Soutenance – Simon Ridley, “Les sens de liberté d’expression : socio-anthropologie comparative des campus de Berkeley et de Nanterre”

Les sens de liberté d’expression : socio-anthropologie comparative des campus de Berkeley et de Nanterre. 

Thèse pour le doctorat en sociologie, sous la direction d’Anne Raulin. Soutenance le vendredi 08 février à 14 heures, en salle B 016 du bâtiment Grappin (B), à l’Université Paris Nanterre.

Le jury sera composé de :

  • Matei Candea, Lecturer, Fellow and Director of Studies, King’s College, University of Cambridge (Rapporteur)
  • Christian Laval, Professeur émérite, Université Paris Nanterre (Président)
  • Minoo Moallem, Professor and Vice Chair of Research, University of California Berkeley (examinatrice)
  • Anne Raulin, Professeure, Université Paris Nanterre (directrice)
  • Caroline Rolland-Diamond, Professeure, Université Paris Nanterre (examinatrice)
  • Christian Topalov, Directeur d’études EHESS, Directeur de recherche émérite CNRS (Rapporteur)

L’université est une des institutions les plus fortes de l’époque moderne. Lieu d’élection de la contestation, elle peut se retrouver à présent la cible d’attaques sans précédent de l’extrême droite, en particulier aux Etats-Unis. Cette thèse vise à suivre un conflit de définition par le biais d’une ethnographie multisituée, avec comme terrain de recherche la liberté d’expression sur les campus universitaires. En partant d’une sociologie historique comparative du Free Speech Movement de 1964 à Berkeley et du Mouvement du 22 Mars de 1968 à Nanterre, une approche socio-anthropologique permet d’examiner une dualisation des mémoires collectives des mouvements étudiants des années 1960. Suivant une démarche inductive, je voyage avec mon terrain dont l’étude inclut une immersion au sein de plusieurs groupes révolutionnaires, l’observation des rites commémoratifs, des attentats, d’une diversité de pratiques autonomes, et s’étend jusqu’à l’inauguration de Trump et le retournement de la liberté d’expression par des groupes d’extrême droite, la montée en puissance de l’alt-right et ses spectacles/meetings sur les campus, provoquant une série d’émeutes urbaines. La contextualisation systématique et radicale, la pratique et la généalogie de l’archive, le savoir vécu, alliés à une approche comparatiste latérale, engagent à un travail historique sur l’institution universitaire. À rebours des thèses du capital humain, de la démocratie comme libre marché des idées, je retrace la question de l’émancipation, suivant la création d’une « génération civique » après 1944, jusqu’à son retournement numérique. Cette ethnographie politique incite à (re)penser la sociologie et la pédagogie critique comme contre-discours face à une culture anti-intellectuelle, pour rendre possible une culture commune de l’intelligence démocratique, un héritage choisi et réfléchi.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.