Publication – Julien Cahon et Youenn Michel (dir.), « Refus et refusés d’école (France, XIXe-XXe siècle) », PUG, 2020.

Décrochage scolaire, absentéisme, éducation à domicile, école privée hors contrat, de l’éducation séparée à l’inclusion scolaire, les refus d’école interrogent de façon pressante le monde éducatif contemporain.

C’est sur leur histoire longue, complexe, et jusqu’alors méconnue, que ce livre propose de revenir. Dans une logique interdisciplinaire, l’ouvrage montre la multiplicité des formes et des significations des refus d’école, ainsi que l’attitude et les réponses de l’État éducateur face à ces diverses conduites contestataires. Il questionne les résistances à l’ordre scolaire, les refus de la forme de l’école, la mise en place de dispositifs éducatifs alternatifs, ou encore la nature du débat public. Au‑delà des acteurs et chercheurs de l’éducation, ce sujet sensible interpelle la société tout entière, car il questionne les principes fondamentaux de notre système éducatif.

Avec les contributions de : Marie‑Charlotte Allam, Sabria Benzarti, Angélique Blanc‑Serra, Samuel Boussion, Chantal Dhennin‑Lalart, Catherine Dorison, Ismail Ferhat, Yann Forestier, Mathias Gardet, Xavier Pons, Bruno Poucet, Ronan Richard, André D. Robert, Jean‑Yves Seguy, Sylvain Wagnon.

Publication – Pour une histoire renouvelée des élèves (XVIe- XXe siècles) Volume 2 : sources et méthodes

Histoire de l'éducation n° 151
 
Dans la continuité du numéro 150 qui proposait cinq bilans historiographiques sur l’histoire des élèves, ce numéro présente cinq contributions qui insistent davantage sur les questions liées aux archives, aux sources imprimées et aux enquêtes statistiques, et qui mettent en avant les dimensions méthodologiques de l’écriture de cette histoire. Les sources sur les élèves sont souvent lacunaires et indirectes. Écrites par des adultes pour d’autres adultes, les sources administratives rendent compte d’une situation ou aident à la prise de décision. Les élèves sont bien présents, mais à l’arrière-plan, comme unités de compte révélant la bonne santé ou la crise d’un établissement. C’est à partir du croisement de sources diverses, permettant d’associer données nationales et réalités départementales ou locales, archives et textes imprimés, que l’on peut retrouver l’élève, comme le montrent les contributions de Dominique Julia, Jean le Bihan et de Solenn Huitric. Les mémoires, autobiographies et souvenirs étudiés par Pierre Caspard, si l’on dépasse leur individualité par leur mise en corpus, en disent aussi beaucoup sur la vie d’élève. L’historien peut également bénéficier de la collecte de données et de la constitution de larges bases par les services du ministère de l’Éducation nationale, comme les panels d’élèves mis en place depuis les années 1960 et présentés par Jean-Paul Caille et Jérôme Krop.