AàC – « Repenser les inégalités de l’enfance et de la jeunesse en temps de crises », revue des Sciences sociales

Sous la responsabilité de Régine Sirota (Université Paris Descartes, CERLIS) et Sylvie Octobre (Ministère de la Culture/Centre Max Weber)

La question des inégalités resurgit avec acuité tant en termes de politiques sociales que dans le débat sociologique. Si récemment des chiffres alarmants ont été mentionnés concernant l’enfance sur la base d’indicateurs variables et construits souvent sur le modèle « adulte », les inégalités, discriminations et formes de précarité et de vulnérabilité, concernent aussi l’adolescence et la jeunesse, mais dans tous les cas, ne font que rarement l’objet de discussions théoriques approfondies. Et pourtant, le contexte récent est marqué par une forte demande d’informations sur ces sujets, depuis le Rapport du Conseil de l’enfance et de l’adolescence du Haut Conseil de la Famille, de l’Enfance et de l’Age intitulé « Des données et des études publiques mieux centrées sur les enfants », jusqu’à l’avis du Conseil national de l’information statistique intitulé « Mieux connaître les conditions de vie des enfants » (avis n°3) en passant par le Rapport du Haut Conseil à la Santé Publique intitulé «Le dispositif statistique de surveillance et de recherche sur la santé de l’enfant : état des lieux et propositions », sans parler des intenses débats médiatiques sur le mal-être de la jeunesse, étudiante en particulier.

Au cours de la période de confinement du printemps 2020, due à la crise sanitaire liée à la pandémie du Covid 19, l’enfance et la jeunesse ont souvent été au centre de l’actualité et du débat public. Les écoles, collèges, lycées et universités étant fermés ou semi ouverts dans les périodes de confinement (partiel ou pas), la place de cette génération, tant dans la cité que dans la cellule familiale a été mise à l’épreuve de multiples façons. Avec un effet de loupe, les inégalités de cet âge de la vie ont été particulièrement mises en évidence, tant en termes de logement, d’alimentation, d’éducation formelle et informelle, de santé physique et psychologique et de bien-être, mais aussi de vulnérabilité et de maltraitance. Les inégalités ont été liées à des ressources objectives mais également à des expériences subjectives, en termes de risques ou d’opportunités, que les uns ou les autres ont vécues ou saisies de manière différente selon leurs ressources matérielles, psychiques, cognitives, émotionnelles, etc. Les inégalités sociales ont été particulièrement mises en évidence, notamment en lien avec les difficultés psychologiques rencontrées par les jeunes durant la crise sanitaire, qui a réveillé des oppositions et des similitudes existentielles générationnelles fortes. De multiples ressources virtuelles ou des rituels ont vu le jour et se sont réinventés pour maintenir le lien social autour de l’enfant et des jeunes ou par ceux-ci, que ce soit au sein de la cellule familiale ou avec le groupe de pairs.

Des enquêtes spécifiques ont été lancées durant cette pandémie, de nature quantitative ou qualitative, qui permettent de mieux cerner sur de multiples aspects les dynamiques qui se sont mises en œuvre. Plus généralement, les situations de crise économique, crise sociale, crise migratoire, crise sanitaire, accentuent et mettent en relief la prégnance et la recomposition des inégalités, dont l’analyse requiert une inventivité méthodologique et une réflexion épistémologique, notamment sur l’évolution des figures de l’enfance et des rapports intergénérationnels, ainsi que sur la place de l’enfance et de la jeunesse dans l’analyse des inégalités, de la précarité, de la vulnérabilité et des discriminations.

Traiter des questions d’inégalités, mises en évidence par les crises, mais qui ne s’y réduisent pas, invite à adopter une perspective internationale et pluridisciplinaire car suivant les contextes, les questions se posent et s’articulent différemment. Ainsi, la question de la pauvreté est centrale au Brésil ou au Portugal quand celle des inégalités ethno-raciales l’est aux États-Unis. Si l’enfance est analysée sous le prisme de la vulnérabilité en Afrique, le débat français est souvent centré sur la question des inégalités scolaires. L’exercice de la comparaison internationale met en évidence la pluralité des registres théoriques – que ce soit dans la perspective de l’articulation des capitaux économiques, symboliques ou culturels, des conflits inter-générationnels (et intra-générationnels) ou, plus récemment, dans une perspective intersectionnelle. De fait, les questionnements oscillent entre ancrages socio-géographiques, socio-économiques, socio-politiques, socio-développementaux, socio-anthropologiques, sociosanitaires, socio-culturels et socio-éducatifs, et se structurent autour de concepts variés : aux inégalités viennent s’ajouter ou se substituer les vulnérabilités, les discriminations et les formes de précarité, concepts dont il est nécessaire d’interroger l’usage et les variations s’agissant des enfants et des jeunes. Et ces mêmes questionnements voyagent, se transposent, s’uniformisent ou se spécifient localement.

Au rang des questions qui intéresseront le numéro, et à titre d’exemple, on peut citer :

  • Comment la crise sanitaire reformule-t-elle la question des inégalités ?
  • Comment penser les inégalités spécifiques de l’enfance et de la jeunesse ? Et avec quels
    outils ?
  • Comment une perspective internationale amène-t-elle à reformuler ces questions dans un
    rapport entre global et local ? Comment conjuguer ou articuler les différentes
    échelles d’observation ?
  • Comment combiner les différentes approches méthodologiques (ethnographique, enquête
    quantitative, etc.) et disciplinaires pour saisir l’imbrication fine des inégalités ?
  • Comment prendre en compte le longitudinal dans l’appréhension des inégalités ?
  • Quelle place pour la parole de l’enfant et des jeunes et leur agency dans la compréhension desexpériences vécues en situation de crise ?
  • Quelles ressources spécifiques sont-elles créées et mobilisées par les enfants et les jeunes face aux difficultés qu’ils rencontrent, notamment dans le contexte de la crise sanitaire ? Et dans des contextes sociaux et locaux ?

Les propositions d‘article doivent mobiliser des corpus empiriques précis. Ces derniers peuvent être de nature très variée : enquêtes quantitatives ou qualitatives, matériaux de seconde main, archives, discours politiques, d’experts, publics ou médiatiques, etc. Les propositions peuvent prendre appui sur l’ensemble des disciplines des sciences humaines et sociales ou choisir un parti pluridisciplinaire. Elles peuvent être présentées en français ou en anglais et s’appuyer sur des corpus internationaux.

Les résumés – 4000 signes maximum, espaces compris – des articles proposés sont attendus pour le 31 octobre 2021. Ils doivent être envoyés à l’adresse de la revue: rss@misha.fr. Ils devront mentionner le titre de la proposition, le cadre théorique, les matériaux empiriques, terrains et méthodologie. Le résumé doit comporter également une bibliographie (en dehors des 4000 signes) et une brève notice bio-bibliographique de l’ ou des auteur.es. Si la proposition est acceptée, l’article doit être remis avant le 15 mai 2022 pour une parution au premier semestre 2023.

Colloque – « L’habit ne fait pas l’élève », 22-23 oct. 2021, cité de Sorrèze

Vendredi 22 octobre

Matin – 8h45-12h30 – Présidence de séance : Rémy Cazals

Accueil des participants : Mme Claudie Bonnet Présidente du syndicat mixte de l’Abbaye-école de Sorèze et Mr François Godicheau directeur de Framespa. Présentation du colloque par Véronique Castagnet-Lars

  • 9h30-10h – « L’identité de l’élève à travers ses vêtements. Une approche juridique », Adrian Loretan, Professeur en histoire du droit de l’Église, Université de Lucerne (Suisse)
  • 10h-10h30 – « L’habit fait-il le genre de l’écolier ? La question du genre à l’épreuve de l’institution scolaire dans la France des années 1950-1970 », Aude Le Guennec, Enseignant-chercheur en anthropologie de la mode, Université Heriot-Watt, Ecosse (UK) & Nicolas Coutant, Directeur Adjoint, Musée National de l’Éducation (Munaé), Rouen

Débat – échanges

Présidence de séance : Véronique Castagnet-Lars

  • 11h30-12h – « Lacordaire et l’uniforme sorézien », Marie-Thérèse Duffau, Chargée de recherche au CNRS/FRAMESPA

Débat – échanges

Après-midi 14h-18h30

  • 14h15-15h15 – « Questionner le vêtement à l’école : retour sur une expérience pédagogique menée avec les élèves de Sorèze », Nathalie Lasportes, Professeur des écoles, et ses élèves de CE1

15h15-16h45 – visite de l’Abbaye-école pour tous les participants, accompagnés des élèves de l’école primaire

Présidence de séance : Guy Astoul

  • 17h00-17h30 – « Discipline et pratiques vestimentaires dans les écoles et universités médiévales XIIe-XVe siècles », Nathalie Gorochov, Professeure des Universités en histoire du Moyen Âge, Université de Paris-Est Créteil, Centre de Recherche en Histoire Européenne Comparée (C.R.H.E.C.).
  • 17h30-18h – « Codifier le vêtement des écoliers dans les structures éducatives aux XVIe-XVIIIe siècles », Véronique Castagnet-Lars, Maîtresse de conférences en histoire moderne, Université de Toulouse – Jean Jaurès, FRAMESPA

Débat – échanges

Samedi 23 octobre 2021

Matin 9h-12h30 – Présidence de séance : Caroline Barrera

  • 9h-9h30 – « Bernhard Christian Faust (1755-1842) ou le projet d’un vêtement libre, sain, uniforme et national », Alexa Craïs, Maîtresse de conférences en allemand, Université de Toulouse – Jean Jaurès (France)
  • 9h30-10h – « Les élèves du secondaire et l’uniforme. Entre signe distinctif apprécié, fardeau financier et carcan antihygiénique (1802-1914) », Jean-François Condette, Professeur en histoire contemporaine à l’Université de Lille (INSPE-Académie de Lille-HdF) et membre du laboratoire IRHIS (UMR-CNRS 8529)

Débat – échanges

  • 10h30-11h – « Le vêtement et son langage dans le monde universitaire britannique au XXe siècle : retour sur quelques romans de campus », Jacques Cantier, Professeur d’histoire contemporaine, Université de Toulouse – Jean Jaurès (France)
  • 11h-11h30 – « Habillées à la dernière mode européenne… Le vêtement et l’école entre mission civilisatrice et émancipation. Religion, éducation, nation au Proche-Orient, des Ottomans aux États-nations (XIXe-XXe siècles) », Jérôme Bocquet, Professeur en histoire contemporaine à l’Université Tours et membre du laboratoire EMAM (Equipe Monde Arabe et Méditerranée) – UMR 7324 CITERES (CNRS / Université de Tours)
  • 11h30-12h – « L’habit fait-il l’assimilé? Expériences vestimentaires d’un élève de Casamance (Sénégal) de l’école de village à l’école normale (1930-1941) », Cécile Labrune-Badiane, Maîtresse de conférence à l’Université Assane Seck de Ziguinchor

12h30-13h – Conclusions du colloque

Argumentaire

Le récent renouvellement des recherches en histoire de l’éducation met en lumière le rôle d’un acteur jusque-là cité mais resté, dans le fond, méconnu : l’élève, quel que soit son âge, de la petite école à l’université. Historiens, archivistes, anthropologues, sociologues parviennent à placer écoliers et écolières dans les structures éducatives au sein desquelles ils évoluent, entourés de maîtres qui les aident à acquérir des compétences voire une formation professionnelle. Un nouveau regard doit désormais être porté sur ces acteurs de l’éducation afin de cerner davantage leur identité. Or cette dernière est fortement révélée par leurs vêtements, porteurs de signes et de symboles essentiel pour signifier la place de l’écolier dans la société qui lui est contemporaine. Le détournement du proverbe « L’habit ne fait pas le moine » place ainsi le lecteur dans cette réflexion centrale.

Plusieurs axes sont à privilégier dans cette exploration collective. Le premier consiste à poser la question des types de vêtements portés par les écoliers en fonction de leur âge, de leur sexe, de leur époque. La récente crise sanitaire a sans doute ajouté à la liste des accessoires vestimentaires le masque, en plus du couvre-chef, des chaussures, des ceintures, des barrettes etc qui agrémentent possiblement la tenue des élèves. Le deuxième axe revient sur la symbolique sociale, politique, religieuse, des vêtements portés, qu’ils soient prescrits, obligatoires, recommandés, interdits dans les structures éducatives par les différents pouvoirs (politique, religieux, mais aussi par le phénomène de mode qui relève d’une tendance plus sociale). Le troisième axe enfin devra s’attacher à l’évocation du corps de l’écolier et de l’écolière que le vêtement cache, dévoile en partie, change et s’adapte aux différentes activités de l’écolier (le tablier, la blouse scientifique, la tenue de sport etc).

Parution – Olivier Marty et Ray J. Amirault, « Nicolas de Condorcet. The Revolution of French Higher Education », Springer, 2020

https://www.springer.com/gp/book/9783030435653

This Springer brief explores the contribution of Nicolas de Condorcet in French higher education, the historical development of his work and its influence on the history of the French education system.

Condorcet’s educational proposals were first devised as five Memoires, which were consolidated into the ‘Rapport et Projet de Decret sur l’Organisation Generale de l’Instruction Publique’. This report has sparked debate on the subject of education in the past and lives on as a basis for ongoing iterations of plans for education by other writers.
In developing these ideas and especially how they apply to higher education, this book bridges the gap between the 18th century French Enlightenment shift and the Revolution of higher education, with the advent of the Grandes Écoles such as École Normale Supérieure, École Polytechnique and Conservatoire National des Arts et Metiers. Each of these schools was represented by a specific institutionalized educational idea rooted in the works of the philosopher.

This book offers insights to a wider audience in the educational thought of Condorcet, which at the time of his writing was overshadowed by Rousseau, and shows how his ideas of liberty and equality flourish in the French educational system and remain an important part in today’s French academic, cultural and political culture.

Journée d’étude nationale de l’APHG : « Coup d’œil sur les politiques scolaires, de la Libération aux années 2010 », 20 nov. 2021, en Sorbonne

Organisateurs : Jean-Noël Luc et Joëlle Alazard.

  • La Sorbonne. Amphi Milne Edwards – escalier B cour d’honneur (à l’opposé, droite, de la chapelle).
  • Inscription obligatoire en ligne : inscriptionsaphg@gmail.com avant le 15 novembre.

9 h. Accueil (Franck Collard, président de l’APHG) – Introduction (Jean-Noël Luc)

Première partie

Présidente de séance : Joëlle Alazard, vice-présidente de l’APHG

9h30-10h30. Héritage et toile de fond

1- Le cloisonnement scolaire sous la Troisième République (Solenn Huitric, maîtresse de conférences à l’Université Lumière Lyon 2)

2- Explosions scolaires, mixité et autres défis : le second degré pour tous et pour toutes, du Plan Langevin-Wallon au début du XXIe siècle (Jean-Noël Luc, professeur émérite à Sorbonne Université)
Discussion

10h45-12h. Changer l’École par ses méthodes ?

3- De l’innovation au lieu de mémoire : l’expérience des classes nouvelles, 1949-1952 (Alix Sébastien-Akira, maître de conférences à l’Université Paris Est-Créteil)

4- De l’accélération au blocage de la rénovation pédagogique ? Mai 68 et ses lendemains (Youenn Michel, maître de conférences à l’Université de Caen-Normandie)
Discussion

Deuxième partie

Président de séance : Pierre Caspard, Directeur du Service d’Histoire de l’Éducation (1977-2010)

13h30-14h30. Deux défis à relever par le premier et le second cycles

5- Construire le collège unique, de la réforme Haby au début du XXIe siècle (Yves Verneuil, professeur à l’Université Lumière Lyon 2)

6- « 80% d’une classe d’âge au niveau du baccalauréat » (1985) ? Un nouvel élan pour l’enseignement professionnel (Stéphane Lembré, maître de conférences à l’Université de Lille)
Discussion

14h45-15h45. Deux chantiers toujours d’actualité

7- Ruptures et fluctuations dans la formation des enseignants du second degré, de la création du CAPES (1950) au début du XXIe siècle (Jean-François Condette, professeur à l’Université de Lille)

8- Le ministère de l’Éducation nationale. Décentralisation, contractualisation, mise en cohérence des politiques publiques (Tristan Lecoq, Inspecteur général de l’Éducation nationale)
Discussion

16h – Conclusion – Antoine Prost, professeur émérite à l’Université Paris 1

https://www.aphg.fr/Journee-d-etude-APHG-Coup-d-oeil-sur-les-politiques-scolaires

Entre la Libération et la commotion provoquée par la crise sanitaire, l’École française connaît le plus grand bouleversement de son histoire. À partir des années 1950, le système hérité du long XIXe siècle scolaire est miné par l’élargissement social considérable de la scolarisation post-élémentaire, y compris pour les filles, le décloisonnement du premier cycle du second degré, sanctionné par la mise en place du « collège unique » en 1975, et l’intérêt croissant pour la formation de la main-d’œuvre. Les deux « explosions scolaires », au cours des années 1950-1960, puis 1985-1995, profitent notamment du développement des nouvelles filières préparant à la vie active, dans le second cycle comme dans le supérieur. La seule proportion des bacheliers par classe d’âge illustre cet avènement d’une « École de masse » : 80% en 2019, contre 26% en 1980 et 5% en 1950, avec une nette supériorité des filles, devenues majoritaires parmi les lauréats au cours des années 1970.

Parallèlement à cette expansion numérique, le système scolaire est profondément remanié dans ses structures et sa gouvernance. Disparaissent alors l’école de Jules Ferry, intégrée au « premier degré », le lycée de Bonaparte, déjà réformé un siècle plus tard et désormais banalisé par la multiplication des établissements et leur repli sur le second cycle, ainsi que les universités de la Troisième République, juxtaposant des facultés autonomes. Le pilotage de l’institution est lui aussi remodelé, par la déconcentration, depuis les années 1960, la décentralisation, à partir de 1982, puis de 2004, et l’influence du néolibéralisme, plus ou moins forte selon les gouvernements depuis la fin du XXe siècle.

Le déroulement de la scolarité et les méthodes évoluent également. La mixité se généralise à partir des années 1950. L’orientation scolaire touche, par étapes, l’ensemble des usagers du premier cycle. Le retard scolaire, l’échec et les limites du redoublement attirent de plus en plus l’attention. Relancée avant les événements de 1968, la rénovation pédagogique se poursuit temporairement dans leur sillage, puis redevient d’actualité, par moments, à partir de 1989. Introduit dans les filières technologique (1965) et professionnelle (1985), le baccalauréat n’échappe pas au mouvement, y compris dans la filière générale, où les séries sont deux fois remaniées, avant d’être supprimées en 2018.

La massification du système scolaire rejaillit sur ses personnels, dont les effectifs explosent à tous les niveaux, sur fond de féminisation croissante. La fonction enseignante est à la fois banalisée, plus complexe et davantage professionnalisée, même si les IUFM et leurs successeurs ne parviennent pas à créer une identité professorale commune, articulant autrement bagage disciplinaire et nouvelles compétences.

L’École de masse est souvent accusée de tous les maux. D’aucuns lui reprochent de saper les bases culturelles de la nation, par le nivellement des cursus, le « pédagogisme » et le recul du savoir. D’autres l’accusent au contraire d’instaurer une « démocratisation ségrégative » en préservant, contre la rénovation, des contenus et des pratiques hérités d’un système élitiste, donc inadaptés à des publics venus d’horizons sociaux et géographiques élargis, avec des cultures et des besoins spécifiques.

Les dysfonctionnements du système scolaire sont connus, comme le rapprochement insuffisant des cursus et des résultats selon les origines sociales ou géographiques et le sexe. Mais le réquisitoire ne devrait pas oublier l’ampleur du défi, quantitatif et qualitatif, de la massification, ni les contraintes subies par une institution immergée dans une société inégalitaire, connectée et fragmentée par le recul du consensus républicain laïque. Et cette institution n’est pas restée passive, comme le montrent, entre autres, les multiples dispositifs de lutte contre l’échec scolaire, l’accroissement de l’accueil des enfants « à besoins éducatifs particuliers », la valorisation de l’activité des élèves et du travail interdisciplinaire, le développement des filières techniques et professionnelles ou la participation des représentants des élèves et des parents à la vie de l’établissement. Au début du XXIe siècle, des experts considèrent toujours l’École comme la principale alliée des familles les moins dotées en ressources économiques, culturelles et relationnelles, notamment en raison de sa capacité d’intervention autonome, grâce à l’engagement quotidien d’une grande partie de ses personnels aux niveaux stratégiques de l’établissement et de la classe.

Même si la scolarisation est le fruit, depuis le début du XIXe siècle, d’une coproduction, où les acteurs locaux, dont les familles, interviennent largement, l’État a beaucoup contribué à sa progression, puis à la mise en place d’une École de masse. Par son engagement financier, des politiques volontaristes ou des mesures ponctuelles, aux retombées cependant variables selon les sujets et les époques. Cette rencontre évoque quelques-unes des décisions prises depuis le milieu du XXe siècle. Comme le cadre horaire et la profusion des réformes imposaient des choix, trois démarches ont été retenues : une vision panoramique, une séance autonome sur les questions pédagogiques, afin de rappeler leurs enjeux politiques et sociaux, des synthèses sur certaines questions essentielles. Le recours à l’histoire de l’éducation ne se limite pas, ici, à quelques allusions au début de l’étude détaillée de l’École d’aujourd’hui. On espère qu’il aidera des enseignants à mieux situer leur profession, donc une partie de leur destin, et leurs pratiques dans la longue odyssée de la scolarisation française.

Parution – « Regards sur l’histoire de l’éducation, une perspective internationale » [Looking at History of Education, an international perspective], revue Histoire de l’éducation, 2021

https://journals.openedition.org/histoire-education/5465

Dossier

Rita Hofstetter et Solenn Huitric

La carte et le miroir. Ancrages, enjeux et horizons de l’histoire de l’éducation 

Carmen Sanchidrián Blanco, Andrés Payà Rico et Tatiane de Freitas Ermel

Twenty-five years of History of Education Doctoral Dissertations in Spain (1990-2015). Academic and Institutional Issues Vingt-cinq ans de thèses de doctorat en histoire de l’Éducation en Espagne (1990-2015). Questions académiques et institutionnelles

Iveta Kestere et Irena Stonkuviene

From National to Global? Research on the History of Education in the Baltic States (1990–2015): Examining Doctoral Theses Du national au global ? La recherche en histoire de l’éducation dans les États baltes (1990-2015) : le cas des thèses de doctorat

Solenn Huitric

Les thèses françaises en histoire de l’éducation depuis 1990 : un miroir de la discipline ? French doctoral theses in history of education since 1990: a reflection of the discipline?

Gary McCulloch

History of education in Britain since 1960 L’histoire de l’éducation en Grande-Bretagne depuis 1960

Renaud Enfert (d’) et Rebecca Rogers

Orientations et lieux de la recherche en histoire contemporaine de l’éducation en France depuis 2000 Modern educational history in France: research orientations and spaces in France since 2000

José Luis Hernández Huerta, Sara González Gómez et Iván Pérez Miranda

History of Education in the Iberian Peninsula (2014-2019). Societies, Journals and Conferences in Spain and Portugal L’histoire de l’éducation dans la péninsule ibérique (2014-2019) : associations savantes, revues et colloques en France et en Espagne

Varia

Julien Cahon

Réformer les rythmes scolaires en France (1848-2017) Reforming school time in France (1848-2017)


Français / French

L’histoire de l’éducation est un domaine de recherche foisonnant, aux contours fluctuants, dont l’analyse rétrospective est susceptible de renforcer une réflexivité critique. Les contributions de ce dossier s’y emploient, en analysant les travaux et les évolutions de la discipline en France, en Espagne, en Angleterre, au Portugal et dans les pays baltes. Elles prennent appui sur une recension des ancrages institutionnels et réseaux de communications qui conditionnent et favorisent le renouvellement des connaissances. Ces dernières sont analysées via les pratiques et productions de ceux qui se reconnaissent dans ce champ. Un accent particulier est porté sur les thèses de doctorat. À partir d’un matériau comparable, les articles montrent que les thèses permettent de cerner les logiques de positionnement d’une discipline, attestant que cette étape doctorale peut tantôt être investie comme moyen pour « cadrer » le devenir d’un champ (consolider un courant, une école de pensée), tantôt constituer un espace de renouvellement. Les bilans historiographiques confirment le dynamisme du domaine mais aussi les tensions qu’il connaît. Le rythme soutenu des changements institutionnels de la péninsule ibérique témoigne ainsi de la fragmentation de la recherche historienne. Les restructurations institutionnelles et éditoriales sont également au cœur de l’étude sur la France, pour éclairer sous un nouveau jour la vitalité du domaine. Enfin, la vision panoramique sur les évolutions depuis 1960 de l’histoire de l’éducation en Grande-Bretagne permet d’allier une historicisation de ses réseaux de communications avec celle de ses contenus.

Anglais / English

History of education is a rich field of study whose outlines vary and retrospective analysis may contribute to strengthening critical thinking. The articles in this special issue work towards this by studying research in this field and its evolution in France, Spain, Britain, Portugal and the Baltic States. They build on the identification of institutional anchoring and communication networks that condition and foster a renewal of knowledge. Specific focus is given to doctoral dissertations. Working on comparable material, the articles show that dissertations help to identify the logics of positioning for a discipline. This first step in a career can sometimes be taken as a means to “framing” the future of a field (to consolidate a school of thought), or it can sometimes constitute a space for renewal. The historiographical assessments show the dynamism of the history of education as well as its tensions. Thus, the sustained pace of institutional changes in the Iberian Peninsula demonstrates the fragmentation of historical research. Institutional and editorial restructuration are also at the heart of the study of the French situation, shedding new light on the vitality of the field. Lastly, the panoramic vision of the evolution of History of Education in Britain since 1960, offers a way to link the historicization of its communication networks with its contents.

Séance de séminaire – autour de Kim Christiaens, Idesbald Goddeeris et Pieter Verstraete (dir.), « Missionary Education, Historical Approaches and Global Perspectives », 2021

Jeudi 7 octobre 2021 – 14 h 00 – 16 h 00

Jean-Luc Martineau (Cessma-Inalco) &  Florence Wenzek (CERLIS)

Séminaire « Politiques scolaires, écoles et publics scolaires de la colonisation aux indépendances en Afrique (mi-XIXe siècle – années 1970) »

La séance sera consacrée à la présentation du livre collectif

Missionary Education, Historical Approaches and Global Perspectives

publié par Kim Christiaens, Idesbald Goddeeris et Pieter Verstraete, Mission and Modernity KADOC Book Series, Leuveu, Leuven University Press, 2021.

avec Kim Christiaens et Pieter Verstraete (Université de Leuven, Belgique) et  Ellen Vea Rosnes (VID University, Norvège)

LIEU :

Université de Paris, CESSMA, Bâtiment Olympe de Gouges

8 rue Albert Einstein, 75013 Paris 

au 8e étage (salle 864)

Inscription sur  for.an.education.network [at] gmail.com

pour qu’on laisse votre nom à l’accueil (badge à récupérer) et si vous êtes en province ou à l’étranger pour recevoir personnellement le lien ZOOM

AàC – Une Histoire de l’école juive. Anthologie de l’éducation juive en France – 19e-20e siècles

Cet ouvrage collectif se propose de présenter Une Histoire de l’école juive en France aux 19e et 20e siècles, grâce à une vingtaine d’articles de fond. Il s’agit d’une thématique

inédite, qui n’a pas encore été traitée d’une telle façon, ni parmi les historiens du judaïsme français, ni parmi les spécialistes de l’éducation juive. Chaque article représente une pièce au puzzle de cette histoire, il doit apporter les éléments d’informations nécessaires à sa compréhension et proposer une analyse qui éclaire l’impact de l’école juive sur la vie des Juifs de France de cette période. Nous souhaitons des contributions dignes de recherches académiques restant accessible à un large public (autour de 5 000 mots par article).

Afin de présenter le projet à un éditeur de qualité et pour pouvoir réunir les fonds nécessaires à la publication, nous cherchons tout d’abord à créer un premier cadrage. Les auteurs intéressés sont donc invités à nous envoyer une proposition d’article (500 mots) faisant ressortir les points essentiels de la communication et s’intégrant dans la thématique générale.

Appel à articles de la Revue d’histoire de l’enfance irrégulière (RHEI)

La RHEI a par le passé déjà offert son espace à l’histoire de l’agrégation progressive d’intervenant.es au chevet de l’« enfant difficile », que ce dernier relève de l’Assistance publique, de la justice ou d’établissements et de consultations médicopédagogiques et d’observation (n°11/2009). Elle a également entrepris de recenser et de décrire la « ronde » de celles et ceux qui, du XIXème au XXème siècle, font métiers d’instruire l’enfant, de l’éduquer, de le juger, de le soigner, de l’observer, de le comprendre… (n°12/2010). On en savait ainsi plus sur les assistantes de justice, les avocat.es et la police des mineur.es, par exemple.

La RHEI souhaite par ce nouveau numéro éclairer explicitement et spécifiquement le versant féminin du personnel qui, deux siècles durant, a entouré, surveillé, observé, (ré)éduqué, soigné, nourri… l’enfance irrégulière. Ce faisant, elle se place dans le sillage de revues qui ont récemment questionné le rôle des femmes et des enjeux de genre dans divers domaines professionnels : l’éducation (Spirale. Revue de recherches en éducation[1]), les tâches liées au soin d’autrui (Clio. Femmes, genre, histoire, n°49/201[2]) ou le champ scientifique et universitaire (Revue d’histoire des sciences humaines, n°35/2019[3]).

Intitulé Face à face avec l’enfance irrégulière : portraits de femmes (XIXème-XXèmesiècle), le 25ème volume de la RHEI vise à réunir des portraits de femmes, connues ou non, qui ont œuvré dans les différents champs du soin, de l’aide, de l’éducation, de la rééducation voire de la correction de l’enfance irrégulière. Il s’agit de reconstituer et de suivre leur parcours de formation, leur mobilité géographique, leurs trajectoires professionnelles et plus généralement leur itinéraire biographique afin de mieux comprendre leurs divers engagements. Le dossier propose un cheminement de recherche sur des femmes que leur profession a mises en contact avec l’enfance et la jeunesse en difficulté, sur lesquelles elles auraient par exemple développé des discours ayant contribué à les faire exister socialement. L’écriture de ces « nouveaux » portraits alimentera l’histoire de l’enfance irrégulière autant que celle des femmes, dans un face-à-face renvoyant à la difficulté d’en faire l’histoire.

En effet, l’écriture de ces portraits féminins révèle immanquablement l’écueil récurrent en histoire des femmes et du genre que constitue la difficulté à trouver des archives pour l’étayer. Ainsi, l’histoire de l’éducation s’est le plus souvent déclinée au masculin, qu’elle soit celle des pédagogues, des grands éducateurs ou des pionniers de la médico-pédagogie, de la pédopsychiatrie, de la psychologie infantile ou de la psychanalyse. Le pourcentage de femmes dans les dictionnaires ou les sommes biographiques reste minime. Il devient alors intéressant d’englober dans les récits biographiques qui seront proposés les éléments qui ont pu faire résistance à leur écriture. La difficulté à porter à la connaissance du public des figures féminines en raison de l’absence d’archives pose la question du geste de destruction de documents par les actrices elles-mêmes ou par leurs descendant.es qui, par manque d’intérêt ou par pudeur, ont pu faire disparaître les traces de ces femmes et notamment de celles qui, restées célibataires, n’ont pas fait le « jeu social » du mariage et des enfants[4]. Restent parfois des ouvrages théoriques qui permettent d’approcher les idées et les méthodes de ces « pionnières », voire des essais, des mémoires ou des autobiographies.

Pour les plus connues, il conviendra d’éclaircir les conditions qui ont présidé à la construction des carrières et à l’accession à la notoriété : mise au point d’une méthode, fondation d’une institution, publication d’ouvrages, statut de disciple d’un maître ou d’un mentor, appartenance à un réseau social, politique, religieux ou naissance dans une certaine classe sociale… Les champs de l’éducation spécialisée et du social semblent avoir été un moyen d’émancipation pour les femmes : le choix d’une profession plutôt que de la famille (mari et enfants) peut permettre d’être autonome financièrement, de pouvoir se déplacer, d’accéder à des fonctions de direction de services, d’institutions ou même à l’écriture ; il peut également conduire à un engagement pour des causes féministes. Certains noms sont connus, comme ceux de Maria Montessori ou d’Helen Key, mais d’autres sont à découvrir : Elisabeth Huguenin en Suisse, Elisabeth Rotten en Allemagne, Marguerite Soubeyran en France, Hélène Antipoff en Russie et au Brésil… Au-delà du portrait de grandes figures, nécessaire pour éclairer des parcours trop peu connus, il s’agirait aussi de révéler et de mettre en lumière les « seconds couteaux » voire les « petites mains » de la prise en charge de l’enfance irrégulière – éducatrices, assistantes sociales, surveillantes, infirmières, juges, médecins, femmes de ménage, cuisinières… Les contributions pourront autant être des biographies individuelles que des portraits de groupe, contribuant par exemple à éclairer la professionnalisation de certaines fonctions (éducatrice, personne préposée à recueillir les enfants abandonné.es, déléguée à la liberté surveillée…).

Ce numéro de la RHEI souhaite également interroger les démarches de recherche qui ont conduit à écrire ces biographies féminines, en questionnant par exemple de façon critique les conditions d’accès et d’analyse des archives sur lesquelles elles se fondent : présence ou absence d’archives, types de documents, cheminement pour y accéder (archives publiques, privées, familiales, de voisinage…), obstacles et écueils de tous ordres, récits transmis, secrets révélés… Il s’agit en quelque sorte de mettre en place une démarche historique « surlignée ». Les contributions proposées devront donner à voir les démarches de recherche de leurs auteur.es, les choix effectués, les interrogations sur la façon d’entreprendre un tel récit et jusqu’à la mise en scène du récit, la dramaturgie voire la « fictionalisation » des vies féminines qu’elles analysent, artifices scientifiques permettant de pallier les silences ou les béances des archives. On pense ici au Dossier Bertrand, jeux d’histoire[5] ou à La vie retrouvée de Jean-François Pinagot[6]. L’usage de l’iconographie et de la reproduction d’archives est encouragé, comme est envisageable une écriture entre sciences sociales et littérature, voire qui fasse appel à l’image (bande-dessinée par exemple). Néanmoins, s’il se prête à une écriture narrative, notons que chaque portrait de femmes ou de groupe proposé devra respecter les canons de l’écriture historienne (sources, références, bibliographie…) et reposer sur des archives originales.

Les propositions de communication, d’une longueur de 400 mots environ et accompagnées d’une courte notice biobibliographique, sont à envoyer pour le 8 novembre 2021 aux adresses électroniques figurant à la toute fin de cet appel.Les thèmes suivants pourront être abordés mais de façon non exclusive, sans limitation d’aire géographique : 

–                 L’insertion des femmes dans un champ en formation : dynamiques et formes de la professionnalisation, place du care dans le champ considéré

–                 La place de la religion : engagement de servir voire vocation religieuse, opposition par rapport à l’engagement républicain ou à la vocation laïque ?

–                 Les publics privilégiés : âge, genre, problématiques sociales, institutionnelles (juridiques, médicales, rééducatives).

–                 Avec, sans ou contre les hommes (engagement de célibataires, relations de soutien, de disciple, de muse, de camarade, d’amante…) ?

–                 Quelles traces ? L’engagement par l’écriture (écriture professionnelle, roman, autobiographie, biographie)

Contact : pour le comité de rédaction de la RHEI, Martine Ruchat (Martine.Ruchat@unige.ch) & Amélie Nuq (amelie.nuq@univ-grenoble-alpes.fr).


[1] « Rôle des femmes en faveur de l’Education nouvelle en France et en Europe », Spirale, à paraître, premier trimestre 2021.

[2] Clyde Plumauzille et Mathilde Rossigneux-Méheust (dir.), « Le care, une ‘voix différente’ pour l’histoire du genre », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 49/2019

[3] Aude Fauvel, Jean-Christophe Coffin et Thibaud Trochu (dir.), « Les carrières de femmes dans les sciences humaines et sociales (XIXe-XXe siècles) : une histoire invisible ? », Revue d’histoire des sciences humaines, 35/2019.

[4] Voir notamment l’ouvrage de Geneviève Guilpain, Les célibataires des femmes singulières. Le célibat féminin en France (XVII-XXI siècles), L’Harmattan, 2012 et plus largementMichèle Perrot, Les femmes ou les silences de l’histoire. Paris, Flammarion, 1998.

[5]  Philippe Artières, Anne-Emmanuelle Demartini, Dominique Kalifa, Stéphane Michonneau, Sylvain Venayre, Le Dossier Bertrand, jeux d’histoire, Paris, Manuella Editions, 2008.

[6] Alain Corbin, Le monde retrouvé de Louis-François Pinagot : sur les traces d’un inconnu, 1798-1876, Paris, Flammarion, 1998. 

Soutenance d’HDR – « Saisir l’école par ses acteurs. Une approche socio-historique des politiques éducatives, entre local et national (1914-1989) », Julien Cahon, UPJV

Julien Cahon soutiendra son habilitation à diriger les recherches, intitulée :

« Saisir l’école par ses acteurs. Une approche socio-historique des politiques éducatives, entre local et national (1914-1989) ». 

le samedi 18 septembre à 9h, à Amiens (pôle Cathédrale de l’UPJV), amphithéâtre Beccaria, devant un jury composé de :

  • Me. Noëlline Castagnez, professeur des universités, Université d’Orléans
  • M. Jean-François Condette, professeur des universités, Université de Lille (rapporteur)
  • M. Bruno Garnier, professeur des universités, Università di Corsica Pasquale Paoli (rapporteur)
  • Me. Rita Hofstetter, professeur ordinaire, Université de Genève
  • M. Alain Maillard, professeur des universités, Université de Picardie Jules Verne
  • M. Bruno Poucet, professeur des universités, Université de Picardie Jules Verne (garant et rapporteur)
  • M. André D. Robert, professeur des universités émérite, Université Lumière Lyon 2 (président du jury)

Résumé :

Il existe de multiples manières de saisir l’école française : les institutions, les structures, les lois et textes normatifs, les réformes, la pédagogie, les idées, les structures, les lieux, les espaces. On peut aussi s’interroger sur son évolution, ses finalités, ses limites, ou ses relations avec la société et l’État. La note de synthèse de cette HDR a fait le choix d’une coupe transversale de ces questions et d’une approche socio-historique. Pour cela, elle s’inscrit dans le mouvement de fond qu’il est convenu d’appeler le « retour de l’acteur », sensible dans les sciences sociales depuis la fin des années 1980. La période envisagée embrasse un court XXe siècle, inauguré par la Grande Guerre, qui bouscule les certitudes du modèle scolaire républicain. L’année 1989, qui vient clore l’analyse, est un événement nœud : elle est à la fois un marqueur des nouveaux débats sur la laïcité scolaire et de la modernisation du système éducatif français formalisée par la loi Jospin. À l’intérieur ou aux marges de l’école, les pratiques individuelles et collectives sont envisagées du point de vue des enseignants et des élèves, des organisations politiques et syndicales, et des administrations centrales et locales. La priorité est donnée aux acteurs de l’enseignement primaire et secondaire public laïque, qui constitue le cœur de la scolarité obligatoire. Cette démarche permet de saisir de manière évolutive et dynamique l’autonomie relative des acteurs et leurs interactions, en s’attachant à comprendre le fonctionnement des institutions ou des groupes qu’ils forment, tant au niveau national qu’aux échelons locaux, pensés de façon articulée. Dans ce cadre, sont ainsi appréhendées les transformations d’une école de masse (démocratisation, rénovation pédagogique, constructions scolaires) et les politiques nationales et locales qui s’y rapportent. Elles sont entendues ici comme des réponses à des problèmes éducatifs de longue durée, une fabrique résultant de pratiques et de manières d’appréhender des situations, entre capacités d’agir et contraintes, sur fond de crise (militaire ou sociale) ou dans un contexte propice au changement. Elles peuvent susciter adhésion, refus ou arrangements, voire des débats passionnés (laïcité, rythmes scolaires).

Journée d’études – « Les acteurs collectifs dans la fabrique d’éducation », 7 octobre 2021.

Journée d’études organisée par l’ATRHE (association transdisciplinaire pour les recherches transdisciplinaires sur l’histoire de l’éducation) et TEMPORA

Jeudi 7 octobre 2021 (lien zoom sera envoyé quelques jours avant)

Les acteurs collectifs dans la fabrique d’éducation

Contact : patricia.legris@univ-rennes2.fr

Cette journée d’études s’inscrit dans la continuité du séminaire mis en place par l’ATRHE depuis 2017 et qui invite des chercheurs de sciences sociales à échanger sur les enjeux épistémologiques et méthodologiques de leurs recherches à caractère historique récentes ou en cours. Il a été décidé, pour l’année 2019-2020, de « délocaliser » cette initiative en Bretagne à l’Université de Rennes-2 en concentrant les interventions en une journée de présentation et de débats. Reportée à deux reprises à cause de la crise sanitaire, la journée se tient en distanciel le jeudi 7 octobre 2021.

La thématique commune aux interventions est celle des acteurs collectifs, qu’ils constituent un groupe professionnel structuré ou non, comme producteurs des politiques éducatives à l’époque contemporaine. Il est question de s’interroger sur la marge de liberté, la capacité d’initiative et de contournement dont disposent différents groupes étudiés lors de cette journée d’études. Sont-ils de simples exécutants ou des initiateurs, des « street level bureaucrats » (Lipsky) capables d’interprétations diverses selon les contextes, des résistants à des injonctions nationales (Barrault-Stella) ? Quelles conditions (techniques, financières, personnelles) doivent être réunies pour qu’une politique éducative puisse aboutir et être exécutée correctement (Callon) ? De quelles propriétés sociologiques disposent ces acteurs collectifs qui participent à des formes diverses d’éducation ? L’éducation sera ici envisagée à la fois dans sa dimension scolaire instituée dans plusieurs pays (Etats-Unis et France notamment) mais également dans sa dimension extra-scolaire, au sein de l’intimité des familles, des groupes collectifs.

Matinée

9h : Ouverture du lien visio pour la journée

9h15 :  Introduction de la journée par Renaud d’Enfert (UJVP), président de l’ATRHE, et Patricia LEGRIS (Rennes-2, TEMPORA)

9h30 : Caroline MULLER (MCF Histoire, Rennes-2), « Faire des hommes moraux. Confesseurs et directeurs de conscience dans l’éducation des garçons au XIXe siècle »

Si l’éducation des filles de la bourgeoisie est désormais bien connue (Rogers, 2007), celles des garçons reste moins explorée, en particulier sous l’angle de l’articulation entre fabrique des masculinités, autorités religieuses et acteurs éducatifs. Les archives du for privé (correspondances, journaux personnels) permettent d’observer comment dialoguent les familles et le clergé au sujet de l’éducation des garçons : choix de leur précepteur, choix d’une institution, inquiétudes scolaires et projets de carrière.

10h : Solène TOUCHE (Master d’histoire Université Rennes-2, professeure certifiée), « Les institutrices des écoles maternelles au tournant des XIXe et XXe siècles, relais des politiques de la petite enfance »

 L’école maternelle, qui naît en France d’un ensemble de textes publiés en 1881 et 1882, se dote dès sa création d’un personnel spécifique exclusivement féminin. L’autorité scolaire voit dans ces femmes un levier pour promouvoir l’école laïque de la petite enfance et entend construire la figure idéale de l’institutrice de maternelle. Cependant, ce corps professionnel se structure au tournant des XIXe et XXe siècle et construit son identité professionnelle autour d’une pédagogie qui lui est spécifique. 

10h30 : Xavier RIONDET (PR Sciences de l’éducation, Rennes-2), « Changer la pédagogie du second degré par en bas. Retour sur les classes nouvelles (1945-1952) »

Dans l’histoire des réformes scolaires en France, le Plan Langevin-Wallon apparaît comme « l’aboutissement de deux courants de pensée de l’entre-deux-guerres : l’école unique pour les structures, l’école nouvelle pour la pédagogie » (Prost, 1968, pp.420-421). Si le Plan remis en 1947 ne fut pas appliqué, il incarne à cette époque la montée en puissance dans l’appareil scolaire français des acteurs défendant l’École Unique et ceux engagés dans les mouvements de l’Éducation Nouvelle. La trace de ces réseaux ne s’est pas cantonnée au Plan de réforme évoqué. Créées en parallèle de la Commissions Langevin-Wallon, les classes nouvelles de la Libération (1945-1952) occupent également une place originale dans l’histoire de l’éducation française. Symbolisant aux yeux de beaucoup de militants pédagogiques la rencontre entre l’Éducation Nationale et l’Éducation Nouvelle, ces classes expérimentales ouvrent à partir de 1945. Pendant plusieurs années, le déploiement de ces classes sur le territoire français contribue à faire évoluer la manière de concevoir l’enseignement et la pédagogie dans le second degré. Cette communication se propose de revenir sur le contexte de ces classes d’expérimentations et leur déploiement, et d’observer en quoi l’évolution des pratiques y est envisagée d’une manière singulière, par des moyens originaux : stages, revues pédagogiques, coordination, travail d’enquêtes, etc.

11h : Pause

11h15 : Discussion de la matinée : Jean Le Bihan

11h40 : Débats et discussion avec les participant.e.s

12h / 13h45 : Pause déjeuner

Reprise 13h45

13h45 : Sonia BIROCHEAU (MCf civilisation américaine, UPEC), « Agir pour le progrès social en milieu scolaire : les directeurs de Chicago face à la redéfinition des mission sociales des écoles publiques (années 1890-1920) »

Au tournant du XXe siècle, aux États-Unis, dans un contexte de forte immigration et de croissance urbaine et industrielle, les missions sociales attribuées aux écoles publiques évoluent. Outre la dispense d’une forme d’instruction en journée durant l’année scolaire, les établissements se transforment en centres sociaux et lieux de loisirs le soir et en centres de vacances l’été, et proposent divers programmes d’aide sociale aux enfants les plus démunis. Les travaux retraçant l’évolution des missions sociales des écoles publiques états-uniennes ont souvent fait état du rôle majeur joué par différents réformateurs et groupes de citoyens engagés. À partir du cas de Chicago, la présente communication montrera que les directeurs d’école élémentaire sont également à l’origine de nombreuses initiatives et occupent une place centrale dans une variété de programmes mis en place dans les premières décennies du XXe siècle.

14h15 : Edenz MAURICE (agrégé et docteur en histoire, chercheur associé au CHSP-IEP de Paris), « Les hussards créoles de la République. Enseignantes et enseignants en Guyane dans les années 1930 ».

L’ordre socio-racial qu’implique l’entreprise coloniale s’est souvent traduit dans l’ensemble impérial français par la juxtaposition aux colonies de deux systèmes scolaires publics, l’un destiné avant tout à la formation des natifs métropolitains, l’autre aux populations autochtones. Dans ce second cas, les travaux les plus récents s’accordent à mettre en lumière la faiblesse des effectifs scolarisés, au sein desquels les filles se révèlent les plus mal loties, ainsi que les contenus rudimentaires et utilitaires des enseignements afin d’inculquer « la grammaire de la distinction coloniale ». Cette communication entend montrer combien les enseignantes et les enseignants créoles en Guyane prennent dans les années 1930 leur distance avec cette injonction. Ces acteurs éducatifs ne craignent pas en effet de pousser leur public très loin dans les performances scolaires et dans les désirs d’ascension sociale.  

14h45 : Xavier Sido (MCF en sciences de l’éducation, Université de Lille, CIREL-Théodile), « Interpréter les programmes de mathématique modernes, au prisme de l’apprentissage professionnel et du profil des élèves, en échec, un défi pour les enseignants de la filière professionnelle scolarisée (1972-1981) ».

Consécutivement à la réforme des mathématiques modernes, au début des années 1970, les enseignants de mathématiques de la filière professionnelle scolarisée sont contraints à mettre en œuvre de nouveaux programmes faisant la part belle à l’abstraction et la théorie. Les recommandations lapidaires qui accompagnent ces textes les amènent à interpréter ces prescriptions en vue de leur opérationnalisation au prisme d’un double enjeu propre à cette filière : l’articulation à la formation professionnelle et le public perçu comme en échec, principalement en mathématique.

15h15 : Pause

15h30 : Discussion (Marie Vergnon, MCF Sciences de l’éducation Université de Caen, à confirmer)

15h50-16h15 : Discussion et échanges avec la salle

16h15-16h30 : Conclusions et pistes à venir par Rebecca Rogers (PR Sciences de l’éducation, Université Paris-Descartes)

Fin de la journée : 16h30

Journée d’études – « Ecrire une histoire de l’éducation en Europe », Université d’Artois, 13 octobre 2021

Les personnes intéressées sont les bienvenues ; pour tout renseignement : jerome.krop@univ-lille.fr ou stephane.lembre@univ-lille.fr

Programme

Matinée

Mot d’accueil 

9h15    Introduction : motivations et objectifs de la journée. Jérôme Krop, Stéphane Lembré (CREHS, Université de Lille)

9h30    L’histoire de l’éducation dans l’EHNE : bilan et perspectives. Isabelle Matamoros (EHNE, Université Paris-Sorbonne)

10h      Écrire une histoire de l’éducation en Europe : retour sur deux notices par leurs auteurs. Renaud d’Enfert (CURAPP-ESSS, Université Picardie-Jules Verne) ; Antonin Dubois (EHESS)

11h      Regards sur l’axe Histoire de l’éducation d’EHNE et les notices. Solenn Huitric (ECP, Université Lyon 2), François Mathou (IRHiS, Université de Lille), Anne Jusseaume (CREHS, Université d’Artois)

Après-midi

13h30  Des circulations transnationales d’idées et de pratiques éducatives à l’échelle européenne ? L’exemple de la Fédération internationale des femmes diplômées des Universités (1918-1970). Marie-Elise Hunyadi (CERLIS, Université de Paris). Discutant : Damiano Matasci (Université de Genève)

14h15  Les industriels, des acteurs de l’éducation ? La formation professionnelle au prisme des circulations européennes (1957-1975. Vera Léon (CERLIS, Université de Paris). Discutant : Stéphane Lembré (CREHS, Université de Lille)

15h30  The shy child: European dimensions of personal histories. Pieter Verstraete (Université de Louvain). Discutant : Yacine Tajri (ACP, Université Gustave Eiffel)

16h15 Enseigner l’Europe aujourd’hui : présentation d’un ouvrage collectif récent. Sébastien Ledoux (CHS, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne). Discutant : Jérôme Krop (CREHS, Université de Lille)

Conclusions provisoires. Jean-François Condette (IRHiS, Université de Lille)

Le laboratoire CREHS est associé depuis 2019, par l’intermédiaire de deux enseignants-chercheurs, au projet EHNE. Créé en 2012 dans le cadre des Investissements d’avenir, EHNE entend proposer une nouvelle histoire de l’Europe, conçue dans une perspective globale et dépassant la seule dimension institutionnelle. L’encyclopédie numérique EHNE propose des approches transversales de l’histoire européenne du genre, des guerres, de l’art, des circulations et des réseaux, des grandes idéologies et débats politiques. Elle s’intéresse aux fondements culturels et religieux de l’Europe et porte un regard sur les relations entre l’Europe et le reste du monde. Dans cette perspective, les responsables d’EHNE ont décidé, début 2019, de développer un pôle « histoire de l’éducation » pour l’Encyclopédie numérique d’histoire de l’Europe en sollicitant les chercheurs de l’axe « histoire de l’éducation » du Centre de Recherches et d’Etudes Histoire& Société (CREHS). Jérôme Krop et Stéphane Lembré (CREHS) ont été chargés de la conception et de la coordination scientifiques de blocs de notices sur l’histoire de l’éducation en Europe ; projet qui rassemble désormais, sous l’impulsion de quatre responsables éditoriaux (Véra Léon, Isabelle Matamoros, Jérôme Krop et Stéphane Lembré), une trentaine de contributeurs issus d’universités françaises et étrangères, et a permis la production de plus de trente notices en français et en anglais : https://ehne.fr/theme/education-enseignement-et-formation. À ce projet, sous l’impulsion de l’équipe de pilotage de l’EHNE, se sont ajoutées d’autres réalisations (accueil d’une chercheuse suisse en délégation, Raphaëlle Ruppen-Coutaz, journée sur les manuels scolaires en Europe…).

Enjeux de la journée :

L’objet de la journée d’études arrageoise, accueillie dans les locaux de l’Université d’Artois, consiste, en s’appuyant sur un bilan du travail de conception du thème « Education, enseignement, formation », à réfléchir sur les chemins empruntés en matière de comparaison historique des idées et des pratiques éducatives, des structures des systèmes éducatifs européens et des enseignements, ainsi que des formations professionnelles. À partir d’une réflexion associant des historiens impliqués dans la production des premières notices et des chercheurs posant un regard extérieur sur le travail déjà réalisé, les échanges porteront notamment sur les conditions de possibilité, les modalités de construction et d’écriture des notices. Il s’agit en somme de passer d’une démarche empirique, tâtonnante, qui s’est concrétisée dans l’écriture d’une série de notices par des chercheurs aux méthodologies et aux objets variés, à une réflexion d’ensemble sur ce que signifie une histoire de l’éducation à l’échelle européenne. La journée permettra, en ce sens, de mettre en perspective les enjeux d’une histoire européenne de l’éducation et de constituer un réseau de recherche avec des partenaires scientifiques.

Cette histoire européenne peut s’envisager sous plusieurs angles. Le premier renvoie à la comparaison entre les constructions nationales de systèmes éducatifs contemporains de l’affirmation des États-nations. Comme l’ont confirmé plusieurs travaux récents, ces constructions nationales intègrent des comparaisons dont les modalités et les effets demandent des études fouillées : le cas des circulations pédagogiques entre la Suisse et la France, par exemple, a été l’objet de travaux stimulants dans cette perspective. Il s’agit aussi de suivre des acteurs transnationaux, qu’il s’agisse d’individus (administrateurs, savants, enseignants, …) ou des groupes (associations, groupe international, …). Enfin, différents travaux, encore peu nombreux, s’attachent désormais à envisager d’emblée l’échelle transnationale, à travers par exemple la place de l’éducation dans la construction européenne, ou le dispositif Erasmus créé en 1987.

Séminaire 2021-2022 – « Les acteurs de l’enseignement de l’histoire, entre formation et pratiques. Perspectives comparatives »

Centre Maurice Halbwachs, 48 bd. Jourdain, 75014 Paris

Salle R5-35 – de 16h00 à 18h00

Séminaire organisé sous l’égide de : INSPE de l’académie de Versailles, AGORA (EA 7392), Centre Maurice Halbwachs et IHTP (CNRS-UMR8244) 

Avec le soutien de : INSPE de l’académie de Versailles, AGORA – CY Cergy Paris Université

PROGRAMME 2021-2022

Depuis 2018, ce séminaire s’attache à un examen comparé – en premier lieu au niveau européen mais pas exclusivement – des curricula et des pratiques d’enseignement de l’histoire et de l’éducation à la citoyenneté.  L’objectif du séminaire a été, dans un premier temps, de parvenir à une cartographie du statut institutionnel et politique de la discipline historique, en insistant sur les facteurs de «crise » ou de renouveau de l’identité épistémologique et du rôle public de la discipline.

Pour l’année 2021-2022, nous avons décidé de mettre entièrement à profit le caractère interdisciplinaire des parcours de notre petite équipe de recherche, ainsi que des chercheurs internationaux associés à la démarche, en nous focalisant sur l’identité sociale et la formation de l’enseignant d’histoire et d’éducation civique en Europe. Les recherches que nous allons accueillir concerneront les réseaux de formation des professeurs d’histoire, et les trajectoires socio-professionnelles de cette catégorie – construite et gouvernée selon des critères très différents (filières universitaires ou spécialisées, association avec d’autres enseignements, cursus de durées différentes). Tout en poursuivant notre effort comparatif en nous interrogeant sur les « acteurs » qui incarnent la discipline-histoire, nous comptons compléter notre interrogation par des recherches qui problématisent l’expérience, l’autoreprésentation, le vécu professionnel des enseignants d’histoire. Nous aborderons ainsi, en relation à la diversité des contextes politiques et institutionnels étudiés, la question du rôle et de l’influence des acteurs sur la médiation de contenus, blocs mémoriels, finalités civiques.

 Le programme sera complété – au mois de décembre – par une journée d’étude, organisée par l’université de Bologne et financée par l’Institut français.


21 octobre 2021 : Azéline CLERET (université Rennes 2) – Les émotions au cœur de l’enseignement de l’histoire en Allemagne : une transposition didactique guidée par la morale.

18 novembre 2021 : Arthur CHAPMAN (UCL – Institute of Education, Londres) – History teacher education in England – trends and developments 2000-2021.

Vendredi 10 décembre : journée d’étude à l’université de Bologne

13 janvier 2022 : Patricia LEGRIS (université Rennes 2) et Patrick GARCIA (CY Cergy Paris Université, AGORA – INSPE Versailles) – Former les professeurs d’histoire en France aux XXe et XXIe siècles : oscillations entre savoirs historiques et pratiques pédagogiques

10 février 2022 : Füsun ÜSTEL (professeure émérite, Université de Galatasaray, Turquie) –  Un siècle d’éducation civique scolaire en Turquie (1912-2012)

17 mars 2022 : Monica GALFRÉ (université de Florence) – Une perspective historique sur l’enseignement et sur les enseignants d’histoire dans l’Italie unie

7 avril 2022 : Alois ECKER (université de Vienne) – The Civic and History Teachers’ Education in Europe. Results of the CHE-Study, Implications and challenges for future comparative investigation


Équipe de coorganisation : Piero Colla (université de Strasbourg, AGORA),  Patrick Garcia (CY Cergy Paris Université, AGORA, IHTP) ; Bénédicte Girault (CY Cergy Paris Université, HERITAGES, INSPE Versailles), Patricia Legris (université de Rennes II, TEMPORA), Bertrand Müller (CMH, CNRS)  et Ewa Tartakowsky (ISP, UMR 7220).

Pour toute information s’adresser à : Piero Colla (colla@unistra.fr) ou Patrick Garcia (patrick.garcia@cnrs.fr).

Carnet de recherche du séminaire : https://histeurope.hypotheses.org/

Café APHG – Comment dépasser, par l’histoire, la lecture catastrophiste du destin de l’École en France ?

Café virtuel de l’Association des Professeurs d’Histoire et de Géographie (APHG)

Premier café du cycle Histoire de l’Éducation – Lundi 20 sept. – 19h

Comment dépasser, par l’histoire, la lecture catastrophiste du destin de l’École en France ?

Jean-Noël Luc, Jean-François Condette, Yves Verneuil

Pour s’inscrire : inscriptionsaphg@gmail.com  –  En indiquant nom, prénom et établissement

Parution – « History of Education in China and Beyond », History of Education Review, Volume 50, Issue 1, 2021

https://www.emerald.com/insight/publication/issn/0819-8691/vol/50/iss/1

Guest editorial

Adam NelsonWang Huimin

Western educational historiography and the institutionalization of normal schools in modern China (1901–1944)

Wang ChenLuo WeiWu Yuefei

The reception and use of John Dewey’s educational ideas by Hu Shi in the Early Republic of China

Kang Zhao

The fate of traditional schools in a context of educational modernization: the case of Si-shu in China

Chunjiao JiangPengcheng Mao

Whose books? The Harvard-Yenching Institute’s library and the question of academic imperialism

Liu Qing

The National Defense Education Act, the American Association of University Professors and the dilemma of academic freedom in the mid-twentieth century

Huimin Wang

A political history of Chinese historiography on “foreign education”

Luxi ChenYiqing Su

Parution – History of Education Review, Volume 49, Issue 2, 2020

https://www.emerald.com/insight/publication/issn/0819-8691/vol/49/iss/2

“The NOSCA Mafia”: overseas student activism in Australia, 1985–1994

Tim Briedis

The New South Wales Teachers Federation, the Conciliation Committee of 1927-1929, and the Formation of the Educational Workers League

Dorothy KassMartin Sullivan

Collegial governance in postwar Australian universities

Joel Barnes

Education in the apocalypse: disaster and teaching on British television

Marcus Harmes

Remembering and forgetting the arts of technical education

John Pardy

The quarantine archives: educators in “social isolation”

Ligia (Licho) López LópezChristopher T. McCawRhonda Di BiaseAmy McKernanSophie RudolphAristidis GalatisNicky DulferJessica GerrardElizabeth McKinleyJulie McLeodFazal Rizvi

Australian university and medical school life during the 1919 influenza pandemic

James Waghorne

A history of university income in the United Kingdom and Australia, 1922–2017

Tamson Pietsch

“Not in the business of indoctrination”: religious education in South Australian public schools, 1968–1980

Stephen James Jackson

Parution – « Outdoor Education in Historical Perspective », History of Education Review, Volume 49, Issue 1, 2020

https://www.emerald.com/insight/publication/issn/0819-8691/vol/49/iss/1

Outdoor education in historical perspective

Mark FreemanJayson Seaman

Dartmouth Outward Bound Center and the rise of experiential education, 1957–1976

Jayson SeamanRobert MacArthurSean Harrington

Czech education in nature traditions

Andrew MartinGeoff WatsonJan NeumanIvana TurčováLucie Kalkusová

‘Doing nature’ and being a Guide: the problem of the town guide in the British Girl Guides Association, 1930–1960

Sian Edwards

“You can’t be an atheist here”: Christianity and Outward Bound in Britain, c.1941–1965

Mark Freeman

Outdoor education: the Romantic origins at the University of St Mark and St John

Mark LeatherGil FewingsSu Porter

The adventure (sex)pedition: revisiting Kurt Hahn’s educational aims

Franklin Vernon

Parutions récentes du Journal of Educational Administration and History, 2020-2021

2021

2020

Parution – John L. Rury et Eileen H. Tamura (eds.), « The Oxford handbook of the history of education », Oxford, 2019

https://www.oxfordhandbooks.com/view/10.1093/oxfordhb/9780199340033.001.0001/oxfordhb-9780199340033

This handbook offers a global perspective on the historical development of educational institutions, systems of schooling, ideas about education, and educational experiences. Sections deal with questions of theory and methods, ancient and medieval education, the rise of national school systems, the development of universities in different contexts, problems of inequality and discrimination in education, and reform and institutional change. Specific chapters discuss colonialism and anticolonial struggles, indigenous education, gender issues in education, higher education systems, educational reform, urban and rural education, the education of minority groups, comparative, international, and transnational education, childhood and education, nonformal and informal education, and a range of other topics. Chapters consider changing scholarship in the field, connect nationally oriented works by comparing themes and approaches, and provide suggestions for further research and analysis. Like many other subfields of historical research and writing, the history of education has been deeply affected by international social and political upheaval occurring since the 1960s. In this regard, as chapters weigh the influence of revisionist perspectives at various points in time, they take particular note of those arising after that time. In discussing changing viewpoints, their authors consider how schooling and other educational experiences have been shaped by the larger social and political context, and how these influences have affected the experiences of students, their families, and the educators who have worked with them. Each chapter includes notes and a bibliography for readers interested in further study.