JE: Travailler et enseigner : engagement et formation

Une journée d’étude se déroulera le 27 novembre prochain sur le thème “Travailler et enseigner : engagement et formation“.

ESPE de l’Université de Franche-Comté, site de Montjoux, 57 avenue de Montjoux, 25000 Besançon, salle 103 (bât. A).

Programme

L’étude pluridisciplinaire du travail (sociologie, psychologie sociale, sciences de l’information et de la communication, histoire) est en renouvellement depuis quelques années (Cf., entre autres, F. Vatin, Le travail et ses valeurs, Paris, A. Michel, 2007). Parmi les nouvelles pistes de recherche empruntées la question de l’engagement au travail est une des plus fécondes. Elle permet de s’interroger sur le rapport au monde de ceux qui travaillent. Aussi, dans le domaine de l’éducation, la question du travail et de la formation professionnelle, initiale surtout, mérite-t-elle d’être analysée au prisme de la notion d’engagement.
L’engagement est une notion polysémique. Il peut notamment prendre la forme d’un contrat, d’une émotion et d’une soumission librement consentie. Il s’agira de s’interroger sur ses différentes acceptions ainsi que sur ses potentialités heuristiques et de le mettre en lien avec la notion du travail. Ainsi l’objectif principal de cette journée d’étude est-il d’articuler la question de l’engagement au travail de manière générale à celle de la formation professionnelle, dans une perspective pluridisciplinaire.
Dans cette perspective plusieurs thèmes d’étude peuvent être envisagés :
Les enjeux techniques, les gestes, les paroles sur et au travail, les relations interpersonnelles, sont au cœur d’une analyse socio-historique du travail : chaque travailleur s’empare de son activité, l’invente ou la réinvente, en essayant de lui (re)donner du sens. L’autonomie au travail et la capacité du travailleur d’être le concepteur de son travail, deviennent, sous cet angle, des questions-clés. De là, on peut aussi envisager les discours sur l’innovation technique et les confronter au quotidien des travailleurs.
Ces dynamiques entrainent des questionnements au sujet des enjeux de la formation professionnelle ; du côté des élèves (au sens large) autant que du côté des enseignants (au sens large), dont les pratiques quotidiennes peuvent être analysées à l’aune des problématiques fondées sur l’engagement au travail.
Si l’engagement dans le travail peut être source de réalisation personnelle et de bonheur, ne peut-il pas également conduire à des difficultés voire à des risques psychosociaux ?  Il existe des liens entre engagement, difficultés au travail et risques psychosociaux, en particulier chez les enseignants victimes, par exemple, de burn-out.
Les Technologies de l’Information et de la Communication reconfigurent également le travail. Les outils numériques permettent aujourd’hui une connexion, en tout lieu et à n’importe quel moment, au réseau informatique de l’institution et à la messagerie professionnelle. Ils entrainent des mutations dans l’activité de plusieurs catégories de travailleurs. L’investissement et l’engagement au travail sont affectés par ces problématiques.

Comité d’organisation :

  • Fabien Knittel, maître de conférences en histoire contemporaine (Université de Franche-Comté, LSH EA 2273 et Archives Poincaré, UMR 7117, CNRS-Université de Lorraine) ;
  • Violaine Kubiszewski, maître de conférences en psychologie sociale (Université de Franche-Comté, Laboratoire de psychologie EA 3188) ;
  • Feirouz Lima, maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication (Université de Franche-Comté, Laboratoire C3S) ;
  • Benjamin Castets-Fontaine, maître de conférences en sociologie (Université de Franche-Comté, Laboratoire C3S).

Contact : fabien.knittel (o) univ-fcomte.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.