Université d’Ile de France: vers un corpus d’archives orales?

Le 16 mars 2012 aura lieu une journée d’études sur le thème: « Universités d’Île-de-France: vers un corpus d’archives orales ?« , organisée par la Chancellerie des universités, Sorbonne, Grand Salon (47, rue des Ecoles), de 9 heures à 18 heures.

Programme

9 h 00 – Accueil

9 h 30 – Ouverture
• Patrick GÉRARD, Recteur-Chancelier des universités de Paris (à confirmer)
Jean-Loup SALZMANN, Président de l’Université Paris 13, Pres Sorbonne Paris Cité (à confirmer)
9 h 45 – Introduction
• Jean-Philippe LEGOIS, président de la Cité des mémoires étudiantes et Loïc VADELORGE, professeur d’histoire contemporaine, Université Paris 13, CRESC : « Histoire orale des universités et corpus d’archives orales : situations-propositions »
• Florence DESCAMPS, maître de conférences, EPHE : « L’histoire orale dans l’enseignement supérieur : état des lieux »
10 h 30 – Première table-ronde
• Administrer une université : Guy LAURENT, secrétaire général de l’Université de Paris X Nanterre de 1971 à 1981
Présidence : Patrick FRIDENSON, directeur d’études, EHESS
Intervenants : Charles MERCIER, PRAG, IUFM-Université Paris-Sorbonne, Paris IV, Anne ROHFRITSCH, responsable du service des archives, Université Paris Ouest-Nanterre-La Défense, Paris X, Guy LAURENT, secrétaire général de Paris X-Nanterre de 1971 à 1981

11 h 30 – Deuxième table-ronde
Etudier à la Sorbonne dans les années 1960 : Prisca BACHELET, militante étudiante à la FGEL (Fédération des groupes d’études de lettres)
Présidence : Robi MORDER, président du groupe d’études et de recherche GERME
Intervenants : Marina MARCHAL, responsable des archives et des ressources documentaires, Cité des mémoires étudiantes, Prisca BACHELET, étudiante à la Sorbonne dans les années 1960

13 h00 Pause déjeuner
14 h 30 Troisième table-ronde
Enseigner à Dauphine dans l’après-68 : Christian BARRÈRE, assistant dans les premières années de Dauphine, puis directeur de centre de recherche à l’Université de Reims – Champagne – Ardenne
Présidence : Christian HOTTIN, conservateur du patrimoine, Direction générale des patrimoines
Intervenants : Laurène LE COZANET, doctorante en sciences politiques, Université de Paris IX- Dauphine, Christian BARRÈRE, assistant à Dauphine dans les années 1970

15 h 30 Quatrième table-ronde
Enseigner dans une université nouvelle d’Ile de France dans les années 1970-1980 : Françoise BARTHÉLÉMY, maître de conférences en allemand et assesseur au CEVU de l’université Paris XII- Créteil
Présidence : Thérèse CHARMASSON, conservateur en chef du patrimoine, Unisverscience-Cité des sciences et de l’industrie, Centre de recherche en histoire des sciences et des techniques (CRHST)
Intervenants : Florence BOURILLON, professeur d’histoire contemporaine, UPEC, Paris XII, Claire BLANDIN, maître de conférences, UPEC-Paris XII, Nicolas BERTRAND, archiviste UPEC, Paris XII, Françoise BARTHÉLÉMY, maître de conférences en allemand à Paris XII dans les années 1970

16 h 30 Bloc conclusif sous la direction de Damien HAMARD, responsable des archives de l’Université d’Angers
Nestor HERRAN, maître de conférences en histoire des sciences, Université Pierre et Marie Curie : « Histoire orale et histoire des sciences dans l’espace européen »
Françoise HIRAUX, archiviste directrice adjointe à l’UCL : « Les conversations des archives de l’Université de Louvain »
Françoise LEPAGNOT-LECA et Pierre MIGNAVAL, chercheurs au Service d’histoire de l’éducation/ Institut français de l’éducation : « Le fonds d’archives orales du SHE »

17 h 30 Conclusion générale par Jean-Noël LUC, professeur d’histoire contemporaine, Université Paris- Sorbonne, Paris IV
Edouard HUSSON, Vice-chancelier des universités de Paris

————

Pour tout renseignement, prendre contact avec Stéphanie Méchine, Mission des archives du rectorat de Paris: stephanie.mechine[at]ac-paris.fr

« Français, allemand et anglais : trois langues rivales entre 1850 et 1945 » – Colloque de la SIHFLES 13-15 septembre 2012

 

Appel à communication

Colloque de la SIHFLES
en coopération avec le GMF (Gesamtverband Moderne Fremdsprachen)
et dans le cadre de son Congrès national à l’Université de Duisburg-Essen

La France, la Grande-Bretagne et l’Allemagne, dans la deuxième moitié du XIXe et la première moitié du XXe siècle, sont trois grands pays marqués par une politique étrangère ambitieuse, plus ou moins hégémoniale, et des tendances colonialistes et impérialistes débouchant parfois sur des guerres. Il s’agit aussi de pays économiquement développés, dont l’industrialisation est déjà bien avancée ou en train de se développer avec dynamisme. De plus, ces pays se considèrent comme des nations culturelles que caractérise un système éducatif en expansion continuelle, surtout dans les domaines des sciences naturelles et des langues modernes.

Force est ainsi de constater que la rivalité entre les trois pays ne se limitait pas, à l’époque, à des aspects politiques, économiques et culturels, mais incluait aussi la langue. L’importance de celle-ci se manifestait dans l’appui, à l’échelon international, sur lequel chacune d’entre elles pouvait compter dans le cadre soit d’une prise d’influence directe dans les colonies, protectorats et territoires sous mandat, soit d’une diffusion assurée par les instituts culturels.

Dans ce contexte, l’attractivité respective de ces langues étrangères a subi des fluctuations, induites autant pour des raisons d’ordre économique que par des effets politiques, dont il faut, dans l’analyse, également tenir compte. Dans pratiquement tous les pays européens, le français était encore au milieu du XIXe siècle la langue étrangère majeure, mais il perdra cette position dominante vers la fin de la période analysée au profit de l’anglais. L’allemand de son côté, qui avait temporairement gagné en importance entre la fin du XIXe siècle et les premières décennies du XXe siècle, ne réussit jamais à prendre la tête dans cette concurrence internationale des langues.

Les interventions (de 20 minutes), en langue française, anglaise ou allemande, peuvent traiter les aspects suivants:

  • le développement de l’anglais et de l’allemand dans le système scolaire français, du français et de l’anglais dans le système scolaire allemand, du français et de l’allemand dans les systèmes scolaires anglais ou nord-américains (limitation à certaines époques ou filières scolaires possible) ;
  • le développement de l’allemand, du français ou de l’anglais dans d’autres pays européens ou américains, ou à l’intérieur d’un espace transnational défini ;
  • le développement d’un marché économique des langues, lié à une demande sociale et à une offre marchande (p. ex.: Berlitz) différentes de ce qu’on avait connu dans les périodes précédentes ;
  • la description historique des institutions de médiation culturelle et d’enseignement de la langue (tels p. ex. l’Alliance Française, le Foreign Office ou la Deutsche Akademie) ;
  • le fait que, pour l’anglais, l’action de la Grande-Bretagne est renforcée (et éventuellement même en partie concurrencée) par l’influence américaine ;
  • l’histoire de la génèse des disciplines universitaires servant à la formation des enseignants à l’étranger, ou aux étrangers (comme les diplômes FLE, Deutsch als Fremdsprache ou studies of TESOL) ;
  • le rôle et la rivalité linguistiques des institutions religieuses missionnaires (et la reconfiguration des modes de pénétration et de présence de certaines) dans une période où les institutions publiques « laïques » s’organisent et deviennent plus interventionnistes.

Les résumés – ne dépassant pas 300 mots – doivent être envoyés à Marcus Reinfried marcus.reinfried@uni-jena.de avant le 1er avril 2012. L’acceptation sera notifiée avant le 1er juin 2012.

Les détails sur l’enregistrement, ainsi que des informations sur l’hébergement et les repas, seront fournis dans une deuxième circulaire et affichés sur le site du colloque, qui est actuellement en construction.

http://fle.asso.free.fr/sihfles/2012_DUE_1.htm

 

 

Militantisme, sociabilité savante et identité professionnelle

le Service d’histoire de l’éducation (Institut français d’éducation-ENS Lyon), le Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (Université de Lyon) et le Centre d’histoire sociale du XXe siècle (Université Paris I) lancent un appel à communication pour un colloque sur : « Militantisme, sociabilité savante et identité professionnelle. Les associations de spécialistes du corps enseignant : un engagement singulier ? (XXe-XXIe siècles) », qui aura lieu à Lyon, les 27 et 28 septembre 2012. Continuer la lecture de « Militantisme, sociabilité savante et identité professionnelle »