Parution – L’offre locale d’enseignement scientifique et technique. Approches disciplinaires (XVIIIe-XXe siècle), R. d’Enfert & V. Fonteneau (dir.)

En portant l’attention sur les lieux de production et de transmission des savoirs, en redonnant toute leur place aux acteurs locaux et aux configurations territoriales, cet ouvrage met en évidence un système d’enseignement scientifique et technique moins rigide et moins cloisonné, mais aussi plus riche et plus complexe qu’il n’y paraît au premier abord. Il conduit à se départir d’une conception encore trop mécaniste de la mise en œuvre et des effets des politiques nationales comme de l’action des élites savantes, du XVIIIe au XXe siècle. Il se veut ainsi une invitation à se saisir d’une démarche qui renouvelle le regard sur les dynamiques à l’œuvre, tant au niveau des acteurs, individuels et collectifs, que des institutions et des savoirs qui s’y enseignent et s’y apprennent.

Sommaire

Renaud d’Enfert, Virginie Fonteneau – Introduction

Caroline Barrera – L’offre locale d’enseignement au prisme des sociétés savantes : le cas de Toulouse (1793-1870)

Olivier Bruneau, Laurent Rollet – Les dynamiques d’une offre locale d’enseignement : le cas des mathématiques à Metz (1750-1870)

Thomas Morel – Enseigner les mathématiques dans une région minière. Prégnance du contexte local dans les Monts Métallifères de Saxe (1800-1850)

Norbert Verdier – Offre locale en matière éditoriale : usages et publics de livres mathématiques dans la première moitié du XIXe siècle

Anne Bidois – Construire, ou re-construire, un enseignement supérieur à Angers au XIXe siècle, entre logiques locales et enjeux politiques et religieux

Virginie Fonteneau – L’enseignement de la chimie à Lyon au XIXe siècle : de la concurrence des cours à la complémentarité des institutions

Guy Lambert – Distance et interactions entre les lieux de formation à l’architecture à Paris au XIXe siècle. Les élèves et les enseignants comme vecteurs de circulation des savoirs et de transferts pédagogiques

Marianne Thivend – Le genre de l’enseignement de la comptabilité : une approche locale, Lyon lors de la seconde moitié du XIXe siècle

Stéphane Lembré – L’enseignement de la géographie commerciale dans le nord de la France (fin XIXe siècle – années 1930)

Lien vers le site de l’éditeur ici.

Séminaire « L’Ecole empêchée. Institution scolaire et autorités en contexte de crise, 19-21e siècles »,

L’école, parce qu’elle se trouve à l’articulation entre le quotidien de familles et d’acteurs locaux et les intérêts des institutions étatiques ou communautaires dont elle relève, est à la fois un sanctuaire social et un outil actif de construction du politique. A ce titre, ses configurations scolaires et sociales sont multiples dans le temps et dans l’espace. Dans le monde arabe et depuis les entreprises coloniales du 19e siècle, elle est aussi plurielle que les contextes politiques qui l’encadrent. A cela s’ajoute que les guerres, les violences politiques et sociales, les famines et les épidémies, les aléas climatiques et économiques et les mouvements migratoires qui en ont résulté l’ont bousculée, parfois interrompue, souvent redéfinie.
Ce séminaire part de l’hypothèse que les crises, sous toutes leurs formes, mettent en tension le lien entre les acteurs de l’école et les pouvoirs dont elle est l’émanation institutionnelle. Et c’est précisément ce qui le rend observable.
Les communications ici présentées viseront donc à interroger la façon dont les crises, leurs ressorts et leurs enjeux, se répercutent ou sont perçus parmi les acteurs de l’école, ce qu’elles révèlent des liens institutionnels qui la traversent, et, enfin, ce qu’elles fabriquent au sein de l’école en matière de rapports de force, de solidarités, de réajustement des autorités enchâssées des parents, des enseignants, des directeurs d’école ou des recteurs. A rebours de l’idée d’une école qui serait seulement abîmée par les situations de crise, il s’agit de comprendre les processus par lesquels celles-ci produisent d’autres manières d’investir l’école et conduisent à la transformer, voire à la réinventer.

Le programme complet est disponible ici.

La prochaine séance a lieu le vendredi 19 mars autour de Charlotte Courreye (IHMC), « Enseigner l’arabe en Algérie colonisée : le projet politique des Oulémas ».

Appel à communications – Histoire et archives de l’animation nature et de l’éducation à l’environnement en France dans les années 1970-1990

Cette manifestation est conçue comme l’aboutissement d’un cycle de journées d’étude. Le colloque du 30 et 31 mars 2022 vise à ouvrir de nouvelles pistes, à identifier des chercheurs dont les travaux croisent ce sujet et à tenter une première synthèse d’éléments recueillis depuis 2016 dans le cadre des 6 journées d’étude préparatoires.

Les années 1970-1990 furent celles de l’émergence de l’animation nature en tant que secteur professionnel, à une époque où les préoccupations écologistes se cristallisent. Au cours de ces deux décennies, des expériences naissent, souvent très localisées, où s’élaborent des conceptions éducatives et des modalités pédagogiques, en lien avec les transformations contemporaines de l’école, les représentations de l’environnement ou les contestations écologistes. La position de l’animation environnement au carrefour des sciences et pratiques naturalistes, de la protection, de l’éducation populaire, du monde de l’école mais aussi des sports de pleine nature implique une ouverture au-delà des disciplines de référence que seront l’histoire et les sciences de l’éducation. Les organisateurs attendent donc des contributions venues de la sociologie, de l’anthropologie, des sciences de l’environnement, des sciences et techniques des activités physiques et sportives, etc.

L’appel à communication complet ainsi que l’ensemble des informations concernant la manifestation sont disponibles ici.

Message de la rédaction en chef de la revue « Histoire de l’éducation »

Chères et chers collègues,

Nous avons le plaisir de vous informer de la parution en ligne du n°153 de la revue Histoire de l’éducation, dont vous trouverez le sommaire ci-dessous.

Nous vous signalons également que, depuis le 1er janvier  2021, la barrière mobile de la revue sur Cairn a été ramenée à un an (au lieu de trois). Au-delà de cette barrière, tous les numéros de la revue resteront librement accessibles sur Open Edition Journals et Persée. Ils sont également  référencés sur Jstor.

La revue s’inscrit ainsi pleinement dans la démarche initiée de longue date par ENS Éditions au service d’un modèle de diffusion garantissant un accès libre à la littérature en sciences humaines et sociales.

Bien cordialement,

La rédaction en chef de la revue Histoire de l’éducation

Parution – Varia, n° 153, revue « Histoire de l’éducation », 2020/1

Bertrand Eychenne

Une formation sans sélection d’une élite scientifique et technique ? L’évaluation au Colegio Militar de Bogota (1848-1884) Training a scientific and technical elite without selection? Evaluation at the Colegio Militar de Bogota (1848-1884)

Clara Palmiste et Éric Jennings

La révocation des institutrices antillaises sous Vichy (1940-1943) The Dismissal of Female French Caribbean School Teachers under the Vichy Regime (1940-1943)

Bertrand Noblet

Une contre-révolution virile ? L’offensive du héros guerrier dans les manuels d’histoire du franquisme (1939-1975)  A masculine counter-revolution? The attack of the warrior hero in history textbooks during the Franco regime (1939-1975)

Camille Jaccard

Réseaux et revendications : le rôle des étudiants dans la diffusion de la psychologie genevoise dans la France d’après-guerre Networks and claims: the role of students in spreading Genevan psychology in post-war France

Malorie Ferrand

Aménager le territoire scolaire en milieu rural : négociations et jeux d’acteurs. Le réseau de CEG de l’académie de Grenoble (1959-années 1970)  Organising education territories in rural areas : negotiations and interplay between the various stakeholders. The secondary school network in Grenoble Education Authority territory (1959-1970s)

Notes critiques

En ligne sur OpenEdtion Journals et Cairn 

Parution – Penser la circulation des savoirs scolaires dans l’espace transatlantique. Émigration-transferts-créations (XVIIIe-XXe siècle), A. Fontaine (dir.)

Vient de paraître aux éditions Le Bord de L’eau l’ouvrage dirigé par Alexandre Fontaine, Penser la circulation des savoirs scolaires dans l’espace transatlantique. Émigration-transferts-créations (XVIIIe-XXe siècle), dans la collection « Bibliothèque républicaine » dirigée par Vincent Peillon.

Bien que certains réflexes nationalistes tendent à le dissimuler ou même à le dénier, ce constat s’impose : tout système scolaire se façonne à partir de références étrangères. L’espace transatlantique, depuis la première mondialisation des XVe et XVIe siècles, incarne un laboratoire privilégié de la fabrication de savoirs scolaires mêlés. Par l’action de passeuses et de passeurs, les pratiques et les méthodes pédagogiques les plus efficientes circulent, transitent, s’enrichissent ou sont rejetées.Espace de domination, de rivalités mais aussi de rencontres et de métissages, l’Atlantique fut pensé par l’anthropologue cubain Fernando Ortiz comme une zone de transculturation. Ce mécanisme donnant-donnant fait sens, puisqu’il a contribué à l’émergence de reconfigurations particulièrement créatives. Par cette interpénétration des économies scolaires, nations américaines et européennes ont indéniablement développé et affiné de nouvelles réalités pédagogiques.Cet ouvrage collectif, qui réunit d’éminents spécialistes brésiliens et européens, plaide pour un désenclavement de l’histoire de l’éducation, qu’il s’agit de penser au-delà d’une recherche des similitudes et des différences. Dans ce sens, il restitue l’idée d’une « homogénéisation silencieuse » des savoirs scolaires des deux côtés de l’Atlantique, bien davantage marqués par des échanges polyphoniques et des mécanismes d’emprunts et d’appropriations que par des constructions ex nihilo.

 Avec les contributions de : Maria Helena Camara Bastos, Viktoria Boretska, Jean-Charles Geslot, Laurent Gutierrez et Antoine Savoye, Marianne Helfenberger, Paola Salomé Lopes Garcia, Peri Mesquida et Pierre-Philippe Bugnard, Felipe Ziotti Narita, Vincent Peillon et Marie Vergnon.

Lien vers le site de l’éditeur : https://www.editionsbdl.com/produit/penser-la-circulation-des-savoirs-scolaires-dans-lespace-transatlantique/ 

Appel à communications – L’enseignement supérieur du XIXe siècle à nos jours (France et international) : établissements, acteurs, disciplines, pédagogies

Lyon

27-28 juin 2022

 

À l’initiative de l’ATHRE et des laboratoires ECP, LARHRA et Triangle, ce colloque a pour projet d’étudier la manière dont l’enseignement supérieur a évolué depuis le début du XIXe siècle, à différents niveaux, dans différents espaces et à différentes échelles.

 

Avec le processus de Bologne mis en œuvre en 1999 dans 29 pays, visant à la convergence des systèmes d’enseignement supérieur des pays européens, ont été instaurées de nouvelles pratiques qui ont profondément bouleversé le paysage de l’enseignement supérieur en France et en Europe. Les évolutions législatives et réglementaires révèlent une accélération de ce processus de transformation, quoique déjà amorcée depuis le début des années 1960. La situation actuelle qui confronte brutalement un système bicentenaire à un projet de transformation de grande ampleur constitue de ce point de vue un objet particulièrement fécond pour comprendre l’évolution des structures éducatives. Elle conduit à s’interroger sur les logiques de transformation sur le long terme et sur l’histoire du développement et de la diversification de l’enseignement supérieur depuis le début du XIXe siècle, ainsi que sur les résistances que ces transformations ont rencontrées et les controverses qu’elles ont suscitées.

Plusieurs angles d’attaque peuvent être envisagés pour appréhender ces évolutions. On peut ainsi, tout en conservant un point de vue résolument historique, croiser des approches politiques (questions nationales, internationales ou locales traitant en particulier de la gouvernance et de l’organisation des établissements d’enseignement supérieur), des approches socio-économiques (acteurs que sont les étudiant·es, les enseignant·es ou le personnel administratif, institutions elles-mêmes insérées dans un tissu local économique particulier), des approches pédagogiques interrogeant en particulier ce qu’on pourrait appeler « forme universitaire » : place des cours magistraux, des stages… Il est également possible de s’interroger sur le sens et la portée de l’adjectif « supérieur » dans le syntagme « enseignement supérieur ».

Plus généralement, l’accent pourra être mis sur les processus d’internationalisation de l’enseignement supérieur, y compris dans les espaces coloniaux et post-coloniaux. Ces approches internationales permettront en outre de considérer la manière dont les modèles (d’organisation, intellectuels, disciplinaires, pédagogiques) peuvent circuler et éventuellement se transférer d’un univers à l’autre.

Sur la base de ces questionnements généraux, quatre axes de travail sont proposés :

Axe 1. La diversité des établissements et leur insertion dans l’environnement local, national et international

Axe 2. Disciplines et pédagogies

Axe 3. Les transitions : modalités et dispositifs

Axe 4. Sociologie historique des enseignant·es et des étudiant·es

L’appel à communication complet est disponible ici.

 

Consignes aux auteur·es de propositions

Toute personne intéressée à présenter une communication est invitée à nous adresser un titre et un bref résumé de sa contribution (300 mots / 2000 signes maximum) en français ou en anglais.Ce résumé présente l’enjeu historiographique et la problématique de la communication, indique la périodisation et comporte une description du corpus traité.Il inclut une bibliographie de 5 titres et propose 4-5 mots-clés.

Les auteur·es précisent leur fonction ainsi que leur affiliation institutionnelle.

Les propositions de communication seront soumises à expertise.

Les propositions seront rédigées sous forme d’un document Word au format .docx dont le nom sera celui de l’auteur, noté en majuscules.

Elles seront déposées sur le site : https://enseignemt-sup.sciencesconf.org

Date limite pour l’envoi des propositions : 15 mai 2021 au plus tard

Notification d’acceptation aux auteur.es : 1er juillet 2021

Soutenance – Carole Christen, « A l’école du soir. Une histoire sociale et politique des cours d’adultes (1815-1870) », HDR.

Carole Christen soutient son habilitation à diriger les recherches :

Des caisses d’épargne aux cours du soir : variations historiques autour de la question sociale au XIXe siècle

La soutenance aura lieu le samedi 16 janvier 2021 à 9 h en visio-conférence, devant un jury composé de :

  • Sylvie Aprile, professeure à l’Université Paris Nanterre,
  • Jean-François Chanet (garant), professeur à l’Institut d’études politiques de Parisrecteur de la région académique Bourgogne-Franche-Comté, recteur de l’académie de Besançon
  • Christophe Charle, professeur émérite à l’Université Paris 1-Panthéon Sorbonne
  • Renaud d’Enfert, professeur à l’Université de Picardie Jules Verne
  • Rebecca Rogers, professeure à l’Université Paris Descartes
  • Danièle Tosato-Rigo, professeure à l’Université de Lausanne

Le dossier soumis à l’examen du jury comprend un mémoire de synthèse, un recueil d’articles et un mémoire inédit intitulé :

A l’école du soir. Une histoire sociale et politique des cours d’adultes (1815-1870)

Les personnes qui souhaitent assister à la soutenance, peuvent contacter Carole Christen (carole.christen [at] univ-lille.fr) pour qu’elle leur envoie le lien zoom d’invitation.

Journée d’études – Les écoles de cinéma au XXe siècle: objet d’étude privilégié pour une histoire transnationale des circulations artistiques et politiques

Le 24 novembre 2020 a eu lieu une journée d’études intitulée « Les écoles de cinéma au XXe siècle: objet d’étude privilégié pour une histoire transnationale des circulations artistiques et politiques ».

Le programme est disponible ici.

Objet de recherche peu présent à la fois dans les travaux sur l’histoire du cinéma ainsi que dans les études d’histoire culturelle et politique, les écoles de cinéma ont pourtant constitué des institutions incontournables de transmission et de formation de plusieurs générations de professionnels du cinéma du XXe siècle. En 2010, dans son article “Theory, Practice and the Significiance of Film Schools” (Scandia 76-2, p. 31-46), Duncan Petrie regrettait ce manque d’intérêt : « Film schools have had considerable impacted on wider stylistic trends, production practices, national cinemas, and film-making movements, yet within most historical accounts of cinema, film maker’s education has tended to be treated as a minor biographical detail or is simply assumed to be one aspect of the on-the-job skills-acquisition”.

Outre l’importance que revêt cette étape de formation essentielle pour comprendre la trajectoire d’un artiste, il nous semble surtout que les dimensions culturelles, politiques et sociales des réseaux constitués par l’intermédiaire de ces écoles ont été sous-évaluées. Ces écoles qui apparaissent dans différents pays dès l’entre-deux-guerres (URSS, Italie), se multiplient à partir des années 1940. Ce phénomène s’inscrit temporellement dans deux mouvements intrinsèquement liés : d’une part l’émergence de la Guerre froide durant laquelle la compétition des idées et des imaginaires a touché le médium cinématographique dans tous ses aspects et par conséquent également la formation aux métiers du cinéma ; et d’autre part à l’accroissement des mobilités étudiantes dues, entre autres, aux décolonisations.

Notre objectif est de mieux cerner la manière dont les écoles et les acteurs de ces écoles – en particulier les étudiants – ont été des vecteurs de savoir-faire, de pratiques, et d’imaginaires sur le plan aussi bien artistique que politique et ont pu constituer les bases d’un réseau de professionnels encore actifs aujourd’hui. Revenant sur la trajectoire d’enseignants et étudiants des écoles de cinéma essentiellement dans le second XXe siècle, les intervenantes de cette journée d’étude interrogerons les conséquences et les traces de ces circulations transnationales. Elles présenteront également le corpus de documents et de films qui peuvent nourrir cette histoire.

Parution – « Incarner un modèle progressiste : la professionnalisation de l’enseignement à Chicago (1890-1940) » de Sonia Birocheau

Incarner un modèle progressiste : la professionnalisation de l'enseignement à Chicago (1890-1940)

Les années 1890 à 1940 constituent une période charnière dans l’élaboration de nouveaux modèles professionnels dans l’enseignement aux États-Unis. Soucieux de mener des réformes jugées favorables au progrès de la société, divers acteurs entreprennent de modifier le système de formation des enseignants, les méthodes pédagogiques et l’organisation des systèmes scolaires. Chicago est alors un des principaux centres de réflexion de ces projets progressistes de professionnalisation de l’enseignement.

Cet ouvrage propose une étude historique de ces transformations à partir d’un échantillon élargi et inédit d’acteurs, d’institutions et de sources. Quel rôle les enseignants, les directeurs d’école ou le personnel de l’École normale de Chicago eurent-ils dans l’élaboration et la dissémination de nouveaux modèles professionnels ? Dans quelle mesure ces modèles furent-ils mis en pratique quotidiennement dans les établissements ? Quels furent effectivement l’envergure et le contenu de cette conquête professionnelle ?

Cette étude de cas apporte un point de vue complémentaire sur l’histoire de l’éducation nord-américaine, du progressisme et de Chicago, et aborde des thématiques qui font écho aux réflexions contemporaines sur l’enseignement, le genre ou les relations raciales.

Lien vers la page de l’éditeur.

Soutenance de thèse – Anne Renoux, La créativité en éducation physique : entre expérience(s) et instrumentalité (1960-2020)

Le lundi 14 décembre 2020, Anne Renoux soutiendra sa thèse :

La créativité en éducation physique : entre expérience(s) et instrumentalité (1960-2020)

Le jury sera composé de :Isabelle Capron-Puozzo, Professeure-formatrice, Haute école pédagogique du Valais (Examinatrice)

Ghislain Carlier, Professeur émérite, Université catholique de Louvain (rapporteur)
Julien Fuchs, Professeur des universités, Université de Bretagne occidentale (directeur de thèse)
Jérôme Guérin, Professeur des universités, Université de Bretagne occidentale (directeur de thèse)
Margarida Romero, Professeur des universités, Université Côte d’Azur (Examinatrice)
Magali Sizorn, Maîtresse de conférence, Université de Rouen Normandie (Examinatrice)
Joris Thiévenaz, Professeur des universités, Université Paris-Est Créteil (rapporteur)

La soutenance se déroulera à 14h en visioconférence depuis la Faculté des Sciences du sport et de l’éducation de l’Université de Bretagne occidentale à Brest. Si vous souhaitez y assister à distance, merci prendre contact avec Anne Renoux.

Résumé de la thèse:

Ce travail de recherche prend pour objet d’étude la notion de créativité en éducation physique et sportive. La thèse propose une conceptualisation de la notion d’« agir créatif » associant le concept d’expérience (Dewey, 1938) et le paradigme de l’activité (Billeter, 2012). L’agir créatif se caractérise par une instrumentalité authentique au service de l’expérience. Cette notion sert d’outil d’analyse des différentes représentations de la créativité des enseignants d’éducation physique. L’étude se fonde sur une analyse socio-historique et épistémologique de la revue professionnelle d’éducation physique Revue EP&S ainsi que sur une enquête réalisée auprès des enseignants d’EPS. L’analyse met en évidence trois périodes qui structurent les représentations de la créativité en éducation physique, de 1960 à 2020, entre expériences et instrumentalité. Dans la période contemporaine, la créativité est majoritairement associée aux pratiques artistiques. L’enquête fait également ressortir une importante demande en termes de formation artistique de la part des enseignants. Les arts du cirque constituent alors une entrée dans les pratiques artistiques susceptible de favoriser l’appropriation d’un processus de création par les enseignants d’EPS. La notion d’agir créatif peut ici constituer un outil dans le cadre de la formation des enseignants à la créativité.

AAC – Numéro spécial « Classes transplantées – Revue Les Sciences de l’Education – Pour l’ère nouvelle

Vous trouverez ci-dessous un appel à contribution, en français et en anglais, pour un numéro thématique de la revue Les Sciences de l’Education – Pour l’ère nouvelle, sur la question des « classes transplantées », coordonné par Julien Fuchs & Gilles Brougère.

AAC- Revue SEPEN-Classes de découverte

CFP – SEPEN Journal – Residential school trips

Parution – Carole Reynaud-Paligot, « L’Ecole aux colonies. Entre mission civilisatrice et racialisation (1816-1940), 2020.

La volonté de « civiliser » les populations colonisées grâce à l’école fut hautement proclamée par les colonisateurs français mais qu’en fut-il réellement ? Cette enquête, effectuée à partir des archives coloniales, restitue les débats et les réalisations de la politique scolaire. Dès 1815, le projet colonial fut durablement établi : les colonies devaient fournir des matières premières mais aussi être des débouchés pour les produits manufacturés de la métropole. La mission de l’école s’imposa : apprendre le français, le calcul et quelques bribes de civilisation nécessaires à la bonne participation des colonisées au projet colonial. Très vite, les limites apparurent, il fallait se garder de trop instruire. La volonté de dispenser un savoir pratique, de bannir un savoir trop intellectuel, de freiner la mobilité sociale provoqua les déceptions et la colère des colonisés.

Parution – Guillaume Tronchet, « André Honnorat. Un visionnaire en politique », 2020.

André Honnorat est une passionnante figure parlementaire du premier XXe siècle, dont les combats en faveur de la santé publique, des étrangers, des réfugiés, de la démocratisation culturelle, sont d’une étonnante actualité. Self-made man, journaliste dreyfusard, haut-fonctionnaire en charge de la séparation des Églises et de l’État, député puis sénateur pendant trente ans, il est le seul ministre de l’Éducation nationale à n’avoir pas passé le baccalauréat. Novateur, fin politique, passionné par l’action publique, ce travailleur acharné est surtout un réformateur et un bâtisseur tous azimuts : pionnier des politiques familiales, à l’origine de la législation antituberculeuse et de la création des sanatoriums, promoteur de la médecine préventive pour les étudiants, on lui doit également l’instauration de l’heure d’été en France et la création de bibliothèques, de musées et d’instituts universitaires.

Engagé pour l’ouverture de la France aux étrangers, il est l’un des grands réformateurs de la nationalité française et s’active pour faciliter la circulation des intellectuels en Europe et à l’international, en étant notamment l’initiateur de l’accueil d’étudiants réfugiés en France pendant la Première Guerre mondiale et le président-fondateur de la Cité internationale universitaire de Paris, avec le soutien de grands mécènes internationaux (David-Weill, Guggenheim, Rockefeller, Rothschild, etc.) au profit d’une jeunesse mondiale alors en formation (Blixen, Bourguiba, Césaire, Pompidou, Sartre, Senghor, etc.). Figure majeure de l’accueil des réfugiés juifs dans les années 1930, il s’abstient de voter les pleins pouvoirs au maréchal Pétain en 1940, s’oppose au régime de Vichy et retrouve le Parlement à la Libération. Globe-trotter infatigable, il aura sillonné le monde jusqu’à plus de soixante-dix ans, comme peu de parlementaires de sa génération.

Plongeant au cœur des réseaux d’influence et de pouvoir à l’origine de la fabrique de l’État social et républicain, dans les arcanes d’une société parlementaire aujourd’hui oubliée, l’auteur nous livre ici la biographie inédite et nécessaire de l’une des personnalités politiques les plus marquantes de la IIIe République.

Parution – Marcel Launay, « Le prêtre professeur (XIXe-XXe siècles). Un ministère oublié », 2020

« Le prêtre joue au collège le même rôle qu’au régiment, on le supporte », écrit Émile Zola en 1877. Et dans ses Souvenirs d’enfance et de jeunesse, Ernest Renan rend hommage à ses maîtres du petit séminaire de Saint-Nicolas-du-Chardonnet à Paris. C’est que, dans la France des XIXe et XXe siècles, le prêtre-professeur constitue une figure importante pour l’Église et la société. Il fait partie des visages familiers du catholicisme de l’époque et marquera plusieurs générations. À travers cette évocation vivante, Marcel Launay décrit ce ministère oublié aujourd’hui, qui sera touché de plein fouet par la déchristianisation. Cette contribution à l’histoire du catholicisme contemporain nous plonge dans un monde disparu et croise la question scolaire, le rapport à la culture et le lien de l’Église aux élites et à la société.

Parution – Nicholas Stargardt, « Des enfants en guerre Allemagne 1939-1945 », 2020

Résumé

Dans le ghetto de Varsovie, les enfants juifs s’amusaient à imiter les gardiens SS quand les petits Polonais jouaient aux interrogateurs de la Gestapo. À Berlin, en 1945, des adolescents furent envoyés combattre les chars de l’Armée rouge avec des armes de fortune… Qu’ont vécu et ressenti les enfants, aussi bien en Allemagne que dans les territoires annexés, au cours de la Seconde Guerre mondiale ?

Les plus jeunes incarnant l’avenir racial du Reich, les nazis commencèrent rapidement à écarter ou à tuer ceux qui le compromettaient : maisons de redressement pour délinquants ou supposés tels, stérilisation puis élimination des handicapés, extermination des indésirables…

Si un sort privilégié était réservé aux représentants de la « race aryenne » – qui, dans leurs jeux, recréaient les victoires de la Wehrmacht –, ces derniers apprirent à grandir sous les bombardements avant, pour certains, d’être entraînés dans une fuite éperdue pour échapper à l’avancée des Alliés.

Les liens familiaux explosant, les déracinements se multipliant, les enfants découvrirent l’impuissance et la vulnérabilité de leurs parents, le mensonge et la violence de la société, tout en devant assumer des responsabilités d’adultes pour survivre.

À partir d’archives inédites – devoirs d’écoliers, dessins, journaux intimes, lettres envoyées depuis les maisons de correction, témoignages rapportés par les travailleurs sociaux… –, Nicholas Stargardt livre une analyse novatrice et puissante des vies d’une poignée d’enfants de tous horizons que la barbarie nazie a fini par dévorer.

Proposer un article à la revue « Histoire de l’éducation »

Revue Histoire de l’éducation. Proposer un article, un dossier ou un appel à contribution en vue de la constitution d’un dossier

La revue Histoire de l’éducation accueille des propositions de varia, de dossier thématique, et d’appel à contribution en vue de la constitution d’un dossier. Des présentations de corpus de sources, assortis de pistes d’exploitation, pourront trouver leur place dans une nouvelle rubrique intitulée “Sources, ressources et analyses”

Les varia et les articles destinés à cette rubrique sont expertisés au fil de l’eau.

Les propositions de dossiers ou d’appel à contribution sont examinées, deux fois par an, en janvier et en juin, par le comité de rédaction de la revue.

Ces propositions doivent être adressées par voie électronique à revue.histoire-education [at] ens-lyon.fr.  La procédure à suivre est détaillée sur le site de la revue : https://journals.openedition.org/histoire-education/4319.

Créée en 1978, Histoire de l’éducation est, dans son domaine, une revue ouverte à toutes les périodes chronologiques et à toutes les aires géographiques. Si, par son rattachement à l’École normale supérieure de Lyon, elle est une revue française d’histoire de l’éducation, elle entend ne pas être seulement une revue d’histoire de l’éducation en France. Les études consacrées à d’autres territoires y sont donc bienvenues et même souhaitées, en particulier si elles s’inscrivent dans une perspective comparatiste ou bien dans celle d’une histoire globale ou connectée. Principalement francophone, la revue publie également, dans le cadre de ses dossiers, des articles rédigés en anglais.

La revue promeut une histoire sociale de l’éducation, dans le sens où elle s’intéresse particulièrement aux interactions constantes entre l’éducation et la société, considérée dans ses dimensions politique, culturelle ou économique. L’étude des doctrines pédagogiques ne vaut à ses yeux que par les liens avec les pratiques que ces doctrines révèlent ou transforment effectivement.

L’ensemble des travaux qu’elle publie est soumis à une expertise scientifique réalisée par les membres de sa rédaction en chef, de son comité de rédaction, ainsi que par des experts extérieurs, selon les procédures scientifiques usuelles, comportant l’anonymat de l’auteur et des experts et la soumission de l’article à au moins deux experts.La revue Histoire de l’éducation s’engage résolument dans la voie de la science ouverte et s’inscrit pleinement dans la démarche initiée de longue date par ENS Éditions au service d’un modèle de diffusion garantissant un accès libre à la littérature en sciences humaines et sociales.
Ainsi, à compter du 1er janvier 2021, la barrière mobile de la revue sur Cairn sera ramenée à 1 an (au lieu de 3). Au-delà de cette barrière, tous les numéros de la revue resteront librement accessibles sur Open Edition Journals et Persée. Ils sont également consultables sur Jstor grâce aux abonnements souscrits par les bibliothèques.

Histoire de l’éducation est associée à la mobilisation interprofessionnelle contre les orientations du projet de loi de programmation de la recherche (https://pupitre.hypotheses.org/5467).

AàC – « Étudiants, intellectuels et artistes étrangers en France en mai-juin 68 », 11-12 fév. 2021, Paris

L’historiographie « des années 68 » a récemment privilégié une approche globale des mouvements sociaux, mettant l’accent sur les circulations et les échanges d’un pays ou d’un continent à l’autre. Cette historiographie est très riche, comme l’est aussi celle concernant plus spécifiquement le Mai français. Il demeure néanmoins quelques angles morts, ou quelques terrains qui n’ont pas été explorés. L’un de ceux-ci est le rôle des étudiants étrangers voire plus largement des intellectuels et artistes étrangers (écrivains, artistes, musiciens, enseignants etc.) en France en mai-juin 68. Cette présence des étrangers en France a fait l’objet d’études quand il s’agissait des travailleurs immigrés dont on sait désormais l’importante participation au mouvement de Mai. Mais la présence d’étudiants et/ou intellectuels, et partant leur participation au mouvement, reste encore largement ignorée. Ils sont alors nombreux à étudier dans la capitale française, ou dans d’autres villes universitaires du territoire. Ils représentent 5,7% de la population étudiante totale en 1968-1969, et cet effectif va croître très fortement à partir de la fin de l’année 68.  Ils sont africains (Afrique du Nord et Afrique sub-saharienne), européens (allemands, portugais, italiens, espagnols, grecs, britanniques), sud-américains, israéliens, américains du Nord (États-Unis ou Québec), palestiniens. Ils adhèrent généralement au Mai français tout en mettant en œuvre des logiques spécifiques liées aux conditions politiques et sociales de leur pays d’origine. 

Qu’il s’agisse de contester des dictatures pour les Grecs, Portugais, Espagnols, Argentins, Brésiliens, ou Tchécoslovaques et Polonais, de contester la guerre du Vietnam ou le racisme (Américains), de lutter pour la paix en Palestine, ils insèrent au sein du Mai français leurs revendications et profitent de ce moment de libération exceptionnelle de la parole pour élever eux aussi la voix. Il s’agit donc ici de rendre compte de leurs paroles et actes en France mais aussi de la situation en 1968 de leurs pays respectifs, ou plutôt de ce que leurs paroles et actes en France témoignent de la situation dans leur pays d’origine. Des oppositions à bien des régimes autoritaires se sont constituées en exil. Les événements de mai changent-ils la donne ? Les slogans sont-ils alors transformés ? Les attentes ou espoirs bouleversés ? Ces étudiants peuvent pratiquer un certain entre-soi ou, au contraire, profiter du mouvement pour internationaliser les contacts, pour nourrir leur expérience militante de celles de camarades étrangers. À l’inverse, on peut s’interroger sur ce que le mouvement de Mai doit à ces étudiant.e.s, intellectuel.le.s et artistes venu.e.s d’ailleurs : comment la circulation des savoirs et des pratiques – en particulier dans le domaine militant (slogans, idées, modes d’action )- a-t-elle  pu influer sur  les répertoires militants en France ? Les Unions et Fédérations d’étudiants étrangers ont-elles joué un rôle ? Quels livres (parfois traduits par les étudiants eux-mêmes), quelles musiques ou chants, quels films dans ce moment charnière ont pu circuler parmi ces hommes et ces femmes, et jouer un rôle sur les acteurs ? S’intéresser aux étudiants, intellectuels et artistes étrangers, c’est aussi scruter les rencontres improbables que les événements rendirent possibles, voire les relations amicales ou amoureuses qui s’épanouirent alors. C’est comprendre aussi ce que le politique peut faire à l’intime dans le monde des exilés, et dans un moment aussi extraordinaire, au sens premier du terme. Les lieux de vie des étudiants étrangers, les résidences et les foyers étudiants telle la Cité internationale universitaire de Paris, pourront faire l’objet d’une étude spécifique : pépinières de rencontres internationales, ces lieux sont souvent des incubateurs d’idées et d’actions militantes.

Les événements ont pu bouleverser les habitudes ou en créer de nouvelles, modifier ou non les rapports de genre. À l’inverse des situations heureuses, des bonheurs nés de l’adrénaline de l’action collective, comment les évènements de 68 ont-ils créé ou accru les inégalités sociales entre étudiants français et étrangers ? L’éloignement familial dans ce cas peut peser lourd, que ce soit financièrement ou psychologiquement, quand des réseaux de solidarité peuvent aussi se mettre en place qu’ils soient intra ou extra- communautaires. Ce colloque s’intéressera donc à la vie militante et quotidienne de ces étudiants et intellectuels étrangers dans leur dimension politique, économique, sociale et culturelle. On ne s’interdira pas non plus de penser l’après mai 68. Qu’est-ce que les évènements ont fait à des trajectoires jusqu’alors linéaires ? Ont-ils bousculé des certitudes, impulsé des retours aux pays prématurés par rapport aux projets antérieurs ? ou au contraire des installations plus définitives ? Certaines figures d’étudiants étrangers ont-elles émergées pour s’installer durablement dans la vie étudiante et/ou militante française ? Ont-ils provoqué des formes d’établissement, en France ou ailleurs ? Qui sont les expulsés ? Qu’est-il advenu d’eux ? La participation des étudiants étrangers au mouvement de 68 a-t-elle creusé des filières de mobilités étudiantes pour les années suivantes ? Plusieurs types d’approche sont possibles :  des approches de groupe d’une part, comme par exemple les étudiants palestiniens et leur rôle dans le Mai français ou des études plus biographiques, tout autant que des histoires de vie saisies à un moment donné, ou des productions textuelles ou artistiques conçues par ce type d’acteurs pendant Mai-Juin 68 et qui donnent à voir ou à penser ces évènements. On souhaite ainsi, comme en Mai, faire fi des frontières et penser le monde de l’année 68, en une démarche d’histoire globale. Une exposition virtuelle, destinée à valoriser le fonds d’archives Mai-Juin 68 du Centre d’histoire sociale des mondes contemporains (http://chs-maijuin68.huma-num.fr) avait déjà réuni quelques chercheurs sur cette problématique. Elle est bien entendu loin d’épuiser le sujet, et constitue plus une amorce qu’une exposition exhaustive. Nous espérons donc avec ce colloque réunir d’autres contributions, élargir les problématiques, écouter aussi et recueillir des témoignages. Comme dans l’exposition virtuelle, nous incluons les Départements d’Outre-Mer étant donné la vigueur qu’avaient alors les mouvements indépendantistes et l’impact qu’a pu avoir la présence de leurs ressortissants en métropole pour ces mouvements.

Comité scientifique : Ludivine Bantigny (GRHis, Université de Rouen), Françoise Blum (Centre d’histoire sociale des mondes contemporains, CNRS),  Gabrielle Chomentowski (Centre d’histoire sociale des mondes contemporains, CNRS), Frank Georgi (Université d’Evry Val d’Essonne), Boris Gobille (ENS Lyon), Burleigh Hendrickson (Pennsylvania State University), Jean-Pierre Le Foll Luciani (Education nationale), Edenz Maurice (Centre de recherches sur les mondes américains/Centre d’histoire de Sciences po), Eugénia Palieraki (Centre de Philosophie Juridique et Politique, CY Cergy Paris Université), Ophélie Rillon (Les Afriques dans le monde, CNRS), Alexis Roy (IMAF, CNRS), Palmira de Sousa (Campus Condorcet), Guillaume Tronchet (Institut d’histoire moderne et contemporaine, ENS-Paris 1-CNRS).

Les propositions de communications (5000 signes maximum), accompagnées d’un bref CV sont à faire parvenir à l’adresse suivante : fblum [at] univ-paris1.fr avant le 30 septembre 2020.

Lieu : Paris, Centre d’histoire sociale des mondes contemporains et Campus Condorcet – 93000 Aubervilliers

Soutenance d’HDR – « Educations, laïcités et religions, mondialisations (XIXe-XXIe siècles). Relier les histoires », Charles Mercier

Le 2 septembre dernier, Charles Mercier a soutenu son habilitation à diriger les recherches :

ÉDUCATIONS, LAÏCITÉS ET RELIGIONS, MONDIALISATIONS (XIXe-XXIe SIÈCLES). RELIER LES HISTOIRES

Il contient un mémoire inédit de recherche : Une histoire globale des Journées mondiales de la jeunesse de Jean-Paul II (1984-2002)

Le jury sera composé de :

  • Mme Laurence Badel, Professeur des universités, Paris 1 Panthéon Sorbonne (garante)
  • M. Jean-François Condette, Professeur des universités, Université de Lille
  • Mme Ruth Harris, Senior Research Fellow, University of Oxford
  • M. Régis Malet, Professeur des universités, Université de Bordeaux
  • M. Denis Pelletier, Directeur d’études, École pratique des hautes études
  • M. Philippe Portier, Directeur d’études, École pratique des hautes études

Séminaire – « L’enseignement scolaire de l’histoire. Les fragilités démocratiques et l’enseignement de l’histoire », 2020-2021

Cette année et compte tenu des circonstances, deux décisions ont été prises. La première relève de la thématique. L’idée de l’enseignement de l’histoire des fragilités démocratiques nous est apparue nécessaire. La seconde fut de reporter les trois interventions prévues en 2019-2020 sur la Pologne, les professeurs d’histoire français face aux attentats de 2015-2016 et l’Allemagne de l’après-Seconde-Guerre-mondiale.

  • 14/10/2020 | Ouverture du séminaire. Alexandre Lafon, Ancien responsable pédagogique de la Mission centenaire : »La crise sanitaire, un temps de (Grande) guerre pour l’Ecole ? », Benoît Falaize (Sciences Po, CHSP) : »Crise sanitaire et crise de société dans les manuels primaires français de 1919 à nos jours ».
  • 04/11/2020  | Alain Lamassoure, Ancien député européen, « La crise de l’enseignement de l’histoire en Europe face à la montée des populismes et des nationalismes (projet HOPE) »
  • 09/12/2020 | Ewa Tartakowsky, Institut des sciences sociales du Politique, « L’enseignement de l’histoire en Pologne : un témoin de la crise de la démocratie ».
  • 06/01/2021 | Rainer Bendick, Conseiller pédagogique au Service de l’Entretien des Sépultures Militaires Allemandes (SESMA), Régionale de Brunswick, « Enseigner aujourd’hui l’histoire en Allemagne : Comment prévenir au mépris de la démocratie ? »
  • 03/02/21 | Antoine Karam, Sénateur : « L’enseignement de l’histoire en Guyane au prises avec les enjeux démocratiques ».
  • 03/03/21 | Sébastien Ledoux, Paris-1 Sorbonne, Centre d’histoire sociale des mondes contemporains, « Les enseignants d’histoire face aux attentats de 2015-2016 en France ».
  • 07/04/21 | Juliette Fontaine, Université de Louvain, GIRSEF, « Transformer les programmes d’histoire sous Vichy : un enjeu pour les traditionalistes ».
  • 05/05/21 | Eric Mutubazi, Université catholique de Ouest à Angers, « Limites et erreurs dans l’enseignement de l’histoire du Rwanda avant le génocide commis contre les Tutsi ».
  • 09/06/21 | Marie Salaün, Université de Paris, « Décoloniser l’histoire ? Expériences calédoniennes depuis 1988. »

Informations pratiques

Toutes les séances auront lieu un mercredi, de 17h00 à 19h00  au Centre d’histoire de Sciences Po, 56 rue Jacob.

Responsables :

  • Benoît Falaize (IGEN-chercheur correspondant au Centre d’histoire de Sciences Po)
  • Corinne Glaymann (IEN ET-EG)
  • Sébastien Ledoux (Paris I, Sciences Po)
  • Edenz Maurice (Secrétaire scientifique du Comité pour l’histoire préfectorale, chercheur associé au Centre d’histoire de Sciences Po)

Contact : benoit.falaize [at] sciencespo.fr