Parution – L’Histoire de l’université de Toulouse

Nous vous annonçons la publication de deux des trois volumes de l’Histoire de l’université de Toulouse du Moyen Age à nos jours, co-dirigés par Caroline Barrera et Patrick Ferté :
 
le volume 1 qui concerne la période médiévale, rédigé par Jacques Verger et Patrice Foissac
 
le volume 3 qui porte sur la période contemporaine, dirigé par Caroline Barrera.
 
Le volume 2 (période moderne), rédigé par Patrick Ferté, paraîtra très prochainement.
 
Toutes les informations complémentaires sont disponibles ici.
 
 
 

Parution – Piloter les lycées, Hélène Buisson-Fenet

Nous vous informons de la parution de l’ouvrage :

Piloter les lycées. Le « tournant modernisateur » des années 1990 dans l’Education nationale, Hélène Buisson-Fenet, aux Presses universitaires de Grenoble. 
 
À l’heure où une nouvelle réforme du baccalauréat prétend décloisonner les filières et promouvoir l’approche par compétences, que s’est‑il passé dans l’Éducation nationale ces trente dernières années ? Quelles évolutions sa régulation a‑t‑elle connues ? Sous quelles modalités l’injonction à la « modernisation » s’est‑elle déclinée ?
À partir d’entretiens menés en profondeur directement auprès des acteurs (personnels administratifs, enseignants, élèves, parents), cet ouvrage fait le point sur l’administration scolaire et plus particulièrement sur les coulisses bureaucratiques qui régulent l’enseignement secondaire public. Il enquête autour de trois évolutions majeures :
– la référence croissante à l’usager ;
– la place désormais centrale des outils technologiques de gestion ;
– la territorialisation des politiques scolaires.
Vivante et incarnée, l’analyse de ces trois formes de « modernisation du gouvernement scolaire » propose un éclairage inédit sur le changement institutionnel à l’œuvre dans l’action publique d’éducation depuis près de trente ans.
 
Table des matières
 

Continuer la lecture de « Parution – Piloter les lycées, Hélène Buisson-Fenet »

Parution – Xavier Riondet, L’expérience Vrocho à Nice

Nous signalons la parution de l’ouvrage de Xavier Riondet, L’expérience Vrocho à Nice, Controverses et résistances du quotidien au cœur de l’évolution des normes, Rouen, Presses Universitaires de Rouen/Le Havre, 2019

Cette étude porte sur la réception d’une expérience corporelle que le thérapeute naturiste grec Vrocho initia en France dans les milieux naturistes et pédagogiques des années 1930. Cet ouvrage revient sur les répercussions philosophiques, pédagogiques et politiques de l’aventure collective qui prit forme autour de ce personnage à proximité des célèbres pédagogues Élise Freinet, Célestin Freinet et Adolphe Ferrière. Cette promenade permettra aux lecteurs de se confronter à la profondeur et à la complexité de la question des pratiques tout en observant la longue et incertaine lutte à l’œuvre dans les champs scientifiques et à l’extérieur pour faire évoluer les normes, qu’elles soient sociales, pédagogiques ou médicales.

Plus d’informations ici: http://purh.univ-rouen.fr/node/1280

Parution – Du bon usage de la pédagogie, Mohand Saïd Lechani

Nous signalons la parution de Du bon usage de la pédagogie, de Mohand Saïd Lechani.

Son auteur, feu Mohand Saïd Lechani (1893-1985), fut un pionnier kabyle engagé dans les combats de son temps (proche d’Albert Camus et des animateurs de la gauche morale de l’époque). Ses écrits rares appartiennent au courant de l’Education nouvelle  (Freinet, Montessori, Decroly) et s’apparentent aussi au domaine FLE.
La publication est préfacée par Anne-Marie Chartier.
 
Pour plus d’informations: https://www.editionslcqm.com/nouveautes/

Parution – Pour une pédagogie solidaire. Sylvain Wagnon

Nous signalons la parution de l’ouvrage de Sylvain Wagnon Pour une pédagogie solidaire. Editions Sipayat. Sortie le 14 octobre 2019
 
Présentation
 
Pour une prise en compte des défis actuels par l’éducation.
Pour l’affirmation d’une boussole éthique à partir des principes de l’Education nouvelle.
 
Avec la pédagogie solidaire, c’est une réflexion globale sur l’éducation, la nécessité d’agir pour notre système éducatif public, pour l’avenir de notre planète et de nos enfants qui est proposée. Structurée par les principes et les pratiques de l’éducation nouvelle, cette pédagogie solidaire est un appel à agir efficacement pour mettre en œuvre une société plus fraternelle. Face à l’obsolescence de notre système éducatif, il faut avec lucidité penser une autre éducation. Cela passe par une critique du système scolaire en place mais aussi de la société néolibérale actuelle. Cette pédagogie solidaire n’est pas une pédagogie des bons sentiments. Elle est un outil au service d’une action d’envergure pour l’avenir de notre existence. L’engagement solidaire est un acte motivé de lutte contre la xénophobie et le racisme. Face à un monde qui s’enferme et refuse de voir la réalité en face, il convient de proposer une révolution solidaire. L’éducation est perçue comme un domaine de mutation lente, voire d’inertie. La réalité est, au contraire, que c’est le seul domaine qui peut faire évoluer durablement la société face à l’urgence des défis politiques et environnementaux.
 
Avant-propos de Francis Vallat, président d’honneur de SOS Méditerranée.
Préface de Philippe Meirieu, professeur émérite en Sciences de l’éducation Université Lumière – Lyon 2.
Postface de Jean-Paul Delahaye, Inspecteur général de l’éducation nationale honoraire.
 
L‘intégralité des droits d’auteur de cet ouvrage sera reversée à l’association SOS Méditerranée.
 
Pour plus d’informations
http://www.sipayat.com/pedagogie-solidaire.html
 
 

Publication – Valérie Legros, « Apprendre l’arithmétique dans les manuels scolaires au XIXe siècle »

Presses universitaires de Limoges, 2019.

Résumé : une préoccupation d’état pour l’enseignement primaire apparaît vraiment au moment de la Révolution française. Dès cette période, l’enseignement du « compter », du calcul devient une question prioritaire à côté de celui de lire et écrire. Les écoles primaires, créées pour des générations de jeunes français et françaises. Toutefois pendant le XIXe siècle, la réflexion pédagogique appliquée aux disciplines scolaires est balbutiante. Des pédagogues commencent à s’intéresser à l’enseignement scolaire. Des auteurs vont s’essayer à la composition de manuels scolaires utiles pour les élèves et les maîtres des écoles primaires. L’évolution formelle de ces livres est manifeste au fil du XIXe siècle. La présente recherche s’appuie sur l’analyse de plusieurs dizaines de manuels scolaires d’arithmétique publiés avant les lois scolaires de la Troisième République. Une méthode pédagogique s’y affirme, utilisée par la très grande majorité des auteurs, une méthode procédurale. Elle associe un petit nombre d’énoncés théoriques qu’il faut apprendre par cœur, et beaucoup de règles pratiques pour apprendre les nombres, pour calculer des opérations, pour faire des exercices ou résoudre des problèmes en grand nombre. Cette méthode procédurale insiste sur la nécessité de « faire » : faire des opérations, faire des exercices pour apprendre l’arithmétique.

Publication – Béatrice Finet, « La Shoah racontée aux enfants : une éducation littéraire ? »

Presses universitaires de Grenoble, 2019.

Résumé : depuis 2002, l’enseignement de la Shoah est inscrit aux programmes des écoles primaires, et les enseignants du premier degré sont invités à s’appuyer sur des ouvrages de littérature pour la jeunesse pour assurer cette étude. Mais ces livres sont-ils vraiment des outils pédagogiques ? Quels impacts leurs illustrations, leurs personnages ont-ils sur les jeunes élèves lecteurs ? Comment parviennent-ils à montrer aux enfants que l’extermination des Juifs est un fait historique réel sans les choquer ? À travers une analyse d’ouvrages de littérature pour la jeunesse parus sur le thème entre 1944 et 2013, Béatrice Finet propose une double analyse, littéraire et didactique, pour servir une réflexion plus générale sur les enjeux éducatifs de l’enseignement de la Shoah à l’école élémentaire. Cet ouvrage sera une ressource pour les enseignants et futurs enseignants, et intéressera aussi les chercheurs et éditeurs en littérature pour la jeunesse.

Publication – Romain Robinet, « La révolution mexicaine. Une histoire étudiante »

Résumé : la Révolution mexicaine se résume parfois aux personnages mythiques que furent Pancho Villa et Emiliano Zapata. Si ces acteurs renvoient à une étape fondatrice de ce processus tumultueux, les transformations politiques et sociales que connut le Mexique entre les années 1910 et 1940 ne sauraient pourtant être intelligibles à la seule lumière de ces icônes. Le mouvement étudiant apparaît comme l’un des acteurs les plus pertinents pour repenser et relire intégralement le processus révolutionnaire mexicain. Ce livre propose ainsi une « histoire étudiante » de la Révolution mexicaine.

Parution – Dominique Missika & Bénédicte Vergez Chaignon, « Nous, les enfants de la guerre 1939-1945 »

Tallandier, 2019.

Résumé : raconter en images la vie des enfants sous l’Occupation est inédit. Il faut retrouver les traces de ces destins, les plus terribles comme les plus ordinaires. Tous les enfants ont en commun d’avoir continué à jouer aux billes ou à la poupée, à s’amuser aux séances de Guignol ou à construire des cabanes dans la forêt. Parfois jusque dans les camps d’internement où les enfants juifs sont parqués avant d’être déportés. Mais avoir 10 ans en 1940, c’est aussi être obligé de quitter sa maison pendant l’exode, de se cacher si on est juif, c’est être exposé à la faim et au froid, ébranlé par les séparations, les deuils, l’absence de son père ou de son frère, prisonniers de guerre ou partis pour le STO. Autant de souvenirs enfouis et ici restitués grâce à des lettres retrouvées, des rédactions, des photos de classe ou des albums de famille, des dessins, des témoignages, des jouets conservés dans les greniers. Car si les enfants subissent l’Histoire, ils y participent aussi à leur manière, à leur hauteur. On n’oublie pas son enfance, elle vous marque à jamais. Un magnifique album pour comprendre et découvrir la vie quotidienne des enfants de la guerre

Publication – Bénédicte Vergez-Chaignon, « Une juvénile fureur. Bonnier de la Chapelle, l’assassin de l’amiral Darlan »

Perrin, 2019.

Résumé : le garçon qui tua l’amiral Darlan. L’amiral Darlan, ancien chef du gouvernement de Vichy, haut-commissaire de la France en Afrique, est assassiné à Alger, le 24 décembre 1942, par Fernand Bonnier de La Chapelle, fusillé le surlendemain. Le nom du meurtrier se retrouve au détour de tous les ouvrages traitant des événements de la Seconde Guerre mondiale. Il est le prototype de l’illustre inconnu qui, agent supposé inconscient d’un complot qui le dépasse, entre abruptement dans l’Histoire pour en sortir aussitôt.

De lui, pourtant, on ne sait rien. Il avait vingt ans. On dit qu’il aurait appartenu aux Chantiers de la jeunesse ou aux Corps francs d’Afrique. On répète qu’il était royaliste. Sa particule semble corroborer ces opinions monarchistes. Seulement, Fernand Bonnier de La Chapelle n’appartenait plus aux Chantiers de la jeunesse et il n’a jamais fait partie des Corps francs d’Afrique. Sa particule n’est qu’un leurre et « dans ses veines, écrira son père, ne coulait que le sang rouge des vrais républicains. »

Issu d’une famille aventureuse, mais élevé au sein d’une bourgeoisie fortunée et progressiste, Fernand Bonnier de La Chapelle n’eut, à partir de la défaite de 1940, qu’un rêve : partir en Angleterre pour se battre et faire quelque chose de grand. Un rêve sans cesse empêché qui devait le conduire à rencontrer tout autrement sa destinée, la veille de Noël 1942. A l’aide d’archives totalement inédites, Bénédicte Vergez-Chaignon retrace pour la première fois le parcours de celui dont le général de Gaulle écrivit qu’il avait agi, soulevé par une « juvénile fureur ».

Parution – Marie-Thérèse Duffau, « Bruno de Solages Biographie d’un intellectuel engagé (1895-1983) », 2019.

Pierre Téqui éditeur, 2019.

Hormis un recueil de témoignages et des actes de colloque, Bruno de Solages n’a fait l’objet d’aucune étude approfondie, moins encore d’une biographie, malgré l’importance de son parcours d’intellectuel catholique engagé, dans des moments de crises cruciales, tant dans l’histoire de l’Église que de l’Europe en guerre.

Marqué par les personnalités du Cardinal Mercier et du Père Lagrange, il démissionne de son poste de rédacteur en chef à la Revue apologétique quand un article contre l’Action française est refusé. Thomiste, il s’intéresse à la patristique, mais encourage aussi les groupes d’Action catholique, souhaite rapprocher science et foi, s’engage en philosophe chrétien pour défendre Blondel.

Repéré aux Semaines sociales par Mgr Saliège, il devient recteur de l’Institut catholique de Toulouse en 1932, charge qu’il garde jusqu’en 1964, y enseignant aussi la théologie. Appliquant la constitution Deus Scientiarum Dominus, il agrandit l’Institut catholique, ouvre un séminaire et lance des cours de théologie pour les laïcs; dès les années 1930, il en fait un lieu de refuge pour les persécutés et les opposants aux régimes totalitaires. Membre actif de la Résistance spirituelle et intellectuelle contre le nazisme et Vichy, il est déporté en 1944.

À partir de 1945, il devient le défenseur de la théologie française en aidant Teilhard de Chardin, dont il diffuse la pensée, et Henri de Lubac. Très actif sur tous les fronts, il publiera tardivement les œuvres pensées dans sa jeunesse. 

Publication – Manon Pignot, « L’appel de la guerre. Des adolescents au combat, 1914-1918 »

Anamosa, 2019.

Christian Sarton du Jonchay, Ernest Wrentmore, Marina Yurlova, Rudolf Höss, Jack Cornwell… Ces jeunes Français, Américain, Russe, Allemand ou Anglais sont nés entre 1899 et 1904 ; ce sont des combattants juvéniles, dont l’historienne Manon Pignot est allée chercher la trace dans les archives d’Europe et d’Amérique du Nord. Bien souvent camouflés, du fait du caractère illicite de leur engagement au sein des armées régulières, trouver ces « ado-combattants »  relève du jeu de piste, tant les sources sont parcellaires, dissimulées. L’auteure interroge les raisons comme les modalités de l’engagement de ces adolescents, les obstacles aussi qu’ils ont dû surmonter et la manière, s’ils ont survécu, dont cette expérience de guerre les a marqués. Patriotisme, transgression et filiation, désir d’aventure et désir de guerre… C’est une histoire délicate à écrire, tant elle touche à nos conceptions contemporaines de l’enfance et de l’adolescence. Avec ce travail pionnier, Manon Pignot s’attaque à un angle mort de l’historiographie contemporaine.

Publication – Maryse Cuvillier, Des mathématiques pour les filles ? L’exemple de l’enseignement primaire de la Somme de 1881 à 1923

Presses universitaires du Septentrion, 2019.

À l’école primaire de la fin du XIXe siècle, les performances des filles en mathématique sont inférieures à celles des garçons. Sont-elles privées de « la bosse des maths » ou y-a-t-il d’autres raisons à cette situation ? De nouveaux programmes sont publiés à partir de 1881. L’enseignement mathématique se veut « pratique », il vise aussi à développer la réflexion. Ces finalités seront-elles atteintes ? Cela améliorera –t-il les résultats des filles ?

Cet ouvrage entend apporter des réponses à ces questions en étudiant l’histoire de l’enseignement mathématique féminin au primaire, par le biais de sa mise en œuvre dans la Somme. S’appuyant sur des sources très variées, il comble un vide historiographique, ce sujet ayant été peu exploré jusqu’à présent. L’auteure s’attache à entrer non seulement dans les classes, mais aussi dans les salles d’examen, pour saisir les enjeux de cet enseignement, les décalages entre le national et le local, précisant ainsi la culture scolaire acquise par ces élèves.

Publication – Isabelle Le Boulanger, « Enfance bafouée. La société rurale bretonne face aux abus sexuels du XIXe siècle »

Presses Universitaires de Rennes, 2015.

Longtemps considérés comme des délits sans victime, les abus sexuels commis sur les enfants sont voués au secret des familles en raison du tabou de la sexualité. Fait banal, scène de crime rurale, décor rudimentaire, jeunes acteurs pauvres et tristement uniformes, la diversité est à rechercher du côté des abuseurs, qui beaucoup prennent l’apparence de monsieur tout le monde. Leur système de défense, véritable démonstration de force, de puissance sexuelle et de virilité révèle, dans toute son âpreté, la représentation sociale de l’abus sexuel au XIXe siècle.

Publication – Rebecca Swartz, « Education and Empire Children, Race and Humanitarianism in the British Settler Colonies, 1833–1880 »

Palgave Macmillan, 2019.

This book tracks the changes in government involvement in Indigneous children’s education over the nineteenth century, drawing on case studies from the Caribbean, Australia and South Africa. Schools were pivotal in the production and reproduction of racial difference in the colonies of settlement.  Between 1833 and 1880, there were remarkable changes in thinking about education in Britain and the Empire with it increasingly seen as a government responsibility. At the same time, children’s needs came to be seen as different to those of their parents, and childhood was approached as a time to make interventions into Indigenous people’s lives. This period also saw shifts in thinking about race. Members of the public, researchers, missionaries and governments discussed the function of education, considering whether it could be used to further humanitarian or settler colonial aims. Underlying these questions were anxieties regarding the status of Indigenous people in newly colonised territories: the successful education of their children could show their potential for equality.

Publication – Pierre-Jean Souriac (dir.), « Du collège de la Trinité au lycée Ampère : 5 siècles d’histoire »

Ce livre revient sur l’histoire d’une institution scolaire qui débuta avec l’école des Trinitaires en 1519 et continue en 2019 avec le lycée Ampère. 500 ans… Rares sont les établissements scolaires qui peuvent se prévaloir d’un tel record de longévité. Les auteurs proposent plusieurs visages de cet établissement au cours de ses 500 ans d’histoire et de pédagogie. La concentration en un seul lieu des hommes et des instruments utiles à la recherche entraîna là une densification des pratiques intellectuelles. Au collège de la Trinité enrichi d’une bibliothèque, d’un médaillier et d’un observatoire, les nombreuses et diverses collections et la qualité des études dispensées donnèrent aux murs ces lettres de noblesse séculaires. Lycée Ampère depuis 1888, cette institution est un bel exemple de ces collèges de l’Ancien Régime devenus lycées impériaux selon la volonté de Napoléon, et des accomplissements d’une communauté, celle des jésuites, qui en fit dès sa création un espace culturel complexe où florissait le savoir. Les bâtiments du collège de la Trinité se trouvent encore aujourd’hui sur les bords du Rhône et sont utilisés comme lycée à l’usage des jeunes Lyonnais. De nombreuses personnalités, à toutes les époques, se flattèrent et se réjouissent encore d’y avoir reçu les bases d’un enseignement de qualité.

Publication : Armand Lattes, « Paul Sabatier. Un chimiste visionnaire (1854-1941) »

Couverture de l’ouvrage : Armand Lattes, Paul Sabatier. Un chimiste visionnaire 1854-1941. Nouveau Monde, 2019.

Résumé : prix Nobel de chimie en 1912, un an après Marie Curie, Paul Sabatier demeure étrangement méconnu en dehors de Carcassonne où il a vu le jour, et de Toulouse où il a enseigné pendant plus d’un demi-siècle. Les travaux de ce grand savant continuent pourtant de marquer la science d’aujourd’hui et ses applications : si les astronautes de la Station spatiale internationale n’ont pas besoin de se faire ravitailler en eau, c’est en effet grâce à un procédé catalytique qu’il a inventé il y a plus de cent ans.

Et derrière le chimiste, il y a un homme au parcours atypique. Issu d’un milieu modeste, il doit son ascension à son travail et aux organismes d’enseignement et de recherche de la République. Conservateur et profondément croyant, il a toujours été fidèle à ses idées malgré les conséquences qui en ont résulté pour sa carrière. Régionaliste, il a refusé tout poste parisien et a oeuvré toute sa vie pour aider au développement économique de sa région.

Paul Sabatier défie l’image couramment admise du savant. À travers cette biographie foisonnante, la première à lui être consacrée, Armand Lattes rend un hommage attendu à celui qui fut le pionnier de la chimie moderne.

Parution – Emmanuelle Peyvel (dir.), « L’éducation au voyage. Pratiques touristiques et circulations des savoirs » (PUR, 2018)

Prenant le contre-pied de clichés résumant le tourisme au fait de bronzer idiot, cet ouvrage démontre la richesse des apprentissages liés au tourisme. D’une part, il ressort que faire du tourisme s’apprend car sa pratique implique des compétences organisationnelles, relationnelles, langagières et techniques. D’autre part, les savoir-faire acquis en situation touristique peuvent être profondément utiles dans le cadre d’économies néo-libérales mondialisées s’ils sont construits au retour comme autant de profits économiques, culturels et sociaux internationalisés. Cette formation par et à la mobilité touristique est appréhendée par plusieurs disciplines : géographie, histoire, sociologie, anthropologie, sciences de l’éducation et STAPS.