Soutenance – Mina Kleiche-Dray, “Ce que les savoirs aux Suds disent aux Sciences : Production des connaissances, communautés scientifiques et développement” (HDR)

La soutenance aura lieu le vendredi 27 septembre à 9h à l’Université de Paris, 45 rue des Saints-Pères, 75006 Paris, dans la salle des thèses.
 
Le jury sera composé de :
 
  • Joëlle Le Marec, Professeure, Université Paris IV Sorbonne (Présidente)
  • Jean-Paul Gaudillière, Directeur d’études de l’EHESS et Directeur de Recherche CNRS (Garant)
  • Michel Grossetti,  Directeur d’études de l’EHESS et directeur de Recherche CNRS (Rapporteur)
  • Catherine Larrère, Professeure émérite, Université Paris I- Panthéon Sorbonne (Rapporteur),
  • Monique Landesmann, Professeure émérite, Universidad Nacional Autónoma de México (Examinatrice)
  • Anne-Marie Moulin, Directrice de recherche émérite CNRS (Examinatrice)
 
Résumé : les deux volumes de ce dossier rendent compte à la fois de ma trajectoire de recherche croisant la sociologie des sciences, l’histoire des savoirs et les études sur le développement et d’une réflexion sur deux décennies d’étude de la production des savoirs dans « les Suds ». J’y questionne l’universalité de la science à partir de la participation des pays des Suds à la science moderne à partir des cas de l’agronomie au Maroc et de la chimie au Mexique. Le mémoire de synthèse revient d’une part sur la construction de la méthodologie de recherche sur les sciences qui en a résulté et qui associe enjeux épistémiques et organisations sociales des mondes scientifiques, production des connaissances et leurs usages. La forme narrative mêlant histoire incorporée et histoire académique du mémoire de synthèse renvoie ainsi à une évolution plus générale des travaux consacrés à la production de savoirs par et pour les Suds tout d’abord développés, soit en lien avec la question de la domination coloniale du côté de l’histoire, soit avec celle du rattrapage, de la formation des experts et des besoins de développement du côté de la sociologie des sciences.

Soutenance – Farah Hany George Ramzy, “Renégocier le politique sur le campus : Engagement étudiant en Egypte post-2011”

Renégocier le politique sur le campus : Engagement étudiant en Egypte post-2011

La soutenance aura lieu le 16 octobre 2019 à 14h00 à l’Université Paris Nanterre,  200 Avenue de la République, 92000 Nanterre, Bâtiment Simone Veil, Salle des Actes (F.141) 

Le jury sera composé de :

  • Mounia BENNANI-CHRAÏBI, Professeure, Université de Lausanne (Co-directrice de la thèse)
  • Assia BOUTALEB, Professeure, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne (Rapporteure)
  • Sophie DUCHESNE, Directrice de recherche au CNRS, Centre Emile Durkheim, Sciences Po Bordeaux (Co-directrice de la thèse)
  • Dina EL-KHAWAGA, Professeure, American University of Beirut  (Rapporteure)
  • Olivier FILLIEULE, Professeur, Université de Lausanne (Président du jury)
  • Sandrine LEFRANC, Chargée de recherche au CNRS, Université Paris Nanterre  (Examinatrice) 

Résumé : cette thèse étudie les transformations des modes d’action politique des étudiants des universités Égyptiennes. L’enquête, qui mêle entretiens et observation parmi plusieurs groupes d’étudiants actifs entre 2011 et 2015, remet en perspective la conception historique de l’action politique étudiante dans ce pays. La mise en évidence de la multiplicité de formes, niveaux et enjeux des organisations et des mobilisations étudiantes permet de souligner les transformations sur le long terme et de les situer par rapport aux changements du système d’enseignement supérieur, et des reconfigurations plus larges du système politique. Cette thèse étudie comment être étudiant en Égypte produit des manières spécifiques de dire et de faire le politique. Elle démontre que l’articulation de la charge politique historiquement associée au statut étudiant, des réformes du système d’enseignement supérieur dans les années 1990s et des dynamiques de court terme générées par la révolution de 2011 et l’intervention militaire de 2013, offre aux acteurs un espace pour négocier les significations qu’ils attribuent à leurs engagements. Le politique se manifeste alors sous des formes et à des niveaux divers, et notamment dans les interstices entre ce que les acteurs disent et ce qu’ils font, et dans les dans luttes autour de l’étiquetage politique des activités.

Soutenance – Laurène Le Cozanet, La professionnalisation des études. Quand l’université (s’)adapte à l’économie

La professionnalisation des études. Quand l’Université (s’)adapte à l’économie

La soutenance aura lieu le mardi 8 octobre 2019, 14h, à l’université Paris Dauphine, salle D 520.

Le jury sera composé de :

  • Mme Christine Musselin, directrice de recherche au CNRS, CSO, rapporteure
  • M. François Sarfati, professeur à l’université d’Évry Val d’Essonne, CEET, rapporteur
  • M. Dominique Damamme, professeur émérite à l’université Paris Dauphine-PSL, Irisso
  • M. Laurent Jeanpierre, professeur à l’université Paris 8 Saint-Denis, Cresspa
  • Mme Emmanuelle Picard, maîtresse de conférences à l’ENS de Lyon, Triangle
  • Mme Brigitte Le Grignou, professeure émérite à l’université Paris Dauphine-PSL, Irisso

Résumé de la thèse : cette thèse analyse comment les universités françaises relaient l’exigence de « professionnalisation des études ». Elle restitue le foisonnement de mobilisations, de conflits, de logiques institutionnelles et de dispositifs sur lesquels repose ce changement de régime universitaire. L’analyse est fondée sur des matériaux (archives, entretiens, observations) recueillis au cours d’une triple enquête : une recherche historique sur le succès de la professionnalisation comme catégorie du gouvernement des formations, une étude multisituée de la politique de professionnalisation qui se révèle mise au service d’une mise en relation optimale entre universités et économie, et une comparaison des usages de la professionnalisation dans les départements de lettres, de droit et de physique de trois établissements. Présentée comme une ressource pour les étudiants confrontés à un avenir incertain et pour les personnels aux prises avec une remise en cause de leur « utilité sociale », la professionnalisation est aussi un moyen de gouverner les universités.

Soutenance – “Le service social en action : assistantes sociales et familles assistées dans le cadre de la protection de la jeunesse à Paris dans l’entre-deux-guerres” (Lola Zappi, IEP de Paris)

8 novembre 2019 – Programme doctoral d’Histoire

Mme Lola ZAPPI

  • Discipline : Histoire
  • Sujet : Le service social en action : assistantes sociales et familles assistées dans le cadre de la protection de la jeunesse à Paris dans l’entre-deux-guerres
  • Jury : Claire ANDRIEU (Directeur de recherche)Christophe CAPUANO (Directeur de recherche), Marie-Emmanuelle CHESSEL, Mathias Gardet, Laura Lee DOWNS, Xavier VIGNA
  • Centre de recherche : CHSP

La soutenance publique aura lieu le 08 novembre 2019 à 14h00 en salle François Goguel, IEP de Paris, 56 rue des Saints-Pères, Paris 7e (accès par le 27 rue Saint-Guillaume)

Soutenance d’Antonin Dubois : “Organiser les étudiants. Mobilisations collectives et formation d’un groupe social (Allemagne et France, 1880-1914)”

  • Date :Vendredi 22 mars 2019 – 14:00
  • Lieu : EHESS (salle 8), 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Cette thèse s’attache à comprendre comment, d’individus rattachés entre eux par une inscription bureaucratique à un établissement d’enseignement supérieur, les étudiants en France et en Allemagne ont pu devenir un groupe social, dont les membres sont reliés entre eux par des organisations, qui cherchent à défendre leurs intérêts et besoins spécifiques. Le tournant des années 1870-1880 marque dans les deux pays un changement majeur, celui d’une autorisation et d’une acceptation grandissante des organisations étudiantes par les pouvoirs publics, tant universitaires et politiques. Ce changement est retracé dans la longue durée, par l’étude des répressions politiques des mouvements étudiants et de la transformation de la relation entre étudiants et État-nation (en construction) depuis le début du XIXe siècle.     Ces organisations étudiantes constituent des instances de socialisation. Il s’agit autant pour leurs membres d’acquérir des compétences politiques pratiques, que de compléter leurs cursus universitaires grâce à des conférences ou à des groupes ou encore qu’à renforcer leurs corps par des exercices physiques. Une lutte concurrentielle s’établit entre elles autour d’un grand nombre d’enjeux entre les années 1870/80 et la Première Guerre mondiale, période plus spécifiquement étudiée dans cette thèse : représentation des étudiants, relations avec les pouvoirs publics, insertion dans l’espace urbain universitaire, insertion dans la société élitaire locale et nationale, obtention d’avantages matériels et intellectuels pour les membres, développement d’une sociabilité commune. Par ces concurrences, les étudiants contribuent à la formation d’un espace social qui leur est propre et que nous avons appelé espace des organisations étudiantes.     Par l’analyse de cet espace social et par un intérêt constant au rapport des étudiants à la politique et à l’État-nation, il est possible de comprendre comment la place et le rôle des étudiants dans l’université et la société a été transformée au tournant des XIXe et XXe siècles et, partant, comment ils ont pu former un groupe social.

JURY :

  • M. Gérard Noiriel (Directeur de thèse), EHESS
  • Mme Katja Patzel-Mattern (Directrice de thèse), Universität Heidelberg
  • M. Christophe Charle, Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne
  • M. Lutz Raphael, Universität Trier
  • M. Jakob Vogel, Centre Marc Bloch (Berlin)
  • Mme Bénédicte Zimmermann, EHESS

Soutenance – Cédric Boulard, “Quand l’Éducation nationale se fait nouvelle. Le cas de l’enseignement secondaire, de 1930 à nos jours.

Cédric BOULARD, Quand l’Éducation nationale se fait nouvelle. Le cas de l’enseignement secondaire, de 1930 à nos jours

Jury

  • Clémence Cardon-Quint, maîtresse de conférences (Bordeaux-ESPE)
  • Jean-François Condette, professeur des universités (ComUE Lille-Nord-de-France)
  • Pascale Goetschel, professeure des universités (Paris I-Panthéon-Sorbonne)
  • Jean-Noël Luc, professeur des universités (Sorbonne Université), directeur de la thèse
  • Bruno Poucet, professeur des universités (Université de Picardie-Jules-Verne)
  • Yves Verneuil, professeur des universités (Université Lyon II-Lumière)

Soutenance – Simon Ridley, “Les sens de liberté d’expression : socio-anthropologie comparative des campus de Berkeley et de Nanterre”

Les sens de liberté d’expression : socio-anthropologie comparative des campus de Berkeley et de Nanterre. 

Thèse pour le doctorat en sociologie, sous la direction d’Anne Raulin. Soutenance le vendredi 08 février à 14 heures, en salle B 016 du bâtiment Grappin (B), à l’Université Paris Nanterre.

Le jury sera composé de :

  • Matei Candea, Lecturer, Fellow and Director of Studies, King’s College, University of Cambridge (Rapporteur)
  • Christian Laval, Professeur émérite, Université Paris Nanterre (Président)
  • Minoo Moallem, Professor and Vice Chair of Research, University of California Berkeley (examinatrice)
  • Anne Raulin, Professeure, Université Paris Nanterre (directrice)
  • Caroline Rolland-Diamond, Professeure, Université Paris Nanterre (examinatrice)
  • Christian Topalov, Directeur d’études EHESS, Directeur de recherche émérite CNRS (Rapporteur)

L’université est une des institutions les plus fortes de l’époque moderne. Lieu d’élection de la contestation, elle peut se retrouver à présent la cible d’attaques sans précédent de l’extrême droite, en particulier aux Etats-Unis. Cette thèse vise à suivre un conflit de définition par le biais d’une ethnographie multisituée, avec comme terrain de recherche la liberté d’expression sur les campus universitaires. En partant d’une sociologie historique comparative du Free Speech Movement de 1964 à Berkeley et du Mouvement du 22 Mars de 1968 à Nanterre, une approche socio-anthropologique permet d’examiner une dualisation des mémoires collectives des mouvements étudiants des années 1960. Suivant une démarche inductive, je voyage avec mon terrain dont l’étude inclut une immersion au sein de plusieurs groupes révolutionnaires, l’observation des rites commémoratifs, des attentats, d’une diversité de pratiques autonomes, et s’étend jusqu’à l’inauguration de Trump et le retournement de la liberté d’expression par des groupes d’extrême droite, la montée en puissance de l’alt-right et ses spectacles/meetings sur les campus, provoquant une série d’émeutes urbaines. La contextualisation systématique et radicale, la pratique et la généalogie de l’archive, le savoir vécu, alliés à une approche comparatiste latérale, engagent à un travail historique sur l’institution universitaire. À rebours des thèses du capital humain, de la démocratie comme libre marché des idées, je retrace la question de l’émancipation, suivant la création d’une « génération civique » après 1944, jusqu’à son retournement numérique. Cette ethnographie politique incite à (re)penser la sociologie et la pédagogie critique comme contre-discours face à une culture anti-intellectuelle, pour rendre possible une culture commune de l’intelligence démocratique, un héritage choisi et réfléchi.

Soutenance d’Alice Olivier

Étudiants singuliers, hommes pluriels. Orientations et socialisations masculines dans des formations « féminines » de l’enseignement supérieur

La soutenance aura lieu le :
 
vendredi 30 novembre 2018 à 14h.
Observatoire Sociologique du Changement (Sciences Po). 98 rue de l’Université, 75007 Paris. Salle Annick Percheron (sous-sol)

Le jury sera composé de :

  • Mme Marie Bergström, chargée de recherche, Ined (tutrice)
  • M. Sébastien Chauvin, professeur associé, Université de Lausanne (rapporteur)
  • Mme Muriel Darmon, directrice de recherche, CNRS/CESSP (EHESS-Paris 1) (rapporteure)
  • Mme Clotilde Lemarchant, professeure des universités, Université de Lille, Clersé
  • Mme Sophie Orange, maître de conférences, Université de Nantes, CENS
  • Mme Agnès van Zanten, directrice de recherche, CNRS/OSC-Sciences Po (directrice)

Soutenance – Edenz Maurice, “Un État colonial aux prises avec le monde scolaire de la Guyane française (de 1928 au début des années 1950)”

Edenz Maurice a soutenu le vendredi 15 juin à l’École doctorale de Sciences Po sa thèse de doctorat.
La thèse s’intitule : « Faire l’école dans une “vieille colonie”. Un État colonial aux prises avec le monde scolaire de la Guyane française (de 1928 au début des années 1950)”
Le jury est composé de :
  • Romain Bertrand, Directeur de recherche, FNSP (Directeur)
  • Stéphanie Guyon, Maîtresse de conférences, Université de Picardie Jules Verne (Rapporteure)
  • Eric Jennings, Professeur, Université de Toronto
  • Marie Salaün, Professeure, Université Paris Descartes
  • Pierre Singaravélou, Professeur, Université Paris I Panthéon Sorbonne
  • Sylvie Thénault, Directrice de recherche, CNRS (Rapporteure)
Résumé
Cette thèse s’est donnée pour objet l’étude du fonctionnement de l’État colonial en Guyane française au prisme de son action dans le domaine scolaire entre 1928 et le début des années 1950, soit la seule période pendant laquelle ce territoire se trouve scindé en deux entités administratives (1930-1951) coiffées, cependant, par un même gouverneur. Au cœur de cette recherche réside l’hypothèse d’une singularité, dans une double perspective sociale et politique, de l’expérience coloniale guyanaise des années 1930 et 1940 – laquelle a conduit à forger les notions de « colonie-département »  et d’« assimilation différenciée ». L’enquête menée articule ainsi histoire sociale de groupes professionnels issus du milieu éducatif et des sociabilités militantes, anthropologie des sociétés autochtones de l’intérieur amazonien et sociologie de l’État et des politiques publiques. Ce faisant, cette étude entend contribuer, d’une part, à une meilleure compréhension de l’État colonial à partir du cas trop souvent délaissé d’une « vieille colonie » ; de l’autre, à une histoire de la République donnant toute leur place aux Outre-mers.

Soutenance – Anne Ruolt, “Guizot éducateur. Les Annales de l’éducation (1811-1814)”

Mme Anne RUOLT a présenté ses travaux en soutenance en vue de l’obtention du diplôme de post-doctorat de l’EPHE le mercredi 20 juin 2018 :


Guizot éducateur. Les Annales de l’éducation (1811-1814)

  • EPHE – Maison des Sciences de l’Homme, 54 boulevard Raspail, 75006 Paris – salle 15
  • Jury : M. PATRICK CABANEL, M. LOIC CHALMEL, Mme JACQUELINE GAUTHERIN, M. PIERRE-YVES KIRSCHLEGER

Soutenance – Guillaume Périssol, Le droit chemin. Jeunes délinquants en France et aux États-Unis au milieu du XXe siècle

Guillaume Périssol soutiendra le lundi 28 mai 2018 à 14 heures à la Maison de la Recherche de la Faculté des Lettres de Sorbonne Université (salle D323, 3e étage, 28 rue Serpente, 75006 Paris) la thèse suivante :

Le droit chemin. Jeunes délinquants en France et aux États-Unis au milieu du XXe siècle

Membres du jury :

  • Ludivine BANTIGNY – Maîtresse de conférences HDR, Université de Rouen, rapporteure
  • Jean-Claude FARCY – Chercheur associé au Centre Georges Chevrier, Université de Bourgogne, codirecteur de thèse,
  • Nancy L. GREEN – Directrice d’études, EHESS, présidente
  • Jean-Noël LUC – Professeur, Sorbonne Université, codirecteur de thèse,
  • Marc RENNEVILLE – Directeur de recherche, CNRS, Centre Alexandre Koyré, rapporteur
  • Rebecca ROGERS – Professeure, Université Paris*Descartes

 

Résumé : « La miséricorde ne se commande pas, Elle tombe comme la douce pluie du ciel ». Cette citation de Shakespeare sert encore dans les années 1950 de devise au Tribunal pour enfants de Boston. À la fonction traditionnellement répressive du droit, elle tend à substituer une fonction idéologique sous l’expression de l’amour. Le modèle américain de la juvenile court, saturé d’idéaux de compassion et de réhabilitation, connaît un succès mondial depuis la création à Chicago, en 1899, du premier tribunal pour enfants. Que cachent le progressisme des juvenile courts et le « néohumanisme judiciaire » vanté par le juge Jean Chazal après l’ordonnance de 1945, qui constitue le véritable acte de naissance des tribunaux pour enfants en France ? Que signifie le succès très rapide des tribunaux pour enfants aux États-Unis, en Europe et dans le monde ?

La comparaison de deux pays occidentaux, reliés entre eux, aide à répondre à ces questions, venant combler un vide historiographique et permettant de mieux comprendre le système de la justice des mineurs et le phénomène de la délinquance juvénile. La période qui suit la Seconde Guerre mondiale est particulièrement propice à l’analyse, puisque se posent alors de manière aiguë des questions sur l’autorité et l’éducation dans un contexte de paniques internationales autour de la délinquance juvénile. Cette étude s’inscrit dans un champ interdisciplinaire innovant, au croisement de l’histoire de la jeunesse et de l’histoire de la justice et du contrôle. Tout à la fois qualitative et quantitative, elle s’appuie sur des archives inédites, comme les dossiers des tribunaux pour enfants de Boston et de la Seine, à Paris.

Soutenance – Maurice Edenz, Faire l’école dans une “vieille colonie”. Un Etat colonial aux prises avec le monde scolaire de la Guyane française (de 1928 au début des années 1950)

Soutenance de Maurice Edenz
« Faire l’école dans une “vieille colonie”. Un État colonial aux prises avec le monde scolaire de la Guyane française (de 1928 au début des années 1950)”
Vendredi 15 juin à 9h30
Ecole doctorale de Sciences Po
3e étage
199 boulevard Saint-Germain 75007 Paris
Le jury sera composé de : 
  • Romain Bertrand, Directeur de recherche, FNSP (Directeur)
  • Stéphanie Guyon, Maîtresse de conférences, Université de Picardie Jules Verne (Rapporteure)
  • Eric Jennings, Professeur, Université de Toronto
  • Marie Salaün, Professeure, Université Paris Descartes
  • Pierre Singaravélou, Professeur, Université Paris I Panthéon Sorbonne
  • Sylvie Thénault, Directrice de recherche, CNRS (Rapporteure)

Résumé : Cette thèse s’est donnée pour objet l’étude du fonctionnement de l’État colonial en Guyane française au prisme de son action dans le domaine scolaire entre 1928 et le début des années 1950, soit la seule période pendant laquelle ce territoire se trouve scindé en deux entités administratives (1930-1951) coiffées, cependant, par un même gouverneur. Au cœur de cette recherche réside l’hypothèse d’une singularité, dans une double perspective sociale et politique, de l’expérience coloniale guyanaise des années 1930 et 1940 – laquelle a conduit à forger les notions de « colonie-département »  et d’« assimilation différenciée ». L’enquête menée articule ainsi histoire sociale de groupes professionnels issus du milieu éducatif et des sociabilités militantes, anthropologie des sociétés autochtones de l’intérieur amazonien et sociologie de l’Etat et des politiques publiques. Ce faisant, cette étude entend contribuer, d’une part, à une meilleure compréhension de l’Etat colonial à partir du cas trop souvent délaissé d’une « vieille colonie » ; de l’autre, à une histoire de la République donnant toute leur place aux Outre-mers.

Soutenance – Geneviève Pezeu : « Coenseignement, coéducation mixité. Filles et garçons dans l’enseignement secondaire (1916-1976) »

Soutenance de thèse de Geneviève Pezeu
« Coenseignement, coéducation mixité.
Filles et garçons dans l’enseignement secondaire (1916-1976) »
Mardi 12 juin 2018, à 9 heures
En Sorbonne, 54 rue Saint-Jacques 75005 Paris
Salle F 673 – Galerie Gerson – escalier G 2 – 1er étage
Le jury est composé de :
  • Christine Bard, Professeure des universités, Université d’Angers, examinatrice
  • Renaud d’Enfert, Professeur des universités, Université de Picardie Jules Verne, rapporteur
  • Nicole Mosconi, Professeure émérite des universités, Université Paris-Ouest-Nanterre, examinatrice
  • Rebecca Rogers, Professeure des universités, Université Paris-Descartes, directrice de thèse
  • Yves Verneuil, Professeur des universités, Université Lyon 2, rapporteur
  • Michelle Zancarini-Fournel, Professeure émérite des universités, Université Lyon 1, examinatrice
 
Pour plus d’informations, consulter le site de l’ATRHE à la rubrique “Soutenance de thèses” : http://www.atrhe.org/actualites/soutenances-de-thses

Soutenance – Côme Simien, Des maîtres d’école aux instituteurs : une histoire de communautés rurales, de République et d’éducation, entre Lumières et Révolution (années 1760-1802).

Côme Simien soutiendra sa thèse de doctorat intitulée Des maîtres d’école aux instituteurs : une histoire de communautés rurales, de République et d’éducation, entre Lumières et Révolution (années 1760-1802) le samedi 9 décembre 2017, à 14h00, à la Maison des Sciences de l’Homme, 4 rue Ledru, à Clermont-Ferrand (2e étage, amphi 220).

Le jury sera composé de :

  • M. Michel Biard, professeur d’Histoire de la Révolution française et du monde moderne, Université Rouen-Normandie
  • M. Philippe Bourdin (directeur de la thèse), professeur d’Histoire moderne, Université Clermont-Auvergne
  • M. Jean-François Chanet, professeur d’Histoire contemporaine à Sciences-Po Paris, recteur de l’Académie de Besançon.
  • Mme Dominique Godineau, professeure d’Histoire moderne, Université Rennes II.
  • M. Stéphane Gomis, professeur d’Histoire moderne, Université Clermont-Auvergne.

Offre de financement de doctorat en sociologie de l’éducation et des carrières à Lausanne

Assistant·e diplômé·e en sociologie de l’éducation et des carrières dans l’enseignement supérieur (9982)

 

Introduction
Lieu d’enseignement, de recherche et de vie, l’UNIL rassemble plus de 14’100 étudiants et près de 3’800 collaborateurs, professeurs et chercheurs. Idéalement situé au bord du lac et au centre-ville, son campus réunit quelques 120 nationalités.
Présentation
L’Institut des sciences sociales (ISS) de l’Université de Lausanne met au concours un poste d’:

 

Assistant·e diplômé·e dans le domaine de la sociologie de l’éducation et des carrières dans l’enseignement supérieur
Informations liées au poste
Entrée en fonction : 1er septembre 2017
Durée du contrat : 1 an, renouvelable 2 x 2 ans, maximum 5 ans
Taux d’activité : 100%
Lieu de travail : Lausanne-Dorigny
Vos activités
  • 50% du taux d’activité au minimum sera dédié à la réalisation d’une thèse de doctorat.
  • 50% du taux d’activité au maximum sera consacré au soutien des tâches d’enseignement et de recherche, à commencer par l’enseignement de méthodologie de 3e année de Mixed methods en éducation.

Voir le cahier des charges détaillé : https://applicationspub.unil.ch/files/rh/cdc/1496925903.4234.pdf
Votre profil
Nous souhaitons engager une personne avec le profil suivant :

  • Master en sciences sociales, ou titre équivalent
  • Bonnes connaissances et intérêt pour les méthodes quantitatives et qualitatives en sciences sociales
  • Projet d’élaborer une thèse sur la question des carrières académiques en Suisse en adoptant une approche de mixed methods. De bonnes compétences en méthodes quantitatives sont nécessaires (utilisation d’un logiciel de traitement quantitatif des données). Des connaissances et/ou un intérêt pour les études genre sont un atout.
Vos avantages
Un encadrement conséquent permettant de suivre une formation doctorale, de participer à des colloques internationaux et d’achever une thèse de qualité pendant la durée de son engagement ;

Un cadre de travail agréable dans un environnement académique multiculturel et diversifié. Des possibilités de formation continue, une multitude d’activités et d’autres avantages à découvrir.
Pour tout renseignement complémentaire
Farinaz Fassa, Professeure ordinaire
Votre dossier de candidature
Dossier de candidature : 
(1) Lettre de motivation,
(2) CV académique avec copie des diplômes universitaires et relevés des notes obtenues,
(3) une ébauche de projet de thèse (1 à 2 pages).

Il ne sera pris en compte que les candidatures adressées par le biais de ce site.

Nous vous prions de bien vouloir nous transmettre votre dossier complet en format Word ou PDF.

 

Délai de candidature : 30 juin 2017
Remarques
Soucieuse de promouvoir une représentation équitable des femmes et des hommes parmi son personnel, l’Université encourage des candidatures féminines.

Soutenance d’Amandine Diener

L’enseignement de l’architecture à l’Ecole des beaux-arts au XXe siècle. Une lecture des règlements et de la pédagogie (1863-1968)

Amandine Diener

préparée sous la direction d’Anne-Marie Châtelet (ENSAS, EA 3400 ARCHE).
Elle aura lieu à l’ENSAS le lundi 26 juin 2017 à 13 heures, en salle 601 (La Fabrique)

devant un jury composé de Karen Bowie (ENSA Paris-La-Villette), Daniel Le Couédic (Université de Bretagne Occidentale), Richard Klein (ENSAP Lille), Nicolas Bourguinat (Université de Strasbourg), Thierry Verdier (Université Paul-Valéry Montpellier) et Anne-Marie Châtelet (ENSA Strasbourg).

Résumé de la thèse :

La thèse interroge la formation des architectes à l’Ecole des beaux-arts au vingtième siècle en privilégiant deux orientations qui fondent une histoire réglementaire et une histoire de la pédagogie. D’un côté, les archives de l’Ecole des beaux-arts et ses règlements font émerger les moments de réforme et de débats comme les phases de stabilité. D’un autre côté, l’enseignement de la théorie de l’architecture éclaire certaines pratiques pédagogiques, notamment à l’articulation entre les cours et les concours d’émulation. Ce regard croisé entre histoire règlementaire et pédagogique traduit l’évolution et les continuités d’un enseignement. Ainsi sont évaluées les capacités de l’institution à se réformer et à questionner ses traditions académiques au fil du temps. Du berceau parisien aux antennes provinciales, des enjeux scolaires à ceux de la profession, des cours aux concours, est ici proposée une lecture inédite de certains traits de l’enseignement de l’architecture à l’Ecole de beaux-arts au XXe siècle.

 

Soutenance d’Olivia Chambard

La fabrique de l’homo entreprenans.
Sociologie d’une politique éducative aux frontières du monde académique et du monde économique
 
Olivia Chambard
La soutenance aura lieu le vendredi 30 juin 2017, à 14 heures, à l’École Normale Supérieure en salle des Actes (45, rue d’Ulm, 75005 Paris)
 
 
Jury :
 
M. Jean-Michel EYMERI-DOUZANS, professeur de science politique, Sciences Po Toulouse
M. Jean-François GIRET, professeur de sciences de l’éducation, université de Bourgogne
M. Mathias MILLET, professeur de sociologie, université François-Rabelais de Tours (rapporteur)
M. Michel OFFERLÉ, professeur de science politique émérite, École normale supérieure (directeur de la thèse)
Mme Sabine ROZIER, maîtresse de conférences en science politique, université Paris-Dauphine
M. Pierre-Paul ZALIO, professeur de sociologie, École normale supérieure Paris-Saclay (rapporteur)
 
Résumé de la thèse :
 
Cette thèse prend pour objet la diffusion dans les grandes écoles et les universités de modules de sensibilisation et de formation à « l’entrepreneuriat » ou à l’ « esprit d’entreprendre » destinés aux étudiants. Articulant science politique, sociologie de l’éducation et sociologie économique, ce travail retrace la genèse d’un problème public, sa mise en politique publique, et sa traduction en curriculum pour produire des conduites économiques d’un type particulier. 
Basé sur une enquête combinant méthodes qualitatives (entretiens, observations, archives) et quantitatives (passage et traitement de questionnaires), cette recherche montre, d’une part, comment certains espaces de l’enseignement supérieur se transforment sous l’effet de l’appropriation de cette nouvelle mission éducative et, d’autre part, comment le projet d’éduquer à l’entreprise se voit à son tour transformé par sa mise en forme scolaire et académique. Par ailleurs, ce travail établit que, si l’acclimatation de l’entrepreneuriat dans l’enseignement supérieur est rendue possible par la variété des usages dont il fait l’objet dans cet espace, ceux-ci ne sont toutefois jamais en mesure de modifier radicalement la signification d’un projet d’ « éducation au libéralisme » dont le cadre sémantique s’est cristallisé de longue date. 
En proposant une sociologie historique et politique de l’éducation à l’entrepreneuriat, cette thèse entend renouveler la connaissance de l’enseignement supérieur de deux façons : d’abord, en en donnant à voir des espaces et des acteurs jusqu’ici mal connus ; ensuite, en étudiant conjointement des dimensions rarement appréhendées ensemble (politiques universitaires et contenus d’enseignement). Ce faisant, ce travail contribue à la compréhension des mécanismes sociaux de production, de circulation et de légitimation de croyances et de pratiques économiques propres au capitalisme contemporain.

Thèse soutenue – Filles et fils d’immigrés à l’université : le cas lyonnais 1950-1990, Hacina Ramdani

Billet proposé par Hacina Ramdani

Filles et fils d’immigrés à l’université : le cas lyonnais 1950-1990 – Résumé

Thèse réalisée sous la direction de Gérard Noiriel et soutenue à l’EHESS le 14 octobre 2016 en histoire et civilisations.

La massification de l’enseignement secondaire depuis les années 1960 et supérieur beaucoup plus récemment, ne doit pas masquer que les inégalités devant l’enseignement sont encore très prégnantes. Pourtant, certains parviennent à échapper aux mécanismes de la reproduction scolaire. Nous nous sommes intéressés dans cette étude à ces trajectoires déviantes. Notre recherche est une monographie qui a pour objet le suivi rétrospectif d’une cohorte d’enfants d’immigrés ayant accédé à l’université (de) Lyon (2) au cours des années 1950 à 1990. Nous avons cerné le profil de ces enfants d’immigrés puis « reconstitué » leurs parcours scolaires et universitaires afin de mettre en lumière l’influence de la démocratisation scolaire, des origines nationale et sociale, du genre, du passé scolaire des enfants d’immigrés sur leur devenir mais également d’interroger le rôle de l’environnement familial et extra familial, ainsi que l’implication de ces filles et fils d’immigrés dans leur scolarité. L’université est une étape importante, voire déterminante dans la vie mais elle reste néanmoins transitoire. Continuer la lecture de « Thèse soutenue – Filles et fils d’immigrés à l’université : le cas lyonnais 1950-1990, Hacina Ramdani »

Soutenance d’Yves Verneuil, La représentation des professeurs de lycée (1880-1940)

Lundi 7 décembre (Sorbonne, salle des Actes, 15h30), Yves Verneuil (maître de conférences, Université de Reims), soutiendra son HDR sur le thème “Corporatisme, amicalisme et syndicalisme : la représentation des professeurs de lycée (1880-1940)“, sous la direction de Jean-Noël Luc.

Jury:

  • Pr. Gilles BAILLAT, Président de l’Université de Reims Champagne-Ardennes
  • Pr. Philippe BUTON, Université de Reims Champagne-Ardennes
  • Recteur Jean-François CHANET, IEP de Paris
  • Pr. Jean-François CONDETTE, Université d’Arras
  • Pr. Jean-Noël LUC, Université Paris-Sorbonne
  • Pr. André D. ROBERT, Université Lumière Lyon 2

Soutenance de Matthieu Devigne, Une histoire de l’École entre Vichy et République, 1938-1948

Lundi 23 novembre, Matthieu Devigne a soutenu sa thèse “Classe de guerre. Une histoire de l’École entre Vichy et République, 1938-1948” réalisée sous la co-direction de Jean-Noël Luc et de Laurent Douzou

Jury:

  • Pr. Jean-François CONDETTE, Université d’Arras
  • Pr. Laurent DOUZOU, IEP de Lyon (co-directeur)
  • Pr. Yvan JABLONKA, Université Paris XIII
  • Pr. Jean-Noël LUC, Université Paris-Sorbonne
  • Pr. Bruno POUCET, Université d’Amiens
  • Dr. Henry ROUSSO, directeur de recherche CNRS ‒ IHTP-Paris