Thèse en cours: Les maîtres d’école et instituteurs de la fin de l’Ancien Régime à l’Empire

Côme Simien, doctorant en histoire moderne, travaille à une thèse sur les « maîtres d’école et instituteurs de la fin de l’Ancien Régime à l’Empire », sous la direction de Philippe Bourdin (université Clermont II).

 

Présentation:

Sous la coupe de l’Église depuis des siècles, les maîtres laïcs des petites écoles dépendent encore largement des évêques et des curés à la fin de l’Ancien Régime. Outre l’apprentissage des rudiments (lire, écrire et compter) les régents d’école sont aussi chargés d’assurer l’enseignement du catéchisme, des cérémonies d’église ou encore du chant liturgique. En définitive, c’est donc à eux qu’est confiée la tâche d’inculquer aux enfants un habitus chrétien. Dès avant 1789, leur maîtrise de l’écrit leur fait occuper une place singulière au sein des communautés d’habitants (secrétaire-greffiers, arpenteurs…). Si de premières évolutions se manifestent à partir des années 1770 (conflits nombreux avec les curés, apparition de nouvelles pratiques pédagogiques), la césure révolutionnaire est particulièrement décisive pour des maîtres désormais qualifiés d’instituteurs. Le rôle qui leur est dévolu change. Il n’est plus question désormais de former de bons sujets mais les citoyens de demain. Cela passe par des enseignements qui, à tout moment, doivent être civiques. Les instituteurs deviennent alors les personnages privilégiés d’une régénération républicaine de la France.

Par la mobilisation d’un corpus documentaire varié (enquêtes scolaires nationales, pièces de correspondance, écrits pédagogiques rédigés par les instituteurs, délibérations des autorités locales et nationales ainsi que celles des clubs politiques, contrats de recrutement des enseignants…) et à travers une démarche prosopographique, l’objectif de cette thèse sera d’interroger le parcours des enseignants élémentaires entre Ancien Régime et Empire : qui sont-ils ? que deviennent-ils ? quelle est leur formation ? exercent-ils un métier attractif ou l’image sociale qui y est attachée est elle négative ? quelle image ont-ils d’eux-mêmes ? quelle est la part de la permanence et du renouvellement du personnel enseignant de part et d’autre de 1789 ? quelle est leur insertion dans les communautés d’habitants et dans les villes ? quelle place leur assigne-t-on ? à travers l’étude de leurs pratiques scolaires et communautaires, c’est enfin la question de leurs médiations politiques et culturelles qui se trouve posée.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.