Colloque international – Décolonisation et enjeux post-coloniaux de l’enfance et de la jeunesse (1945-1980) (Université d’Angers, 26-28 juin 2018)

Si la jeunesse a joué un rôle important dans la construction des empires coloniaux, elle est également un enjeu essentiel de la décolonisation. Les processus d’émancipation des peuples colonisés au second XXe siècle posent en effet avec force la question sociale et politique de l’enfance et de la jeunesse en contexte colonial et post-colonial, dans les pays devenus indépendants comme chez les anciens colonisateurs. Dans un ensemble complexe de questions politiques et diplomatiques, économiques et sociales, démographiques et populationnistes, philosophiques et religieuses, les enjeux coloniaux et post-coloniaux de l’enfance et de la jeunesse ont produit des biopolitiques spécifiques.

Ces réflexions seront développées et discutées à l’occasion du colloque organisé à la Maison de la recherche Germaine Tillion, campus Belle-Beille. Une exposition intitulée « Le déracinement silencieux » sera également présentée dans le hall de la MRGT par son auteure et photographe Sophie Hochart.

L’inscription est gratuite mais obligatoire via le formulaire à compléter.

Mercredi 27 juin

9h30 : Introduction Yves DENÉCHÈRE, Professeur d’histoire contemporaine, Université d’Angers, TEMOS CNRS, Directeur du programme EnJeu[x]

Séance 1 : Enjeux de l’éducation et de l’instruction sous la présidence de Marie SALAUN, Professeure à l’Université Paris Descartes

  • 9h45 : Michel CHRISTIAN, Chercheur FNRS : Le développement de l’éducation préscolaire en Afrique francophone au prisme des organisations internationales
  • 10h05 : Sofiane BOUHDIBA, Professeur de démographie, Université de Tunis : Le français à l’école dans la Tunisie postcoloniale : état des lieux et perspectives
  • 11h00 : Véronique FRANCIS, Maîtresse de conférences en sciences de l’éducation, Université d’Orléans, CREF, et Padma RAMSAMY-PRAT, Docteure en sciences de l’éducation, Conservatoire National des Arts et Métiers : Transmissions de l’histoire familiale dans les familles de descendants d’engagés et de renonçants. Perspectives de l’approche biographique.
  • 11h20 : Christine EVAIN, Maîtresse de conférences en anglais, École centrale de Nantes : « The Children’s Reading Tent » : une politique post-coloniale en réponse à la violence en Ouganda

 

Séance 2 : Batailles autour des enfants métis sous la présidence de Nicolas BANCEL, Professeur à l’Université de Lausanne

  • 13h45 : Rachel JEAN-BAPTISTE, Associate Professor of History, University of California Davis : Wards of the State: Métis Children and Colonial State Welfare in Twentieth Century Colonial French Africa
  • 14h05 : Françoise BLUM, Ingénieure de recherche, Université Paris 1-Panthéon Sorbonne, CNRS Centre d’histoire sociale du XXe siècle : Les enfants métis de Monseigneur Augouard à Brazzaville (1921-1954)
  • 14h45 : Alvine Henriette ASSEMBE NDI, Département d’Histoire, Université de Yaoundé 1 : Statut, droits et intégration des enfants métis au Cameroun français (1930-1959)
  • 15h05 : Budagwa ASSUMANI, auteur de Noirs-Blancs, Métis: la Belgique et la ségrégation des Métis du Congo belge et du Ruanda-Urundi 1908-1960 : Vers la reconnaissance de la ségrégation ciblée et des enlèvements forcés des enfants métis nés durant la période coloniale belge au Congo, Rwanda et Burundi
  • 16h15 : Alice VOISIN, Doctorante en histoire contemporaine, ENS de Lyon, LARHRA : Les centres d’accueil en France : un lieu de formation pour les jeunes eurasiens ?
  • 16h35 : Yves DENÉCHÈRE, Professeur d’histoire contemporaine, Université d’Angers, TEMOS CNRS : Le projet postcolonial de la Fédération des Œuvres de l’Enfance française d’Indochine (1949-1983)
  • 17h15 : Sophie HOCHART, auteure et photographe documentaire

Vernissage de l’exposition « Le déracinement silencieux »

 

Jeudi 28 juin

Séance 3 : Formes d’encadrement et de contrôle de la jeunesse sous la présidence d’Yves DENÉCHÈRE, Professeur à l’Université d’Angers

  • 9h00 : Christine CHEVALIER-CARON, Doctorante en histoire contemporaine, Université du Québec à Montréal, coordonnatrice du groupe de recherche Histoire, femmes, genre, et migrations : Femmes et éducation au Maroc de 1930 à 1962
  • 9h20 : Luc CAPDEVILA, Professeur d’histoire contemporaine, Université de Rennes 2, UMR CNRS ARENES : Instruire les filles et les adolescentes dans le prolongement du plan de Constantine : l’action des monitrices du service de formation des jeunes en Algérie, 1958-1962
  • 10h00 : Nicolas BANCEL, Professeur ordinaire d’histoire contemporaine, Université de Lausanne, CHRIM : Un outil de contrôle (bio)politique ? Les centres culturels en Afrique occidentale française (1953-1960)
  • 11h00 : Elisa PROSPERETTI, Doctorante en histoire contemporaine, Princeton University : L’Aventure 46 : The Afterlife of Houphouët-Boingy’s Educational Insurgency
  • 11h20 : Jacob TATSITSA, Doctorant en histoire contemporaine, Université d’Ottawa : Résistances et accommodements des jeunes subalternes à la construction de la Françafrique : le cas de la Jeunesse démocratique camerounaise, 1955-1971
  • 12h00 : Romain TIQUET, Postdoctorant en histoire contemporaine, Université de Genève : Encadrement de la « jeunesse » et Service Civique national au Sénégal : l’expérience limitée de Savoigne (1960-1968)
  • 12h20 : Sylvère OKALA, Doctorant en histoire contemporaine, Université Paris 8, IDHES et Julien MEDZA, Doctorant en histoire contemporaine, Université de Yaoundé 1 : L’insertion socio-professionnelle de la jeunesse à l’épreuve de la construction du sentiment national au Cameroun postcolonial : cas du village pionnier d’Obala (1963-1973)

Séance 4 : Formation et engagement politiques sous la présidence de Luc CAPDEVILA, Professeur à l’Université Rennes 2

  • 14h15 : Karine RAMONDY, Docteure en histoire contemporaine, Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR CNRS SIRICE, La fabrique des leaders en Afrique centrale, une «aventure ambiguë» – Etude comparée (1930-1961)
  • 14h35 : Héloïse KIRIAKOU, Doctorante en histoire contemporaine, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, IMAF, L’autonomisation des organisations de jeunesse au Congo entre 1958 et 1968
  • 15h10 : Romain ROBINET, Maître de conférences en histoire contemporaine, Université d’Angers, TEMOS CNRS, Une jeunesse en situation postcoloniale ? La Confédération nationale des jeunes indigènes dans le Mexique des années 1940-1950
  • 15h30 : Stéphanie GUYON, Maîtresse de conférences en science politique, Université de Picardie Jules Verne, CURAPP-ESS, Engagements étudiants et luttes de décolonisation en Guyane (1970 – fin des années 1980) : engagement, désengagement et reconversion
  • 16h05 : Marie SALAUN, Professeure en anthropologie de l’éducation, Université Paris Descartes, CANTHEL, De « citoyens indigènes » à « Français de Polynésie » : les enjeux de la nationalisation de la jeunesse polynésienne au temps de l’Union française (1946-1960)
  • 16h25 : Karine SITCHARN, Doctorante en histoire contemporaine, ENS Paris, L’engagement de la jeunesse antillaise des années 1950 aux années 1970 : l’affirmation d’une identité blessée dans un contexte de colonisation sans « nom »

 

17h00 : Conclusions


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *