JE: “Comment traiter des rapports entre enseignement supérieur et “monde économique” ?”

Une journée d’études consacrée à “Comment traiter des rapports entre enseignement supérieur et « monde économique » ? aura lieu le 7 mai 2013, à l’université Paris Dauphine, salle A701.

Programme

Organisation : Olivia Chambard (CMH, ENS-EHESS), Laurène Le Cozanet (IRISSO, Université Paris Dauphine)

Comité scientifique : Philippe Bongrand (ÉMA, Université de Cergy-Pontoise), Isabelle Bruno (CERAPS, Université Lille 2), Sandrine Garcia (IRISSO, Université Paris Dauphine), Christine Musselin (CSO, Sciences Po et CNRS), Fabienne Pavis (IDHE, Université de Nantes), Emmanuelle Picard (LARHRA, ENS-LSH), Vanessa Pinto (CEREP, Université de Reims Champagne-Ardenne), Sabine Rozier (IRISSO, Université Paris Dauphine).

Présentation:
Difficile d’ignorer aujourd’hui l’importance prise par la question des rapports entre l’enseignement supérieur et le milieu économique. Si des relations ont toujours existé entre ces deux univers, le volume et la nature de celles-ci ont subi un certain nombre d’inflexions, particulièrement ces trente dernières années. Dans un contexte marqué depuis les années 1980 par la précarisation de l’emploi et la poursuite de la hausse des effectifs dans l’enseignement supérieur, tout se passe comme si les institutions d’enseignement supérieur et les entreprises voyaient leur rôle et leur légitimité en matière d’éducation et de formation redéfinis. Une série de phénomènes – des discours incitatifs aux transformations effectives – porte la marque d’une référence croissante à l’univers de l’entreprise dans la formation supérieure. En termes d’organisation de l’espace de l’enseignement supérieur, le modèle valorisé par les instances européennes et internationales, depuis le tournant des années 2000[1], semble plus que jamais correspondre à une « mise en marché » mondial des formations du supérieur.

Comment analyser et rendre compte de ces transformations ?

Partie-prenante de son objet (Bourdieu, 1984), le chercheur dispose certes d’un poste d’observation privilégié mais prête toujours le flan aux soupçons de partialité et doit se soucier de mettre à distance les phénomènes qu’il cherche à étudier. Se pose également la question de l’attitude à adopter vis-à-vis de l’abondance de discours produits sur l’enseignement supérieur, de la littérature grise aux écrits scientifiques en passant par les essais, les témoignages et les textes militants. Dans ce milieu, les frontières entre genres sont particulièrement floues : la question du statut à donner aux écrits d’un universitaire sur l’université se pose peut-être plus que sur tout autre objet. Enfin, quels concepts mobiliser ? Des notions comme celles de « marchandisation » ou d’ « idéologie néolibérale » sont délicates à manipuler, leur polysémie tendant à brouiller l’analyse plutôt qu’à éclairer les processus considérés. Plutôt que d’appréhender d’emblée les phénomènes étudiés comme s’inscrivant dans un même processus global et doté de cohérence, nous proposons de revenir aux acteurs, de centrer l’analyse sur leurs représentations et leurs pratiques, leurs relations et leur rôle dans la production de l’action publique en matière d’enseignement supérieur.

Cette journée d’études se veut un temps de réflexion collective sur les possibles façons d’appréhender ces problèmes, dans nos différentes recherches, sur nos différents objets et terrains, en insistant sur les méthodes qui peuvent être mobilisées pour tenter de proposer des solutions aux difficultés susmentionnées.

[1] Processus de Bologne (1999) ; stratégie de Lisbonne (2000) ; négociations au sein de l’OMC dans le cadre de l’Accord Général sur le Commerce des Services (2000) ; préconisations de l’OCDE…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.