AàC – La relation maîtres/étudiants (1850-1950), revue « Les études sociales »

  • Deadline : 1er mai 2019
  • Envoi des 1re versions : 1er novembre 2019

Argumentaire

Ce dossier à paraître dans Les Etudes sociales (1er semestre 2020) voudrait se focaliser sur la fonction enseignante dans les sciences sociales entre 1850 et 1950 sous l’angle de la transmission, en interrogeant ses formes et ses contenus. On oublie souvent que la plupart de ceux qui font figure de « maîtres » dans la mémoire collective des sciences sociales furent très souvent aussi des enseignants. L’historiographie néglige cette dimension du magistère et par là l’activité d’enseignement ; elle néglige ainsi les cours et leurs contenus, les publics et leur rôle stimulant. Si l’on connaît les auteurs par leur « œuvre », que sait-on de leur activité de transmission dans le « face à face pédagogique », de leur ressenti, de leurs étudiants, de la marque qu’ils eurent sur eux (et réciproquement), de l’influence, de l’empreinte qu’ils ont pu exercer les uns sur les autres ? Le but de ce dossier est de lever un coin du voile sur cette dimension négligée de l’histoire des sciences sociales, pourtant riche de promesses.

Colloque – De la loi Astier au baccalauréat professionnel. Les jeunes et le travail : apprentissages, formation et orientation professionnelle (Lyon, 5-6 juin 2019)

Argumentaire

Comment la prolongation des scolarités et les mutations économiques et techniques ont-elles transformé les relations entre les jeunes, la formation professionnelle initiale et le travail ? Un siècle après la loi Astier du 25 juillet 1919, étape majeure, en France, par la première définition de l’enseignement technique inscrite dans la loi et l’obligation de la formation pour les garçons et les filles de moins de 18 ans employé·es dans le commerce et l’industrie qu’elle fournit, et un siècle également après la loi du 2 août 1918 sur l’enseignement agricole, le colloque prévu en juin 2019 s’intéressera à l’histoire des formations professionnelles au XXe siècle. À différentes échelles, en prêtant attention à la diversité des formations et de leurs publics ainsi qu’aux transformations du marché du travail, l’objectif consistera, à travers l’histoire des formations professionnelles, à approfondir la connaissance des relations complexes entre les jeunes et le travail au XXe siècle, en replaçant la situation française dans une perspective internationale.

Débat – Qu’est ce qu’une université de « rang mondial » ?

Depuis le début des années 2000, les universités françaises ont subi de profondes transformations : fusions, création de méta-établissements financés par les plans d’investissements d’avenir (PIA) : IDEX, LABEX, EQUIPEX, mais aussi primes d’excellence, encouragement à la création d’entreprise, etc. L’objectif affiché par les décideurs publics est, à travers ces transformations, d’amener un certain nombre d’établissements français à atteindre « un rang mondial », sur un supposé marché globalisé de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR). Université de « rang mondial », world class university en VO : à quoi renvoie cette expression qui fait désormais florès ? Si Harvard, Stanford, Oxford ou Cambridge viennent immédiatement à l’esprit pour illustrer cette vue, quel sens lui donner dans le contexte français ? Pourquoi et comment la rhétorique de l’excellence internationale s’est-elle imposée dans les cénacles politiques de l’ESR ? Au-delà du rang dans le classement de Shangaï, régulièrement mis en avant, quels sont lignes directrices des réformes les plus récentes ?

Une douzaine d’années après la mise en place de la LRU, cette séance du séminaire Politique des Sciences propose, en faisant débattre chercheurs, acteurs de l’ESR et décideurs politiques, de questionner le développement des « universités de rang mondial ».

  • Christine Barats (Maître de conférences HDR, Université Paris Descartes, Céditec), « Construction médiatique du classement de Shanghai »
  • Hugo Harari-Kermadec et Romain Avouac (ENS Paris Saclay), « Classement de Shanghai et polarisation sociale du système universitaire français »
  • Christine Musselin (Directrice de recherche CNRS, Centre de Sociologie des Organisations, Sciences Po), « Se mettre à l’IDEX ou être mis à l’index. Conformations, appropriations et résistances aux instruments d’action publique dans trois sites d’enseignement supérieur »
  • Thierry Coulhon (Conseiller Education, Enseignement Supérieur, Recherche et Innovation à la présidence de la République), « Peut-on construire en France des universités de rang mondial ? »

La séance aura lieu le 14 février, de 17h à 21h en salle Lombard, au 96 bd Raspail, EHESS.

Bien cordialement, Arnaud Saint-Martin, pour PDS

AàC – « Corporate Influence on Science and Regulation » (New Orleans, 2019)

Ce panel veut rassembler les chercheurs qui s’intéressent à la question de l’influence des intérêts économiques sur la science, la politique et la régulation, autour de 3 axes de recherche, (1) en discutant les notions et les cadres analytiques utilisés pour étudier l’influence industrielle (capture, conflit d’intérêts, biais, production de l’ignorance, hégémonie) ; (2) en analysant les mécanismes de l’influence (stratégies de financement, portes tournantes, ghostwriting, lobbying, menaces ou représailles) ; et (3) en étudiant la production de politiques qui visent à contrôler l’influence, ainsi que les mobilisations qu’elle suscite.

Les propositions, de 250 mots maximum, devront résumer l’argument déployé, la méthodologie mobilisée, ainsi que sa contribution aux réflexions proposées par le panel. Attention, la date limite de soumission est fixée au 1er février 2019.

N’hésitez pas à nous écrire si vous avez des questions, nous attendons vos propositions avec impatience ! Henri Boullier (henri.boullier [at]parisdescartes.fr)Boris Hauray (hauray [at] ehess.fr)

27. Corporate Influence on Science and Regulation
The influence of corporate interests – most notably from the cigarette, chemical, pharmaceutical, and food industries – on science and on health and environmental regulation has attracted a growing media and public attention. STS research has explored this issue in different ways, for example through the analysis of the impact of industry-funding on scientific publications, the study of corporate-biases in the production regulatory standards, or more broadly by questioning the commercialization of science. Lately, considerations on the politics, and power relationships, at play in the production of scientific knowledge have been renewed by the emergence of a “new political sociology of science”. This panel wants to bring together researchers taking on board the question of corporate influence on science and public regulation, and proposes to do so by following three lines of research: (1) first, by opening up a discussion on the notions and theoretical frameworks used to analyze industry or business influence (including, but not limited to: regulatory capture, conflict of interest, bias, production of ignorance, hegemony); (2) second, by studying the social mechanisms it involves (for instance, funding strategies, revolving-door dynamics, ghostwriting, lobbying, or threats and retaliations); (3) third, by analyzing production of policies aiming at controlling corporate influence, and the social mobilizations it triggers. More generally, the panel aims at helping the development of inter-sectoral and international comparison, and consequently welcomes papers that analyze the aforementioned corporate strategies in various industrial sectors and in various geographical areas of the global North and South.

AàC – Journée de jeunes chercheur.e.s de l’Institut de géographie de Paris : « Compter, classer, catégoriser Approche, usage et critique de la hiérarchisation » (6 avr. 2019, Institut de Géographie, Paris)

L’utilisation et la formulation de catégories afin de penser le réel structurent largement l’activité de recherche en sciences sociales et en sciences de la nature. Implicitement ou explicitement, l’usage de ces catégories repose sur des hiérarchisations, qu’il s’agisse d’en produire pour ordonner les phénomènes étudiés ou de mettre en cause des processus de domination. L’objectif de cette journée est d’inciter les jeunes chercheur.e.s à explorer cette tension entre catégorisation et hiérarchisation. Il s’agit autant de questionner ce que ces procédés permettent de penser (organiser/différencier) que d’interroger leurs effets (domination/contestation) ou encore de proposer des alternatives. Cette année, la JIG vous propose de repenser, à partir de vos problématiques de recherche, des concepts structurants dont la portée varie du général au particulier. Nous invitons les jeunes chercheur.e.s en sciences humaines et sociales et en sciences de la nature (docteur.e.s, doctorant.e.s, étudiant.e.s de Master 2) à articuler, s’il.elle.s le souhaitent, leurs réflexions autour de trois grands axes.

Continuer la lecture de « AàC – Journée de jeunes chercheur.e.s de l’Institut de géographie de Paris : « Compter, classer, catégoriser Approche, usage et critique de la hiérarchisation » (6 avr. 2019, Institut de Géographie, Paris) »

AàC – « Classer, déclasser, reclasser », congrès de l’Association française de sociologie (Aix-en-Provence, 27-30 août 2019)

Vous trouverez en ci-dessous l’appel à communications du RT 4 – Sociologie de l’Education et de la Formation pour le prochain congrès de l’Association Française de Sociologie « Classer, déclasser, reclasser », qui se tiendra à Aix en Provence du 27 au 30 août 2019. Le dépôt des propositions se fait uniquement via le site de l’AFS ( https://afs-socio.fr/rt/rt4/ ), entre le 15 janvier et le 15 février 2019. A la fin de cet appel « Classes et classements en éducation et formation », vous trouverez en outre les appels à communications pour deux sessions communes avec respectivement le RT 50 et les RT 25 et 46

  1. « Classer, déclasser, reclasser », congrès de l’Association française de sociologie (Aix-en-Provence, 27-30 août 2019)
  2. Socialisations enfantines et classements
  3. La professionnalisation des formations et des diplômes de l’enseignement supérieur et ses effets de classement

AàC – Welcoming displaced scholars : between soft power diplomacy, solidarity and policy making. Policy discourse and critical policy research (26, 27 et 28 juin 2019, Montréal)

  • Chair : Pascale Laborier (Paris Nanterre/ISP/UPL), Asli Vatansever (Berlin/RE:WORK), Esmeray YOGUN (Paris CNAM)
  • Deadline : 30 janvier 2019

CALL FOR PAPER : This panel is dedicated to the analysis of the development of historical, sociological, political and economic approaches both in public policies and private initiatives for supporting refugees and displaced scientists.   Our purpose is to stimulate an exchange of ideas on the issue of displaced academics on a historical, theoretical as well as public policy-level. Offering a multidisciplinary platform for discussion, this panel aims to analyze the conditions on the policy and practical level, as well as the causes and consequences of various challenges currently facing endangered scholars. It aims at contributing to the discourse on displaced academics on several interrelated levels. All paper proposals welcome that reflect a wide variety of perspectives on endangered scholars and practice, especially those that deal with theoretical and practical issues. This panel seeks to stimulate an exchange of ideas on the issue of displaced academics on a historical, theoretical as well as public policy-level local or national. For this purpose, we encourage paper proposals exploring the limits of the existing coping mechanisms such as the short-termed philanthropic initiatives or at-risk-fellowship grants to endangered scholars. Research questions in this panel include but are not limited to the following topics: 

  • Forced academic migration in historical perspectiveo  Limits and opportunities of the existing rescue mechanisms for endangered scholars
  • The issue of academic migration from the view of the academic labor markets in the receiving countries 
  • Possible results of academic migration for the future of knowledge production and academic exchangeo  The challenges on the policy-level
  • Discussion of integration policies of the EU and other host countries (Are those host countries prepared enough to channel the highly skilled labor force they are receiving into their innovative sectors?)
  • Comparative integration policies in and out of EUThe main task of the panel consists to discuss the methods and the concepts of a political sociology perspective on the policy process.
  • All papers which can contribute theoretically, methodologically or empirically to this approach are welcome. 
  • Submission of papers that reflect a wide array of approaches to the solutions existing or in progress and potential perspectives to address the welcoming of endangered scholars will also be encouraged.
Continuer la lecture de « AàC – Welcoming displaced scholars : between soft power diplomacy, solidarity and policy making. Policy discourse and critical policy research (26, 27 et 28 juin 2019, Montréal) »

AàC – « The History of Educational Funding : Models, Debates and Policies », ISCHE 2019

Clémence Cardon-Quint nous signale : vous trouverez en cliquant sur ce lien (https://www.ische.org/histed-funding-cfp-ische-41/) l’appel à communication du groupe de travail de l’ISCHE sur l’histoire du financement de l’éducation ( » The History of Educational Funding : Models, Debates and Policies in an International Perspective (1800-2000) »), en prévision de la conférence de l’ISCHE qui se tiendra à Porto en juillet 2019.Vous pouvez vous abonner à la liste de diffusion de ce groupe de travail sur la page : https://groupes.renater.fr/sympa/info/h_fundingeducation.

JE – La sélection dans l’enseignement supérieur : des dispositifs aux pratiques (Université Paris-Dauphine, 7 et 8 fév. 2019)

Jeudi 7 février 2019

  • Introduction 9h-9h30 Séverine Chauvel (LIRTES, UPEC) et Elise Tenret (IRISSO, Paris Dauphine)

SESSION 1 : histoire

9h30-12h30 Discutante : Christine Musselin (Sciences Po, CSO, CNRS), présidente de séance : Marianne Blanchard (CERTOP, UT2J)

  • Siyu Li (CMH, CLERSÉ), « Entre la centralisation et la décentralisation : l’introduction et la réintroduction du concours national du Gaokao en Chine »
  • Delphine Raccurt (CESSP), « Des modes d’existence d’un instrument d’affectation de la population bachelière. Les enjeux d’une lecture en miroir de l’histoire sociotechnique et de la mise en politique de la plateforme Admission Post-bac »
  • Etienne Bordes (FRAMESPA), « Une grande conversion ? La ‘sélection’ dans les débats de la CPU (1971-2007) »
  • Gaële Goastellec (LACCUS-UNIL), « Une sociohistoire de l’accès en Europe : l’impact des événements historiques sur les appartenances sociales des étudiants admis »
Continuer la lecture de « JE – La sélection dans l’enseignement supérieur : des dispositifs aux pratiques (Université Paris-Dauphine, 7 et 8 fév. 2019) »

JE – Comprendre et combattre la sous‐représentation des filles en sciences dans les ENS (23 jan. 2018, ENS Paris-Saclay)

Les candidat es ne représentent que 16 % des inscrit-es au concours X-ENS dans la filière MP, et seulement 6 à 10% des admis-es selon les écoles, l’ essentiel de leur éviction se jouant au moment de l’ admissibilité, c’ est-à-dire des épreuves écrites. Cette sous-représentation aux différentes étapes du concours se traduit par leur faible représentation au sein des ENS. Dans la perspective de combattre cette situation, il apparaît nécessaire de comprendre quelles en sont les causes et les modalités et de réfléchir aux actions qui pourraient être entreprises. Depuis le début de l’année 2016, un groupe de travail regroupant plusieurs responsables, enseignant-es-chercheur-es et jeunes chercheur-es des ENS de Lyon, Paris-Saclay et Rennes, auxquelles s’ ajoutent occasionnellement des représentant-es d’ associations professionnelles scientifiques et des inspecteurs généraux de l’Éducation nationale, se réunit régulièrement autour des enjeux de l’ égalité entre femmes et hommes dans les filières scientifiques des ENS, en premier lieu dans les concours de la filière MP de la banque X-ENS, où l’ exclusion des filles est particulièrement prononcée. Ce groupe a fonctionné à travers des réunions de travail régulières, donnant lieu à des présentations de données récent es, de travaux statistiques et des discussions sur les enjeux multiples de l’ analyse des processus générateurs de ces inégalités systématiques. Cette journée d’ études se propose de revenir sur les travaux engagés et d’ initier les élément s de la réflexion sur les pistes à poursuivre.

JE – Les rapports de présentation, témoins du renouvellement des chaires au Collège de France (23 jan. 2019)

Mercredi 23 janvier 2019, 14h-18h30
11, place Marcelin-Berthelot, 75005, Salle 4

  • 1
  • 4h Ouverture par Antoine COMPAGNON, Collège de France
  • 14h15 « Rome au Collège de France, entre l’époque de la Révolution et le xxe
    siècle. Une évolution rapide » John SCHEID, Collège de France
  • 15h « Création de la chaire d’Histoire des religions (1880). Autour du rapport de Jules Soury » Patrick HENRIET, EPHE
  • 15h45 « L’art d’inventer en mathématique selon Szolem Mandelbrojt en 1946 »
  • Éric BRIAN, EHESS
  • 16h30 Pause
  • 16h45 « Étienne Gilson : La philosophie au tournant des années 1940 » Alain DE LIBERA, Collège de France
  • 17h30 « La technologie philosophique de Martial Gueroult selon Louis Lavelle » Giuseppe BIANCO, Université de São Paulo
  • 18h15 Conclusion

AàC – Revue « Penser l’éducation », philosophie de l’éducation et histoire des idées pédagogiques

La revue Penser l’éducation est une revue scientifique à comité de lecture international, adossée au laboratoire de sciences de l’éducation CIRNEF Normandie Université. Cette revue en langue française est classée comme revue référente par l’HCERES, pour le domaine des sciences de l’éducation, depuis 2009. 

Sans contrainte thématique, la revue accueille uniquement des articles varia et des comptes rendus de lecture s’inscrivant en philosophie de l’éducation et histoire des idées pédagogiques.  Penser l’éducation n’est pas un titre anodin. Il s’agit de (re)penser l’éducation dans ses principes, ses finalités, ses valeurs, ses pratiques et leurs conséquences. Deux numéros sont publiés chaque année. La taille des articles n’est ni formatée, ni normalisée, sans autre justification que celle d’un processus d’évaluation rigoureux (évaluation en double aveugle par un comité scientifique international).

Les prochaines parutions de la revue sont prévues pour : 

  • Penser l’éducation n°44 (septembre 2019)
  • Penser l’éducation n°45 (décembre 2019)

Nous vous invitons à nous envoyer vos propositions d’article aux adresses suivantes : claudie.bobineau [at] univ-rouen.fr et emilie.dubois [at] univ-rouen.fr  

AàC – « Enfants et adolescents sans famille dans les guerres du XXe siècle » (Archives nationales, 27, 28 et 29 nov. 2019)

Enfants et adolescents « sans famille » dans les guerres du XXe siècle / Children and Adolescents “Without Family” in Twentieth Century Conflicts 

27, 28 et 29 Novembre 2019 aux Archives nationales (Pierrefitte-sur-Seine)

Colloque organisé par le CHSSC (Université de Picardie Jules Verne), le CIRCEFT-HEDUC (Université Paris 8 – Vincennes – Saint-Denis) et le CREW (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3)

Coordinateurs / Conveners : Laura Hobson-Faure (CREW – Université Sorbonne nouvelle – Paris 3), Manon Pignot (CHSSC – Université de Picardie Jules-Verne) et Antoine Rivière (CIRCEFT-HEDUC – Université Paris 8 – Vincennes – Saint-Denis)

Résumé :Ce colloque est consacré aux enfants – cachés, déplacés, réfugiés, déportés, orphelins, enrôlés… – qui se sont trouvés séparés de leur milieu familial au cours des conflits armés du XXe siècle. Sans exclure a priori aucun aspect de la question, cet appel entend susciter des propositions qui pourront notamment porter sur : l’événement de la séparation, ses causes, son déroulement, sa temporalité ; l’expérience vécue par les enfants ; la trace, notamment mémorielle, que ces séparations laissent aux individus et aux sociétés.

Summary :This international conference focuses on children – hidden, displaced, refugee, deported, orphaned, enlisted… – who were separated from their family environment during the armed conflicts of the 20th century. Without excluding other dimensions of this issue, this call for papers concerns in particular: the notion of separation as an event, its causes, the process, its temporality; children’s experiences ; and the traces, in particular, in the realm of memory, that these separations leave on individuals and societies.

Continuer la lecture de « AàC – « Enfants et adolescents sans famille dans les guerres du XXe siècle » (Archives nationales, 27, 28 et 29 nov. 2019) »

AàC – De la circulation internationale des modèles d’enseignement supérieur et de recherche à l’évolution des modèles nationaux de politiques scientifiques (15e congrès AFSP et 8e CoSPoF, Bordeaux, juillet 2019)

L’internationalisation des politiques d’enseignement supérieur et de recherche constitue un des faits majeurs de l’évolution des systèmes académiques des trente dernières années (Dubois et al., 2016 ; Leresche et al., 2009). Cette internationalisation a fait l’objet de travaux pour en identifier les principales caractéristiques (ressource, discours, pratiques, processus, valeurs, normes, labels/standards, programmes politiques, etc.) et en examiner les effets sur les systèmes nationaux (i.e. les politiques publiques, les financements, les organisations, les carrières, les recrutements, les mobilités, les curricula, etc.). Marqués par des traditions nationales distinctes, les Etats seraient confrontés à la diffusion au choix d’un « modèle international de politiques scientifiques », de « grands paradigmes internationaux » ou de « modèles étrangers » (Louvel, Hubert, 2016 ; Dubois, et al., 2016) fortement empreints des réformes managériales (Braun, Merrien, 1999) qui ont d’abord vu le jour dans les pays anglo-saxons et soutenues par les organisations internationales. Ce « modèle international » s’imposerait de plus en plus aux Etats et acteurs académiques, participant de l’imposition de recettes néo-managériales dans l’enseignement supérieur et la recherche.

Les travaux menés en science politique et en sociologie ont bien étudié les effets sur les organisations, les professionnels, les instruments et les pratiques. Cette ST invite à
reconsidérer ces transformations de manière plus globale en décalant le propos pour lier la question de l’internationalisation des modes de faire les politiques publiques et celle des effets sur les modèles nationaux (acteurs, systèmes, institutions, etc.). En effet, on parle bien souvent de ces modèles historiquement construits (Ruegg, 2011), sans toutefois interroger comment les évolutions des dernières décennies ont pu affecter certaines composantes ou la cohérence d’ensemble. Peut-on parler de disparition des modèles nationaux au profit d’un modèle international ? Quel rôle jouent les organisations internationales dans ces dynamiques ?

AàC – L’autorité en éducation : figures, variations, recomposition (Université Jean Monnet, 27-28 juin 2018)

Appel à communications complet

Les propositions de communication sont attendues pour le lundi 4 février 2019, dernier délai. Elles sont à envoyer à : Philippe Foray (philippe.foray [at] univ-st-etienne.fr). Elles devront comporter les éléments suivants : le nom et les coordonnées du ou des auteurs (institution,adresse mail), une bibliographie succincte, une présentation de la communication (2000 signes maximum) et 5 mots-clefs. Les propositions seront anonymées et examinées par deux membres du comité scientifique. Les avis seront communiqués aux auteur(e)s le 11 mars 2019. Un résumé substantiel de la communication (6000 signes) devra être envoyé pour le 3 juin 2019. Langues : français, anglais

AàC – La diplomatie culturelle depuis 1945 dans le monde : rayonnement, influence, coopération.

 En France, l’étude de la diplomatie culturelle, au croisement entre les domaines de l’histoire culturelle et l’histoire des relations internationales, est un champ de recherche relativement récent et encore peu exploité. Quelques ouvrages collectifs tentent d’aborder la diplomatie culturelle d’un point de vue global depuis les années 2010 [Dulphy, et al., 2010; Dubosclard, et al., 2002], mais l’étude de la diplomatie culturelle reste essentiellement fragmentaire, par le biais d’études de cas. L’historiographie des Etats-Unis est plus fournie, à travers des études sur le soft power [Nye, 2004], sur l’usage de la culture durant la Seconde Guerre mondiale (par le biais de l’agence United States Office of War Information) ou dans le contexte de la Guerre froide (propagande anti-communiste et mise en avant du modèle démocratique occidental). Ailleurs, la faiblesse de l’historiographie dans ce domaine tient peut-être aux formes et enjeux multiples de la diplomatie culturelle, à son développement récent (deuxième moitié du XXème siècle) ou à la difficulté d’en donner une définition générique.

Continuer la lecture de « AàC – La diplomatie culturelle depuis 1945 dans le monde : rayonnement, influence, coopération. »

Colloque – Subjectivité et inégalités dans les expériences d’apprentissage, XVIIIe-XXIe siècles (UPJV, 29 nov. 2018)

Programme complet

L’idée du colloque est de réfléchir sur les aspects et contenus subjectifs des expériences d’apprentissage prises au sens large, c’est-à-dire pouvant concerner les apprentissages en cadre institutionnel ou aussi bien ceux autodidactes ou informels et apparemment « hors-normes ». Que signifie apprendre du point de vue du sujet ? Quelles économies émotionnelles, relationnelles, décisions intimes, déplacements, renoncements peut-être, s’opèrent alors ? Et quelle est la manière dont le sujet se relate à lui-même cette expérience ? Inévitablement, une expérience en nom propre s’écarte par son irréductible singularité des chemins balisés et porte toujours une potentialité de remise en question. Et cela d’autant plus si cette expérience se signale par sa marginalité, qu’il s’agisse d’un handicap avéré, d’un positionnement social, d’un choix idéologique ou simplement d’un trajet original de vie ou de démarche, tant il est vrai que cette marginalité doit se conjuguer au pluriel. Mais, en même temps, apprendre est toujours accepter l’idée d’une norme dont on ne décide pas et au contraire que l’on intègre en limitant une part de sa liberté de sujet. C’est ce jeu entre liberté subjective, écart critique et normalisation qu’il s’agira d’explorer. La palette des possibilités sera très variée,depuis la littérature éducative, le roman dit d’apprentissage jusqu’aux innovations pédagogiques ou éducatives les plus diverses en passant par les expériences inclassables où se jouent les fondements du rapport au savoir et du rapport maître/élève. Par là, l’expérience de ces marginalités peut se révéler instructive pour les processus d’apprentissage en général ou de formation de la subjectivité