AAC – Les réformes du financement de l’éducation : genèse, enjeux et effets. France et Suède (XIX-XXIe) – Clôture le 1er mai 2020

Les réformes du financement de l’éducation : genèse, enjeux et effets. France et Suède (xixe-xxie siècles)

Appel à contributions pour un dossier thématique publié simultanément dans la revue Histoire de l’éducation (en français) et dans le Nordic Journal of Educational History (anglais et langues scandinaves).

Au xixe et au xxe siècle, avec des variations de calendrier, de rythme et d’ampleur, les sociétés européennes ont suivi des trajectoires de massification des scolarisations primaires, secondaires – générales et techniques – et supérieures. Dans le même temps, diverses réformes ont remodelé l’organisation financière de ces enseignements, les modifications portant sur la part respective des financements publics et privés, sur le rôle des mécanismes de marché dans l’allocation des ressources, ou encore sur la répartition des compétences et des charges financières entre l’État et les collectivités locales.

Mobilisant des méthodologies quantitatives, économistes et politistes ont examiné les effets des différents types de régimes financiers sur le rythme de développement du système scolaire, sur le niveau global de la dépense d’éducation, et sur les mécanismes de redistribution des richesses entre les différentes classes sociales. Ces recherches montrent que les régimes financiers des systèmes scolaires ne sont pas des leviers neutres. Au contraire, en comprendre les spécificités et les mécanismes permet d’éclairer différents aspects des politiques éducatives, et de mieux apprécier la place du système scolaire dans les politiques redistributives des sociétés démocratiques. À ce titre, l’histoire de l’organisation financière des systèmes d’enseignement vient nourrir la réflexion en cours sur la dynamique des inégalités socio-économiques dans les sociétés européennes. Après avoir culminé au XIXe siècle, les inégalités de revenu et de patrimoine y ont en effet sensiblement diminué au XXe siècle après la Première guerre mondiale, mais tendent à s’accroître depuis les années 1980.

Nous proposons donc, dans cet appel à contributions, de prendre pour objet d’étude les différentes réformes apportées à l’organisation financière des systèmes scolaires au xixe et au xxe siècle, leur genèse, leurs objectifs sociaux, économiques et politiques, ainsi que leurs effets. Cet appel à contributions cible les cas de la France et de la Suède. Notre ambition est d’abord de combler les lacunes des historiographies nationales sur ces questions, mais aussi de faire apparaître la diversité des solutions apportées à des problèmes similaires tels que les différences de coût des scolarités en milieu urbain et en zone rurale, les tensions entre objectifs nationaux et spécificités socio-économiques locales, ou encore le durcissement de la contrainte budgétaire et la recherche d’un meilleur emploi des fonds publics.

Parmi les réformes qui mériteraient un examen plus approfondi, nous aimerions signaler, sans prétendre à l’exhaustivité :

Pour le cas français :

–        La prise en charge par l’État de la rémunération des instituteurs en 1889, ainsi que celle des professeurs de collège en 1925

–        La réforme de la taxe d’apprentissage en 1971

–        La vague de nationalisation des collèges des années 1950 aux années 1970

–        Les aspects financiers de la décentralisation scolaire initiée en 1982-1983, tant pour l’enseignement public que pour l’enseignement privé

Pour le cas suédois :

–        La centralisation de la rémunération des instituteurs (1910-1930)

–        La réforme du système d’aide aux étudiants (1900-1950)

–        La création des « grundskole » dans les années 1950 et leur réforme en 1962 (grundskolereformen)

–        La décentralisation de l’école primaire suédoise en 1989-1991, dite encore « municipalisation » (komunaliseringen)

–        L’introduction des « chèques éducation » (1992)

Dans leurs recherches, nous invitons les auteurs à être attentifs à la pluralité de facteurs susceptibles d’éclairer l’adoption de telle ou telle réforme. La réforme peut officialiser l’existence de flux financiers, qui se seraient progressivement développés en dehors du cadre fixé par les textes. Elle peut aussi instaurer de nouvelles sources de financement. Dans tous les cas, il faut apprécier le poids des modèles idéologiques qui apportent les justifications nécessaires à toute modification dans la répartition des charges incombant aux différents financeurs : conceptions concurrentes de ce qu’implique l’égalité (entre individus, genres, classes sociales, territoires) ; visions alternatives des caractéristiques d’une organisation efficace.  Enfin, les auteurs devront, dans la mesure du possible, s’efforcer d’apprécier les effets à court, moyen et long terme des réformes étudiées, sans préjuger de la conformité de ces effets aux objectifs initialement poursuivis.

Consignes pour les auteurs

Les propositions devront inclure :

–        le nom de l’auteur, ses coordonnées électroniques et son affiliation institutionnelle

–        un titre et un résumé (700-800 mots) en français, en anglais, ou dans une langue scandinave

–        une bibliographie.

Ces propositions seront adressées conjointement à Clémence Cardon-Quint (clemence.cardon-quint@u-bordeaux.fr) et Johannes Westberg (b.a.j.westberg@rug.nl).

Comité scientifique

Les articles seront soumis à une expertise en double aveugle. Les comités scientifiques de la revue Histoire de l’éducation et du Nordic Journal of Educational History sont garants du bon déroulement du processus.

Calendrier

–        Clôture de l’appel à contributions : 1er mai 2020.

–        Réponse aux auteurs : 1er juin 2020.

–        Novembre 2020 (date précisée ultérieurement) : Présentation et discussion d’une première version des articles et de l’introduction du dossier, soit, si la situation sanitaire l’autorise, lors d’un atelier de travail organisé à Bordeaux, soit via une série de webinaires.

–        Janvier 2021 : remise des articles

–        Janvier-mars 2021 : expertise en double aveugle

–        Mai 2021 : remise des versions revues et amendées des articles

–        Mai 2021-septembre 2021 : traduction professionnelle des articles (financée et supervisée par les organisateurs)

–        Hiver 2021 : publication

 

Bibliographie

Ansell Ben W., From the Ballot to the Blackboard: The Redistributive Political Economy of Education, Cambridge, Cambridge University Press (coll. « Cambridge Studies in Comparative Politics »), 2010.

Busemeyer Marius R., Skills and Inequality: Partisan Politics and the Political Economy of Education Reforms in Western Welfare States, Cambridge, Cambridge University Press, 2014.

Busemeyer Marius R., The Impact of Fiscal Decentralisation on Education and Other Types of Spending, Rochester, NY, Social Science Research Network, 2007.

Cappelli Gabriele et Vasta Michelangelo, « Can school centralization foster human capital accumulation? A quasi-experiment from early twentieth-century Italy », The Economic History Review, 22 juillet 2019.

Condette Jean-François (ed.), Le coût des études : modalités, acteurs et implications sociales, XVIe-XXe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012, 412 p.

Forsberg, Håkan. « School Competition and Social Stratification in the Deregulated Upper Secondary School Market in Stockholm. » British Journal of Sociology of Education 39, no. 6 (2018): 891-907.

Gambin Lynn, Hogarth Terence, “Who pays for skills? Differing Perspectives on Who Should pay and Why”, in John Buchanan, David Finegold, Ken Mayhew, Chris Warhurst (ed.), The Oxford Handbook of Skills and Training, Oxford, Oxford University Press, 2017, p. 652-670.

Huitric Solenn, Transformer les collèges communaux en lycées. La coproduction d’une action publique (1830-1880), Thèse de doctorat, Université de Lyon, France, 2016.

Lundahl, Lisbeth. « A Matter of Self-Governance and Control the Reconstruction of Swedish Education Policy: 1980-2003. » European Education 37, no. 1 (2005): 10-25.

Mitch David F., « The Impact of Subsidies to Elementary Schooling on Enrolment Rates in Nineteenth-century England », Economic History Review, Second Series, août 1986, vol. 39, no 3, p. 371‑391.

Piketty Thomas, Capital et idéologie, Paris, Éditions du Seuil, 2019, 1197 p.

Román, Henrik, Stina Hallsén, Andreas Nordin, and Johanna Ringarp. « Who Governs the Swedish School? Local School Policy Research from a Historical and Transnational Curriculum Theory Perspective. » Nordic Journal of Studies in Educational Policy, no. 1 (2015): 81-94.

Savoie Philippe, La construction de l’enseignement secondaire (1802-1914). Aux origines d’un service public, Lyon, ENS, 2013, 501 p.

Théret Bruno, « Les dépenses d’enseignement et d’assistance en France au XIXe siècle : une réévaluation de la rupture républicaine », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 1991, vol. 46, no 6, p. 1335‑1374.

Le nouveau portail documentaire des données statistiques de la DEPP est en ligne

Le nouveau portail documentaire des données statistiques de la Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP) est en ligne et accessible à l’adresse suivante: 

https://archives-statistiques-depp.education.gouv.fr/Default/ 

La DEPP est heureuse de mettre à la disposition des chercheurs/doctorants ainsi que du grand public son fonds de documents statistiques. Vous trouverez aussi bien les publications récentes : Notes d’information que des archives qui remontent pour certaines aux années 1960.

Nous avons souhaité mettre à votre disposition des liens vers nos articles scientifiques déposés dans HAL-SHS, vers les publications versées dans la Bibliothèque de la statistique publique de l’INSEE mais aussi des documents hors collections fruit d’un travail de plusieurs années pour collecter des données au format Excel comme les Séries historiques dont certain fichier remonte à 1930.

Une recherche thématique vous est proposée par bloc selon 6 grands thèmes vous permettant d’aller directement à l’essentiel.

Motion du comité de rédaction de la revue Histoire de l’éducation

Le comité de rédaction de la revue Histoire de l’éducation dénonce les orientations de la future Loi de programmation pluriannuelle de la recherche. Il exprime sa solidarité avec les personnels d’OpenEdition, et considère comme légitime l’usage de leur outil de travail numérique dans l’exercice de leur droit de grève. Il tient enfin à rappeler les éléments suivants :

–         L’exacerbation de la mise en concurrence des chercheurs à temps plein et enseignants-chercheurs détériore le climat de travail, au détriment du bien-être des individus, de la qualité des recherches et de l’investissement parallèle dans l’enseignement.

–        La multiplication des contrats précaires en début de carrière interdit aux jeunes chercheurs de s’engager dans des projets ambitieux sur la durée et déstabilise leur vie personnelle. Des créations d’emplois pérennes seraient plus adaptées aux besoins de la recherche comme à ceux d’un enseignement supérieur en expansion.

–        La priorité donnée aux critères quantitatifs dans l’évaluation de la production scientifique a de nombreux effets pervers. Elle accroît la place des non-spécialistes des domaines d’étude concernés dans les procédures d’évaluation. Elle entraîne les chercheurs dans une course aux publications qui démultiplie les tâches d’expertise et d’édition, et appauvrit, dans le même temps, la qualité et la densité des travaux publiés.

–  Seule une évaluation par les pairs, et par des instances ayant une connaissance fine des différents champs de recherche concernés, permet de porter des jugements sur l’intérêt et l’importance des diverses productions et contributions.

–        Le développement de la gestion de la recherche par projet, sans accompagnement adéquat, alourdit considérablement le poids des tâches administratives (recherche de financement, reddition de comptes) qui détournent le chercheur du cœur de son activité : la production et la transmission des savoirs.

Pour ne pas pénaliser les auteurs, la revue poursuivra ses travaux pendant la mobilisation.
Cette motion a été adoptée par le comité de rédaction de la revue Histoire de l’éducation le 2 mars 2020.

Motion de la rédaction en chef de la revue Histoire de l’éducation

La rédaction en chef de la revue Histoire de l’éducation s’associe à la mobilisation interprofessionnelle contre les orientations de la future Loi de programmation pluriannuelle de la recherche. Elle exprime sa solidarité avec les personnels d’OpenEdition, et considère comme légitime l’usage de leur outil de travail numérique dans l’exercice de leur droit de grève.

JE – Artistes, artisans, pédagogues et fonctionnaires? Des instructeurs aux conseillers d’éducation populaire et de jeunesse. 75 ans d’actions culturelles singulières 1944-2019

Le Comité d’histoire des ministères chargés de la jeunesse et des sports avec le concours des Archives nationales organise une journée d’étude :

Le Jeudi 19 mars 2020 de 9h30 à 17h30
14, Avenue Duquesne  PARIS 75007

Artistes, artisans, pédagogues et fonctionnaires ?

Des instructeurs aux conseillers d’éducation populaire et de jeunesse  75 ans d’actions culturelles singulières 1944-2019

Programme

Accueil dès 9h – Début des travaux : 9h30

Animation/régulateur de la journée, Fabrice Landry, inspecteur jeunesse et sports*

Préambule institutionnel : Direction de la jeunesse, de l’éducation populaire et de la vie associative

9h45 Introduction par Laurent Besse, maître de conférences en histoire, IUT de Tours*

10h : Intervention de Michel Bataillon, dramaturge et traducteur : « Avec Jean Rouvet, aux Rencontres de la jeunesse européenne, été 1951 à la Lorelei. »
Un extrait du film E comme Europe sera projeté

10h30 : Intervention de Jean-Pierre Daniel, CTP cinéma : « Pédagogie de l’éducation artistique »

10h50 : Intervention de Jean Golgevit, CTP chef de choeur : « Les pratiques musicales en France et l’éducation populaire depuis la Libération »
Extrait du Canto General qui a fait l’objet de plusieurs stages au fil de la carrière de J. Golgevit et de nombreuses présentations publiques.

11h20 : Échanges avec la salle

11H45 : Clothilde Roullier, Archives nationales : « Présentation des sources conservées dans des services d’archives publics »

12h : Denise Barriolade, inspectrice principale Jeunesse et sports honoraire* présentera le recueil des témoignages de CTP effectué, la méthode, les matériaux d’archives constitués (illustration avec projection de fiches papiers et extraits d’enregistrement) avec 3 exemples significatifs commentés avec le concours de F. Landry.

Fin de la matinée : 12H45
Déjeuner libre

14H15 Reprise des travaux :
Présentation d’archives orales émanant de la collecte (20 mn) : extraits des entretiens d’Éliane Badet (CTP photo), Michel Simon (CTP cinéma), Claude Decaillot (CTP danse)

14h35 La parole d’une étudiante en histoire, Jeanne Roverc’h, à propos de son master : Les instructeurs nationaux spécialisés et les stages d’art dramatique : fleuron de l’action culturelle populaire française et moteur de l’éducation populaire (1944-1963).

14h45 François Gasnault, conservateur du patrimoine et historien : « Nohant-Verruyes, 1954-1976, du ”livre vivant” à La Geste Paysanne : quand instructeurs et conseillers techniques d’éducation populaire ressuscitaient ce « monde que nous avons perdu”… », avec le témoignage de Jean-Pierre Pottier, metteur en scène et ancien CTP, ainsi que des extraits de films.

15h45 Léo Souillès-Debats, maître de conférences en études cinématographiques évoquera l’apparition de nouvelles formes d’actions autour du cinéma (animations, éducation à l’image, actions spécifiques comme « un été au ciné », festivals de films pour la jeunesse…)

16h15 Echanges avec la salle

17h Conclusion de la journée par Laurent Besse et Martine Gustin-Fall, présidente du comité d’histoire*

*membres du comité d’histoire

****

Le programme complet est disponible ici.

Inscription gratuite et obligatoire (accès contrôlé) à retourner l’adresse : samira.hamani [at] sg.social.gouv.fr

Pour tout contact: comitehistoireMJS [at] jeunesse-sports.gouv.fr

Appel à communications – Centenaire de l’École de préparation des professeurs de français à l’étranger (EPPFE): 1920- 2020

Colloque international organisé par le DILTEC-Sorbonne Nouvelle Paris 3, en association avec le STIH-Sorbonne Université, les Cours de Civilisation Française de la Sorbonne (CCFS), la Société Internationale d’Histoire du français langue étrangère et Seconde (SIHFLES)
 
Se pencher sur l’histoire de l’EPPFE à l’occasion de son centenaire revient à interroger les dynamiques globales de formation des enseignants de français langue étrangère afin de dessiner une géopolitique des institutions chargées de ces formations. Plus largement, ce colloque vise à mettre en lumière l’apport des travaux en histoire de la didactique des langues et des cultures et se situe dans la continuité d’autres manifestations scientifiques. En mai 2008, une première journée d’étude, intitulée « L’École de préparation des professeurs de français à l’étranger à l’UFR DFLE. Histoire d’une institution (1920-2008) », a eu lieu dans les murs mêmes où cette institution a été créée. Depuis 2017, le programme CLIODIL du DILTEC (Histoire et historicité en didactique des langues) explore la dimension historique de et dans la didactique des langues. Ce programme, dont le colloque fait entièrement partie, entend contribuer à une refonte de l’histoire de cette discipline selon une approche globale et connectée (Appadurai 2001, Bertrand 2011, Subrahmanyam 2007 et 2014), qui prend en charge le continuum des échelles d’étude et la notion de régime d’historicité (Hartog 2003), tout en faisant une large place à l’anthropologie historique (Wachtel 2014) et à la démarche indiciaire (Ginburg, 2010).
 
Dans cette perspective, le DILTEC ouvre largement cet appel aux chercheurs qui ont contribué, mais également à ceux qui ont hérité de cette histoire, afin de comprendre les dynamiques de continuité et discontinuité impactant la formation des enseignants de 1920 à 2020. Ce colloque sera également l’occasion pour le Diltec de présenter de manière inédite et dynamique les archives existantes sur l’école conservées sur place.

Les communications pourront s’inscrire dans quatre axes visant l’histoire de l’école elle-même ou mettant en dialogue l’histoire de l’EPPFE avec les histoires de la constitution du champ de la didactique des langues et des cultures, et notamment avec d’autres écoles du même type.
 
Vous trouverez l’appel à communication complet en suivant ce lien : https://cent-eppfe.sciencesconf.org/

La date limite de soumission de cet appel à communication a été repoussée au 25 février 2020 .

JE – L’«éducation pour l’Europe»: institutions, acteurs et politiques

Raphaëlle Ruppen Coutaz  et Simone Paoli organise le jeudi 13 février 2020 à la Maison de la Recherche à Paris une journée d’études sur le thème: L’«éducation pour l’Europe»: institutions, acteurs et politiques

Cette journée est organisée avec le soutien du LabEx EHNE. Toute personne intéressée est bienvenue, merci de vous annoncer à l’adresse suivante: raphaelle.ruppencoutaz [at] unil.ch.

Programme:

9.00-9.15                               Introduction de la journée par Raphaëlle Ruppen Coutaz (FNS, EHNE) et Simone Paoli (Université de Pise)

9.15-9.45                                Présentation de l’Encyclopédie en ligne EHNE par Mathieu Marly (EHNE)

9.45-10.15                  Raphaëlle Ruppen Coutaz (FNS, EHNE) et Simone Paoli (Université de Pise), «De l’Éducation pour l’Europe à une Éducation européenne»

European Schools and University 

10.15-10.45                Stefanie Pukallus (University of Sheffield), «Civil Integration through Education: the Building of European Schools»

10.45-11.15                Jean-Marie Palayret (anc. Directeur des Archives Historiques de l’UE), «Une Université pour l’Europe? L’Institut universitaire européen de Florence»

11.15-11.45 Pause café

Governing education in Europe

11.45-12.15                Oriane Calligaro (European School of Political and Social Sciences (ESPOL), Université Catholique de Lille), « Les Communautés Européennes et le monde académique »

12.15-12.45                Muriel Bourdon (IUT2 de Grenoble), «Le Conseil de l’Europe, inspirateur d’une politique d’éducation»

12h45-14h00 Déjeuner

Europe in the classroom

14.00-14.30               Steffen Sammler (Georg Eckert Institute, Braunschweig) , «La révision des manuels scolaires dans une perspective européenne»

14.30-15.00                Lucia Boschetti (Università degli Studi di Bari), «European integration in Italian high school textbooks from the 2010s»

15.00-15.30               Anne Bruch (HAEU, Florence; Georg Eckert Institute, Braunschweig), «Educational Films and the European Integration Project since the 1960s»

15.30-16.00 Pause café

16.00-17.00  Conclusions par Antoine Savoye (Université Paris 8) et Antonio Varsori (Université de Padoue), puis clôture de la journée

Appel à communications – Internationalisme(s) et éducation pendant la Guerre froide. Acteurs, compétitions, circulations

Vous trouverez ci-dessous  un appel à contributions pour un colloque international organisé par Raphaëlle Ruppen Coutaz et Damiano Matasci les 24 et 25 juin 2021 à l’Université de Lausanne sur la thématique « Internationalisme(s) et éducation pendant la Guerre froide. Acteurs, compétitions, circulations ». 

Les propositions (300 mots max. en fichiers word ou pdf, en français ou en anglais) sont à envoyer avant le 15 septembre 2020 aux adresses suivantes: Raphaelle.RuppenCoutaz [at] unil.ch , Damiano.Matasci [at] unige.ch. 

Dans le sillage du tournant transnational et global de la recherche historique de ces dernières années, plusieurs études se sont focalisées sur l’histoire des internationalismes aux XIXe et XXe siècles. L’un des pionniers de la réflexion dans ce domaine, Akira Iriye, définit cette notion de manière très large, incluant toute activité visant à promouvoir la coopération internationale (Cultural Internationalism, 1997). Expression d’un idéal et pratique ancrée dans une multitude de terrains, l’internationalisme peut donc répondre à des motivations très diverses. 

L’éducation constitue assurément un point d’observation privilégié pour saisir les acteurs, la portée et les logiques parfois contrastées de ce phénomène. Plusieurs chercheuses et chercheurs en ont d’ailleurs retracé l’histoire depuis son émergence au XIXe siècle jusqu’à son institutionnalisation au cours de la première moitié du XXe siècle. En revanche, encore peu de travaux se sont intéressés à l’internationalisme éducatif tel qu’il se développe au cours de la Guerre froide. Cette période offre pourtant un cadre exceptionnel pour saisir l’évolution et les métamorphoses des processus d’internationalisation des savoirs et des pratiques éducatives, que ce soit dans la sphère scolaire ou extra-scolaire. Portés par une multitude d’acteurs nationaux, internationaux et impériaux, ceux-ci s’articulent en effet étroitement non seulement avec les enjeux posés par l’affrontement idéologique entre les blocs de l’Est et de l’Ouest, mais aussi avec le processus de construction européenne, la décolonisation, l’émergence du « tiers-mondisme » et les tentatives de régulation des relations internationales (maintien de la paix, etc.). Dès lors, il s’agit dans ce colloque de poser les bases pour une histoire plurielle et croisée de l’internationalisme éducatif, en retraçant ses formes, ses trajectoires (Nord-Sud, Est-Ouest, Sud-Sud) ainsi que son impact sur le cadre politique et les rapports de force déterminés par la « Guerre froide globale ». Notre ambition est, d’une part, d’approfondir et de prolonger les réflexions historiographiques récentes mettant en avant la porosité du « rideau de fer », les ambiguïtés des processus d’« américanisation » et de « soviétisation » des sociétés occidentales ainsi que les intenses interactions entre les deux blocs et les pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine. D’autre part, cette rencontre aspire aussi à réintroduire le paradigme européen au cœur des enjeux marquant la deuxième moitié du XXe siècle.

Nous souhaitons réunir des contributions de chercheuses et chercheurs, juniors ou confirmés, autour de trois axes de recherche principaux :

1. Des « guerriers de la Guerre froide » ? Les acteurs des internationalismes en matière d’éducation

2. Les modèles et paradigmes éducatifs à caractère internationaliste

3. Les instruments, les pratiques et les résultats des internationalismes éducatifs

L’appel complet est disponible ici.

Parution – Former les enseignants d’EPS en France au XXe siècle, Julien Fuchs et Jean-Nicolas Renaud (dir.)

Nous vous annonçons la publication du livre « Former les enseignants d’EPS en France au XXe siècle » aux éditions des PUR. Issu du projet collectif FORMEEPS, labellisé par la MSHB et qui a réuni pendant 2 ans une quinzaine de chercheurs, ce livre vise à faire un point sur les lieux et les acteurs de la formation des enseignants d’EPS en France, en privilégiant une approche par le local.

Table des matières:

Jean-Nicolas Renaud et Julien Fuchs,Recomposer le puzzle de la formation des enseignants d’EPS

Florian Hugedet,Panorama synthétique d’une construction dynamique.La lente massification des lieux de formation (1869-2019)

Jean Saint-Martin et Julien Fuchs,Le second souffle des instituts régionaux d’éducation physique et sportive (IREPS) .Les rapports Andreu de 1962

Tony Froissart,L’Institut d’éducation physique de l’université de Paris. L’articulation de projets médicosportifs et éducatifs (1928-1963)

Florian Hugedet et Jean-Jacques Dupaux,L’homme de l’ombre et l’acteur. Pouvoir, soutien et résistance dans la mise en place des formations d’enseignants d’EPS dans l’académie de Besançon (1928-1975)

Christian Molaro,L’IREP de Nancy, années 1920-années 1970. Histoire d’une tentative d’émancipation vis-à-vis de l’autorité médicale

Denis Jallat et Jean Saint-Martin,Le CREPS de Strasbourg. Entre spécificité territoriale et particularité culturelle

Fabrice Auger et Serge Vaucelle,Une drôle de guerre pour un territoire pédagogique. IREP et CREPS à Toulouse au tournant de la Quatrième République

Michaël Attali et Natalia Bazoge,La formation initiale des enseignants d’éducation physique à Grenoble .L’articulation de la pédagogie et de la recherche (1931-1977)

Julien Fuchs, Jean-Nicolas Renaud, Willy Hugedet et Thierry Michot,Du CREPS de Dinard à l’UFRAPS de Rennes (1945-années 1990)

Doriane Gomet,Au cœur d’une culture d’établissement. La formation des enseignants d’éducation physique du privé à l’Institut d’Angers

Appel à communications – Higher education institutions coping with internal and external challenges » (Porto – 6-8 juillet 2020)

EUREDOCS is a network of European doctoral students researching on issues related to the Europeanization of higher education and research. The network gathers doctoral students and those awarded the doctoral degree in the last three years researching on European higher education issues. It aims to facilitate and enhance communication among them and to promote publication and dissemination of research results, and enable exchange and mobility among young scholars in this field.

EUREDOCS is an interdisciplinary network and accepts membership from doctoral students and recent doctoral awards in sociology, political science, economics, history, and educational studies.


The 12th EUREDOCS Conference focuses on the following topic:
“HEIs coping with external and internal challenges”

The deadline for the submission of a proposal is 31st March 2020.

More information available here.

Séminaire – Enseignement supérieur et recherche

Le séminaire « Enseignement supérieur et recherche » de Sciences Po change de formule.

Celui-ci prendra désormais la forme de trois à quatre demi-journées d’étude par an, consacrées chacune à un thème.

Fidèle à son ambition d’origine, il est dédié à la présentation de travaux de recherche menés en France ou à l’étranger qu’il vise à faire connaître aussi bien des chercheurs travaillant sur ce domaine que des praticiens et décideurs de l’enseignement supérieur et de la recherche.

La première séance, fixée au jeudi 13 février de 14 heures à 17 heures permettra la présentation de recherches menées sur les politiques de l’excellence et notamment sur les Idex et les Labex dans le cas français. La genèse de ces politiques, en France mais aussi en Allemagne la manière dont elles ont été mises en œuvre et leurs premiers effets seront abordés au cours de cette séance dont le programme détaillé est disponible ici.

La deuxième séance, au printemps, sera consacrée à « La (dé)construction de l’espace européen de l’enseignement supérieur et de la recherche : où en est-on ? ». En effet d’un côté, cet espace européen semble renforcé par nouveaux modes d’action, comme le montre la mobilisation autour de l’appel à Universités Européennes de Recherche, dont Pauline Ravinet (Université de Lille) analysera les enjeux. Mais de l’autre, l’émergence et la cohérence de cet espace semblent menacées par la plus grande autonomie laissée aux régions. Les modes de pilotage public des universités tendent en effet à se diversifier : Michael Shattock et Aniko Horvath (UCL) expliqueront les divergences croissantes entre la gouvernance des universités au Pays de Galles, en Angleterre, en Ecosse et en Ireland du Nord, en présentant le livre (The Governance of British Higher Education) qu’ils ont récemment publié sur « les » systèmes britanniques ; tandis qu’on s’interrogera avec Eva Vögtle (DZHW) sur les questions que pose la comparaison des systèmes d’enseignement supérieur et de leur gouvernance.

Appel à communications – Politiques et territoires en éducation et formation : enjeux, débats, perspectives

Le laboratoire LISEC (Laboratoire Interuniversitaire de Sciences de l’Éducation et de la Communication (http://www.lisec-recherche.eu/) organisé conjointement avec l’AECSE (Association des Enseignant.e.s Chercheur.e.s en Sciences de l’Éducation, https://aecse.net/) le Colloque Inter-Congrès AREF 2020, Politiques et territoires en éducation et formation : enjeux, débats, perspectives“ qui  se tiendra le 8 et 9 juillet 2020 à Nancy sur le Campus Lettres et Sciences Humaines de l’Université de Lorraine.

Date limite de soumission: 2 février 2020

Par la thématique choisie, le colloque a pour objectif de réfléchir aux rapports entre les politiques d’éducation, de formation et les territoires à partir de trois axes :

Axe 1 : La mise en oeuvre et la réception des politiques dans les territoires

Axe 2 : Le changement du nom de la section en « sciences de l’éducation et de la formation » : un territoire interrogé par la recherche

Axe 3 : Le territoire compris comme un ensemble d’espaces de cheminement

Plus d’informations ici: https://inter-aref-2020.event.univ-lorraine.fr/data/pages/APPEL_A_COMMUNICATION_final_corrige.pdf

Appel à communications – L’Enseignement Supérieur et la Recherche en question : regards croisés des sciences sociales

Vous trouverez ci-dessous l’appel à communication pour les journées « L’Enseignement Supérieur et la Recherche en question : regards croisés des sciences sociales » qui auront lieu les 22 et 23 juin 2020 à l’Université de Poitiers.
 
https://esr2020.sciencesconf.org/
 
15 mars 2020 : Date limite de réception des propositions de communication
 
Ces journées d’études cherchent à faire communiquer les chercheurs en sciences sociales autour de l’Enseignement Supérieur et la Recherche comme objet scientifique. L’idée est de coupler différentes thématiques pour organiser un événement rassemblant sur deux jours une communauté nationale centrée sur un même objet et issue de différentes disciplines (économie, gestion, sociologie, géographie, sciences de l’éducation, science politique, histoire, etc.). Une sélection de communications fera l’objet de publications collectives dans le cadre de numéros spéciaux de revues françaises.

Thème 1 : Parcours de formation des étudiants et d’insertion des diplômés
Thème 2 : Le New Public Management à l’Université
Thème 3 : Production et diffusion des connaissances scientifiques
Thème 4 : L’Université et son territoire

Parution – L’Histoire de l’université de Toulouse

Nous vous annonçons la publication de deux des trois volumes de l’Histoire de l’université de Toulouse du Moyen Age à nos jours, co-dirigés par Caroline Barrera et Patrick Ferté :
 
le volume 1 qui concerne la période médiévale, rédigé par Jacques Verger et Patrice Foissac
 
le volume 3 qui porte sur la période contemporaine, dirigé par Caroline Barrera.
 
Le volume 2 (période moderne), rédigé par Patrick Ferté, paraîtra très prochainement.
 
Toutes les informations complémentaires sont disponibles ici.
 
 
 

Thèse soutenue – Écoles, pouvoirs et sociétés : les écoles élémentaires en Savoie au XIXe siècle (1815-1880)

Le 29 novembre 2019, Jean-Yves Julliard a soutenu sa thèse

Ecoles, pouvoirs et sociétés : les écoles élémentaires en Savoie au XIXe siècle (1815-1880)

Composition du jury :
  • Mme ANNE-MARIE GRANET-ABISSET, Professeur, UNIVERSITE GRENOBLE ALPES, FRANCE – Directeur de these
  • M. Serge BRUNET, Professeur, UNIVERSITE MONTPELLIER 3, FRANCE – Rapporteur
  • Mme Marguerite FIGEAC-MONTHUS, Professeur, UNIVERSITE DE BORDEAUX, FRANCE – Rapporteur
  • M. Christian SORREL, Professeur, UNIVERSITE DE LYON 2, FRANCE – Examinateur
  • Mme Carole CHRISTEN-LECUYER, Maître de Conférences, UNIVERSITE DE LILLE, FRANCE – Examinateur
  • M. Pierre JUDET, Maître de Conférences, UNIVERSITE GRENOBLE ALPES, FRANCE – Examinateur
  • M. Serge TOMAMICHEL, Maître de Conférences, UNIVERSITE LYON 2, FRANCE – Examinateur
Extrait du résumé
Dans le premier XIXe siècle, en l’absence d’intervention directe de l’Etat sarde pour organiser le tissu scolaire élémentaire, des structures éducatives sont mises en place à l’initiative des populations et du clergé. Par leur caractère plus ou moins formel et leur dissémination elles constituent une nébuleuse scolaire. Dans les montagnes, héritage d’un mouvement de scolarisation commencé sous l’Ancien Régime, les populations figurent parmi les plus alphabétisées du royaume de Piémont-Sardaigne. Cela tient à leur forte demande d’instruction, fruit d’une économie ouverte que symbolise notamment l’ampleur des migrations économiques. Originalité des hautes terres de la Savoie, cette demande sociale se concrétise par l’importance du phénomène des fondations, réalisées notamment par des expatriés, et la densification du tissu scolaire jusque dans les hameaux. Rien n’exprime mieux ce désir d’instruction que la création d’associations villageoises sur le modèle des consortages économiques, le recrutement local des maîtres et l’organisation d’écoles temporaires en prises avec les configurations économiques et sociales territoriales.
C’est une histoire sociale des territoires de montagne dans ce long premier 19ème siècle examiné àpartir du prisme de l’école dont il est question, analysé de manière fine et précise à partir d’un corpus de sources largement inédites.

Parution – Collectifs et collectivités à l’épreuve des enjeux éducatifs, Choukri Ben Ayed, Maryan Lemoine (dir.)

La dimension locale des processus éducatifs occupe une place de plus en plus centrale. Il en résulte des imbrications complexes entre national et local que cet ouvrage tente de comprendre en s’intéressant notamment au rôle des collectifs et des collectivités en matière éducative. Derrière les dispositifs, les politiques éducatives locales, ces derniers agissent de façon plus ou moins formelle.

C’est le cas notamment des collectivités locales trop longtemps considérées comme auxiliaires de l’école ou simples pourvoyeurs de fonds. Leur rôle est à présent plus structuré parfois décisif.

L’ouvrage décline cette complexité des pratiques éducatives locales à partir d’un ensemble de terrains tels que les Programmes de Réussite Éducative, le rôle nouveau et peu connu joué par les fondations dans le domaine éducatif, la question en apparence consensuelle du bien-être à l’école, ou encore le cas des collégiens temporairement exclus.

L’action des collectivités territoriales est appréhendée à partir des « arrangements » souvent invisibilisés entre municipalités et collège en milieu rural ou, à une plus large échelle, dans la lutte contre les ségrégations scolaires dans une grande agglomération.

Cette problématique, par un effet miroir, renvoie à la question plus large de la participation des habitants dans le cadre de la politique de la ville. La dimension territoriale est également décisive dans le traitement du décrochage scolaire.

C’est en croisant ces différents terrains que l’ouvrage donne aux collectifs et aux collectivités une certaine consistance dans le domaine éducatif.

 

Sommaire :

Introduction, Choukri Ben Ayed, Maryan Lemoine

La territorialisation des politiques éducatives et la question de l’émancipation : une inversion de polarité politique ? Régis Cortésero

Les politiques publiques à l’épreuve de l’action collective. L’exemple du Programme de Réussite Educative, Laurie Sompayrac

Les politiques éducatives locales à l’épreuve de l’innovation, Stéphanie Morel

Politiques éducatives en matière de bien-être scolaire : l’approche communautaire comme levier d’une coopération globale au collège, Séverine Ferrière, Fabien Bacro, Agnès Florin, Philippe Guimard

De la territorialisation des politique éducatives à la spécialisation des problèmes scolaires, Juliette Garnier

Un cas d’école : essai d’objectivation des relations collège-municipalité dans une petite commune, Maryan Lemoine

Ce que nous apprend l’observation d’une politique de mixité sociale au collège : le cas de l’agglomération toulousaine, Choukri Ben Ayed, Etienne Butzbach

De la responsabilisation à l’injonction d’autonomie : la participation comme dispositif d’éducation et d’encadrement des habitants dans les quartiers populaires, Charlène Arguence

Le traitement du décrochage scolaire : un révélateur des politiques éducatives territoriales, Pierre-Yves Bernard

Conclusion, Etienne Butzbach

Appel à communications – Se soustraire à l’empire des grands. Enfance, jeunesse et agentivité (1500-1830)

Appel à communication dans le cadre du colloque international organisé par la section d’Histoire de l’Université de Lausanne des 5 et 6 novembre 2020

Depuis quelques décennies, la recherche accorde un intérêt croissant aux acteurs et actrices historiques. Concept-clé pour l’étude de la marge de manœuvre des individus dans des contextes sociaux donnés, l’agentivité (agency) est au cœur de la redécouverte de protagonistes privés de visibilité, telles que l’ont été et le sont encore dans une large mesure les femmes. Représentant une portion essentielle de la population, les enfants sont pourtant encore très marginaux dans ces études. En ouvrant la réflexion sur l’expérience enfantine et les modalités de l’agentivité de la jeunesse entre le XVIe et le premier tiers du XIXe siècle, ce colloque à vocation interdisciplinaire entend contribuer à leur visibilisation tout en participant au renouvellement en cours de l’écriture de l’histoire.

Les rares journaux d’enfants ou de jeunes gens de cette période étudiés à ce jour ont généralement été interprétés comme des instruments de contrôle à destination des adultes, de véritables « panoptiques de papier » pour reprendre la formule de Ruddolf Dekker et Arianne Baggerman.

D’autres écrits, plus rétrospectifs, nuancent le contrôle de l’enfant par l’éducateur. On lit ainsi dans les mémoires du duc de Chartres que son éducatrice, Mme de Genlis, n’aurait jamais été en mesure de s’arroger sur son esprit « l’empire absolu auquel elle prétendait ». Systématiser l’enquête sur les écrits personnels de jeunesse permettra d’élargir cette vision, en montrant si et dans quelle mesure le journal a été utilisé par les jeunes scripteurs et scriptrices comme moyen de prendre en main leur propre existence et d’affirmer leur indépendance. Plus généralement, il s’agira de réfléchir à l’enfant en tant qu’acteur au sein de sa famille, de la société et de sa propre vie : un individu avec une volonté propre et des espaces dans lesquels il s’est exprimé. Et de questionner, entre autres, la tension entre le principe de liberté et l’éducation très intrusive prônée par des pédagogues et philosophes tels Félicité de Genlis et Jean-Jacques Rousseau. Les écrits personnels constituent un point d’entrée privilégié pour cette thématique. Ils permettent d’esquisser la façon dont enfants et jeunes gens ont perçu cette période de leur vie, la manière dont ils ont réfléchi à leur propre statut, leurs marges de manœuvre (rébellion, indiscipline,…) et leur participation aux choix les concernant (formation, profession, alliance…). Mais il est tout aussi important de relire et d’interroger d’autres sources – judiciaires, administratives, pédagogiques,… – pour y traquer l’agentivité enfantine, les limites que les adultes lui ont imposée, sans oublier leurs incitations, voire injonctions à une certaine forme d’autonomie.

Les principaux axes de ce colloque sont les modèles et représentations de l’agentivité enfantine (masculine ou féminine) ou de ses limites, ses manifestions sociales ainsi que l’expérience, par les jeunes individus de la gestion, voire la revendication, de leurs espaces d’autodétermination, en interaction, ou non, avec les adultes.

Modalités de soumission : Les propositions de communication, en français, allemand ou anglais, comporteront un titre et un résumé d’environ 2000 signes, ainsi qu’une courte présentation de l’intervenant (fonction, rattachement institutionnel, publications, courriel). Elles sont à envoyer d’ici au 30 avril 2020 à Sylvie Moret Petrini (Université de Lausanne) : sylvie.moret-petrini [at] unil.ch
Plus d’informations ici: https://news.unil.ch/display/1579511664804

Pour une histoire renouvelée des élèves (XVIe- XXe siècles) Volume 2 : sources et méthodes [VIENT DE PARAÎTRE]

Histoire de l'éducation n° 151
 
Dans la continuité du numéro 150 qui proposait cinq bilans historiographiques sur l’histoire des élèves, ce numéro présente cinq contributions qui insistent davantage sur les questions liées aux archives, aux sources imprimées et aux enquêtes statistiques, et qui mettent en avant les dimensions méthodologiques de l’écriture de cette histoire. Les sources sur les élèves sont souvent lacunaires et indirectes. Écrites par des adultes pour d’autres adultes, les sources administratives rendent compte d’une situation ou aident à la prise de décision. Les élèves sont bien présents, mais à l’arrière-plan, comme unités de compte révélant la bonne santé ou la crise d’un établissement. C’est à partir du croisement de sources diverses, permettant d’associer données nationales et réalités départementales ou locales, archives et textes imprimés, que l’on peut retrouver l’élève, comme le montrent les contributions de Dominique Julia, Jean le Bihan et de Solenn Huitric. Les mémoires, autobiographies et souvenirs étudiés par Pierre Caspard, si l’on dépasse leur individualité par leur mise en corpus, en disent aussi beaucoup sur la vie d’élève. L’historien peut également bénéficier de la collecte de données et de la constitution de larges bases par les services du ministère de l’Éducation nationale, comme les panels d’élèves mis en place depuis les années 1960 et présentés par Jean-Paul Caille et Jérôme Krop.

Appel à contributions : Les réformes du financement de l’éducation : genèses, enjeux et effets. France et Suède (XIXe-XXIe siècles)

Les réformes du financement de l’éducation : genèses, enjeux et effets. France et Suède (xixe-xxie siècles)

Appel à contributions pour un dossier thématique publié simultanément dans la revue Histoire de l’éducation (en français) et dans le Nordic Journal for Educational history (anglais et langues scandinaves).

Au xixe et au xxe siècle, avec des variations de calendrier, de rythme et d’ampleur, les sociétés européennes ont suivi des trajectoires de massification des scolarisations primaires, secondaires – générales et techniques – et supérieures. Dans le même temps, diverses réformes ont remodelé l’organisation financière de ces enseignements, les modifications portant sur la part respective des financements publics et privés, sur le rôle des mécanismes de marché dans l’allocation des ressources, ou encore sur la répartition des compétences et des charges financières entre l’État et les collectivités locales.

Mobilisant des méthodologies quantitatives, économistes et politistes ont examiné les effets des différents types de régimes financiers sur le rythme de développement du système scolaire, sur le niveau global de la dépense d’éducation, et sur les mécanismes de redistribution des richesses entre les différentes classes sociales. Ces recherches montrent que les régimes financiers des systèmes scolaires ne sont pas des leviers neutres. Au contraire, en comprendre les spécificités et les mécanismes permet d’éclairer différents aspects des politiques éducatives, et de mieux apprécier la place du système scolaire dans les politiques redistributives des sociétés démocratiques. À ce titre, l’histoire de l’organisation financière des systèmes d’enseignement vient nourrir la réflexion en cours sur la dynamique des inégalités socio-économiques dans les sociétés européennes. Après avoir culminé au XIXe siècle, les inégalités de revenu et de patrimoine y ont en effet sensiblement diminué au XXe siècle après la Première guerre mondiale, mais tendent à s’accroître depuis les années 1980.

Nous proposons donc, dans cet appel à contributions, de prendre pour objet d’étude les différentes réformes apportées à l’organisation financière des systèmes scolaires au xixe et au xxe siècle, leur genèse, leurs objectifs sociaux, économiques et politiques, ainsi que leurs effets. Cet appel à contributions cible les cas de la France et de la Suède. Notre ambition est d’abord de combler les lacunes des historiographies nationales sur ces questions, mais aussi de faire apparaître la diversité des solutions apportées à des problèmes similaires tels que les différences de coût des scolarités en milieu urbain et en zone rurale, les tensions entre objectifs nationaux et spécificités socio-économiques locales, ou encore le durcissement de la contrainte budgétaire et la recherche d’un meilleur emploi des fonds publics.

Parmi les réformes qui mériteraient un examen plus approfondi, nous aimerions signaler, sans prétendre à l’exhaustivité :

Pour le cas français :

  • La prise en charge par l’État de la rémunération des instituteurs en 1889, ainsi que celle des professeurs de collège en 1925
  • La réforme de la taxe d’apprentissage en 1971
  • La vague de nationalisation des collèges des années 1950 aux années 1970
  • Les aspects financiers de la décentralisation scolaire initiée en 1982-1983, tant pour l’enseignement public que pour l’enseignement privé

Pour le cas suédois :

  • La centralisation de la rémunération des instituteurs (1910-1930)
  • La réforme du système d’aide aux étudiants (1900-1950)
  • La création des « grundskole » dans les années 1950 et leur réforme en 1962 (grundskolereformen)
  • La décentralisation de l’école primaire suédoise en 1989-1991, dite encore « municipalisation » (komunaliseringen)
  • L’introduction des « chèques éducation » (1992)

Dans leurs recherches, nous invitons les auteurs à être attentifs à la pluralité de facteurs susceptibles d’éclairer l’adoption de telle ou telle réforme. La réforme peut officialiser l’existence de flux financiers, qui se seraient progressivement développés en dehors du cadre fixé par les textes. Elle peut aussi instaurer de nouvelles sources de financement. Dans tous les cas, il faut apprécier le poids des modèles idéologiques qui apportent les justifications nécessaires à toute modification dans la répartition des charges incombant aux différents financeurs : conceptions concurrentes de ce qu’implique l’égalité (entre individus, genres, classes sociales, territoires) ; visions alternatives des caractéristiques d’une organisation efficace.  Enfin, les auteurs devront, dans la mesure du possible, s’efforcer d’apprécier les effets à court, moyen et long terme des réformes étudiées, sans préjuger de la conformité de ces effets aux objectifs initialement poursuivis.

Consignes pour les auteurs

Les propositions devront inclure :

  • le nom de l’auteur, ses coordonnées électroniques et son affiliation institutionnelle
  • un titre et un résumé (700-800 mots) en français, en anglais, ou dans une langue scandinave
  • une bibliographie.

Ces propositions seront adressées conjointement à Clémence Cardon-Quint (clemence.cardon-quint@u-bordeaux.fr) et Johannes Westberg (b.a.j.westberg@rug.nl).

Comité scientifique

Les articles seront soumis à une expertise en double aveugle. Les comités scientifiques de la revue Histoire de l’éducation et du Nordic Journal of Educational History sont garants du bon déroulement du processus.

https://journals.openedition.org/histoire-education/

https://journals.ub.umu.se/index.php/njedh

 

Calendrier

  • Clôture de l’appel à contributions : 1er mai 2020.
  • Réponse aux auteurs : 1er juin 2020.
  • Novembre 2020 (date précisée ultérieurement) : atelier de travail à l’université de Bordeaux (France). Présentation et discussion d’une première version des articles et de l’introduction du dossier
  • Janvier 2021 : remise des articles
  • Janvier-mars 2021 : expertise en double aveugle
  • Mai 2021 : remise des versions revues et amendées des articles
  • Mai 2021-septembre 2021 : traduction professionnelle des articles (financée et supervisée par les organisateurs)
  • Hiver 2021 : publication

 

Bibliographie

Ansell Ben W., From the Ballot to the Blackboard: The Redistributive Political Economy of Education, Cambridge, Cambridge University Press (coll. « Cambridge Studies in Comparative Politics »), 2010.

 

Busemeyer Marius R., Skills and Inequality: Partisan Politics and the Political Economy of Education Reforms in Western Welfare States, Cambridge, Cambridge University Press, 2014.

 

Busemeyer Marius R., The Impact of Fiscal Decentralisation on Education and Other Types of Spending, Rochester, NY, Social Science Research Network, 2007.

 

Cappelli Gabriele et Vasta Michelangelo, « Can school centralization foster human capital accumulation? A quasi-experiment from early twentieth-century Italy », The Economic History Review, 22 juillet 2019.

 

Condette Jean-François (ed.), Le coût des études : modalités, acteurs et implications sociales, XVIe-XXe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012, 412 p.

 

Forsberg, Håkan. « School Competition and Social Stratification in the Deregulated Upper Secondary School Market in Stockholm. » British Journal of Sociology of Education 39, no. 6 (2018): 891-907.

Gambin Lynn, Hogarth Terence, “Who pays for skills? Differing Perspectives on Who Should pay and Why”, in John Buchanan, David Finegold, Ken Mayhew, Chris Warhurst (ed.), The Oxford Handbook of Skills and Training, Oxford, Oxford University Press, 2017, p. 652-670.

Huitric Solenn, Transformer les collèges communaux en lycées. La coproduction d’une action publique (1830-1880), Thèse de doctorat, Université de Lyon, France, 2016.

Lundahl, Lisbeth. « A Matter of Self-Governance and Control the Reconstruction of Swedish Education Policy: 1980-2003. » European Education 37, no. 1 (2005): 10-25.

Mitch David F., « The Impact of Subsidies to Elementary Schooling on Enrolment Rates in Nineteenth-century England », Economic History Review, Second Series, août 1986, vol. 39, no 3, p. 371‑391.


Piketty Thomas, Capital et idéologie, Paris, Éditions du Seuil, 2019, 1197 p.


Román, Henrik, Stina Hallsén, Andreas Nordin, and Johanna Ringarp. « Who Governs the Swedish School? Local School Policy Research from a Historical and Transnational Curriculum Theory Perspective. » Nordic Journal of Studies in Educational Policy, no. 1 (2015): 81-94.

Savoie Philippe, La construction de l’enseignement secondaire (1802-1914). Aux origines d’un service public, Lyon, ENS, 2013, 501 p.

Théret Bruno, « Les dépenses d’enseignement et d’assistance en France au XIXe siècle : une réévaluation de la rupture républicaine », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 1991, vol. 46, no 6, p. 1335‑1374.