Soutenance – Guillaume Périssol, Le droit chemin. Jeunes délinquants en France et aux États-Unis au milieu du XXe siècle

Guillaume Périssol soutiendra le lundi 28 mai 2018 à 14 heures à la Maison de la Recherche de la Faculté des Lettres de Sorbonne Université (salle D323, 3e étage, 28 rue Serpente, 75006 Paris) la thèse suivante :

Le droit chemin. Jeunes délinquants en France et aux États-Unis au milieu du XXe siècle

Membres du jury :

  • Ludivine BANTIGNY – Maîtresse de conférences HDR, Université de Rouen, rapporteure
  • Jean-Claude FARCY – Chercheur associé au Centre Georges Chevrier, Université de Bourgogne, codirecteur de thèse,
  • Nancy L. GREEN – Directrice d’études, EHESS, présidente
  • Jean-Noël LUC – Professeur, Sorbonne Université, codirecteur de thèse,
  • Marc RENNEVILLE – Directeur de recherche, CNRS, Centre Alexandre Koyré, rapporteur
  • Rebecca ROGERS – Professeure, Université Paris*Descartes

 

Résumé : « La miséricorde ne se commande pas, Elle tombe comme la douce pluie du ciel ». Cette citation de Shakespeare sert encore dans les années 1950 de devise au Tribunal pour enfants de Boston. À la fonction traditionnellement répressive du droit, elle tend à substituer une fonction idéologique sous l’expression de l’amour. Le modèle américain de la juvenile court, saturé d’idéaux de compassion et de réhabilitation, connaît un succès mondial depuis la création à Chicago, en 1899, du premier tribunal pour enfants. Que cachent le progressisme des juvenile courts et le « néohumanisme judiciaire » vanté par le juge Jean Chazal après l’ordonnance de 1945, qui constitue le véritable acte de naissance des tribunaux pour enfants en France ? Que signifie le succès très rapide des tribunaux pour enfants aux États-Unis, en Europe et dans le monde ?

La comparaison de deux pays occidentaux, reliés entre eux, aide à répondre à ces questions, venant combler un vide historiographique et permettant de mieux comprendre le système de la justice des mineurs et le phénomène de la délinquance juvénile. La période qui suit la Seconde Guerre mondiale est particulièrement propice à l’analyse, puisque se posent alors de manière aiguë des questions sur l’autorité et l’éducation dans un contexte de paniques internationales autour de la délinquance juvénile. Cette étude s’inscrit dans un champ interdisciplinaire innovant, au croisement de l’histoire de la jeunesse et de l’histoire de la justice et du contrôle. Tout à la fois qualitative et quantitative, elle s’appuie sur des archives inédites, comme les dossiers des tribunaux pour enfants de Boston et de la Seine, à Paris.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *