Thèse soutenue: Le “bon maître” du XIXe siècle

Jung-In Kim soutiendra, le 11 février 2013 (14h, Salle D 223, 2e étage, Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris VIe) sa thèse réalisée sous la direction de Jean-Noël Luc (Université Paris-Sorbonne) sur « Le ‘Bon maître’ du XIXe siècle: cinq générations d’instituteurs et d’institutrices d’après les dossiers de récompenses honorifiques (1818-1902) ».

Présentation:

Les dossiers de récompenses honorifiques d’instituteurs, inexploités par les historiens jusqu’à ce jour, fournissent des renseignements rares et précieux sur les meilleurs instituteurs et institutrices, non seulement de l’époque bien connue de la Troisième République, mais également des époques précédentes, relativement moins étudiées. Un échantillon de dossiers de six départements représentatifs (Creuse, Doubs, Gard, Ille-et-Vilaine, Nord, Seine-et-Oise) de 1858 jusqu’à 1902 a été soumis non seulement à un traitement qualitatif mais aussi à un traitement quantitatif, dont les résultats figurant dans 106 graphiques en 49 séries et 12 tableaux. Complétant ces dossiers de récompenses honorifiques par les dossiers de l’enquête Guizot, ainsi que par d’autres témoignages (auto)biographiques, cette étude retrace tout d’abord l’évolution des critères du « bon maître ». Ces critères, appliqués distinctement aux enseignants urbains et ruraux jusqu’au milieu du siècle, commencent à souligner, dans un contexte de concurrence, les bons résultats obtenus par une bonne organisation pédagogique à partir des années 1860. La réforme scolaire de la Troisième République accélère l’essor du système scolaire laïque et la prospérité de l’école laïque est davantage valorisée dans les deux dernières décennies du XIXe siècle. Les bons maîtres et les bonnes maîtresses de chaque génération entrent en fonction dans une situation socio-politiquement différente, mais ils contribuent, chacun à leur manière, à la consolidation de l’enseignement primaire. Dix portraits de cinq générations d’instituteurs et d’institutrices montrent comment ils s’adaptent au changement de leur statut, du maître tenant sa propre école au fonctionnaire d’État en passant par le fonctionnaire communal, et comment ils vécurent les difficultés mais aussi les bonheurs de cette profession unique.

Jury:

  • Dominique Barjot, Professeur d’Histoire contemporaine à l’Université Paris-Sorbonne)
  • Jean-François Condette, Professeur d’Histoire contemporaine à l’Université d’Artois
  • Jean-Noël Luc, Professeur d’Histoire contemporaine à l’Université Paris 4
  • Gilbert Nicolas, Professeur d’Histoire contemporaine à l’Université Rennes 2
  • André D. Robert, Professeur de Sciences de l’Éducation à l’Université Lyon 2

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.