Pour une histoire renouvelée des élèves (XVIe- XXe siècles) Volume 2 : sources et méthodes [VIENT DE PARAÎTRE]

Histoire de l'éducation n° 151
 
Dans la continuité du numéro 150 qui proposait cinq bilans historiographiques sur l’histoire des élèves, ce numéro présente cinq contributions qui insistent davantage sur les questions liées aux archives, aux sources imprimées et aux enquêtes statistiques, et qui mettent en avant les dimensions méthodologiques de l’écriture de cette histoire. Les sources sur les élèves sont souvent lacunaires et indirectes. Écrites par des adultes pour d’autres adultes, les sources administratives rendent compte d’une situation ou aident à la prise de décision. Les élèves sont bien présents, mais à l’arrière-plan, comme unités de compte révélant la bonne santé ou la crise d’un établissement. C’est à partir du croisement de sources diverses, permettant d’associer données nationales et réalités départementales ou locales, archives et textes imprimés, que l’on peut retrouver l’élève, comme le montrent les contributions de Dominique Julia, Jean le Bihan et de Solenn Huitric. Les mémoires, autobiographies et souvenirs étudiés par Pierre Caspard, si l’on dépasse leur individualité par leur mise en corpus, en disent aussi beaucoup sur la vie d’élève. L’historien peut également bénéficier de la collecte de données et de la constitution de larges bases par les services du ministère de l’Éducation nationale, comme les panels d’élèves mis en place depuis les années 1960 et présentés par Jean-Paul Caille et Jérôme Krop.

Appel à contributions : Les réformes du financement de l’éducation : genèses, enjeux et effets. France et Suède (XIXe-XXIe siècles)

Les réformes du financement de l’éducation : genèses, enjeux et effets. France et Suède (xixe-xxie siècles)

Appel à contributions pour un dossier thématique publié simultanément dans la revue Histoire de l’éducation (en français) et dans le Nordic Journal for Educational history (anglais et langues scandinaves).

Au xixe et au xxe siècle, avec des variations de calendrier, de rythme et d’ampleur, les sociétés européennes ont suivi des trajectoires de massification des scolarisations primaires, secondaires – générales et techniques – et supérieures. Dans le même temps, diverses réformes ont remodelé l’organisation financière de ces enseignements, les modifications portant sur la part respective des financements publics et privés, sur le rôle des mécanismes de marché dans l’allocation des ressources, ou encore sur la répartition des compétences et des charges financières entre l’État et les collectivités locales.

Mobilisant des méthodologies quantitatives, économistes et politistes ont examiné les effets des différents types de régimes financiers sur le rythme de développement du système scolaire, sur le niveau global de la dépense d’éducation, et sur les mécanismes de redistribution des richesses entre les différentes classes sociales. Ces recherches montrent que les régimes financiers des systèmes scolaires ne sont pas des leviers neutres. Au contraire, en comprendre les spécificités et les mécanismes permet d’éclairer différents aspects des politiques éducatives, et de mieux apprécier la place du système scolaire dans les politiques redistributives des sociétés démocratiques. À ce titre, l’histoire de l’organisation financière des systèmes d’enseignement vient nourrir la réflexion en cours sur la dynamique des inégalités socio-économiques dans les sociétés européennes. Après avoir culminé au XIXe siècle, les inégalités de revenu et de patrimoine y ont en effet sensiblement diminué au XXe siècle après la Première guerre mondiale, mais tendent à s’accroître depuis les années 1980.

Nous proposons donc, dans cet appel à contributions, de prendre pour objet d’étude les différentes réformes apportées à l’organisation financière des systèmes scolaires au xixe et au xxe siècle, leur genèse, leurs objectifs sociaux, économiques et politiques, ainsi que leurs effets. Cet appel à contributions cible les cas de la France et de la Suède. Notre ambition est d’abord de combler les lacunes des historiographies nationales sur ces questions, mais aussi de faire apparaître la diversité des solutions apportées à des problèmes similaires tels que les différences de coût des scolarités en milieu urbain et en zone rurale, les tensions entre objectifs nationaux et spécificités socio-économiques locales, ou encore le durcissement de la contrainte budgétaire et la recherche d’un meilleur emploi des fonds publics.

Parmi les réformes qui mériteraient un examen plus approfondi, nous aimerions signaler, sans prétendre à l’exhaustivité :

Pour le cas français :

  • La prise en charge par l’État de la rémunération des instituteurs en 1889, ainsi que celle des professeurs de collège en 1925
  • La réforme de la taxe d’apprentissage en 1971
  • La vague de nationalisation des collèges des années 1950 aux années 1970
  • Les aspects financiers de la décentralisation scolaire initiée en 1982-1983, tant pour l’enseignement public que pour l’enseignement privé

Pour le cas suédois :

  • La centralisation de la rémunération des instituteurs (1910-1930)
  • La réforme du système d’aide aux étudiants (1900-1950)
  • La création des « grundskole » dans les années 1950 et leur réforme en 1962 (grundskolereformen)
  • La décentralisation de l’école primaire suédoise en 1989-1991, dite encore « municipalisation » (komunaliseringen)
  • L’introduction des « chèques éducation » (1992)

Dans leurs recherches, nous invitons les auteurs à être attentifs à la pluralité de facteurs susceptibles d’éclairer l’adoption de telle ou telle réforme. La réforme peut officialiser l’existence de flux financiers, qui se seraient progressivement développés en dehors du cadre fixé par les textes. Elle peut aussi instaurer de nouvelles sources de financement. Dans tous les cas, il faut apprécier le poids des modèles idéologiques qui apportent les justifications nécessaires à toute modification dans la répartition des charges incombant aux différents financeurs : conceptions concurrentes de ce qu’implique l’égalité (entre individus, genres, classes sociales, territoires) ; visions alternatives des caractéristiques d’une organisation efficace.  Enfin, les auteurs devront, dans la mesure du possible, s’efforcer d’apprécier les effets à court, moyen et long terme des réformes étudiées, sans préjuger de la conformité de ces effets aux objectifs initialement poursuivis.

Consignes pour les auteurs

Les propositions devront inclure :

  • le nom de l’auteur, ses coordonnées électroniques et son affiliation institutionnelle
  • un titre et un résumé (700-800 mots) en français, en anglais, ou dans une langue scandinave
  • une bibliographie.

Ces propositions seront adressées conjointement à Clémence Cardon-Quint (clemence.cardon-quint@u-bordeaux.fr) et Johannes Westberg (b.a.j.westberg@rug.nl).

Comité scientifique

Les articles seront soumis à une expertise en double aveugle. Les comités scientifiques de la revue Histoire de l’éducation et du Nordic Journal of Educational History sont garants du bon déroulement du processus.

https://journals.openedition.org/histoire-education/

https://journals.ub.umu.se/index.php/njedh

 

Calendrier

  • Clôture de l’appel à contributions : 1er mai 2020.
  • Réponse aux auteurs : 1er juin 2020.
  • Novembre 2020 (date précisée ultérieurement) : atelier de travail à l’université de Bordeaux (France). Présentation et discussion d’une première version des articles et de l’introduction du dossier
  • Janvier 2021 : remise des articles
  • Janvier-mars 2021 : expertise en double aveugle
  • Mai 2021 : remise des versions revues et amendées des articles
  • Mai 2021-septembre 2021 : traduction professionnelle des articles (financée et supervisée par les organisateurs)
  • Hiver 2021 : publication

 

Bibliographie

Ansell Ben W., From the Ballot to the Blackboard: The Redistributive Political Economy of Education, Cambridge, Cambridge University Press (coll. « Cambridge Studies in Comparative Politics »), 2010.

 

Busemeyer Marius R., Skills and Inequality: Partisan Politics and the Political Economy of Education Reforms in Western Welfare States, Cambridge, Cambridge University Press, 2014.

 

Busemeyer Marius R., The Impact of Fiscal Decentralisation on Education and Other Types of Spending, Rochester, NY, Social Science Research Network, 2007.

 

Cappelli Gabriele et Vasta Michelangelo, « Can school centralization foster human capital accumulation? A quasi-experiment from early twentieth-century Italy », The Economic History Review, 22 juillet 2019.

 

Condette Jean-François (ed.), Le coût des études : modalités, acteurs et implications sociales, XVIe-XXe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012, 412 p.

 

Forsberg, Håkan. “School Competition and Social Stratification in the Deregulated Upper Secondary School Market in Stockholm.” British Journal of Sociology of Education 39, no. 6 (2018): 891-907.

Gambin Lynn, Hogarth Terence, “Who pays for skills? Differing Perspectives on Who Should pay and Why”, in John Buchanan, David Finegold, Ken Mayhew, Chris Warhurst (ed.), The Oxford Handbook of Skills and Training, Oxford, Oxford University Press, 2017, p. 652-670.

Huitric Solenn, Transformer les collèges communaux en lycées. La coproduction d’une action publique (1830-1880), Thèse de doctorat, Université de Lyon, France, 2016.

Lundahl, Lisbeth. “A Matter of Self-Governance and Control the Reconstruction of Swedish Education Policy: 1980-2003.” European Education 37, no. 1 (2005): 10-25.

Mitch David F., « The Impact of Subsidies to Elementary Schooling on Enrolment Rates in Nineteenth-century England », Economic History Review, Second Series, août 1986, vol. 39, no 3, p. 371‑391.


Piketty Thomas, Capital et idéologie, Paris, Éditions du Seuil, 2019, 1197 p.


Román, Henrik, Stina Hallsén, Andreas Nordin, and Johanna Ringarp. “Who Governs the Swedish School? Local School Policy Research from a Historical and Transnational Curriculum Theory Perspective.” Nordic Journal of Studies in Educational Policy, no. 1 (2015): 81-94.

Savoie Philippe, La construction de l’enseignement secondaire (1802-1914). Aux origines d’un service public, Lyon, ENS, 2013, 501 p.

Théret Bruno, « Les dépenses d’enseignement et d’assistance en France au XIXe siècle : une réévaluation de la rupture républicaine », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 1991, vol. 46, no 6, p. 1335‑1374.

 

 

AàC pour une journée d’étude et un ouvrage consacrés à : L’histoire de l’éducation de la colonisation aux décolonisations en Afrique (années 1920 – 1970)

Appel à contributions pour une journée d’étude et un ouvrage consacrés à :

L’histoire de l’éducation de la colonisation aux décolonisations en Afrique (années 1920 – 1970)

Le CEPED (France), le CESSMA (France), l’Université spécialisée VID (Norvège) et l’Université de Dalarna (Suède) souhaitent inviter les chercheurs travaillant sur l’histoire de l’éducation en Afrique, du Maghreb à l’Afrique du Sud, à participer à une nouvelle journée d’étude internationale consacrée à « L’histoire de l’éducation de la colonisation aux décolonisations en Afrique (années 1920 – 1970) » laquelle débouchera sur la publication d’un ouvrage.

Veuillez envoyer un résumé (1500 signes) de votre proposition avant le 17 janvier 2020 à for.an.education.network@gmail.com

Les auteurs des propositions sélectionnées seront informés avant le 7 février 2020 et invités à participer à une journée d’étude qui se tiendra à Paris les 21 et 22 avril 2020 et sera consacré aux histoires vécues en lien avec les pratiques éducatives, de la colonisation aux années suivant immédiatement les indépendances en Afrique (1920 – 1970). Les contributeurs devront soumettre leur article complet (6000 mots) avant le 31 mars 2020 pour la journée d’étude et dans la perspective du volume.

Pour davantage de précisions, voir les appels joints ci-dessous : 

Sélection d’articles récents en histoire de l’éducation

Vous trouverez ci-dessous une sélection d’articles parus dans des revues généralistes anglophones mais pouvant relever de l’histoire de l’éducation.

Cette sélection est réalisée par les administrateurs de la liste de diffusion H-Education.


Antunes dos Santos, Renato; Nunes, Maria do Patrocinio Tenorio. “Medical education in Brazil.” Medical Teacher (MED TEACH), Oct2019; 41(10): 1106-1111.

Berridge, Willow. “Colonial education and the shaping of Islamism in Sudan, 1946–1956.” British Journal of Middle Eastern Studies. Oct2019, Vol. 46 Issue 4, p583-601.

Chow, Broderick D.V. “Sculpting Masculinities in 19th- and 20th-Century Physical Culture: The Practiced Life of Stanley Rothwell.” TDR: The Drama Review. 2019, Vol. 63 Issue 2, p34-56. [History of physical education]

Cuddy, Elizabeth. “”Why, By Golly, They’re Pirates”: Pirate Narratives, College Sports, and African‐American History in Hampton Roads, Virginia.” Journal of American Culture. Sep2019, Vol. 42 Issue 3, p242-254.

Dittrich, Klaus. “”The center of the manual training movement in Germany”: die Deutsche Lehrerbildungsanstalt für Knabenhandarbeit in Leipzig, 1887–1914. (German)” Paedagogica Historica; Oct2019, Vol. 55 Issue 5, p671-693.

Duparc, F.; Grignon, B.; Kachlik, D. “Editorial: History in anatomy education.” Surgical & Radiologic Anatomy. Oct2019, Vol. 41 Issue 10, p1101-1102.

Hampel, Robert L. “A Short History of CliffsNotes.” Curriculum and Teaching Dialogue, v.21, no. 1, 2019, pp. 99-108.

Kachlik, D.; Varga, I.; Székely, AD. “The legacy of Václav Trnka: modern medical education in Slovakia and Hungary in the eighteenth century.” Surgical And Radiologic Anatomy: SRA [Surg Radiol Anat] 2019 Oct; Vol. 41 (10), pp. 1113-1116.

Mota, Teresa Salomé. “”Have we ever been geologists?” Geology related images in textbooks for Portuguese secondary education (1836–1974).” Paedagogica Historica; Oct2019, Vol. 55 Issue 5, p651-670.

Orzel, Joanna. “The South versus the North, the Piarists versus the Jesuits: the educational dispute based on nature in the mid-eighteenth century in the Polish Lithuanian Commonwealth.” Paedagogica Historica; Oct2019, Vol. 55 Issue 5, p694-702.

Reed, Jordan. “The Textbook as Technology in the Age of Open Education Resources.” The History Teacher, Volume 52, No. 4, 2019. p. 637-651.

Tronchet, Guillaume. “L’accueil des étudiants réfugiés au XXe siècle. Un chantier d’histoire globale.” Monde(s). Histoire, espaces, relations, 2019, n°15, p. 93-116.  https://www.cairn-int.info/article-E_MOND1_191_0093–towards-a-global-history-of-refugee.htm

Weissman, Rebecca. “The role of white supremacy amongst opponents and proponents of mass schooling in the South during the Common School era.” Paedagogica Historica; Oct2019, Vol. 55 Issue 5, p703-723

AàC – Les sociétés savantes et l’enseignement scientifique et technique

Dans le cadre du 7e congrès de la SFHST (Montpellier 15-18 avril 2020), Renaud d’Enfert, Virginie Fonteneau et Anne Bidois proposent un symposium intitulé :”Les sociétés savantes et l’enseignement scientifique et technique : circulation, diffusion et réalisations au XIXe siècle ».


Vous trouverez ici le résumé du symposium. Les propositions de communications sont à déposer via le site du congrès (https://sfhstmtplr2020.sciencesconf.org/) avant le 6 janvier 2020. Nous vous prions de bien vouloir, au moment du dépôt sur le site du congrès, laisser en plus un courriel de confirmation à l’adresse suivante : anne.bidois[at]univ-rouen.fr

Séance de séminaire – Les mobilisations pour l’enfance en temps de crise au XXe siècle

La prochaine séance du séminaire “Acteurs et mouvements sociaux” aura pour thème “Les mobilisations pour l’enfance en temps de crise au XXe siècle“. Nous aurons le plaisir d’acueillir :
 
Célia Keren (Sciences Po Toulouse) : « L’exode des enfants: genèse et diffusion d’une technique de solidarité syndicale en temps de grève (Europe-Etats-Unis, premier XXe siècle)»
 
Camille Mahé (CHSP) : « Se mobiliser pour l’enfance en guerre : enjeux et acteurs d’une compétition internationale (Europe de l’Ouest-années 1940) »
 
Le séminaire aura lieu jeudi 12 décembre  de 14h30 à 16h30 au Centre d’histoire 56 rue Jacob, 75006 Paris, en Salle du Traité.

Séminaire – Les enfants dans les affrontements religieux de la première modernité

Nous vous signalons la tenue d’un cycle de conférences “Les enfants dans les affrontements religieux dela première modernité (XVIe-premier XVIIe siècles). Militants, victimes, bourreaux”.

A l’heure où l’on s’interroge sur l’engagement des jeunes dans les violences religieuses contemporaines, ces rencontres proposent d’éclairer les modalités d’implication des enfants dans les affrontements religieux qui ont déchiré l’Europe entre 1520 et 1640. La dimension religieuse de ces conflits leur a conféré des traits spécifiques : conquêtes des âmes, développement de moyens de contrôle social, fabrication d’identités collectives opposées…

Dans ce contexte, les enfants sont à la fois acteurs de la violence (soldats, massacreurs, iconoclastes), victimes (martyrs, convertis de force etc.) mais aussi militants : à travers l’éducation, le catéchisme, ou encore les chansons, les moyens de les mobiliser ont été multiples et nous souhaiterions nous interroger sur leurs modalités.

Cette deuxième série de conférences élargira la réflexion à la fois dans l’espace, en considérant les affrontements religieux dans leur dimension européenne, mais aussi dans le temps, en ouvrant l’étude au premier XVIIe siècle pour s’interroger sur la mémoire que gardent de leur enfance ceux qui ont grandi au milieu des conflits religieux.

Prochaine séance:

– mercredi 22 janvier 2020, 18h : Frédéric Hitzel (CNRS). “Des enfances convoitées. Conversions de jeunes entre monde catholique et monde musulman, XVIe-XVIIIe siècles.”

Programmation complète: Continuer la lecture de « Séminaire – Les enfants dans les affrontements religieux de la première modernité »

JE des jeunes chercheurs et chercheuses en histoire de l’éducation – REPORT

Suite à l’appel à une nouvelle journée nationale de grève le vendredi 24 janvier prochain, le bureau de l’Association Transdisciplinaire pour les Recherches Historiques sur l’Education (ATRHE) et les organisateurs ont décidé, d’un commun accord, de reporter cette journée afin d’éviter les importantes difficultés à prévoir dans les transports et de permettre aux personnes qui le souhaitent d’aller manifester ce vendredi. Nous vous tiendrons informer de la reprogrammation de la journée.

Le vendredi 24 janvier, l’ATRHE organise sa journée annuelle “jeunes chercheurs” dont vous trouverez le programme ici. Elle aura lieu salle 536,Université Paris-Descartes 45 rue des Saint Pères, Paris 6e.

Intitulée “Epistémologies et mises en pratique”, la journée est conçue comme un espace de discussion des recherches en cours en histoire de l’éducation. Elle se veut ouverte à l’ensemble des jeunes chercheurs et chercheuses en histoire de l’éducation ainsi qu’aux chercheurs et chercheuses abordant la thématique de l’éducation dans une perspective historique.

Le lendemain (le samedi 25 janvier 2020 à 14h) aura lieu l’assemblée générale de l’ATRHE  à l’amphithéâtre Lavoisier A (à confirmer), Paris-Descartes, 45 rue des Saint Pères, Paris 6ème.

Elle sera précédée par une matinée d’étude intitulée “Matérialité(s) de l’école et de la culture scolaire” (9h30-12h30).

AG de l’ATRHE – 25 janvier 2020

Nous serons heureux de vous retrouver à l’occasion de la prochaine assemblée générale de l’ATRHE qui aura lieu le samedi 25 janvier 2020 à 14h à l’amphithéâtre Lavoisier A (à confirmer), Paris-Descartes, 45 rue des Saint Pères, Paris 6ème.

 

Elle sera précédée par une matinée d’étude intitulée ” Matérialité(s) de l’école et de la culture scolaire” (9h30-12h30), dont vous trouverez le programme ici.

 

La veille (vendredi 24 janvier), l’ATRHE organise sa journée annuelle “jeunes chercheurs”. Elle aura lieu salle 536,Université Paris-Descartes 45 rue des Saint Pères, Paris 6ème.

Séminaire histoire de l’éducation en Afrique de l’année 2020

Politiques scolaires, écoles et publics scolaires en Afrique sub-saharienne (milieu XIXe siècle – années 1970)

Lieu : Inalco, 65 rue des Grands Moulins à Paris 

Métro : Bibliothèque François Mitterrand – Ligne 14 – RER C

Mercredi 29 janvier, 14h-16h – salle 3.15

Iris Seri-Hersch (IREMAM, université Aix-Marseille), 

Des savoirs et des pratiques pédagogiques coproduits ? Retour sur un problème classique de la « situation coloniale » à partir du Soudan nilotique.

Mardi 25 février, 14h-16h  salle 3.15

Caterina Scalvedi (University of Illinois-Chicago),

Imperial Histories of Fascist Education (1922-1943) 

Mardi 24 mars, 14h-16h – salle 3.15 

Christine Mussard (IREMAM, ESPE Aix-en-Provence), 

Détourner les principes de l’Ecole de la République pendant la guerre d’indépendance algérienne : l’exemple de l’obligation scolaire

Mardi 14 avril, 14h-16h – salle 3.15 

Pierre Guidi (CEPED, IRD-université Paris Descartes), 

L’éducation féminine de la ‘Nouvelle Ère’ dans l’Éthiopie des années 1950 : maternalisme, émancipation, reproduction des classes

Une nouvelle Journée d’Etude internationale prolongera ces séances les mardi 21 et mercredi 22 avril 2020 dans les locaux du CESSMA (Université Paris Diderot, bâtiment Olympe de Gouges).

Les coordinateurs : Pierre Guidi, Jean-Luc Martineau & Florence Wenzek

Nous écrire : for.an.education.network@gmail.com

http://www.cessma.univ-paris-diderot.fr/spip.php?rubrique118

Appel à communications – Historical and Educational Heritage

Un appel à communication est ouvert pour le colloque “Following in the footsteps of education. Voices, writings and images in the modernization of education”, qui aura lieu du 9 au 11 septembre 2020 à Malaga.

More specifically, it will look to the objects generated inside the schools (notebooks, exams, biographies, diaries, drawings, pictures, photos and videos, and oral testimonies, among others) during the processes of democratization and extension of education. These processes, with little difference, have occurred intensely in the so-called second democratic wave, after the end of World War II, although in some countries we had to wait for the end of dictatorships.

Call for proposals: Deadline: March 23th, 2020.
Registration is now open (deadline 5th June, 2020).

http://my.symposium.events/42158/detail/siguiendo-las-huellas-de-la-educacion_-voces-escrituras-e-imagenes-en-la-modernizacion-educativa-ix.html

Soutenance de thèse – “Une histoire des enseignants dahoméens”, Victorine-Michælina Yaya

Nous vous annonçons la soutenance de thèse de doctorat en Sciences de l’Éducation de Victorine-Michælina Yaya:

Une histoire des enseignants dahoméens/béninois (1945- 2015). La formation au défi des évolutions politiques

présentée et soutenue publiquement le 25 novembre 2019 à 14h, devant un jury composé de :
BLUM Françoise, HDR, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne (Rapporteur) ; CONDETTE Jean-François, Professeur des Universités, Université d’Artois (Rapporteur);
GAUTHIER François-Roger, Professeur associé, Université Paris V ;
MALET Régis, Professeur des Universités, Université de Bordeaux ;
ROGERS Rebecca, Professeure des Universités, Université Paris V (Directrice).

Soutenance de thèse – “Vichy face au corps enseignant”, Juliette Fontaine

Nous vous annonçons la soutenance de la thèse de doctorat en science politique de Juliette Fontaine:

« Vichy face au corps enseignant. Réformer les politiques scolaires en contexte autoritaire ». 

La soutenance aura lieu le vendredi 29 novembre 2019 à 14h en salle 2 du centre Panthéon de l’Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne (12 place du Panthéon, 75005, Paris). 

Le jury sera composé de :

Brigitte Gaïti, Professeure des universités, CESSP, Université Paris 1, Directrice de thèse
Bertrand Geay, Professeur des universités, CURAPP, Université de Picardie, Rapporteur
Patricia Legris, Maîtresse de conférences, TEMPORA, Université Rennes 2, Examinatrice
Francine Muel-Dreyfus, Directrice d’études à l’EHESS, Examinatrice
Jay Rowell, Directeur de recherche, CNRS – SAGE, Rapporteur

Résumé : Sous Vichy, une réforme de l’institution scolaire en rupture avec l’École républicaine est affichée comme prioritaire par les gouvernants du nouveau régime et des décisions sont prises en ce sens : les principes de la citoyenneté affirmés dans les lois Jules Ferry et les acquis démocratiques de l’entre-deux-guerres sont contestés. Comment et à quelles conditions le Gouvernement de Vichy a-t-il réformé le secteur de l’éducation alors que le corps enseignant sur lequel reposent les politiques scolaires sous la Troisième République lui est majoritairement hostile ? C’est la question à laquelle cette thèse propose de répondre, dans la continuité des travaux qui critiquent la mise à distance de la dimension politique de l’action publique et qui interrogent les tournants de l’action publique notamment dans des contextes autoritaire et d’alternance politique. Pour ce faire, la thèse retrace la fabrique des politiques scolaires sous Vichy, de leur émergence à leur mise en œuvre, en prêtant attention aux configurations historiques et polico-administratives particulières dans lesquelles elles s’inscrivent. En nous appuyant principalement sur l’analyse de revues professionnelles et militantes, d’archives nationales et départementales, ainsi que de biographies et de mémoires d’instituteurs, nous montrons d’une part que les changements impulsés par Vichy sont préparés sous la Troisième République et trouvent leur fondement dans des alliances nouées entre de futurs dirigeants du régime et une branche conservatrice et minoritaire du groupe enseignant ; nous montrons d’autre part que même si le nouveau régime se donne pour priorité le renouvellement du corps enseignant, les pratiques professionnelles et les habitus des instituteurs sur le terrain entravent les politiques décidées au sommet de l’État français. Au final, cette thèse contribue plus largement à la réflexion sur les capacités réformatrices et les limites du volontarisme politique. 

Soutenance de thèse – La sexualité comme enjeu éducatif. Sociologie historique d’une politique scolaire, Gauthier Fradois

Nous vous annonçons la soutenance de la thèse de doctorat en science politique de Gauthier Fradois:
 
La sexualité comme enjeu éducatif. Sociologie historique d’une politique scolaire
 
Elle aura lieu le mercredi 4 décembre à partir de 13h30 à l’Université Paris Nanterre en F141 (bâtiment Simone Veil, 200 avenue de la République 92000 Nanterre).
 
Le jury est composé de :
 
Nathalie Bajos, Directrice de recherche, INSERM
Anne-Cécile Douillet, Professeure de science politique, Université de Lille (rapporteure)
Laurent Gutierrez, Professeur de sciences de l’éducation, Université Paris Nanterre
Christophe Le Digol, Maître de conférences de science politique, Université Paris Nanterre (codirecteur)
Virginie De Luca Barrusse, Professeure de démographie, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne (rapporteure)
Bernard Pudal, Professeur émérite de science politique, Université Paris Nanterre (codirecteur)
 
Résumé :
 
Objet d’affrontements régulièrement actualisés au 20e siècle, la production de discours pédagogiques sur la sexualité au sein de l’institution scolaire ne fait pas consensus. L’École ne parvient pas à constituer un monopole pédagogique relatif à l’éducation sexuelle. Si des connaissances biologiques concernant la reproduction humaine trouvent droit de cité dans le curriculum dès 1968, l’éducation sexuelle, rendue facultative en 1973, puis obligatoire en 1998, échappe en partie aux agents du système d’enseignement au profit d’associations en concurrence pour l’imposition de la morale familiale légitime. Des mobilisations hygiénistes contre la syphilis à la lutte contre le sida, en passant par la promotion du mariage ou de la contraception pour prévenir l’IVG, il s’agit d’étudier dans cette thèse le processus d’élaboration de ce bien pédagogique. En combinant observations en classe, entretiens biographiques et dépouillement de divers fonds d’archives, l’investigation s’attache à reconstruire les configurations où s’invente, se formalise et se vulgarise cet enjeu éducatif, objet d’une politique scolaire indissociable de l’expansion d’une École d’État et de la recomposition du mouvement familial.
 

Soutenance de thèse – “Histoire d’un idéal. L’autonomie des élèves dans l’enseignement public français (1959-2019). Les expériences de l’École Vitruve et du Lycée Autogéré de Paris”, Delphine Patry

Nous vous annonçons la soutenance de thèse de Delphine Patry :
 
Histoire d’un idéal. L’autonomie des élèves dans l’enseignement public français (1959-2019). Les expériences de l’École Vitruve et du Lycée Autogéré de Paris.
 
Cette soutenance se déroulera le :
 
Vendredi 29 novembre 2019 à 14h.
Lieu : Site Saint-Charles, 1 rue du Professeur Henri Serre – 34080 Montpellier.
Salle : des Actes.
 
Jury
M. Sylvain WAGNON Université de Montpellier Directeur de thèse
Mme Rita HOFSTETTER Université de Genève Rapporteur
M. André D. ROBERT Université Lumière Lyon 2 Rapporteur
Mme Caroline FAYOLLE Université de Montpellier Examinateur
M. Laurent GUTIERREZ Université Paris Nanterre Examinateur
Mme Bérengère KOLLY Université Paris-Est Créteil Examinateur
 
Résumé :
Cette thèse analyse l’histoire de l’autonomie des élèves comme idéal et comme pratique pédagogique au sein de l’enseignement public français de 1959 jusqu’à nos jours à partir de l’étude de deux établissements singuliers : l’École Vitruve et le Lycée Autogéré de Paris. Notion polysémique, aux multiples définitions et aux contours fluctuants, nous avons fait le choix d’analyser l’autonomie dans le domaine éducatif. À partir d’un plan chronologique, nous avons étudié l’autonomie comme une référence de l’Éducation nouvelle, une vision idéalisée de l’éducation, un levier de transformation sociale, une pratique de classe et une finalité éducative. Dans une démarche socio-historique, à partir des archives des établissements et d’entretiens, nous avons pu étudier les discours et les pratiques mises en oeuvre depuis la création de ces établissements qui ont fait le choix de faire de l’autonomie la colonne vertébrale de leurs projets. Nous avons pu préciser le rôle de Robert Gloton dans cette dynamique. L’étude des liens entre ces deux expériences spécifiques et l’institution scolaire nous est apparue révélatrice de certaines mutations du système éducatif public français. Dans cette étude l’autonomie apparaît bien comme un idéal toujours présent dans l’éducation, mais aussi une question socialement vive avec une définition toujours sujette à controverses et débats. Néanmoins, l’autonomie comme finalité éducative, reste un enjeu primordial de compréhension des débats actuels et futurs.
 

Parution – Piloter les lycées, Hélène Buisson-Fenet

Nous vous informons de la parution de l’ouvrage :

Piloter les lycées. Le « tournant modernisateur » des années 1990 dans l’Education nationale, Hélène Buisson-Fenet, aux Presses universitaires de Grenoble. 
 
À l’heure où une nouvelle réforme du baccalauréat prétend décloisonner les filières et promouvoir l’approche par compétences, que s’est‑il passé dans l’Éducation nationale ces trente dernières années ? Quelles évolutions sa régulation a‑t‑elle connues ? Sous quelles modalités l’injonction à la « modernisation » s’est‑elle déclinée ?
À partir d’entretiens menés en profondeur directement auprès des acteurs (personnels administratifs, enseignants, élèves, parents), cet ouvrage fait le point sur l’administration scolaire et plus particulièrement sur les coulisses bureaucratiques qui régulent l’enseignement secondaire public. Il enquête autour de trois évolutions majeures :
– la référence croissante à l’usager ;
– la place désormais centrale des outils technologiques de gestion ;
– la territorialisation des politiques scolaires.
Vivante et incarnée, l’analyse de ces trois formes de « modernisation du gouvernement scolaire » propose un éclairage inédit sur le changement institutionnel à l’œuvre dans l’action publique d’éducation depuis près de trente ans.
 
Table des matières
 

Continuer la lecture de « Parution – Piloter les lycées, Hélène Buisson-Fenet »

Soutenance de thèse – La Ligue de l’enseignement : mutations d’une institution d’éducation populaire (1958-2018), Anne Lancien

Nous vous indiquons la soutenance d’une thèse de doctorat intitulée : 
 
“La Ligue de l’enseignement : mutations d’une institution d’éducation populaire (1958-2018)”,
 
par Anne Lancien
 
menée sous la direction de M. Philippe PORTIER, soutenue le jeudi 21 novembre 2019, à la Fondation Maison des Sciences de l’Homme.
 
 
Composition du jury :
Monsieur Jean BAUBÉROT, Directeur d’études honoraire à l’EPHE.
Monsieur Guillaume COURTY, Professeur à l’Université de Lille, rapporteur.
Monsieur Jean-Louis LAVILLE, Professeur au CNAM.
Madame Bleuwenn LECHAUX, Maîtresse de conférence à l’Université de Rennes 2.
Monsieur Philippe PORTIER, Directeur d’études à l’EPHE, directeur de thèse.
Monsieur Philippe RAYNAUD, Professeur à l’Université Paris II Panthéon-Assas, rapporteur.
 
Résumé : 
La Ligue de l’enseignement, mouvement laïque et républicain d’éducation populaire, est l’une des principales confédérations associatives de France. Par l’analyse de celle-ci, nous souhaitons mettre en lumière les mutations opérées par les organisations de masses et les structures porteuses de sens face à l’incertitude caractéristique de nos sociétés de la modernité avancée.
Trois axes structurent ce travail. Le premier porte sur la transformation des stratégies institutionnelles de la Ligue de l’enseignement. Il présente les évolutions opérées par l’organisation pour répondre aux mutations du champ politique, intégrant un soutien oscillant au socialisme et la transformation de ses rapports à la puissance publique. Il porte également sur les ajustements de la politique éducative du mouvement, face à la dépolitisation de l’éducation populaire et à la sécularisation de la question scolaire. Le deuxième axe concerne la refondation des principes doctrinaux, conséquence de la difficulté de défendre un socle axiologique fondé sur la laïcité au sein d’une société sécularisée. Cette partie évoque l’ouverture doctrinale de l’organisation, sa réponse aux nouvelles revendications identitaires, l’instauration d’une laïcité dite « plurielle ». Le troisième axe développe enfin la reconfiguration des pratiques militantes, entre rationalisation organisationnelle, rénovation de la politique communicationnelle et expertise militante.
Ce travail constitue ainsi une illustration de l’adaptabilité de la société civile organisée face aux nombreuses mutations induites de la modernité avancée, de même qu’une démonstration du rôle central que peut jouer l’associatif dans la restructuration de celle-ci.

Parution – Le Bac pro, un baccalauréat comme les autres ?

Nous vous signalons la parution d’un ouvrage issu du colloque organisé en 2015 à Villeneuve-d’Ascq à l’occasion des 30 ans du bac pro, et qui propose différents éclairages sur l’histoire de ces trois décennies : 

Fabienne Maillard, Gilles Moreau (dir.), Le bac pro – un baccalauréat comme les autres ?, Toulouse, Octarès et Céreq, 2019.
 
Plus d’informations sur cette publication : 

Parution – Les pratiques de récit pour penser les didactiques

Nous vous annonçons la parution d’un travail sur les pratiques de récit en histoire et ailleurs. Quatre textes concernent les liens entre histoire et didactique, ce qui pourrait intéresser les étudiant.es.

Les pratiques de récit pour penser les didactiques – Anne Vézier et Sylvain Doussot (dir.)
ISBN 978-2-7535-7806-7 — PUR, 2019, www.pur-editions.fr

L’introduction et la table des matières sont en ligne sur le site des PUR. http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=4922

Soutenance de thèse – Promouvoir l’accès des femmes aux études et aux titres universitaires: un défi transnational? Marie-Elise Hunyadi

Nous vous annonçons la soutenance d’une thèse de doctorat en sciences de l’éducation intitulée: 
 
« Promouvoir l’accès des femmes aux études et aux titres universitaires: un défi transnational? 
L’engagement de la Fédération Internationale des Femmes Diplômées des Universités (1919-1970) »
 
Présentée et soutenue publiquement le vendredi 22 novembre 2019, à 13h30, 
à l’Université de Genève, Uni-Mail, salle 4193 (4e étage)
 
Devant un jury composé de :
 
Rita Hofstetter, Professeure des universités, Université de Genève, co-directrice
Rebecca Rogers, Professeure des universités, Université de Paris, co-directrice
Anne Barrère, Professeure des universités, Université de Paris
Jean-François Condette, Professeur des universités, Université d’Artois
Georges Felouzis, Professeur des universités, Université de Genève 
Daniel Laqua, Associate Professor, Université Northumbria, Newcastle
Catherine Marry, Directrice de recherche émérite, CNRS
Françoise Thébaud, Professeure émérite des universités, Université d’Avignon
 
Résumé
S’inscrivant dans la lignée des travaux portant sur les réseaux transnationaux de femmes, cette thèse interroge la manière dont la question de l’éducation supérieure des filles s’est faite une place sur la scène internationale, au travers des débats portés par les associations internationales féminines. Adoptant une perspective transnationale et croisant diverses échelles, cette étude archivistique se centre sur l’engagement d’une association en faveur de cette cause, celui de la Fédération internationale des femmes diplômées des Universités (FIFDU), de sa création en 1919 jusqu’à 1970. La première partie de la thèse décrit la position singulière de la FIFDU dans la constellation des associations internationales féminines. Elle questionne les fondements de l’organisation, qui oscillent entre pacifisme, féminisme, et internationalisme. À partir de l’étude des trajectoires des fondatrices et dirigeantes, ainsi que des discours de ces dernières, elle analyse les besoins d’une nouvelle génération de femmes diplômées. La seconde partie étudie les actions mises en place dans le cadre de la FIFDU pour atteindre les buts de promotion de l’internationalisation, des études et des carrières féminines, en particulier le programme de bourses internationales destiné à permettre à des chercheuses prometteuses de mener des recherches ou des études avancées durant plusieurs mois à l’étranger, ainsi que les modalités de l’accueil et de l’hébergement réservés aux boursières et aux diplômées en voyage. Elle interroge également l’utilisation faite par les associations nationales de l’orientation professionnelle, qu’elles perçoivent comme un levier de promotion des études universitaires féminines, et sur laquelle elles prennent appui particulièrement pour encourager la présence des femmes dans les carrières scientifiques. La troisième et dernière partie explore les ressorts de la collaboration entre la FIFDU et les grandes organisations internationales, qui permet une diffusion à double sens des idéaux et des actions des deux types d’organisation.