Parution: Jeunesse irrégulière et école (XIXe-XXe siècles)

Le dernier numéro de la Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » – N° 16/2014, est consacré à « La part scolaire : jeunesse irrégulière et école (XIXe-XXe siècles)« . Ce dossier est  dirigé par Laurent Besse.

Ce dossier est consacré aux jeunes éloignés de l’école ordinaire ou régulière : jeunes mendiants parisiens à la fin du XIXe siècle, enfants roms en Italie du Risorgimento jusqu’à nos jours et mineurs de justice québécois qui bénéficient d’une méthode d’instruction avant-gardiste dans l’institution de Boscoville. Une analyse biographique croisée et un témoignage évoquent l’histoire de la prise en charge des enfants déficients par l’Éducation nationale. Ces recherches interrogent l’histoire de l’instruction là où elle ne va pas de soi, là où la dimension éducative (ou réputée telle) prime, dessinant un envers de l’école ordinaire où l’exposition aux savoirs est considérée comme prioritaire.

Parution: La formation des maîtres

A. Prost (dir.), La formation des maîtres de 1940 à 2010, PUR, 2014.

Comment la formation des maîtres est-elle devenue une question centrale du débat sur l’école ? À partir d’une abondante documentation de première main : archives, textes et rapports officiels, revues spécialisées etc. et du témoignage des principaux acteurs pour la période la plus récente, une équipe d’historiens propose ici une vue d’ensemble de la formation des maîtres dans sa diversité depuis 1940, dont la première histoire objective des IUFM.

Parution: Louis François et les frontières scolaires

Jean-Paul Martin et Nicolas Palluau (dir.), Louis François et les frontières scolaires. Itinéraire pédagogique d’un inspecteur général (1904-2002), PUR, 2014.

Inspecteur général d’histoire-géographie, Louis François a fortement marqué le système scolaire français du XXe siècle. Formé par le scoutisme des Éclaireurs de France, il a voulu, en partisan passionné des méthodes actives, bousculer les frontières entre les institutions éducatives et entre les disciplines d’enseignement. À ses yeux, la formation des élèves doit mobiliser des pratiques ouvertes sur le monde. Il fut professeur, géographe, résistant, déporté, gaulliste et démocrate, acteur clé de la construction de notre école contemporaine.

Parution: Paedagogica Historica 50/6

Voici le sommaire du dernier numéro de Paedagogica Historica [50/6, December 2014] sur le thème: « Shaping the history of education? The first 50 years of Paedagogica Historica« .

Introduction

  • Shaping the history of education? The first 50 years of Paedagogica Historica – Jeroen, J.H. Dekker & Frank Simon

The journal and the discipline

  • Paedagogica Historica: trendsetter or follower?, Rebecca Rogers
  • The International Standing Conference for the History of Education and Paedagogica Historica: a historical view on institutional strategies and practices, Eckhardt Fuchs

National and transnational developments

  • The mythology of schooling: the historiography of American and European education in comparative perspective, Matthew Gardner Kelly
  • History of education in Canada: historiographic “turns” and widening horizons, Rosa Bruno-Jofré
  • Cinquante années de débats et de recherches sur l’école française, Pierre Caspard & Jean-François Condette
  • From internal unravelling to transnational assembling: histories of education in MexicoElsie Rockwell
  • History of education research in Australia: some current trends and possible directions for the futureTom O’Donoghue
  • Connected and entangled histories: writing histories of education in the Indian context, Barnita Bagch
  • History of education in Brazil: the construction of a knowledge field, José Gonçalves Gondra, Carlos Eduardo Vieira, Regina Helena Silva Simões & Claudia Engler Cury

Shaping new trends

  • From dictatorship to democracy: history of education in Spain, Antonio Viñao
  • History of education and the struggle for intellectual liberation in post-Soviet Baltic space after the fall of the Berlin Wall, Iveta Ķestere
  • Nature, nurture and neuroscience: some future directions for historians of education, Richard Aldrich
  • Towards a history of e-ducation? Exploring the possibilities of digital humanities for the history of education, Sarah Van Ruyskensvelde
  • Mapping the discipline history of education, Rita Hofstetter, Alexandre Fontaine, Solenn Huitric & Emmanuelle Picard

 

Parution: L’éducation princière à la Renaissance

Sylvène Edouard, Les Devoirs du prince.
L’éducation princière à la Renaissance, Garnier, 2014.

Présentation:

Cet ouvrage retrace l’histoire de l’éducation princière dans les cours d’Europe à la Renaissance. Grâce à une documentation abondante – les livres manuscrits et imprimés à usage scolaire ainsi que les miroirs, les instructions, les correspondances et les exercices scolaires -, un éclairage nouveau est porté sur les enjeux politiques incarnés par le prince dans le temps de sa formation. Cette histoire révèle ce que furent les ambitions des adultes (parents, précepteurs, gouverneurs et humanistes pédagogues) et les leçons pour former le prince. Le « devoir être » du prince apparaît dès lors comme une compétence morale et technique de l’esprit et du corps nécessaire à sa reconnaissance et à sa légitimité.

 

Parution Historical Studies in Education, automne 2014

Le numéro d’automne 2014 de la revue canadienne Historical Studies in Education/Revue d’histoire de l’éducation est en ligne.

Sommaire des articles:

Parution: N°248 du Mouvement Social

La revue Le Mouvement social publie dans son numéro 248 (2014/3) plusieurs articles concernant l’histoire de l’éducation:

Yves Verneuil, « Coéducation et mixité : la polémique sur la gémination des écoles publiques dans le premier tiers du XXe siècle »;

Clémence Cardon-Quint, « Défendre l’enseignement secondaire pour sauver le latin : le pari perdu de la Franco-Ancienne (1946-1978) »;

Camilo Argibay, « Des militants en costume cravate. Regard socio-historique sur l’engagement des dirigeants étudiants de la MNEF (1973-1986) ».

Ils sont disponibles ici sur le partir du portail Cairn.

Parution: Jésuites français et sciences humaines (années 1960)

« Jésuites français et sciences humaines (années 1960)« , sous la direction d’Étienne Fouilloux et de Frédéric Gugelot, Chrétiens et Sociétés.  Documents et Mémoires, n° 22, 2014.
Il y a eu un moment « sciences humaines » dans la France des années 1960, marqué par la publication des œuvres de Louis Althusser, Roland Barthes, Michel Foucault, Jacques Lacan ou Claude Lévi-Strauss. Fondées sur la mise en évidence de systèmes de signes qui s’imposent au sujet sans qu’il en ait conscience, ces oeuvres constituent un défi de taille pour les croyants en l’existence d’un Dieu personnel accessible à la raison et à la liberté humaines. Peu nombreux ont été les intellectuels chrétiens capables de relever un tel défi. Parmi eux, en avant-garde comme souvent dans le passé, plusieurs jésuites, malgré la crise que leur ordre connaît en France au lendemain du concile Vatican II. Alors que la réception de la vision cosmique de Pierre Teilhard de Chardin, mort en 1955, connaît son développement maximal, Paul Beauchamp, Louis Beirnaert, Michel de Certeau, Joseph Moingt, Georges Morel, Éric de Rosny ou François Roustang prennent au sérieux le défi, à leurs risques et périls, et tentent d’y répondre, moins par souci apologétique que par volonté de faire entendre une voix chrétienne dans un concert qui lui est largement étranger. Sur cette saison de l’intelligence croyante confrontée au paradigme structural, ce livre réunit quelques pierres d’attente pour une synthèse à venir. Il participe d’une histoire du catholicisme français contemporain, et plus particulièrement de la Compagnie de Jésus en son sein. Il devrait intéresser aussi les curieux d’une histoire intellectuelle de la France des années 1960.

Sommaire:

  • Étienne FOUILLOUX (Université Lumière-Lyon 2), Introduction
  • Michel FOURCADE (Université Paul Valéry Montpellier), Kant, Hegel et Compagnie
  • Loïc FIGOUREUX (Université catholique de Lille), La conversion de la Compagnie à Teilhard de Chardin dans les années 1960
  • Dominique AVON (Université du Maine), L’aventure sémiologique des biblistes français et la Compagnie de Jésus
  • Philippe ROCHER (Bibliothèque universitaire Dijon), Les jésuites de France pédagogues et éducateurs et les sciences humaines
  • Agnès DESMAZIÈRES (docteure en histoire), Spiritualité jésuite et psychanalyse lacanienne : Louis Beirnaert, lecteur d’Ignace de Loyola
  • Denis PELLETIER (École pratique des Hautes Études), Loudun, Certeau, Mandrou. Un jésuite entre chez les historiens
  • Frédéric GUGELOT (Université de Reims), Le tournant des sciences humaines et la déprise institutionnelle : de l’éloignement à la rupture
  • Jean-Louis SCHLEGEL (Esprit), Parcours du témoin
  • Frédéric GUGELOT (Université de Reims), Conclusion

Parution: Histoire de l’éducation 137 – Varia

Le numéro 137 de la revue Histoire de l’éducation est en ligne. Les articles sont accessibles par le portail Cairn, les compte rendus et notes de lecture en texte intégral sur revue.org.

Sommaire:

Parution: Sur les traces du passé de l’éducation

Sur les traces du passé de l'éducation
Jean-François Condette et Marguerite Figeac-Monthus (dir.), Sur les traces du passé de l’éducation. Patrimoines et recherches de la recherche en éducation en France, Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, 2014.

Présentation de l’éditeur :

Ce livre invite à examiner les traces du passé de l’éducation par le biais de l’ensemble des supports patrimoniaux qui sont aujourd’hui à la disposition des chercheurs. Il permet également de montrer le rôle de l’historien dans la valorisation scientifique du patrimoine de l’éducation. Cet ouvrage est publié dans le cadre du programme de recherche Patria (Entre histoire et mémoire, le patrimoine aquitain de l’éducation : http://www.patrimoine-aquitain-education.fr porté par le CEMMC et l’ESPE d’Aquitaine). Il montre la richesse et la diversité de ce patrimoine éducatif qu’il ne faut pas cependant sacraliser mais étudier en historien, avec méthode et esprit critique. L’ouvrage rassemble les contributions de nombreux chercheurs spécialistes du champ de l’histoire de l’éducation et couvre un grand nombre de domaines concernant l’enseignement, la culture scolaire et plus largement l’éducation et cela à travers trois grands axes : la diversité du patrimoine éducatif pour l’historien, le patrimoine éducatif exploré par les historiens, les nouveaux territoires de la recherche en histoire de l’éducation.

Parution: Réformes d’hier et d’aujourd’hui

Thierry Chevaillier et Christine Musselin (dir.), Réformes d’hier et réformes d’aujourd’hui, Presses universitaires de Rennes, 2014.

Présentation: tiré d’une sélection de contributions présentées lors du précédent colloque international du RESUP (Réseau d’études sur l’enseignement supérieur), ce livre articule mouvements et continuités, en adoptant un regard au plus près des politiques d’enseignement supérieur et de recherche et en confrontant réformes d’hier et réformes d’aujourd’hui. Il les aborde à travers trois perspectives.

La première dépasse le constat de l’influence du nouveau management public en mettant l’accent sur les variations et nuances qui ressortent de sa mise en œuvre. La seconde met au jour les trajectoires de réforme que suivent les décisions publiques sur l’enseignement supérieur et analyse les changements sur des temps longs. Enfin, la troisième questionne la capacité de ces réformes à échapper aux effets de dépendance au sentier, qu’il s’agisse de reconfigurer les relations et les rapports de force entre les acteurs ou de transformer les jeux entre niveaux territoriaux.

Chacune de ces perspectives permet de mieux comprendre comment les réformes universitaires sont perçues, les comportements de résistance ou d’adhésion qu’elles suscitent et les recompositions auxquelles elles conduisent au sein de la communauté universitaire.

Parution: History of Education 5, 2014

Voici le sommaire de la dernière livraison de la revue History of Education, 43/5, 2014.

Articles

  • The end of Hamburg’s Anglophilia: Wilhelmine Hamburg attitudes viewed through school examination essays and a university lecture (1912–1914), Niko Gärtner
  • Forging harmony in the social organism: industry and the power of psychometric techniques, Frederik Herman
  • The unknown story: vocational education for adults in Sweden 1918–1968, Anders Nilsson
  • Irish educational policy in the 1960s: a decade of transformation, Brian Fleming & Judith Harford
  • Comprehensive education: lost in the mi(d)st of a debate. Dutch politicians on equal opportunity in secondary schooling (1965–1979), Hilda T.A. Amsing & Nelleke Bakker
  • Co-operatives and education in the Basque Country: the ikastolas in the final years of Franco’s dictatorship, Ander Delgado

Sources and Interpretations

  • The Counties of England: a nineteenth-century geographical game to amuse and instruct, Jane Elizabeth Dove

Book reviews

  • Lily’s grammar of Latin in English: an introduction of the eyght partes of speche, and the construction of the same, Nicholas Orme
  • English Jesuit education: expulsion, suppression, survival and restoration, 1762–1803, Roy Lowe
  • Education and the Cold War: the battle for the American school, Campbell F. Scribner
  • Paired Book Review: Robert Recorde: the life and times of a Tudor mathematician and Mathematical expeditions: exploring word problems across the ages, Taro Fujita
  • Taiwan education at the crossroad: when globalization meets localization, Jonathan Spangler

 

Parution: La méritocratie républicaine

Jérôme Krop, La méritocratie républicaine. Élitisme et scolarisation de masse sous la IIIe République, PUR, 2014.

Dans le département de la Seine, l’analyse des statistiques scolaires, ainsi que celle des rapports et correspondances des instituteurs et institutrices, font apparaître une école modernisée offrant des conditions d’accueil de plus en plus satisfaisantes malgré les difficultés matérielles de mise en œuvre de l’obligation scolaire. Mais ces archives montrent aussi une réalité moins favorable dans les quartiers ouvriers, témoignant de relations entre les milieux populaires et l’école plus complexes que ne le laissent supposer les représentations dominantes prévalant dans la mémoire collective.

Parution: Artefact. Techniques, histoire et sciences humaines / 2

Le numéro 2 de la revue Artefact.Techniques, histoire et sciences humaines (CNRS Ed.) vient de paraître. Il comporte deux dossiers thématiques, l’un, consacré à « Art et Industrie », porte sur les enjeux de la formation du XVIIIe au XXe siècle ; le second traite de la question des outils simples.

Le volume peut être acheté aux adresses suivantes :

  • http://www.cnrseditions.fr/317__Artefact
  • http://vitrine.edenlivres.fr/publications/38348-artefact
  • La version numérique téléchargeable est en cours de réalisation.

Sommaire :
« Art et industrie: les enjeux de la formation », dossier coordonné par Stéphane Lembré et Audrey Millet

  • Introduction, Stéphane Lembré et Audrey Millet
  • Le « trompe-l’œil » des beaux-arts : la formation des dessinateurs au XVIIIe siècle, Frédéric Morvan Becker
  • Les écoles de dessin linéaire de la Restauration. Les cas des départements du Lot et de l’Yonne, 1817-1831, Gérard Bodé
  • Former les jeunes au dessin sur support céramique : capitalisation des connaissances et action sociale au sein de la fabrique Collinot & Cie, Sabine Pasdelou
  • « Un bon horloger est à la fois un savant et un artiste ». La formation des horlogers à Paris (1750-1850), Marie-Agnès Dequidt
  • Du dessin de fabrique à la formation des dessinateurs : des techniciens entre art et industrie XVIIIe-XIXe siècles, Audrey Millet
  • La fabrique de Paris au XIXe siècle : qualités de produits et formations des fabricants, Nadège Sougy
  • Économie des honneurs techniques et production de la qualité sous la Troisième République. L’action de la Société d’encouragement à l’art et à l’industrie, Stéphane Lembré
  • Pour l’art et pour la technique. Former à la céramique (France, 1840- 1940), Florent Le Bot

« Qu’est-ce qu’un outil simple? », dossier coordonné par Sophie A. de Beaune

  • Appréhender les outils simples en contexte préhistorique, Sophie A. de Beaune
  • Des outils simples ou rudimentaires aux pratiques sociales : étude d’un cas à Chypre au Néolithique pré-céramique, Laurence Astruc
  • Définir un outil simple : notion universelle ou contextuelle ? L’exemple des outils en os et en roches tenaces du Néolithique de Suisse occidentale, François-Xavier Chauvière, Catherine Joye
  • Des outils simples en émeri dans le monde égéen. Une approche ethnoarchéologique, Athina Boleti

 

Lectures: quelques compte rendu récents

Sur le site de Lectures, quelques compte rendu qui concerne l’histoire de l’éducation:

Loïc Le Bars, Les professeurs de silence. Maîtres d’études, maîtres répétiteurs et répétiteurs au XIXe siècle, Paris, L’Harmattan, coll. « Série XIXe siècle/Histoire de l’éducation », 2014.

Yves Gingras (dir.), Controverses. Accords et désaccords en sciences humaines et sociales, Paris, CNRS, coll. « Culture et société », 2014.

 

Parution: Les universités au risque de l’histoire

 Yamina Bettahar et Marie-Jeanne Choffel-Mailfert, Les universités au risque de l’Histoire. Principes, configurations, modèles, PUN, 2014.

Au cours de ces dernières décennies, les universités ont été confrontées à un mouvement continu de réorganisation institutionnelle. Sollicitées de toutes parts, elles sont aujourd’hui sommées de relever de nombreux défis.
Cet ouvrage collectif prend le risque de l’Histoire pour tenter d’apporter des points de vue distanciés susceptibles d’éclairer les mutations actuelles. Il propose des contributions pour la plupart issues de recherches en cours, relevant de disciplines différentes (histoire, sociologie, philosophie, sciences de l’information et de la communication).
Les universités sont approchées dans leur complexité, en des temps et des lieux très divers. Leurs trajectoires singulières ne peuvent se lire sans évoquer la prégnance des modèles antérieurs, ni même indépendamment du poids du contexte, celui des guerres ou des révolutions, ou encore des environnements sociaux et économiques.
Le poids de l’histoire est aussi confirmé dans le cadre de comparaisons internationales qui confrontent le cas de la France, à ceux du Portugal, de la République tchèque, du Luxembourg, de la Suisse, du Royaume-Uni, du Chili, des États-Unis et du Japon. Quelles que soient les orientations retenues, les traces du passé résistent en dépit du credo qui tend à présenter comme inéluctable la marche vers une uniformisation mondialisée des systèmes d’enseignement supérieur.
Cet ouvrage montre finalement que, quels que soient les principes et les discours affichés par les organismes internationaux, les États ou les universités elles-mêmes, les réalités produites dans chaque pays, par chaque institution, n’ont pas toujours été celles qui étaient attendues. Même si les mutations actuelles paraissent dans une large mesure dictées par l’économie, elles sont aussi le résultat de l’intervention et de l’action des hommes qui réagissent aux opportunités qu’offre l’Histoire, pour en faire des ressources créatrices ou des contraintes qui obèrent l’avenir.

Pour celles et ceux qui se trouveraient à Nancy le Vendredi 12 septembre, Yamina Bettahar présentera l’ouvrage entre 14h et 18h, dans le cadre du Livre sur la Place (place de la Carrière), au stand « Sciences sur la Place ».