Archives par étiquette : corps enseignant

Numérisation des bulletins des anciens élèves des ENS Fontenay et Saint-Cloud

La Bibliothèque Diderot de Lyon a entamé la numérisation et la mise en ligne des bulletins des associations des ancien.ne.s élèves des ENS de Fontenay et de Saint-Cloud. Ils sont consultables aux adresses suivantes:

La collection sera progressivement enrichie.

Pour mémoire, le monument aux morts virtuel des Normaliens de Saint-Cloud morts pour la France durant la Première Guerre mondiale, réalisé par les élèves historiens de la promotion 2013.

Soutenance de HDR: La représentation des professeurs de lycée (1880-1940)

Lundi 7 décembre (Sorbonne, salle des Actes, 15h30), Yves Verneuil (maître de conférences, Université de Reims), soutiendra son HDR sur le thème « Corporatisme, amicalisme et syndicalisme : la représentation des professeurs de lycée (1880-1940)« , sous la direction de Jean-Noël Luc.

Jury:

  • Pr. Gilles BAILLAT, Président de l’Université de Reims Champagne-Ardennes
  • Pr. Philippe BUTON, Université de Reims Champagne-Ardennes
  • Recteur Jean-François CHANET, IEP de Paris
  • Pr. Jean-François CONDETTE, Université d’Arras
  • Pr. Jean-Noël LUC, Université Paris-Sorbonne
  • Pr. André D. ROBERT, Université Lumière Lyon 2

Soutenance HDR: Corporatisme, amicalisme, syndicalisme

Yves Verneuil soutiendra son habilitation à diriger des recherches, préparée sous la direction de Jean-Noël Luc, professeur d’histoire contemporaine à l’Université Paris-Sorbonne, dont le mémoire de recherche s’intitule : »Corporatisme, amicalisme, syndicalisme : la représentation des professeurs de lycée (1880-1940)« .

  • Jury:
    Pr. Gilles BAILLAT (Université de Reims Champagne-Ardenne)
    Pr. Philippe BUTON (Université de Reims Champagne-Ardenne)
    Recteur Jean-François CHANET (IEP de Paris)
    Pr. Jean-François CONDETTE (Université d’Artois)
    Pr. Jean-Noël LUC (Université Paris-Sorbonne)
    Pr. André D. ROBERT (Université Lumière Lyon 2)

    La soutenance aura lieu le lundi 7 décembre 2015, à la Sorbonne, Salle des Actes, à 15h30.

Parution: L’enseignement de l’italien en France 1880-1940

Jérémie Dubois, L’enseignement de l’italien en France 1880-1940. Une discipline au cœur des relations franco-italiennes, ELLUG, 2015.

« Pourquoi ont-ils choisi l’italien ? » À la fin du XIXe siècle, un universitaire refuse sèchement de soutenir les rares maîtres d’italien en France. L’italien est alors une langue « suspecte », jugée trop facile pour former les esprits. Elle suscite aussi une hostilité politique car l’Italie est alliée à l’Allemagne, qui vient de remporter la guerre de 1870. Quelques pédagogues, pourtant, rêvent que les cours d’italien préparent la Revanche, en rapprochant Rome et Paris. Ils initient une large mobilisation franco-italienne et créent, à partir de Grenoble, un italianisme universitaire, puis un enseignement secondaire de l’italien. L’immigration italienne, elle, est écartée et parfois même stigmatisée par ce mouvement de réveil de l’italien en France.

Quand l’Italie rejoint les Alliés, en 1915, des professeurs d’italien jouent un rôle clé dans la propagande de guerre italo-française. Certains d’entre eux saluent ensuite l’arrivée de Mussolini au pouvoir et, en 1930, le Duce est même érigé en auteur d’agrégation. Néanmoins, des enseignants d’italien ont combattu la politique d’influence par la langue menée par le régime fasciste à travers la Société Dante Alighieri et l’envoi de lecteurs d’italien prosélytes dans les universités françaises. Croisant les perspectives diplomatiques et éducatives, cette histoire socioculturelle des études italiennes et des italianisants du premier XXe siècle éclaire les rapports entre l’école républicaine française et les langues et cultures étrangères.

Ressources : Les agrégés de l’enseignement secondaire. Répertoire 1809-1960

Vingt-deux ans après la publication par l’INRP de la petite brochure sur Les Lauréats des concours d’agrégation (1993), quinze ans après la première mise en ligne sous forme de liste, le LARHRA met en ligne une version considérablement améliorée et augmentée du répertoire des agrégés de l’enseignement secondaire, lequel couvre désormais la période de 1809 à 1960. Elle est due, comme la précédente, à la collaboration de deux ingénieurs, Henri Chamoux et Vincent Alamercery.

Les agrégés de l’Université sont, comme l’Université elle-même (qui n’est pas autre chose qu’un grand système d’instruction publique), une création de Napoléon (1809), qui s’est inspiré de l’agrégation que l’université de Paris de l’Ancien Régime avait mise en place (1766-1791) après l’expulsion des jésuites (1762). Le premier Empire crée des agrégés sans organiser de concours de recrutement et, de 1809 à 1821, 306 agrégés sont nommés par le Grand Maître de l’Université. Les premiers concours d’agrégation sont ouverts en 1821 à l’échelon académique, à l’initiative des recteurs : 204 agrégés « académiques » sont recrutés par concours jusqu’en 1829. Mais dès 1830 seule l’académie de Paris est autorisée à organiser des concours, auxquels sont admis les candidats venant de toute la France. Ainsi débutent les concours nationaux, pour la philosophie, les lettres, la grammaire et les sciences. Quatre au début, ils seront douze en 1882, dix-neuf en 1950 et vingt-quatre en 1960. Le principal événement de leur histoire, c’est la mise en place en 1883 des concours féminins, ainsi que l’autorisation pour les jeunes filles de présenter leur candidature à certains concours masculins.
Le nombre total des agrégés de l’Université qui ont été nommés entre 1809 et 1821, ou qui ont été lauréats des différents concours de l’agrégation, entre 1821 et 1960, s’élève à 21843, dont 5913 femmes agrégées. Il est légitime d’espérer, de souhaiter en tout cas, que d’autres chercheurs (la Société des agrégés ?) prolongent jusqu’à nos jours le présent répertoire.

André Chervel

http://rhe.ish-lyon.cnrs.fr/?q=agregsecondaire

Coll.: Condition(s) enseignante(s), conditions pour enseigner

Le laboratoire ECP (Education, Culture, Politiques) organise les 8, 9, et 10 janvier 2015 un colloque intitulé « Condition(s) enseignante(s), conditions pour enseigner« . Il se déroulera sur le campus Berges du Rhône de l’université Lyon2.
L’enjeu du colloque est de concentrer sur la condition enseignante, considérées dans sa diversité et dans ses rapports à notre société, l’ensemble des regards, des questionnements et des apports issus de différents horizons disciplinaires. De nombreuses communications ont une dimension historique.
Les informations sur l’organisation du colloque et le contenu des communications sont disponibles sur le site dédié.

Parution: La méritocratie républicaine

Jérôme Krop, La méritocratie républicaine. Élitisme et scolarisation de masse sous la IIIe République, PUR, 2014.

Dans le département de la Seine, l’analyse des statistiques scolaires, ainsi que celle des rapports et correspondances des instituteurs et institutrices, font apparaître une école modernisée offrant des conditions d’accueil de plus en plus satisfaisantes malgré les difficultés matérielles de mise en œuvre de l’obligation scolaire. Mais ces archives montrent aussi une réalité moins favorable dans les quartiers ouvriers, témoignant de relations entre les milieux populaires et l’école plus complexes que ne le laissent supposer les représentations dominantes prévalant dans la mémoire collective.

Parution: Les frères ennemis : la FEN et son courant unitaire sous la IVe république

Parution d’un ouvrage de Laurent Frajerman, Les frères ennemis : la FEN et son courant unitaire sous la IVe République, Institut de recherche de la FSU, 2013.

Présentation:

Comment expliquer le succès actuel de la FSU et son imprégnation paradoxale par la culture syndicale créée par la Fédération de l’Education nationale ? Il faut revenir à la IVe République, dans une période marquée par l’essor du communisme en milieu enseignant et par la mise en place d’un modèle syndical original. Syndicat de masse et à bases multiples, réformiste, la FEN joue en pleine guerre froide un rôle de médiation entre la CGT et FO, participe à la gestion du système éducatif en y représentant les identités professionnelles.

La FEN instaure un mode de gestion du pluralisme interne officialisant les tendances, tout en combattant fortement la minorité favorable à la CGT (le courant unitaire ou Unité et action). Or, loin d’incarner une alternative révolutionnaire, le courant unitaire constitue une version musclée de ce modèle. Qu’a-t-il apporté à la majorité réformiste de la FEN, en quoi a-t-il en retour été influencé ?

Quel aspect prime dans les interactions à l’œuvre entre ces frères ennemis : l’idéologie, la profession, le niveau de militantisme ? Ce livre, fruit de 20 ans de recherches, croise sources orales, archives inédites et une abondante littérature militante. Il analyse finement la cohabitation de deux cultures syndicales dans la FEN (celle des instituteurs du SNI et des professeurs du SNES), l’articulation entre les structures locales, nationales et fédérales… Les pratiques militantes sont autant explorées que les discours.

Séminaire: Histoire de l’éducation, de la scolarisation et des pratiques culturelles

Voici le programme du séminaire « Histoire de l’éducation, de la scolarisation et des pratiques culturelles« , organisé par Philippe Savoie qui se tiendra à l’ENS de Lyon au second semestre 2013-2014.

Le séminaire a lieu le jeudi de 10h à 13h, salle F 103 (site Descartes, bâtiment formation)

Programme

  • 9 janvier 2014: Le marché scolaire : exploration d’une notion et de son historicité
  • 23 janvier 2014: Enseignement et unification culturelle; Gérard Bodé : Langues régionales, bilinguisme et enseignement en France au XIXe siècle.
  • 6 février 2014: Enseignement, presse et édition au XIXe siècle
  • 20 février 2014: Changement technique et pratiques culturelles; Henri Chamoux : L’enregistrement du son et le marché de l’édition musicale avant 1914.
  • 13 mars 2014: La formation des enseignants au XIXe siècle; Laura Dang : La formation scientifique dans les écoles normales primaires de la monarchie de Juillet; Ph. Savoie : Formation interne et professionnalisation du corps enseignant secondaire au XIXe siècle.
  • 27 mars 2014: Enseignement et inter-culturalité en contexte postcolonial; Nguyen Thuy Phuong : L’enseignement français au Vietnam (1945-1975).
  • 10 avril 2014: Scolarisation et urbanisation; Cécile Duvignac-Croisé : Le développement de la scolarisation féminine dans la banlieue sud-est de Paris (1880- années 1950).

Ce séminaire de recherche est ouvert aux chercheurs, enseignants-chercheurs et doctorants, ainsi qu’aux étudiants de masters.
Contact : philippe.savoie [arobase] ens-lyon.fr

JE: Professionnalisation de l’enseignement et évaluation. Perspectives comparatistes

Dans le cadre du séminaire « L’histoire de l’éducation au carrefour des sciences humaines et sociales » est organisée, à Bordeaux le 12 juin 2013, une journée d’étude sur le thème « Professionnalisation de l’enseignement et évaluation. Perspectives comparatistes« .

Présentation:

L’école et l’université, à l’instar d’autres secteurs de l’action publique, sont de plus en plus soumises à des logiques de reddition de compte caractérisées par un recours à la mesure des performances et à des opérations d’évaluation, tant externes qu’internes. Ce mouvement réformateur que connaissent la plupart des pays industrialisés dans le domaine de l’enseignement et de la formation reconfigure le rôle des États dans la construction et l’accompagnement des politiques en direction des institutions d’enseignement et de leurs acteurs, s’accompagnant d’une transformation des formes d’organisation du travail éducatif et de formation et d’une recomposition des rôles des professionnels engagés dans ce travail.

Cette journée se propose de rassembler des contributions sociohistoriques, politiques et didactiques, de façon comparative, d’envisager les liens entre professionnalisation de l’enseignement et évaluation et d’explorer les ressorts des évolutions contemporaines. Il s’agit aussi de mieux saisir les variations observables localement dans les effets de la rencontre entre le paradigme de l’évaluation et la rhétorique de la professionnalisation en éducation, dans l’enseignement scolaire et universitaire.

Programme:

9h15-12h30 : enjeux de connaissance et disciplines de recherche

  • 9h15 : Professionnalisation et évaluation dans les systèmes d’enseignement. Enjeux de connaissance pour l’éducation comparée.Régis Malet – Laces EA4140, ercep3, Université de Bordeaux IV – IUFM
  •  10h15 : Professionnalisation et évaluation dans l’enseignement supérieur. Enjeux de connaissance pour l’histoire de l’éducation. Emmanuelle Picard, Larhra, ENS Lyon-IFé
  • 11h30 : Professionnalisation et évaluation dans la formation des enseignants. Enjeux de connaissances pour les didactiques. Caroline Bulf, Martine Champagne et Yann Lhoste, Laces ea4140, E3D, Université de Bordeaux IV- IUFM

14h00-17h00 : études de cas

  • 14h00 : Formation et professionnalisation des enseignants du supérieur au Royaume-Uni. Controverses, enjeux, témoignages. Marie-Christine Deyrich, Laces ea4140, Eadl, Université de Bordeaux IV – IUFM
  • 14h45 : Evaluation et tentatives de professionnalisation de la formation des enseignants dans la France des années 1970. Charles Mercier, Laces ea 4140, E3D, Université de Bordeaux IV – IUFM
  • 15h45 – Professionnalisation et évaluation dans le dispositif actuel de formation initiale en IUFM. Caroline Bulf, Martine Champagne et Yann Lhoste, Laces ea 4140, E3D, Université de Bordeaux IV – IUFM
  • 16h30 Synthèse et prospective : Jean du Bois de Gaudusson, professeur émérite de droit public, ancien président de Bordeaux IV de 1996 à 2001.

Parution: Histoire de l’éducation [135]

Le numéro 135 d’Histoire de l’éducation vient de paraître. Au sommaire de ce varia:

Les articles seront très prochainement en ligne sur Cairn; notes critiques et comptes rendus étant d’ores et déjà accessibles librement sur Revue.org.