AàC – L’autorité en éducation : figures, variations, recomposition (Université Jean Monnet, 27-28 juin 2018)

Appel à communications complet

Les propositions de communication sont attendues pour le lundi 4 février 2019, dernier délai. Elles sont à envoyer à : Philippe Foray (philippe.foray [at] univ-st-etienne.fr). Elles devront comporter les éléments suivants : le nom et les coordonnées du ou des auteurs (institution,adresse mail), une bibliographie succincte, une présentation de la communication (2000 signes maximum) et 5 mots-clefs. Les propositions seront anonymées et examinées par deux membres du comité scientifique. Les avis seront communiqués aux auteur(e)s le 11 mars 2019. Un résumé substantiel de la communication (6000 signes) devra être envoyé pour le 3 juin 2019. Langues : français, anglais

AàC – La diplomatie culturelle depuis 1945 dans le monde : rayonnement, influence, coopération.

 En France, l’étude de la diplomatie culturelle, au croisement entre les domaines de l’histoire culturelle et l’histoire des relations internationales, est un champ de recherche relativement récent et encore peu exploité. Quelques ouvrages collectifs tentent d’aborder la diplomatie culturelle d’un point de vue global depuis les années 2010 [Dulphy, et al., 2010; Dubosclard, et al., 2002], mais l’étude de la diplomatie culturelle reste essentiellement fragmentaire, par le biais d’études de cas. L’historiographie des Etats-Unis est plus fournie, à travers des études sur le soft power [Nye, 2004], sur l’usage de la culture durant la Seconde Guerre mondiale (par le biais de l’agence United States Office of War Information) ou dans le contexte de la Guerre froide (propagande anti-communiste et mise en avant du modèle démocratique occidental). Ailleurs, la faiblesse de l’historiographie dans ce domaine tient peut-être aux formes et enjeux multiples de la diplomatie culturelle, à son développement récent (deuxième moitié du XXème siècle) ou à la difficulté d’en donner une définition générique.

Continuer la lecture de « AàC – La diplomatie culturelle depuis 1945 dans le monde : rayonnement, influence, coopération. »

Colloque – Subjectivité et inégalités dans les expériences d’apprentissage, XVIIIe-XXIe siècles (UPJV, 29 nov. 2018)

Programme complet

L’idée du colloque est de réfléchir sur les aspects et contenus subjectifs des expériences d’apprentissage prises au sens large, c’est-à-dire pouvant concerner les apprentissages en cadre institutionnel ou aussi bien ceux autodidactes ou informels et apparemment « hors-normes ». Que signifie apprendre du point de vue du sujet ? Quelles économies émotionnelles, relationnelles, décisions intimes, déplacements, renoncements peut-être, s’opèrent alors ? Et quelle est la manière dont le sujet se relate à lui-même cette expérience ? Inévitablement, une expérience en nom propre s’écarte par son irréductible singularité des chemins balisés et porte toujours une potentialité de remise en question. Et cela d’autant plus si cette expérience se signale par sa marginalité, qu’il s’agisse d’un handicap avéré, d’un positionnement social, d’un choix idéologique ou simplement d’un trajet original de vie ou de démarche, tant il est vrai que cette marginalité doit se conjuguer au pluriel. Mais, en même temps, apprendre est toujours accepter l’idée d’une norme dont on ne décide pas et au contraire que l’on intègre en limitant une part de sa liberté de sujet. C’est ce jeu entre liberté subjective, écart critique et normalisation qu’il s’agira d’explorer. La palette des possibilités sera très variée,depuis la littérature éducative, le roman dit d’apprentissage jusqu’aux innovations pédagogiques ou éducatives les plus diverses en passant par les expériences inclassables où se jouent les fondements du rapport au savoir et du rapport maître/élève. Par là, l’expérience de ces marginalités peut se révéler instructive pour les processus d’apprentissage en général ou de formation de la subjectivité

JE – Le curriculum en France : quelles actualités, quelles perspectives ? (31 jan. 2018, Université Paris-Descartes)

Programme complet et informations

Bulletin d’inscription

Depuis le tournant des XXe-XXIe siècles, de nombreuses réformes en France refondent etre configurent la scolarité obligatoire, l’enseignement en lycée général et technologique, les formations en lycée professionnel, les cursus universitaires ou les formations supérieures. Ces transformations constituent un changement de grande ampleur, parfois explicitement indexé aux termes « curriculum » ou « curricula » jusqu’alors méconnus voire ignorés ou dédaignés en France malgré ses usages anciens et ordinaires à la fois au plan international et dans des formations professionnelles en France. L’émergence du curriculum dans les discours politiques français s’inscrit dans la circulation d’idées au sein de l’Union européenne et au-delà, et dans la diffusion de réflexions, d’études et de recherches publiées dans des ouvrages ou articles. Associée aux réformes des programmes et des plans d’études, cette orientation curriculaire promeut un renversement de pensée afin de réinventer l’éducation et les formations du XXIe siècle. Curriculum, contenus, disciplines et compétences s’entremêlent ainsi dans les recherches à dominante sociologique, didactique, politique ou historique et dans les réflexions et interventions programmatiques des instances et des experts chargés de la définition de l’enseignement et des formations scolaires. L’objectif central de cette journée d’étude est de réunir les chercheurs et les experts engagés à des degrés divers dans des travaux, réflexions ou actions sur la thématique du/des curriculum/des curricula afin de croiser, caractériser et positionner les recherches et leurs orientations théoriques et méthodologiques.Cette journée d’étude, centrée sur la préoccupation générale « Le curriculum en France :quelles actualités, quelles perspectives ? » est organisée en trois tables rondes successives :

1. Curriculum : qui, pour quoi faire, pour quoi dire ?

2. Curriculum : comment, quelle organisation et quelle cohérence d’ensemble ?

3. Curriculum : quelles mises en œuvre, quels équilibres, quelles frontières ?

AàC de la revue « L’Année sociologique » – Sens de la justice et sélection des étudiant.e.s dans l’enseignement supérieur

Soumission des articles et calendrier

Les propositions de contribution (entre 1000 et 1 500 mots maximum, bibliographie non incluse), en français ou en anglais, devront être adressées à Madame Delphine Renard (delphine.renard [at] paris-sorbonne.fr) au plus tard le 15 mars 2019. Elles seront examinées et sélectionnées par les coordinateurs du numéro. La notification d’acceptation sera rendue au plus tard le 4 mai 2019.Les auteurs dont la proposition aura été retenue devront soumettre leur article au plus tard le 15 novembre 2019. La longueur ne devra pas dépasser 65 000 signes (espaces, bibliographie et figures compris). Chaque article sera ensuite évalué, de manière anonyme, par le comité de rédaction de L’Année sociologique. Nous invitons les auteurs intéressés à consulter les règles de soumission sur la page de L’Année sociologique sur le site des PUF : http://www.puf.com/L’Année_sociologique. La publication dunuméro est prévue pour l’automne 2020.

Colloque – Academic Freedom Under Threat: Roots, Responsibilities, Reactions (ULB, 10-11 déc. 2018)

Informations et programme

Qu’est ce que la liberté académique et quelles sont les atteintes qui lui sont portées ? Fondement de la vie intellectuelle dans l’université et dans la société, condition essentielle pour une recherche et un enseignement de qualité, la liberté académique se trouve aux prises avec des menaces plus ou moins explicites, plus ou moins ciblées, dans divers pays du monde, transcendant la frontière entre monde démocratique et monde nondémocratique. Se distinguant de la liberté d’expression par ses spécificités, elle est le viatique central de toute la vie de l’université. Sans celle-ci, la progression de la recherche et la transmission sont toujours malmenées, souvent compromises et parfois impossibles. Or, c’est bien contre la liberté académique que se multiplient ces derniers temps des attaques de types divers. L’enjeu de ce colloque, qui rassemble chercheurs et témoins d’horizons très variés, est de proposer une analyse conceptuelle de la notion, resituée dans une perspective socio-historique, avant d’aborder les différents contextes qui produisent des menaces sur la liberté académique. Ces contextes sont très différents, allant du conflit armé et du post conflit, à la non protection par l’Etat, voire à la criminalisation des chercheurs par celui ci, sans oublier les pressions économiques, sociales ou idéologiques qui pèsent sur l’université. Cette typologie croise la question des régimes politiques et de leurs évolutions. Si la répression de la liberté académique en régime autoritaire obéit à une logique contextuelle, certaines situations sont plus contre-intuitives. Ainsi la liberté académique peut-elle se développer en situation de conflit armé dans des sphères inattendues, et se trouver sous le coup de pressions diverses dans un contexte démocratique, lorsque s’exercent des pressions économiques, ou de groupes hostiles à certaines aires de recherche, comme le genre, l’évolution ou les migrations. En outre, la passivité de l’Etat dans certains contextes traversant les frontières entre démocratie et autoritarisme peut s’avérer complice de menaces dès lors que l’Etat ne protège pas activement et explicitement les chercheurs menacés. Sans prétention à l’exhaustivité, les intervenants aborderont ainsi des cas d’études de différents pays, notamment la Russie le Liban, l’Azerbaïdjan, la Chine, l’Iran, la Hongrie, la Turquie, la Belgique et d’ autres pays encore. Le colloque sera clos par une table ronde qui fera le point sur les engagements actuels et passés en faveur de chercheurs en danger, ce qui devrait permettre d’envisager des pistes d’actions futures.

AàC pour un n° de la revue « Études sociales » – Populariser l’enseignement du droit, de l’économie politique et de l’économie sociale au XIXe siècle (1814-1914). Jalons pour une recherche

Appel à communications complet

Les propositions d’articles sont à envoyer, accompagnées d’un bref CV, aux trois coordinateurs du dossier avant le 15 octobre 2019. Les articles retenus seront présentés lors d’une journée d’étude organisée l’Université de Lille 2 en avril 2020. Ils seront ensuite présentés pour évaluation à la revue le 15 mai 2020. Ils feront alors l’objet d’une double évaluation à l’aveugle par le comité de rédaction des Études sociales, comme l’exigent les règles de la revue. Ils peuvent alors être acceptés sans modification, acceptés sous réserve de modifications ou refusés.

  • Anne-Sophie Chambost : anne.sophie.chambost [at] univ-st-etienne.fr
  • Laetitia Guerlain : laetitia.guerlain [at] u-bordeaux.fr
  • Farid Lekéal : farid.lekeal [at] univ-lille.f

Appel à participation pour un réseau européen « Politiques scolaires, écoles et publics scolaires en Afrique sub-saharienne (milieu du XIXe siècle – années 1970) »

Cet appel nous a été transmis par Jean-Luc Martineau, maître de conférences à l’INALCO.

Argumentaire : we would like to set up a European research group on History of Education in Africa (19th-21st C.) through the AEGIS network. We believe that the History of Education brings a unique perspective to understand nation-buildings, imperialism, and the structuring of societies; and then the political, economical, social, and cultural dynamics of colonial
and post-colonial Africa. While outstanding researches do exist, we notice that the field of History of Education in Africa is not structured and lacks the stimulation of intensive scientific discussions. That is why we need to foster international collaborations.

The first step to organize this research network will be a workshop held in Paris in March-April 2019. The second step will be a structuring panel at the Edinburgh ECAS conference in 2019. Of course, this focus on History do not exclude collaborations with colleagues from other disciplines, as long as a strong historical perspective characterize their work. In this way, our aim is to propose, in the coming years, a new pluridisciplinary AEGIS collaborative Research Group that would bring together all researchers of the AEGIS network already involved in the educational researches. The first aim of this email is to collect data on on-going research on the History of Education in Africa and to identify colleagues who may be interested by this future collective project.

As for now, among possible themes:

  • circulation of policies (aims, concepts, and practices) between colonial headquarters, universities, institutes of education, and colonies.
  • quantitative approach of schooling equipment in Africa since mid-19th century.
  • male and female actors of education policies in Africa and their training abroad.
  • impacts on individual and collective identities and on local/regional politics.
  • social and economic changes for people before and after independence up to the end of the 1970s.

AàC – Colloque international : « Patrimoine, philanthropie et mécénat, XIXe-XXIe siècle. Dons et legs en faveur de l’enseignement, de la recherche et des institutions de conservation » (Paris, 12-13 déc. 2019)

Colloque international  de la Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (BIS) 

En Sorbonne, Grand Salon  
les 12 et 13 décembre 2019

Modalités de réponse : les propositions de communication, sous la forme d’un résumé de 15 lignes maximum, accompagnées d’une notice bio-bibliographique succincte, sont à adresser à Stéphanie Méchine, service des archives du rectorat de Paris, avant le 15 décembre 2018 (ce.archives [at] ac-paris.fr).

Argumentaire : prenant appui sur la figure de la marquise Arconati Visconti, grande mécène de l’enseignement supérieur, la chancellerie des universités de Paris, en collaboration avec son service des archives et la bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (BIS), organise un colloque intitulé « Patrimoine, philanthropie et mécénat, XIXe-XXIe siècle. Dons et legs en faveur de l’enseignement, de la recherche et des institutions de conservation ».  
Ce colloque s’attachera en premier lieu à améliorer la connaissance de la place qu’a eue en France la philanthropie sur la constitution, au XIXe et au XXIe siècles, du patrimoine de l’enseignement et, en particulier, de celui de l’enseignement supérieur et de la recherche, mais également de celui des musées, des bibliothèques et des archives. Plusieurs études récentes ont en effet rappelé que les collections de toute nature (archéologiques, artistiques, scientifiques, etc.) des musées s’étaient, au cours de cette période, notablement accrues par le biais de dons et legs de collections privées et que le mécénat occupait ainsi une place considérable dans l’enrichissement du patrimoine public.

De nombreux établissements d’enseignement, tant à Paris qu’en région, ont également bénéficié de dons et legs, permettant à ceux-ci de participer plus largement à la transmission des savoirs. Toutefois, peu de travaux ont jusqu’à présent été menés sur ce second volet, alors même que le mécénat en faveur des institutions d’enseignement, de recherche et de culture a notamment pu se manifester par la construction de bâtiments, l’établissement d’instituts de recherche ou encore la fondation de prix ou de bourses d’études et de voyages destinés aux étudiants et chercheurs, permettant ainsi de favoriser la transmission des savoirs. 

Sont attendues des contributions sur l’apport du mécénat pour la constitution ou l’accroissement du patrimoine des établissements d’enseignement et de recherche, des musées, des bibliothèques et des archives sur l’ensemble du territoire et des ressorts des académies. Sont également souhaitées des communications permettant 

de préciser le contexte politique, économique, intellectuel et social de ces donations, d’apporter des éclairages sur la personnalité et les motivations de ces « bienfaiteurs », « bienfaitrices » et philanthropes et de contribuer à la mise en évidence d’éventuels « réseaux » de donateurs. La question du mécénat féminin, saisie dans une perspective diachronique, pourra faire l’objet d’une attention particulière. 

On pourra également établir des comparaisons avec d’autres pays afin d’identifier d’éventuels particularismes de la France dans ce domaine. 

Ce colloque s’inscrit dans un cycle de manifestations pour le développement du mécénat en faveur de l’enseignement et de la recherche et, plus largement, des institutions culturelles publiques. Il sera suivi en particulier d’une exposition autour de la marquise Arconati Visconti au musée des Arts décoratifs. Cette exposition physique sera accompagnée d’une exposition virtuelle. La numérisation de la correspondance reçue par la marquise conservée à la bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne sera lancée dans le cadre de ce cycle et ce, afin de mettre à la disposition des chercheurs cette source de premier ordre sur l’histoire culturelle et politique du dernier tiers du XIXe siècle. 

Le colloque prévu en aval de la soirée de remise des prix de la chancellerie des universités, se tiendra en Sorbonne dans les grands salons les 12 et 13 décembre 2019.  

Comité scientifique :

  • Françoise Banat-Berger, conservateur général du patrimoine (archives), directrice des Archives nationales
  • Catherine Mérot, conservateur général du patrimoine (archives), responsable du département de l’Éducation, de la culture et des affaires sociales aux Archives nationales ;
  • Geneviève Bresc-Bautier, conservateur général émérite du patrimoine (musées), ancien directeur du département des sculptures, musée du Louvre ;
  • Laurence Bobis, conservateur général des bibliothèques, directrice de la Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne,
  • Jacqueline Artier, conservateur en chef des bibliothèques
  • Isabelle Diry, conservateur en chef des bibliothèques, département des manuscrits et du livre ancien ;
  • Michelle Bubenicek, directrice de l’Ecole nationale des chartes ;
  • Anne-Elisabeth Buxtorf, conservateur en chef des bibliothèques, directrice de la bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art ;
  • Thérèse Charmasson, conservateur en chef honoraire du patrimoine (archives), conseiller scientifique ;
  • Olivier Gabet, conservateur général du patrimoine (musées), directeur du musée des Arts décoratifs
  • Anne Forray-Carlier, conservateur en chef du patrimoine en charge du département Moyen Age et Renaissance et du département des XVIIe et XVIIIe siècles ;
  • Adrien Goetz, maître de conférences, université Paris-Sorbonne, membre de l’Académie des beaux-arts ;
  • Dominique Kalifa, professeur d’histoire contemporaine, université Paris-I Panthéon-Sorbonne directeur du Centre d’histoire du XIXe siècle ;
  • Stéphanie Méchine, responsable du service des archives du rectorat et de la chancellerie des universités de Paris ;
  • Dominique Poulot, professeur d’histoire de l’art, université Paris-I Panthéon-Sorbonne.

AàC – Le manuel scolaire, normes disciplinaires et forme scolaire : enjeux et défis à l’heure du numérique (Montpellier, 16-17 mai 2019)

Argumentaire : depuis 1992, les journées Pierre Guibbert sont des journées d’études centrées sur les manuels scolaires dans une optique résolument pluridisciplinaire. En 2019, deux journées d’études auront lieu à Montpellier les 16 et 17 mai intitulées : « le manuel scolaire, normes disciplinaires et forme scolaire : enjeux et défis à l’heure du numérique ». Dix ans après la mort d’Alain Choppin, chercheur pionnier dans le champ de l’analyse quantitative du manuel scolaire nous souhaitons centrer nos réflexions sur l’importance du manuel scolaire dans les systèmes scolaires autour de la thématique des liens entre manuels scolaires, normes disciplinaires, forme scolaire et humanités numériques. Alors que le manuel semble être un objet scolaire jugé incontournable par la plupart des systèmes éducatifs, la question se pose en effet de savoir dans quelle mesure le manuel reflète un rapport spécifique non seulement aux savoirs, mais aussi à l’organisation scolaire et aux formes scolaires, d’autant que le concept des humanités numériques interroge la nature et la place des manuels dans l’enseignement.

AàC / CfP – « Private Partners and Profits in Public Schools: New Challenges », Journal of Educational Administration and History

Appel à contributions : In the past two decades, the decline in public resources for schools around the world has been offset by a growth in private sources of funding and new roles for private actors and organizations. These trends have received some favorable responses from public school communities because they often yield much-needed financial and/or human resources for cash-strapped public schools. Nonetheless, these forms of education privatization has been critiqued for worsening disparities between school communities of different levels of wealth, and for creating financial conditions that are insecure because of the irregular contributions of private donors. Other concerns have been raised about private business ethos and practices entering into the public education system because they alter how public schools are conceived, perceived, experienced, and managed. Such concerns have been expressed in the growing field of scholarship on the privatization of education. The purpose of this Call for Papers is to elicit manuscripts for a special issue of the Journal of Education Administration and History that will contribute to the scholarship of education privatization by providing localized analyses that can deepen the field’s understanding of this global phenomenon.

Continuer la lecture de « AàC / CfP – « Private Partners and Profits in Public Schools: New Challenges », Journal of Educational Administration and History »

JE – Les rapports à l’école comme rapports à l’État (Paris, 9 oct. 2018)

Cette journée d’étude s’inscrit dans le cadre de la recherche collective « Pratiques et représentations ordinaires des gouvernés face à l’État » (PROFET). Ce projet, coordonné par Alexis Spire, étudie, de manière transversale à plusieurs institutions et services publics, comment les populations gouvernées perçoivent et se confrontent concrètement au pouvoir étatique. Il regroupe une douzaine de chercheuses.rs issu.e.s des laboratoires IRIS, CESAER, CERAPS et CRESPPA-CSU. Il s’organise en équipes étudiant respectivement : les rapports à la police et à la gendarmerie ; les rapports à l’impôt et à l’administration fiscale ; les rapports à la justice ; les rapports à l’école. Le projet PROFET articule un volet quantitatif (enquête Preface, réalisée via le dispositif Elipss) à des enquêtes de terrain.

https://facealetat.hypotheses.org/

Organisée par l’équipe qui étudie les rapports des usagers à l’institution scolaire, basée au CRESPPA-CSU (L. Barrault-Stella, P. Bongrand, C. Hugrée et Y. Siblot), cette journée vise à interroger les relations entre écoles et familles sous l’angle des rapports à l’État. Elle contribue, au-delà du cas de l’école, à l’approche comparative et transversale des rapports, variés et spécifiques, aux institutions étatiques.

Contacts :  lorenzo.barrault-stella [at] cnrs.fr;  philippe.bongrand [at] u-cergy.fr; cedric.hugree@cnrs.fr yasmine.siblot [at] univ-paris8.fr

Accès :  Centre CNRS Pouchet, 59/61 rue Pouchet, 75017 Paris Métro Brochant ou Guy Môquet (ligne 13), bus 66 (arrêt Jonquière) http://www.pouchet.cnrs.fr/acces/

Continuer la lecture de « JE – Les rapports à l’école comme rapports à l’État (Paris, 9 oct. 2018) »

Colloques au Centre Alexandre-Koyré (21 sept. et 5 oct. 2018)

Le premier est un colloque international sur le thème « Savoirs, mondialisation, gouvernement des sociétés et des environnements » qui se tiendra le 21 septembre au Centre Alexandre Koyré, 27 rue Damesme, 75013 Paris. Y interviendront Wenzel Geissler, Diana Davis, Mike Hulme et Vera Tolz.

Le second événement est un colloque d’hommage à la carrière de Dominique Pestre, il se tiendra le 5 octobre à l’EHESS, 105 bd Raspail, 75006 Paris, Amphithéâtre Furet. Y interviendront Simon Schaffer, Roger Chartier, Amy Dahan, John Krige, Bruno Latour, Dominique Pestre et Anne Rasmussen.

AàC – « Sortir de l’école. Jeunesse et éducation postcoloniale en Cote d’Ivoire » (Bouaké, 24-26 jan. 2019)

Ce colloque international vise à revisiter l’étude de la formation des jeunes au sens large et à permettre à l’histoire de la pédagogogie de sortir de l’école.

Cette conférence est destinée à des chercheurs et chercheuses de différentes nationalités qui s’intéressent à l’éducation ivoirienne en contexte postcolonial avec une perspective historique.

Les résumés des propositions de communication (200 à 300 mots) doivent être envoyés par courrier électronique avant le 15 septembre 2018.

Colloque – Pour une histoire des puni· es dans les institutions disciplinaires en Europe aux XIXe et XXe siècles (Grenoble, 27-28 sept.)

Jeudi 27 et vendredi 28 septembre 2018, colloque organisé par  l’Université Grenoble Alpes, le LARHRA  et le Centre d’histoire  du XIXe siècle.

Le colloque se déroulera salle Jacques Cartier, Maison des Langues  et des Cultures, Université Grenoble Alpes, 1141 Avenue Centrale,  38400 Saint-Martin-d’Hères. 

Il est organisé par Elsa Génard  (Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre d’histoire du XIXe siècle), Amélie Nuq (Université Grenoble Alpes, LARHRA) &  Mathilde Rossigneux-Méheust  (Lyon 2, LARHRA) dans le cadre du projet  de recherche sur l’histoire des micropénalités dans les institutions disciplinaires en Europe  (XIXe-XXe siècles).

Continuer la lecture de « Colloque – Pour une histoire des puni· es dans les institutions disciplinaires en Europe aux XIXe et XXe siècles (Grenoble, 27-28 sept.) »

Colloque – Le moment 68 à Lyon en milieu scolaire, universitaire et éducatif. Contestations, mutations, résistances, trajectoires (Lyon 2, 30 et 31 oct. 2018)

La question se pose de savoir si des convergences ont eu lieu entre les différents mouvements (et pas seulement entre le mouvement étudiant et le mouvement ouvrier), ce qui justifie le cadre lyonnais, assez riche. Le colloque étudiera les contestations, mais aussi les mutations induites dans les pratiques et les usages professionnels à la suite du moment mai 1968. Il s’interrogera également sur les résistances. Enfin, à partir de récits de vie, il s’intéressera aux trajectoires individuelles.

Le colloque est ouvert à tous, mais pour des raisons de sécurité il est demandé de s’inscrire à l’avance à l’adresse suivante : yves.verneuil [at] univ-lyon2.fr
Le programme est ci-dessous ou sur calenda.org

Continuer la lecture de « Colloque – Le moment 68 à Lyon en milieu scolaire, universitaire et éducatif. Contestations, mutations, résistances, trajectoires (Lyon 2, 30 et 31 oct. 2018) »

AàC – « Passages, transferts, trajectoires en éducation » (Genève, 24-25 juin 2019)

Argumentaire :  le but de ce colloque est d’étudier sous un angle historique la façon dont les idées, les connaissances et les pratiques en éducation sont élaborées et transformées à travers des processus d’échanges et de circulation multiformes, à des échelles temporelles et géographiques variées, du local au transnational, et dans des contextes politiques également variés (nationaux, coloniaux, impériaux). Il invite à analyser la façon dont des conceptions éducatives, sous forme de savoirs et de pratiques, ont été diffusées, discutées, interprétées, et parfois retraduites, mésinterprétées ou détournées. Sans négliger les investigations relatives aux institutions et figures majeures, aux œuvres et doctrines remarquables, il s’agira aussi d’être attentif à la façon dont les conceptions éducatives sont prises dans des maillages d’échanges, dans des phénomènes de circulation, de réinvention ou de traduction complexes qui impliquent des acteurs parfois trop vite jugés mineurs. On s’intéressera ainsi à la façon dont des doctrines de grande proximité ont pu conduire à des engagements différents ou à des pratiques divergentes. Les questions éducatives concernées peuvent être scolaires ou non scolaires. Les méthodologies de recherche permettant une observation systématique des réseaux, notamment les cartographies, pourront constituer des ressources contribuant à élucider les itinéraires et stratégies des acteurs.
À partir – et au-delà – des formes et des modalités de circulation, une attention particulière sera portée à ce qui circule comme à ceux qui circulent : les conceptions éducatives ainsi que les savoirs, discours et formes argumentaires mobilisés à l’appui des conceptions et des pratiques, mais aussi les acteurs qui portent, transmettent, diffusent ces conceptions, ces savoirs, ces discours.