Thèses soutenues récemment

Mounier Al Ahmad, « La politique linguistique de la France en Syrie durant le mandat (1920-1946) », sous la direction de Jérôme Grévy.
Thèse soutenue le 12 juin 2013 à l’Université de Poitiers
Jury : Bernard Lachaise, PR Bordeaux 3, Yves Denéchère, PR Angers, Jérôme Bocquet, PR Orléans, Jérôme Grévy, PR Poitiers

Résumé : Entre 1920 et 1946, la Syrie fut placée sous mandat français. La charte du mandat a fait du français la langue officielle du pays. Ces recherches analysent la manière dont la France a organisé le Haut-commissariat, et en particulier le service de l’instruction publique, qui, à son tour, a organisé l’enseignement dans le but de faciliter la propagation de la langue française. La politique linguistique appliquée fut différente selon la nature des école. Dans l’Etat de la Syrie, le français occupait une place variant entre langue étrangère et langue des sciences dans l’enseignement officiel. Dans les autres états, spécialement celui des Alaouites, le français était la langue de l’enseignement ; ainsi la France espérait-elle se créer en Syrie une clientèle qui dépende d’elle, comme c’était le cas des Maronites au Liban. La France comptait sur les écoles privées, principalement sur les écoles privées françaises, pour enseigner le français : elle les a placées sous son propre contrôle, les a soutenues financièrement, leur a fourni du matériel pédagogique ; elle les a dotées de professeurs français, leur a accordé des bourses, et enfin elle a rendu les diplômes de ces écoles plus prestigieux que ceux des écoles officielles. À la fin du mandat, la Syrie a remanié l’organisation française, refaisant du français une langue étrangère et réduisant l’enseignement dans les écoles privées.

———————————–

Silja Behre, « Mémoires mouvementées. Les conflits d’interprétation autour de « 68 » dans une perspective franco-allemande ».
Soutenue le 6 juillet 2014 à l’EHESS
Jury : Michael Werner, codirecteur de thèse, EHESS ; Ingrid Gilcher-Holtey, codirectrice de thèse, Université Bielefeld ; Corine Defrance, CNRS ; Jörg Requate, Université Bielefeld.

———————————–

Guillaume Bivina, « L’éducation, un aspect des relations culturelles Cameroun -Canada (1948-2008) », sous la direction de Frédéric Rousseau.
Soutenue le 27 juin 2013 à Montpellier 3
Le président du jury était Jean-François Zorn. Le jury était composé de Frédéric Rousseau, Jean- François Zorn, Jean-Noël Grandhomme, Jean-Paul Pellegrinetti.

Résumé : En 2010, le Cameroun a fêté le centenaire de l’éducation moderne et le cinquantenaire de son indépendance. Pour les générations adultes, le niveau scolaire a dangereusement baissé. Selon eux, les élèves étaient jadis plus consciencieux et plus performants. À ce titre, les établissements scolaires BONNEAU, SACRÉ-COEUR, SAINT-COEUR, VOGT, STOLL, évoquent tout ce qu’il y a de sérieux. Les personnalités de premier rangdu Cameroun à l’exemple du Chef de l’État actuel, y ont été formées par des missionnaires canadiens. Voulant savoir ce qui faisait la particularité de cette éducation, nous avons émis l’hypothèse générale qu’elle reposait sur une approche didactique particulière. Cette hypothèse nous a permis de consulter des archives pour examiner les aspects éthiques, socioprofessionnels, psychopédagogiques et technologiques des éducateurs canadiens. Il en ressort que les valeurs éthiques et morales étaient au coeur de leur approche éducative. Le profil des enseignants de ces établissements était moins important que les valeurs chrétiennes qu’ils incarnaient. Aussi avons-nous proposé que les éducateurs camerounais actuels s’inspirent de ce modèle pour améliorer leur pratique. En somme, il nous est apparu hautement souhaitable que les professeurs d’histoire, s’appuyant sur l’approche éthique canadienne, présentent des valeurs authentiquement africaines aux jeunes Camerounais.

———————————–

Magali Charreire, « L’Histoire en médaillons romantiques : Paul Lacroix, le bibliophile Jacob (1806- 1884) ».
Soutenue le 6 décembre 2013 à Montpellier 3
Le président du jury était Jean-Yves Mollier. Le jury était composé de Christian Amalvi, Jean-Yves Mollier, Jean-Claude Caron, Gérard Gengembre, Marie-Ève Therenty.

Résumé : Romancier, journaliste, érudit et bibliophile, Paul Lacroix alias le bibliophile Jacob (1806- 1884) traverse le XIXe siècle à l’aune d’une trajectoire qui oscille entre écrivain-journaliste et conservateur de la bibliothèque de l’Arsenal à partir de 1855. À la faveur du double mouvement de reconfiguration de l’historiographie et du champ littéraire, dont il est un acteur au croisement des obsessions du temps entretenues par le romantisme, son oeuvre imposante et protéiforme tente une réunion des plumes de l’historien et du romancier soutenue par l’énigmatique et habile pseudonyme, gage de son succès en 1830. Il s’empare sous la monarchie de Juillet d’une écriture du passé vouée à en dresser l’inventaire, soumise aux modalités fluctuantes offertes par le récit comme aux injonctions économiques dépendantes des mutations de la librairie et du journal. Si sa production se défend de tout esprit de système, résumée par la course à la fabrication d’un grand « roman-histoire », elle interroge pourtant les conditions de définition d’un rapport au temps ébranlé après la Révolution. Le « Walter Scott français » sacrifie à la vogue du Moyen Âge pour la décliner sous la forme d’une histoire autant héritièrede l’érudition antiquaire qu’elle participe de la fondation d’un récit des origines tributaire d’une écriture spéculaire de l’histoire. Son histoire s’égrène au rythme de médaillons romancés cristallisant couleurs, intrigues, travers des temps médiévaux et modernes séparés par une frontière poreuse qui interroge les conséquences de la rupture révolutionnaire. Avers et revers de ces médaillons posent dans leur alternance les jalons d’une expérience de mise en ordre du temps.

———————————–

Yann Forestier, « L’École, exception médiatique. La presse face aux enjeux des changements pédagogiques, 1959-2008 », sous la direction de Jean-Noël Luc et de Bruno Poucet.Soutenue le 19 juin 2014 à Paris Le jury était composé de Christian Delporte, Pascal Ory, André Robert.
Résumé : Cette thèse s’interroge sur l’intensité des débats, controverses et polémiques qui, en France, abordent la question de l’École, au moyen de l’étude du discours porté par la presse écrite généraliste entre 1959 et 2008, soit au cours du demi-siècle où se rencontrent la domination de ces débats par les enjeux liés à la démocratisation de l’enseignement du second degré et l’affirmation de la presse nationale d’information générale comme instance de prescription des débats intellectuels. Basé sur l’analyse statistique d’importants échantillons sélectionnés au sein d’un corpus de 8500 articles, ce travail s’attache à relier le contenu de ces textes aux réalités dont ils prétendent rendre compte, mettant en évidence les représentations qui sont élaborées et mobilisées. Dans le même temps, il examine les conditions de construction de l’information telle que la presse, dont les priorités et les méthodes évoluent, la façonne, et ce sur une matière scolaire dont la charge identitaire et les mutations à l’œuvre affectent de façon différenciée les catégories variées d’acteurs que les journaux font se rencontrer.

———————————–

Brice Gérard, « Histoire de l’ethnomusicologie en France (1929-1961) ».
Soutenue le 31 octobre 2013 à l’EHESS
Jury : Esteban Buch, directeur de thèse, EHESS ; Laurent Aubert, Ateliers d’ethnomusicologie de Genève (Suisse) ; Claude Blanckaert, CNRS ; Jean Jamin, EHESS ; Éric Jolly, CNRS ; Jean Lambert, MNHM.
Résumé : En 1929, André Schaeffner, qui n’avait à cette date aucune expérience directe dans le domaine de l’ethnologie, intégrait le Musée d’ethnographie du Trocadéro pour s’occuper, dans un premier temps, des instruments de musique présents dans les collections. Il fondait alors un département qui représente la première institutionnalisation de ce qu’il appellerait rapidement l’ethnologie musicale. En 1961, la VIe section (sciences sociales) de l’École pratique des hautes études organisait le premier enseignement consacré à l’ensemble d’un domaine devenu l’ethnomusicologie. Cette périodisation est le cadre d’une histoire de l’ethnomusicologie en France qui contribue à une interrogation sur la notion de discipline scientifique, sans en donner une définition strictement institutionnelle et en abordant par exemple la question des frontières disciplinaires. La démarche consiste à distinguer plusieurs modes d’accès aux connaissances, dont certains sont aussi des modes de production du savoir, en reprenant et en élargissant certaines conclusions de Jack Goody dans La Raison graphique (1979). Le mode graphique désigne par exemple la pratique de la lecture et de l’écriture, alors que le mode audiovisuel renvoie à la réalisation et à l’écoute d’enregistrements sonores. Des sources diverses permettent de documenter ces différentes opérations d’apprentissage et de production, comprenant par exemple les archives du Musée d’ethnographie du Trocadéro et du Musée de l’Homme et par ailleurs des archives sonores auxquelles renvoie le texte. Les analyses révèlent un certain nombre de différenciations au sein de l’ethnomusicologie institutionnalisée ou dans un cadre élargi, de sorte que la tentative de distinguer différents modes d’accès aux connaissances et d’étudier l’évolution de leur articulation s’intègre finalement dans le projet plus global de définir l’historicité d’une épistémologie comprise dans sa diversité.

———————————–

Camille Grabowski, « L’éducation artistique dans le système scolaire français de 1968 à 2000 », sous la direction de Jean-Francois Sirinelli.
Soutenue le 14 novembre 2013 à Paris, Institut d’études politiques
Le président du jury était Bruno Poucet. Le jury était composé de Jean-Francois Sirinelli, Laurent Martin, Philippe Poirrier, Jean-Pierre Rioux. Les rapporteurs étaient Laurent Martin, Philippe Poirrier.

Résumé : Dans les années d’après-guerre entrent en ligne de compte des données démographiques et économiques nouvelles qui font évoluer la société française et lui imposent d’adapter son système éducatif, de décloisonner les disciplines et de favoriser l’interdisciplinarité. Seule l’école peut vaincre le déterminisme social lié à la naissance. C’est le colloque d’Amiens (1968) qui pose les bases d’une réflexion qui a nourri toutes les avancées sur l’éducation artistique depuis. Les années 70 sont celles de la réforme pour l’Education nationale et celles de la réflexion et des premières expérimentations pour la Culture. Les années 80 marquent une réelle ouverture de l’école, que ce soit vers les établissements culturels, à l’intervention de partenaires extérieurs au milieu scolaire ou à de nouvelles matières. Ouverture, mais aussi compromis entre les acteurs. Le protocole d’accord d’avril 1983 signé entre le ministère de la Culture et celui de l’Education nationale et la loi sur les enseignements artistiques de 1988 ont cédé aux compromis. Dans les années 90, penser l’éducation artistique de manière globale et à l’échelle d’un territoire apparaît comme le meilleur moyen de faire travailler ensemble les écoles et les équipements culturels à l’échelle d’une ville, d’un département ou d’une région, de garantir un maillage parfait du territoire et donc d’atteindre à la démocratisation culturelle. Mais finalement s’impose surtout le constat d’un empilement quelque peu désordonné des dispositifs. Le plan Lang/Tasca qui doit se réaliser sur cinq ans à partir du 14 décembre 2000 ouvre un nouveau chapitre. Mais l’exécution de ce nouveau plan n’est pas garantie par sa décision.

———————————–

Franck Guéguéniat, « Les activités et le pouvoir des recteurs d’Académie (1940-2009) ».
Soutenue le 11 juillet 2014 à l’EHESS
Jury : Patrick Fridenson, directeur de thèse, EHESS ; Jean-François Condette, Université d’Artois ; Jean-Richard Cytermann, Inspecteur général de l’administration de l’Education nationale et de la recherche ; Christian Forestier, CNAM.

———————————–

Thomas Hirsch, « Le temps social. Conceptions sociologiques du temps et représentations de l’histoire dans les sciences de l’homme en France (1901-1945) ».
Soutenance le 6 juin 2014 à l’EHESS
Jury : François Hartog, directeur de thèse, EHESS ; Benoît de l’Estoile, CNRS ; Bruno Karsenti, EHESS ; Emmanuelle Loyer, SciencesPo ; Frédérique Matonti, Université Paris 1; Nathalie Richard, Université du Mans.

———————————–

Mayyada Kheir, « Le vocabulaire de la laïcité de Guizot à Ferry ».
Soutenue le 17 janvier 2014 à l’EHESS
Jury : Philippe Boutry, directeur de thèse, EHESS ; Patrick Cabanel, Université de Toulouse2 ; Rita Hermon-Belot, EHESS ; Pierre Kahn, Université de Caen Basse-Normandie ; David Koussens, Université de Sherbrooke (Canada) ; Rebecca Rogers, Université Paris 6.
Résumé : Cette thèse étudie l’émergence du vocabulaire de la laïcité dans les discours publics français au XIXe siècle. S’appuyant sur la notion de formule empruntée à l’analyse du discours, elle se concentre sur les composés de l’adjectif « laïque », qui cesse alors de renvoyer exclusivement aux non-clercs pour désigner une exigence générale de neutralité religieuse. Le corpus étudié est celui de trois débats dans les assemblées parlementaires et les journaux : le débat autour de la liberté de l’enseignement et des petits séminaires en 1844 ; autour de la loi Falloux en 1849-1850 ; et autour des lois républicaines (principalement scolaires) du début des années 1880. Pour chaque étape, on s’attache à contextualiser les débats, décrire et expliquer les usages de « laïque » et ses dérivés en fonction des moments et des positions des orateurs ; rendre compte des formulations alternatives (« neutre », « civil », « séculier ». . . ) ; enfin à situer ces enjeux lexicaux dans des argumentaires généraux. La thèse entend contribuer, via l’histoire du lexique, à celle de l’administration des cultes et plus généralement à l’histoire politique et à celle de l’éducation.

———————————–

Sven Kodel, « L’Enquête Coquebert de Montbret (1806/1812) sur les langues et dialectes de France et la représentation de l’espace linguistique français sous le Premier Empire »
Sous la direction de Marie-Noëlle Bourguet / cotutelle Université de Bamberg
Soutenue le 19 novembre 2013 à l’Université de Paris 7.

———————————–

Aladin Larguèche, « Vers une histoire des intellectuels norvégiens : pratiques littéraires, nationalisme et sécularisation à Christiania (1811-1869) ».
Sous la direction de Rémy Pech et de John Peter Collett.
Soutenue le 27 mai 2013 à Toulouse 2. Le président du jury était Patrick Cabanel. Le jury était composé de Kristine Bruland, Jean-Marc Olivier. Les rapporteurs étaient Christian Amalvi, Maurice Carrez.
Résumé : Le présent texte propose de questionner le postulat couramment admis selon lequel l’émergence des intellectuels nationalistes au XIXe siècle est parallèle à une déchristianisation de la vie sociale et culturelle, en se focalisant sur l’ensemble des littérateurs norvégiens publiant dans la période 1811-1869. C’est plus spécifiquement les rapports entre Belles-lettres, construction nationale et sécularisation qui constituent le cœur de cette enquête, avec une attention portée sur la principale arène de la vie scientifique norvégienne : l’université de Christiania. Après avoir recensé les contraintes matérielles, politiques et religieuses qui conditionnent le développement de la vie culturelle dans la capitale du jeune royaume, l’auteur propose une analyse socio-historique systématique de tous les littérateurs norvégiens, ainsi qu’un échantillonnage des auteurs les plus productifs afin de déterminer l’évolution des rapports des écrivains, amateurs de Belles-lettres, nationalistes ou scandinavistes, avec le fait religieux et l’Église d’État norvégienne. La notion de « pratique littéraire » permet d’aborder la littérature comme un phénomène social multiforme, au croisement entre l’histoire de l’éducation, histoire des idées, histoire religieuse et sociologie de la littérature, et permet de comprendre les mutations essentielles et les ambigüités indépassables de l’identité sociale des intellectuels contemporains.

———————————–

Catherine Radtka, « Construire la société scientifique par l’école. Angleterre, France et Pologne au prisme des manuels de sciences pour les élèves ordinaires (1950-2000) ».
Soutenue le 10 décembre 2013 à l’EHESS
Jury : Dominique Pestre, directeur de thèse, EHESS ; Catherine Allamel-Raffin, Université de Strasbourg ; Renaud d’Enfert, Université de Cergy-Pontoise ; Hélène Gispert, Université Paris Sud XI ; Bruno Strasser, Université de Genève.

Résumé : La science a pris, dans les sociétés contemporaines, une importance primordiale. En parallèle, l’enseignement des sciences s’est imposé dans les cursus de la scolarité obligatoire. Pourtant, alors que l’enseignement des sciences au niveau supérieur est l’objet d’une historiographie déjà riche, les travaux concernant l’enseignement des sciences destiné à un public de masse sont beaucoup plus rares. Cette thèse s’efforce de combler cette lacune et de problématiser l’existence d’un enseignement des sciences dans les cursus de formation les plus généralistes et les plus fréquentés par les élèves. L’étude est centrée sur trois pays européens – la France, la Pologne et l’Angleterre – analysés à la fin des années 1950 et dans les années 2000. Elle s’attache à un objet particulier, le manuel scolaire, pour éclairer les dynamiques qui façonnent les représentations collectives de la science. Elle lie ainsi l’histoire des sciences à l’histoire de l’enseignement et du livre et de l’édition pour analyser la manière dont, dans la seconde moitié du XXe siècle et en Europe, la science est institutionnalisée auprès des élèves ordinaires comme une source de savoir sûr et un mode supérieur de connaissance du monde et de soi.
À travers la comparaison dans l’espace et dans le temps, ce travail montre comment les élèves ordinaires sont invités à participer à la construction de sociétés scientifiques, et insiste sur les particularités du discours sur la science tenus dans les différents contextes. Il met en évidence la similarité des projets éducatifs des années 1950 et souligne ensuite l’hétérogénéité qui caractérise le discours sur la science dans les années 2000.

———————————–

Candice Raymond, « Réécrire l’histoire au Liban. Une génération d’historiens face à la période ottomane, de la fin des années 1960 à nos jours ».
Soutenue le 25 octobre 2013 à l’EHESS
Jury : Hamit Bozarslan, directeur de thèse, EHESS ; Henry Laurens, directeur de thèse, Collège de France ; Ahmad Beydoun, Université Libanaise ; Marie-Claire Lavabre, CNRS ; Franck Mermier, CNRS.

Résumé : Depuis les années 1970, une génération d’historiens libanais a impulsé un mouvement de réécriture de l’histoire ottomane de leur pays et de leur région, phénomène commun à l’ensemble des historiographies arabes moyen-orientales de la fin du XXe siècle mais qui se développe au Liban au cours d’une période marquée par l’exacerbation des oppositions idéologiques et par la guerre civile. Cette thèse a pour but d’étudier les conditions sociales et épistémologiques dans lesquelles un tel mouvement de révision a pris forme, et de restituer en contexte les pratiques historiographiques libanaises contemporaines. Elle met en lumière les évolutions affectant le mode même de production de l’histoire savante au Liban -son fondement institutionnel, son paradigme disciplinaire, son régime documentaire -, et en examine les effets, en combinaison avec divers facteurs d’ordre social et politique, dans la transformation des représentations historiennes du passé ottoman. Il apparaît dès lors, à travers différents débats historiographiques contemporains, qu’en dépit de la persistance de profondes divergences d’interprétation, un « tournant ottoman » a bien eu lieu.

———————————–

Geneviève Vannini (Becker), « Les CEMEA et leur action en Europe et en Afrique de 1937 à la fin du XXe siècle. Une contribution originale à la diffusion de l’éducation nouvelle ».
Sous la direction de Jean-Noël Luc.
Soutenue le 22 mai 2013 à Paris 4. Le jury était composé de Rainer Hudemann, Ivan Jablonka, Rebecca Rogers, Antoine Savoye.
Résumé : Les Centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active (CEMEA), nés en 1937 en réponse au cruel manque de cadres de colonies de vacances, connaissent très rapidement une expansion considérable. Animés d’un grand enthousiasme et d’une foi inébranlable en l’éducation nouvelle, les nombreux militants de cette grande association développent au cours du XXe siècle une activité riche et diversifiée dans tous les domaines touchant l’éducation, étendant leur influence bien au-delà des frontières de la France. Des associations CEMEA naissent d’abord en Europe, puis dans les DOM-TOM et en Afrique, formant des relais efficaces de promotion des nouvelles méthodes pédagogiques. La pédagogie active du stage de moniteurs de colonies de vacances, dont les grandes lignes sont fixées en 1937, reste à la base de toute action éducative. Si les formations d’animateurs de centres de vacances représentent encore aujourd’hui un vaste secteur d’activité, au moins en France, le travail social et les actions en faveur des jeunes en difficulté prennent une importance croissante, aussi bien en Europe qu’en Afrique ou dans les DOM-TOM. S’intégrant dans de vastes plans de développement, les CEMEA élaborent des programmes pluriannuels de formation dans de nombreux pays. Les multiples activités internationales reflètent les entreprises éducatives conduites en France. Mais la complexité des différents cadres institutionnels, politiques, économiques, culturels dans lesquels elles s’inscrivent oblige les CEMEA à préciser régulièrement les principes qui sous-tendent leur action.

———————————–

Sylvie Zenouda (Collet), « Lycées en ville, villes au lycée. Les lycees innovants des villes nouvelles de la region parisienne au cours des annees 1970 ».
Sous la direction de Jean-Noël Luc.
Soutenue le 27 juin 2013 à Paris 4. Le jury était composé de Jean-Noël Luc, Anne-Marie Chatelet, Jean-François Condette, Tristan Lecoq, Loïc Vadelorge.
Résumé : Après une période de construction scolaire en France, massive et industrialisée, depuis le début des années 1960, la monotonie architecturale et la qualité insuffisante des bâtis sont mises en cause, vers 1970, tandis qu’en villes nouvelles, les aménageurs recherchent des constructions différentes, voire exemplaires. Le défi à relever s’inscrit dans le cadre administratif et budgétaire, contraignant, du VIe Plan (1971-1975), mais aussi des recherches architecturales, liées aux efforts de rénovation pédagogique. Les trois premiers lycées construits dans les villes nouvelles de la région parisienne – en 1973, le lycée intégré des Sept Mares, à Élancourt-Maurepas, à Saint-Quentin-en- Yvelines, en 1975, le lycée du Parc des Loges à Évry, à espaces aménagés, et, en 1978, le lycée Alfred Kastler, à Cergy-Pontoise, face au quartier de la préfecture – représentent des avancées décisives dans une conception renouvelée des espaces scolaires. Une place particulière est accordée au secteur socio-culturel, à l’ouverture sur l’environnement et à la liaison ville-lycée, projet porteur aux Sept Mares d’utopie sociale, de 1975 à la fin des années 1980.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.