Appel à chercheurs et chercheuses de la BnF – Réalisation d’un guide des sources sur l’éducation populaire à la BnF

La BnF vient de lancer son appel à chercheurs 2018-2019 qui inclut un axe sur l’éducation populaire justement lié à ce projet. C’est le numéro 32 de la liste : https://aacbnf2018.sciencesconf.org/resource/page/id/7

Il s’agit pour un doctorante ou un doctorant d’obtenir le statut de « chercheur associé » (qui permet de bénéficier d’un accès privilégié aux collections et d’un accompagnement de la recherche sans toutefois bénéficier d’une bourse de recherche) afin de réaliser un « guide numérique des sources de l’éducation populaire à la BnF ».

Les candidatures sont à adresser jusqu’au 29 avril.
Voici le descriptif du projet sur le site de l’appel :

Continuer la lecture de « Appel à chercheurs et chercheuses de la BnF – Réalisation d’un guide des sources sur l’éducation populaire à la BnF »

AàC – Images du travail, travail des images n°8 : L’apprentissage et l’enseignement professionnel en images

Vous trouverez ci-dessous un appel à contributions pour un numéro de la revue Images du travail, travail des images, consacré à l’enseignement professionnel et à l’apprentissage, envisagés dans une perspective socio-historique.

Cet appel figure ci-dessous ; il est également accessible (avec une orientation bibliographique) à l’adresse suivante : https://itti.hypotheses.org/801

Les propositions sont à envoyer jusque début septembre 2018.

L’apprentissage et l’enseignement professionnel en images

Appel à articles pour le numéro n° 8 (juin 2019) de la revue Images du travail, Travail des images

Numéro coordonné par Henri Eckert, Stéphane Lembré et Gilles Moreau

Que nous apprennent les images sur l’apprentissage et l’enseignement professionnel, sur les publics de ces formations, sur le travail des apprentis et des élèves ?

Les travaux consacrés à l’apprentissage et l’enseignement professionnel, en histoire ou en sociologie, sont relativement rares. En leur sein, ceux qui mobilisent les images fixes ou animées, seules ou au sein de corpus diversifiés, également. Ce double constat est le moteur premier de ce dossier et du choix de la revue Images du travail, Travail des images pour l’accueillir.

L’apprentissage et l’enseignement professionnel, histoire et sociologie

L’apprentissage et l’enseignement professionnel sont fréquentés aujourd’hui, en France, par une proportion importante de jeunes, avec 665 200 élèves en lycées professionnels en 2016 et 405 000 apprentis dans les centres de formation d’apprentis en 2015-2016. Dans un contexte de fort taux de chômage des jeunes depuis la fin du XXe siècle, ces deux voies de formation ont fait l’objet de l’attention des pouvoirs publics et de mesures nombreuses pour en transformer l’organisation. Celle-ci est d’autant plus complexe à modifier qu’elle a très progressivement conçue depuis la fin du XIXe siècle, sans nécessairement de schéma d’ensemble. Le plus souvent, réformes et déclarations d’intentions – que l’on pense par exemple à la création du baccalauréat professionnel, en 1985, ou aux nombreuses affirmations de la priorité donnée aux formations par apprentissage – réagissent à l’image dégradée de l’apprentissage et de l’enseignement professionnel, jugés à l’aune de la culture légitime que représenteraient les filières « classiques » et générales de formation, si bien qu’on ne voit plus désormais les jeunes de LP ou les apprentis qu’au regard de ce qu’ils ne sont pas plutôt qu’à l’aune de ce qu’ils sont.

Continuer la lecture de « AàC – Images du travail, travail des images n°8 : L’apprentissage et l’enseignement professionnel en images »

AàC – Etre éditeur en France au XIXe siècle

L’équipe du projet ANR DEF19 (Dictionnaire des éditeurs français du XIXe siècle) organisera les 4 et 5 avril 2019 son colloque final, intitulé : « Etre éditeur en France au XIXe siècle (1789-1914) ».

L’appel à communications est consultable et téléchargeable sur le carnet de recherches du projet. Les propositions (3000 signes maximum) devront être envoyées pour le 4 juin 2018.

Les propositions de communication s’inscriront de manière privilégiée dans les axes d’étude suivants :

Continuer la lecture de « AàC – Etre éditeur en France au XIXe siècle »

Conférence – De la régénération à la moralisation : histoire des écoles pour filles (1789-1830) (Caroline Fayolle, Montpellier)

Contrairement aux idées reçues, c’est sous la Révolution française que les premières écoles publiques de filles voient le jour. Objet de débats, ces dernières constituent un espace de régénération visant à faire advenir un modèle de féminité républicaine.

Plus d’information sur le site de France Culture.

AàC – Le moment 68 à Lyon en milieu scolaire, universitaire et éducatif : contestations, mutations, résistances, trajectoires (Lyon, 30 et 31 oct. 2018)

Le colloque « Le moment 68 à Lyon en milieu scolaire, universitaire et éducatif : contestations, mutations, résistances, trajectoires » vise à étudier l’attitude des milieux éducatifs lyonnais pendant le moment Mai 1968 (donc en ayant en perspective l’amont et l’aval des événements de mai-juin). Il s’intéressera bien entendu aux mouvements lycéens et étudiants. Mais il vise à étendre à l’analyse à des secteurs de l’enseignement souvent négligés (enseignement technique, écoles normales d’instituteurs et d’institutrices, IUT, etc.), en s’ouvrant même à d’autres secteurs que l’Éducation nationale : conservatoires, écoles des beaux-arts, milieux de l’éducation populaire…

Délai de soumission : 15 février 2018.

Appel à communications complet : http://calenda.org/426887

AàC – « Des Miroirs aux Princes aux princes dans le miroir » De l’éducation religieuse des monarques à la laïcisation du pouvoir en Europe du Moyen-âge à nos jours (Cergy-Pontoise, 27-28 sept. 2018)

Les « Miroirs aux princes » (Specula Principum) qui se développent en Europe au IXe siècle sont des traités destinés aux monarques ou futurs monarques. Ils contiennent des principes moraux et décrivent les vertus nécessaires au bon gouvernement selon Dieu. Parmi les plus connus, ceux de Jonas d’Orléans (Le métier de roi, 831), Les enseignements de saint Louis à son fils (v. 1267-1270), Le chemin de longue étude de Christine de Pizan (1403), jalonnent le Moyen Âge, idéalisant un Prince parfait.

Au moment de la Renaissance en Europe occidentale, un basculement de la morale religieuse à la morale politique s’est traduit par une laïcisation du pouvoir. Le prince (1513) de Machiavel vante la raison d’Etat et la conservation du pouvoir au mépris – s’il le faut – des préceptes moraux et religieux. Celui d’Erasme, dans L’éducation du prince ou l’art de gouverner (1516), est, à l’inverse, un conseil à Charles Quint de gouverner dans l’intérêt de tous. La question des qualités requises par le bon roi s’est effacée au profit des règles d’organisation, voire de limitations, du pouvoir.

Les périodes suivantes – des Lumières en passant par les Révolutions – n’ont fait que confirmer ces changements. En transformant les monarchies traditionnelles par des régimes démocratiques, la partie vertueuse du métier de roi a été occultée au profit des urnes et de la réglementation institutionnelle dans le rapport gouvernant / gouvernés. Pourtant, les monarchies constitutionnelles maintenues en Europe occidentale se fondent toujours sur des principes moraux mis en scène (Bagehot, 1867), des vertus religieuses, voire, pour certaines encore, sur le sacre, ce qui renvoie à la question de la sacralisation / désacralisation du prince dans un régime séculier et du rapport au religieux dans le bon gouvernement.

Le genre littéraire des Miroirs aux Princes couvre une variété diversifiée de textes (Jonsson, 2006) destinés à l’éducation des princes en vue de leur gouvernement. La longue histoire des monarchies européennes et la place politique qu’elles occupent toujours, invitent à se pencher sur cette éducation des monarques qui est l’objet de ce colloque pluridisciplinaire (ouvert aux historiens, aux historiens du droit, aux juristes, aux civilisationnistes et aux littéraires). Il a pour objet de considérer les Miroirs aux Princes en Europe à partir de leur développement sous les Carolingiens jusqu’à nos jours afin de réfléchir tant au contenu des Miroirs, leurs évolutions dans le temps et au gré des courants idéologiques, que leur impact sur l’exercice du pouvoir politique par les princes. Ces œuvres, variées, sont-elles une image idéalisée du monarque vers lequel celui-ci doit tendre ; un traité politique, rationnel, de bon gouvernement ; ou encore un reflet – presque narcissique – du prince, sorte de panégyrique ?

Se posent alors des questions sur la place de la morale, de la raison, du religieux et du politique dans ces œuvres, sur la laïcisation des Miroirs et avec elle sur la laïcisation du pouvoir. Cette laïcisation suppose-t-elle la disparition ou le recul des vertus religieuses et de la morale des princes ?

Une autre problématique est celle de l’éducation des futurs monarques : dans quelle mesure ces derniers se revendiquent-ils – où se libèrent-ils – des Miroirs de leur jeunesse ? Cette éducation engendre-t-elle la déférence due aux princes vertueux et/ou oblige-t-elle les princes à mener une politique vertueuse ? Les monarques vertueux peuvent-t-ils aussi devenir le miroir vers lequel des gouvernants tendent ou dans lesquels ils se mirent ?

Ce colloque se propose d’aborder ces divers axes à l’occasion de trois demi-journées d’études prévues par tranches chronologiques et thématiques :

  1. La première thématique s’intéressera au Moyen Âge pour examiner les divers contenus des Miroirs, la place qu’y tiennent la morale tirée de l’histoire, la morale religieuse et/ou la morale politique. Il s’agira aussi de confronter le miroir à la réalité en examinant les actions des monarques par le biais de la législation, par exemple.
  2. La seconde thématique vise à identifier les impacts de la Renaissance, de l’Humanisme et des Lumières sur les Miroirs aux princes. Comment ces périodes ont-elles modifié l’éducation des monarques et leur compréhension du « métier de roi » ? Est-ce que le pouvoir se laïcise sous l’influence de l’évolution des Miroirs ? Quelle part reste-t-il à la morale et à la religion ?
  3. La troisième thématique concerne les Révolutions et la mise en place des régimes démocratiques. Ces changements n’aboutissent-ils pas à la perte complète des vertus morales, voire religieuses, des monarques contemporains ? Ou au contraire à une nouvelle revendication d’une éthique en politique ? Les Miroirs aux Princes – ou ce qu’ils sont devenus – ont-ils / doivent-ils avoir toujours un sens de nos jours dans l’éducation des monarques ?  

 

Les propositions de communication, de 250 mots maximum (pour une communication de 25 minutes) sont à envoyer avant le 8 janvier 2018 aux deux courriels suivants : valerie.menes@u-cergy.fr & catherine.marshall@u-cergy.fr

Journée d’étude – Le conseiller principal d’éducation, 50 ans après Mai 68 (Paris, 29 jan. 2018)

Argumentaire, programme et présentation des intervenant.e.s [.pdf]

 

  • 8h45 – Accueil café
  • 9h-10h – Christine FOCQUENOY, Docteure en histoire contemporaine, Laboratoire CREHS (EA 4027) Université d’Artois ; chercheure associée en Sciences de l’éducation au CIREL (EA 4354) Université de Lille 3. Du surveillant général au conseiller principal d’éducation (CPE), une histoire qui condense l’évolution du système éducatif français. ;
  • 10h-11h – Céline CHAUVIGNÉ, MCU de Sciences de l’éducation, Nantes, CREN (EA 2661). Le conseiller principal d’éducation et l’éducation à la citoyenneté : des schèmes éducatifs à l’image de l’évolution du métier.
  • 11h-11h15 – Pause
  • 11h15-12h15 – Dominique BRET, MCU de Sociologie, Paris Descartes, CIAMS – SPOTS (EA4532). S’interroger sur la professionnalité du métier au travers du mémoire professionnel.
  • 13h45-14h45 – Didier MOREAU, PU de Philosophie, Paris 8 Saint-Denis, LLCP (EA 4008). Une éthique professionnelle des CPE est-elle possible ?
  • 14h45-15h45 – Xavier RIONDET, MCU de Sciences de l’éducation, Nancy, LISEC (EA 2310). Retour sur les réflexions novatrices sur la vie scolaire dans les années 1950 et 1960. L’histoire de la pédagogie au service d’une anamnèse du CPE contemporain ?
  • 15h45-16h – Pause
  • 16h-17h – Jean-François DUPEYRON, MCU HDR de Philosophie, Bordeaux, SPH (EA 4574). Cartographie de la fabrique des nouveaux surgés

AàC – L’université et le politique. Professeurs, étudiants et pouvoirs publics en Europe (1848-1945) (Francfort, 7-8 juin)

Cette journée d’études souhaite, sur la période d’un siècle allant des révolutions de 1848 à la fin de la Seconde Guerre mondiale, interroger la relation entre l’université et le politique. Il s’agira de réfléchir aux liens multiples entre acteurs du champ universitaire, qu’ils enseignent, étudient ou administrent, et acteurs du champ politique, dans l’espace européen. Une problématique centrale que cette journée d’études propose de questionner est celle de l’autonomie du champ universitaire, de sa constitution et de son éventuelle limitation, par rapport au champ politique, dans une période où l’institution universitaire est en pleine expansion et transformée par la formation de nouvelles disciplines, liée professionnalisation et la spécialisation des métiers scientifiques et intellectuels.

Délai de soumission : 15 janvier 2018.

Appel à communications complet : http://calenda.org/422445

AAC – VIII Journées Scientifiques de la SEPHE / I Congrès National de la SIPSE «La Pratique Éducative. Histoire, Mémoire et Patrimoine» (Majorque, 20-23 novembre 2018)

Vous trouvez ici la deuxième circulaire des Journées Scientifiques «La Pratique Éducative. Histoire, Mémoire et Patrimoine» (Majorque, 20-23 novembre 2018), organisées par la Société Espagnole pour l’Étude du Patrimoine Éducatif / SEPHE et par la Société Italienne pour l’Étude du Patrimoine Éducatif / SIPSE. Le français est une des langues officielles de ces journées scientifiques.

22 janvier 2018: date limite pour l’envoi des propositions de communication (jusqu’à 250 mots et quatre mots clés) et des propositions conjointes pour les séminaires (ou bien panel avec plusieurs auteurs).

AàC – ISCHE 2018, Berlin : Éducation et nature

L’International Standing Conference on History of Education (ISCHE) organise sa prochaine confère à Berlin, du 29 août au 1er septembre 2018, autour du thème « Éducation et nature »

Date limite de soumission: 31 janvier 2018

Depuis l’ère moderne, l’éducation a été étroitement associée à la distinction marquée
entre, d’une part, une ‘nature’ prétendument immuable et, d’autre part, une société
changeante, conçue historiquement. L’histoire de l’éducation révèle que cette distinction
théorique a constamment été bousculée et mise à mal par des phénomènes et des
réseaux hybrides entre ces deux domaines. Si la nature a classiquement été une notion
controversée dans la pensée éducative, elle n’en demeure pas moins un point de référence
pour les idées, les théories aussi bien que les pratiques éducatives. Les Lumières
européennes ont redéfini la notion de nature comme le lieu déterminant et la toile de
fond des pratiques éducatives. Depuis lors, la nature est devenue un élément central de référence pour la pensée et les pratiques éducatives selon différentes formes et dimensions.

Les thèmes suivants ont été retenus pour la conférence : Continuer la lecture de « AàC – ISCHE 2018, Berlin : Éducation et nature »

AàC – 9th History of Education Doctoral Summer School

[date limite de candidature: 31 décembre 2017]

This conference takes place at the University of Latvia, Riga, Latvia, 7–10 June 2018, and invites applications from postgraduate students in the history of Education with an interest in the histories of educational spaces and discourses and new ways of working with images, artefacts, and archives. Leading international historians of education will give lectures and workshops, and offer advice concerning the research process. There will be opportunities for students to discuss their dissertation projects with fellow doctoral candidates and receive comments from prominent scholars in the field.

The summer school started as an initiative of EERA’s Network 17, “Histories of Education,” and is the ninth conference in a series of successful events that started in Ghent in 2010. The conference is supported by:

  • Stichting Paedagogica Historica
  • History of Education Society, UK
  • European Educational Research Association (EERA)
  • International Standing Conference for the History of Education (ISCHE)
  • University of Latvia, Riga

The number of participants is limited to 30 students. The conference language is English. Participation in the conference is free of charge. Accommodation and meals will be provided, but delegates will have to cover the cost for their travel to Riga (venue: Library of the University of Latvia, Kalpaka bulvāris 4, Riga, LV-1050). Travel bursaries are available to students from low-GDP countries. For more information please check the application form.

Tutors: Marc Depaepe (KU Leuven, Campus Kortrijk, Belgium), Jonathan Doney (University of Exeter, UK), Ian Grosvenor (University of Birmingham, UK), Ulrike Mietzner (Technical University Dortmund, Germany), Frank Simon (Ghent University, Belgium), Natalia Tsvetkova (St. Petersburg State University, Russia) and Angelo Van Gorp (University of Koblenz-Landau, Campus Landau, Germany).

Local organisers: Iveta Kestere (chair), Zanda Rubene, Kitija Valeina, Arnis Strazdins.

Application form: can be retrieved from http://www.eera-ecer.de/season-schools/histories-of-education-summer-school/ and should be sent to summerschool-riga@eera-ecer.de.

Closing date for applications is 31 December 2017. Successful applicants will be notified in February 2018.

Contact Info:

Contact Angelo Van Gorp (vangorp [at] uni-landau.de) for queries regarding application, eligibility and selection criteria; Iveta Kestere (iveta.kestere [at] lu.lv) for queries on practical issues, e.g. regarding travel, accommodation and venue.
URL:
http://www.eera-ecer.de/season-schools/histories-of-education-summer-school/

 

AàC – Pédagogies émancipatrices

Ci-dessous un appel pour le colloque « Pratiquer, (se) former (aux), (re)penser et questionner les pédagogies émancipatrices – Actualités & débats », qui se tiendra à Paris les 8 et 9 juin 2018

Date limite de soumission: 31 janvier 2018

Alors que l’œuvre du Brésilien Paulo Freire est une référence majeure dans le monde, notamment en Amérique du Nord (l’un des plus cités aux USA), en Amérique du Sud, en Afrique du Sud, que des Instituts Paulo Freire ont été créés partout dans le monde (Brésil, Grande-Bretagne, Portugal, Afrique du Sud…), que sa pensée est à la racine des pédagogies critiques, force est de constater une vivacité moindre dans l’aire francophone (Pereira 2017a). Cela est particulièrement vrai en France en dépit des efforts d’un collectif créé après sa mort, le cercle des pédagogies émancipatrices (Garibay, Séguier et al., 2009/2013), qui a permis la réédition en français en 2001 de Pédagogie des opprimés (alors épuisé, et de nouveau épuisé). Il est possible de noter quelques trop rares travaux qui s’inspirent de la pédagogie de la conscientisation dans l’aire francophone, parmi lesquels, au Québec (Solar 1992, Thésée et Carr 2014, Potvin 2014), en Suisse (Mottier Lopez 2015, Collet 2016) et dans une moindre mesure en France (Eneau 2003, Jeziorski 2017, Pereira 2017b), et récemment dans quelques thèses (Devieilhe 2013, Weksler 2015, Dor 2017, Magar-Braeuner 2017).

L’un des objectifs de ce Colloque est de faire connaître et diffuser en France et en français ces courants de pédagogies, générés par la pensée et la pratique de Paulo Freire, d’autant plus qu’on observe un foisonnement sur le plan des développements théoriques et pratiques, depuis les pédagogies anti-oppressives, antiracistes, féministes jusqu’aux pédagogies queer, décoloniales et aujourd’hui intersectionnelles. Sa pensée inspire également l’enseignement pour la justice sociale.

Continuer la lecture de « AàC – Pédagogies émancipatrices »

AàC – Éducation populaire et animation à l’épreuve des discriminations

Vous trouverez ci dessous l’appel à contribution en cours du dossier en préparation Education populaire et animation à l’épreuve des discriminations pour Les cahiers de la lutte contre les discriminations (“jeune” revue de recherche à comité de lecture) :

http://www.lescahiersdelalcd.com/2017/10/12/appel-a-articles-n-8/

Date limite de soumission: 8 décembre 2017.

Journée d’études du PAJEP – L’Action catholique spécialisée au travers des expériences de ses militants. 1945-1965

L’Action catholique spécialisée au travers des expériences de ses militants. 1945-1965.

 Le PAJEP, les Archives départementales du Val-de-Marne et l’ADAJEP organisent une journée d’étude consacrée aux mouvements de l‘Action catholique spécialisée, à Créteil le 7 décembre prochain.

Cette journée à pour ambition de confronter le modèle de l’Action catholique spécialisée à ses mises en pratiques sur la période 1945-1965.
Pour cela, seront réunis des chercheurs spécialistes de la question, des militants mais aussi des archivistes. Au delà des problématiques scientifiques qui seront abordées, c’est l’occasion pour le PAJEP de donner la parole aux militants de ces mouvements, de valoriser des fonds parfois peu connus et de créer des liens forts avec les associations et les services d’archives conservant des fonds en lien avec l’Action catholique.

Vous trouverez le programme ici davantage d’informations .

Attention : inscription préalable auprès de contact [at] pajep.fr ou au 06 80 48 07 29

AàC – Education, College Women and Suffrage: International Perspectives

Une conférence interdisciplinaire se tiendra autour de la thématique « Education, College Women and Suffrage : International Perspectives » les 13-14 juin 2018 à l’Université de Londres.

Les propositions de communications peuvent être envoyées jusqu’au 13 novembre 2017.

Résumé:

This international, conference will provide a forum for those involved in teaching and researching suffrage and the history of women’s education (in schools, HE and heritage institutions) to discuss new directions. We invite submissions in a range of formats by archivists, public historians, researchers, curators and teachers to explore and discuss the under researched links between education and suffrage. Presentations may draw on a range of sources as they relate to the intersection of education and suffrage, including the use and interpretation of digital archives and material sources for research or educational purposes.

L’appel complet est disponible Education College Women & suffrage CFP.

Colloque – L’académie de Paris pendant la Grande Guerre

Vous trouverez ci-dessous le programme du colloque organisé par le Centre d’histoire du XIXe siècle (universités Paris 1 Panthéon-Sorbonne et Paris-Sorbonne) – Chancellerie des universités de Paris, sous la direction du Pr. Christophe Charle, du Pr. Jean-Noël Luc, et de  Stéphanie Méchine.

[L’inscription est obligatoire et se fait à cette adresse: ce.archives [at] ac-paris.fr]

L’académie de Paris pendant la Grande Guerre

Jeudi 9 novembre 2017 – Amphithéâtre Louis Liard

– 14h00 : Ouverture par Gilles Pécout (recteur de la région académique Ȋle-de-France, recteur de l’académie de Paris, chancelier des universités de Paris)

– 14h20 : Introduction par Jean-Noël Luc (professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris- Sorbonne, centre d’histoire du XIXe siècle)

Enseignement primaire : aller à l’école pendant la guerre

Présidence : Florence Bourillon, professeur d’histoire à l’Université de Paris-Est-Créteil, Centre de recherche en histoire européenne comparée (EA 4392)

– 14h40 : Les écoles normales primaires dans l’académie de Paris pendant la Grande Guerre : un défi administratif et pédagogique (Stéphanie Dauphin, maîtresse de conférences, université d’Artois-ESPE)

– 15h00 : Le rôle de la première génération des instituteurs parisiens dans la vie des écoles et la mobilisation de l’arrière (Jérôme Krop, maître de conférences, université d’Artois-ESPE)

– 15h20 : L’école primaire dans l’Oise entre 1914 et 1918 : une école du front et de l’arrière-front (Julien Cahon, maître de conférences, université de Picardie-Jules-Verne-ESPE)

– 15h40 : Accueillir, nourrir et former les jeunes enfants en période de guerre : les écoles maternelles parisiennes de 1914 à 1918 (Patricia Legris, maîtresse de conférences, université de Rennes 2)

– 16h00 : Liens renforcés, liens entravés : les relations scolaires et universitaires entre le Nord-Pas de Calais et Paris (Jean-François Condette, professeur d’histoire contemporaine, université d’Artois)

Enseignantes et enseignants face à la guerre

Présidence : Jean-François Chanet, recteur de la région académique Bourgogne-Franche-Comté, recteur de l’académie de Besançon, chancelier des universités de Franche-Comté

– 16h45 : L’Université héroïque : les professeurs de l’enseignement secondaire de l’académie de Paris tués ou blessés pendant la Grande Guerre (Matthieu Devigne, docteur, université Paris-Sorbonne, centre d’histoire du XIXe siècle)

– 17h05 : « Et si le père ne revenait pas ? ». Vie quotidienne et condition féminine au lycée Jules-Ferry pendant et après la Première Guerre mondiale (Pierre Porcher, doctorant, centre d’histoire du XIXe siècle et centre de recherche et d’études histoire et sociétés)

17h25 : Affectations, nouveautés et engagements : les personnels des lycées de jeunes filles de la Seine durant la Grande Guerre (Isabelle Arasa, chargée de mission histoire et mémoire à la délégation académique aux arts et à la culture, rectorat de Paris)

Vendredi 10 novembre 2017 – Amphithéâtre Louis Liard

Anciennes et nouvelles fonctions de l’Université de Paris en guerre

Présidence : François Weil, conseiller d’État, ancien recteur de l’académie de Paris

– 09h30 : La Sorbonne pendant la guerre, la Sorbonne en guerre (Lucile Natali, université Paris-Sorbonne, centre d’histoire du XIXe siècle)

– 09h50 : La Sorbonne et sa diplomatie universitaire en temps de guerre : flottements, adaptations et redéploiements, 1914-1919 (Guillaume Tronchet, agrégé, docteur en histoire, ENS)

– 10h10 : La Faculté de droit de Paris dans la Grande Guerre : l’identification à la figure martyre du soldat du droit (Catherine Fillon, professeure, université de Lyon 3)

– 10h30 : La mobilisation de la faculté des sciences et des scientifiques (Pierre Verschueren, doctorant, université Paris 1 PanthéonSorbonne)

Universitaires et étudiants

Présidence : Tristan Lecoq, inspecteur général de l’Éducation nationale, professeur associé à l’université Paris-Sorbonne

– 11h15 : Ferdinand Lot, un professeur d’histoire face à la guerre  (Agnès Graceffa, Sociamm-Université de Bruxelles)

– 11h35 : Les facultés de droit de Paris et de Berlin face-à-face de 1914 à 1918 (Jean-Louis Halpérin, directeur de l’UMR 7074 « centre de théorie et analyse du droit », ENS)

– 11h55 : L’École normale supérieure, les normaliens et archicubes combattants et non combattants pendant la guerre (Nicolas Mariot, directeur de recherche, CNRS)

– 12h30 : Conclusion générale par Christophe Charle (professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, centre d’histoire du XIXe siècle-IHMC)

– 14h30 : Visite-conférence par Marc le Cœur (historien de l’art, École spéciale d’architecture)des monuments aux morts des lycées Louis-Le-Grand et Henri-IV et facultés dans le Quartier latin

L’historiographie très riche sur le premier conflit mondial est passée progressivement de l’étude du front, de la stratégie des puissances et des souffrances des combattants à l’étude de l’arrière, l’autre front. Dans cette guerre de longue durée et de plus en plus totale, le moral des familles et des citoyens non mobilisés, l’engagement des groupes professionnels les plus divers, la capacité des élites politiques et intellectuelles (espace en trop) à donner du sens aux sacrifices de plus en plus lourds à accepter puis à endurer, furent essentiels. Dans cette liaison capitale et décisive entre l’avant et l’arrière, le système scolaire a joué un rôle fondamental, même si son histoire a été moins explorée jusqu’ici.

L’académie de Paris est, à l’époque, la plus grande académie de France : elle s’étend des confins de la ligne de front, et d’une partie des lieux des combats, au centre du pays. Elle concentre la plus grande masse des effectifs scolarisés à tous les niveaux et elle forme comme une image en réduction de l’institution éducative du pays tout entier, depuis les petites écoles rurales jusqu’aux établissements les plus prestigieux internationalement. Cette académie fournit donc un cadre complet pour comparer et comprendre les multiples facettes du système scolaire et du monde universitaire dans un moment où la France et la République jouaient leur survie et leur avenir.

Ce colloque souhaite rééquilibrer l’approche ancienne des chercheurs, qui ont mis en avant, soit les hécatombes consenties par les diverses catégories d’enseignants, soit l’utilisation de l’école, du collège, du lycée ou des universités comme relais pour la propagande de guerre ou le maintien du moral collectif. Il s’agit ici d’œuvrer au plus près des acteurs dans les écoles, les établissements secondaires et les facultés pour analyser comment se déclinent ou non des missions nouvelles liées à une situation exceptionnelle, alors que tout se désorganise sous l’effet de la mobilisation. L’ordre des savoirs, la fonction pédagogique, la mission de recherche, ne peuvent évidemment être mis en œuvre sans modification dans ce contexte sans précédent et sur une durée aussi longue.

Pour que les objectifs scientifiques de ce colloque soient atteints et que les communications puissent faire écho à une histoire plus générale de la Première Guerre mondiale, les organisateurs ont favorisé l’accès à de nouvelles sources – ministérielles, rectorales, scolaires et facultaires – afin de mettre en valeur les fonds de l’académie et de l’Université de Paris, dont les archives relatives aux deux guerres mondiales ont été recensées pour cette occasion.

AàC – Décolonisation et enjeux post-coloniaux de l’enfance et de la jeunesse (1945-1980)

Se tiendra à l’Université d’Angers les 27-28 juin 2018 un colloque international autour du thème « Décolonisation et enjeux post-coloniaux de l’enfance et de la jeunesse ». Les propositions sont à envoyer avant le 31 janvier 2018 à yves.denechere [at] univ-angers.fr et blandine.charrier [at] univ-angers.fr

Résumé : Si la jeunesse a joué un rôle important dans la construction des empires coloniaux, elle est également un enjeu essentiel de la décolonisation. Les processus d’émancipation des peuples colonisés au second XXe siècle posent en effet avec force la question sociale et politique de l’enfance et de la jeunesse en contexte colonial et post-colonial, dans les pays devenus indépendants comme chez les anciens colonisateurs. Dans un ensemble complexe de questions politiques et diplomatiques, économiques et sociales, démographiques et populationnistes, philosophiques et religieuses, les enjeux coloniaux et post-coloniaux de l’enfance et de la jeunesse ont produit des biopolitiques spécifiques.

L’appel à communication complet est disponible ici.

Colloque – « La forme scolaire, prisonnière de son succès ? », 29-30 juin à Lyon

Le comité d’organisation a le plaisir de vous  inviter à assister à tout ou partie du colloque  « La forme scolaire, prisonnière de son succès ? » qui aura lieu les 29 et 30 juin prochains, au Grand Amphi de l’université Lyon 2, à l’occasion du départ à la retraite d’André Robert.

Vous trouverez ici le programme de ce colloque.

Vous pouvez, si vous le voulez bien, vous inscrire (inscription gratuite) à partir du lien :
https://www.eventbrite.fr/o/equipe-organisatrice-laboratoire-education-cultures-politiques-12783749195

En attendant le plaisir de vous accueillir

Très cordialement

Pour le comité, A. Derobert, C. Degryse, J.Y. Seguy