Coll.: Dans l’atelier des intitulés. A propos de la singularité du collège de France

Colloque organisé dans le cadre du programme « Passage des disciplines » du Collège de France (dirigé par A. Compagnon en collaboration avec C. Surprenant), avec le soutien du labex Hastec, du Centre Alexandre Koyré (UMR 8560), de l’Institut d’Histoire Moderne et Contemporaine (UMR 8066) et du laboratoire « Anthropologie et Histoire des Mondes Antiques » (Anhima – UMR 8210).
Dans le paysage international des institutions de savoir, on attribue au Collège de France la spécificité d’enseigner « non les branches de la Science qui sont faites, mais celles qui sont en voie de se faire ». Pour Ernest Renan et tous ceux qui reprennent sa formule, cet idéal aurait une manifestation institutionnelle : la libre transformation des intitulés des chaires. Le Collège de France échapperait de la sorte à la reproduction des partages disciplinaires à laquelle sont a priori astreintes les institutions d’enseignement. Par des innovations successives dans les titres choisis, il serait en outre un moteur du renouvellement des savoirs.
L’objectif de ce colloque est d’interroger l’historicité de cette auto-définition et de l’opération de partage des savoirs qu’est la fabrication de titres de chaires. Entrer dans l’atelier des intitulés conduit à mettre au jour les rapports complexes entre les revendications d’innovations et la perpétuation des traditions d’une institution multiséculaire. Apparaîtront ainsi les arguments mobilisés, les modèles français ou étrangers revendiqués, les échanges et controverses entre institutions comme entre savants, le rôle des facteurs politiques et économiques dans les processus de différenciation et de hiérarchisation des savoirs en contexte. Continuer la lecture de « Coll.: Dans l’atelier des intitulés. A propos de la singularité du collège de France »

Coll: Les élites russes face aux innovations, normes et modèles européens

Les 6 et 7 novembre 2014 aura lieu, à la BDL de Lyon, un colloque consacré à « Les élites russes face aux innovations, normes et modèles européens : réception, appropriation et résistance, du règne de Pierre le Grand à 1914″.

Institut Français de l’Education (IFÉ), 19 allée de Fontenay, 69007 Lyon. Salle de conférences. Métro ligne B, arrêt Debourg. Entrée libre. Pour toute information complémentaire, s’adresser à Marie-Pierre Rey (Université Panthéon-Sorbonne), ou Anne Maître (BDL).

Coll.: Les empires périphériques et l’Europe des Lumières

Le CIFEHUS (Université d’Evora) organise du 15 au 17 octobre 2014 un colloque sur le thème: « Les empires périphériques et l’Europe des Lumières : circulation des savoirs et dynamiques parallèles (XVIIe-XVIIIe siècles)« .

Présentation:

La construction des régimes techniques des grands empires aux noyaux situés en marge de l’Europe, comme la Russie, le Portugal et l’Espagne, a fait l’objet de nombreuses études durant les dernières décennies. La mise en comparaison des politiques technoscientifiques d’enseignement et de recherche développées à ces fins par les gouvernements concernés a révélé d’étonnants parallélismes dans les logiques de leur lancement et/ou développement durant le « grand XVIIIe siècle ». Ainsi, les trois pays ont alors procédé à la (ré-)organisation des enseignements techniques menée sous la bannière de la modernisation, souvent perçue en terme de rattrapage vis à vis de leurs voisins européens plus avancés. Tous, ils ont visé d’entrée la promotion des domaines utiles et prestigieux (avec leurs institutions, experts et savoirs respectifs), les premiers devant assurer la meilleure emprise du territoire et sa défense face à l’ennemi extérieur (génie militaire et artillerie, cartographie et construction navale), les seconds devant fournir au pouvoir impérial les attributs symboliques de ses splendeurs et puissance (architecture et science académique). Tous, ils ont privilégié les structures d’Etat et mis du temps à promouvoir les domaines se développant en dehors de son contrôle direct (industrie privée). Enfin, pour atteindre ces objectifs, les trois pays ont eu recours aux politiques de transfert et de circulation des savoirs en mobilisant à leurs profit la somme des filières accessibles (hommes et objets ; textes et images ; recettes et technologies ; prototypes et modèles  de référence…).

En revanche, cette comparaison a soulevé pas mal de questions qui concernent à la fois les dimensions spatiale et temporelle de l’étude mais aussi ses dimensions locale et globale. On observe, notamment, des différences dans l’organisation géographique de ces systèmes de formation et de recherche, et d’importants décalages dans le temps de leur lancement que seule une analyse rapprochée des conditions locales et du contexte international peut aider à élucider.

C’est cette dernière approche que nous souhaitons tester dans le cadre du présent colloque. Organisé en une série de séquences thématiques consacrées, chacune, à un à deux domaines d’activité technique et  regroupant les contributeurs portugais, russes et espagnols, il se propose de tenter une comparaison systématique de la mise en pratique des politiques de transfert et de circulation développés par les pays concernés et d’en mesurer l’impact sur la construction des régimes techniques impériaux. Il souhaite également explorer plus à fonds le phénomène des dynamiques parallèles dans la mise en route des régimes techniques impériaux et interroger leurs temporalités parfois différées. Enfin, il souhaite offrir un cadre propice à la mise à l’épreuve du potentiel euristique des approches comparatistes.