Coll.: Histoire de l’éducation populaire 1815-1945

Les mercredi 17, jeudi 18 et vendredi 19 juin 2015 aura lieu, à l’Université Lille 3, un colloque consacré à l”Histoire de l’éducation populaire 1815-1945“.

Ce colloque sur l’« Histoire de l’éducation populaire de 1815 à 1945 » a pour ambition de faire un bilan et de poursuivre et amplifier les recherches dans une perspective historique, en les inscrivant dans une histoire socio-économique et également politique et culturelle. Les définitions de l’éducation populaire doivent être approfondies, les mises en œuvres selon les époques et ses relations avec d’autres entreprises (comme les institutions scolaires) doivent être explicitées. Des comparaisons avec des expériences étrangères montreront l’universalité de l’éducation populaire avec parfois des chronologies décalées liées à des contextes nationaux spécifiques. Ce colloque réunira des historiens mais également des spécialistes d’autres disciplines (sciences de l’éducation, sociologie, philosophie, droit, etc.).

Programme en Pdf

Continuer la lecture de « Coll.: Histoire de l’éducation populaire 1815-1945 »

Coll.: Innovations pédagogiques dans l’enseignement des langues étrangères : perspective historique (XVIe-XXe siècles)

La Société Internationale pour l’Histoire du Français Langue Etrangère ou Seconde (SIHFLES), en collaboration avec les associations sœurs, l’APHELLE (Associação Portuguesa para a História do Ensino das Línguas e Literaturas Estrangeiras), la SEHEL (Sociedad Española para la Historia de las Enseñanzas Linguísticas), le CIRSIL (Centro Interuniversitario di Ricerca sulla Storia degli Insegnamenti Linguistici), la Henry Sweet Society for the History of Linguistic Ideas et le PHG (Peeter Heynsgenootschap), et avec le soutien de HoLLT.net – réseau de recherche en histoire de l’apprentissage des langues et de l’enseignement de l’AILA – et de l’APEF (Association Portugaise d’Études Françaises), organise un colloque international, à l’université d’Algarve, du 7 au 8 juillet 2016, consacré à l’étude des « Innovations pédagogiques dans l’enseignement des langues étrangères. Perspectives historiques (XVIe-XXe siècles) ».

ISCHE 37: Standing Working Group “Mapping the discipline history of education”

Dans le cadre du prochain congrès de l’ISCHE (37, Instanbul), le Standing Working Group “Mapping the discipline History of Education” tiendra une session le 25 juin 2015.

Programme complet en Pdf

General Introduction to the SWG sessions Eckhardt Fuchs, Rita Hofstetter, Emmanuelle Picard

PANEL 1: Historiography in specific cultural, regional or national contexts (included break

Chair and discussant: Joëlle Droux & Alexandre Fontaine

  • The contribution of Italian historiography to the history of education: characteristics, features and trends between the XX and XXI century, Gianfranco Bandini, University of Florence, Italy
  • Mapping the History of Education as a Study Subject: Experience of Post-Socialist Countries in Europe, Iveta Kestere and Iveta Ozola, University of Latvia
  • The changing status of history of education in Hungary from 1990 to 2015, Attila Nóbik, University of Szeged, Hungary
  • «O campo da História da Educação no Quebec e no Brasil: buscando similaridades», Thérèse Hamel, Université Laval (Quebec)/Marisa Bittar (Universidade Federal de São Carlos/Brazil)
  • History of education in the Middle East, Chantal Verdeil (INALCO, Paris)

ROUNDTABLE : Institutions of the Field: Discussing scientific journals on History of Education

Chair and discussant: Antonella Cagnolati & Eckhardt Fuchs

  • History of Education (UK). M. Freeman (Institute of Education, London)
  • The Nordic Journal of Educational History (Sweden). B. Norlin (University of Umeå)
  • History of Education and Children’s Literature (Italy). R. Sani (University of Macerata)
  • Espacio, Tiempo y Educación (Spain). J.L. Hernández Huerta (University of Valladolid); A. Cagnolati (University of Foggia); A. Diestro Fernández (UNED)
  • Themata Istorias tis Ekpaidefsis. K. Dalakoura (University of Crete)
  • História da Educação/ASPHE. M. H. Camara Bastos (PPGE-PUCRS Porto Alegre/RS – Brasil)

Continuer la lecture de « ISCHE 37: Standing Working Group “Mapping the discipline history of education” »

Coll.: Penser la transformation

Le colloque annuel du séminaire « Penser la transformation » sera consacré en 2015 aux rapports entre École et société dans une perspective de transformation sociale. Une fois la société comprise comme processus rassemblant des parties différentes, la composition ou recomposition de la totalité sociale doit être envisagée à partir de chacune des parties, du social par exemple, et non plus seulement du politique. L’institution éducative, au cœur de ces articulations, sera abordée tant du point de vue historique (rapport entre lois et mœurs au XVIIIe, principes philosophiques des pédagogies novatrices, engagement politique de l’École républicaine) que du point de vue philosophique (fondements moraux ou politiques de ces approches, statut de l’enfance, limites de l’École) ou d’une synthèse de ces points de vue, dans la formation des acteurs sociaux. Continuer la lecture de « Coll.: Penser la transformation »

Coll.: Condition(s) enseignante(s), conditions pour enseigner

Le laboratoire ECP (Education, Culture, Politiques) organise les 8, 9, et 10 janvier 2015 un colloque intitulé “Condition(s) enseignante(s), conditions pour enseigner“. Il se déroulera sur le campus Berges du Rhône de l’université Lyon2.
L’enjeu du colloque est de concentrer sur la condition enseignante, considérées dans sa diversité et dans ses rapports à notre société, l’ensemble des regards, des questionnements et des apports issus de différents horizons disciplinaires. De nombreuses communications ont une dimension historique.
Les informations sur l’organisation du colloque et le contenu des communications sont disponibles sur le site dédié.

Coll.: Des lieux pour l’éducation populaire

3,4 et 5 décembre 2014. colloque co-organisé par le PAJEP
Des lieux pour l’éducation populaire : conceptions, architecture et usages des équipements depuis les années 1930

Colloque coordonné par Laurent Besse, maître de conférences en histoire, IUT de Tours laboratoire CETHIS), et Catherine Clarisse, architecte, École nationale supérieure ’architecture Paris-Malaquais (département AAP), chercheure au LACTH (ENSAPL), et organisé conjointement par le Pôle de conservation des archives des associations de jeunesse et d’éducation populaire (PAJEP) et par l’École nationale supérieure d’architecture Paris-Malaquais.

Les courants se réclamant de l’éducation populaire se sont progressivement dotés, à partir des années 1930, de bâtiments spécialisés : “foyers”, “maisons”, “centres”, “auberges”, etc. Ces édifices se sont vu regrouper, au cours des années 1950, sous la catégorie « équipements socioculturels », avant que leur implantation ne soit généralisée pendant la décennie suivante, dans le cadre de la planification et dans le contexte de la professionnalisation de l’éducation populaire devenue animation socioculturelle. Ils constituent aujourd’hui un élément du paysage, peu visible et peu valorisé, mais rarement absent.

Ce colloque vise à éclairer le présent des équipements socioculturels par leur histoire. C’est le sens du double pilotage dont il fait l’objet, par une architecte et un historien. Les publics visés sont les chercheurs spécialisés en histoire, et plus largement en éducation, ainsi que les chercheurs en architecture. Mais les archivistes, qui oeuvrent à la conservation et à la valorisation du patrimoine de l’éducation populaire tout comme de l’architecture, de même que les acteurs passés et présents de l’éducation populaire constituent également une cible privilégiée des réflexions soulevées.

Ces trois journées s’articuleront autour de communications scientifiques et de témoignages de militants et d’architectes, de débats et de travail autour de maquettes, de films et de visites d’équipements socioculturels à Paris, à Pierrefitte-sur-Seine et à Créteil.

Bulletin d’inscription

Coll.: Les missions de l’université

La 4ème conférence internationale du Réseau d’Etudes sur l’Enseignement Supérieur sera consacrée à la question :  “Les missions de l’université : reconfigurations, articulations et contradictions“.

Elle aura lieu à l’Institut Français de l’Education, Ecole Normale Supérieure de Lyon, du 11 au 13 décembre 2014.

Programme
Ce colloque est ouvert à tous et ne nécessite pas d’inscription préalable.

Coll.: L’histoire de l’université de Nanterre

Le labex “Les passés dans le présent” développe un axe consacré à l’histoire de l’université de Nanterre: “Faire et arpenter l’histoire de l’université de Nanterre“. Parmi ses activités, un colloque “Comment faire et arpenter l’histoire de Nanterre? Naissances d’une université (1964-1974)” se propose de revenir sur les années fondatrices de l’université de Nanterre, tant dans sa dimension intellectuelle que sociale ou territoriale.

Coll.: Dans l’atelier des intitulés. A propos de la singularité du collège de France

Colloque organisé dans le cadre du programme « Passage des disciplines » du Collège de France (dirigé par A. Compagnon en collaboration avec C. Surprenant), avec le soutien du labex Hastec, du Centre Alexandre Koyré (UMR 8560), de l’Institut d’Histoire Moderne et Contemporaine (UMR 8066) et du laboratoire « Anthropologie et Histoire des Mondes Antiques » (Anhima – UMR 8210).
Dans le paysage international des institutions de savoir, on attribue au Collège de France la spécificité d’enseigner « non les branches de la Science qui sont faites, mais celles qui sont en voie de se faire ». Pour Ernest Renan et tous ceux qui reprennent sa formule, cet idéal aurait une manifestation institutionnelle : la libre transformation des intitulés des chaires. Le Collège de France échapperait de la sorte à la reproduction des partages disciplinaires à laquelle sont a priori astreintes les institutions d’enseignement. Par des innovations successives dans les titres choisis, il serait en outre un moteur du renouvellement des savoirs.
L’objectif de ce colloque est d’interroger l’historicité de cette auto-définition et de l’opération de partage des savoirs qu’est la fabrication de titres de chaires. Entrer dans l’atelier des intitulés conduit à mettre au jour les rapports complexes entre les revendications d’innovations et la perpétuation des traditions d’une institution multiséculaire. Apparaîtront ainsi les arguments mobilisés, les modèles français ou étrangers revendiqués, les échanges et controverses entre institutions comme entre savants, le rôle des facteurs politiques et économiques dans les processus de différenciation et de hiérarchisation des savoirs en contexte. Continuer la lecture de « Coll.: Dans l’atelier des intitulés. A propos de la singularité du collège de France »

Coll: Les élites russes face aux innovations, normes et modèles européens

Les 6 et 7 novembre 2014 aura lieu, à la BDL de Lyon, un colloque consacré à “Les élites russes face aux innovations, normes et modèles européens : réception, appropriation et résistance, du règne de Pierre le Grand à 1914″.

Institut Français de l’Education (IFÉ), 19 allée de Fontenay, 69007 Lyon. Salle de conférences. Métro ligne B, arrêt Debourg. Entrée libre. Pour toute information complémentaire, s’adresser à Marie-Pierre Rey (Université Panthéon-Sorbonne), ou Anne Maître (BDL).

Coll.: Les empires périphériques et l’Europe des Lumières

Le CIFEHUS (Université d’Evora) organise du 15 au 17 octobre 2014 un colloque sur le thème: “Les empires périphériques et l’Europe des Lumières : circulation des savoirs et dynamiques parallèles (XVIIe-XVIIIe siècles)“.

Présentation:

La construction des régimes techniques des grands empires aux noyaux situés en marge de l’Europe, comme la Russie, le Portugal et l’Espagne, a fait l’objet de nombreuses études durant les dernières décennies. La mise en comparaison des politiques technoscientifiques d’enseignement et de recherche développées à ces fins par les gouvernements concernés a révélé d’étonnants parallélismes dans les logiques de leur lancement et/ou développement durant le « grand XVIIIe siècle ». Ainsi, les trois pays ont alors procédé à la (ré-)organisation des enseignements techniques menée sous la bannière de la modernisation, souvent perçue en terme de rattrapage vis à vis de leurs voisins européens plus avancés. Tous, ils ont visé d’entrée la promotion des domaines utiles et prestigieux (avec leurs institutions, experts et savoirs respectifs), les premiers devant assurer la meilleure emprise du territoire et sa défense face à l’ennemi extérieur (génie militaire et artillerie, cartographie et construction navale), les seconds devant fournir au pouvoir impérial les attributs symboliques de ses splendeurs et puissance (architecture et science académique). Tous, ils ont privilégié les structures d’Etat et mis du temps à promouvoir les domaines se développant en dehors de son contrôle direct (industrie privée). Enfin, pour atteindre ces objectifs, les trois pays ont eu recours aux politiques de transfert et de circulation des savoirs en mobilisant à leurs profit la somme des filières accessibles (hommes et objets ; textes et images ; recettes et technologies ; prototypes et modèles  de référence…).

En revanche, cette comparaison a soulevé pas mal de questions qui concernent à la fois les dimensions spatiale et temporelle de l’étude mais aussi ses dimensions locale et globale. On observe, notamment, des différences dans l’organisation géographique de ces systèmes de formation et de recherche, et d’importants décalages dans le temps de leur lancement que seule une analyse rapprochée des conditions locales et du contexte international peut aider à élucider.

C’est cette dernière approche que nous souhaitons tester dans le cadre du présent colloque. Organisé en une série de séquences thématiques consacrées, chacune, à un à deux domaines d’activité technique et  regroupant les contributeurs portugais, russes et espagnols, il se propose de tenter une comparaison systématique de la mise en pratique des politiques de transfert et de circulation développés par les pays concernés et d’en mesurer l’impact sur la construction des régimes techniques impériaux. Il souhaite également explorer plus à fonds le phénomène des dynamiques parallèles dans la mise en route des régimes techniques impériaux et interroger leurs temporalités parfois différées. Enfin, il souhaite offrir un cadre propice à la mise à l’épreuve du potentiel euristique des approches comparatistes.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search