Archives par étiquette : enseignement professionnel

AAC: Apprendre, enseigner en lycée professionnel : pratiques, dispositifs et contenus

La revue Spirale – Revue de Recherches en Éducation lance un appel à contribution pour un numéro thématique [n° 59, parution : janvier 2017] sur le thème « Apprendre, enseigner en lycée professionnel : pratiques, dispositifs et contenus« .

En ligne: Les Cahiers pour l’histoire du CNAM

Les Cahiers d’histoire du Cnam ont été fondés par Claudine Fontanon et André Grelon et portés par le Centre d’Histoire des Techniques (CDHT, prédécesseur d’HT2S) entre 1992 et 1996. Les 4 premiers numéros ont été numérisés et sont accessibles sur le site du Conservatoire numérique.

Dix ans après, HT2S relance les ChC qui dispose dorénavant d’un site dédié. Le premier numéro de la nouvelle série est publié mi-2014, avec un dossier consacré aux « Sciences de l’homme au travail« , coordonné par les fondateurs. Le second porte sur « L’enseignement de la chimie industrielle et du génie chimique au CNAM« .

AAC: Les trente ans du bac Pro

Un colloque pluridisciplinaire international se déroulera les 17, 18 et 19 novembre 2015 à l’université de Lille III sur le thème : « La voie professionnelle à l’épreuve du baccalauréat et de la hausse du niveau d’éducation : les trente ans du bac pro. Politiques éducatives, normes scolaires et marché du travail« , en partenariat avec le ministère de l’Éducation nationale, le Céreq et l’Association française de sociologie (GT 46, RT 4, RT 5 « Classes, inégalités, fragmentations).

Présentation et argumentaire

Les propositions, de 4 000 signes au plus, devront être adressées avant le 30 avril 2015 à fabienne.maillard [a] univ-lille3.fr

Les auteurs des propositions retenues par le comité scientifique seront informés le 20 juin 2015 au plus tard.

Ils devront ensuite faire parvenir le texte complet de leur communication (35 000 signes au plus) avant le 30 septembre 2015.

Parution: Artefact. Techniques, histoire et sciences humaines / 2

Le numéro 2 de la revue Artefact.Techniques, histoire et sciences humaines (CNRS Ed.) vient de paraître. Il comporte deux dossiers thématiques, l’un, consacré à « Art et Industrie », porte sur les enjeux de la formation du XVIIIe au XXe siècle ; le second traite de la question des outils simples.

Le volume peut être acheté aux adresses suivantes :

  • http://www.cnrseditions.fr/317__Artefact
  • http://vitrine.edenlivres.fr/publications/38348-artefact
  • La version numérique téléchargeable est en cours de réalisation.

Sommaire :
« Art et industrie: les enjeux de la formation », dossier coordonné par Stéphane Lembré et Audrey Millet

  • Introduction, Stéphane Lembré et Audrey Millet
  • Le « trompe-l’œil » des beaux-arts : la formation des dessinateurs au XVIIIe siècle, Frédéric Morvan Becker
  • Les écoles de dessin linéaire de la Restauration. Les cas des départements du Lot et de l’Yonne, 1817-1831, Gérard Bodé
  • Former les jeunes au dessin sur support céramique : capitalisation des connaissances et action sociale au sein de la fabrique Collinot & Cie, Sabine Pasdelou
  • « Un bon horloger est à la fois un savant et un artiste ». La formation des horlogers à Paris (1750-1850), Marie-Agnès Dequidt
  • Du dessin de fabrique à la formation des dessinateurs : des techniciens entre art et industrie XVIIIe-XIXe siècles, Audrey Millet
  • La fabrique de Paris au XIXe siècle : qualités de produits et formations des fabricants, Nadège Sougy
  • Économie des honneurs techniques et production de la qualité sous la Troisième République. L’action de la Société d’encouragement à l’art et à l’industrie, Stéphane Lembré
  • Pour l’art et pour la technique. Former à la céramique (France, 1840- 1940), Florent Le Bot

« Qu’est-ce qu’un outil simple? », dossier coordonné par Sophie A. de Beaune

  • Appréhender les outils simples en contexte préhistorique, Sophie A. de Beaune
  • Des outils simples ou rudimentaires aux pratiques sociales : étude d’un cas à Chypre au Néolithique pré-céramique, Laurence Astruc
  • Définir un outil simple : notion universelle ou contextuelle ? L’exemple des outils en os et en roches tenaces du Néolithique de Suisse occidentale, François-Xavier Chauvière, Catherine Joye
  • Des outils simples en émeri dans le monde égéen. Une approche ethnoarchéologique, Athina Boleti

 

Parution: L’Ecole des mines de Nancy (ENSMN) 1919-2012

Couverture-Ecole-des-mines-.pdf
Françoise Birck, L’Ecole des mines de Nancy (ENSMN) 1919-2012 : entre université, grand corps d’Etat et industrie, Nancy, Presses Universitaires de Lorraine, 2014.

« L’un des objectifs des réformateurs républicains à l’origine de la loi de 1896 qui entraîne la création d’universités dans tous les anciens centres académiques, était de combattre le déséquilibre entre le centre parisien et la province.
La marge d’autonomie laissée aux universités réparties sur l’ensemble du territoire leur ouvrait un champ suffisamment large pour qu’elles puissent innover, définir par elles-mêmes ce qu’elles voulaient enseigner en relation avec leur environnement économique, social et politique, et devenir ainsi de véritables universités régionales.
À Nancy, la faculté des sciences met en place en l’espace de quelques décennies (1889-1919), avec l’appui des milieux politiques et économiques locaux, un ensemble d’enseignements de sciences appliquées couvrant un large éventail de disciplines. Elle n’est pas la seule à innover dans ce domaine pendant la même période mais elle a réellement initié le mouvement de création des instituts techniques qui deviendront plus tard des écoles nationales supérieures d’ingénieurs (ENSI).
La création de l’École des Mines de Nancy, en 1919, sous le nom d’Institut métallurgique et minier, apparaît comme la dernière manifestation de cet élan créateur. Elle est liée aux circonstances exceptionnelles de la Première Guerre mondiale. À la suite de la défaite de l’Allemagne, le retour à la France des anciens territoires annexés pose le problème du remplacement des ingénieurs allemands employés jusque-là dans les industries métallurgiques et minières de la région. Les industriels locaux sollicitent l’université pour former les ingénieurs français dont ils ont besoin, en collaboration avec un nouveau partenaire, le corps des Mines qui règne déjà sur les écoles des Mines de Paris et Saint-Étienne. Cette association inédite donne à l’École des Mines de Nancy un statut tout à fait original, entre université, grand corps d’État et industrie.
Le récit monographique montre comment un institut créé par l’université pour donner une culture scientifique à des spécialistes destinés à l’industrie s’est inscrit progressivement dans le « système des grandes écoles ». La dernière partie de l’ouvrage évoque ce que doit à cette histoire l’évolution d’un dossier né près d’un siècle plus tard, celui du projet ARTEM (Arts, Technologie, Management) et la manière dont l’école fait encore aujourd’hui usage de son histoire pour préserver sa spécificité. »

L’ouvrage est publié dans la collection « Histoire des institutions scientifiques ». Sa publication a été rendue possible grâce à l’aide précieuse de la Maison des Sciences de l’Homme Lorraine.
Pour information, voici les précédents titres parus dans cette collection :

  • Laurent Rollet & Philippe Nabonnand (Dir), Les uns et les autres : biographies et prosopographies en histoire des sciences et des techniques, 2012.
  • Fabien Knittel, Agronomie et innovation, le cas Mathieu de Dombasle (1777-1843), 2009.
  • Yamina Bettahar & Françoise Birck (Dir.), Etudiants étrangers en France : l’émergence de nouveaux pôles d’attraction au début du 20° siècle, 2009.
  • Pierre-Antoine Gérard (Dir.), Les collections scientifiques des universités, 2008.
  • Marie-Jeanne Choffel-Mailfert & Laurent Rollet (Dir.), Mémoire et culture matérielle de l’Université : sauvegarde, valorisation et recherche, 2008.
  • Françoise Birck & André Grelon (Dir.), Des ingénieurs pour la Lorraine, 19°-20° siècles, 2007 (réédition de l’ouvrage paru en 1999 aux Presses Serpenoise).
  • Laurent Rollet & Marie-Jeanne Choffel Mailfert (Dir.), Aux origines d’un pôle scientifique: faculté des sciences et écoles d’ingénieurs à Nancy du Second Empire aux années 1960, 2007.

Séminaire: Assurance et enseignement : un enjeu professionnel et épistémologique entre droit, actuariat et sciences sociales

Un séminaire de recherche consacré à « Assurance et enseignement : un enjeu professionnel et épistémologique entre droit, actuariat et sciences sociales » est organisé en 2014 par l’équipe de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne du laboratoire Institutions et dynamiques historiques de l’économie et de la société IDHES-CNRS (UMR 8533), sous la responsabilité scientifique de Raymond Dartevelle et Michel Margairaz (Université Paris 1 – IDHES/CNRS).

Le séminaire « Assurance et enseignement » représente un support de réflexion qui accompagnera un projet de recherche « Modernité de l’assurance au XXe siècle ». Celui-ci vise à comprendre, grâce à des études pluridisciplinaires (histoire, droit, économie, sociologie, gestion notamment) et à une approche transnationale des modèles et réseaux assuranciels, comment l’industrie des assurances s’est adaptée au monde contemporain et à ses enjeux (de l’organisation scientifique du travail à la révolution informatique ; de la gestion des nouveaux risques à la massification de la consommation), tant sur le plan des acteurs, organisations que des entreprises.
La diffusion et la circulation des savoirs, les types d’enseignement au cœur des institutions publiques et privées, les politiques de formation professionnelle et voyages d’études, sont au fondement de la construction d’une expertise assurancielle spécifique, de l’acquisition d’une compétence nouvelle et d’une qualification professionnelle indispensable au regard des mutations économiques et sociales, des innovations scientifiques et techniques. La bonne compréhension des enjeux assuranciels nécessite aussi d’ouvrir la réflexion à des disciplines insuffisamment prises en compte, parmi lesquelles, les mathématiques financières et sociales, l’actuariat, la démographie, la médecine…

Les séances du séminaire, qui expérimentera aussi une réflexion interdisciplinaire, feront intervenir un conférencier pendant une heure environ. Il s’efforcera en se fondant sur un état de la question traitée, de proposer des problématiques et champs d’investigations novateurs. Chaque communication croisera dans la discipline dont elle relève, la thématique générale du séminaire. Le deuxième temps du séminaire (une heure) sera consacré aux discussions sur des points précis de la conférence et à des échanges avec le public.   Continuer la lecture

Parution: Le CAP, un diplôme du peuple 1911-2011

Vient de paraître, sous la direction de Brucy, Fabienne Maillard et Gilles Moreau, Le CAP : Un diplôme du peuple, 1911-2011, PUR, 2012.

Présentation:
Le certificat d’aptitude professionnelle (CAP), centenaire en 2011, a toujours fait l’objet de polémiques. Cet ouvrage, le premier consacré à ce diplôme toujours vivace, à la fois « lieu de mémoire » de la formation et enjeu d’avenir propose de rendre compte des rapports entre apprentissages professionnels, certifications et société. À travers cet exemple emblématique, ce sont les conflits et les compromis générés par la mise en place d’un diplôme professionnel, quel qu’il soit, qui sont à l’étude.

Au travers de l’onglet « documents« , le sommaire et l’introduction peuvent être chargés directement.