[Parution] Histoire de l’éducation, n°156/2021, L’éducation des femmes adultes au XXe siècle

Nous vous annonçons la parution du numéro 156/2021 de la revue Histoire de l’éducation

L’éducation des femmes adultes au XXe siècle, travailleuses, épouses et mères, citoyennes, sous la direction de Françoise F. Laot

Histoire
                                                          de
                                                          l'éducation,
                                                          n°156/2021
                                                          L'éducation
                                                          des femmes
                                                          adultes au XXe
                                                          siècle,
                                                          travailleuses,
                                                          épouses et
                                                          mères,
                                                          citoyennes

Au croisement de l’histoire de l’éducation des adultes et de l’histoire des femmes et du genre, le dossier se centre sur des actions d’éducation postscolaire – selon une conception large incluant l’éducation générale, sociale, syndicale et professionnelle – à destination de femmes adultes, notamment issues de classes populaires, dans des contextes très différents sur l’ensemble du XXe siècle.

Cinq articles choisissent de faire porter la focale sur des femmes en tant que cibles ou bien en tant qu’éducatrices ou organisatrices de formations, à différentes périodes, en Belgique, aux USA, en Italie et en France. 

Chacun à sa manière soulève des questions transversales pour la recherche sur ce thème particulier. En effet, prendre en compte les femmes n’a pas pour seule ambition de compléter l’historiographie de l’éducation des adultes, mais bien de proposer un déplacement épistémologique et méthodologique. 

Ce dossier ouvre au moins trois axes de réflexion propres à faire bouger les lignes. Le premier concerne la question des sources qui doit être entièrement repensée, le deuxième interroge l’apport de la dimension internationale à une compréhension renouvelée de l’objet, le troisième revient en le complexifiant sur un thème récurrent de l’histoire de l’éducation des adultes : contrôle social versus émancipation, avec l’idée que le fortuit ou l’aléatoire pourraient éventuellement venir brouiller les frontières.

Sommaire

Marie-Thérèse Coenen
Femmes, féministes et universités populaires en Belgique avant 1914 


Maria Tamboukou
Fannia Mary Cohn et le mouvement pour l’éducation des ouvrières aux États-Unis 


Édouard Lynch
« Épouse de… sans profession » : la difficile mise en image de la formation professionnelle des agricultrices (France, 1950-1980) 


Anna Frisone
Le territoire des femmes. Savoirs militants et pratiques féministes dans les ateliers de formation non mixtes du syndicalisme italien des années 1970 


Fanny Gallot et Franziska Seitz
La formation professionnelle des « femmes immigrées » (1976-1989) au Centre d’accueil et de réadaptation sociale Pauline Roland : une approche intersectionnelle 


Varia
Arnaud Pierrel
L’apprentissage saisi par les diplômes. Sociohistoire du décloisonnement de la formation initiale sous statut apprenti 


Piero Colla
Trajectoires d’un « modèle » : la Suède, icône du débat médiatique sur l’école (1964-2018) 


Sources, ressources et analyses
Lydie Heurdier
De nouvelles sources offertes aux chercheurs en sciences sociales : les archives de la politique d’éducation prioritaire 


Notes critiques

Café virtuel de l’APHG – Jérôme Martin, « L’orientation scolaire est-elle un instrument de démocratisation ?  », 2 mai 2022

Mercredi 4 mai 2022, 19h : dans le cadre du cycle « Histoire de l’Education », la régionale de Lille accueillera Jérôme Martin qui évoquera « L’orientation scolaire est-elle un instrument de démocratisation ? » (présentation / animation par Stéphane Lembré).

Pour s’inscrire : inscriptionsaphg [at] gmail.com

Séminaire 2021-2022 – Une éducation révolutionnaire ? Apprendre la Révolution, apprendre de et dans la Révolution

23 mars 2022 – Séance introductive

  • Présentation générale : Jean-Charles BUTTIER, Pierre SERNA et Côme SIMIEN
  • Clément DAYNAC (doctorant IHMC-IHRF / université de Nancy), « Apprendre et forger le Nouveau Régime en milieu urbain dans et hors les structures scolaires, l’exemple de Nancy au début de la Ire République. »

30 mars – Les Ruines de Volney, une pédagogie émancipatrice de l’histoire entre France et
Allemagne Pauline PUJO (professeur d’allemand en CPGE littéraires, Toulouse, CIRAMEC, université Bordeaux Montaigne)

13 avril – Quelle langue parler pour instruire le citoyen ?

Émilien ARNAUD (master, École des Chartes), Anne SIMONIN (directrice de recherche, EHESS), Côme SIMIEN (maître de conférences, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne).

20 avril – Les sources de l’histoire de l’éducation sous la Révolution

Séance aux Archives Nationales, Céline PARCÉ, Édith PIRIO et Marie RANQUET (Archives Nationales)

27 avril – Laïcité, pluralité, éducation, Révolution

Philippe BOUTRY (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre d’histoire du XIXe
siècle)

4 mai – Aux origines montagnardes des sciences politiques entre France et Suisse : quand la simulation remplace le catéchisme (1768-1791) Jean-Loup KAESTLER (doctorant IHMC/ IHRF, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

18 mai (après-midi) – Transmettre l’histoire de la Révolution française en Suisse romande
Demi-journée d’études conclusive à l’Unige (université de Genève)

  • Pierre SERNA (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Introduction
  • Nathalie DAHN-SINGH (université de Fribourg), « De “l’aride” catéchisme à la veillée : critiques et réappropriations d’un modèle pédagogique de l’ère révolutionnaire au début du XIXe siècle (Suisse romande, 1815-1845) »
  • Jean-Charles BUTTIER (université de Genève), « La didactisation de l’histoire de la Révolution française aujourd’hui : une comparaison francoromande »
  • Charles HEIMBERG (université de Genève), « L’élémentation des savoirs : un retour à la Révolution française pour (re)penser leur transmission d’aujourd’hui »
  • Côme SIMIEN (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Conclusions

Séminaire de Master 2 de l’IHMC–IHRF (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) avec l’université de Genève et les Archives Nationales. Sous la direction de Jean-Charles Buttier (université de Genève ; ÉDHICE), Pierre Serna et Côme Simien (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne ; IHRF-IHMC)

Semestre de printemps 2022. Salle Marc Bloch, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. 14 rue de la Sorbonne, Paris 5e. Le mercredi de 17 h 00 à 19 h 00

Contact : pierreserna [at] wanadoo.fr

Continuer la lecture de « Séminaire 2021-2022 – Une éducation révolutionnaire ? Apprendre la Révolution, apprendre de et dans la Révolution »

Les thèses récentes d’histoire de l’éducation

D’après la liste établie par l’AHCESR : https://ahcesr.hypotheses.org/2281

Araujo, Christophe, Être historien sous un régime autoritaire. Pouvoir et savoir au Portugal (1926-1974), thèse de doctorat en Histoire, soutenue le 24 novembre 2021 à Cergy Paris Université.

Barey, Morgane, « À rude école ». La formation initiale des officiers français à l’épreuve de la Seconde Guerre mondiale (1940-1945), thèse en histoire soutenue le 12 février 2021, à l’Université Paris-Saclay.

Ben Ali, Azzedine Ali, Naissance et développement de l’École nationale supérieure du pétrole (E.N.S.P.) 1919-1955. Étude socio-historique, thèse soutenue le 7 décembre 2021, à l’EHESS.

Bonhoure, Jean-Francois, Les historiens à l’épreuve du temps : la production historique éditée en France des années trente au début des années cinquante, thèse soutenue le à l’Université Panthéon-Sorbonne – Paris I.

Bordes, Etienne, La Conférence des Présidents d’université (1971-2007). Une socio-histoire du gouvernement des universités, thèse de doctorat en Histoire, soutenue le 21 octobre 2021 à Toulouse 2.

Canet Dol, Christiane Catherine, Les adoptions en France de 1789 à 1923 rêvées, instituées et vécues, thèse soutenue le 28 juin 2021, à l’EHESS.

Chabanne, Laure, Cohabitation, union, divorce : architecture, peinture et sculpture à l’École des beaux-arts de Paris (fin du XVIIIe siècle – 1968), thèse en histoire de l’art soutenue le 4 mars 2021, à l’EPHE.

Cussey-Besançon, Maud, Collèges, lycées, écoles professionnelles et université en Franche-Comté au cœur des grandes mutations de l’éducation au milieu du XXe siècle : ruptures, renouveau et continuités (1938-1947), thèse d’histoire contemporaine soutenue le 20 novembre 2020 à l’Université de Bourgogne-Franche-Comté.

Fabre, Mélanie, La craie, la plume et la tribune. Trajectoires d’intellectuelles engagées pour l’école laïque (France, années 1880-1914), thèse soutenue le 25 novembre 2021, à l’EHESS.

Hillion, Julien, Le bataillon des « nuisibles ». La colonie pénitentiaire de Belle-Ile-en-Mer (1880-1911) : parcours de vies de jeunes détenus et modèle carcéral, thèse soutenue le 26 novembre 2021 à l’Université Bretagne Sud.

Hottin, Christian, Les patrimoines de l’enseignement supérieur à Paris (fin XVIIIe-XXe siècles), thèse en histoire de l’art soutenue le 23 novembre 2021, à l’Université Paris Sciences Lettres.

Kanté, Mody, Former une élite médicale africaine à l’époque coloniale. L’École de médecine de Dakar (1918 – années 1950), thèse de doctorat en Histoire, soutenue le 9 juillet 2021 à Toulouse 2.

Khalil, Dalil, Fernant Leprette, entre la France et le ministère de l’Instruction publique égyptien (1919 – 1956), thèse soutenue le 13 décembre 2021, à l’ENS de Lyon.

Laloux, Adélaïde, Les dossiers individuels de la protection de l’enfance : constitution, conservation, thèse de doctorat en Histoire, soutenue le 15 avril 2021 à l’université d’Angers.

Le Cocq, Cédric, Transformer l’université française après 1968 : l’université de Nanterre 1971-1988, thèse soutenue le 18 octobre 2021 à l’Université Paris Nanterre.

Legrandjacques, Sara, Voies étudiantes. Pour une histoire globale des mobilités étudiantes en Asie (Inde britannique – Indochine française, années 1850-1940), thèse soutenue le 4 décembre 2021, à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Li, Jun, Les diplômés chinois revenant de France en Chine – Le cas de la province du Shandong, thèse de doctorat en Histoire, soutenue le 16 décembre 2021 à l’université de Paris.

Mahé, Camille, Des enfances ordinaires ? Une histoire comparée de la sortie de guerre des enfants d’Europe occidentale (Allemagne de l’Ouest, France, Italie. 1943-1949), thèse soutenue le 6 décembre 2021, à Sciecnces Po Paris.

Pabion, Lionel, Le sport embrigadé ? Les sociétés de préparation militaire en France : des loisirs militarisés (années 1880 – années 1930), thèse de doctorat en Histoire soutenue le 12 novembre 2021 à l’université de Lyon.

Parveau, Hélène, De l’école d’art de Limoges aux écoles d’art françaises : étude des caractéristiques de l’enseignement artistique, thèse en langues et littératures françaises, soutenue le 1er décembre 2021, à l’Université de Limoges.

Paul, Marielle, Une histoire du binôme conflictuel latin-français dans l’enseignement secondaire en France, du XVIIIe au XXe siècle. Pour une métadidactique de l’enseignement du français, thèse soutenue le 4 mars 2021, à l’EHESS.

Plet, Charles, La « jeune fille » et sa représentation dans le roman catholique en France (1880-1914), thèse de doctorat en Littératures française et francophone, soutenue le 15 décembre 2021 à Paris 3 en cotutelle avec l’université de Montréal.

Profillet, Lucas, Le corps en images à l’école. L’ortho-figuration corporelle dans les méthodes de lecture (1880-1960), thèse soutenue le 8 décembre 2021, à l’Université de Franche-Comté.

Taveau, Valentin, Ackerman-Laurance, Famille, négoce et industrie des vins mousseux en Saumurois au XIXè siècle (1811-1914), thèse soutenue le 20 septembre 2021, à l’Université d’Angers.

Toureille-Kotula, Aurore, L’enseignement du dessin à Perpignan (fin XVIIIe siècle – 1914) : acteurs et institutions, thèse soutenue le 30 novembre 2021 à l’Université de Perpignan Via Domitia.

Valois, Philippine, L’éveil des sens. Histoire médicale de la puberté (1750-1850), thèse soutenue le 22 octobre 2021 à l’Université d’Angers.

Zhou, Ying, L’enseignement de l’histoire de l’art à l’école secondaire sous la IIIe République française, thèse en histoire de l’art soutenue le 20 janvier 2021 à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (cotutelle avec l’Université des études internationales de Shanghai).

Zhou, Zhe, Les hôtes du Fort St-Irénée. Les étudiants chinois de l’Institut Franco-Chinois de Lyon 1921-1950, thèse soutenue le 14 mai 2021 à l’EHESS.

Parution – Jane Martin, “Gender and Education in England since 1770. A Social and Cultural History”, 2022

Français : ce livre adopte une approche novatrice du sujet, combinant des approches biographiques et l’histoire locale, une synthèse de la littérature sociologique et historique, avec de nouvelles recherches pour aborder une variété de thèmes et fournir une histoire complète et arrondie démontrant l’enchevêtrement de l’expérience éducative et l’influence de différents modes de discrimination et de préjugés. En utilisant le prisme du genre, Jane Martin réévalue la nature sexuée de l’histoire moderne de l’éducation et fournit une vue d’ensemble des aspects imbriqués de l’éducation, de la société, de la politique et du pouvoir. Son organisation est conviviale, fournissant des informations accessibles en ce qui concerne les chronologies de la législation et des événements clés pour refléter la constance et le changement, tout en “cartographiant” les contextes politiques, économiques, sociaux et culturels plus larges, ce qui en fait un ouvrage idéal à utiliser comme manuel ou ressource pour les enseignants et les étudiants.

English : this book takes a novel approach to the topic, combining biographical approaches and local history, a synthesis of sociological and historical literature, with new research to address a variety of themes and provide a comprehensive, rounded history demonstrating the entanglement of educational experience and the influence of different modes of discrimination and prejudice. Using the lens of gender, Jane Martin reassesses the gendered nature of the modern history of education and provides an overview of intertwined aspects of education, society, politics and power. Its organisation is user friendly, providing accessible information with regard to chronologies of legislation and key events to reflect constancy and change, whilst ‘mapping’ the larger political, economic, social and cultural contexts, making it ideal for use as a textbook or a resource for teachers and students.

Parution – Florence Giust-Desprairies et Jocelyne Ajchenbaum, “Histoires d’enseignants. Paroles croisées de deux générations”, PUF, 2022

À vingt ans d’intervalle, deux groupes de professionnels relatent leur longue histoire avec l’École, depuis leur expérience d’élève jusqu’à leur entrée à l’Éducation nationale et leurs parcours d’enseignants, conseiller principal d’éducation ou psychologue. Dans leurs questionnements, leurs déboires et bonheurs, se racontent des aventures singulières en même temps que sept décennies d’histoire française. C’est l’occasion d’analyser la construction à la fois subjective et sociale de la professionnalité de ces acteurs de l’École, en mettant en perspective les continuités et les ruptures qui lient et séparent la génération entrée dans la carrière autour de Mai 68 et celle qui lui succède à partir de l’an 2000.

À travers les récits, les portraits saisis sur le vif et les analyses présentées dans cet ouvrage, se donnent à voir les liens complexes tissés entre monde familial et monde scolaire, dans un contexte socio-économique traversé par les événements de l’histoire nationale ou internationale.

https://www.puf.com/content/Histoires_denseignants

Parution – Jan R. Stenger, “Education in Late Antiquity. Challenges, Dynamism, and Reinterpretation, 300-550 CE”, Oxford UP, 2022

https://global.oup.com/academic/product/education-in-late-antiquity-9780198869788?lang=en&cc=us#

Français : Education in Late Antiquity offre le premier compte rendu complet du débat gréco-romain sur l’éducation entre 300 et 550 de notre ère. Jan Stenger retrace l’évolution des attitudes à l’égard des objectifs et des méthodes d’enseignement, d’apprentissage et de formation à travers les théories explicites et implicites développées par les auteurs chrétiens et païens au cours de cette période. Alors que le système éducatif postclassique a été considéré comme un champ immuable et uniforme, Stenger soutient que les écrivains de la période ont proposé des critiques substantielles de l’éducation formelle établie et ont tenté de réorienter les anciennes approches de l’apprentissage. Rassemblant un large éventail de discours et de genres, Education in Late Antiquity montre comment la pensée éducative était impliquée dans les idées et les pratiques de la société au sens large, abordant les préoccupations centrales de l’époque, notamment la moralité, la religion, la relation avec les autres et le monde, et les concepts de genre et de soi. L’idée maîtresse était que l’éducation était un processus de transformation qui donnait forme à l’être entier d’une personne, au lieu de simplement lui transmettre des connaissances ou des compétences formelles. Ainsi, le débat tourne autour de l’atteinte du bonheur, de la bonne vie et de l’épanouissement, et oriente donc l’éducation vers le développement de la notion d’humanité au sein de la personne. En explorant le discours sur l’éducation, ce livre retrouve les horizons changeants de la pensée gréco-romaine sur l’apprentissage et la formation.

English : Education in Late Antiquity offers the first comprehensive account of the Graeco-Roman debate on education between c. 300 and 550 CE. Jan Stenger traces changing attitudes towards the aims and methods of teaching, learning, and formation through the explicit and implicit theories developed by Christian and pagan writers during this period. Whereas the postclassical education system has been seen as an immovable and uniform field, Stenger argues that writers of the period offered substantive critiques of established formal education and tried to reorient ancient approaches to learning. Bringing together a wide range of discourses and genres, Education in Late Antiquity shows how educational thought was implicated in the ideas and practices of wider society, addressing central preoccupations of the time, including morality, religion, the relationship with others and the world, and concepts of gender and the self. The key idea was that education was a transformative process that gave shape to the entire being of a person, instead of merely imparting formal knowledge or skills. Thus, the debate revolved around attaining happiness, the good life, and fulfilment, and so orienting education toward the development of the notion of humanity within the person. By exploring the discourse on education, this book recovers the changing horizons of Graeco-Roman thought on learning and formation.

AàC – Journée d’études – “L’université de Dole et les fondations princières en Europe au XVe siècle”, Dôle-Besançon, juin 2023

« Comme rares sont les princes sur les territoires desquels une université n’ait été fondée » : le dauphin Louis (futur Louis XI) justifiait ainsi la fondation de l’université de Valence en Dauphiné, le 26 juin 1452. Cette proposition installe la communauté des gens de savoir au cœur de l’espace politique de la principauté, et elle manifeste la conscience aiguë d’une politique universitaire princière. Fonder une université représentait un effort considérable pour le prince, dans un dialogue avec différentes autorités : la papauté qui autorisait la fondation ; la ville qui accueillait la communauté fondée ; les institutions ecclésiastiques locales qui la protégeaient ou contribuaient à son fonctionnement.

Parution – Céline Labrune Badiane, “Le pari de l’école. Une histoire de l’institution scolaire en Casamance (1860-1960)”, 2022

https://www.hemisphereseditions.com/le-pari-de-l-ecole

La Casamance, région située au Sénégal, au sud de la Gambie et au nord de la Guinée Bissau, occupe une place singulière dans l’histoire et l’espace colonial et post-colonial sénégalais. La région de Ziguinchor, partie occidentale de la Casamance, bien que tardivement et fragilement soumise à l’ordre colonial, est aussi la plus scolarisée du Sénégal, voire de l’Afrique-Occidentale française, à partir des années 1930 et surtout après la Seconde Guerre mondiale. Malgré le conflit indépendantiste qui y sévit depuis 1982, les taux de scolarisation y demeurent parmi les plus élevés, et l’école apparaît toujours comme le chemin privilégié de l’ascension sociale et de l’insertion professionnelle.

Pour comprendre ce qui peut sembler au premier abord paradoxal, cet ouvrage explore la longue histoire de l’école en Casamance à l’époque coloniale. Il s’attache à identifier les dynamiques politiques, économiques et sociales, à différentes échelles, qui ont conduit à l’institution de l’école en Casamance. Dans un contexte de profondes mutations, face à un
pouvoir colonial coercitif, les Casamançais n’ont pas une attitude figée face à l’institution scolaire. Ils l’intègrent à leurs pratiques sociales selon des modalités, des rythmes et des logiques multiples.

En s’appuyant sur des entretiens menés auprès des acteurs (élèves, enseignants, inspecteurs de l’enseignement) et des archives des écoles (monographies, registre matricule…), Céline Labrune Badiane restitue le point de vue et les expériences vécues de l’ensemble des élèves. L’analyse du processus de scolarisation à l’échelle locale permet de rendre compte de la diversité et de la complexité du rapport des individus, des communautés et des groupes sociaux à l’école et plus largement à l’État colonial. Pour reprendre les termes de l’historien Jacques Revel, il s’agit d’une « histoire totale vue d’en bas ».

L’autrice :

Céline Labrune Badiane est maîtresse de conférences en Histoire contemporaine à l’Université Assane Seck de Ziguinchor (Sénégal). Ses recherches portent sur l’histoire de l’éducation en Afrique de l’Ouest, dans une perspective d’histoire sociale, et sur les circulations des acteurs, des idées et des imaginaires dans l’Atlantique francophone contemporain, à partir de l’Afrique. Cet ouvrage est une version remaniée et actualisée de sa thèse, soutenue à l’Université Paris VII et récompensée par le Prix Louis Cros. Elle est, avec Etienne Smith (Sciences-Po Bordeaux) l’auteure d’un ouvrage sur la production des savoirs par les instituteurs africains en Afrique Occidentale Française, Les Hussards noirs de la colonie. Instituteurs et Petites patries (Karthala, 2018).

Parution – Arnaud Desvignes, “L’Université française entre autonomie et centralisme, des années 1950 aux années 1970”, CTHS, 2022

https://www.cths.fr/ed/edition.php?id=7579

Cet ouvrage est issu d’un doctorat soutenu à Sorbonne Université, sous la codirection de Jean-Noël Luc et d’Emmanuelle Picard, et qui a obtenu le Prix de thèse du CTHS 2018. Après avoir rappelé les caractéristiques de l’enseignement supérieur français avant 1968, il analyse en détail les modalités d’application de la loi Faure, en étudiant notamment le cas de trois universités : Paris VII, Picardie et Rennes I. Si Edgar Faure remet au goût du jour le principe d’« autonomie des universités », avancé par les réformateurs de la Troisième République, il intègre habilement à son projet de loi les notions de « participation » et de « pluridisciplinarité », chères à certains de ses contemporains. Nommé en juillet 1968, il réussit à faire promulguer sa loi en novembre, après un vote à l’unanimité. Malgré ses faiblesses, ce texte demeure une ligne d’horizon pour tout projet de réforme de l’enseignement supérieur français. C’est dire l’intérêt d’une étude permettant de réévaluer sa place dans l’évolution du système universitaire, alors que les questions de l’accès à l’enseignement supérieur, de la modernisation de cet enseignement et de son positionnement face à des politiques néolibérales sont, plus que jamais, d’actualité.

Introduction

  • L’épineuse question de l’enseignement supérieur
  • Pourquoi un nouveau livre sur l’enseignement supérieur ?
  • Recherches en cours et sources

Chapitre 1 : L’université française à la veille de mai 1968 : des structures surannées dans un monde professionnel modifié ?

  • Des structures pesantes
  • Des structures confrontées à la massification

Chapitre II : Un découpage des nouvelles universités prisonnier de l’ordre ancien ?

  • La constitution des UER sous l’égide d’Edgar Faure : participation et pluridisciplinarité limitées
  • L’instrument de la transition entre l’ancien et le nouveau système : les conseils transitoires
  • La formation des nouvelles universités sous le ministère Guichard : consultation des enseignants et arbitrage du pouvoir central

Chapitre III :  Les premiers pas des nouvelles universités : des assemblées provisoires à la rédaction des statuts

  • La formation des assemblées provisoires
  • La rédaction des statuts : des universités en liberté surveillée

Chapitre IV :  Jeux de pouvoirs ou le principe de participation à l’épreuve des faits

  • L’installation progressive des nouvelles institutions
  • Les nouvelles institutions face à la montée de l’abstention et à l’influence des syndicats
  • L’exercice de la présidence au risque du conflit avec les UER

Chapitre V : L’impact de la loi Faure sur les formations dispensées par les universités

  • Des débats sur la nature et le contenu des diplômes aux réflexions sur la carte universitaire
  • La réforme du DEUG
  • La réforme du troisième cycle

Chapitre VI : Les universités face au mur de l’argent (1969-1976)

  • Un budget limité, des critères de répartition contestés
  • Le vote du budget par les conseils d’université : un « bras de fer » entre le ministère et les universités (1971-1976)
  • Manque de moyens et/ou mauvaise gestion des fonds par les universités

Conclusion générale

École thématique PopFam2022 (Population, Famille, Parenté : sources et méthodes)

Organisée par la Société de Démographie Historique

24 avril – 29 avril 2022, La Rochelle

  • Comité scientifique : Sandra BREE ; Julie DOYON ; Vincent GOURDON ; Michel ORIS; Isabelle SEGUY 
  • Comité d’organisation : Cyril GRANGE ; Isabelle ROBIN 
  • Contact: Isabelle Robin (robin.izabelle@orange.fr)

Organisation de la SDH, avec le soutien du CNRS, de l’Ined, du Centre Roland Mousnier, du LARHRA, de SPHERE

Résumé : L’école thématique « Population, Famille, Parenté » se propose de rendre plus visibles les travaux récents et les dernières évolutions méthodologiques et documentaires des disciplines associées à l’étude des populations, de la famille et de la parenté. L’école est ouverte aux chercheurs, aux ingénieurs d’études ou de recherche et aux jeunes chercheurs (mastérants, doctorants, post-doctorants). L’objectif est aussi de structurer une communauté élargie de chercheurs qui rencontrent les enjeux de la démographie historique et de l’histoire de la famille en histoire, en sociologie et en anthropologie.

Argumentaire : La démographie historique constitue un secteur de la recherche dans lequel la France, tant chez les historiens que chez les démographes, a joué un rôle pionnier. Malgré un renouvellement dynamique ces dernières décennies, elle reste considérée par le milieu scientifique comme une science auxiliaire quelque peu passée de mode et figée dans ses méthodes. Cette école thématique a pour ambition de faire connaître ce champ disciplinaire, peu enseigné dans les cursus universitaires de sciences humaines et sociales, afin de promouvoir une histoire sociale des populations, de la famille et de la parenté. Nous proposons pour cela un tour d’horizon élargi des thématiques, des sources et des méthodes spécifiques à la démographie historique et aux historiographies avec lesquelles elle dialogue étroitement. Des thèmes très différents (démographie historique, histoire des migrations internationales, histoire de la famille et du genre) sont donc programmés sur une journée ou une demi-journée, mobilisant des spécialistes différents pour chaque session. Les thématiques proposées mettent en œuvre des sources (sources construites internationales, ressources numériques, sources judiciaires, notariales et religieuses) et des approches variées (méthodes quantitatives et numériques, traitement qualitatif et sériel d’archives, approche spatiale) qui seront saisies dans la longue durée des époques moderne et contemporaine. Leur traitement alliera une réflexion historiographique et problématique, ainsi qu’une mise en application à travers l’étude concrète de dossiers de sources ou de ressources numériques. La variété et la très grande cohérence des approches proposées par l’équipe des intervenants constituent le véritable atout de cette école thématique. Les participants pourront « importer » un certain nombre de méthodes et d’acquis et ainsi stimuler de nouvelles approches et pistes dans leurs propres recherches et institutions.

L’école est ouverte aux chercheurs, aux ingénieurs d’études ou de recherche et aux jeunes chercheurs (mastérants, doctorants, post-doctorants). L’objectif est aussi de structurer une communauté élargie de chercheurs qui côtoient les enjeux de la démographie historique et de l’histoire de la famille en histoire, en sociologie et en anthropologie.

Procédure de candidature

  • 25 participants, dont 8 du CNRS : chercheurs, ingénieurs, jeunes chercheurs en histoire, sociologie, anthropologie
  • Langue : français
  • Envoyer une candidature motivée et un court CV (4 pages maximum) à Isabelle Robin (robin.izabelle@orange.fr)
  • Date limite d’envoi de la candidature : 31 janvier 2022 pour une réponse en février 2022.

Pour les personnels CNRS, les frais de déplacement relèvent des crédits de la formation permanente de la délégation d’origine, à contacter impérativement dès réception de votre acceptation à l’école pour la prise en charge de votre mission.

Pour les autres participants : une contribution de 150 euros est demandée ainsi que la prise en charge du transport jusqu’à La Rochelle. Il est attendu que les candidats fassent les démarches nécessaires auprès de leur université ou de leur laboratoire pour obtenir un financement.

Depuis le 21 juillet 2021 le pass sanitaire est exigé pour les activités de restauration commerciales et pour l’accès aux hébergements touristiques.

Programme

  • Jour 1 La démographie historique et l’histoire de la famille. Découverte des sources et ressources en ligne
  • Jour 2 Les migrations internationales : travaux et sources. Sources internationales, démographie et famille
  • Jour 3 Les sources religieuses pour l’histoire des populations et des liens familiaux. Après-midi libre
  • Jour 4 Les archives de la justice et des notaires : le sériel et le singulier
  • Jour 5 Systèmes d’Information Géographique (SIG). Atelier d’initiation à la cartographie avec R

AàC – Colloque international “Montagne enseignante-Montagne enseignée”, Grenoble, sept. 2022

Colloque international de l’AIHA-Grenoble 8-10 septembre 2022

 « Les Alpes sont une lumière. Elles enseignent, rendent sensible la solidarité du globe. » 

Jules Michelet, La  montagne,  Paris,  Charpentier et compagnie éditeurs, 1885, p. 41.

Comme le soulignait Michelet, si la montagne est toujours une initiation, elle est aussi une école en soi. Elle enseigne, renseigne et éduque celles et ceux qui se mettent à son écoute. La montagne est enseignante dans le sens où elle donne une leçon permanente sur la nature et sur soi à qui l’expérimente. Depuis toujours elle est un espace d’adaptation mais peut aussi être un espace d’innovation. A ce titre elle devient un territoire enseigné sur sa réalité matérielle et humaine.

Cette double dimension doit être envisagées dans le temps et dans l’espace afin d’évaluer comment la montagne devient tour à tour ou de manière concomitante, enseignante et enseignée. Ainsi dans les siècles passés, les montagnards, guides et marrons, si souvent dépréciés par les regards condescendants portés sur eux de l’extérieur, se sont faits enseignants pour des voyageurs, touristes, pèlerins, sportifs, savants et même rois, venus des plaines pour traverser leur espace, comme on prenait jadis la mer sous la garde des marins.

Les sociétés montagnardes ont toujours su tirer parti, par la pratique et l’expérimentation, des savoirs vernaculaires accumulés et transmis. Ceci parallèlement à la conscience aigüe et précoce de cultiver un enseignement passant par l’école, en particulier dans les hautes vallées alpines. Liée aux socio-systèmes locaux, une telle appétence pour l’instruction en a permis le maintien et a contribué à structurer les migrations et à alimenter le « paradoxe alpin » de la relation entre alphabétisation et altitude.

Par ailleurs, la montagne apparaît comme un laboratoire à ciel ouvert, non seulement objet de science, mais terrain d’études pour les chercheurs depuis des siècles. Elle est par conséquent un espace d’expérimentations, producteur d’informations, qu’il s’agisse d’archives de toutes natures, tant écrites, orales, visuelles que matérielles, que de données multiples, y compris physiques et physiologiques…

Aujourd’hui encore, elle demeure un formidable terrain de formation pour les professions les plus variées, du tourisme aux militaires, de l’agropastoralisme au bien-être, du sport à l’architecture… Elle structure des savoirs techniques et psychologiques, des savoirs faire et des savoirs être.

Si la montagne enseigne sur elle-même, elle renseigne également sur ce que sont les sociétés qui y vivent et sur celles qui les observent et croient les connaître.

Par ses caractéristiques propres, la montagne devient un objet d’enseignement, pour ceux qui ont charge de l’administrer, développer, défendre, de la vendre, de la peindre… Ils sont amenés à produire des discours et des images, des enquêtes et des rapports, dans le respect et la compréhension de ce milieu, ou, au contraire en le déformant, en plaquant leurs propres schémas en décalage avec les réalités des territoires et de leurs sociétés.Quelles sociétés la montagne fabrique-t-elle à travers ses enseignements ? Qu’enseigne-t-elle exactement et comment fait-elle école ? Quelle part la nature, brute, sauvage et comme mise à nue, prend-elle dans cet enseignement ? Est-ce la spécificité du lieu, vertical et minéral, qui aiguise les sens ? Est-ce sa dangerosité, qui stimule les audacieux et condamne les imprudents ? Est-ce sa diversité et sa variabilité, accentuées par le contraste des étagements d’altitude et des saisons très marquées, qui renouvellent sans cesse le regard ? Un constat s’impose : seule la capacité des hommes à tirer des leçons du milieu permet d’y survivre, sinon de s’y plaire et de s’y épanouir, Mais quelles montagnes sont-elles enseignées ? Quelles réalités de la nature et des sociétés de montagne sont-elles véhiculées ? Comment cet enseignement est-il utilisé et pour transmettre quels schémas d’aménagement, quels schémas éducatifs, quelles valeurs ?

Le colloque de l’AIHA vise à rassembler les connaissances sur le sujet, en montrant, sur un temps long (du Moyen Âge au XXIe siècle) et dans une conception élargie des territoires (à la fois enracinée et ouverte à l’extérieur, notamment par le biais des mobilités), comment et pourquoi la montagne, malgré la tyrannie du milieu, ou peut-être à cause d’elle, a toujours été un espace d’apprentissage, tant pour l’esprit et le corps que pour les sens, tant à l’échelle individuelle qu’au niveau collectif. En ce sens, par les dynamiques d’adaptation nécessairement mises en place aux différentes époques, en fonction des contextes économiques, politiques, sociaux et culturels, les territoires de montagne peuvent aussi devenir une forme de modèle pour d’autres territoires, faire école et s’enseigner. Seront pris en compte les questions des renouvellements, visibles ou moins visibles en raison des temporalités différentes, des formes et des modalités issues de ces enseignements.

 Toute communication sur d’autres montagnes du globe sera la bienvenue. Les Alpes pourront être un laboratoire privilégié, mais pas unique pour cette approche.

 Par ailleurs, il ne s’agit pas d’évoquer les seuls savoirs scientifiques, mais plus largement tous les savoirs portant sur un lieu ou milieu spécifique de formation.

 Journée 1 : Montagne enseignante : La montagne-école ou « à l’école de la montagne »

Au cours de la première journée centrée sur la Montagne comme fabrique de savoirs spécifiques, espace d’innovations et d’adaptations, seront abordées les différentes catégories de savoirs qu’offre la montagne. A titre d’exemple sans exclusif ni exhaustivité, on peut citer, les savoirs

«  indigènes » comme la culture du risque, la préservation et l’usage économe des ressources, les savoirs militaires (cartographie, aguerrissement…), les savoirs du corps-sports-performance… ou la montagne comme école de vie avec les organisations de jeunesse, ou plus récemment la montagne comme lieu de ressourcement post-cancer. La montagne également comme productrice non seulement de savoirs, mais aussi comme facteur de développement d’institutions universitaires…

 Journée 2 : La montagne enseignée :

On centrera la seconde journée sur l’autre thématique qui comprendra aussi bien la spécificité des «  petites écoles » à la montagne, que les lieux plus récents de scolarité et de formation comme les lycées de sport-études, l’EMHM, le PGHM, ou les institutions plus spécialisées (École des Houches , ….). On inclut la manière dont certaines institutions enseignent la montagne de manière académique ou à des fins d’aménagement ou/et renseignent et éduquent sur et par la montagne (parcs naturels, conservatoires, musées, …).

  Les propositions de communication (titre et résumé de 2500 caractères espaces inclus) doivent être envoyées d’ici le 31 janvier 2022 à : anne-marie.granet@wanadoo.fr et stephane.gal@univ-grenoble-alpes.fr

Comité d’organisation :

  • Christophe Capuano, Université Grenoble-Alpes
  • René Favier, LARHRA
  • Stéphane Gal, Université Grenoble-Alpes
  • Anne-Marie Granet, Université Grenoble-Alpes
  • Luigi Lorenzetti, Univ. Svizzera italiana
  • Etienne Bourdon, Université Grenoble-Alpes

Conseil scientifique :

  • Simona Boscani, Université de Berne
  • Serge Brunet, Université de Montpellier
  • Carole Christen, Université Le Havre Normandie
  • Sylvène Edouard, Université Lyon III
  • Rita Hofstetter, Université de Genève
  • Laurent Jalabert, Université de Pau et des Pays de l’Adour
  • Pier Paolo Viazzo, Université de TurinJean-Yves Julliard, LARHRA
  • Aleksander Panjek, Université de Primorska, Slovénie

Soutenance d’HDR – Sophie Orange, “Raisons et préjugés. Rationalités spécifiques et logiques propres dans la production des aspirations scolaires”

 Le dossier d’HDR se compose de 3 tomes :

  • Le tome 1, intitulé “Raisons et préjugés. Rationalités spécifiques et logiques propres dans la production des aspirations scolaires”, correspond au mémoire de synthèse de mon parcours. 
  • Le tome 2, intitulé “Avoir 30 ans en 2020. Aspirations et réalisations dix ans après la sortie de Sections de techniciens supérieurs”, correspond au manuscrit original.
    • Résumé : Entre 2008 et 2010, dans le cadre de ma recherche doctorale, j’ai suivi une cohorte de 900 étudiant·es entré·es en Sections de techniciens supérieurs. Dix ans après, j’ai souhaité reprendre le travail où je l’avais laissé et savoir ce qu’ils et elles étaient devenu·es. Que signifie pour ces jeunes avoir 30 ans en 2020 ? Il apparaît que les trajectoires de ces trentenaires issu·es des classes de Sections de techniciens supérieurs et caractérisé·es pour beaucoup d’entre elles et eux par leur origine populaire et rurale, sont marquées par un certain nombre de limitations ou restrictions, productrices de désajustement entre les aspirations et les réalisations. L’approche longitudinale autorise une vision dynamique de ces mobilités, qui ne se réduisent pas à un point de départ et à un point d’arrivée, mais qui sont marquées par les discontinuités, les bifurcations, les cassures ou encore l’instabilité. Cette démarche, qui cumule les points de vue, permet encore de comprendre comment les positions scolaires puis professionnelles, et plus largement sociales successives viennent travailler et modifier les prises de positions (rapport à l’école, au travail, à la famille, à la santé, au politique).
  • Le tome 3 est constitué d’une sélection de publications.

Garante :
Mme Delphine Serre, Professeure de sociologie, Université de Paris

Jury :

  • Mme Muriel Darmon, Directrice de recherche au CNRS, EHESS (rapportrice)
  • M. Bertrand Geay, Professeur de sciences de l’éducation, université Paris 8 (rapporteur)
  • M. Mathias Millet, Professeur de sociologie, université de Tours (rapporteur)
  • M. Camille Peugny, Professeur de sociologie, université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
  • Mme Delphine Serre, Professeure de sociologie, Université de Paris (garante)
  • Mme Yasmine Siblot, Professeure de sociologie, université Paris 8

Histoire de la Conférence des présidents d’Universités

https://franceuniversites.fr/actualite/cpu-50-ans-la-cpu-comme-objet-de-these-episode-3/

Etienne Bordes a soutenu sa thèse en histoire contemporaine en octobre dernier, à l’Université Toulouse 2 Jean-Jaurès. Passionné par l’histoire et les mutations des universités, il a consacré ces 5 dernières années à sa thèse « La Conférence des présidents d’université (1971-2007) : une socio histoire du gouvernement des universités ».

Dans ce troisième épisode, l’enseignant-chercheur met en lumière les différences de formes qui existent entre la CPU de 1971 et celle d’aujourd’hui, tant au niveau de son statut, que de son fonctionnement on encore de sa force de frappe politique.

L’évolution de la CPU va de pair avec celle de l’Université depuis 50 ans. La montée en puissance de l’autonomie des établissements donne aux présidents des prérogatives accrues. La CPU accompagne ainsi la montée en compétences des présidents et se constitue en équipe, capable de rassembler la voix de ses membres, et de porter un message unifié. En 50 ans, elle devient un acteur politique incontournable de l’Enseignement supérieur et de la Recherche en France.   

CPU : Quelles sont les grandes différences entre la CPU d’aujourd’hui et celle de 1971 ?  

Etienne Bordes : En 50 ans, la CPU a acquis une assise institutionnelle et humaine importante.

En 1971, elle est présidée par le Ministre de l’Education nationale. Il faut attendre 2007 pour qu’elle devienne autonome : le Bureau, constitué de trois président·e·s d’université, est alors seul à la tête de la CPU.

A ses débuts, la Conférence est abritée dans un petit bureau de l’Université Paris 5 : une secrétaire se charge d’envoyer les convocations et de prendre les billets de transport pour les présidents. Le fonctionnement de la CPU est alors tributaire du bon vouloir et de la motivation des présidents membres.

A partir de 1990, la Conférence se dote d’une équipe permanente conséquente, qui n’a cessé de s’étoffer au fil du temps. Cela permet à la Conférence de professionnaliser son action, de mieux préparer et défendre les questions relatives aux établissements.

La professionnalisation de la fonction de président, clé de la structuration de la CPU

Les problématiques qui se posent à la CPU des origines ont certes des aspects très contemporains : formation initiale, question étudiante, formation tout au long de la vie, internationalisation sont au cœur des débats des premières réunions. Mais la manière de les examiner s’est, elle, énormément transformée depuis 50 ans à mesure de la transformation de la fonction présidentielle.

Regardons de près la façon dont la CPU s’est adaptée à traves le temps aux besoins et aux profils de ses membres :

1971-1975 Le temps des présidents fondateurs

A cette époque, les présidents fondateurs de la CPU sont tous animés d’une volonté de réforme, dans le sillage de la loi Faure de 1968. L’autonomie est leur maître-mot, et ils se battent pour que celle-ci soit budgétaire et financière. La CPU est une caisse de résonnance pour eux, mais leurs succès restent modestes.

1976-1988 Le temps des présidents politiques

Ces années marquent une évolution du profil des présidents, plus jeunes, et plus politisés, à une époque où les tensions politiques sont très fortes avec le Ministère. Ces présidents conçoivent leur métier quasiment comme un prolongement de leur action syndicale. Avec des présidents aussi bien à gauche qu’à droite de l’échiquier politique, la CPU peine à porter une ligne commune, apte à rassembler tous les établissements.

1988-2007 : le temps des présidents de contrat

Avec la mise en place de la démarche contractuelle en 1988, la fonction de président se transforme. Il acquiert un rôle administratif et se doit d’avoir une connaissance exhaustive de l’établissement et une implication totale dans toutes les strates organisationnelles de son établissement. On peut parler d’une génération de présidents passionnés, qui portent des projets d’envergure pour leur université et entendent améliorer l’enseignement supérieur dans son ensemble. Les présidents deviennent plus professionnels et les relations avec le Ministère se renforcent.

Parallèlement, la CPU monte en puissance : une équipe permanente solide sous la houlette d’un nouveau délégué général se constitue Les méthodes, le rythme et l’intensité du travail de la CPU se transforment à grande vitesse : les colloques deviennent des laboratoires d’idées et des lieux de rencontres entre les membres de l’écosystème. En 1997 la CPU se dote d’un correspondant permanent à Bruxelles, et obtient des locaux confortables au 103 boulevard Saint Michel, à Paris. Elle devient une force de proposition collective.

Depuis 2007 :  de nouveaux enjeux collectifs

La loi de 2007, dite loi Pécresse, acte la professionnalisation du métier de Président en permettant leur réélection. Elle donne aux présidents d’université la gestion autonome du budget, des ressources humaines et de l’immobilier. Elle reconnait par ailleurs l’autonomie de la CPU qui devient début 2008 une association loi 1901 reconnue d’utilité publique. La CPU se professionnalise encore davantage et devient un outil au service des présidents, bien sûr, mais aussi des universités dans leur ensemble. La Conférence renforce son offre de formations, elle entend développer une doctrine commune à tous les présidents, avec en ligne de mire l’accentuation de l’autonomie et une présence renforcée auprès des pouvoirs publics.

Force de proposition, la CPU devient un véritable acteur politique !

Mais d’un autre côté se pose pour elle les défis de sa cohésion et de son unité dans le cadre d’un espace universitaire aux logiques de plus en plus différenciées.

  • Lire l’épisode 1 « Qu’est-ce qui vous a amené à prendre la CPU comme objet d’étude ? »
  • Lire l’épisode 2 sur les spécificités d’une thèse en histoire contemporaine