Soutenance d’HDR – Stéphane Lembré, « Apprendre le métier XIXe-XXe siècles. Acteurs, espaces, techniques et politiques entre histoire économique et sociale, histoire de l’éducation et histoire du travail », 8 janvier 2022.

Stéphane Lembré soutiendra son HDR le samedi 8 janvier 2022 à 13h30 à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le dossier est intitulé : « Apprendre le métier XIXe-XXe siècles. Acteurs, espaces, techniques et politiques entre histoire économique et sociale, histoire de l’éducation et histoire du travail ».

Il comprend un mémoire de synthèse, un recueil de travaux et un mémoire inédit : « Le retour de l’apprentissage. Une institution du travail et son financement au XXe siècle : jalons pour l’histoire d’une voie française à l’aune des expériences européennes et mondiales ».

Le jury sera composé de :

  • M. Jean-François Chanet, Professeur des universités, Institut d’études politiques de Paris, recteur de la région académique Bourgogne-Franche-Comté
  • Mme Carole Christen, Professeure des universités, Université Le Havre Normandie
  • Mme Isabelle Lespinet-Moret, Professeure des universités, Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne (garante)
  • M. Xavier Vigna, Professeur des universités, Université Paris Nanterre
  • M. Laurent Warlouzet, Professeur des universités, Sorbonne Université
  • M. Steven Zdatny, Professeur, Université du Vermont, États-Unis

Celles et ceux qui souhaiteraient assister à cette soutenance, à distance, de le signaler rapidement à Stéphane Lembré (stephane.lembre [at] univ-lille.fr).

Composition du dossier

Le mémoire de synthèse (vol. 1) revient sur un parcours de recherche et d’enseignement, au prisme des relations entre apprentissage, métier et histoire.

Le mémoire inédit (vol. 2) aborde l’histoire de l’apprentissage en France au XXe siècle, en interrogeant le passage d’un mode de formation jugé en crise au début du siècle à une voie de formation à laquelle, depuis les années 1980 et plus encore aujourd’hui, de nombreuses vertus sont prêtées en vue de l’insertion professionnelle. Le financement de l’apprentissage fournit le fil directeur d’une réflexion qui restitue l’expérience française dans une perspective transnationale et analyse le rôle d’acteurs multiples.

Le recueil de travaux (vol. 3) est structuré en quatre parties : histoire et historiographie de l’enseignement technique ; régulations économiques et pouvoirs politiques sur les territoires ; acteurs de l’éducation et de la formation ; métiers, savoirs et savoir-faire. L’ensemble constitué de 21 textes aborde les XIXe et XXe siècles et se décline du local au global.

AàC – Colloque “La thèse et le doctorat. Socio-histoire d’un grade universitaire (XIXe-XXIe siècles)”, Sorbonne, 8-9 sept. 2022

Argumentaire

Pour Émile Durkheim, c’est la délivrance des grades, c’est-à-dire la mise en place d’un contrôle juridiquement certifié d’un corpus donné de compétences, qui distingue fondamentalement l’université des institutions d’enseignement qui l’ont précédée. Au sein du système universitaire tel qu’il se (re)cristallise, au cours du XIXe siècle, en France mais aussi dans le reste du monde, l’un de ces grades, le doctorat, acquiert une importance spécifique. D’une part, alors qu’initialement il visait à prouver la maîtrise d’un ensemble de savoir-faire intellectuels, il tend progressivement à certifier aussi la capacité à produire des connaissances nouvelles, devenant ainsi le seul grade à exiger une production de savoir original. D’autre part, il devient la barrière et le niveau régulant l’accès au corps universitaire lui-même, et la hiérarchisation au sein de celui-ci. Le doctorat se trouve ainsi placé à l’interface entre le système de production des savoirs et le système de reproduction des élites intellectuelles.

En tant que tel, il est un objet et un outil d’action politique, pour les États comme pour certains groupes d’universitaires, parce qu’il constitue un levier permettant d’agir efficacement sur le mode de production des faits scientifiques et sur la reproduction du corps des porteurs de savoir professionnels. Sa position spécifique fait aussi du doctorat un observatoire précieux de l’institutionnalisation des différentes disciplines et, plus finement, des différents programmes de recherche qui les organisent. L’étude temporellement située des dispositifs doctoraux constitue dès lors un angle d’approche efficace pour analyser les reconfigurations des politiques de l’enseignement supérieur et de la recherche – y compris du point de vue de la circulation internationale de ces politiques –, les transformations des rapports de force et les normes qui structurent le champ académique, mais aussi et plus généralement, les façons dont la recherche est délimitée, définie, encadrée, mise en cérémonie, débattue et jugée.

Pourtant, ce grade reste très peu exploré par l’historiographie, par manque d’outils pour aborder une documentation à la fois massive et dispersée. Partant de ce constat, le projet ès lettres se propose d’encourager l’étude et la valorisation des thèses de doctorat, en partant du corpus des thèses de doctorat ès lettres soutenues en France au XIXe siècle. Le but est de rassembler des informations relatives à ces documents, actuellement dispersées entre de multiples sources, de procéder à la numérisation de ces thèses tout en préparant celle de documents qui leur sont associés (notamment les rapports de soutenance). Il s’agit en outre d’élaborer une bibliographie à la fois générale et spécialisée sur ces thèses, et de constituer une base de données en ligne et reliée à des référentiels à partir de l’ensemble de ces éléments. La mise en ligne est prévue en avril-mai 2022. Financé par le groupement d’intérêt scientifique (GIS) CollEx-Persée, il est porté conjointement par la Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne et le Centre Lucien Febvre (université de Franche-Comté), associés à une série de partenaires : l’Institut d’histoire moderne et contemporaine (UMR 8066), le Centre d’histoire du XIXe siècle (EA 3550), le Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (EA 2448), ainsi que la Bibliothèque nationale de France, les Archives nationales, la Bibliothèque de l’École nationale des chartes, et les SCD de l’université de Franche-Comté, d’Aix-Marseille université et de l’université Toulouse – Jean Jaurès.

Le présent colloque se propose de valoriser scientifiquement ces matériaux, ainsi que d’étendre le questionnement jusqu’aux temps les plus contemporains, en vue d’une extension future du projet, dans le temps, du point de vue disciplinaire, et éventuellement dans l’espace. Il s’agit de poser ainsi les jalons d’une étude sociohistorique des différentes formes de doctorat, s’intéressant aux mécanismes sociaux de formation à la recherche et aux fonctions sociales de ces mécanismes, aux enjeux sociaux et politiques qu’ils constituent, afin de contribuer à une historicisation des règles – trop souvent naturalisées – du jeu académique. La périodisation est très ouverte : il s’agit de susciter des propositions touchant la mise en place des systèmes universitaires modernes comme leurs métamorphoses les plus récentes (la massification, pour citer un seul exemple). La diffusion de ce titre étant le fruit de dynamiques internationales, l’inscription spatiale des phénomènes étudiés est également très ouverte : sont attendues des propositions traitant du cas français comme d’autres cas européens ou extra-européens. Les contributions pourront dès lors s’inscrire dans un ou plusieurs axes, sans exclusive :

– L’évolution du contenu des thèses de doctorat et du profil des docteurs et docteures, de leur rôle dans la production de connaissances nouvelles et de leurs conditions symboliques et matérielles de travail et d’étude ;
– Le rôle de la thèse et du doctorat dans les trajectoires des scientifiques, savantes et savants et – plus largement – des travailleurs et travailleuses intellectuelles, sa place dans la dynamique des carrières académiques et dans la structuration de l’espace des disciplines ainsi que ses usages dans les carrières extra-académiques et dans les logiques d’accès aux fractions dominantes des espaces sociaux nationaux
– L’internationalisation des études doctorales, la circulation des étudiantes et étudiants en formation à la recherche comme des modèles de formation.

Modalités de soumission

  • Les propositions, en français ou en anglais, de 200-300 mots, doivent être accompagnées d’une courte présentation (structure de rattachement, sujet de recherche, travaux…). Elles doivent être envoyées avant le samedi 19 mars 2022 à l’adresse suivante : colloquedoctorat [at] gmail.com
  • Les auteurs et autrices dont les propositions auront été retenues seront informées avant le 4 avril 2022.
  • Le colloque aura lieu les 8 et 9 septembre 2022 à la Sorbonne.
  • Les personnes intéressées ne doivent pas hésiter à nous contacter en amont (pierre.verschueren [at] univ-fcomte.fr et cecile.obligi [at] bis-sorbonne.fr), si elles souhaitent accéder à la documentation réunie dans le cadre du projet ès lettres.
  • Une sélection de communications sera publiée dans le cadre d’un ouvrage collectif.
  • Les modalités d’organisation – présentiel ou visioconférence, voire les deux – de ce colloque seront choisies en fonction de l’évolution de la situation sanitaire et précisées par la suite.

Soutenance de doctorat – Dalia Khalil, “Fernant Leprette, entre la France et le ministère de l’Instruction publique égyptien (1919 – 1956)”, ENS Lyon, déc. 2021

Dalia Khalil a soutenu sa thèse de doctorat en histoire contemporaine à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, spécialité histoire de l’éducation, intitulée : 

Fernant Leprette, entre la France et le ministère de l’Instruction publique égyptien (1919 – 1956)

Cette thèse est dirigée par Philippe Savoie et co-encadré par Frédéric Abécassis et sera présentée devant un jury composé de : 

  • Laura Abou Haidar, Professeure des universités, Université Grenoble Alpes, Rapporteure
  • Jean-François Fau, Professeur, Université Senghor Alexandrie, Rapporteur
  • Sylvia Chiffoleau, Directrice de recherche, UMR LARHRA, Examinatrice
  • Daniel Lançon, Professeur des universités émérite, Université Grenoble Alpes, Examinateur
  • Frédéric Abécassis, Maître de conférences, École normale supérieure de Lyon, Co-encadrant
  • Philippe Savoie, Professeur des universités, École normale supérieure de Lyon, Directeur de thèse

La soutenance a eu lieu le lundi 13 décembre à 14h30 à l’ENS Lyon, à la salle D2-012.

Résumé de la thèse :

Le statut du français en Égypte a toujours été lié à la situation politique générale du pays. Bien que la langue française n’ait jamais été reconnue comme langue officielle en Égypte, elle a longtemps été considérée comme la première langue étrangère de communication internationale. De ce fait, elle a bénéficié d’un statut privilégié et unique dans les grandes villes du pays telles que Le Caire et Alexandrie. Cette étude s’est donnée pour objectif d’utiliser le fonds Leprettepour faire apparaître et analyser le rôle de la France dans l’enseignement public égyptien au cours du XXe siècle, plus précisément entre 1919 et 1956.

Enseignant, puis inspecteur, Fernand Leprette a été en relation avec l’ensemble des enseignants de français (français et égyptiens), recueillant attentivement leurs témoignages et répondant à leurs demandes. Sa correspondance avec les enseignants de français, ses rapports de visites dans les différents établissements éducatifs du pays, ses notes, ses articles et ses comptes-rendus, sont autant de sources d’informations.

La position de Fernand Leprette, entre vie littéraire francophone égyptienne et réseau éducatif national, lui permettait d’avoir un regard averti sur le niveau du français en Égypte et sur l’ampleur de sa présence. En 1922 et comme conséquence de l’occupation britannique, c’est un malaise profond que vivaient les inspecteurs de l’Éducation nationale et les autorités françaises, en constatant le bas niveau des étudiants en français. Pour tous, des réformes s’imposaient, qui nécessitaient de nouvelles réglementations concernant l’enseignement et l’apprentissage de cette langue. C’est dans ce cadre que se situe notre recherche qui se propose de suivre l’évolution du français en Égypte depuis son implantation, au début du XIXsiècle, jusqu’en 1956. Et cela à travers le rôle qu’a eu Fernand Leprette au ministère de l’Instruction publique.

JE – “L’enseignement de l’histoire en Europe : entre dé-nationalisation et re-nationalisation”, Université de Bologne, déc. 2021

10.00 – 13.0

 Curricula d’histoire et politiques de la mémoire, en Italie et en France : traditions, convergences, échanges  / History curricula and memory politics in France and Italy : traditions, convergences, and mutual borrowing

Bienvenue, prof. Francesca ROVERSI MONACO, Dipartimento di Storia, Culture e Civiltà, Università di Bologna

Introduction de la journée et modération, Piero COLLA (AGORA, Université de Strasbourg)

– Patrick GARCIA (AGORA, INSPE Versailles) L’enseignement de l’histoire en France aujourd’hui, entre renouvellement pédagogique, actualisation scientifique et demande sociale

– Alberto DE BERNARDI (Università di Bologna) Le «canon» de l’histoire contemporaine dans les manuels scolaires de l’Unification à nos jours

– Benoît FALAIZE (Centre d’histoire de Sciences Po) Le retour du national dans le récit scolaire de la guerre d’Algérie ?

– Claudia VILLANI (Università di Bari) Remembrance education and history teaching in Italian schools : didactic practices and current researches 

–  avec la participation d’Alain LAMASSOURE, président de l’Observatoire sur l’enseignement de l’histoire du Conseil de l’Europe

 ——-

15.00 – 19.00

  Histoire scolaire et politiques de la citoyenneté en Europe aujourd’hui / School history and citizenship politics around Europe today 

Modérateur / Chair : Vittorio Caporrella (Bologna University)

Introduction, Francesca SOFIA, Dipartimento di Storia Culture Civiltà, Università di Bologna

–  Rainer BENDICK (SESMA, Brunswick) Allemagne : Le poids d’une histoire nationale difficile à assumer

–  Luigi CAJANI (Università La Sapienza, Rome) Les programmes d’histoire en Italie et le va-et-vient de l’éducation à la citoyenneté

–  Piero COLLA (AGORA, université de Strasbourg) Suède : une discipline “à risque d’extinction” ?  Nouveaux usages des mémoires impératives et profil curriculaire de l’histoire scolaire

–  Terry HAYDN (University of East Anglia) Ethical dilemmas for history educators in the UK (and elsewhere)

–  Ewa TARTAKOWSKY (CNRS, ISP Nanterre) Histoire des Juifs comme élément d’appréciation des processus de dé-nationalisation et de re-nationalisation en Europe centrale et orientale. 

– Roberto BALZANI (Università di Bologna) La didactique de l’histoire dans les musées universitaires

débat

AàC – “Langues et diplomaties (du XVe siècle à nos jours)”, Université de Haute-Alsace, déc. 2022

Résumé

Si le principe d’une lingua franca est indissociable de la pratique diplomatique, il n’en repose pas moins sur de véritables jeux de pouvoir afin d’imposer l’usage d’une langue par rapport à une autre. Cette relation, à la fois politique et culturelle, entre langues et diplomaties a déjà fait l’objet de plusieurs travaux, souvent dédiés à une période et/ou à une pratique diplomatique donnée. L’objectif de ce colloque international, organisé les 7, 8 et 9 décembre 2022 à l’université de Haute-Alsace, sera donc d’embrasser l’ensemble de l’histoire diplomatique européenne, de l’établissement des premières diplomaties permanentes à nos jours, mais aussi dans sa diversité de pratiques. Par cette approche volontairement englobante, il s’agira d’identifier les stratégies d’adaptation pour mettre en œuvre à la fois la pratique diplomatique mais aussi une certaine conception, politique, sociale et culturelle, de la diplomatie et de son exercice.

Continuer la lecture de « AàC – “Langues et diplomaties (du XVe siècle à nos jours)”, Université de Haute-Alsace, déc. 2022 »

Call for Abstracts for symposium “Science Studies between Science Policy and the Politics of Science” at ESHS 2022 (Brussels, 7-10 September 2022)

Call for Abstracts for symposium “Science Studies between Science Policy and the Politics of Science” at ESHS 2022 (Brussels, 7-10 September 2022) organised by Fabian Link (Wuppertal), Jan Surman (Prague), Monika Wulz (Lucerne)

Studying the sciences has a long connection to underscoring the practical and political side of scientific research, epitomised by British historian J.D. Bernal and Hubert Laitko in the GDR, the scholarly tradition of Polish “Science of Science” since the interwar period, or Praxeology by Polish philosopher Tadeusz Kotarbiński. In the 1960s this connection became more tuned toward an applied history of science, now represented by scholars like Eugene Garfield or Gennady Dobrov. By then, science studies’ aim was as much to analyse sciences, as to propose the ways of their perfection, making “science of science” a meta-science of modernity. In the 1970s and 1980s sociological oriented science studies developed  a poststructural critique of past and present scientific practices in terms of their military application and male dominance, becoming one of the driving forces behind changes at universities. Moreover, scholars also used science studies’ research to inform state science policy.

In our section we want to look at processes in which the study of science has been discussed and/or practiced as an applied, practice-related science governing or advising state science policy or, on the contrary, critically engaging with the role of science in state policy. Such cases range from science studies serving global peace and mutual understanding (ICHST, UNESCO projects, global planning endeavours etc.) or developing economic perspectives on the role of science in society, through meso-level of tuning national science systems with the help of cybernetic-based science of science and of sociological science studies, or merging science systems together (e.g. managing of science systems after border shifts 1918/1945, or the integration of the GDR’s science system into that of the FRG after 1989), to local case studies, such as the application of sociology and psychology of science in reform of research and higher education units or “experiments” with scientifically based operation in laboratories. In such endeavours, science studies actors were presenting themselves as both scholars and political actors, producing also enticing narratives about science’s importance for the modern society and contributing to the development of the idea of the ‘knowledge society’ on both sides of the Iron Curtain

We are particularly interested in studies analysing the situation in Central-Eastern Europe and Global South countries, as well as those highlighting transnational cooperation.

Proposals (an abstract of max 250 words + a short bio or link to personal webpage) should be sent to panel organizers (flink [at] uni-wuppertal.de, surman [at] mua.cas.cz, monika.wulz [at] unilu.ch) by Monday, December 27, 2021. For more information about the conference please visit https://eshsbrussels2022.com/calls/

AàC – « L’École en Algérie depuis l’indépendance entre héritages et révolution », Université d’Artois, nov. 2022

Cette journée d’étude prolonge le travail proposé en 2021 pour examiner l’enseignement dans l’Algérie de l’Indépendance et de la Révolution proclamée en 1962. 

Inscrite dans la triple temporalité des périodes ante-coloniale, coloniale et de l’indépendance, l’Algérie nouvelle ambitionne de construire un État et une société modernes sachant se ressourcer dans la tradition arabo-islamique. L’exploration du système scolaire mis en place depuis 1962 et l’analyse du discours qui le légitime donneront à lire comment l’Algérie a pu négocier la tension nouée entre le volontarisme moderniste de la Révolution et les pesanteurs de l’histoire algérienne.

  • Les propositions de communication comprendront un titre, un résumé et une courte bibliographie. 
  • Les propositions devront être envoyées à Stéphanie Dauphine (MCF Université d’Artois), à l’adresse mail suivante : fanny.dauphin17 [at] gmail.com 
  • Date limite d’envoi des propositions : le 15 mai 2022.
Continuer la lecture de « AàC – « L’École en Algérie depuis l’indépendance entre héritages et révolution », Université d’Artois, nov. 2022 »

Cours public – “Vive l’école !”, Université Rennes II

S’il est bien un terrain politique miné en France, c’est celui de l’Éducation. Les Jésuites, expulsés du Royaume en 1762-64, en savent quelque chose… comme les ministres des années 1980, tombés pour l’École unique ou la sélection à l’entrée de l’Université. Sous la Restauration ou le Second Empire, ils suspendaient des enseignants ou fermaient des grandes écoles athées et antimonarchiques, Vichy excluant les pédagogues juifs, quand la République radicale de la Belle Époque poussait les enseignants congréganistes à l’exil. Les motifs des batailles scolaires peuvent changer, comme la nébuleuse des termes associés, mais c’est toujours de temporalités qu’il s’agit. D’un côté s’engage la perpétuation des privilèges et du roman national en tension, de l’autre l’actualisme de pratiques éducatives sous le feu des critiques entre nostalgiques et innovateurs plus ou moins responsables, enfin et sur fond de liberté de conscience, la préparation espérée des générations futures à des avenirs, ici radieux au service d’un pouvoir sans partage, là doucement utopiques, là d’un réalisme désespérant. En ces temps de Nation apprenante, de sciences cognitives et de l’éducation qui interrogent le rôle de la mémoire et de l’expérimentation dans le développement intellectuel, social et psychique, ou d’ubérisation des savoirs (menaçant leur légitimité), l’approche en longue durée permet d’identifier les nouveaux terrains de recherche. De solides travaux éclairent notamment les outils, lieux, pratiques, mixités et titres pédagogiques, les diverses conceptions de formats pour « faire la classe », la neutralité ou le regard sourcilleux des pouvoirs, la parole donnée ou rendue aux intéressés que sont éduqués et éducateurs, trop souvent enfermés dans la catégorie des « acteurs », bien qu’ils subissent plus qu’ils ne peuvent agir… alors, entre instruction, enseignement,
éducation, formation, pédagogie, cours, cursus, tutoriel, distanciel, mooc… rappelons avec Anne Chang que le premier mot employé par Confucius est « Apprendre ».

Patrick Harismendy
Professeur d’histoire contemporaine à l’Université Rennes 2

Soutenance de doctorat – Lucas Profillet, “Le corps en images à l’école. L’ortho-figuration corporelle dans les méthodes de lecture (1880-1960)”, Université de Franche-Comté, 2021

Lucas Profillet a soutenu sa thèse pour le doctorat en sciences de l’éducation le mercredi 8 décembre 2021, à 14h, au sein de l’Université de Franche-Comté.

Cette thèse est intitulée “Le corps en images à l’école. L’ortho-figuration corporelle dans les méthodes de lecture (1880-1960)”.

Les membres du jury sont :

  • Anne-Marie CHARTIER, Maîtresse de conférences Honoraire, ENS de Lyon | Examinatrice
  • Pascale GARNIER, Professeure des universités, Université Sorbonne Paris Nord | Présidente du jury
  • Laurent GUTIERREZ, Professeur des universités, Université de Paris Nanterre | Rapporteur
  • Sébastien LAFFAGE-COSNIER, Maître de conférences-HDR, Université de Franche-Comté | Co-directeur
  • Anne MARCELLINI, Professeure associée, Université de Lausanne | Rapporteure
  • Bertrand TILLIER, Professeur des universités, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne | Examinateur
  • Christian VIVIER, Professeur des universités, Université de Franche-Comté | Co-directeur

Soutenance d’HDR – Jérôme Krop, “Contribuer à l’histoire de la scolarisation de masse et de ses représentations sociales”, 13 déc. 2021

Jury :

  • Jean-François Condette – Membre Professeur en Histoire contemporaine. Université d’Artois
  • Sarah Croché – Rapporteur Professeur en Sciences de l’éducation et de la formation. Université Picardie Jules Verne
  • Ismaïl Ferhat – Rapporteur Professeure en Sciences de l’éducation et de la formation. Université Paris Nanterre
  • Bruno Garnier – Membre Professeur en Sciences de l’éducation et de la formation. Université de Corse Pascal Paoli
  • Laurent Gutierrez – Garant Professeur en Sciences de l’éducation et de la formation. Université Paris Nanterre
  • Rita Hofstetter – Membre Professeure ordinaire en Histoire de l’éducation. Université de Genève
  • André-D. Robert – Rapporteur Professeur émérite en Sciences de l’éducation et de la formation. Université Lumières-Lyon 2
  • Rebecca Rogers – Membre Professeur en Sciences de l’éducation et de la formation. Université de Paris

Tome 1 : Note de synthèse Tome 2 : Recueil de publications

Le premier tome de cette HDR constitue une synthèse de mon parcours de chercheur depuis l’étude de la première génération des instituteurs et institutrices des écoles publiques de la Seine, entrés dans l’enseignement entre 1870 et 1886 jusqu’à mes travaux les plus récents sur la massification du second degré des années 1960 aux années 1990. Rétrospectivement, ce parcours fait apparaître divers chantiers historiques sur lesquels cette HDR revient, à savoir :

  • La reconstitution du champ social de l’enseignement primaire de la Seine en croisant le travail historique sur les dossiers d’instituteurs avec des concepts empruntées à la sociologie ;
  • La réévaluation de la modernisation impliquée par la naissance du modèle scolaire républicain dans la Seine, grâce à l’observation de l’évolution des conditions d’enseignement, mais aussi par l’étude de la relation entre maître et élève, en abordant la question de la violence des maitres à la fin du XIXe siècle ;
  • L’étude des conséquences de l’idéologie méritocratique sur l’organisation pédagogique de l’école primaire républicaine.
  • Les recherches institutionnelles, menés à la DEPP du ministère de l’Éducation nationale, sur l’évaluation des acquis des élèves en histoire-géographie depuis 2006 ;
  • L’analyse statistique de la massification du second degré et l’étude des représentations sociales qu’elle a suscitées, en exploitant les archives télévisuelles.

Le second tome de cette HDR est essentiellement composé de textes publiés dans des revues à comité de lecture (Sciences de l’éducation – Pour l’ère nouvelle, Histoire de l’éducation, Spirale – Revue de recherches en éducation, Revue d’histoire moderne et contemporaine), qui permettent de souligner à la fois la diversité des objets étudiés et la cohérence méthodologique de l’exploitation de ces sources originales.

Ces textes correspondent aux différentes thématiques abordées dans le premier tome, de la structuration du champ de l’enseignement primaire reconstitué par le prisme de la nomination des directeurs d’écoles dans la Seine jusqu’au le rôle de l’idéologie méritocratique dans l’usage massif du redoublement dans les écoles primaires urbaines sous la IIIe République ; de l’étude des représentation télévisuelles de l’orientation scolaire au collège entre 1965 et 1981 ou de l’essor des baccalauréats professionnels de 1985 à 2007.

Les travaux réalisés sur les données statistiques du ministère de l’Éducation nationale sur la massification scolaire ou la publication prospective sur les panels d’élèves de la DEPP, potentielle source historique, soulignent les prolongements possibles de la démarche consistant à confronter données statistiques et analyse qualitative des archives.

AàC – Colloque “Amateurs en sciences : une histoire par en bas”, 5, 6 et 7 septembre 2022, Le Mans Université

Vous trouverez ci-dessous l’appel à communication pour le colloque final du projet ANR « Amateurs en sciences : une histoire par en bas » qui aura lieu à l’Université du Mans les 5, 6 et 7 septembre 2022.

Le colloque propose d’élargir géographiquement (France et au-delà) et chronologiquement (XVIIIe-XXIe siècles) les perspectives ouvertes par une histoire par en bas des amateurs en sciences, attentive à restituer leurs points de vue, leurs pratiques, leurs productions matérielles. Afin d’éviter la simple juxtaposition d’études de cas, les thèmes classiques de l’histoire des amateurs seront réinterrogés par le biais de questions transversales listées ci-dessous.

Session 1 — Vocations et formations

Session 2 — Sciences en famille

Session 3 — Allégeances et contestations

Session 4 – Les publics des amateurs

Session 5 – Les territoires de la science des amateurs

Session 6 – Les objets des sciences amateurs et leurs marchés

Appel détaillé en français & in english : https://ams.hypotheses.org/2224

Comité scientifique :

David Aubin (IMJ-PRG, Sorbonne Université) ; Géraldine Delley (Laténium, Université de Neuchâtel) ; Volny Fages (IDHES, ENS Paris-Saclay) ; Laurence Guignard (CRHEC, Université Paris-Est Créteil INSPÉ) ; Hervé Guillemain (TEMOS, Le Mans Université) ; Aurélie Hess (TEMOS, Université Bretagne-Sud) ; Florian Mathieu (Études sur les sciences et les techniques, Université Paris-Saclay) ; Serge Reubi (CAK, Musée national d’histoire naturelle) ; Nathalie Richard (TEMOS, Le Mans Université) ; Nathan Schlanger (École nationale des chartes) ; Florent Serina (Institut de psychologie, Université de Lausanne) ; Hadrien Viraben (TEMOS, Le Mans Université).

Présentation complète du projet ANR : https://anr.fr/Projet-ANR-18-CE27-0027

Carnet de recherche du projet  : https://ams.hypotheses.org/

Soutenance d’HDR – Fabienne Serina-Karsky, “Vers une pédagogie du bien-être pour une communauté éducative inclusive. Histoires et perspectives”

Fabienne SERINA-KARSKY a soutenu son Habilitation à diriger des recherches en sciences de l’éducation et de la formation le mardi 9 novembre 2021 à 14 heures. Elle a pour titre :

Vers une pédagogie du bien-être pour une communauté éducative inclusive. Histoires et perspectives.  

La présentation s’est déroulée à l’Université de Montpellier 3, Site Saint-Charles, Salle des Actes, 1 Place Albert 1er (Tram ligne 1 – Station Albert 1er St Charles). 

Le jury est composé de :  

  • Bruno GARNIER, PU, Université de Corse Pascal Paoli 
  • Laurent GUTIERREZ, PU, Université Paris Nanterre, Rapporteur  
  • Martine JANNER-RAIMONDI, PU, Université Sorbonne Paris Nord, Rapporteur 
  • Béatrice MABILON-BONFILS, PU, CY Cergy Paris Université, Rapporteur  
  •  Augustin MUTUALE, PU, Institut Catholique de Paris, Garant 
  • Sylvain WAGNON, PU, Université de Montpellier, Garant 

AàC – Journées doctorales du RESUP, ENS de Lyon, juin 2022

Le RESUP organise à l’ENS de Lyon, les 16 et 17 juin 2022, deux journées de doctoriales ouvertes aux doctorants et doctorantes et jeunes docteur·es (thèse soutenue après le 31 décembre 2019) travaillant sur l’enseignement supérieur et la recherche, et ce quelle que soit la discipline (sociologie, histoire, sciences politiques, géographie, économie, sciences de gestion etc.).

Le formulaire de candidature se trouve en pièce jointe. 

Emploi scientifique – “ANR EN-MIG “Enfants en décolonisation. Migrations contraintes et construction individuelle (France – 1945-1980)”

Dans le cadre du projet ANR EN-MIG “Enfants en décolonisation. Migrations contraintes et construction individuelle (France – 1945-1980)” que je coordonne avec Raphaëlle Branche et Violaine Tisseau, nous recherchons un.e post-doc pour une mission de 27 mois à compter du 1er mars 2022.

  • Caractéristiques du contrat :
  • Date d’affectation souhaitée sur le poste: 01/03/2022
  • Durée du contrat : 27 mois
  • Quotité de travail : 100%
  • Rémunération brute mensuelle : 2 945€
  • Lieu d’affectation : Université d’Angers

Le projet ANR EN-MIG « Enfants en décolonisation : migrations contraintes et construction individuelle (France – 1945-1980) » porte sur les migrations contraintes impliquant des enfants des différentes parties de l’empire colonial français en décomposition, en premier lieu l’Indochine, l’Algérie, Madagascar, mais aussi l’Afrique subsaharienne et des territoires ayant connu une décolonisation sans indépendance (départements d’outremer par exemple). Porté par l’UMR9016 TEMOS (Temps, Mondes, Sociétés – CNRS, Universités d’Angers, Bretagne Sud, Le Mans), à l’Université d’Angers, le projet EN-MIG se déroulera de janvier 2022 à décembre 2024, sous la direction scientifique d’Yves Denéchère, professeur d’histoire contemporaine à l’Université d’Angers, en collaboration avec Raphaëlle Branche (Université Paris Nanterre, UMR ISP) et Violaine Tisseau (CNRS, UMR IMAF). EN-MIG vise à comprendre les ressorts individuels de l’intégration dans la société d’accueil chez des enfants et des jeunes soumis à un déplacement en contexte de crise. En ce sens, il interroge historiquement les effets des biopolitiques postcoloniales sur la construction personnelle des enfants en mobilité. Les différents types de migrations d’enfants sont interrogés la fois comme source de vulnérabilité et comme support de construction de leur autonomie afin de saisir comment les enfants et adolescents naviguent entre contraintes et opportunités. En s’appuyant sur des travaux préparatoires lancés par les trois UMR partenaires (TEMOS, ISP, IMAf), l’hypothèse qui sous-tend cette recherche est que la construction individuelle des enfants ayant subi des déplacements contraints résulte d’une articulation entre la relation au cadre et à l’environnement (politiques de racisation, organisation de la prise en charge, lieu et type d’hébergement…), la relation aux autres (familles, parents, frères et soeurs, éducateurs.trices religieux ou laïcs…) et les processus
d’identification (race, genre, pays d’origine, climat et nourriture, langue et culture, changements de prénoms, famille restée au pays…).

Trois axes de recherche seront déployés :

1 – la dimension postcoloniale des déplacements d’enfants métis ;

2 – La relation familiale à l’épreuve des mobilités contraintes de la décolonisation ;

3 – L’intégration des enfants déplacés : (re)composition des trajectoires au regard de l’âge et du genre.

Une thématique transversale portera sur les changements de prénom (renomination) en tant que processus de construction subjective des enfants déplacés.

EN-MIG se situe ainsi au croisement de plusieurs champs de recherche qui ont été séparément déjà bien travaillés (jeunesse et construction des empires, enfances en guerre, migrations) mais dont l’intersection souffre d’un manque de travaux. Le choix méthodologique principal d’EN-MIG est de proposer une histoire s’appuyant sur les archives disponibles, ainsi que sur les récits que les personnes concernées ont produits en avançant en âge. Il s’agit de faire une histoire à hauteur des principaux protagonistes. Pour ce faire une grande importance sera accordée à leurs voix, à leurs paroles, qu’elles soient exprimées dans l’enfance ou différées à l’âge adulte. Outre un recensement des sources disponibles, cette approche implique la réalisation d’une base de données rassemblant l’ensemble de la production des récits, témoignages publiés, témoignages audio-visuels des personnes concernées par ces déplacements, mais aussi les traces de soi et ego-archives telles que carnets, journaux intimes, dessins, photographies.

La réalisation et l’alimentation de cette base de données fait l’objet de la présente offre de contrat post-doctoral. Le/la post-doctorant·e, épaulé·e par l’ensemble de l’équipe, travaillera sous la responsabilité d’Yves Denéchère et d’Aurélie Hess (ingénieure d’études CNRS en production, traitement et analyse de données, TEMOS).

  • Missions et activités
  • Contributions aux activités de recherche et participation aux réunions de coordination du projet EN-MIG.
  • Réalisation d’une base de données : Recensement exhaustif des modalités d’expression des mémoires des enfants déplacés. Conception de l’architecture et développement de BDD, choix scientifiques, choix techniques (format des données, hébergement des données, modalités d’accès restreinte à l’équipe). Recensement et indexation des témoignages publiés, témoignages audio-visuels, rapports de terrains scientifiques, traces de soi et ego-archives telles que carnets, journaux intimes, dessins, photographies, etc.
  • Analyse qualitative des corpus de la BDD, afin d’irriguer les 3 axes de recherche et la thématique transversale.
  • Participation aux moments de restitution de la recherche auprès des personnes concernées
  • Rédaction et publication de travaux de recherche, articles de revue notamment
  • Activités de diffusion de la recherche : Carnet Hypothèses, journées d’études et workshops
  • Mise à disposition en open access d’un catalogue de ressources documentaires

Fiche de poste complète et modalités de candidature sur : https://www.univ-angers.fr/fr/universite/travailler-a-l-ua/personnels-administratifs-et-techniques/post-doctorat-en-histoire.html

Emploi scientifique – Poste de professeur des Universités à l’Université de Picardie-Jules Verne

Publication “au fil de l’eau” d’un poste de professeur des universités en sciences de l’éducation à l’université de Picardie Jules Verne, profil “Histoire de l’éducation et des politiques éducatives”.

La date limite de dépôt des dossiers sur Galaxie est le 29 novembre 2021, 16 heures (pour une prise de fonction le 31/12/2021).

La fiche de poste est accessible ici: https://www.galaxie.enseignementsup-recherche.gouv.fr/ensup/ListesPostesPublies/FIDIS/0801344B/FOPC_0801344B_4578.pdf

Emploi – Chargé de TD en histoire de l’éducation

Le département de sciences de l’éducation de l’université de Picardie Jules Verne (Amiens – campus Citadelle) recherche des chargés de TD pour assurer les enseignements suivants en L3 de sciences de l’éducation au 2e semestre de cette année universitaire (à partir du 10 janvier 2022):

– TD d’Histoire de l’éducation (12h x 5 groupes)
– TD de Méthodes documentaires et historiques (12h x 5 groupes)

Les personnes intéressées peuvent me contacter à l’adresse suivante : renaud.denfert [at] u-picardie.fr

Séance de séminaire – Sarah Curtis, “Small Worlds: The Culture of Childhood in Nineteenth-Century France”

La prochaine séance du séminaire d’histoire contemporaine de la France à l’Institute of Historical Research (Londres) aura lieu en ligne le lundi 15 novembre 2021 entre 18h30 et 19h30 heure de Paris. 

Le thème est  « Education et enfance dans le monde francophone contemporain » et nous sommes ravi.e.s d’accueillir Sarah Curtis (San Francisco State University) pour une communication intitulée ‘Small Worlds: The Culture of Childhood in Nineteenth-Century France‘ et Rebecca Rogers (Université de Paris) dont la communication porte sur ‘The lessons of biography in the history of 19th-century girls’ education’.  Christina de Bellaigue (University of Oxford) présidera la séance. 

Les deux participantes ont enregistré leur communication que vous pouvez regarder sur ce site : http://frenchhistorysociety.co.uk/blog/?p=3091 Pour assister au séminaire merci de bien vouloir vous inscrire via cette page https://www.history.ac.uk/events/education-and-childhood-modern-francophone-world 

Le séminaire consistera en une discussion d’une heure avec la présidente de séance, nos deux invitées, et les membres du public.  

Le programme du séminaire pour le premier semestre est disponible ici : 

https://www.history.ac.uk/seminars/modern-french-history

Si vous souhaitez vous inscrire à notre liste de diffusion, merci de me contacter à charlotte.faucher@manchester.ac.uk