AàC – De la circulation internationale des modèles d’enseignement supérieur et de recherche à l’évolution des modèles nationaux de politiques scientifiques (15e congrès AFSP et 8e CoSPoF, Bordeaux, juillet 2019)

L’internationalisation des politiques d’enseignement supérieur et de recherche constitue un des faits majeurs de l’évolution des systèmes académiques des trente dernières années (Dubois et al., 2016 ; Leresche et al., 2009). Cette internationalisation a fait l’objet de travaux pour en identifier les principales caractéristiques (ressource, discours, pratiques, processus, valeurs, normes, labels/standards, programmes politiques, etc.) et en examiner les effets sur les systèmes nationaux (i.e. les politiques publiques, les financements, les organisations, les carrières, les recrutements, les mobilités, les curricula, etc.). Marqués par des traditions nationales distinctes, les Etats seraient confrontés à la diffusion au choix d’un « modèle international de politiques scientifiques », de « grands paradigmes internationaux » ou de « modèles étrangers » (Louvel, Hubert, 2016 ; Dubois, et al., 2016) fortement empreints des réformes managériales (Braun, Merrien, 1999) qui ont d’abord vu le jour dans les pays anglo-saxons et soutenues par les organisations internationales. Ce « modèle international » s’imposerait de plus en plus aux Etats et acteurs académiques, participant de l’imposition de recettes néo-managériales dans l’enseignement supérieur et la recherche.

Les travaux menés en science politique et en sociologie ont bien étudié les effets sur les organisations, les professionnels, les instruments et les pratiques. Cette ST invite à
reconsidérer ces transformations de manière plus globale en décalant le propos pour lier la question de l’internationalisation des modes de faire les politiques publiques et celle des effets sur les modèles nationaux (acteurs, systèmes, institutions, etc.). En effet, on parle bien souvent de ces modèles historiquement construits (Ruegg, 2011), sans toutefois interroger comment les évolutions des dernières décennies ont pu affecter certaines composantes ou la cohérence d’ensemble. Peut-on parler de disparition des modèles nationaux au profit d’un modèle international ? Quel rôle jouent les organisations internationales dans ces dynamiques ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.