans les entreprises, des besoins en main d’oeuvre qualifiée et donc formée. La mise en place,  dans cet espace, de systèmes d’enseignement technique et professionnel à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle répond à cet enjeu fondamental. En France, par exemple, la loi Astier de 1917 consacre l’intervention de l’Etat en la matière avec la création du Certificat d’aptitude professionnel (CAP)[1] . Or, c’est dans ce même temps que des Etats européens se sont engagés dans la conquête coloniale. L’élaboration de l’enseignement professionnel dans les métropoles européennes a-t-il trouvé un prolongement dans les empires coloniaux ? Les colonisateurs européens ont-ils emmenés avec eux leurs systèmes d’enseignement professionnel pour les diffuser dans les espaces colonisés ? La rhétorique auto-justificatrice d’une colonisation porteuse de progrès pourrait laisser le croire. Mais, il est désormais acquis que les réalisations furent en réalité bien limitées. En matière scolaire, l’empire colonial français, par exemple, ne comptait en tout et pour tout que trois universités, à Hanoï, à Alger et à Dakar, encore cette dernière ne fut-elle fondée (1957) que très tardivement (L’Afrique occidentale française – AOF – est indépendante en 1960). La colonisation a bien davantage contribué à figer qu’à progresser, quand elle n’a pas détruit ce qui existait avant elle. L’entreprise de domination culturelle qu’est la colonisation[2] s’avère ainsi peu compatible avec une politique de scolarisation ambitieuse. Cependant, les considérations économiques sont aussi l’une des motivations fortes de la colonisation. L’exploitation économique des colonies appelle une main d’œuvre qu’il a bien fallu former. En outre, il convient de ne pas penser les économies des pays colonisés seulement au regard de la colonisation. D’origine coloniale ou pas, les entreprises de ces pays ont également besoin de salariés qualifiés et formés. La formation de ces derniers se révèle là aussi être un enjeu majeur. Dans quelle mesure, les empires coloniaux en ont pris la mesure ? L’absence de réalisation en matière d’enseignement professionnel ne serait-elle pas un des facteurs qui a freiné, voire bloqué, le développement économique des pays placés sous domination coloniale ? Continuer la lecture

Conf.: Madame Luce et son école (R. Rogers)

L’équipe de PRESAGE organise une conférence, le mercredi 4 juin, à 17h45, dédiée à l’histoire de l’éducation. Rebecca Rogers présentera son livre Madame Luce et son école pour jeunes filles musulmanes en Algérie : retour sur la biographie d’une institutrice exceptionnelle (1804-1881) [A Frenchwoman’s Imperial Strory. Madame Luce in Nineteenth-Century Algeria, Stanford University Press, 2013].

Sciences Po, 56 rue des St Pères 75007 Paris – Salle Goguel

Présentation:
En 1845 Mme Véronique Eugénie Allix fait irruption dans les archives coloniales en réclamant le soutien des autorités pour l’ouverture d’une école de jeunes filles musulmanes à Alger. Selon elle, les femmes sont destinées à jouer un rôle clé dans la pacification de l’Algérie. Son plaidoyer en faveur de l’instruction féminine rencontre une écoute favorable auprès des militaires et administrateurs saint-simoniens présents à Alger dans ces premières années de la colonisation. Entre 1845 et 1861, plus de mille jeunes filles musulmanes reçoivent des leçons de lecture, d’écriture et de grammaire en langue française et elles apprennent aussi des techniques de broderie orientale censées leur procurer un talent utile et lucratif. Le changement de politique coloniale avec le projet de Royaume Arabe au début des années 1860 n’est cependant pas favorable aux femmes musulmanes.
Accusée par les notables musulmans de former des concubines pour les Européens plutôt que des femmes modestes pour les élites locales, l’école de Mme Luce est fermée en 1861 ; seul son « ouvroir », atelier de production, est maintenu. Il continuera à fonctionner, sous sa direction puis sous celle de sa petite fille, Henriette Benaben, jusqu’en 1915. Les broderies que l’une et l’autre fabriquent et collectionnent font aujourd’hui partie de la collection du Musée des Antiquités et d’Art musulman d’Alger. De cette initiative en faveur de l’instruction des jeunes filles musulmanes restent quelques beaux objets, mais guère plus, puisque l’histoire de l’Algérie coloniale s’écrit encore très largement au masculin.
Il s’agira dans la présentation de revenir sur les étapes d’écriture de la biographie consacrée à Madame Luce et d’insister sur ces enjeux pour une histoire sexuée de la colonisation en Algérie.

JE: Politique africaine

Lors de la prochaine journée d’étude de la revue Politique africaine, deux interventions porteront sur des questions éducatives.

Vendredi 14 mars 2014, CERI, Sciences Po, salle de conférence
Entrée : 56 Rue Jacob, 75006 Paris

9h30 : Introduction à la journée
Politiques de la nostalgie. Futurs passés et autres expériences affectives du temps en Afrique, Guillaume LACHENAL (Univ. Paris Diderot) et Aïssatou MBODJ (CNRS, IMAF)

10h00–12h00 : Nostalgie et traces urbaines de la modernité
Modérateur : Didier Péclard (Swisspeace, Bern)

  • « Pour les écoles : tant mieux qu’ils sont là ». Writing a biography of Kinshasa’s colonial/postcolonial educational landscape, Johan LAGAE, Kim de RAEDT (Université de Gand), Jacob Sabakinu KIVILU (UNIKIN)
  • Au bon temps des SICAP : traces mémorielles et matérielles d’un programme de cité idéale à Dakar, Séverine AWENENGO DALBERTO (CNRS, IMAF)

12h00–12h30 : Présentation du nouveau blog/site web de Politique africaine, Fabrice Melka et Léa Barreau-Tran

14h30–17h00 : Au-delà de la nostalgie : évitements et utopies
Modérateur : Vincent Bonnecase (CNRS, LAM Bordeaux)

  • Infrastructures of Utopia: The École William Ponty and the University of the African Future, Brian QUINN (Ucla) & Ferdinand DE JONG (University of East Anglia)
  • Entre nostalgie et mobilisation : des pasteurs dans l’Etat au Niger, région de Zinder, Yolaine Ferrier (EHESS)
  • Les années écroulées. Vestiges, développement et autonomie à Faya-Largeau, Tchad, Julien BRACHET (IRD, Université de Paris 1) et Judith SCHEELE (Université d’Oxford)

Séminaire: Histoire de l’éducation, de la scolarisation et des pratiques culturelles

Voici le programme du séminaire « Histoire de l’éducation, de la scolarisation et des pratiques culturelles« , organisé par Philippe Savoie qui se tiendra à l’ENS de Lyon au second semestre 2013-2014.

Le séminaire a lieu le jeudi de 10h à 13h, salle F 103 (site Descartes, bâtiment formation)

Programme

  • 9 janvier 2014: Le marché scolaire : exploration d’une notion et de son historicité
  • 23 janvier 2014: Enseignement et unification culturelle; Gérard Bodé : Langues régionales, bilinguisme et enseignement en France au XIXe siècle.
  • 6 février 2014: Enseignement, presse et édition au XIXe siècle
  • 20 février 2014: Changement technique et pratiques culturelles; Henri Chamoux : L’enregistrement du son et le marché de l’édition musicale avant 1914.
  • 13 mars 2014: La formation des enseignants au XIXe siècle; Laura Dang : La formation scientifique dans les écoles normales primaires de la monarchie de Juillet; Ph. Savoie : Formation interne et professionnalisation du corps enseignant secondaire au XIXe siècle.
  • 27 mars 2014: Enseignement et inter-culturalité en contexte postcolonial; Nguyen Thuy Phuong : L’enseignement français au Vietnam (1945-1975).
  • 10 avril 2014: Scolarisation et urbanisation; Cécile Duvignac-Croisé : Le développement de la scolarisation féminine dans la banlieue sud-est de Paris (1880- années 1950).

Ce séminaire de recherche est ouvert aux chercheurs, enseignants-chercheurs et doctorants, ainsi qu’aux étudiants de masters.
Contact : philippe.savoie [arobase] ens-lyon.fr

Séminaire Gehfa: S’organiser et se faire entendre

Le Gehfa (Groupe d’étude – Histoire de la formation des adultes) poursuit son cycle de conférence sur le thème “La formation d’adultes dans des contextes de décolonisation“, coordonné par Jacques Denantes.

La seconde conférence aura lieu le mardi 3 décembre 2013 de 15h30 à 18h00 à l’ETSUP, 8 villa du Parc Montsouris, Paris 14e.

Troisième séance: “S’organiser et se faire entendre”

Après des décennies de domination étrangère, les peuples voyaient dans la décolonisation la perspective de vivre et travailler pour une amélioration de leurs conditions d’existence.
Mais les problèmes du sous-développement ne disparaissent pas du seul fait de l’indépendance ; il n’était possible d’en sortir – c’était évident – qu’avec la participation éclairée du maximum d’habitants, surtout ruraux étant donnée leur prédominance dans la démographie et l’économie de cette époque, de l’ordre de 80%.
Parfois, ce sont les nouvelles autorités nationales qui ont adopté des politiques visant à donner aux populations les possibilités de s’impliquer et de se former pour la solution de leurs problèmes de développement : c’est le cas des diverses initiatives d’ «Animation rurale» dont parlera Roland COLIN qui en a été l’acteur dans plusieurs pays. Continuer la lecture

Séminaire Gehfa: Relever les défis de l’indépendance

Le Gehfa (Groupe d’étude – Histoire de la formation des adultes) poursuit son cycle de conférence sur le thème “La formation d’adultes dans des contextes de décolonisation“, coordonné par Jacques Denantes.

La seconde conférence aura lieu le mardi 8 octobre 2013 de 15h30 à 17h30 à l’ETSUP, 8 villa du Parc Montsouris, Paris 14e

Présentation:

Seconde séance, “Relever les défis de l’indépendance”

Le défi de l’indépendance, c’est que l’autorité coloniale formellement disparue, une autorité nationale se trouve en mesure d’assurer la cohésion du pays dorénavant maître de ses choix ; et plus encore, que puissent se libérer et prendre force les dynamiques susceptibles d’ouvrir à toutes les populations les voies du développement.
Dans le contexte particulier de la Nouvelle Calédonie, on sait comment les antagonismes exacerbés depuis un siècle firent place soudain, en 1988, au dialogue et à la volonté de bâtir ensemble un avenir commun. Dans ce contexte, l’indépendance se voyait pour la première fois reconnaître comme une option légitime qu’il appartiendrait aux seuls habitants du territoire, le jour venu, de ratifier ou non. Une option que « l’opération 400 Cadres » allait contribuer à rendre crédible, par le rééquilibrage des responsabilités dont elle allait être l’amorce. Ce sera là l’objet de la première partie de ce séminaire. Cette opération sera présentée par François Lebouteux qui en a assuré le lancement et les premières années. Continuer la lecture

Thèse soutenue: L’école française au Vietnam de 1945-1975

NGUYEN Thuy Phuong soutiendra sa thèse, sous la direction de Rebecca Rogers (U. Paris Descartes), sur le thème « L’école française au Vietnam de 1945 à 1975 : de la mission civilisatrice à la diplomatie culturelle« , le vendredi 20/09/2013.

Invitation à la soutenance

Femmes, genre et éducation en contexte colonial

Le très riche colloque consacré à « Femmes et genre en contexte colonial » qui s’est tenu à Paris en janvier 2012 est désormais en ligne. Il propose en particulier une session dédiée à l’éducation.