Coll: Reconfigurations dans le paysage disciplinaire des sciences

Le S2HEP, EA 4148 (Université Lyon 1, ENSL) organise le 15 novembre un colloque consacré aux « Reconfigurations dans le paysage disciplinaire des sciences »,

Université Lyon 1, Salle du conseil, IPNL, (Bâtiment Dirac).

Programme:

  • 9h-9h30 – Introduction à la journée – Jonathan Simon
  • 9h30-10h05 – Edouard Kleinpeter  –Définir l’interdisciplinarité : Revue critique de la littérature
  • 10h05-10h40 – Pierre Leveau  – Interdisciplinarité et reconfiguration d’un paysage disciplinaire : le cas de la conservation-restauration du patrimoine
  • 11h15-11h50 – Frédéric Charles  – Reconfigurations des disciplines scientifiques et technologiques dans le secondaire français (1971-1975).
  • 11h50-12h25 – Pierre Savaton  – L’introduction de la théorie de la tectonique des plaques dans l’enseignement secondaire de la géologie.
  • 12h25-12h45 – Discussion préliminaire

Déjeuner – 12h45 – 14h30

  • 14h30-15h05 – Pierre Mounier-Kuhn – Émergence et reconfigurations : l’informatique, « discipline incertaine »
  • 15h05–15h40 Dali Serge Lida – Le prix vu par la sociologie économique. Etude de cas : la rupture d’avec l’analyse économique est-elle possible ?
  • 15h40-16h15 – Marion Droz Mendelzweig et Suzanne Cordier – La discipline infirmière : fondements théoriques et dimension sociale.
  • Pause 16h15-16h45
  • 16h45-17h20 –  Léo Coutellec  – L’agro-écologie : histoire et épistémologie d’une ‘interdiscipline’
  • 17h20-17h55 –   Fabien Knittel  – Entre Chimie et Agronomie : aux frontières des disciplines qui étudient l’agriculture dans la première moitié du XIXe siècle

Nous partons du constat de la nature paradoxale des disciplines : si elles apparaissent comme étant bien définies et assez stables dans le temps, dès qu’on y regarde de plus près, on remarque qu’elles sont en constante évolution. Cette impression de permanence est intimement liée aux ancrages institutionnels (unités et départements universitaires, instituts de recherche etc.) et à une certaine inertie, par exemple dans l’enseignement des sciences, à l’école comme à l’université. Quand et pourquoi peut-on alors parler d’émergence, de disparition ou de toute autre transformation des disciplines ? Que nous enseignent ces processus sur la nature et le fonctionnement des disciplines scientifiques ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.