Ressource – Le fonds d’histoire de l’éducation du SCD de l’Université de Limoges

Photo : Sandrine Chaumeton, SCD de l’Université de Limoges.

Présentation du fonds

Bien que l’Université de Limoges n’ait été fondée qu’en 1968, son Service commun de la documentation conserve et présente à ses publics des fonds plus anciens. Parmi eux, le fonds d’histoire de l’éducation, conservé dans les bibliothèques de l’INSPÉ de l’académie de Limoges à Limoges et Tulle, sera regroupé à Limoges et rendu accessible dans le courant de l’année 2021. Il compte environ 20 000 documents, majoritairement issus des bibliothèques des anciennes écoles normales d’instituteurs et d’institutrices de l’académie de Limoges (Limoges pour le département de la Haute-Vienne, Guéret pour la Creuse, Tulle pour la Corrèze), auxquels s’est ajoutée la collection réalisée par l’association locale « sauvegarde du patrimoine scolaire », et quelques dons des anciennes bibliothèques des CDDP du Limousin ou de particuliers. Il s’agit globalement de :

  • manuels scolaires publiés depuis la première moitié du 19e siècle,
  • textes officiels,
  • revues et ouvrages relatifs à la pédagogie et à la didactique des disciplines,
  • petits matériels pédagogiques autrefois utilisés dans les écoles.
Continuer la lecture de « Ressource – Le fonds d’histoire de l’éducation du SCD de l’Université de Limoges »

Inventaire – Fonds de l’Association des anciens élèves de l’École des Roches et du Collège de Normandie (AERN), aux Archives nationales

Modalités d’entrée

Dépôt

Historique de la conservation

En 2013, Nathalie Duval, historienne et professeure à l’Université Paris-Sorbonne, auteur d’une thèse de doctorat sur l’histoire et la sociologie de l’École des Roches (2006), a contacté le Pôle de conservation des archives des associations de jeunesse et d’éducation populaire (PAJEP), afin que les archives de l’AERN, stockées dans la cave du domicile de Bernard Lefèvre, président de l’association, soient déposées et sauvegardées dans une institution patrimoniale. Le fonds a fait l’objet d’une expertise en septembre 2013, puis d’un récolement succinct en janvier-février 2014 avant d’être transféré aux Archives nationales – site de Pierrefitte-sur-Seine, en août de la même année. En 2019, un classement définitif a été réalisé.

Évaluation, tris et éliminations

Ont fait l’objet d’élimination, pour un total de 2 mètres linéaires environ, les documents en double, les factures, les bons de commande, les devis, les chèques, les coupons-réponses, les formulaires de cotisation en série (les états annuels des cotisations ayant été conservés), les listes de coordonnées pour la constitution des annuaires, les pouvoirs d’assemblées générales, ainsi que la documentation imprimée conservée en bibliothèque.

Inventaire – Les archives du collège de Juilly aux Archives nationales

612 registres ; 40,60 mètres linéaires.

Modalités d’entrée

Don de la Société anonyme du collège de Juilly (entrées n° 20140752 du 6 novembre 2014 et n° 20150098 du 11 février 2015).

Historique de la conservation

Les archives du collège de Juilly ont été conservées sur le lieu même de leur production jusqu’à la fermeture de l’établissement. Les archives demeurées utiles au fonctionnement du collège ont été collectées par les Archives nationales directement dans les locaux de l’administration. Les archives « historiques », devenues inutiles à la gestion courante de l’établissement mais présentant un intérêt historique, avaient été anciennement remises à la bibliothèque du collège puis confiées, lors de la fermeture de celui-ci, à la bibliothèque de la maison généralice de l’Oratoire (Maison Pierre-de-Bérulle, 17, rue des Lyonnais, 75005 Paris), où elles ont été prises en charge par les Archives nationales. Ces archives anciennes avaient été réparties par les bibliothécaires de Juilly en plusieurs séries : « registres », « manuscrits », « pièces », « documents figurés », « photographies »… Munies d’inventaires manuscrits ou dactylographiés, elles ont été exploitées par plusieurs historiens. Quelques registres figurant dans les inventaires anciens sont en déficit ou sont encore conservés à la bibliothèque de l’Oratoire.

Publication – Jean-Noël Luc (dir.), Jean-François Condette et Yves Verneuil, « Histoire de l’enseignement en France, XIXe-XXIe siècle », 2020.

Jean-Noël Luc – Jean-François Condette – Yves Verneuil, « Histoire de l’enseignement en France, XIXe-XXIe siècle », Paris, Armand Colin, août 2020, 416 pages. EAN 9782200613334  – prix livre imprimé : 24,90 € – prix livre numérique : 16.99 €

Au début du XIXe siècle, une minorité d’enfants, surtout masculine, fréquente une école élémentaire, tandis que l’enseignement secondaire accueille environ 2% d’une génération. Deux siècles plus tard, l’instruction est obligatoire, pour les deux sexes, de 3 à 16 ans, et la plupart des bacheliers (80% de leur génération) suivent des études supérieures. Cette aventure collective est l’œuvre d’acteurs multiples, publics et privés, nationaux et locaux. Analyser ses objectifs, ses modalités et ses résultats offre un observatoire privilégié sur les politiques éducatives, ainsi que sur la société, ses valeurs, ses dynamiques et ses blocages.

Trois actes ont été retenus pour appréhender une histoire plus riche en permanences qu’en ruptures. La première époque se situe entre l’émergence d’un système scolaire d’État, au début du XIXe siècle, et la fin des années 1870. L’âge de la République enseignante dure, ensuite, de 1880 à 1940, avant la rupture partielle de Vichy. L’École de masse – étudiée ici jusqu’à la fin des années 2010 – se construit, depuis la Libération, à travers deux « explosions scolaires ». Une dernière partie propose une autre lecture, thématique, de la scolarisation à travers plusieurs panoramas diachroniques consacrés à ses acteurs et à son expansion quantitative, ainsi qu’aux reconfigurations institutionnelles et professionnelles du système.

Cette démarche fait ressortir des faits particuliers, comme la création napoléonienne de l’Université, les innovations de la décennie 1880, le destin de l’École pendant les deux guerres mondiales, le moment Mai 68 et les grandes réformes ultérieures, mais également des temporalités spécifiques, des continuités ou des inflexions, masquées par le seul calendrier politique.

Cet ouvrage s’appuie sur des travaux récents en histoire de l’éducation. Il présente les personnels, les usagers et la vie quotidienne des établissements, ainsi que les contenus enseignés et les aléas de l’innovation pédagogique. Il analyse la question du genre et les épreuves des deux guerres mondiales. Il évoque l’éducation spécialisée, l’éducation surveillée, l’éducation populaire et l’École en situation coloniale. Il expose les différents éléments du débat, ancien et animé, autour de l’École de masse, dont les insuffisances ne sauraient masquer les réalisations. Autrement dit, et sans passer sous silence les dysfonctionnements du système scolaire au cours des cinquante dernières années, cette synthèse ne cherche pas à incriminer systématiquement l’École de masse en général et l’Éducation nationale en particulier.

Le texte est complété par 16 figures, 17 tableaux statistiques, 212 repères chronologiques et une bibliographie sélective de 270 titres. 

Jean-Noël Luc, directeur de l’ouvrage, est professeur émérite d’histoire contemporaine à Sorbonne Université. Jean-François Condette est professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Lille. Yves Verneuil, historien contemporanéiste, est professeur en sciences de l’éducation à l’Université Lumière Lyon 2.

Publication – Samuel Boussion, Mathias Gardet et Martine Ruchat, « L’internationale des républiques d’enfants (1939-1955) », 2020.

En 1949, on compte en Allemagne 8 millions d’enfants sans toit ; ils sont 6,5 millions en Russie, 3 millions en Italie et 1,3 million en France… Pour répondre à une situation d’urgence, des centres d’accueil sont créés dès le début de la guerre. Fonctionnant souvent dans la pénurie, ces communautés d’enfants relèvent au départ plus du bricolage que d’une réflexion ou d’une innovation éducative. Mais le bilan alarmant dressé au lendemain de la guerre transforme ces expériences qui auraient dû être éphémères en modèle pédagogique, humanitaire, social et politique.

En partie administrées par les enfants, sous la forme de l’autogestion, certaines revêtent le nom de « républiques d’enfants » : on y élit de jeunes maires, un gouvernement (conseils fédéraux, conseils municipaux, syndicats…), on met en place une police, un tribunal, une banque, une monnaie intérieure, un système de coopérative avec magasin local vendant la production locale, la fabrication et l’impression d’un journal. Au départ sans connexion entre elles, elles sont fondées partout en Europe par des prêtres, des médecins psychiatres, des instituteurs, des militants de l’éducation nouvelle ou d’autres bonnes volontés, et finissent par faire réseau.

Les nouvelles organisations internationales préoccupées de pacifier et de reconstruire les pays dévastés soutiennent ces initiatives. Du 5 au 10 juillet 1948, l’Unesco nouvellement créée convoque une conférence internationale au village Pestalozzi de Trogen en Suisse. En référence aux Boys Town dans le Michigan ou au Summerhill School au Royaume-Uni,
et largement inspirés par les travaux de John Dewey, Célestin Freinet, Maria Montessori, Donald Winnicott ou Jean Piaget, ces communautés sont traversées par de nombreuses contradictions : l’idéologie universaliste des promoteurs de l’après-guerre se heurte aux cultures et politiques nationales, à la réalité concrète d’isolats micro-sociaux où l’autonomie de l’enfant s’entrechoque avec l’autorité des éducateurs. Entreprise humanitaire ou utopie pédagogique ? Objet d’une curieuse amnésie, cet épisode qui se développe en marge de l’institution scolaire résonne en effet étrangement avec la vogue des pédagogies alternatives et l’intérêt récent pour l’histoire de l’éducation nouvelle, la formation des enfants à la citoyenneté, mais aussi la politique d’accueil de mineurs isolés.

Ce livre en retrace l’histoire vivante, incarnée et parfois terrifiante. Il rassemble un extraordinaire matériel iconographique et sonore, également accessible sur un site dédié en prolongement du livre.

Publication – Collectif, « Vannes et son pays. L’enseignement en Bretagne. Actes du congrès de Vannes, 5-7 septembre 2019 », 2020.

Histoire de Vannes

  • Louis CHAURIS – Quelques aperçus sur l’impact des pierres dans les constructions à Vannes
  • Sébastien DARÉ, Corentin OLIVIER – La présence carmélitaine à Vannes aux XVe et XVIsiècles : les couvents du Bondon et de Nazareth. Apports des découvertes archéologiques
  • Olivier CHARLES – Semi-prébendés ? Musiciens ? Choristes semi-prébendés ? Les archiprêtres de la cathédrale de Vannes du XVIe au XVIIIe siècle
  • Erwann LE FRANC – Le XVIIe siècle, second âge d’or des églises conventuelles : le cas du diocèse de Vannes
  • Christian CHAUDRÉ – La révolte du collège de Vannes en 1815

Patrimoine de Vannes et de son pays

  • Catherine TOSCER, Claire LAINÉ – Architecture et société vannetaise : l’exemple des hôtels urbains
  • Jean-Yves CAVAUD – Les collections de la Société polymathique du Morbihan : leur histoire, leur devenir
  • Cécile OULHEN – 1419-2019 : le culte de saint Vincent Ferrier à la cathédrale Saint-Pierre de Vannes, des lieux et des oeuvres
  • Sébastien DARÉ – La crypte de la cathédrale Saint-Pierre de Vannes : résultats de la récente étude archéologique
  • Diego MENS CASAS – La chapelle Notre-Dame-du-Loc en Saint-Avé. « Ymages » et décors du dernier quart du XVe siècle
  • Christophe AMIOT – Le manoir de Kerleguen en Grand-Champ
  • Catherine TOSCER – Le logis du couvent des Carmes du Bondon

L’enseignement en Bretagne

  • Sophie LE GOFF – L’enseignement et les bibliothèques en Bretagne à la fin du Moyen Âge : parcours littéraire de l’auteur de la Chronique de Saint-Brieuc
  • Marjolaine LÉMEILLAT – L’enseignement en Bretagne à la fin du Moyen Âge (fin XIIIe-début XVIe siècle). État de la recherche et nouvelles perspectives
  • Bruno RESTIF – Enseignement et doctrine : le Catéchisme post-tridentin de l’évêque de Rennes Aymar Hennequin (1582)
  • Andréï JAFFRENOU – Des petites écoles paroissiales au petit séminaire de Plouguernével, collège de haute-Cornouaille à la fin de l’Ancien Régime
  • Daniel COLLET – Le collège municipal de Quimper de 1830 à 1886
  • Michel CHALOPIN – Les notables et l’école en Bretagne de 1828 à 1850, à travers les exemples des comités d’arrondissement de Brest, Fougères, Loudéac, Nantes, Quimper et Saint-Brieuc
  • Youenn MICHEL – Les maîtres et l’enseignement du breton sous Vichy : histoire d’une défiance
  • Catherine ADAM – Les représentations de la scolarisation en breton, depuis l’ouverture de la première classe Diwan jusqu’à aujourd’hui
  • Samuel GICQUEL – Le Dictionnaire des lycées catholiques de Bretagne. Retour sur une enquête

Parution – Olivier Poncet, « Une éducation savante. Lettres de Marie-René de la Blanchère à Auguste Geffroy (1878-1886) », 2020.

Marie-René de La Blanchère (1853-1896), jeune normalien envoyé à l’École française de Rome pour y poursuivre des recherches en archéologie, a entretenu un dialogue épistolaire soutenu avec son directeur, Auguste Geffroy (1820-1895), durant ses années en Italie (1878-1881), et, plus tard, pendant ses années d’installation en Afrique du Nord (1881-1886). Il émane du souvenir de cet échange – les 122 lettres conservées sont du seul La Blanchère – un saisissant parfum d’audace et de liberté créatrices. Ancrée autour des fouilles et explorations de La Blanchère à Terracina, préfiguration de sa thèse de doctorat soutenue en 1883, et de ses premiers pas d’enseignant et d’administrateur du patrimoine en Afrique du Nord, cette correspondance restitue une « éducation savante » nouée autour de l’École de Rome, une institution originale pensée pour donner à la science historique française les moyens d’une accélération décisive à la hauteur du projet politique républicain.

Parution – Jérôme Martin, « La naissance de l’orientation professionnelle en France (1900-1940). Aux origines de la profession du conseiller d’orientation », 2020.

L’ouvrage explore les origines du mouvement d’orientation professionnelle en France, des années 1900 aux années 1940. Croisant l’histoire sociale, l’histoire de l’éducation et celle de la psychologie, il met en valeur les conditions d’apparition de la question de l’orientation, la diversité des acteurs ainsi que ses bases idéologiques et scientifiques. L’après Première Guerre mondiale et les années 1930 constituent deux périodes fondamentales dans l’histoire de l’orientation professionnelle.

Publication – N° de varia de la revue « Histoire de l’éducation »

Histoire de l’éducation – n°152  2019/2Varia

  • Jean-Michel Martinez, L’enseignement des sciences et de l’agriculture dans les écoles normales d’instituteurs de l’académie de Montpellier (1880-1905)Science and agricultural education in the Académie de Montpellier male teacher training colleges (1880-1905)
  • Marc Moyon et Nara Vilma Lima Pinheiro, René Duthil, militant français de l’adoption des tests à l’école dans l’entre-deux-guerres René Duthil, French activist for the method of tests at school during the Interwar period
  • Paul LehnerLes concurrences entre syndicats et association professionnelle pour la représentation des conseillers d’orientation (1964-1968). Competitions between trade unions and professional association for the representation of guidance counselors (1964-1968)
  • Thomas Lerosier, Institutionnalisation de la recherche et formation des ingénieurs à Grenoble (années 1960-1980). Engineering Education and Institutionalization of Research (1960-1980)
  • Notes critiques

Parution – Côme Simien, « Culture des humbles et culture de l’écrit. De quelle(s) intermédiation(s) culturelle(s) les maîtres d’école villageois du siècle des Lumières furent-ils les agents ? », n° 18, Cahiers d’histoire de la Révolution française, 2020.

Le présent article se propose d’interroger plusieurs hypothèses formulées par Michel Vovelle à l’égard de l’accès des humbles à la culture écrite et du rôle du maître d’école comme « intermédiaire culturel » au xviiie siècle. Les enseignants du monde rural français assurèrent-ils la descente dans le corps social d’une culture voulue par les élites pour le peuple ? Comment expliquer la diffusion accélérée des écoles dans le monde rural à partir de la seconde moitié du xviiie siècle ? Serait-ce le fruit de la diffusion des idées des Lumières au village ? Comment comprendre l’absence de corrélation entre taux d’alphabétisation et couverture du territoire en écoles ? L’état actuel des connaissances nous permet de proposer quelques réponses à ces questions : la place singulière acquise par l’école au sein des communautés villageoises explique bien plus que l’influence des Lumières le nombre accru d’écoles au xviiie siècle ; elle limitait de fait aussi la capacité des maîtres à jouer un rôle de médiateur des idées nouvelles au village.

Parution – Pierre Guidi, « Éduquer la nation en Éthiopie. École, État et identités dans le Wolaita (1941-1991) », PUR, 2020.

Résumé : À  travers les dynamiques scolaires de la région éthiopienne du Wolaita, ce livre retrace l’histoire de l’État-nation à partir de ses marges, dans la seconde moitié du XXe siècle. De la monarchie de droit divin de Haylä Sellasé au régime militaire marxiste-léniniste du Därg, il s’intéresse aux manières dont les habitants d’une région, incorporée à la fin du XIXe siècle, ont réagi face à leur situation dominée au sein de l’ensemble national en négociant avec l’institution scolaire – ses idéologies successives, ses savoirs, ses langues d’enseignement, ses pratiques de pouvoir – pour prendre place dans la communauté politique.

Avec une préface de Rebecca Rogers. En coédition avec IRD Éditions. Avec le soutien du Centre français des études éthiopiennes (MEAE, CNRS).

Parution – Encyclopédie ENHE : « D’une éducation pour l’Europe à une éducation européenne »

Nouveau bloc de notices dans l’ENHE :

Parution – Ismail Ferhat (dir.), « La Picardie, un territoire éducatif à part ? », n° 39, Revue du Nord, 2020.

  • Ismail FERHAT, Ce que le territoire fait à l’éducation. Constats, questionnements et résultats d’une recherche collective
  • Axe 1. Quels héritages et trajectoires historiques ?
    • Bruno POUCET, Offre scolaire en primaire élémentaire, statistiques et réussite éducative
    • Maryse CUVILLIER, La constitution du réseau d’enseignement primaire supérieur dans la Somme de 1878 à 1960
    • Jean-François CONDETTE, Un siècle de développement de l’enseignement secondaire dans la France septentrionale une évolution différentielle des territoires picards ? (1840-1939)
    • Julien CAHON, Ce que la guerre fait à l’école (1870-1944)
  • Axe 2. Images et représentations
    • Alain MAILLARD, Le langage de la mauvaise réputation
    • Lucie MOUGENOT, La Picardie et les Picards : construction d’une image dans la littérature aux XIXe et XXe siècles
    • Thomas VENET, Lucie MOUGENOT, Julien MONIOTTE, Le sentiment d’auto-efficacité des élèves en Picardie
  • Axe 3. Quelles dynamiques et logiques territoriales ?
    • Arnaud DESVIGNES et Thomas VENET, Hétérogénéité territoriale et performances scolaires dans l’académie d’Amiens
    • Ismail FERHAT, Faire « bouger les jeunes » ? Les politiques budgétaires du Conseil régional de Picardie face à la mobilité éducative, années 1980-années 2010

Le prix Louis-Cros 2019 pour Mara Donato di Paola, Bénédicte Girault et Maurice Edenz

Le prix Louis Cros a été créé en 2003, sous l’égide de l’Académie des sciences morales et politiques, par convention avec le Comité Universitaire d’Information Pédagogique (CUIP), en hommage à la mémoire de Louis Cros. Celui-ci fut inspecteur général de l’Instruction publique pendant plus d’un demi-siècle, fondateur du CUIP, créateur de l’Institut Pédagogique National et des Centres régionaux et départementaux de documentation pédagogique, président honoraire des Centres d’entraînement aux pédagogies actives (CEMEA), directeur de l’Administration générale et financière du ministère de l’Education nationale. Il a toujours été soucieux de concevoir une politique d’éducation qui assure l’accès de tous au savoir et à la culture. Il a également été le premier, en France, à identifier le phénomène mondial qualifié d’ »explosion scolaire », à en prédire l’ampleur, à analyser sa nature et à en discerner la portée politique.

En sa mémoire, le prix Louis Cros récompense, annuellement, l’auteur ou les auteurs d’un ouvrage ou d’un travail universitaire (thèse soutenue avant la date de forclusion) édité ou non, rédigé exclusivement en français. Le jury apprécie particulièrement les travaux susceptibles d’éclairer non seulement les spécialistes et les praticiens, mais également le grand public, sur les enjeux et les défis contemporains de l’éducation et de la formation.

Lauréats 2019

Mara Donato di Paola, pour sa thèse, « Enseigner les Lettres au XIXe siècle. Histoire sociale et politique comparée des professeurs de l’enseignement secondaire public en Belgique et en Italie », soutenue en  2018 à l’Université Libre de Bruxelles.

Mara Donato di Paloa (centre) reçoit sont prix de Georges-Henri Soutou, président de l’Académie des sciences morales et politiques et de Pierre Delvolvé, vice-président.

Bénédicte Girault, pour sa thèse Mémoires d’un ministère. Une analyse secondaire de l’enquête orale du Service d’histoire de l’éducation (c.1950-c.2010), soutenue en 2018 à l’Université de Cergy-Pontoise ;

Bénédicte Girault (centre) reçoit sont prix de Georges-Henri Soutou, président de l’Académie des sciences morales et politiques et de Pierre Delvolvé, vice-président.

Edenz Maurice, pour sa thèse « Faire l’école dans une « vieille colonie » », soutenue en juin 2018 à l’Institut des Sciences politiques (CERI) de Paris.

Maurice Edenz (centre) reçoit sont prix de Georges-Henri Soutou, président de l’Académie des sciences morales et politiques et de Pierre Delvolvé, vice-président.

Expositions virtuelles – L’enseignement dans la capitale sous la Troisième République (Archives de Paris)

Entrée de l’école de garçons, 15 rue Sorbier (Paris, 1927). Cote : Archives de Paris, 11Fi 894.

Les Archives de Paris conservent d’importants fonds sur les écoles primaires de la capitale. Anciens élèves à la recherche d’informations sur leur parcours scolaire ou historiens soucieux de retracer l’histoire d’une école peuvent venir découvrir ces sources très variées.

Témoignages précieux et émouvants d’une histoire de l’enseignement à Paris, ces documents ont été collectés à l’issue d’un travail de longue haleine. Une première campagne est menée dans les années 1990, sans caractère systématique mais pour répondre à une urgence de sauvegarde à l’occasion de travaux ou pour faire face à des dégâts matériels. De 2006 à 2009, une politique volontariste étend l’effort de collecte à l’ensemble des écoles primaires et établissements secondaires parisiens. 550 versements, représentant plus de 200 mètres linéaires d’archives, ont ainsi été collectés.

Un guide des fonds a été publié en 2013 par les Archives de Paris sous la direction de Geneviève Profit, Rosine Lheureux et Olivier Muth, pour accompagner les chercheurs. L’ouvrage, Deux siècles d’enseignement public à Paris, XIXe – XXe sièclestome 1 : Les archives des écoles primaires, état des versements, documents de 1842 à 2006, est en vente à la caisse des Archives de Paris.

Exposition – Deux siècles d’architecture scolaire, ville de Gonesse (juin 2020-juillet 2021)

L’architecture scolaire illustre dans l’espace urbain l’importance accordée à l’éducation. Aujourd’hui, les architectes et les pédagogues s’interrogent sur l’aménagement des espaces éducatifs : flexibilité des salles de classe, espace numérique, etc. L’exposition propose d’identifier les liens entre l’architecture scolaire, les caractéristiques pédagogiques et les enjeux de la société depuis le 19e siècle.

Collecte d’archives – éducation confinée (MUNAE, Rouen)

Le confinement, dû à l’épidémie de Covid 19, a entraîné des contraintes et des modifications majeures dans les modes de vie, il a perturbé le déroulement de la scolarité, entrainé une réorganisation et une adaptation des manières d’éduquer, d’apprendre, en mettant notamment en place la continuité pédagogique à distance.

Le musée souhaite désormais agir pour conserver des traces, matérielles ou immatérielles, de la mobilisation individuelle et collective de ces derniers trois mois, afin de constituer la mémoire de la nation apprenante, produit de cette période inédite.

Le projet co-construit avec vous, les publics et les acteurs de l’éducation, se décline en quatre phases :

  • Identification des typologies d’objets ou documents pertinents produits dans le cadre de l’éducation à la maison grâce à la collaboration des acteurs de terrain (12 juin-12 juillet 2020).
  • Analyse des propositions et définition des items ayant vocation à être intégrés dans les collections muséales et passage en commission d’acquisition (12 juillet-30 novembre 2020).
  • Collecte physique des objets : jusque mars 2021.
  • Inventaire, étude et valorisation scientifique via un portail documentaire adapté, une exposition-dossier : deuxième semestre 2021.

Aussi, le Munaé fait aujourd’hui appel à vous, membres de la communauté éducative, pour l’aider à identifier les typologies de matériaux qui vous semblent pertinents à collecter, conserver et présenter au public, objets-symboles de cette nouvelle manière de faire école et d’éduquer.

Informations pratiques :

Une adresse mail spécifique est donc créée pour vous : parent, élève, enseignant, membre d’un service jeunesse de collectivité ou encore assistant.e de vie scolaire et éducateur.trice accompagnant des situations de handicap (etc.)…

Adressez-nous vos suggestions de typologies d’objets et documents de l’éducation scolaire et familiale, de l’école à la maison, que vous avez vus, créés, partagés. N’hésitez pas à nous envoyer des photographies et des témoignages expliquant le fonctionnement, l’utilisation, l’intérêt de ces outils et productions.

Montrez-nous vos coups de cœurs éducatifs sur munae-educationconfinee@reseau-canope.fr

Parution – Jussi Välimaa, « A History of Finnish Higher Education from the Middle Ages to the 21st Century », 2020.

This book unravels the origins, continuities, and discontinuities of Finnish higher education as part of European higher education from the Middle Ages to the 21st century. It describes the emergence of universities in the Middle Ages and the Finnish student, and  moves on to the Reformation and the end of Swedish rule. It then discusses the founding of the Royal Academy of Turku, its professors and governing bodies, its role as a community, student numbers, the research and controversies. Travelling through the age of autonomy, the first decades of independence and the Second World War, the book examines the expansion of higher education, the development of the system, and the establishment of polytechnics. It concludes by analysing the multiple institutional and organisational layers of Finnish higher education. Altogether, the book offers an historical study that shows how and why education and higher education have been important in the process of making the Finnish nation and nation state.

Publication – Livia Prüll, Christian George, Frank Hüther, « Universitätsgeschichte schreiben. Inhalte – Methoden – Fallbeispiele » [Ecrire l’histoire des universités. Contenu – méthodes – études de cas], 2020.

Allemand : In Vorbereitung auf die 75-Jahrfeier der Johannes Gutenberg-Universität Mainz hat der Forschungsverbund Universitätsgeschichte Wissenschaftlerinnen und Wissenschaftler aus Deutschland, Österreich und der Schweiz versammelt. Dieser Band präsentiert die Ergebnisse dieser Zusammenkunft. Im Zentrum stehen die Fragen nach dem Forschungsgegenstand der neueren Universitätsgeschichte sowie nach Methoden und Zugängen zur Erforschung der Universitätsgeschichte nach 1945. Ergänzt um einen Beitrag zur Universitätsgeschichte der DDR wird dabei der aktuelle Forschungsstand beleuchtet. Zwei Einzelbeispiele vermitteln schließlich den Umgang von Universitäten mit ihrer jüngeren Geschichte.

Anglais : In preparation of the 75th anniversary of the Johannes Gutenberg University Mainz the Research Alliance for the university history gathered scholars from Germany, Austria and Switzerland. This volume presents the proceedings of this meeting. The volume focuses on the recent history of the university as a field of research as well as methods to explore the history of the university after 1945. A contribution on the history of the university in the German Democratic Republic (GDR) highlights the current state of research. Two examples convey how universities cope with their recent history.

Parution – Joachim Bauer, Stefan Gerber, Stefan, Christopher Spehr, « Das Wartburgfest von 1817 als europäisches Ereignis » [La fête de la Wartbourg de 1817 comme événement européen], 2020.

Das Wartburgfest von 1817 ist ein symbolträchtiger Erinnerungsort der deutschen Geschichte. Zwei Jahre nach dem Ende der Napoleonischen Ära setzte das Festereignis ein Signal des politischen Aufbruchs: Für die föderative Nation und den Nationalstaat, für Verfassung und politische Partizipation. Im Wartburgfest kamen somit all jene Problemkomplexe zusammen, die in den folgenden Jahrzehnten die Politik und Gesellschaft in Deutschland bis über die Reichsgründung hinaus prägen sollten. Allerdings fällt es nach wie vor schwer, die Vielschichtigkeit des Ereignisses historisch zu erfassen und differenziert darzustellen.

Anlässlich des 200. Jubiläums des Wartburgfestes im Oktober 2017 veranstalteten die Friedrich-Schiller-Universität Jena und die Wartburg-Stiftung Eisenach eine Tagung, die sich den Voraussetzungen und Folgen des Ereignisses widmete, um das Geschehen aus der Perspektive einer europäischen Verflechtungsgeschichte zu würdigen.