Publication : Enjeux postcoloniaux de l’enfance et de la jeunesse. Espace francophone (1945-1980) (Yves Denéchère dir., 2019)

Couverture de l’ouvrage : Yves Denéchère (dir.), Enjeux postcoloniaux de l’enfance et de la jeunesse. Espace francophone (1945-1980) . Peter Lang, 2019.

Résumé : si la jeunesse a joué un rôle important dans la construction des empires coloniaux, elle est également un enjeu essentiel des décolonisations et de leurs suites. Au second XXe siècle, les processus d’émancipation des peuples colonisés posent en effet avec force la question sociale et politique de l’enfance et de la jeunesse en contexte colonial et postcolonial, dans les pays devenus indépendants comme chez les anciens colonisateurs. L’intérêt de cet ouvrage est de mettre en avant les biopolitiques spécifiques aux enfants et aux jeunes qui ont émergé dans un ensemble complexe de questions politiques et diplomatiques, économiques et sociales, démographiques et populationnistes, philosophiques et religieuses. À l’instar des Colonial and Postcolonial Studies,il s’agitd’interroger les cultures postcoloniales et les articulations entre décolonisation et colonisation, notamment les prolongements de celle-ci dans celle-là. Pendant la décolonisation des empires français et belge et la construction de nouveaux États, les enfants et les jeunes ont été sujets de politiques voulues ou soutenues par des biopouvoirs et mises en œuvre par des protagonistes divers : armées, associations, humanitaires, colonialistes, nouvelles élites, militants, simples citoyens. Les archives publiques qui reflètent les différentes politiques menées ainsi que les sources écrites et orales d’associations ou d’autres organisations permettent de cerner les rôles d’acteurs non-étatiques. Les paroles, plus ou moins critiques, de celles et de ceux qui sont les premières personnes concernées par cette histoire – c’est-à-dire les enfants et les jeunes eux-mêmes – sont bien entendu également mobilisées.

Publication – Les oppositions aux réformes éducatives de l’après-Mai 1968, revue « Histoire@Politique »

Coordination : Yves Verneuil

Continuer la lecture de « Publication – Les oppositions aux réformes éducatives de l’après-Mai 1968, revue « Histoire@Politique » »

Parution – Philippe Marchand, « Donnez-moi des nouvelles… Collèges et collégiens à travers les correspondances familiales (1767-1787) »

L’histoire des collèges d’Ancien Régime est aujourd’hui assez bien connue. Mais que sait-on des ambitions et de la logique des parents qui envoient leurs enfants en collège ? Que sait-on du point de vue des enfants ? Trois ensembles de lettres, écrites entre 1767 et 1787 à un moment où les questions d’éducation sont en débat, nous plongent dans une réalité intime et quotidienne et portent un éclairage original sur l’éducation des jeunes gens au XVIIIe siècle. À travers ces correspondances, des parents, des précepteurs et des principaux de collèges, quelques fois des élèves nous livrent leurs états d’âme : ambitions, stratégies, mais aussi angoisses et parfois indignation de pères et de mères inquiets pour l’avenir de leur progéniture.
Au-delà de leur intérêt pour l’historien de l’éducation, ces lettres qui appartiennent à cet âge d’or de la correspondance qu’a été le XVIIIe siècle procurent un réel plaisir de lecture.

Parution – Véronique Castagnet et Caroline Barrera (dir.), « Décider en éducation. Entre normes institutionnelles et pratiques des acteurs (du XVe siècle à nos jours) »

Historiens, archivistes, économistes, spécialistes en sciences de l’éducation ou en langues et cultures étrangères décomposent ici, dans toute leur épaisseur, les étapes de la prise de décision et ses modalités d’application à différentes époques et dans des contextes géographiques et politiques variés. Ils remettent en cause deux présupposés communément admis : la rationalité de la décision et sa linéarité. Avant la prise de décision apparaissent des stratégies, des méthodes, des débats parfois vifs, qui rendent visibles à l’historien les différents acteurs exerçant des fonctions d’administration, d’encadrement, ou étant accueillis dans les structures éducatives d’une part, et les enjeux, souvent divergents, des parties en présence d’autre part. Au final, la norme adoptée n’est pas obligatoirement appliquée de façon stricte : la mise en pratique peut diverger de l’intention initiale et des compromis émerger à l’échelle locale ou nationale en fonction d’une hiérarchisation des priorités.

Parution – Emmanuelle Peyvel (dir.), « L’éducation au voyage. Pratiques touristiques et circulations des savoirs » (PUR, 2018)

Prenant le contre-pied de clichés résumant le tourisme au fait de bronzer idiot, cet ouvrage démontre la richesse des apprentissages liés au tourisme. D’une part, il ressort que faire du tourisme s’apprend car sa pratique implique des compétences organisationnelles, relationnelles, langagières et techniques. D’autre part, les savoir-faire acquis en situation touristique peuvent être profondément utiles dans le cadre d’économies néo-libérales mondialisées s’ils sont construits au retour comme autant de profits économiques, culturels et sociaux internationalisés. Cette formation par et à la mobilité touristique est appréhendée par plusieurs disciplines : géographie, histoire, sociologie, anthropologie, sciences de l’éducation et STAPS.

Parution – « Former la main-d’œuvre industrielle en France. Acteurs, contenus et territoires (fin XIXe et XXe) », Cahiers d’histoire du CNAM (Clair Juilliet et Michaël Llopart coord.)

Coordonné par Clair Juilliet et Michaël Llopart, ce numéro des Cahiers d’histoire du Cnam se penche, dans un dossier spécial (double volume) sur l’histoire de la formation professionnelle initiale et continue en milieu industriel (fin XIXe et XXe siècles), qui se situe au cœur des enjeux de la vie économique et sociale. Il contient également 2 varia : sur la médiation culturelle et la démocratie technique.

Parution – Charles-Édouard Harang, « Jeunes filles et jeunes gens catholiques. De la garçonne au mariage pour tous »

Il s’agit de comprendre les métaphores catholiques à travers le prisme de la jeunesse. Il s’agit de comprendre l’évolution de la place d’une religion majoritaire qui devient minoritaire dans sa pratique et moins influente culturellement. Qu’est-ce qui a changé, qu’est-ce qui a été maintenu ? Comment les catholiques conçoivent-ils la mixité ? Existe-t-il plusieurs approches ? 
Voici une analyse moins théorique qu’empirique basée sur des sources variées.

Parution – « Circulation des enseignants et chercheurs africains », Revue d’anthropologie des connaissances

Parution – Xavier Riondet, Rita Hofstetter et Henri-Louis Go, « Les acteurs de l’Éducation nouvelle au XXe siècle Itinéraires et connexions » (PUG, 2018)

Jamais notre système éducatif n’a été autant remis en question que ces dernières années. Alors que la France régresse dans le classement PISA (Programme international pour le suivi des acquis des élèves), les pédagogies alternatives sont au coeur de l’actualité.
Depuis un siècle, le mouvement de l’Éducation nouvelle, regroupant une pluralité d’acteurs engagés, tente d’envisager d’autres modalités de socialisation et de scolarisation des jeunes générations. Seulement, pour savoir si ces pédagogies peuvent répondre indirectement aux défis de l’actualité, encore faut-il les connaître avec précision.
Cet ouvrage revisite un épisode marquant du monde de la pédagogie pendant l’entre-deux-guerres, par le prisme de son histoire et de ses acteurs. Les trajectoires et itinéraires (de vie, de formation, etc.) de Montessori, Claparède, Decroly, Freinet, Piaget, Makarenko, et d’autres moins célèbres sont ainsi mis en lumière. Ils nous permettent de mieux saisir leur vie, leur pensée, leurs apports, leurs réalisations, et la progression de leurs oeuvres qui se sont diffusées sous des formes multiples jusqu’à nous.

Parution – « L’histoire des disciplines : un champ de recherche en mutation », Revue française de pédagogie

Continuer la lecture de « Parution – « L’histoire des disciplines : un champ de recherche en mutation », Revue française de pédagogie »

Parution – Histoire de l’enseignement de l’histoire au Japon. Autour de la question des manuels scolaires (Nobuko Maeda dans la revue « Histoire@Politique »)

L’article sur le site d’Histoire@Politique

Résumé de la revue : depuis la fin du XIXe siècle jusqu’à nos jours, l’enseignement de l’histoire fait au Japon l’objet d’une attention particulière de la part des responsables politiques. La volonté de construire un État-nation idéal a eu pour corollaire un contrôle direct de cet enseignement par le gouvernement, continuel, mais d’intensité variable selon les époques. Cet article propose d’analyser l’évolution de cette relation entre la politique et l’enseignement de l’histoire en abordant, en premier lieu, la question du contrôle des manuels scolaires, puis les luttes menées contre l’État par des historiens d’après-guerre désireux de voir transmis aux élèves un savoir historique établi et validé par la recherche scientifique. La question des manuels d’histoire est devenue à partir des années 1980 un problème commun de l’Asie orientale. Nous montrons en dernier lieu comment cette évolution, liée à celle des relations internationales, a favorisé la montée du mouvement « révisionniste » dans l’archipel nippon.

Parution – Françoise F. Laot et Claudie Solar (dir.), « Pionnières de l’éducation des adultes. Perspectives internationales », préface de Rebecca Rogers

Première de couverture

Présentation de l’éditeur : ce livre présente les portraits de onze femmes de Belgique, États-Unis, France, Pologne, Royaume-Uni et Suisse. Par leurs actions ou leurs idées, elles ont contribué à développer des formations dans une grande diversité de domaines ou ont fondé des institutions dont certaines existent encore aujourd’hui. Il s’agit de Marie-Jeanne Bassot, Victoire Cappe, Marguerite Champendal, Jeanne Deroin, Mary Follett, Isabelle et Zoé Gatti de Gamond, Virginia Gildersleeve, Élise Luquin, Helena Radlinska et Caroline Spurgeon. Sans aucunement prétendre à l’exhaustivité, l’ouvrage entend marquer une première étape dans le chemin vers la découverte de nouvelles pionnières de l’éducation des adultes.

Françoise F. Laot est socio-historienne, professeure à l’Université de Reims Champagne-Ardenne et Claudie Solar est une spécialiste du genre et de l’éducation des adultes, maintenant à la retraite de l’Université de Montréal.

Les auteur·e·s : Marie-Thérèse Coenen, Joëlle Droux, Jacques Éloy, Marie-Élise Hunyadi, Françoise F. Laot, Ewa Marynowicz-Hetka, Elsa Roland, Claudie Solar, Marianne Thivend et Rebecca Rogers (préface).

Le prix de l’AHCESR 2018 pour Pierre Vershueren

Message de l’Association des historiens contemporanéistes de l’Enseignement supérieur :

Nous avons le plaisir de vous annoncer que le prix 2018 de l’AHCESR a été attribué à  Pierre Verschueren (Université de Franche-Comté, Centre Lucien Febvre), pour son article « Les rapports de thèses de doctorat ès sciences physiques, révélateurs des normes de la science »,Vingtième siècle, 2016/4, n° 132, p. 111-123. 

Le jury a particulièrement apprécié l’originalité du sujet, traité à partir d’un corpus des sources dont l’article analyse l’implicite avec finesse. L’article témoigne d’un équilibre remarquable entre présentation des données et problématisation. 

Le jury souhaite également distinguer deux autres articles qui ont particulièrement retenu son attention. 

Anne Granier, « Une politique d’abandon surveillé : la zone de Boulogne-sur-Seine pendant l’entre-deux-guerres (1919-1933) »Espaces et sociétés, n° 171, n° 4, 2017, p. 19‑36.

Ken Daimaru, « Entre blessures de guerre et guerre des blessures : la « balle humanitaire » en débat en Europe et au Japon, 1890-1905 »Le Mouvement Social, n° 257, n° 4, 2016, p. 93‑108.

Nous remercions tous les participants, en espérant qu’ils soient nombreux l’année prochaine,  et vous donnons rendez-vous le vendredi 25 janvier prochain, à 17h en Sorbonne, pour la remise du prix à Pierre Verschueren.

Parution – Lindsey Dodd et David Lees, « Vichy France and Everyday Life »

Trois contributions concernent l’histoire de l’éducation et de l’enfance : 

  • Camille Mahé, « Children and Play in Occupied France »
  • Matthieu Devigne, « Coping in the Classroom: Adapting Schools to Wartime »
  • Lindsey Dodd, « Urban Lives, Rural Lives and Children’s Evacuation »

Présentation de l’éditeur : 

This wide-ranging volume brings together a blend of experienced and emerging scholars to examine the texture of everyday life for different parts of the wartime French population. It explores systems of coping, means of helping one another, confrontations with people or events and the challenges posed to and by Vichy’s National Revolution during this difficult period in French and European history.

The book focuses on human interactions at the micro level, highlighting lived experience within the complex social networks of this era, as French civilians negotiated the violence of war, the restrictions of Occupation, the shortages of daily necessities and the fear of persecution in their everyday lives. Using approaches drawn mostly from history, but also including oral history, film, gender studies and sociology, the text peers into the lives of ordinary men, women and children and opens new perspectives on questions of resistance, collaboration, war and memory; it tells some of the stories of the anonymous millions who suffered, coped, laughed, played and worked, either together at home or far apart in towns and villages across Occupied and Vichy France.

Vichy France and Everyday Life is a crucial study for anyone interested in the social history of the Second World War or the history of France during the twentieth century.

Publication – « Politique(s) de l’éducation : des idéologies au pragmatisme ? », n° 159, revue Administration et éducation

EDITORIAL. Éducation et politique(s) : une relation en question(s).Alain BOISSINOT

UNE VISION MANICHÉENNE QUI NE RÉSISTE PAS TOUJOURS À L’EXAMEN

  • Populisme éducatif et gouvernance de l’école en France Xavier PONS
  • Éducation et politique : l’effet « Mai 68 » Présentation d’un article de Yann FORESTIER par Alain BOISSINOT

POLITIQUES ÉDUCATIVES ENTRE AMBITIONS ET PRAGMATISME, APPROCHES HISTORIQUES ET COMPARATISTES

  • Politique(s) de l’éducation : des idéologies au pragmatisme ? Approches historiques Gérald CHAIX
  • Idéologie et pragmatisme dans le gouvernement des systèmes scolaires Denis MEURET
  • L’école en France du XIXe siècle à nos jours : une affaire politique ou une question technique ? Yves VERNEUIL
  • Une étude de cas : la signature de la déclaration de la Sorbonne et du processus de Bologne. Luigi BERLINGUER, Alain BOISSINOT, Simone BONNAFOUS
  • Le système scolaire allemand : acquis et faiblesses d’une transformation en cours. Werner ZETTELMEIER
  • Les politiques de formation des maîtres. Emmanuel FRAISSE
  • Programmes, curriculums, chez nous et ailleurs.Gérald CHAIX

L’IRRUPTION DE L’ÉCHELON TERRITORIAL

  • Les politiques d’éducation dans les territoires
  • Bernard POULIQUEN

DES PRINCIPES INSTABLES, PARFOIS EN CONTRADICTION AVEC LA MISE EN OEUVRE : DÉCISIONS SCIENTIFIQUES, CHOIX POLITIQUES OU TECHNOCRATIQUES ?

  • Quand les politiques éducatives appellent la recherche à la rescousse. Olivier REY
  • L’éducation prioritaire en France : les paradoxes d’une politique incertaine. Jean-Yves ROCHEX
  • Quels usages des évaluations standardisées des élèves ? Bruno TROSSEILLE
  • Existe-t-il une politique de ressources humaines à l’Éducation nationale ? Marie-Pierre LUIGI
  • Les résultats de la recherche ont-ils un impact sur les politiques éducatives ? Olivier REY
  • Orientation Postbac : une question technique ou politique ? Julien GRENET

Publication – Yvan Chupin, « Les écoles du journalisme. Les enjeux de la scolarisation d’une profession (1899-2018) »

Couverture de l’ouvrage (source : PUR, 2018)

Présentation sur le site de l’éditeur : les journalistes sont souvent critiqués pour leur conformisme et leur « formatage ». Mais on ne sait rien de la manière dont ils sont formés en pratique(s). Jusqu’à quel point des écoles peuvent-elles rester autonomes par rapport à l’État ou des entreprises de médias ? Comment ces savoir-faire se sont-ils codifiés ? Comment le contenu des formations est-il défini ? Pour répondre à ces questions, ce livre propose une socio-histoire des écoles de journalisme en France depuis la fin du XIXe siècle jusqu’à nos jours. Il offre un nouveau regard sur le lien peu exploré entre formation et profession.

Publication – « Pédagogies (XIIe-XXe siècles) », n°28, Cahiers de Framespa

Publication – Charles Mercier, « René Rémond »

Présentation de l’éditeur : Qui ne se souvient du long visage de René Rémond (1918-2007), familier durant des années du petit écran les soirs d’élections ? Qui mieux que lui a traversé le XXe siècle avec ses multiples soubresauts, de l’impact des deux guerres à Mai 68, du choc de Vatican II à la sécularisation, des idéologies d’hier aux mentalités politiques d’aujourd’hui ? Plus que d’autres sans doute, il mérite le titre rare « d’historien du présent ». Charles Mercier retrace le parcours de cette figure éminente qui a formé des générations d’étudiants, sous ses différentes facettes. Celle du chercheur libre qui se consacre aux idées politiques dans la durée, au risque d’apparaître marginal. Celle de l’universitaire institutionnellement impliqué, qui préside l’Université de Nanterre et la Fondation nationale des sciences politiques. Celle de l’académicien et expert aussi, sollicité par la République pour résoudre les questions sensibles. Et surtout, il dresse le portrait d’un intellectuel chrétien engagé pour un catholicisme d’ouverture, de l’Action catholique de sa jeunesse au groupe Paroles, mais qui, au soir de sa vie, s’inquiète de l’antichristianisme. Comme l’écrit avec sympathie Pierre Nora dans sa préface : « De la Jeunesse étudiante chrétienne à la consécration publique, Charles Mercier restitue avec justesse et précision l’unité de ce parcours et la courbe de cet épanouissement. »

Publication – Anne-Marie Châtelet, « Architectures scolaires (1900-1939) »

Passage en revue de l’architecture scolaire (écoles, lycées, mais aussi écoles supérieures, collèges…) de la France du début du XXe siècle jusqu’à l’aube de la Seconde Guerre Mondiale. Dynamisée par les deux lois Ferry successives, qui rendent l’école publique gratuite, laïque et obligatoire jusqu’à 13 ans, l’architecture des bâtiments scolaires connaît un essor monumental au début du siècle et figure dès les années 20 dans les rétrospectives nationales d’architecture, avec des réalisations de grands architectes passées depuis à la postérité et à la classification au patrimoine national. Ce livre en retrace quelques cas « d’école », à travers les réalisations de cinq architectes célèbres : Louis Bonnier à Paris, Henri Ebrard à Nice, Paul Guadet à Besançon, Jacques Debat-Ponsan à Boulogne-Billancourt, François Le Cœur à Paris, Eugène Beaudoin et Marcel Lods à Suresnes.