AàC – Le moment 68 à Lyon en milieu scolaire, universitaire et éducatif : contestations, mutations, résistances, trajectoires (Lyon, 30 et 31 oct. 2018)

Le colloque « Le moment 68 à Lyon en milieu scolaire, universitaire et éducatif : contestations, mutations, résistances, trajectoires » vise à étudier l’attitude des milieux éducatifs lyonnais pendant le moment Mai 1968 (donc en ayant en perspective l’amont et l’aval des événements de mai-juin). Il s’intéressera bien entendu aux mouvements lycéens et étudiants. Mais il vise à étendre à l’analyse à des secteurs de l’enseignement souvent négligés (enseignement technique, écoles normales d’instituteurs et d’institutrices, IUT, etc.), en s’ouvrant même à d’autres secteurs que l’Éducation nationale : conservatoires, écoles des beaux-arts, milieux de l’éducation populaire…

Délai de soumission : 15 février 2018.

Appel à communications complet : http://calenda.org/426887

Journée d’étude – Le conseiller principal d’éducation, 50 ans après Mai 68 (Paris, 29 jan. 2018)

Argumentaire, programme et présentation des intervenant.e.s [.pdf]

 

  • 8h45 – Accueil café
  • 9h-10h – Christine FOCQUENOY, Docteure en histoire contemporaine, Laboratoire CREHS (EA 4027) Université d’Artois ; chercheure associée en Sciences de l’éducation au CIREL (EA 4354) Université de Lille 3. Du surveillant général au conseiller principal d’éducation (CPE), une histoire qui condense l’évolution du système éducatif français. ;
  • 10h-11h – Céline CHAUVIGNÉ, MCU de Sciences de l’éducation, Nantes, CREN (EA 2661). Le conseiller principal d’éducation et l’éducation à la citoyenneté : des schèmes éducatifs à l’image de l’évolution du métier.
  • 11h-11h15 – Pause
  • 11h15-12h15 – Dominique BRET, MCU de Sociologie, Paris Descartes, CIAMS – SPOTS (EA4532). S’interroger sur la professionnalité du métier au travers du mémoire professionnel.
  • 13h45-14h45 – Didier MOREAU, PU de Philosophie, Paris 8 Saint-Denis, LLCP (EA 4008). Une éthique professionnelle des CPE est-elle possible ?
  • 14h45-15h45 – Xavier RIONDET, MCU de Sciences de l’éducation, Nancy, LISEC (EA 2310). Retour sur les réflexions novatrices sur la vie scolaire dans les années 1950 et 1960. L’histoire de la pédagogie au service d’une anamnèse du CPE contemporain ?
  • 15h45-16h – Pause
  • 16h-17h – Jean-François DUPEYRON, MCU HDR de Philosophie, Bordeaux, SPH (EA 4574). Cartographie de la fabrique des nouveaux surgés

JE: École publique, religions et laïcité

Le centre amiénois de recherche en éducation et formation (CAREF – EA 4697), avec le patronage de l’Institut d’Etude des Faits Religieux (IEFR) organise une journée d’études le vendredi 4 décembre 2015 sur le thème: « École publique, religions et laïcité« .

Lieu : Université de Picardie Jules Verne – Amiens, UFR Sciences Humaines Sociales et Philosophie – Campus – Chemin du Thil salle E 110 (1er étage).

AAC: Vivre le temps à l’école

Voici un appel à contribution en vue de la préparation de la publication d’un numéro thématique des Cahiers de Framespa sur le thème :
« Vivre le temps à l’école : approche socio-historique les rythmes scolaires vus par les élèves. »

Parler des « rythmes scolaires » revient à retenir une expression très contemporaine aux accents polémiques, depuis la mise en place de la réforme de ces derniers à l’école primaire en particulier. Les historiens de l’éducation sont susceptibles d’apporter leur expertise afin d’éclairer sous un nouveau jour cette question.

Il est question d’interroger la question des rythmes scolaires dans une perspective historique, sans la confondre avec les études portant sur les emplois du temps des enseignants ou des classes. Les rythmes scolaires seront définis ici comme les variations périodiques des processus physiologiques, physiques et psychologiques de l’enfant, du pré-adolescent, de l’adolescent en situation scolaire.
La réflexion devra porter non sur l’aspect décisionnel de ces rythmes scolaires (en liaison avec les réformes scolaires ou  les plans de formation des institutions éducatives et de leur mise en oeuvre à l’échelle des établissements), mais sur la réception de ces mesures éducatives faite par les élèves, à travers leur perception du temps passé sur les bancs d’école. Continuer la lecture de « AAC: Vivre le temps à l’école »

Coll.: Les 40 ans de la réforme Haby

Les jeudi 26 et vendredi 27 aura lieu à l’Espé de Lyon un colloque sur le thème « 40 ans après la création du collège unique. Eclairages socio-historiques sur la loi du 11 juillet 1975″.

Programme en Pdf

Jeudi 26 novembre 2015

9h45. Ouverture de la journée

  • Alain Mougniotte, Directeur de l’ESPE
  • Denis Poizat, Directeur de l’ISPEF
  • Françoise Lantheaume, Directrice du laboratoire ECP

10h15-11h. Conférence inaugurale de la première journée. Présidence : Martine Safra. Centre universitaire d’information pédagogique (CUIP)

  • Du cycle d’orientation à l’établissement… de premier cycle (1936-1963), Antoine Prost. Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne. CHS du XXe siècle

11h-12h15. Séquence 1. René Haby : l’homme, le ministre et « sa » réforme, Présidence : Vincent Pohrel. ESPE de l’Académie de Lyon. UCBL L1

  • René Haby par lui-même, Françoise Lepagnot. Service d’histoire de l’éducation. ENS-IFE. LARHRA
  •  La paternité de la loi du « collège unique » en question, Bruno Poucet. Université de Picardie Jules Verne. Laboratoire CAREF

Continuer la lecture de « Coll.: Les 40 ans de la réforme Haby »

Parution: L’enseignement de l’italien en France 1880-1940

Jérémie Dubois, L’enseignement de l’italien en France 1880-1940. Une discipline au cœur des relations franco-italiennes, ELLUG, 2015.

« Pourquoi ont-ils choisi l’italien ? » À la fin du XIXe siècle, un universitaire refuse sèchement de soutenir les rares maîtres d’italien en France. L’italien est alors une langue « suspecte », jugée trop facile pour former les esprits. Elle suscite aussi une hostilité politique car l’Italie est alliée à l’Allemagne, qui vient de remporter la guerre de 1870. Quelques pédagogues, pourtant, rêvent que les cours d’italien préparent la Revanche, en rapprochant Rome et Paris. Ils initient une large mobilisation franco-italienne et créent, à partir de Grenoble, un italianisme universitaire, puis un enseignement secondaire de l’italien. L’immigration italienne, elle, est écartée et parfois même stigmatisée par ce mouvement de réveil de l’italien en France.

Quand l’Italie rejoint les Alliés, en 1915, des professeurs d’italien jouent un rôle clé dans la propagande de guerre italo-française. Certains d’entre eux saluent ensuite l’arrivée de Mussolini au pouvoir et, en 1930, le Duce est même érigé en auteur d’agrégation. Néanmoins, des enseignants d’italien ont combattu la politique d’influence par la langue menée par le régime fasciste à travers la Société Dante Alighieri et l’envoi de lecteurs d’italien prosélytes dans les universités françaises. Croisant les perspectives diplomatiques et éducatives, cette histoire socioculturelle des études italiennes et des italianisants du premier XXe siècle éclaire les rapports entre l’école républicaine française et les langues et cultures étrangères.

En ligne: L’école et la Nation

Le livre L’école et la Nation, dirigé par Charles Heimberg, Benoit Falaize et Olivier Loubes [ENS éditions, 2013 ] est disponible pour une lecture en ligne sur Open Book.

Présentation: Une vieille question, si nationale. « Et d’abord, l’école n’est pour rien dans la création de la nation française », affirme d’emblée Antoine Prost. Pourtant, en France, dès lors que la société et le pouvoir politique s’interrogent sur la nation et ses troubles, c’est à l’école qu’ils posent la question de l’identité collective et de sa construction, c’est vers elle qu’ils se tournent pour rechercher les responsabilités, imaginer les solutions. Ainsi, ce livre interroge, en s’en détachant, le débat français sur l’identité nationale, classique, ambivalent et propice aux instrumentalisations.
Une réponse internationale, neuve. Dès lors, pour dépasser ces singulières ambiguïtés franco-françaises, et parce que l’école et la nation est un champ scientifique commun par-delà les frontières, cet ouvrage choisit de répondre à la (dé-)raison nationale par la comparaison internationale. Grâce à la mobilisation exceptionnelle du réseau de chercheurs de l’Institut national de recherche pédagogique (devenu Institut français de l’Éducation), de nombreux auteurs s’attachent à dépayser le cas d’école français en le confrontant à bien d’autres situations nationales, et s’efforcent de déconstruire, loin des idées reçues, ce rapport de l’école à la nation.

Ressources : Les agrégés de l’enseignement secondaire. Répertoire 1809-1960

Vingt-deux ans après la publication par l’INRP de la petite brochure sur Les Lauréats des concours d’agrégation (1993), quinze ans après la première mise en ligne sous forme de liste, le LARHRA met en ligne une version considérablement améliorée et augmentée du répertoire des agrégés de l’enseignement secondaire, lequel couvre désormais la période de 1809 à 1960. Elle est due, comme la précédente, à la collaboration de deux ingénieurs, Henri Chamoux et Vincent Alamercery.

Les agrégés de l’Université sont, comme l’Université elle-même (qui n’est pas autre chose qu’un grand système d’instruction publique), une création de Napoléon (1809), qui s’est inspiré de l’agrégation que l’université de Paris de l’Ancien Régime avait mise en place (1766-1791) après l’expulsion des jésuites (1762). Le premier Empire crée des agrégés sans organiser de concours de recrutement et, de 1809 à 1821, 306 agrégés sont nommés par le Grand Maître de l’Université. Les premiers concours d’agrégation sont ouverts en 1821 à l’échelon académique, à l’initiative des recteurs : 204 agrégés « académiques » sont recrutés par concours jusqu’en 1829. Mais dès 1830 seule l’académie de Paris est autorisée à organiser des concours, auxquels sont admis les candidats venant de toute la France. Ainsi débutent les concours nationaux, pour la philosophie, les lettres, la grammaire et les sciences. Quatre au début, ils seront douze en 1882, dix-neuf en 1950 et vingt-quatre en 1960. Le principal événement de leur histoire, c’est la mise en place en 1883 des concours féminins, ainsi que l’autorisation pour les jeunes filles de présenter leur candidature à certains concours masculins.
Le nombre total des agrégés de l’Université qui ont été nommés entre 1809 et 1821, ou qui ont été lauréats des différents concours de l’agrégation, entre 1821 et 1960, s’élève à 21843, dont 5913 femmes agrégées. Il est légitime d’espérer, de souhaiter en tout cas, que d’autres chercheurs (la Société des agrégés ?) prolongent jusqu’à nos jours le présent répertoire.

André Chervel

http://rhe.ish-lyon.cnrs.fr/?q=agregsecondaire

Sém.: L’administration de l’éducation

Le séminaire/atelier des doctorant-e-s en histoire de l’éducation propose aux doctorant-e-s de toutes les disciplines ayant l’éducation et/ou l’enseignement comme objet central ou partiel de leur thèse avec un perspective historique (même réduite), un espace de discussion et de confrontation scientifique. L’objectif de ce séminaire est de permettre la mise en place d’un espace de travail scientifique partagé entre doctorant-e-s, post-doctorant-e-s et chercheur-e-s plus avancés, autour du thème de l’éducation et dans une perspective pluridisciplinaire.

Il est ouvert à tous sans inscription préalable.

La séance du 9 avril 2015 (13h30-17h) sera consacrée à l’administration de l’éducation. Elle s’organisera autour:

De la présentation de Solenn Huitric qui prépare une thèse sur « La prise en charge des établissements d’enseignement secondaire français: de la tutelle communale à celle de l’Etat (1830-1880) ».
D’une discussion avec Pierre Karila-Cohen (Cerhio/Université Rennes 2) et Jean Le Bihan (Cerhio/Université Rennes 2), sur leurs travaux de recherche et sur la thématique plus générale de l’étude historique de l’administration.
Cette séance aura lieu à la Sorbonne (salle des Actes, dans la partie administration Paris IV au fond de la galerie Gerson].

La seconde séance, consacrée aux réformes dans l’enseignement supérieur, aura lieu le 20 mai 2015.

Sém.: L’enseignement scolaire de l’histoire. D’hier à aujourd’hui

La première séance du séminaire « L’enseignement scolaire de l’histoire. D’hier à aujourd’hui. Finalités passées et présentes de l’enseignement de l’histoire » aura lieu le 8 octobre 2014.

Problématique de l’année scolaire et universitaire 2014-2015 :
L’enseignement scolaire de l’histoire n’est-il pas passé d’un régime de finalités explicites et pour l’essentiel largement partagées à un régime de finalités plus techniques et professionnelles et de moins en moins explicitées ? Ce basculement, s’il est avéré, ne serait-il pas au cœur du malaise partiel affectant cette discipline scolaire ?

Responsable : Yves Poncelet

Séance 1, mercredi 8 octobre 2014:
« Les finalités de l’enseignement scolaire de l’histoire, de la Révolution aux années 1960. Typologie et évolution ».
Intervenante : Annie Bruter, maîtresse de conférences honoraire

Informations pratiques :
De 17h00 à 19h00 au Centre d’histoire de Sciences Po, 56 rue Jacob 75006 Paris. Salle du Traité (1er étage)

Le programme complet est en ligne.

Débat: la FEN et son courant unitaire sous la IVe République

L’Institut FSU organise un débat autour du livre de Laurent Frajerman : Les frères ennemis. La Fédération de l’Education Nationale et son courant « unitaire » sous la IVe République.

Le débat aura lieu le mercredi 5 mars 2014, de 17 h 30 à 21 h, au SNESup-FSU, 78, rue du Faubourg Saint-Denis 75010 PARIS , métro : Gare de l’Est.

AAC: La fabrication des élites en France et en Chine (XVIIe-XXIe siècles)

Voici un appel à communication pour un colloque consacré à « La fabrication des élites en France et en Chine, XVIIe-XXIe siècle« , qui se tiendra à l’ENS de Lyon-IFE, du 25 au 27 septembre 2014. Le colloque s’inscrit dans le cadre d’un projet soutenu par le programme JoRISS “La formation des élites du XIXe siècle à nos jours. Construction d’un cadre de comparaison franco chinois”. Une des caractéristiques de ce projet est de croiserdes approches historiques et des approches sociologiques.

Après une série d’échanges et de visites d’établissements, le but du colloque est de réaliser un premier état de la question et de mobiliser un milieu scientifique pour développer des études plus précises dans les années à venir. Les échanges s’organisent autour de quatre questions :

 • La définition des élites et la justification des enseignements d’élite: Mise en perspective de la tension entre élitisme et scolarisation de masse. Des enseignements réservés aux enfants des classes dominantes à la compétition scolaire généralisée, comment a évolué la notion d’enseignement d’élite ? Quels compromis ont permis de concilier l’existence d’enseignements d’élite avec le mouvement général de démocratisation des études ? Analyse des glissements, dans la longue durée, de la définition des élites et des tensions actuelles entre définitions concurrentes : la permanence de la référence à la culture classique nationale, l’émergence de nouvelles conceptions fondées, notamment, sur l’inscription dans des réseaux internationaux. Y a-t-il place pour des enseignements professionnels d’élite ? Continuer la lecture de « AAC: La fabrication des élites en France et en Chine (XVIIe-XXIe siècles) »