Séminaire – Enseignement supérieur et recherche

Le séminaire « Enseignement supérieur et recherche » de Sciences Po change de formule.

Celui-ci prendra désormais la forme de trois à quatre demi-journées d’étude par an, consacrées chacune à un thème.

Fidèle à son ambition d’origine, il est dédié à la présentation de travaux de recherche menés en France ou à l’étranger qu’il vise à faire connaître aussi bien des chercheurs travaillant sur ce domaine que des praticiens et décideurs de l’enseignement supérieur et de la recherche.

La première séance, fixée au jeudi 13 février de 14 heures à 17 heures permettra la présentation de recherches menées sur les politiques de l’excellence et notamment sur les Idex et les Labex dans le cas français. La genèse de ces politiques, en France mais aussi en Allemagne la manière dont elles ont été mises en œuvre et leurs premiers effets seront abordés au cours de cette séance dont le programme détaillé est disponible ici.

La deuxième séance, au printemps, sera consacrée à « La (dé)construction de l’espace européen de l’enseignement supérieur et de la recherche : où en est-on ? ». En effet d’un côté, cet espace européen semble renforcé par nouveaux modes d’action, comme le montre la mobilisation autour de l’appel à Universités Européennes de Recherche, dont Pauline Ravinet (Université de Lille) analysera les enjeux. Mais de l’autre, l’émergence et la cohérence de cet espace semblent menacées par la plus grande autonomie laissée aux régions. Les modes de pilotage public des universités tendent en effet à se diversifier : Michael Shattock et Aniko Horvath (UCL) expliqueront les divergences croissantes entre la gouvernance des universités au Pays de Galles, en Angleterre, en Ecosse et en Ireland du Nord, en présentant le livre (The Governance of British Higher Education) qu’ils ont récemment publié sur « les » systèmes britanniques ; tandis qu’on s’interrogera avec Eva Vögtle (DZHW) sur les questions que pose la comparaison des systèmes d’enseignement supérieur et de leur gouvernance.

Séance de séminaire – Les mobilisations pour l’enfance en temps de crise au XXe siècle

La prochaine séance du séminaire “Acteurs et mouvements sociaux” aura pour thème “Les mobilisations pour l’enfance en temps de crise au XXe siècle“. Nous aurons le plaisir d’acueillir :
 
Célia Keren (Sciences Po Toulouse) : « L’exode des enfants: genèse et diffusion d’une technique de solidarité syndicale en temps de grève (Europe-Etats-Unis, premier XXe siècle)»
 
Camille Mahé (CHSP) : « Se mobiliser pour l’enfance en guerre : enjeux et acteurs d’une compétition internationale (Europe de l’Ouest-années 1940) »
 
Le séminaire aura lieu jeudi 12 décembre  de 14h30 à 16h30 au Centre d’histoire 56 rue Jacob, 75006 Paris, en Salle du Traité.

Séminaire – Les enfants dans les affrontements religieux de la première modernité

Nous vous signalons la tenue d’un cycle de conférences “Les enfants dans les affrontements religieux dela première modernité (XVIe-premier XVIIe siècles). Militants, victimes, bourreaux”.

A l’heure où l’on s’interroge sur l’engagement des jeunes dans les violences religieuses contemporaines, ces rencontres proposent d’éclairer les modalités d’implication des enfants dans les affrontements religieux qui ont déchiré l’Europe entre 1520 et 1640. La dimension religieuse de ces conflits leur a conféré des traits spécifiques : conquêtes des âmes, développement de moyens de contrôle social, fabrication d’identités collectives opposées…

Dans ce contexte, les enfants sont à la fois acteurs de la violence (soldats, massacreurs, iconoclastes), victimes (martyrs, convertis de force etc.) mais aussi militants : à travers l’éducation, le catéchisme, ou encore les chansons, les moyens de les mobiliser ont été multiples et nous souhaiterions nous interroger sur leurs modalités.

Cette deuxième série de conférences élargira la réflexion à la fois dans l’espace, en considérant les affrontements religieux dans leur dimension européenne, mais aussi dans le temps, en ouvrant l’étude au premier XVIIe siècle pour s’interroger sur la mémoire que gardent de leur enfance ceux qui ont grandi au milieu des conflits religieux.

Prochaine séance:

– mercredi 22 janvier 2020, 18h : Frédéric Hitzel (CNRS). “Des enfances convoitées. Conversions de jeunes entre monde catholique et monde musulman, XVIe-XVIIIe siècles.”

Programmation complète: Continuer la lecture de « Séminaire – Les enfants dans les affrontements religieux de la première modernité »

Séminaire du Gehfa : mardi 3 décembre 2019

Le 3 décembre 2019, le séminaire du Gehfa reçoit Nicolas Divert, MCF à l’Université Paris-Est Créteil (LIRTES) pour une intervention intitulée “Des usages de la formation dans la mobilité professionnelle. Le cas de la Société générale (années 1920-1980).”

Présentation de la séance:

Le secteur bancaire apparaît comme particulièrement engagé dans la formation de son personnel. Dès les années 1920, la Société Générale ouvre ses premières écoles et, progressivement, une offre variée de formations, parfois associée à la préparation de diplômes, sera proposée. Les formations internes, interbancaires ou d’État dessinent des outils de la gestion de ressources humaines qui vont participer à façonner les carrières. Aussi, à partir d’entretiens biographiques réalisés auprès de retraité·e·s de cette banque (n= 113), d’analyse de documents internes et de l’étude des livres d’or d’une école destinée aux futur·e·s gradé·e·s, cette présentation vise à appréhender les liens pensés entre la formation et la mobilité professionnelle jusqu’aux années 1980, période au cours de laquelle les écoles internes sont fermées.

Pour plus d’informations sur le séminaire: http://www.gehfa.com/fr/seminaires

Séminaire – ARES-CEPED – mardi 26/11

Pour rappel, la dernière séance du séminaire conjoint 2019 de l’Association pour la recherche sur l’éducation et les savoirs (ARES) et du CEPED sur les écoles privées aux Suds aura lieu demain mardi 26 novembre:

16h à 18h, Université Paris Descartes, 45 rue des Saints-Pères, 75006 Paris, Salle J322

Nous aurons le plaisir de recevoir Mounira Chariet (IEP Aix – IREMAM), pour une communication intitulée: 

“Les écoles privées en Algérie: entre autonomisation et contrôle”. 

Vous trouverez plus bas le résumé de son intervention. 

Les écoles privées en Algérie : entre autonomisation et contrôle

En Algérie, l’enseignement privé a été interdit sous Houari Boumediene dans un contexte de nationalisation et de zèle révolutionnaire. L’appareil éducatif était conçu comme une pièce maîtresse de la construction nationale et de l’homogénéisation culturelle et linguistique du pays (arabisation, histoire, instruction islamique). Il réapparaît pourtant à la fin des années 1980 en proposant un enseignement francophone, à l’encontre des options politiques de l’indépendance. Tout au long des années 1990, dans un contexte de crise politique, sociale et sécuritaire, des écoles créées par des parents d’élèves se développent sans statut légal, en particulier dans les grandes villes et en Kabylie. En adoptant une perspective diachronique, ma présentation cherchera à restituer les différentes phases qu’ont connues ces écoles, correspondant à des temps de transformations politiques et sociales de l’Algérie post-indépendante : la première est celle des hétérotopies, la deuxième celle de la polémique (médiatisation et mise à l’agenda), la troisième celle de leur institutionnalisation. Je proposerai, à partir des matériaux recueillis dans le cadre d’une recherche doctorale, d’interroger les espoirs investis dans la scolarisation des usagers de ces écoles et d’analyser le sens et les formes de la contestation silencieuse sous-jacente à ces pratiques scolaires.

Séminaire – Jeunesse en guerre : expériences, engagements, subjectivités (EHESS)

Vous trouverez ci-dessous le programme du séminaire “Jeunesse en guerre: expériences, engagements, subjectivités” qui a lieu à l’EHESS.

3e lundi du mois de 15 h à 17 h (salle 4, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 21 octobre 2019 au 16 juin 2020

Le séminaire propose d’interroger la confrontation des jeunes (enfants, adolescents) au phénomène guerrier à l’époque contemporaine, qu’il s’agisse des guerres mondiales, des conflits intra-étatiques, des génocides ou des engagements réputés terroristes. Plus précisément, nous tenterons de réfléchir de manière transdisciplinaire aux questions de l’engagement juvénile, de ses causes, de ses modalités, de ses perceptions intimes et subjectives, ainsi que celle du rapport à la violence et à ses effets. Y a-t-il des spécificités juvéniles à ces pratiques d’engagement, de violence, de combat ? Comment les imaginaires collectifs façonnent-ils les registres subjectifs qui les rendent soudainement possible ? Quels éclairages nouveaux peut apporter le dialogue entre histoire, sociologie, anthropologie et psychanalyse ? Des jeunes soldats de l’an II aux apprentis djihadistes des années 2010, l’enjeu est bien de penser l’engagement juvénile, sa pratique autant que ses mises en récit, sur le temps long, dans ses particularités historiques comme dans ses permanences.

16 décembre
Invité : Antoine Garapon et Yamina Benharrat (IHEJ) – « Interroger la radicalisation ».

20 janvier
Invité : Laurent Bonelli (Paris Nanterre) – « La Syrie comme hétérotopie. Retour sur l’engagement de jeunes djihadistes français ».

17 février : pas de séminaire

16 mars
Invitée : Anne-Laure Porée (EHESS) – « Nhem En, un adolescent photographe au cœur de la machine de mort khmère rouge ».

20 avril
Invitée : Hélène Dumas (CNRS) – « Métis de la survie : fuite, mensonge, travestissement, sauvetage des enfants pendant le génocide des Tutsi au Rwanda ».

18 mai
Invitées : Marta Craveri (FMSH) et Anne-Marie Losonczy (EPHE) – « Grandir en déportation : expériences d’enfants et d’adolescents du Goulag ».

15 juin
Invitée : Laure Wolmark (psychologue clinicienne au COMEDE) – « Les soignant.e.s face aux jeunes dans la guerre : contre-transferts et pratiques ».

Coordination :

Richard Rechtman, directeur d’études à l’EHESS : richard.rechtman[at]ehess.fr 

Manon Pignot, MCF à l’Université de Picardie : manon.pignot[at]u-picardie.fr

Séminaire – Histoire de l’éducation en Afrique

Vous trouverez ci-dessous le programme du séminaire Histoire de l’éducation en Afrique

Mercredi 29 janvier

Iris Seri-Hersch (IREMAM, université Aix-Marseille),“Des savoirs et des pratiques pédagogiques coproduits? Retour sur un problème classique de la ‘situation coloniale’ à partir du Soudan nilotique”.

Mardi 25 février

Caterina Scalvedi (university of Illinois-Chicago), Imperial Histories of Fascist Education (1922-1943)

Mardi 24 mars

Christine Mussard (IREMAM, ESPE Aix-en-Provence), Détourner les principes de l’Ecole de la République pendant la guerre d’indépendance algérienne : l’exemple de l’obligation scolaire

Mardi 14 avril

Pierre Guidi (CEPED, IRD-université Paris Descartes), L’éducation féminine de la ‘Nouvelle Ère’ dans l’Éthiopie des années 1950 : maternalisme, émancipation, reproduction de classe

  Prendre contact avec Pierre Guidi pour plus d’information sur les horaires et le lieu: pierre.guidi[at]ird.fr

Séminaire – Socio-histoire des éducations différenciées (Université de Cergy-Pontoise, l’INS HEA et l’Ecole Pratique de Service Social)

Vous trouverez ci-dessous l’argumentaire et le programme du séminaire “Socio-histoire des éducations différenciées”.
 
Les séances se dérouleront à l’Université de Cergy-Pontoise, à l’INS HEA et à l’Ecole Pratique de Service Social (EPSS).
 
Pour de plus amples informations:
 
– Vous pouvez contacter : martial.meziani[at]u-cergy.fr 
 
 
Au cours du XXème siècle, la question de l’éducation et sa professionnalisation ont donné lieu à une diversification des approches éducatives. Cette diversification des approches s’est notamment développée dans deux directions.
La première s’est concentrée sur une forme de spécialisation professionnelle relative aux capacités supposées et aux parcours de vie. Cette spécialisation s’est accompagnée d’une catégorisation des publics, qualifiés selon les époques, entre autres, d’enfants anormaux ou inadaptés. Elle a également donné lieu à des techniques et à des gestes professionnels spécifiques, à la constitution de plusieurs corps de métiers, à l’école ou dans l’éducation spécialisée notamment, ainsi qu’au développement de représentations particulières de l’enfance, relevant de la solidarité, puis de la vulnérabilité.
La seconde forme de diversification s’est fondée sur le développement d’approches dites alternatives. Initiées par des figures particulières (Freinet, Montessori, Freire, entre autres) ou par des courants politiques tels que l’éducation populaire, elles se sont voulues universalistes et en décalage avec les pratiques scolaires dominantes de leur époque.
Plus récemment, à partir des années 1980, les mondes éducatifs se sont vus confrontés à de nouveaux enjeux, traversant l’ensemble des organisations sociales concernées. A ce titre, l’éducation inclusive, l’empowerment, le New Public Management ou bien des logiques de type sécuritaire sont venus opérer des mutations profondes dans des espaces distincts.
Le séminaire de Sociohistoire des éducations différenciées vise donc à étudier les liens entre les différentes approches éducatives évoquées, les unes relevant de la catégorisation d’enfants différents et les autres d’une conception à la fois universelle et alternative de l’éducation. Ce séminaire de recherche vise plus particulièrement à explorer des espaces socio-éducatifs distincts, traversés par des mutations politiques et culturelles similaires, donnant lieu à l’émergence de pratiques nouvelles et différentes selon les espaces étudiés. En ce sens, le séminaire a pour objectif d’identifier les différentes formes de circulation des savoirs et d’appropriation relatives à des philosophies éducatives et politiques similaires. En ce sens, il s’agira d’interroger les effets de sédimentation dans les différents champs éducatifs étudiés auprès d’enfants, de jeunes ou d’adultes.
 
Programme
Première séance – Lundi 16 janvier 2020
Site de Gennevilliers, Université de Cergy-Pontoise
 
Pour une sociohistoire des espaces éducatifs et formatifs : premières analyses du travail de catégorisation autour de l’enfance en risque de désaffiliation
Martial Meziani, MCF, Université de Cergy-Pontoise, Laboratoire EMA (EA 4507)
 
Évolution historique des formes conceptuelles de référence pour la formation et la certification des acteurs des éducations différenciées : entre reproduction et changement des paradigmes
Hervé Benoit, MCF, INS HEA, Grhapes (EA 7287)
 
Deuxième séance – Lundi 20 avril 2020
Site de Gennevilliers, Université de Cergy-Pontoise
 
Sociohistoire des formes d’éducation liées à l’économie populaire
Clarissa Figueira, doctorante, Université de Cergy-Pontoise, Laboratoire EMA (EA 4507)
 
Les agents de la formation et leur professionnalisation (1960-2000)
Emmanuel de Lescure, MCF, Université de Paris, Cerlis (UMR 8070)
 
Troisième séance – Lundi 15 juin 2020
INS HEA, 58-60, avenue des landes – 92150 Suresnes
 
Sociohistoire d’un établissement judiciaire : circulation des savoirs et pratiques éducatives auprès de la jeunesse délinquante
Amélie Derobert, MCF, Université Lyon 2, Laboratoire ECP (EA 4571)
 
Coopérations inter-métiers versus spécialisation professionnelle, une question de savoir ? Eclairages socio-historiques dans les champs éducatif, social et médico-social
Philippe Mazereau, Professeur émérite, Université de Caen Normandie, CIRNEF (EA 7454)
 
 
Quatrième séance – Lundi 21 septembre 2020
Site de Gennevilliers, Université de Cergy-Pontoise
 
Émergence, structuration et professionnalisation de diplômes de la formation d’animation
Cyrille Bock, doctorant, Université de Cergy-Pontoise, Laboratoire EMA (EA 4507)
 
Socio-histoire du métier de CPE : questionnements sur une figure du contrôle social et de la mise en dispositif de la « déviance scolaire »
Sofia Hachemi, doctorante, Université de Cergy-Pontoise, Laboratoire EMA (EA 4507)
 
Cinquième Séance – Novembre 2020
Ecole Pratique de Service Social, Cergy
 
Journée d’études consacrée à la question de la circulation des savoirs, des méthodes éducatives et pédagogiques et aux transformations de l’action publique auprès des enfants et jeunes pris en charge de manière différenciée.
 
 
 

Séminaire L’école à Paris. Saison 1: Les écoles dans la ville

Depuis 2007, une importante opération de collecte d’archives auprès des écoles et des établissements d’enseignement secondaire de la Ville de Paris a été menée par les Archives de Paris. Plus de 550 versements d’une grande variété ont ainsi été réceptionnés : du registre d’inscription des élèves au matériel éducatif, en passant par les documents administratifs spécifiques… Ces sources sont très précieuses pour renouveler l’histoire de l’enseignement dans la capitale. Les Archives de Paris et le Comité d’histoire de la Ville de Paris s’associent une nouvelle fois en proposant un cycle de conférences sur l’école aux XIXe-XXe siècles, en s’appuyant sur les spécificités parisiennes. La première saison – d’octobre à décembre 2019 – est consacrée à l’architecture et à la géographie scolaire de la capitale, tandis que la deuxième saison – de janvier à juin 2020 – se penchera sur les protagonistes de l’école, élèves et professeurs, et interrogera les formes de l’enseignement.
 
Organisation
Comité d’histoire de la ville de Paris / Archives de Paris
 
Plus d’infos :  http://archives.paris.fr/r/146/conferences/ 

Cycle de conférences les jeudis, de 17h à 18h30.
Entrée libre dans la limite des 100 places disponibles et dans le respect des consignes de sécurité.
 
Prochaines séances
 
28 novembre 2019
L’école en images, décors parisiens des années 1930.
par Marie Monfort, DRAC Île-de-France

12 décembre 2019
Ecoles et mouvement moderne
par Morgane Menad et Cécile Rivière, Commissaires de l’exposition “Bâtir l’école, architecture et pédagogie 1830-1939”, Musée d’histoire urbaine et sociale de Suresnes (MUS) (13 novembre 2019-21 juin 2020)
 

Continuer la lecture de « Séminaire L’école à Paris. Saison 1: Les écoles dans la ville »

Séminaire 2019-2020 – L’enseignement scolaire de l’histoire : l’enseignement scolaire de l’histoire des démocraties et de leurs crises

Le thème de cette année de séminaire sur l’enseignement scolaire de l’histoire envisagera, toujours dans une dynamique européenne, la question de l’enseignement scolaire de l’histoire des démocraties et de leurs crises. Le fait que les démocraties soient fragiles, faillibles et vulnérables est au cœur de la problématique envisagée. Il s’agit aussi d’un enjeu d’actualité, car dans quelle mesure les démocraties d’aujourd’hui transmettent (et avec quelle pertinence) ce que longtemps le credo scolaire a désigné, comme “les leçons du passé”, à savoir la façon dont les démocraties basculaient dans les formes autoritaires de gouvernement, avec les désastres qui les accompagnent.

Comment enseigne-t-on les crises démocratiques qui sont au programme ? Comment donne t’on aux élèves les moyens de comprendre les fragilités démocratiques ? De quelle manière arme t’on les élèves à comprendre les “montées des périls” ?

Programme 2019-2020

Séminaire 2019-2020 – Liens familiaux et institutions disciplinaires (GRID)

Un jeudi par mois de 17h à 20h. Salle S002, Maison de la recherche, 28 rue Serpente, 75006 Paris

Séminaire organisé par le Centre d’histoire du XIXe siècle et le LARHRA, avec le soutien de la faculté des Lettres de Sorbonne Université et du Centre d’histoire de Sciences Po

Séance 1. Les liens familiaux du personnel surveillant (14 novembre 2019, salle S002)

  • Amandine Thiry (Université catholique de Louvain / Universiteit Gent) : « Concilier ordre carcéral et ordre familial. Les familles du personnel et l’organisation des prisons belges au XIXe siècle »
  • Samuel Tracol (Sorbonne Université, Centre d’histoire du XIXe siècle) : « Les relations intimes entre femmes et filles de personnel et la population pénale dans les bagnes de Guyane »

Séance 2. Modèles familiaux et familles alternatives (12 décembre 2019, salle S002)

  • Antoine Rivière (Paris 8, CIRCEFT) : « Les familles nourricières des pupilles de l’Assistance publique parisienne (1870-1940) »
  • Elsa Neuville (Lyon 2, LARHRA), « Les crèches sauvages et parallèles dans les « années 1968 » : l’enjeu de la place des parents dans l’institution à l’origine de nouveaux modes de garde »

 Séance 3. L’institution disciplinaire entre projet familial et projet colonial / Camps, familles et masculinités (9 janvier 2020, salle S002)

  • Neil Davie (Lyon 2, LARHRA), « Entre peuplement colonial et mise à l’écart. La transportation des jeunes délinquants britanniques vers la Terre de Van Diemen (1820-1850) » 
  • Josselin Tricou (INSERM, CESP / LEGS) : « Re-genrer les familles et la société : des camps pour hommes adultes en non-mixité masculine choisie au sein du catholicisme d’identité »

Séance 4. La continuité de la vie de famille (26 mars 2020, salle S002)

  • Irène Gimenez (Lyon 2/IEP Grenoble, LARHRA) : « Marraine de prison, un lien conjugal alternatif ? Genre et care à l’épreuve de la correspondance d’Alicia »
  • Anne Jusseaume (Université d’Artois, CREHS) : « Entrer en religion, rester en famille : liens de parenté et vie familiale de part et d’autre du couvent, France, XIXe-premier XXsiècle » 

Séance 5. Être « sans famille » (23 avril 2020, salle S002)

  • Julien Hillion (Université d’Angers, TEMOS) : « Seul parmi les “nuisibles”. Vivre sans famille à la colonie pénitentiaire de Belle-Île-en-Mer (1880-1911) »
  • Joris Guillemot (Université du Mans, TEMOS) : « Transferts des malades et éloignement des familles, quels enjeux pour l’institution ? Le cas de Plouguernével »

Séance 6. Le devoir de « faire famille » : l’encadrement des liens familiaux dans et hors les murs (14 mai 2020, salle S002)

  • Albert Garcia (Universitat Pompeu Fabra, Barcelone) : « Military Presidios  and Colonial Wars in late 19th-century Spain: “Race”, Gender and the Politics of Transatlantic Deportation after Cuba’s ‘Guerra Chiquita’, 1879-1885 »
  • Marion Fontaine (Université d’Avignon, Centre Norbert Elias) : « Jusqu’où peut aller le paternalisme ? Surveillance et encadrement des familles dans les Houillères nationalisées françaises » 

Séminaire – Histoire politique des sciences (ENS/IHMC)

Histoire de l’éducation. Sciences et techniques entre enseignements et professions. Jeudi 9 mai 2019, 10 h 30 – 12 h 30, Salle 309

  • Pierre Verschueren – Centre Lucien Febvre, université de Franche-Comté : « L’École d’été de physique théorique des Houches (1951-1979) : reconstruction de la physique européenne et dispositif transnational de formation à la recherche »
  • Fabien Knittel – Centre Lucien Febvre, université de Franche-Comté : « Enseignements techniques dans la laiterie : l’exemple de l’ENIL de Mamirolle (fin XIXe-début XXe siècle) »

Naissance et vie. Jeudi 16 mai 2019, 10 h 30 – 12 h 30, Salle 309

  • Natalie Sage Pranchere – Centre Roland Mousnier, Sorbonne université : L’école des sages-femmes : naissance d’un corps professionnel, 1786-1917, Tours, PUFR, 2017.
  • Scottie H. Buehler – UCLA : « Surveying Provincial Midwives in 18th-century France »
  • Commentaires : Maria Pia Donato

Débat – Qu’est ce qu’une université de « rang mondial » ?

Depuis le début des années 2000, les universités françaises ont subi de profondes transformations : fusions, création de méta-établissements financés par les plans d’investissements d’avenir (PIA) : IDEX, LABEX, EQUIPEX, mais aussi primes d’excellence, encouragement à la création d’entreprise, etc. L’objectif affiché par les décideurs publics est, à travers ces transformations, d’amener un certain nombre d’établissements français à atteindre « un rang mondial », sur un supposé marché globalisé de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR). Université de « rang mondial », world class university en VO : à quoi renvoie cette expression qui fait désormais florès ? Si Harvard, Stanford, Oxford ou Cambridge viennent immédiatement à l’esprit pour illustrer cette vue, quel sens lui donner dans le contexte français ? Pourquoi et comment la rhétorique de l’excellence internationale s’est-elle imposée dans les cénacles politiques de l’ESR ? Au-delà du rang dans le classement de Shangaï, régulièrement mis en avant, quels sont lignes directrices des réformes les plus récentes ?

Une douzaine d’années après la mise en place de la LRU, cette séance du séminaire Politique des Sciences propose, en faisant débattre chercheurs, acteurs de l’ESR et décideurs politiques, de questionner le développement des « universités de rang mondial ».

  • Christine Barats (Maître de conférences HDR, Université Paris Descartes, Céditec), « Construction médiatique du classement de Shanghai »
  • Hugo Harari-Kermadec et Romain Avouac (ENS Paris Saclay), « Classement de Shanghai et polarisation sociale du système universitaire français »
  • Christine Musselin (Directrice de recherche CNRS, Centre de Sociologie des Organisations, Sciences Po), « Se mettre à l’IDEX ou être mis à l’index. Conformations, appropriations et résistances aux instruments d’action publique dans trois sites d’enseignement supérieur »
  • Thierry Coulhon (Conseiller Education, Enseignement Supérieur, Recherche et Innovation à la présidence de la République), « Peut-on construire en France des universités de rang mondial ? »

La séance aura lieu le 14 février, de 17h à 21h en salle Lombard, au 96 bd Raspail, EHESS.

Bien cordialement, Arnaud Saint-Martin, pour PDS

Séminaire – Les mouvements de l’éducation dans les dynamiques de reconfiguration de l’action publique (ENS Lyon, Laboratoire de l’éducation)

Sidonie Rancon nous signale : nous avons le plaisir de vous inviter à la troisième séance du séminaire des doctorant.e.s « Les mouvements de l’éducation dans les dynamiques de reconfiguration de l’action publique », organisé au titre des projets du LLE (Laboratoire de l’Education).

Elle déroulera le mardi 12 Février 2019, de 14 à 16h en salle D4.143. (ENS de Lyon, site Descartes, bâtiment recherche).

Nous accueillerons Ariane Richard Bossez, maître de conférence en sociologie, ESPE, Aix-Marseille Université, LAMES-CNRS qui nous présentera des éléments d’analyse issus de sa thèse et des travaux de recherche en cours : « Questionner les inégalités scolaires à la maternelle, entre politiques éducatives, curricula et pratiques pédagogiques ».

Vous trouverez le programme des prochaines séances en ligne, à l’adresse suivante : http://lle.ens-lyon.fr/

Séminaire – “Enseignement supérieur et Recherche” (CSO, Science Po)

Le séminaire “Enseignement supérieur et recherche” de Sciences Po, lancé en 2001, est co-organisé par le CSO (sous la co-responsabilité de Jérôme Aust et Clémentine Gozlan) et par le RESUP (Réseau d’étude sur l’Enseignement Supérieur) dont la présidente est Christine Musselin, qui a dirigé ce séminaire jusqu’en 2007.

Il a pour objectif de donner une audience aux recherches menées en France, mais aussi en Europe et dans d’autres régions du monde, sur l’enseignement supérieur et la recherche. Il s’adresse et est ouvert à tous les experts, praticiens, chercheurs, enseignants-chercheurs, doctorants, intéressés par ces questions.

Les séances sont configurées autour d’un seul intervenant, français ou étranger, laissant ainsi une large place aux discussions.

Séminaire – Politiques scolaires, écoles et publics scolaires en Afrique subsaharienne du milieu du XIXe siècle aux années 1970 (J.-L. Martineau, Fl. Wenzek & P. Guidi)

Le séminaire Politiques scolaires, écoles et publics scolaires de la colonisation aux indépendances en Afrique (mi-XIXe siècle- années 1970) sera consacré à l’histoire de l’institution scolaire, de ses acteurs et de ses publics, aux enseignements, à la réception de l’idée de scolarisation et au « désir d’école » en Afrique sous la colonisation et pendant la première décennie des indépendances. A partir d’exemples ancrés dans une période, un contexte, un événement ou un pays particuliers (du Maghreb à l’Afrique du Sud), il s’agira de comprendre dans quelles mesures les politiques et pratiques scolaires, les lieux de formation, l’investissement individuel ou collectif des acteurs de l’école et leur vécu sont indissociables de la construction des sociétés coloniales mais aussi des jeunes nations indépendantes.

Ce séminaire sera constitué de 4 séances mensuelles entre le 28 janvier et 8 avril 2019 et d’une journée-séminaire le jeudi 9 mai. L’ensemble des interventions permettra d’approcher l’histoire de l’éducation en Afrique mais aussi dans d’autres sphères colonisées car l’histoire de l’éducation offre un point de vue particulièrement fécond sur les dynamiques impériales et les sociétés coloniales.

Continuer la lecture de « Séminaire – Politiques scolaires, écoles et publics scolaires en Afrique subsaharienne du milieu du XIXe siècle aux années 1970 (J.-L. Martineau, Fl. Wenzek & P. Guidi) »

Séminaire – Une crise de l’enseignement de l’histoire en Europe? Perspectives et impasses de la construction scolaire de la conscience historique (ENS Ulm, site Jourdan)

Les séances ont lieu de 17h à 19h, à lÉcole Normale Supérieure, au 48 boulevard Jourdan, 75014 Paris, salle R1-08, 1er étage.

Programme 2018-2019

  • 14 novembre 2018 : Luigi CAJANI (Université La Sapienza de Rome), Roman national ou histoire mondiale ? L’enseignement de l’histoire en Italie entre biais politique et exigences scientifiques.
  • 19 décembre 2018 :Arie WILSCHUT (Amsterdam University of Applied Sciences), A curriculum of frame-of-reference historical knowledge – the idea and the practical problems.
  • 16 janvier 2019 : Piero COLLA (Centre Maurice Halbwachs – CNRS, EHESS, ENS et Université de Bologne), L’histoire « décanonisée » : un exploit et une impasse du modèle scolaire suédois.
  • 13 février 2019 :Charles HEIMBERG et Aurélie DE MESTRAL (Equipe de didactique de l’histoire et de la citoyenneté – Université de Genève), L’enseignement de l’histoire en Suisse et ses défis récents : entre éclatement des situations, réification des ambitions et régressions historico-mémorielles.
  • 10 avril 2019 : Olga KONKKA (université Bordeaux Montaigne, CEMMC), L’histoire scolaire en Russie : le triomphe du modèle narratif ? L’étude des supports pédagogiques élaborés par des enseignants au prisme de la politique historique et des traditions didactiques.
  • 22 mai 2019 : Rainer BENDICK (conseiller pédagogique auprès du SESMA, régionale de Brunswick), Quelle crise ? L’enseignement de l’histoire en Allemagne entre structure fédérale du système éducatif et concepts didactiques.

Atelier – Les usages de la temporalité hebdomadaire au XXe siècle (ANR Numapresse, 19 nov. 2018)

Lundi 19 novembre 2018, 9h30-17h – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne,
7 rue de la Sorbonne, Esc. B, 4e ét., s. H 308.

Matin, 9h30-12h30. Modération : Marie-Eve Thérenty (Université de Montpellier)

  • « Organiser la semaine », Dominique KALIFA (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
  • « La semaine sportive », Paul DIETSCHY (Université de Franche-Comté)
  • « La semaine cinématographique », Dimitri VIZYRIGLOU (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
  • « La semaine radiophonique », Cécile MEADEL (Université Panthéon-Assas, IFP)

Après-midi, 14h-17h, Modération : Paul ARON (Université libre de Bruxelles)

  • « La semaine politique et parlementaire », Eric THIERS (Assemblée nationale/Cevipof)
  • « La semaine scolaire », Pierre PORCHER (Sorbonne-Université)
  • « Semaine de travail, semaine salariale », discussion avec Michel PIGENET (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Séminaire – Savoir-faire circulatoires, espaces-carrefour, intermédiaires intersectoriels et transnationaux (Université Paris-Nanterre)

Lieu : ISP, Université Paris Nanterre (plan du campus
Accès par le RER A ou le train de la gare Saint-Lazare

Le séminaire général de l’ISP est consacré cette année aux phénomènes de circulation des savoirs savants, experts et professionnels entre différents espaces nationaux et différentes sphères sociales. On s’intéressera plus particulièrement aux conditions sociales, politiques et intellectuelles rendant les circulations possibles et aux propriétés des acteurs individuels et institutionnels (institutions académiques, fondations philanthropiques, administrations publiques, think tanks, organisations internationales, réseaux d’experts, “espaces-carrefour”, groupes professionnels et “communautés épistémiques”) qui produisent ou reformulent ces savoirs, initient les circulations ou leur servent d’intermédiaires. On examinera également les usages, les appropriations et, le cas échéant, les hybridations qu’elles entraînent en étant attentifs à l’historicité des phénomènes étudiés, à leur dimension nécessairement diachronique ainsi qu’aux temporalités plurielles qui peuvent les régir.

  • Séance 1. Mercredi 5 décembre 201814h30-17h00 (salle 2 rdc, Université Paris Nanterre, Bâtiment Max Weber)
    • Le rôle des organisations internationales dans la production et la circulation des savoirs et des pratiques
    • Magdaléna Hadjiisky (Institut d’études politiques de Strasbourg, SAGE) :  “Les acteurs nationaux dans la fabrique de l’expertise ‘internationale’ : coalitions d’acteurs et usages politiques de l’expertise sur la ‘politique de réglementation’ (OCDE) en terres européennes”
    • Olivier Nay (Université Paris I, CESSP), “Organisations internationales, chercheurs d’institution et production des savoirs de réforme. Réflexions à partir du cas de la Banque mondiale”
    • Discutantes : Sandrine Lefranc (ISP) et  Jana Vargovcikovà (ISP).
  • Séance 2. Jeudi 17 janvier 201910h-12h30 (Université Paris Nanterre, Maison d’Archéologie et d’Ethnologie (MAE) René Ginouvès, salle du conseil, 4e étage). Groupes professionnels, circulations intersectorielles et jeux d’échelle
    •  Antoine Vauchez (CNRS, CESSP) et Pierre France (CESSP) : autour de l’ouvrage Sphère publique, intérêts privés. Enquête sur un grand brouillage, Paris, Presses de Sciences Po, 2017.
    • Sylvain Laurens (EHESS, CESSP) : autour de l’ouvrage Les courtiers du capitalisme. Milieux d’affaires et bureaucrates à Bruxelles, Marseille, Agone, 2015.
    • Discutants : Dzovinar Kevonian (Université Paris Nanterre, ISP) et Christophe Le Digol (Université Paris Nanterre, ISP).

Séminaire doctoral à l’ENS Lyon (UMR Triangle)

Plus d’informations

Organisé sous l’égide de l’UMR Triangle, le séminaire “Les mouvements de l’éducation dans les dynamiques de reconfiguration de l’action publique” débute le 10 décembre 2019. Le séminaire prendra essentiellement la forme d’un groupe de travail avec quelques séances conviant des chercheurs-invités à intervenir sur leurs travaux de recherche.

Nous accueillerons Olivia Chambard, docteure en sociologie, post-doctorante au CEET (CNAM) qui nous présentera ses travaux de thèse (soutenue en juin 2017) portant sur : “La fabrique de l’homo entreprenans. Sociologie d’une politique éducative aux frontières du monde académique et du monde économique”