Soutenance de thèse: Les lettrés vietnamiens et le confucianisme à l’épreuve de l’agression occidentale

Lê Phuôc Hông a soutenu sa thèse (sous la direction de Jean-Yves Mollier):  « Les lettrés vietnamiens et le confucianisme à l’épreuve de l’agression occidentale : crises, changements et permanences (1858-1945)« , le lundi 3 novembre 2014, à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Membres du jury :

  • Pierre BROCHEUX, Professeur Emérite, à l’Université Paris Diderot Paris VII – Rapporteur
  • Trinh VAN THAO, Professeur Emérite, à l’Université d’Aix Marseille – Rapporteur
  • Jean-Yves MOLLIER, Professeur des Universités, à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines – Directeur de thèse
  • Jean-Claude YON, Professeur des Universités, à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines – Examinateur

Résumé :
Le Confucianisme fait partie intégrante de la culture vietnamienne. En fait, importées au Vietnam dès les premiers jours de la domination chinoise il y a plus de 2000 ans, les doctrines confucéennes commencèrent à obtenir une place dominante dans l’éducation et la politique nationales au XVe siècle. La dernière monarchie du Vietnam, celle des Nguyễn, fut fondée au XIXe siècle. Elle choisit le Confucianisme comme base idéologique de son régime. Les concours confucéens, servant à recruter les fonctionnaires d’Etat, furent alors rétablis. La société fonctionnait alors sous le signe du Confucianisme. La colonisation française devait interrompre ce processus. Les Français importèrent en effet leur système éducatif et imposèrent leur domination politique. Comment réagirent les lettrés confucéens vietnamiens ? Ils n’avaient pas une même attitude face au nouveau contexte historique, divisés entre l’ancien et le nouveau, entre la résistance et la collaboration, entre la sauvegarde ou l’abandon du système confucéen. Au début du XXe siècle, en 1919, les derniers concours confucéens se déroulèrent au Vietnam. Après cette date, les lettrés vietnamiens continuèrent à se diviser sur la voie du salut national, et l’un d’entre eux, Hồ Chí Minh a réussi dans sa voie révolutionaire avec le marxisme-léninisme qui gouverne encore le Vietnam de nos jours. Continuer la lecture de « Soutenance de thèse: Les lettrés vietnamiens et le confucianisme à l’épreuve de l’agression occidentale »

Prix Robert Mallet d’histoire de l’éducation

Le rectorat de l’académie d’Amiens lance le Prix Robert Mallet d’histoire de l’éducation, qui récompense, sous forme de publication chez Encrage, une thèse de doctorat.

La thèse porte sur un sujet d’histoire de l’éducation quelle que soit la période et  l’aire géographique considérées. Cette thèse devra avoir été soutenue dans une université française. Ce prix remis tous les deux ans le sera  pour la première fois en mars 2015. Les thèses devront avoir été soutenues avant le 31 décembre de l’année précédant la remise du prix (thèses 2013 et 2014 pour le prix 2015).

Les candidats adressent un résumé de la thèse pour le 1er décembre 2014 au plus tard (même si la thèse n’est pas encore soutenue) au cabinet du recteur en indiquant la liste des membres du jury, la mention et un résumé (ce.recteur@ac-amiens.fr). Le président, le vice-président et le secrétaire examinent la recevabilité de la candidature pour le prix. Les candidats adressent ensuite un exemplaire de la thèse à chacun des rapporteurs qui seront désignés par le rectorat. Il est demandé aux candidats d’adresser aux rapporteurs de préférence une thèse imprimé en recto-verso. Quel que soit le résultat du prix, le tapuscrit ne sera pas retourné aux candidats.

Thèses soutenues récemment

Mounier Al Ahmad, « La politique linguistique de la France en Syrie durant le mandat (1920-1946) », sous la direction de Jérôme Grévy.
Thèse soutenue le 12 juin 2013 à l’Université de Poitiers
Jury : Bernard Lachaise, PR Bordeaux 3, Yves Denéchère, PR Angers, Jérôme Bocquet, PR Orléans, Jérôme Grévy, PR Poitiers

Résumé : Entre 1920 et 1946, la Syrie fut placée sous mandat français. La charte du mandat a fait du français la langue officielle du pays. Ces recherches analysent la manière dont la France a organisé le Haut-commissariat, et en particulier le service de l’instruction publique, qui, à son tour, a organisé l’enseignement dans le but de faciliter la propagation de la langue française. La politique linguistique appliquée fut différente selon la nature des école. Dans l’Etat de la Syrie, le français occupait une place variant entre langue étrangère et langue des sciences dans l’enseignement officiel. Dans les autres états, spécialement celui des Alaouites, le français était la langue de l’enseignement ; ainsi la France espérait-elle se créer en Syrie une clientèle qui dépende d’elle, comme c’était le cas des Maronites au Liban. La France comptait sur les écoles privées, principalement sur les écoles privées françaises, pour enseigner le français : elle les a placées sous son propre contrôle, les a soutenues financièrement, leur a fourni du matériel pédagogique ; elle les a dotées de professeurs français, leur a accordé des bourses, et enfin elle a rendu les diplômes de ces écoles plus prestigieux que ceux des écoles officielles. À la fin du mandat, la Syrie a remanié l’organisation française, refaisant du français une langue étrangère et réduisant l’enseignement dans les écoles privées.

———————————–

Soutenance de thèse: Femmes d’action ». Parcours d’enseignantes d’EPS en France

Loïc Szerdahelyi soutiendra, le 11 juin 2014, sa thèse consacrée à «Femmes d’action ». Parcours d’enseignantes d’EPS en France, des recrutements séparés à la mixité des concours (1941-1989) »

Jury :
  • Monsieur Philippe Liotard, Maître de Conférences Université Claude Bernard Lyon 1
  • Madame Christine Mennesson, Professeur des Universités Université Toulouse 3
  • Monsieur Luc Robene, Professeur des Universités Université de Bordeaux 2
  • Madame Rebecca Rogers, Professeur des Universités Université Paris Descartes
  • Madame Michelle Zancarini-Fournel, Professeur des Universités Emérite Université Claude Bernard Lyon 1

Le 11 juin 2014 à 9 heures, Salle Elise Rivet, Institut des Sciences de l’Homme 14, Avenue Berthelot, Lyon 7ème

Soutenance de thèse: L’école, exception médiatique

Yann Forestier, soutiendra le 19 juin 2014, sa thèse consacrée à « L’École, exception médiatique. La presse face aux enjeux des changements pédagogiques, 1959-2008« , sous la direction de Jean-Noël Luc et Bruno Poucet.

Jury:

  • Christian Delporte, Professeur d’Histoire à l’Université de Versailles-Saint-Quentin en Yvelines
  • Jean-Noël Luc, Professeur d’Histoire à l’Université Paris-Sorbonne
  • Pascal Ory, Professeur d’Histoire à l’Université Panthéon-Sorbonne, rapporteur
  • Bruno Poucet, Professeur de Sciences de l’éducation à l’Université de Picardie-Jules Verne
  • André Robert, Professeur de Sciences de l’éducation à l’Université Lumière-Lyon 2, rapporteur

Jeudi 19 juin 2014 – 14h30, Université Paris-Sorbonne, 1, rue Victor Cousin – 54 rue Saint-Jacques – M° 10 Cluny-La Sorbonne – RER B Luxembourg
Salle J 636

Thèse en cours: La langue, l’école et la nation. Histoire sociale et politique comparée des professeurs de lettres de l’enseignement secondaire public en Belgique et en Italie au XIXe s.

Mara Donato Di Paola prépare une thèse sous la direction de Cécile Vanderpelen-Diagre (Université Libre de Bruxelle) sur le thème: « La langue, l’école et la nation. Histoire sociale et politique comparée des professeurs de lettres de l’enseignement secondaire public en Belgique et en Italie au XIXe siècle (1850-1914)« .

Présentation:

Ce projet a pour ambition d’éclairer un aspect encore largement méconnu de l’histoire politique et sociale des bourgeoisies éduquées en Europe au XIXe siècle : le rôle joué par l’enseignement des lettres dans les écoles secondaires publiques dans le processus de construction de l’identité nationale, par le biais de l’enseignement des langues nationales et de la promotion de la culture humaniste par les professeurs. Cette recherche prendra la forme d’une étude comparée de cette problématique en Belgique et en Italie durant la période (1850-1914), au cours de laquelle les deux pays se trouvent dans des situations très comparables. Il s’agit en effet de deux États jeunes confrontés aux réalités du multilinguisme. Mené en s’appuyant sur une série de travaux sur l’histoire belge et italienne, l’histoire de l’enseignement dans les deux pays et l’histoire des bourgeoisies éduquées en Europe, le projet s’articule autour de trois axes de recherche. Le premier concerne le contexte politique et institutionnel : le développement progressif d’un enseignement étatique, la professionnalisation de la carrière professorale, l’évolution des programmes d’enseignement dans le domaine des lettres. Le deuxième axe concerne le rôle de l’enseignement des langues nationales dans le processus de construction de l’identité nationale dans les deux pays. Le troisième axe porte sur la fonction et la figure des professeurs de lettres en tant qu’intelligentsia promotrice de la culture humaniste.

 

Thèses soutenues 2012 et 2013 (histoire contemporaine)

  • Patricia Ducret (Uzenat), Les professeurs de l’université de Paris au XIXe siècle et le droit romain – Université de La Rochelle, soutenue le 16 novembre 2012
  • Romain Faure, Les réseaux de la diplomatie culturelle. La révision internationale des manuels scolaires en Europe 1945-1989 – Université de Paris 1, soutenue le 25 juin 2013
  • Ismaïl Ferhat, Socialistes et enseignants : le Parti socialiste et la Fédération de l’Education nationale de 1971 à 1992 – Sciences Po, Paris, soutenue le 12 novembres 2013
  • David Mastin, Ecoles de musique en Grande Guerre – Université de Paris X, soutenue le 19 décembre 2012
  • Marie Siniscalco, Les bibliothèques militaires dans la formation académique des officiers français au XIX siècle (1789-1914) -Université du Maine, Le Mans,  soutenue le 10 décembre 2012

Soutenance de thèse: Construire la société scientifique par l’école

Catherine Radtka soutiendra, le mardi 10 décembre 2013, sa thèse sous la direction de Dominique Pestre (EHESS) intitulée : »Construire la société scientifique par l’école. Angleterre, France et Pologne au prisme des manuels de science pour les élèves ordinaires (1950-2000)« ,

Jury:

  • Catherine Allamel-Raffin, Maître de conférences à l’Université de Strasbourg
  • Renaud d’Enfert, Maître de conférences HDR à l’Université de Cergy-Pontoise (rapporteur)
  • Hélène Gispert, Professeur à l’Université Paris Sud 11
  • Dominique Pestre, Directeur d’études à l’EHESS
  • Bruno Strasser, Professeur à l’Université de Genève (rapporteur)

Résumé: La science a pris, dans les sociétés contemporaines, une importance primordiale. En parallèle, l’enseignement des sciences s’est imposé dans les cursus de la scolarité obligatoire. Pourtant, alors que l’enseignement des sciences au niveau supérieur est l’objet d’une historiographie déjà riche, les travaux concernant l’enseignement des sciences destiné à un public de masse sont beaucoup plus rares. Cette thèse s’efforce de combler cette lacune et de problématiser l’existence d’un enseignement des sciences dans les cursus de formation les plus généralistes et les plus fréquentés par les élèves.
L’étude est centrée sur trois pays européens – la France, la Pologne et l’Angleterre – analysés à la fin des années 1950 et dans les années 2000. Elle s’attache à un objet particulier, le manuel scolaire, pour éclairer les dynamiques qui façonnent les représentations collectives de la science. Elle lie ainsi l’histoire des sciences à l’histoire de l’enseignement et du livre et de l’édition pour analyser la manière dont, dans la seconde moitié du XXe siècle et en Europe, la science est institutionnalisée auprès des élèves ordinaires comme une source de savoir sûr et un mode supérieur de connaissance du monde et de soi.
À travers la comparaison dans l’espace et dans le temps, ce travail montre comment les élèves ordinaires sont invités à participer à la construction de sociétés scientifiques, et insiste sur les particularités du discours sur la science tenus dans les différents contextes. Il met en évidence la similarité des projets éducatifs des années 1950 et souligne ensuite l’hétérogénéité qui caractérise le discours sur la science dans les années 2000.

La soutenance aura lieu le mardi 10 décembre 2013, à 13h30, au Centre Alexandre Koyré, 27 rue Damesme, 75013 Paris (métro Tolbiac). La salle se trouve au rez-de-chaussée.

Soutenance de thèse: Genre, savoir et citoyenneté. Les enjeux politiques de l’éducation des filles (de 1789 aux années 1820

Caroline Fayolle soutiendra sa thèse de doctorat, sous la direction de Michèle Riot-Sarcey (U. Paris VIII) sur « Genre, savoir et citoyenneté. Les enjeux politiques de l’éducation des filles (de 1789 aux années 1820)« , le mardi 26 novembre 2013.

Jury :

  • M. Jean-Claude CARON, Professeur, histoire contemporaine, Université Blaise Pascal-Clermont-Ferrand II
  • Mme Dominique GODINEAU, Professeure, histoire moderne, Université Rennes 2
  • M. Jean-Clément MARTIN (rapporteur), Professeur, histoire contemporaine, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Mme Michèle RIOT-SARCEY (directrice de la thèse), Professeure, histoire contemporaine, Université Paris 8
  • Mme Rebecca ROGERS (rapporteur), Professeure, histoire de l’éducation, Université Paris Descartes
  • M. Pierre SERNA, Professeur, histoire moderne, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

La soutenance aura lieu le mardi 26 novembre 2013 à partir de 10h30 dans la salle des thèses de l’espace Gilles Deleuze (bâtiment A) de l’Université Paris 8 (ligne 13, station Saint-Denis Université).

Soutenance de thèse: Le livre du monde : voyage et éducation à l’Âge classique

Juliette Morice soutiendra, le 29 novembre 2013, sa thèse de doctorat en philosophie, intitulée « Le livre du monde : voyage et éducation à l’Âge classique« .

jury:

  • M. Didier Deleule – Professeur émérite à l’Université Paris 10-Nanterre
  • M. Laurent Jaffro – Professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • M. Denis Kambouchner – Professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • M. Bernard Sève – Professeur à l’Université Lille 3 Charles De Gaulle
  • Mme Mariafranca Spallanzani – Professeur à l’Università di Bologna

Résumé:

Entre le milieu du XVIe siècle et la fin du XVIIIe siècle, la question des voyages est en Europe l’objet de disputes passionnées : y a-t-il de bonnes raisons de voyager « pour soi »? Continuer la lecture de « Soutenance de thèse: Le livre du monde : voyage et éducation à l’Âge classique »

Soutenance de thèse: Les sciences humaines (pédagogie-psychologie-sociologie) dans la formation des maîtres de l’enseignement primaire (1920-1969)

Emmanuelle Guey soutiendra, le jeudi 28 novembre 2013, à 14h, sa thèse sous la direction de Antoine Savoye (U. Paris VIII) sur le thème: « Les sciences humaines (pédagogie-psychologie-sociologie) dans la formation des maîtres de l’enseignement primaire (1920-1969) : étude historique sur une institutionnalisation discontinue »

Jury :

  • Jean-François CONDETTE, Professeur en Histoire contemporaine, Université d’Artois
  • Pierre KAHN, Professeur en Sciences de l’éducation, Université de Caen Basse Normandie
  • Dominique OTTAVI, Professeur en Sciences de l’éducation, Université Paris Ouest Nanterre La Défense
  • Antoine SAVOYE, Professeur en Sciences de l’éducation, Université Paris 8 Saint-Denis

Résumé:
Cette thèse a pour objet l’étude du phénomène d’institutionnalisation discontinue de trois disciplines (pédagogie-psychologie-sociologie) dans la formation des maîtres du primaire, articulée à l’histoire spécifique de l’enseignement de la science de l’éducation à la Sorbonne, entre 1920 et 1969. Le corpus étudié est composé des curricula officiels de formation (curriculum formel) mis en rapport avec leurs vulgarisations éditoriales (manuels scolaires). Éclairée par des biographies, l’analyse de ce corpus montre que ces disciplines sont à la résultante d’enjeux politiques, scientifiques, et pédagogiques. Considérés comme des constructions sociales, ces curricula apparaissent comme des marqueurs identitaires d’une époque. Accédant au statut de sciences appliquées (1920-1940), intégrées dans la formation des maîtres, elles s’autonomisent de la matrice universitaire, puis s’émancipent au point de devenir de nouvelles matières (1947-1969). Ce processus fait apparaître le domaine de la formation des instituteurs comme un lieu producteur de sciences hybrides (psychopédagogie, sociopédagogie). Alors que l’après-guerre favorise ce dynamisme créatif, ces dernières ne bénéficieront pas d’une réelle reconnaissance académique. C’est plutôt à une dissolution des sciences humaines au sein de la formation des maîtres à laquelle on assiste qu’à leur consolidation. Plus que simple étude du transfert de disciplines du supérieur au primaire, cette thèse explique un processus complexe et non linéaire de co-construction des savoirs du maître articulant la définition de nouveaux contenus de formation à visée professionnelle et la structuration des sciences humaines dans le champ académique.

La soutenance publique se tiendra à l’université Paris 8 – 2, rue de la Liberté – 93526 Saint-Denis.
Salle des thèses – Espace Deleuze – Bâtiment A, 1er étage (Face Amphi A2).

Thèse en cours: L’ecole sous Vichy. L’action publique éducative à l’épreuve du quotidien, 1940-1944

Juliette Fontaine travaille à une thèse de science politique sous la direction de Brigitte Gaïti (U. Paris I) sur le thème: « L’ecole sous Vichy. L’action publique éducative à l’épreuve du quotidien, 1940-1944« 

Présentation:

L’objet de notre thèse est d’étudier l’école primaire élémentaire durant la période de Vichy. Familier du grand public ce sujet – très peu étudié spécifiquement – n’est essentiellement connu qu’à travers les propos du Maréchal Pétain (moralisme, propagandisme, autoritarisme) donc du point de vue des discours politiques de l’Etat vichyste. Or, ces discours sont loin de renvoyer à une réalité effective tant du point de vue des décisions prises par le gouvernement en ce domaine que du point de vue du quotidien scolaire. Nous situant à la suite des travaux qui déconstruisent l’Etat autoritaire à l’aide des outils de la sociologie de l’action publique, nous étudions – au delà des discours – ce qu’est très concrètement la politique éducative du régime de Vichy dans ses différentes dimensions.

Ainsi, des décisions prises au sommet de l’Etat à la réalité concrète de la classe en passant par les différents niveaux de mise en œuvre, notre étude a pour but de comprendre  quelles sont les réformes scolaires entreprises et quels sont les moyens employés par le gouvernement pour transformer l’école (1), qui sont les réformateurs à la tête du ministère de l’Education nationale (2), comment et pourquoi cette réforme se recompose aux différents échelons de l’administration intermédiaire (3), comment et pourquoi les instituteurs réagissent durant cette période troublée (4) et, enfin, quelle est la réalité quotidienne des classes saisie dans des contextes différents (5).

Pour ce faire, nous travaillons à partir des archives du ministère de l’Education nationales, des archives départementales de la Seine, du Cher et de l’Aude – régions spécifiques sur lesquelles porte notre recherche – et réalisons des monographies historiques d’une ville et d’un village situés dans lesdits départements, en croisant, dans chaque cas, les archives municipales des communes étudiées et celles de deux de leurs écoles (l’une de filles, l’autre de garçons) avec la parole de témoins encore vivants (instituteurs et élèves) et leurs archives personnelles.

Thèse soutenue: Robert Owen, pédagogue de la modernité ?

Marie Vergnon soutiendra, le 12 décembre 2013 à l’université de Lorraine, sa thèse en sciences de l’éducation préparée sous la direction de Loïc Chalmel, consacrée à « Robert Owen, pédagogue de la modernité ?« .

Présentation:
Le personnage de Robert Owen (1771-1858) est associé à l’histoire de la scolarisation de la petite enfance grâce à la création de l’Infant School de New Lanark en Écosse (1816). Cette école n’était cependant que la première étape de son projet. Le réformateur social souhaitait changer la société par l’éducation : son oeuvre pédagogique se révèle donc bien plus vaste. Notre travail de recherche se propose d’éclairer ses réalisations éducatives destinées à l’ensemble de la population.
Owen considérait cependant son expérience écossaise comme un « compromis » avec sa philosophie sociale. Nous avons donc tenté de comprendre ses conceptions théoriques au-delà de ce qu’il put mettre en œuvre.Il revendiquait l’originalité de ses propositions. Celles-ci sont interrogées à l’aune du courant pédagogique majeur des 18ème et 19ème siècles, celui de la modernité éducative (Hameline ; Houssaye).

Par ailleurs, un article sur cette Infant School vient de paraître dans la revue Recherches et éducation. Il est disponible en ligne en version intégrale:
Marie Vergnon (2013). « Robert Owen, James Buchanan et l’Infant School de New Lanark« , Recherches en éducation, n° 17, octobre 2013, pp. 149-161.

Soutenance de thèse: Pratiques éducatives et bien-être de l’enfant à l’école : la contribution de l’Éducation nouvelle (1910-2010)

Fabienne Serina-Karsky soutiendra, le 11 décembre 2013, sa thèse sous la direction d’Antoine Savoye (U. Paris VIII) sur le thème: « Pratiques éducatives et bien-être de l’enfant à l’école : la contribution de l’Éducation nouvelle (1910-2010). Pour un nouveau paradigme éducatif« .

Résumé: Les pratiques éducatives qui favorisent le bien-être de l’enfant à l’école constituent l’objet de cette thèse. Celle-ci s’inscrit dans le champ des recherches qui, en sciences de l’éducation, traitent des innovations et transformations pédagogiques. Elle participe également de la visée d’une « école suffisamment bonne » telle que l’appelle de ses voeux Jeanne Moll. Dans cette optique, notre recherche porte sur les écoles se réclamant aujourd’hui du courant historique de l’Éducation nouvelle. Le bien-être de l’enfant à l’école est inscrit au coeur de leur pédagogie, et elles s’efforcent d’être moins des établissements répondant à la « forme scolaire » (Guy Vincent) que des « communautés éducatives » respectueuses de chacun. Bien que peu nombreuses, elles actualisent le paradigme de l’Education nouvelle forgé au début du XXe siècle, centré sur l’enfant et son bien-être, et qui définit un cadre scolaire nouveau adapté à cette finalité. Continuer la lecture de « Soutenance de thèse: Pratiques éducatives et bien-être de l’enfant à l’école : la contribution de l’Éducation nouvelle (1910-2010) »

Thèse soutenue: Lycées en ville, villes au lycée. Les lycées innovants des villes nouvelles de la région parisienne au cours des années 1970

Sylvie Zenouda a soutenu, le jeudi 27 juin 2013, sa thèse consacrée aux « Lycées en ville, villes au lycée. Les lycées innovants des villes nouvelles de la région parisienne au cours des années 1970 » sous la direction de Jean-Noël Luc (Université Paris-Sorbonne).

Jury:
Anne-Marie Châtelet, professeure d’histoire et de culture architecturales, École nationale supérieure d’architecture de Strasbourg
Jean-François Condette, professeur d’histoire contemporaine, Université d’Artois
Tristan Lecoq, Inspecteur général de l’Éducation nationale d’histoire et géographie
Jean-Noël Luc, professeur d’histoire contemporaine, Université Paris-Sorbonne
Loïc Vadelorge, professeur d’histoire contemporaine, Université Paris-Est

 
Résumé:
Après une période de construction scolaire massive et industrialisée, depuis le début des années 1960, la monotonie architecturale et la qualité insuffisante des bâtis sont mises en cause, vers 1970, tandis que, dans les villes nouvelles, les aménageurs recherchent des constructions différentes, voire exemplaires, dans le cadre contraignant du VIe Plan (1971-1975) mais grâce aux recherches architecturales liées aux efforts de rénovation pédagogique. Le sujet a été étudié à partir des fonds des Archives nationales et départementales, des travaux officiels sur l’évaluation des villes nouvelles et des témoignages de plusieurs acteurs et témoins. Les trois premiers lycées construits en villes nouvelles (1973, les Sept Mares à Saint-Quentin-en-Yvelines ; 1975, Parc des Loges à Évry ; 1978, Alfred Kastler à Cergy-Pontoise) représentent des avancées décisives dans une conception renouvelée des espaces scolaires et de la liaison ville-lycée.

Soutenance de thèse: Les CEMEA et leur action en Europe et en Afrique de 1937 à la fin du XXe siècle

Geneviève Vannini soutiendra sa thèse « Les CEMEA et leur action en Europe et en Afrique de 1937 à la fin du XXe siècle. Une contribution originale à la diffusion de l’éducation nouvelle« , sous la direction de Jean-Noël Luc (université Paris-Sorbonne) le mercredi 22 mai 2013 à 15h (RDC – au fond à gauche – escalier C).

Jury:
Rainer Hudemann, professeur d’histoire contemporaine, Université Paris-Sorbonne
Ivan Jablonka, maître de conférences HDR à l’Université du Maine
Jean-Noël Luc, professeur d’histoire contemporaine, Université Paris-Sorbonne
Rebecca Rogers, professeure d’histoire de l’éducation, Université Paris V
Antoine Savoye, professeur d’histoire de l’éducation, Université Paris VIII

Sommaire:
Chapitre I – La naissance des CEMEA
Chapitre II – Le rayonnement au-delà des frontières
Chapitre III – La poursuite de l’expansion des CEMEA en Europe
Chapitre IV – Les CEMEA et les échanges franco-allemands
Chapitre V – La recherche de nouveaux partenaires européens
Chapitre VI – Le renouvellement de la pédagogie
Chapitre VII – L’ouverture à une Europe élargie
Chapitre VIII – L’Afrique : la découverte d’un continent, 1944-1980
Chapitre IX – La diffusion de l’éducation nouvelle en Afrique et dans l’Océan indien, 1975-1990
Chapitre X – L’éducation en Afrique, un enjeu majeur pour les CEMEA

Thèse en cours: Enseigner le droit public à Paris sous la IIIe République

Guillaume Richard travaille à une thèse sur « Enseigner le droit public à Paris sous la IIIe République » à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, sous la direction d’Éric Millard et Jean-Louis Halpérin (Centre de Théorie & Analyse du droit).

Présentation :

L’objet de cette recherche est de s’interroger, à partir de l’exemple parisien, sur la construction du droit public sous la IIIe République, à une période où ce champ se constitue en discipline universitaire à part entière face aux matières dominant l’enseignement juridique au XIXe siècle : le droit romain et le cours de Code civil. Les sources nombreuses pour cette période offrent une diversité permettent d’aborder tant les évolutions institutionnelles affectant l’enseignement juridique et les carrières professorales (archives de la Faculté de droit et d’autres établissements d’enseignement supérieur, dossiers administratifs individuels, etc.) que le contenu des cours (à partir des programmes d’examens ou des sténographies de cours, particulièrement nombreuses dans l’entre-deux-guerres).

La Faculté de droit de Paris est sous la IIIe République le principal établissement français d’enseignement juridique, accueillant près de la moitié des étudiants en droit de France : elle exerce à ce titre une influence majeure dans la constitution du droit public. Cela amène à s’interroger sur sa position académique, en concurrence avec d’autres établissements comme l’École libre des sciences politiques ou l’Institut catholique (fondés dans les années 1870), et sur le rôle qu’elle joue dans la réforme des diplômes nationaux en droit à la fin du XIXe siècle, qui généralisent le droit public en licence (en 1889) et aboutissent à la création d’une mention de sciences politiques dans le doctorat juridique (en 1895). Continuer la lecture de « Thèse en cours: Enseigner le droit public à Paris sous la IIIe République »

Thèse en cours: Les sciences humaines dans la formation des maîtres du premier degré

Emmanuelle Guey travaille à une thèse sous la direction d’Antoine Savoye (université Paris VIII) sur « Les sciences humaines dans la formation des maîtres du premier degré : des savoirs appliqués aux sciences de l’éducation (1920-1970) ».

Présentation:

L’objet de cette thèse est l’étude historique des éléments, de pédagogie, de psychologie et de sociologie appliquées à l’enfant ou à l’éducation inscrits dans les programmes des Ecoles normales d’instituteurs entre 1920 et 1970. Continuer la lecture de « Thèse en cours: Les sciences humaines dans la formation des maîtres du premier degré »