Thèse: soutenance de Marianne Blanchard

Marianne Blanchard soutiendra le mardi 23 octobre 2012, à partir de 15h30, sa thèse intitulée: ” Socio-histoire d’une entreprise éducative : le développement des Écoles supérieures de commerce en France (fin du XIXe siècle – 2010)“,
Lieu: Ecole Normale Supérieure au 29 rue d’Ulm, 75005, salle 234 A.

Le jury sera composé de :

  • Stéphane BEAUD, professeur à l’ENS Paris (directeur de thèse)
  • Patrick FRIDENSON, directeur d’études à l’EHESS
  • André GRELON, directeur d’études à l’EHESS (directeur de thèse)
  • Christine MUSSELIN, directrice de recherche au CNRS
  • Fabienne PAVIS, maître de conférence à l’Université de Nantes
  • Anne-Catherine WAGNER, professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Résumé de la thèse :
Ce travail étudie un groupe d’établissements d’enseignement supérieur français, les Écoles supérieures de commerce (ESC), de la fin du XIXe siècle à 2010, en se focalisant tout particulièrement sur les cinquante dernières années de cette période. À travers une approche socio-historique, il analyse le développement de ces établissements qui constituent un modèle à part dans l’enseignement supérieur français, de par leur statut privé et leur proximité avec les chambres de commerce, leur système de recrutement ou encore leur mode organisation proche de celui des entreprises.
En empruntant aussi bien au néo-institutionnalisme qu’à la sociologie des organisations et des institutions, il s’agit de dépasser une vision fonctionnaliste expliquant l’essor et les évolutions de ces écoles comme autant de réponses à des demandes exprimées par la sphère économique et par les étudiants. À partir du dépouillement d’archives, d’analyses statistiques et d’entretiens, cette thèse met en évidence des logiques d’actions et des intérêts propres aux établissements étudiés, ainsi que les stratégies qui ont pu être mises en œuvre pour les faire apparaître comme des formations légitimes. De fait, le retour sur les premières décennies de fonctionnement des ESC montre qu’à l’origine l’existence de telles écoles n’avait rien d’évident et que ce n’est que très progressivement qu’elles ont pu se faire reconnaître comme utiles, voire nécessaires, pour donner accès à certaines professions et positions sociales. Par ailleurs, le choix de se focaliser sur un groupe réduit d’écoles liées par un jeu complexe de relations où se mêlent liens réglementaires, coopération plus ou moins formalisée et concurrence, permet de mettre en évidence les processus d’imitation et d’homogénéisation mais aussi les logiques de différenciation et de hiérarchisation, qui ont contribué à façonner ces établissements, parfois indépendamment des demandes externes.
Contribution à l’histoire des institutions scolaires, ce travail permet en outre d’éclairer les transformations en cours dans le champ de l’enseignement supérieur français, à travers un questionnement sur le financement des écoles étudiées, l’évolution du recrutement des étudiants ou encore leur internationalisation.

Mots clés : Sociologie, histoire, analyse organisationnelle, Écoles supérieures de commerce, France, enseignement supérieur, grandes écoles, établissements privés, chambres de commerce, formation des élites, marché éducatif, internationalisation.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.