Thèse en cours: Les formes et mécanismes d’une ségrégation universitaire en Île-de-France

Leïla Frouillou, doctorante en géographie sous la direction de Sylvie Fol (Université Paris I – UMR Géographie-cités), travaille à une thèse sur “les formes et mécanismes d’une ségrégation universitaire en Île-de-France“.

Présentation:

L’Île-de-France se caractérise par une forte concentration universitaire et une organisation aréolaire distinguant les universités centrales, de grande taille, relativement spécialisées thématiquement, d’universités périphériques aux effectifs plus faibles et orientées vers la professionnalisation (Baron, Berroir, Cattan, Lesecq et Saint-Julien, 2007). Le fonctionnement systémique des 16 universités publiques franciliennes (complémentarité versus concurrence) se traduit par une différenciation des offres de formation mais aussi des publics étudiants. Dans un contexte de valorisation de l’autonomie des universités, cela pose la question de l’éventuelle relégation de certaines populations étudiantes dans les établissements périphériques de première ou de grande couronne.

Les travaux sur la ségrégation scolaire permettent, par analogie avec l’enseignement secondaire, de définir une « ségrégation universitaire » comme l’existence d’écarts sociaux, scolaires, ethniques, ou démographiques dans les profils des étudiants, écarts résultant en partie d’une mise à distance (sociale et physique) et d’inégalités d’accès liées à des enjeux de mobilité (distance-temps, coût, différenciation sociale du rapport à l’ancrage territorial etc.). Dans un espace hiérarchisé et en concurrence, ces écarts se traduiraient alors par des inégalités dans la reconnaissance socio-professionnelle des formations universitaires (hiérarchisation des établissements universitaires et de leurs diplômes), ou par des inégalités de réussite (formes d’exclusion sociale) « toutes choses égales par ailleurs ». Cette thèse vise à mesurer et à caractériser cette « ségrégation universitaire », mais aussi à en comprendre les mécanismes, notamment à travers l’étude des trajectoires étudiantes.

Il s’agit de répondre à trois axes de recherche complémentaires :

  • l’évolution du modèle centre-périphérie universitaire francilien
  • les conséquences de la « désectorisation » des inscriptions universitaires à partir de la rentrée 2009 (passage du système RAVEL au système APB)
  • l’articulation entre la ségrégation universitaire et la ségrégation résidentielle francilienne

La conjugaison de méthodes quantitatives (traitement de bases de données SIES, INSEE, OVE etc. permettant notamment un travail cartographique à différentes échelles) et qualitatives (entretiens compréhensifs semi-directif auprès d’étudiants en Droit et en AES de Paris I et Paris VIII, suivis sur les trois ans de thèse) permet une analyse fine des recrutements actuels des universités d’Île-de-France.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.