Archives par étiquette : éducation populaire

Coll.: Histoire de l’éducation populaire 1815-1945

Les mercredi 17, jeudi 18 et vendredi 19 juin 2015 aura lieu, à l’Université Lille 3, un colloque consacré à l »Histoire de l’éducation populaire 1815-1945« .

Ce colloque sur l’« Histoire de l’éducation populaire de 1815 à 1945 » a pour ambition de faire un bilan et de poursuivre et amplifier les recherches dans une perspective historique, en les inscrivant dans une histoire socio-économique et également politique et culturelle. Les définitions de l’éducation populaire doivent être approfondies, les mises en œuvres selon les époques et ses relations avec d’autres entreprises (comme les institutions scolaires) doivent être explicitées. Des comparaisons avec des expériences étrangères montreront l’universalité de l’éducation populaire avec parfois des chronologies décalées liées à des contextes nationaux spécifiques. Ce colloque réunira des historiens mais également des spécialistes d’autres disciplines (sciences de l’éducation, sociologie, philosophie, droit, etc.).

Programme en Pdf

Continuer la lecture

Prix Louis Cros

Le prix Louis Cros a été créé à l’Institut de France, sous l’égide de l’Académie des sciences morales et politiques, par convention avec le CUIP. Il récompense, annuellement, une oeuvre dans le domaine de l’éducation et de la formation.
Son montant, fixé chaque année par l’Institut de France, s’est élevé à 10 000 € pour l’année 2014.
Il est décerné à l’auteur ou aux auteurs d’un ouvrage ou d’un travail universitaire (thèse soutenue avant la date de forclusion) édité ou non, rédigé exclusivement en français.
Le jury apprécie particulièrement les travaux susceptibles d’éclairer non seulement les spécialistes et les praticiens, mais également le grand public, sur les enjeux et les défis contemporains de l’éducation et de la formation. Continuer la lecture

Parution: Construire l’éducation populaire

Laurent Besse, Construire l’éducation populaire.
Naissance d’une politique de jeunesse (1958-1970), La Documentation française, 2014.

Née dans les années soixante pour répondre aux besoins de la jeunesse issue du baby boom, la politique publique Jeunesse éducation populaire (JEP) se développe dans une collaboration conflictuelle entre pouvoirs publics et associations, sous la forme d’une cogestion qui se veut démocratique. C’est cette période structurante de l’histoire de l’éducation populaire que cet ouvrage propose d’explorer, entre 1958 et 1970.

Coll.: Des lieux pour l’éducation populaire

3,4 et 5 décembre 2014. colloque co-organisé par le PAJEP
« Des lieux pour l’éducation populaire : conceptions, architecture et usages des équipements depuis les années 1930« 

Colloque coordonné par Laurent Besse, maître de conférences en histoire, IUT de Tours laboratoire CETHIS), et Catherine Clarisse, architecte, École nationale supérieure ’architecture Paris-Malaquais (département AAP), chercheure au LACTH (ENSAPL), et organisé conjointement par le Pôle de conservation des archives des associations de jeunesse et d’éducation populaire (PAJEP) et par l’École nationale supérieure d’architecture Paris-Malaquais.

Les courants se réclamant de l’éducation populaire se sont progressivement dotés, à partir des années 1930, de bâtiments spécialisés : « foyers », « maisons », « centres », « auberges », etc. Ces édifices se sont vu regrouper, au cours des années 1950, sous la catégorie « équipements socioculturels », avant que leur implantation ne soit généralisée pendant la décennie suivante, dans le cadre de la planification et dans le contexte de la professionnalisation de l’éducation populaire devenue animation socioculturelle. Ils constituent aujourd’hui un élément du paysage, peu visible et peu valorisé, mais rarement absent.

Ce colloque vise à éclairer le présent des équipements socioculturels par leur histoire. C’est le sens du double pilotage dont il fait l’objet, par une architecte et un historien. Les publics visés sont les chercheurs spécialisés en histoire, et plus largement en éducation, ainsi que les chercheurs en architecture. Mais les archivistes, qui oeuvrent à la conservation et à la valorisation du patrimoine de l’éducation populaire tout comme de l’architecture, de même que les acteurs passés et présents de l’éducation populaire constituent également une cible privilégiée des réflexions soulevées.

Ces trois journées s’articuleront autour de communications scientifiques et de témoignages de militants et d’architectes, de débats et de travail autour de maquettes, de films et de visites d’équipements socioculturels à Paris, à Pierrefitte-sur-Seine et à Créteil.

Bulletin d’inscription

Coll.: Des lieux pour l’éducation populaire

Le PAJEP et l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris-Malaquais organise un colloque sur le thème « Des lieux pour l’éducation populaire. Conceptions, architectures et usages des équipements depuis les années 1930« . Il aura lieu les  3, 4 et 5 décembre 2014.

 

AAC: Histoire de l’éducation populaire (1815-1945)

Carole Christen (Université Lille 3, IRHiS – Institut universitaire de France) et Laurent Besse (Université de Tours – IUT –, CETHIS) organisent un colloque  sur le thème « Histoire de l’éducation populaire. 1815-1945« , qui se déroulera les 18 et 19 juin 2015 à Lille. L’appel à communication se trouve ci-dessous ou peut être téléchargé.

Présentation:
De la création de la Société pour l’instruction élémentaire en 1815 à la fondation de Peuple et Culture en 1945, en passant par la Ligue de l’Enseignement fondée en 1866 à l’ouverture du premier Ceméa (Centre d’entrainement aux méthodes d’éducation active) en 1937, les objectifs et les acteurs de l’éducation populaire en France ont fortement évolué. Pendant cette période, cette dernière a été définie de différentes manières et, de plus, n’a pas signifié la même chose au cours d’une même période. Héritée des Lumières et de la Révolution française, la question de l’éducation, de l’instruction et de l’enseignement des « pauvres » est centrale au XIXe siècle tant pour les philanthropes et que pour les réformateurs sociaux. Au cours de ce siècle, son histoire tend à se confondre avec celle de la mise en œuvre de la scolarisation primaire pour les enfants du peuple et des premières expériences de formation « morale », professionnelle et citoyenne des travailleurs – les ouvriers en particulier – par la création de cours du soir. Après l’instauration des lois dues à Jules Ferry, l’éducation populaire doit prolonger l’école et prendre en charge les jeunes sortis de l’école primaire et également les adultes. Mais l’histoire de l’éducation populaire n’est pas seulement une petite « annexe » de l’histoire de l’école. L’installation de « l’école républicaine » dans les années 1880 accentue la concurrence acharnée entre organisations laïques et confessionnelles – catholiques en particulier –, apparue dès les premières réalisations sous la Restauration, pour l’encadrement des activités post-scolaires destinées à la jeunesse populaire et aux ouvriers. Par ailleurs, sous la Troisième République, les initiatives privées des élites visant à « élever » le peuple tendent à être progressivement remplacées par des actions portées par des catégories intermédiaires et par des initiatives publiques dans une société qui se veut plus démocratique. Continuer la lecture

PAJEP: Film des Guides de France

La PAJEP propose, dans sa catégorie le « film du mois » visionable en ligne, un film des Guides de France « Hé ! Ho ! » de 1953.

Présentation du film par Jean-Jacques Gauthé, historien du scoutisme, membre du comité scientifique du PAJEP

« Hé Ho » est un film 29 minutes tourné durant l’été 1953, produit par Georges Rosetti et réalisé par Guy Jorré pour les Guides de France, mouvement catholique féminin de scoutisme, afin de faire connaître leur association. Celle-ci compte à l’époque 42 000 adhérentes de 8 à 19 ans et constitue l’une des plus importantes associations féminines de France. Il raconte comment Sophie, adolescente de 12 ans, découvre le scoutisme.

Séminaire: Actualité, enjeux et problèmes de la conservation des archives : Les archives de l’éducation populaire et de la formation des adultes

Le prochain séminaire du GEHFA aura lieu le mardi 25 mars 2014 de 15h30 à 17h30
à l’ETSUP, 8 villa du Parc Montsouris, Paris 14e.

Il portera sur le thème « Actualité, enjeux et problèmes de la conservation des archives : les archives de l’éducation populaire et de la formation des adultes »
avec :

  • Gaëtan Sourice, Pôle de conservation des archives des associations de jeunesse et d’éducation populaire (Pajep)
  • Guillaume Nahon, directeur des Archives départementales et Pascal Carreau, responsable des archives privées, Centre départemental d’archives de la Seine Saint-Denis.