AàC – Etre éditeur en France au XIXe siècle

L’équipe du projet ANR DEF19 (Dictionnaire des éditeurs français du XIXe siècle) organisera les 4 et 5 avril 2019 son colloque final, intitulé : « Etre éditeur en France au XIXe siècle (1789-1914) ».

L’appel à communications est consultable et téléchargeable sur le carnet de recherches du projet. Les propositions (3000 signes maximum) devront être envoyées pour le 4 juin 2018.

Les propositions de communication s’inscriront de manière privilégiée dans les axes d’étude suivants :

  • L’approche biographique sur des figures d’éditeurs peu connues, en particulier les éditeurs provinciaux, marginaux dans le type et l’ampleur quantitative de leur production, leur durée d’activité, leur rayonnement commercial, etc.
  • La question des femmes (de) libraires-éditeurs, le rôle des veuves dans la reprise des entreprises masculines, le rôle des femmes dans l’édition.
  • Les études collectives, sur les éditeurs relevant d’espaces régionaux ou urbains particuliers, ou bien de secteurs déterminés du champ éditorial.
  • Les formes de l’engagement politique des éditeurs, et la prise de risque que cela peut représenter pour leur activité et pour eux à une époque où domine longtemps une logique de contrôle de l’imprimé ; on pourra élargir le champ aux autres formes d’engagement, associatif, social, caritatif…
  • L’étude de institutions éditrices : activité d’édition de syndicats, d’entreprises, d’associations, rôle également de l’Imprimerie royale/impériale/nationale, des presses professionnelles ; on s’interrogera particulièrement sur les individus qui sont derrière leur activité, ces éditeurs qui n’ont pas laissé leur nom à une maison d’édition.
  • L’approche internationale du monde des éditeurs : les éditeurs spécialisés dans l’international (traduction, diffusion à l’étranger…) ; les éditeurs étrangers installés en France ; les éditeurs français installés à l’étranger ; l’étude également des liens et réseaux internationaux des éditeurs français.
  • L’étude des éditeurs des colonies et de l’outre-mer, dans les zones d’influence française ou non.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.