Thèse soutenue: L’école républicaine et l’étranger

Damiano Matasci a soutenu le 23 mars 2012 à Genève, une thèse en cotutelle entre l’Université de Genève et l’EHESS, consacrée à « L’école républicaine et l’étranger. Acteurs et espaces de l’internationalisation de la « réforme scolaire » en France (1870 – première moitié du XXe siècle) »
Jury : Sandrine Kott (Genève, co-directrice), Paul-André Rosental (Sciences-Po, co-directeur), Jean-François Chanet (Sciences-Po), Christophe Charle (Paris I), Rita Hofstetter (Genève), Christoph Conrad (Genève).

Présentation:
Cette thèse de doctorat s’intéresse au processus d’internationalisation des réformes scolaires françaises entre 1870 et la première moitié du XXe siècle. En s’inscrivant dans le « tournant transnational » de la recherche historique contemporaine, elle a pour ambition de repenser l’histoire de l’école républicaine en plaçant le processus de nationalisation du système scolaire français dans le contexte international.

Organisé en trois parties thématiques, le travail explore tout d’abord l’ensemble des échanges, des contacts et des emprunts par delà les frontières nationales qui caractérisent la mise en place du système scolaire moderne en France. Ensuite, il examine comment les expériences accomplies dans d’autres pays occidentaux en matière d’instruction publique façonnent et structurent les débats pédagogiques sous la Troisième République. La première partie de la thèse interroge la production de savoirs sur l’étranger et la construction des modèles scolaires en France entre 1870 et 1914. Les missions pédagogiques dans les pays étrangers, plusieurs revues spécialisées et des institutions comme le Musée pédagogique (fondé en 1879) permettent en effet la prise en compte dans les débats réformateurs d’un horizon de références qui transcendent les frontières nationales. La deuxième partie explore la place des réformateurs français au sein du mouvement international de la réforme de l’instruction publique qui se développe dans la deuxième moitié du XIXe siècle. Les sections scolaires des expositions universelles, les congrès internationaux de l’enseignement et les premiers réseaux internationaux qui se créent au tournant du siècle contribuent considérablement à la circulation des idées pédagogiques, à la propagande des modèles scolaires nationaux ainsi qu’à l’échange intellectuel entre les réformateurs de plusieurs pays. La troisième partie aborde le problème des usages et de l’impact de l’ensemble des connexions internationales mises en place par les réformateurs français et explorées dans les deux premières parties de la thèse. Elle étudie les usages et les différentes formes de « réappropriation » des modèles scolaires étrangers lors des réformes de l’enseignement primaire et secondaire français de la fin du siècle (notamment les lois Ferry et l’introduction de l’enseignement spécial et moderne). Le dernier chapitre interroge enfin les principales métamorphoses du processus d’internationalisation dans l’entre-deux-guerres. Il montre plus précisément comment l’action des réseaux internationaux qui émergent à la fin du XIXe siècle est réadaptée en fonction des nouveaux acteurs que sont les organisations internationales intergouvernementales. En discutant les formes et les logiques du processus d’internationalisation, cette thèse permet finalement d’inscrire l’histoire de l’éducation française, souvent appréhendée d’un point de vue exclusivement national, dans un contexte réformateur international caractérisé par une circulation d’idées pédagogiques et d’idéaux-types scolaires qui traversent les frontières et se modulent selon les traditions politiques et culturelles de chaque pays.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.